Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 00:01

Les Suisses dans les guerres de Religion en France

Gérard Miège

Auteur de plusieurs ouvrages sur la contribution des Suisses à l'histoire militaire de la France (avec ou contre, ici par exemple), Gérard Miège s'intéresse aujourd'hui à la contribution des cantons helvétiques aux guerres de religion.

Il confirme ainsi en quelque sorte la formule du maréchal de Schomberg : "Un corps de Suisses est dans une armée française ce que sont les os dans un corps humain ; non seulement pour leur valeur, mais surtout pour leur discipline et patience". Depuis la signature de la "paix perpétuelle", le service armé en France, "le plus prestigieux et le plus important de tous les services militaires à l'étranger, le plus ancien et le plus solide de tous les liens qui aient jamais unis la Suisse à sa grande voisine", amène des milliers de Suisses, à servir les successeurs de François Ier. Après avoir rapidement présenté l'évolution de la Confédération entre Catholiques et Protestants, l'auteur détaille ici leur participation aux guerres de religion. La première grande étude est consacrée à la bataille de Dreux, en 1562, au cours de laquelle les Suisses forment le centre de l'armée royale ; puis l'auteur présente "la surprise de Meaux" en 1567 ("sans mes bons compères les Suisses, ma vie et ma liberté étoient à très grand bransle", dira le roi) et les combats qui se poursuivent jusqu'à la Saint-Barthélémy. Les deux dernières grandes parties sont consacrées aux évènements qui se déroulent sous le règne d'Henri III puis sous celui d'Henri IV, avec des Suisses dans les deux camps. De l'édit de Beaulieu en 1576 à celui de Nantes en 1598 en passant par les batailles de Coutras, d'Arques et d'Ivry ("les trois-quarts de l'infanterie sont suisses"), Gérard Miège décrit à la fois la place et le rôle des Suisses dans les opérations qui se déroulent en France, mais aussi les débats qui agitent les cantons helvétiques, eux-mêmes divisés entre Catholiques et Réformés.

Le livre se termine sur d'utiles notices biographiques, des rois de France mais aussi des Montmorency, des Châtillon, des Guise et des Bourbon, et bien évidement des principaux chefs militaires suisses, comme Pfyffer d'Altishofen ou Gallati. Un livre très complet qui permet à la fois de rendre hommage à ces combattants étrangers et de revenir sur l'histoire complexe de ces guerres de religion.

Editions Cabédita, Divonne-les-Bains, 2020, 170 pages.

ISBN : 978-2-88295-893-8.

Pour commander directement le livre : ici

Des soldats par milliers

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 00:01

Dans la cour des lions

Hommes et femmes de pouvoir de la Renaissance

Cédric Michon

Spécialiste d'histoire moderne, Cédric Michon nous offre ici une étude tout à fait originale. Partant du constat qu'au "début du XVIe siècle, en une dizaine d'années, quatre jeunes princes hors du commun montent sur les principaux trônes d'Europe. Henri VIII en Angleterre, en 1509 ; François Ier en France, en 1515 ; Charles Quint en Espagne puis dans l'Empire, en 1516 et 1519 ; Soliman le Magnifique dans l'Empire ottoman, en 1520", il s'intéresse aux entourages princiers, entre ascensions fulgurantes et disgrâces retentissantes, sur fond de querelles internes et de guerres extérieures, et brosse une belle série de portraits replacés dans leur contexte.

La première grande partie s'attache aux chanceliers, dont il souligne les points communs (par rapport à la grande noblesse traditionnelle) mais aussi les différences (poids politique et institutionnel). Pour la France, il commence par évoquer la figure de la puissante mère du roi, Louise de Savoie, qui s'impose auprès de François Ier : "Tout au long de ces années, [elle] exerce sur la conduite des affaires une influence comparable à aucune autre" et soutien le chancelier Antoine Duprat. Pour l'Angleterre, Cédric Michon dresse un portrait complet de Thomas Wolsey et de sa carrière jusqu'à sa disgrâce en 1529. Il procède de la même façon pour Mercurino di Gattinara aux côtés de Charles Quint, avec cette question essentielle : "Comment gouverner un empire qui va de Hambourg à Palerme, de Séville à Prague, de Mexico à Lima ?". Aux côtés des souverains, il faut également compter avec les secrétaires particuliers, "en permanence auprès du roi pour les affaires du Conseil", et donc d'autant plus influents. La seconde partie traite de l'ascension et de la chute (inévitable semble-t-il) des favoris, qui jouent parfois un rôle essentiel comme Thomas Cromwell en Angleterre, ou Anne de Montmorency en France, "le guerrier bureaucrate" jusqu'à son exil de la cour en 1541. Pour l'Empire ottoman, Cédric Michon nous brosse le parcours d'Ibrahim Pacha, "l'esclave devenu vizir", fils d'un très modeste pêcheur grec, brutalement destitué et même étranglé une nuit de 1536 pour avoir perdu la confiance du souverain. La troisième partie enfin s'intéresse aux maîtresses royales, dont l'influence peut être extrêmement importante pendant une période mais dont la "durée" est dans la plupart des cas limitée ; et enfin l'auteur revient sur les monarques eux-mêmes, en mettant en particulier en relief leur puissance d'action, leur modernité, leurs décisions porteuses d'avenir dans cette Renaissance multiforme qui s'impose.

