Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 06:15

La chronique culturelle de Jean-François

2 octobre 2013

Sous forme d'une éphéméride, retrouvez chaque jour (ou presque)

sur notre page FB (ici) la chronique culturelle de Jean-François,

traitant d'un évènement historique dont c'est la date anniversaire.

 

Un explorateur du Sahara mort sur le front de France

Le capitaine Maurice Cortier est le premier explorateur et cartographe du massif montagneux de l'Adrar des Iforas (actuel Mali). Il meurt le 2 octobre 1914, à 35 ans, des blessures reçues pendant la poursuite des armées allemandes après la Marne, alors qu'il est affecté au 21e régiment d'infanterie coloniale. Il était l'un des meilleurs connaisseurs du Sahara, pour l'avoir sillonné au cours de nombreuses missions, notamment dans l'Adrar des Iforas (1907), le Tassali Najjer (1908) et le Tenezrouft (1913). Il est l'auteur de plusieurs études, et en particulier de l'ouvrage D'une rive à l'autre du Sahara (1908).

Mort au combat d'un explorateurMort au combat d'un explorateur

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 06:35

La guerre du Kippour n'aura pas lieu !

Ou comment Israël s'est fait surprendre

Marius Schattner et Frédérique Schillo

Entre histoire militaire, vie politique intérieure et internationale, stratégie de haut vol et espionnage, voilà un livre qui permet de pénétrer dans le détail des événements.

En fait, la guerre a bien eu lieu, dite "du Kippour" pour les Israéliens, ou "du Ramadan" pour les Arabes. Et l'Etat hébreu, finalement, a pu négocier avec l'aide américaine une solution relativement heureuse au conflit, qui a débouché ultérieurement sur la paix avec l'Egypte. Mais dans ce livre particulièrement bien documenté, les auteurs mettent en relief le rôle du principal agent de renseignement israélien, le propre gendre de Nasser et conseiller du président Sadate. En dépit des informations répétées parvenues à Tel Aviv, Israël sera surpris par le déclanchement des offensives arabes, et le chapitre 3 ("L'étrange surprise") qui détaille le "compte à rebours" au cours de la semaine précédente, est tout à fait éclairant. Les combats du Golan et du canal de Suez sont (relativement vite) traités dans le chapitre 4 ("Jours terribles de Kippour") et le chapitre 5 revient sur l'indispensable intervention (ou plutôt les interventions) américaine(s) qui permet(tent) à l'Etat hébreu de se sortir dans les meilleures conditions de la crise, dont Tsahal ne sort pas indemne. L'ouvrage se lit facilement et l'intérêt est toujours soutenu, voir haletant pour certains passages. 

Pas moins de 60 pages de notes, cartes, chronologie, bibliographie et index complètent ce livre qui, à notre connaissance et en dehors des aspects strictement tactiques, présente l'approche la plus globale de ce conflit en langue française.

André Versaille éditeur, 2013, 316 pages. 21,90 euros.

ISBN : 978-2-87495-188-6.

P.S. : Frédérique Schillo a ouvert une page FB thématique sur le sujet : https://www.facebook.com/laguerredukippournaurapaslieu?ref=hl

Du nouveau sur la guerre du Kippour

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 06:30

Ecrits de guerre, 1914-1918

Nicolas Beaupré

Réédition au format poche d'un volume paru en 2006, plusieurs fois primé, dans lequel Nicolas Beaupré tente une histoire culturelle de la Grande Guerre entre littérature, poésie et histoire.

Il précise dans son introduction, après avoir défini  les termes utilisés, avoir travaillé sur plus de 1.200 noms d'écrivains, le plus souvent combattants eux-mêmes dans les principales sociétés en guerre. Ce volume, qui regorge littéralement de citations et de réferences, aborde thématiquement les principaux sujets. Il est divisé en trois grandes parties ("Pratique : les écrivains combattants dans les sociétés en guerre" ; "Représentations : violences et souffrances dans les littératures combattantes" ; "Justifications et interprétations"). Au fil de celles-ci, vous retrouverez des questions aussi différentes que l'entrée en guerre des écrivains, le rôle du livre de témoignage et celui du recueil de poésie, les rapports entre l'arrière et le front, la censure, les tirages de la littérature combattante, les violences vécues, observées ou partagées, le nombre de volumes publiés chaque années, la liste des membres fondateurs de l'Association des écrivains combattants, la contribution des écrivains à l'effort de guerre, leurs réactions à la fin de la guerre et le souvenir des camarades, etc.  C'est extrêmement riche et très précieux pour de nombreuses autres études, d'autant qu'il est complété par de nombreuses notes infrapaginales, une belle bibliographie et un index bien utile.

Vous savez que nous ne considérons pas "l'histoire culturelle - tarte-à-la-crème" comme l'alpha et l'oméga de la recherche historique, mais sans hégémonie elle a bien toute sa place et un livre aussi dense que celui-ci le prouve largement.

Coll. Biblis, CNRS Editions, Paris, 2013, 475 pages, 10 euros.

ISBN : 978-2-271-07919-0.

Enseignements des "écrivains-combattants"

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 06:25

Au programme sur Arte ce mois-ci :

1973, Journal de guerre

Deux documentaires de 52 mn. le mardi 8 octobre sur la guerre du Kippour

- à 22h40, "Sur la route du Sinaï" (années 1970-1973)

- et à 23h40 : "Au bord de l'apocalypse" (résumé des trois semaines de guerre)

Aptes au service. Les recrues fascistes et nazies de la CIA

Documentaire de 52 mn. le mardi 15 octobre.

 

 

L'histoire à la télévision

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:35

Compagnie K

William March

Une première attendue. Publié pour la première fois aux Etats-Unis en 1933, le livre a connu un écho considérable lors de sa sortie, mais n'avait à notre connaissance jamais été publié en frrançais. Il raconte sous la forme d'un roman, à travers des "tranches de vie" et le point de vue des soldats, l'engagement d'une des premières compagnies américaines sur le front de France en 1918.

Parfois qualifié de "fresque pointilliste", le livre fait parler de manière très réaliste, à tour de rôle, parfois dans des textes très courts d'une demi-page, quelques 115 officiers, sous-officiers et soldats de la compagnie, autour d'une réflexion individuelle ou d'une anecdote, du bref entraînement en Virginie à la traversée de l'Atlantique, l'arrivée en France, les permissions et les défauts de l'instruction trop rapide, la vue des premières tranchées, "calmes" dans le secteur de Verdun. Des réflexions de tous les jours, des conversations entre les hommes, les rapports entre niveaux hiérarchiques différents, le quotidien du soldat, en première ligne ou dans l'arrière front. Certaines histoires sont absurdement dramatiques (la mort de Jakie tué par un jeune prisonnier allemand mort de peur, pp. 74-75), d'autres saisissantes (l'attente sous un bombardement, pp. 111-112), ou encore attendrissantes (le chien Tommy qui donne l'alerte aux gaz, pp. 130-131), etc.

Une histoire romancée, certes, mais qui a sans doute sous bien des aspects plus de réalité que nombre de témoignages "reconstruits"... Un ouvrage tout particulièrement conseillé, d'autant qu'à de nombreuses reprises sont évoquées les relations avec les Français, civils et militaires. 

Editions Gallmeister, Paris, 2013, 230 pages. 23,10 euros.

ISBN : 978-2-35178-068-8.

Expériences américaines

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:31

La barricade

Histoire d'un objet révolutionnaire

Eric Hazan

Paris a une longue tradition d'insurrections et de bouillonnements révolutionnaires, et dans ce contexte la barricade tient une place tout-à-fait originale : "On rencontre tout au long des siècles les mêmes éléments matériels ou presque, et les mêmes personnages -gamins, cantinières, ouvriers, étudiants, qui défendent leur rue, leur quartier, leur mode de vie face à des forces toujours supérieures en nombre et en armement".

C'est cette histoire vivante que nous conte Eric Hazan dans ce petit volume, et il nous entraine des barricades de la Ligue au XVIIe siècle à celles de la Commune et de la 'Semaine sanglante' en 1871. Chaque poussée de fièvre révolutionnaire est décrite dans son contexte général et dans le détail de la reconquête de la rue par les autorités légales, et chaque chapitre bénéficie d'une (petite) carte qui localise dans le secteur considéré les principales barricades. Nous passons ainsi de la Ligue à la Fronde, de la Révolution à la chute de Charles X, des premières barricades "prolétariennes" à Lyon sous Louis-Philippe à la révolution de 1848, dernière révolte victorieuse en février. Décembre 1851 et "sa" barricade presque symbolique et l'ouvrage se termine sur les événements de 1871, avec sa "Commission des barricades", présidée par Rossel, un sapeur.

Au XXe siècle, même si "les émeutes, insurrections et révolutions n'ont pas manqué, la barricade y est resté un élément marginal", presque symbolique. Car la ville elle-même n'est plus la même, dans sa géographie comme dans sa population. Bref, une succession de brefs récits de huit à vingt pages en moyenne autour d'une journée ou d'une période et d'un objet presque mythique : la barricade. C'est sympa et riche d'enseignements sur les caractéristiques des révoltes urbaines.

Autrement, Paris, 2013, 169 pages, 15 euros.

ISBN : 978-2-7467-3285-8

Il est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:25

Reprise de notre concours mensuel

Gagnez un livre grâce à un peu de déduction et un peu de chance 

Toutes vos réponses avant le 10 octobre à

guerres-et-conflits@orange.fr

Un peu de chance ?

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 06:35

Charles Maurras

Olivier Dard

La voilà ! La première biographie historique de l'auteur de L'enquête sur la monarchie, qui exerça une influence si importante aussi bien sur des intellectuels que sur une partie de la jeunesse, mais qui finira condamné pour "intelligence avec l'ennemi". "Historique" en effet, en non pas seulement "littéraire", ou "politique" comme ont pu l'être trop souvent la plupart des textes antérieurs.

Après avoir évoqué une jeunesse marquée par le deuil et la découverte de la surdité, Olivier Dard nous fait découvrir le jeune poète, le critique littéraire, qui "glisse" en quelque sorte peu à peu vers la politique dans les années 1880-1890. Il rappelle l'influence boulangiste, mais surtout l'appartenance au félibrige, où nait progressivement l'idée du "pays réel", du fédéralisme, avec de véritables hymnes à la Provence, à la Méditerranée et au soleil. L'appel à la monarchie, le retour à l'Eglise, la notion si importante "d'harmonie" (qui ose encore parler "d'harmonie" en politique ?) se dessinent au fil des aventures de presse, de La Cocarde à L'Action Française. On croise Barrès, Sorel, Bainville, Dimier, Sangnier, Daudet, Pujo, plus tard Gustave Hervé, Maritain, Massis, Boutang enfin, et d'autres, et l'on apprend que le café de Flore est alors quasiment son quartier général ! Les choses changent... Olivier Dard revient longuement sur le rapport entre nationalisme français et religion chez Maurras ("Je suis Romain parce que si mes pères n'avaient pas été Romains comme je le suis, la première invasion barbare, entre le Ve et le Xe siècle, aurait fait aujourd'hui de moi une espèce d'Allemand ou de Norvégien. Je suis Romain, parce que n'était pas ma romanité tutélaire, la seconde invasion barbare, qui eut lieu au XVIe siècle, l'invasion protestante, aurait tiré de moi une espèce de Suisse .... Je suis Romain par tout le positif de mon être ... Je suis Romain, je suis humain : deux propositions identiques"). Maurras revendique cet héritage provençal, catholique et français, au point de devenir "un adversaire résolu de la modernité". La Première Guerre mondiale le voit développer une conception personnelle de "l'Union sacrée", au titre de la défense de la nation mais sans renoncer au débat d'idées. L'après guerre est marqué par l'amertume, puisque le sacrifice de tous ces morts ne donne pas pour autant une paix véritable et qu'aussitôt recommencent les débats politiques et les joutes intellectuelles. Les échecs électoraux et la condamnation par le Saint-Siège en 1924-1926 marquent durablement le mouvement, mais le journal d'Action Française poursuit sa route et Maurras, durant les années 1920-1930 semble marqué par ce paradoxe d'un magistère intellectuel (il entre à l'Académie française) mais d'une impuissance politique. La crise de février 1934 est bien sûr analysée par l'auteur, qui remet en question le rôle souvent attribué à l'A.F. dans le journée du 6 février, explique la cassure entre le "vieux maître" et les jeunes militants plus radicaux et la distance prise par le prétendant au trône de France. C'est toute la question de la distorsion, réelle ou ressentie, entre un discours très vif, parfois violent, et la réalité des actions ("inactions" dit Rebatet) conduites. L'avant-dernière partie (10, "Le commandeur au crépuscule") est consacrée à l'immédiat avant-dexième guerre mondiale et à la période de Vichy, au sujet de laquelle Olivier Dard constate, mais discute, l'influence réellement exercée par Maurras, car on ne peut oublier que son nationalisme est resté profondément anti-allemand. Maurras tente alors un délicat exercice d'équilibrisme intellectuel au nom de "La France seule", mais la France est occupée et le monde entier est en guerre... C'est la fin. Le procès, au début de l'année 1945 voit s'opposer l'accusation, qui raisonne à partir des conséquences des textes de Maurras, et la défense, qui argumente sur les intentions de ce dernier. Deux approches alors incompatibles. Condamné, il tente de se défendre, d'obtenir la révision de son procès, sa santé se dégrade et il obtient finalement une grâce médicale en 1952, peut de temps avant de mourir. La dernière partie, enfin, tente d'évaluer l'influence postérieure de Maurras et de ses écrits, en France comme à l'étranger, et le bilan qu'en dresse Olivier Dard est relativement maigre. 

Le livre se termine sur quelques 70 pages de sources, références, bibliographie, index : c'est dire la richesse et la densite de cette excellent biographie, qui doit être connue non seulement de tous ceux qui se passionnent pou l'histoire politique des XIXe et XXe siècle, mais aussi de ceux qui s'intéressent au monde de l'écrit, car Maurras fut, peut-être, d'abord une (grande) plume.

Armand Colin, Paris, 2013, 352 pages, 25 euros.
ISBN : 978-2-200-24347-0

Le maître du nationalisme intégral

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 06:30

L'Iran au-delà de l'islamisme

Thomas Flichy de La Neuville

L'élection d'un nouveau président de la république iranienne a priori plus favorable (ou moins défavorable) au dialogue international renforce l'intérêt pour ce livre, alors même que la question nucléaire n'est pas réglée et qu'Israël conserve une attitude très prudente.

Tout en soulignant que la différence entre "conservateurs" et "modérés" relève davantage de l'approche occidentale que de la réalité de la vie politique iranienne, l'auteur constate d'abord la particularité de l'Iran dans la grande région géopolitique et s'intéresse aux caractéristiques "culturello-diplomatiques" de la société perse, par comparaison avec ce que connait la France dans les mêmes domaines. Il revient pour cela souvent loin en arrière et explore différentes pistes dans la profondeur historique (le rôle des commerçants, la notion de temps et sa valeur, la force comparée de la coutume et de la loi, les formules du langage, le rapport à l'étranger,etc.). Il évoque ensuite les ruptures consécutives, en particulier dans ces domaines, à la révolution islamique et considère que des pistes d'espoir existent. Sa conclusion est positive, bien qu'en demi-teinte : "Il reste à s'interroger sur l'incompréhension que la culture persane de la négociation a pu susciter en France. Celle-ci repose fondamentalement sur l'association étroite d'une culture commerciale et d'une culture littéraire. Or ces deux cultures ont fait l'objet d'un double processus de marginalisation en France". Il espère, finalement, qu'un nouvel intérêt de l'Iran pour les espaces maritimes permettra de "détourner" l'intérêt de ses dirigeants de l'exclusivité atomique.

On reste parfois surpris par les aller-retour permanents dans le temps, entre l'Antiquité et la période récente, mais le nombre d'exemples et de références, ainsi que le caractère souvent très concret des observations faites donnent à cet ouvrage un intérêt certain. Par ailleurs, l'approche croisée  "irano-française / franco-iranienne" de "l'Autre" est également du plus grand intérêt.

L'Aube, La Tour d'Aigues, 2013, 272 pages. 17,80 euros.

ISBN : 978-2-8159-0784-2.

Lettres persanes

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 06:35

Le Baron Rouge

Manfred von Richthofen

Mémoires

L'As des As de l'aviation allemande durant la Grande Guerre a laissé un "journal de guerre", qui est ici publié en traduction française (jusqu'à la page 133, soit à peu près la moitié du livre) et complété par différents autres textes (des lettres, un récit de son frère également pilote et la description -et les questions posées- de son dernier combat, de ses funérailles et de leur écho international, à partir d'articles de presse et de divers témoignages.

Entré en campagne comme cavalier, il note au premier semestre 1915 que "On s'ennuie devant Verdun" et passe dans l'aéronautique en mai de la même année. Les phrases sont brèves, pas de développements, de rares considérations autres que la description sommaire des activités militaires. Il décrit bien sûr de nombreux combats, les siens et ceux de plusieurs de ses camarades, mais raconte aussi un vol dans un orage, le baptème de l'air de son chien, ses visites à l'arrière ou dans les états-majors et ses réceptions à la cour, sa blessure et quelques scènes de chasse (dont une sur le front oriental dans une propriété du tsar occupée par les Allemands). Un vrai document qui semble tout-à-fait authentique et dont les textes complémentaires (d'origine privée ou extraits de la presse de l'époque) renforcent l'intérêt.

Un livre qui offre un autre type de témoignage, celui d'un pilote auquel tout semble réussir et qui ne connait pas les misères du "vulgaire" fantassin. On en comprend mieux leur psychologie si particulière et l'aura si spécifique qui les a entourés. La guerre, la "sale guerre", mais c'est pourtant la même, prend ici, à la hauteur des nuages, un tout autre aspect.

Editions Jourdan, Paris, 2013, 239 pages. 16,90 euros.

ISBN  : 978-2-87466-297-3.

L'As allemand

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile