Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 00:01

Harald à la dent bleue

Viking, roi, chrétien

Lucie Malbos

Partons, en suivant Lucie Malbos, pour les contrées septentrionales de l'Europe au tournant de l'an mil à la recherche d'un personnage essentiel pour l'histoire de ces régions, Harald, "conquérant du Danemark tout entier et de la Norvège",  qui convertit les fiers Vikings au christianisme et intégra son pays au concert des puissances européennes de l'époque.

L'auteure présente modestement son livre comme "loin d'être un ambitieux ouvrage de recherche, ce livre se veut une modeste synthèse, accessible à un lectorat d'intéressés, de curieux, voire de rêveurs, malgré tout prêts à suivre une démarche rigoureuse". On ne peut que souhaiter voir publier, sur tous les sujets, de très nombreuses aussi modestes synthèses, tant le résultat est excellent. J'appartiens sans doute à la catégorie des rêveurs, car ni le Moyen-Âge, ni le Danemark n'appartiennent aux premiers cercles de mes centres d'intérêt habituels, mais une atmosphère particulière entoure l'histoire des Vikings... Sur la base des anciennes sagas, des récits ultérieurs plus ou mois enjolivés, de l'analyse des pierres runiques, des apports de l'archéologie, l'auteure s'efforce de reconstituer la vie et le règne de ce souverain si mal connu en France. Elle présente bien sûr le Danemark avant Harald, sous le règne de son père Gorm, et consacre de longs développements au "long et sinueux cheminement des Danois vers le christianisme" et au baptême d'Harald, "un évènement à l'échelle européenne", avec intégration progressive d'anciennes pratiques païennes. Elle accorde une importance particulière au site de Jelling, "capitale" (?) qui affiche dans le paysage le nouveau pouvoir royal et présente les importants travaux de fortification entrepris pour contrôler le pays et assurer la sécurité de sa frontière méridionale. Dans une deuxième partie, elle recherche quelle pouvait être la place d'Harald dans l'Europe de l'époque, au nord de l'empire romain germanique, et précise ce que furent les campagnes pour s'imposer sur les actuels territoires norvégien, suédois comme en Baltique. Il en résulte, dans les domaines économiques, financiers mais aussi culturels et cultuels une intégration progressive au monde occidental chrétien avec "l'émergence d'une culture scandinave originale". La dernière partie enfin est consacrée à la fin du règne, marqué par une profonde opposition avec son fils Sven, qui (avec l'aide des grands du royaume) contraint finalement son père à l'exil. "Mort en un lieu indéterminé, à une date incertaine, Harald est ensuite inhumé en un lieu tout aussi indéfini" : triste fin pour le souverain dont, rapidement, les principales réalisations sont abandonnées. L'ultime chapitre est consacré à la mémoire d'Harald et sa postérité, des récits médiévaux à sa redécouverte par les auteurs romantiques au XIXe s. et à sa place dans l'histoire officielle du Danemark d'aujourd'hui. Terminons par un clin d'oeil : "Toute personne possédant un smartphone ou une tablette croise quotidiennement le surnom de ce souverain en activant la fonction bluetooth. C'est à un ingénieur d'Intel, Jim Kardash, que reviendrait l'idée de ce nom ... La technologie bluetooth conecte plusieurs appareils au sein d'un même réseau, comme Harald a réuni le Danemark, une partie de la Norvège et jusqu'à un fragment de la Suède au sein d'un même royaume", tout en connectant son pays à l'Europe.

Une belle histoire, agréable à lire, où l'on en apprend beaucoup sur ces territoires qui pour le grand public semblent perdus dans les brumes glacées et où l'on imagine des Vikings aux casques cornus dressés à l'avant de leurs drakkars... Images d'Epinal héritées du XIXe s. auxquelles ce livre fait un sort. 

Passés/Composés, Paris, 2022, 286 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3625-6.

Pour commander directement le livre : ici.

Danemark
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 00:01

Le dernier commanditaire du Moyen-Âge

L'amiral de Graville

Vers 1440-1516

Mathieu Deldicque

Superbe livre, qui s'intéresse à un personnage à peu près totalement oublié de notre histoire, alors qu'il a été l'un des conseillers les plus proches et les plus importants de trois rois de France, Louis XI, Charles VIII et Louis XII. Mathieu Deldicque aborde son histoire sous un angle original : celui de la commande (privée mais aussi publique) nobiliaire d'oeuvres d'art.

Durant cette période de la fin du XVe et du début du XVIe siècle, qui voit le Moyen-Âge s'effacer pour laisser la place à la Renaissance, cet héritier de seigneurs normands dont le château domine l'estuaire de la Seine appartient à une vieille famille au service de la Couronne. Son grand-père fut compagnon de Jeanne d'Arc et son père chambellan de Charles VII. L'ascension de celui qui devient l'amiral de Graville commence pendant le règne de Louis XI, qui lui confie des missions sensibles auprès des grands féodaux et le nomme capitaine des Cent gentilshommes de la maison du roi. Pendant la régence d'Anne de Beaujeu, il participe régulièrement au Conseil du roi, au point qu'il est parfois présenté comme le troisième personnage du royaume. Nommé amiral de France en 1487, "l'un des plus grands offices de la Couronne", il joue un rôle important lors de la guerre de Bretagne à la tête du parti royal. Son influence diminue après le mariage d'Anne de Bretagne avec le roi de France, il est hostile à l'expédition d'Italie, participe au gouvernement du royaume pendant que Charles VIII est en campagne et retrouve l'essentiel de ses prérogatives après le semi-échec de l'intervention. Il perd progressivement ses responsabilités officielles sous le règne de Louis XII, sans que cela ne corresponde à une défaveur royale. Remplacé par des conseillers plus jeunes, il revient cependant aux affaires pour redresser les finances publiques après l'échec d'une nouvelle campagne en Italie et meurt en 1516. Après cette présentation biographique, l'essentiel du livre est consacré à la commande de réalisations artistiques par l'amiral de Graville, en tant que grand seigneur, à titre privé, et au titre de ses fonctions officielles. Une attention particulière est portée aux commandes pour son château de Marcoussis ("une architecture et un décor grandioses") et ses autres résidences (châteaux de Malherbes et de Milly-la-Forêt), mais aussi au bénéfice d'églises, collégiales, abbayes et autres institutions religieuses. Enfin, on s'arrêtera sur les pages consacrées à la splendide bibliothèque de l'amiral (avec de superbes reproductions en couleur de riches ouvrages). 

L'auteur termine cette belle étude d'histoire de l'art, mais aussi d'histoire tout simplement, en dressant le constat que l'amiral de Graville fut bien "l'un des plus grands commanditaires laïcs des années 1500 ... Il employa sa fortune comme un instrument à la fois politique, religieux et artistique" et qui, à ce titre au moins, mérite d'être mieux connu. De solides annexes listent et localisent notamment les manuscrits de sa bibliothèque et une riche bibliographie permettra aux amateurs d'aller plus loin dans la connaissance de ces années de transition à la fin du Moyen-Âge.

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2021, 496 pages, 36,- euros.

ISBN : 978-2-7574-3359-1.

Pour commander directement le livre : ici.

Oublié de l'histoire
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 00:01

Richard Coeur de Lion

De Talmond à Fontevraud, une fabuleuse épopée

Miniac, Paillou et Moreau

Voici une jolie BD en l'honneur d'un grand seigneur du Moyen-Âge, roi d'Angleterre, seigneur d'Irlande, duc de Normandie, duc d'Aquitaine et comte de Poitou, le célébrissime Richard coeur de lion.

L'histoire de Richard est organisée en chapitres, séparés par une page de texte qui précise l'environnement et les circonstances des évènements évoqués ("Ce père honni", "Soumettre le duché d'Aquitaine", "Captif", etc.). Le dessin est puissant et les couleurs vives du récit chronologique tranchent visuellement avec les teintes plus ocre-brun des retour en arrière. On apprécie le récit personnel (c'est Richard qui raconte) des conflits permanents pour recouvrer ou conquérir des territoires, en particulier contre les rois de France, et à ses pérégrinations du comté de Poitou à celui de Clermont en passant par les duchés d'Aquitaine et de Gascogne, enfin par la place accordée au château de Talmont, la seigneurie et le château étant partagés entre le seigneur local et le duc d'Aquitaine.

Le volume se termine sur une dizaine de pages de précisions historiques sur les lieux et personnages de l'époque. Un beau cadeau pour un jeune adolescent, mais aussi une lecture de vacances agréable pour tous qui s'intéressent à l'histoire du sud-ouest dans le contexte difficile du XIIe siècle. 

OREP Editions, Bayeux, 2021, 72 pages. 15,50 euros.

ISBN : 978-2-8151-0531-6.

Pour commander directement le livre : ici.

Honneur et panache
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 00:01

Dernières croisades

Le voyage chevaleresque en Occident à la fin du Moyen-Âge

Loïc Chollet

Même après la conquête par les musulmans des Etats latins d'Orient, l'esprit des croisades ne disparaît pas du tout au tout. Pendant de très longues années, il va perdurer et trouver à se manifester jusqu'au XVe siècle dans des campagnes plus ou moins officiellement reconnues comme des croisades et qui attirent toujours les chevaliers européens, même s'ils sont progressivement de moins en moins nombreux.

Le livre de Loïc Chollet nous entraine donc des pays baltes aux Balkans, d'Alexandrie aux îles Canaries, aux côtés de fiers chevaliers, vrais aventuriers pétris d'idéal de grandeur et de foi. Contre les Infidèles, des païens ou les chrétiens hérétiques, les campagnes militaires se succèdent : "Un peu plus d'un siècle après l'appel d'Urbain II, la croisade s'impose comme un moyen de traiter avec des adversaires opportunément qualifiés d'ennemis de la foi, sans toutefois empêcher les interactions politiques, commerciales et stratégiques". Nous suivons ainsi Pierre de Lusignan, roi de Chypre, à l'assaut (sans lendemain) d'Alexandrie, Amédée de Savoie à la conquête de Gallipoli, Louis de Bourbon tentant sans succès de s'emparer de forteresses sur la côte tunisienne. Qui se souvient par exemple de ces tentatives des nobles officiers du duc de Bourgogne pour bloquer le Bosphore ? Les campagnes de l'ordre Teutonique dans les pays baltes sont mieux connues, mais l'auteur apporte de très nombreuses précisions, sur le soutien initial de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, sur la participation de nobles français à ces croisades, sur la première bataille de Tannenberg puis dans la lutte contre la Pologne. De même, les bien mal connues guerres contre les Hussites, hérétiques de Bohême, sont soigneusement décrites, et l'on retrouve encore la participation de chevaliers français. Les opérations politiques, diplomatiques et militaires dans la péninsule ibérique constituent également un aspect important de ces croisades, avec la "Reconquête" contre les Maures, mais aussi (on le sait peu) les tentatives pour s'implanter en Afrique du Nord et jusqu'aux lointaines îles Canaries,... qui faillirent devenir françaises ! La Bosnie et les Balkans sont enfin le dernier théâtre d'opérations pris en compte dans le livre. Dès le début, avec Philippe d'Artois, cousin du roi de France, on trouve des seigneurs français engagés contre les Turcs,  puis avec le bourguignon de Wavrin, les campagnes se succèdent le long du Danube et jusqu'à Varna.

Les deux derniers chapitres du livre sont consacrés à l'analyse de ces campagnes ("Retour sur une défaite", "La croisade rêvée de Philippe de Mézières", "Pour la foi, l'honneur ou le royaume ?") et à une approche comparée entre croisés, musulmans et païens "nécessairement ennemis ?". L'ensemble forme un volume extrêmement solide, d'une grande densité mais aussi relativement facile à lire. Par ailleurs, l'ouvrage se termine par quelques 90 pages de notes, références, sources et bibliographie, ce qui permettra à tous ceux qui veulent aller plus loin d'approfondir encore leurs connaissances sur ces sujets. Pour de très nombreux points, une belle découverte et dans l'ensemble une formidable présentation d'engagements et campagnes oubliés.

Vendémiaire, Paris, 2021, 417 pages, 24,- euros.

ISBN : 9782363583697

Pour commander directement le livre : ici.

Aux confins de l'Europe
Partager cet article
Repost0
10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 00:01

Onze énigmes de Louis XI

Lydwine Scordia

Monarque entouré d'une légende noire, présenté comme rusé et cruel, Louis XI reste sur le fond très mal connu et ce livre a le mérite de rétablir un certain nombre d'idées reçues et d'a priori.

En onze chapitres, Lydwine Scordia revient sur les questions les plus diverses concernant ce souverain à bien des égards énigmatique. A-t-il fait tuer son père, comme ses ennemis l'affirmèrent et que penser des accusations d'empoisonnement ? Louis XI est-il en cette fin du Moyen-Âge un souverain déjà moderne ? Peut-il prétendre aux qualités du roi-chevalier alors qu'il privilégie les manoeuvres diplomatiques souvent tortueuses ? Etait-il pieux ou superstitieux ? A-t-il abandonné sa femme et était-il misogyne ? etc... Il ne s'agit donc ni d'une biographie du roi, ni d'une analyse de son règne, mais d'un apport (extrêmement) utile à la compréhension du personnage et de ses choix politiques. Finalement, la "légende noire" ("pittoresque et plaisamment écrite") est mise à mal dans la plupart des domaines, ce qui lu en creux donne aussi à penser sur la "propagande" mise en oeuvre par ses adversaires essentiellement bourguignons. En conclusion, l'auteure considère que Louis XI "est d'abord un homme pressé et impatient, alors qu'il devrait être sage et pondéré. Son rapport à l'argent est lui aussi très particulier : le roi en a fait son arme absolue, dont il use comme d'un dissolvant des anciennes fidélités", et elle lui trouve "en commun avec le Roi-Soleil une grande indifférence à l'opinion d'autrui".

Un livre indispensable pour comprendre l'homme, et le règne.

Vendémiaire, Paris, 2021, 187 pages, 21,- euros.

ISBN : 9782363583307

Pour commander directement le livre : ici.

L'universelle araigne
Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 00:01

Le dernier Templier de terre sainte

Vie et mort de Guillaume de Beaujeu

Louis de Vasselot de Régné

Le drame vécu par Jacques de Molay, condamné au bûcher sur ordre de Philippe le Bel, a fait oublier le rôle important et la fin glorieuse de son prédécesseur Guillaume de Beaujeu, dernier grand-maître de l'ordre des Templiers en terre sainte, mort pendant l'ultime défense d'Acre. Cette biographie, issue d'un mémoire de master remanié, comble donc fort à propos un manque.

Cousin du roi de France, allié aux plus grandes familles d'Europe, grand-maître d'un ordre au sommet de sa puissance en Occident, Guillaume de Beaujeu est au coeur des rapports avec l'Orient à l'époque. L'auteur souligne qu'il reste "une