Un volume très intéressant, qui nous en apprend beaucoup sur la conduite des affaires de l'Etat en ce XVIe siècle si fascinant. Une volume qui séduira tous les amateurs de la période. 

Passés/Composés, Paris, 2020, 346 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3370-5.

Pour commander directement le livre : ici.

Conseillers et favoris

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 00:01

L'intrigant

Nouvelles révélations sur Louis XVI

Aurore Chéry

La 4e de couverture surprend en présentant Louis XVI comme "un souverain aux idées avant-gardistes et à la personnalité dérangeante, à la fois allumeur de révolutions et républicain bien décidé à transformer le monde" ... Voilà qui promet !

Le chapitre 5, "La culture de la dissimulation", est sans doute celui qui donne la clef du raisonnement de l'auteure. Le jeune Louis XVI considère que, pouvant être excommunié par le pape, il ne dispose pas d'un pouvoir absolu, et pour restaurer l'absolutisme "il comptait sur les opposants à la Cour et au pape : le Tiers Etat et plus particulièrement les Protestants et les Parlements". En 48 courts chapitres chrono-thématiques, Aurore Chéry semble prendre systématiquement le contre-pied de l'historiographie généralement admise au sujet de Louis XVI, en matière de politique intérieure ("c'est une véritable politique parallèle qu'il a peu à peu mis en place"), dans les relations avec l'Autriche, dans l'aide aux Insurgents américains, etc. Elle procède souvent simplement par association d'idées, ce qui ne contribue pas à consolider son discours : "Ces évènements a priori sans rapport sont en fait certainement très étroitement liés"... Elle mêle par ailleurs étroitement vie privée et sentimentale d'une part et décisions politiques d'autre part, au point que l'on a le sentiment que le couple royal vit au rythme des relations franco-autrichiennes, ce qui paraît pour le moins excessif : "Les deux fois où Louis XVI s'est résolu à faire des enfants à Marie-Antoinette, c'était soit sous la contrainte d'une invasion imminente par l'Autriche, soit sous la menace d'une défaite dans la guerre d'Amérique impliquant l'écrasement des patriotes" ? Au chapitre 28, sa démonstration de la préférence par Louis XVI pour le régime républicain souffre des mêmes faiblesses. Une révolution que le roi soutient outre-Atlantique et qu'il aurait espéré contrôler en France... Elle accorde une importance extrême à Françoise Boze, "l'espionne protestante à son service" et sa confidente, qui serait devenue après janvier 1793 celle qui "savait ce que Louis XVI avait vraiment pensé" et "savait aussi où se trouvaient les fonds destinés à financer la révolution" ! Dans ce domaine, comme pour les autres sujets, tout n'est pas à rejeter sans réflexion, des idées seraient à développer, des pistes à creuser, mais le caractère à la fois entier et exclusif de la démonstration lui enlève beaucoup de force.

On reste très dubitatif à la fin de la lecture. Une telle ré-interprétation à contre-courant de tous les travaux antérieurs laisse rêveur. Le livre n'est pas inintéressant pour autant car il aborde des aspects peu connus de la personnalité et de l'exercice du pouvoir du monarque. Louis XVI n'est sans doute pas cet être mou et irrésolu, uniquement balloté par les évènements dont le XIXe siècle nous a laissé l'image, mais cette impression de remise en cause permanente semble néanmoins bien excessive.  

Flammarion, Paris, 2020, 602 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-0814-0791-6.

Surprenant !

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 00:01

Vauban

La mauvaise conscience du roi

Alain Monod

Heureuse réédition d'un livre initialement paru en 2008, qui offre une vision très favorable du grand serviteur de la France, qui ne fut pas que le génial concepteur du réseau défensif désormais inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Imprimé de façon esthétique et extrêmement lisible, l'ouvrage nous présente un Vauban bien sûr "fidèle, loyal et dévoué à son roi", mais aussi qui "disait son fait aux puissants de ce monde et affichait clairement ses convictions". Ingénieur militaire qui propose la création d'un corps spécialisé de sapeurs, il est aussi l'auteur de nombreux "mémoires" adressés à Louis XIV, non seulement dans le domaine militaire, mais aussi en matière diplomatique, économique, financière voire sociale. Comme le souligne l'auteur, "les relations étonnantes entre le roi Louis XIV et son grand commis en charge des fortifications se sont perpétuées pendant près de 50 ans sans que le maître, au pouvoir absolu, ne fasse grief à son serviteur de sa liberté d'expression". En creux et par contraste, le portrait qui émerge du roi-soleil n'est d'ailleurs pas toujours à l'image de sa gloire publique. De la révocation de l'Edit de Nantes et la persécution des protestants à la remise en cause de la dîme royale et au projet d'une fiscalité déjà moderne, c'est en effet un Vauban annonciateur de profonds changements dans le gouvernement du pays que nous présente Alain Monod.

Les quelques 100 dernières pages sont consacrées à une chronologie, un glossaire, une bibliographie et surtout la reproduction en annexe de neuf textes importants, dont quatre sur la "religion prétendue réformée" et deux sur la fiscalité, ce qui permet de revenir directement aux documents d'origine. Un volume très réussi et tout à fait intéressant.

Riveneuve éditions, Paris, 2020, 290 pages, 18,- euros.

ISBN : 978-2-36013-595-0.

Un maréchal moderne

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 00:01

Louis XIV

Roi du monde

Philip Mansel

Impressionnante biographie du roi soleil que celle qui nous est proposée par l'actuel président du conseil scientifique du centre de recherche du château de Versailles. Impressionnante aussi bien par son volume que par le fond.

Le règne de Louis XIV le Grand reste l'une des périodes les plus fastueuses de notre histoire (sans oublier le coût humain, matériel et financier de cette grandeur comme un ouvrage récent vient de l'établir, ici). A l'époque, l'Europe parle français et les différents souverains souhaitent imiter Versailles. Dans son imposante biographie du grand roi, Philip Mansel lui (re)donne son influence et son importance mondiale : "la devise qu'il adopta au début de son règne personnel, en 1662, formait l'expression de ses espérances et de ses désirs : Nec pluribus impar (A nul autre pareil)". Le plan des 24 chapitres est bien sûr chronologique, mais il est aussi thématique et permet d'aborder tous les sujets liés au règne et à la personnalité du souverain : l'organisation du gouvernement de la France, les (nombreuses) guerres conduites, les palais, la cour et les arts, les efforts en faveur de l'industrie, la question de l'édit de Nantes, les initiatives mondiales avec la Louisiane en Amérique du Nord, bien sûr, mais aussi jusqu'au projet méconnu de faire du Siam un protectorat français. Des relations compliquées avec l'Angleterre à l'installation d'un Bourbon sur le trône d'Espagne, des échecs des dernières années du règne au déclin progressif de l'hégémonie française, cette biographie, qui ne cache aucune part d'ombre jusque dans le choix de ses ministres, conseillers et collaborateurs, est complétée par une série de cartes, d'arbres généalogiques, par un index très complet et par une bibliographie aussi impressionnante que le livre lui-même.

Un livre qui constitue une véritable somme sur une période essentielle de notre histoire.

Passés/Composés, Paris, 2020, 834 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-3793-331-8.

Roi soleil

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 00:01

Les affres de la guerre sous Louis XIV

Un demi-siècle d'une vallée de larmes

Jean-Pierre Rorive

Le territoire de l'actuelle Belgique fut, au fil des siècles, le champ de bataille privilégié des puissances européennes, en particulier au Grand Siècle. Auteur de nombreux ouvrages historiques sur cette période (par exemple ici et ici), Jean-Pierre Rorive précise, dans ce nouveau volume, le véritable coût des campagnes militaires de Louis XIV pour une large région de Liège à Namur.

Comme pour ces ouvrages précédents, Jean-Pierre Rorive s'attarde plus particulièrement sur l'exemple de Huy, cité qui change 12 fois de mains entre 1672 et 1713, chacun de ces sièges et chacune de ces batailles entraînant bien sûr de sévères conséquences pour les populations et pour les biens. Après avoir présenté le contexte historique, l'auteur nous entraîne dans la visite des champs de ruines avec la destruction des infrastructures et des habitations, et dans le coût financier avec les contributions imposées et l'obligation de loger et nourrir les soldats. Il présente ensuite une approche chronologique, de la guerre de Hollande à celle de la ligue d'Augsbourg et à la guerre de Succession d'Espagne. L'ensemble s'appuie sur les archives du temps, en particulier les recours que tentent les victimes auprès de leur prince-évêque. C'est par centaines de milliers de florins, par millions de florins que les habitants doivent supporter le passage des troupes en campagne, sans compter les dommages aux personnes et les désagréments divers causés par les guerres. Les chapitres 4 et 5, consacrés respectivement aux contributions de guerre et aux finances des collectivités comme des particuliers sont tout à fait éclairant. Les derniers chapitres enfin s'intéressent aux personnes, habitants des communes concernées, édiles, ecclésiastiques et à l'indiscipline des soldats, voire davantage.

Notons qu'il ne s'agit pas d'une caractéristique des troupes françaises, car toutes les armées se comportent de la même façon. Il n'y a "ni massacre, ni torture systématique, ni déportation", mais "la souffrance résulte de l'accumulation et surtout de la persistance des oppressions en tous genres. La misère est notoire". L'auteur reprend donc tout en la nuançant la formule "Siècle de malheur" pour qualifier notre Grand Siècle, car "les guerres du Grand Roi ne sont qu'un long feuilleton de fléaux". Un livre doublement intéressant car il change l'axe de notre regard sur ces campagnes d'une part et il met en relief leurs conséquences locales et régionales d'autre part.

Editions Jourdan, Paris, 2020, 419 pages. 20,90 euros.

ISBN : 978-2-87466-613-1.

Le coût des guerres

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2020 1 14 /09 /septembre /2020 00:01

Portraits d'un royaume

Henri III, la noblesse et la Ligue

Nicolas Le Roux

Le règne d'Henri III reste dans notre mémoire collective comme une période floue mais noire, de mort, avant l'avènement au trône du souverain réconciliateur, Henri IV.

Nicolas Le Roux procède ici à une analyse et à une présentation d'ensemble du règne, qui ne se limite pas à la présence des "mignons" et au "Il est plus grand mort que vivant" qui tient lieu d'oraison funèbre pour le duc de Guise. Il nous plonge directement dans les oppositions, les crises, les tensions qui fracturent la noblesse de France, au coeur des conspirations et de la remise en cause du monarque. Au fil des pages, il dresse le portrait des principaux acteurs et protagonistes. Cette époque est celle de Montaigne, mais aussi celle des grands nobles assassins et des duels meurtriers. C'est celle de la Ligue des Guise et du duc Anne de Joyeuse, favori du roi, sur fond d'interventions espagnoles, espérées ou craintes. "Dans les années 1580, le royaume de France a vécu une sorte d'apocalypse du politique ... les violences entraînaient les violences, faisant sombrer le royaume dans un long cycle de vengeance" : l'auteur nous raconte aussi les effort du roi pour mettre au pas la haute noblesse et préserver le caractère sacré du trône.

Par petites touches successives, un tableau réaliste, parfois surprenant, d'un royaume de France en limite de rupture.

Passés/Composés, Paris, 2020, 389 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3495-5.

Guerres de religion

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 00:01
Prince souverain

Guillaume de Nassau, prince d'Orange

Publié dans la RHA n° 253 "France-Irlande" (2008)

En Espagne, l'héritier du trône est prince des Asturies, au Royaume-Uni prince de Galles, aux Pays-Bas prince d'Orange. Et les loyalistes irlandais sont qualifiés "d'Orangistes", Sans oublier l'éphémère Etat boer d'Afrique australe. D'où vient cette similitude des noms sous des cieux si différents ?

Voici une communication prononcée en 2007 lors d'une journée d'études sur les relations entre la France et l'Irlande, puis publiée dans la Revue historique des armées. J'ai peu publié sur cette période du Grand Siècle, mais j'adore lire les ouvrages traitant de cette période. L'histoire des guerres entre Louis XIV et Guillaume d'Orange est particulièrement intéressante, et l'on oublie souvent que la petite principauté provençale étant reconnue comme Etat souverain, sa possession faisait de la famille princière une maison régnante.

Pour lire l'intégralité de l'article : ici

Prince souverain

Partager cet article

Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 00:18

Les chasses de Louis XVI

Splendeur et ruine des plaisirs de Sa Majesté

Henri Pinoteau

Tiré de la thèse de l'auteur, soutenue en 2015, ce livre extrêmement bien référencé aux sources les plus diverses nous présente non seulement par le menu les chasses de Louis XVI, mais aussi la mémoire qui en a été conservée et l'héritage qu'elles ont laissé.

Organisé en trois grandes parties ("Les espaces des chasses royales", "Au service des chasses de Sa Majesté", et "Hallali sur les chasses royales") réunissant dix chapitres thématiques, cette étude aborde avec soin absolument tous les aspects du sujet. Henri Pinoteau nous présente ainsi les forêts de Saint-Germain-en-Laye, de Marly, de Compiègne, de Fontainebleau et de Rambouillet, dont il explique la gestion et l'entretien. Il s'intéresse au personnel (nombreux) employé pour en assurer le suivi quotidien comme pour l'organisation matérielle des grandes chasses et précise l'importance des bâtiments spécialement construits et/ou aménagés, comme les chenils et les écuries. Nous apprenons ensuite énormément de choses sur les différents types de chasses, au cerf, au lièvre, au daim, au loup, etc., ainsi que sur certaines grandes fonctions comme celle de Grand Veneur ou de Grand Fauconnier et les différentes catégories d'employés qui en font vivre des familles entières, ainsi que sur ces "partenaires" indispensables que sont les chiens et les chevaux (avec les dépenses importantes que cela représente). L'auteur termine par les réformes de 1787, aussi bien dans un but d'économie que d'élaboration d'un droit de la chasse, et les deux derniers chapitres sont consacrés au devenir ultérieur, à partir de la Révolution, des infrastructures. En conclusion, l'univers de la chasse du roi "fut de loin le plus brillant, par son ampleur, sa richesse, les centaines de personnes y travaillant, par la place qu'il tenait dans sa vie, et par les sommes qui y étaient consacrées".

Un beau livre qui comporte un esthétique cahier photos central, plusieurs annexes et une riche bibliographie. Une lecture aisée, qui transporte littéralement dans un autre monde. Très agréable en cette période de confinement.

Presses universitaires de Rennes, 2020, 285 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7535-7938-5.

Chasses royales

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 00:05

La guerre de Succession d'Espagne

La fin tragique du Grand Siècle

Clément Oury

Excellentissime ! La longue guerre de Succession d'Espagne, qui s'étend de 1701 à 1714, dispose enfin de son étude de référence.

Avec brio, Clément Oury nous entraîne à travers l'Europe et le monde du début du XVIIIe s. Après avoir présenté l'état des différents protagonistes et la constitution des alliances (autour des Habsbourg d'une part, autour des Bourbons d'autre part), il s'intéresse ensuite aux armées, à leur composition, leur organisation et aux missions des différentes armes et enfin aux stratégies mises en œuvre. Après cette première phase, il nous entraîne avec moults détails sur les différents champs de bataille, en Italie, en Bavière, en Espagne, en Europe centrale, aux Pays-Bas (espagnols) et à travers l'Allemagne, mais aussi sur les mers (c'est en 1711 que Duguay-Trouin s'empare de Rio de Janeiro). Il n'oublie pas de préciser les difficultés rencontrées par les soldats de l'époque, mal ravitaillés et soumis à tous les aléas. Au fil des pages, il précise la qualité de telle ou telle troupe, les mérites de tel ou tel général, les déficits de telle ou telle organisation, mais aussi (plus original) le rôle des populations locales. Les affaires françaises tournent mal, les frontières sont menacées, Toulon est assiégé, la "ceinture de fer" de Vauban est sur le point de céder. L'auteur passe avec aisance des champs de bataille aux conversations diplomatiques ("Dans les relations internationales de l'Europe d'Ancien régime, la négociation et l'action militaire ne sont pas des séquences séparées : elles se déroulent de concert durant toute la durée du conflit"), du niveau du soldat à celui du commandant d'armée, de Versailles à Londres, à Madrid, à Vienne ou Munich, ce qui contribue à donner à l'ouvrage un rythme soutenu. Les difficultés intérieures britanniques, l'affaiblissement de tous les belligérants, l'ultime victoire de Denain et l'accord formel sur la séparation des couronnes de France et d'Espagne permettent à Louis XIV de sauver in extremis l'essentiel de ses agrandissements territoriaux antérieurs. Une ère nouvelle s'ouvre en Europe, la France n'est plus considérée comme une menace à tendance hégémonique et une politique d'équilibre des puissances tend à s'instaurer.

Un excellent ouvrage, qui va sans aucun doute être immédiatement considéré comme une référence.

Tallandier, Paris, 2020, 519 pages. 25,90 euros.

ISBN : 979-10-210-3371-9.

Une référence !

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile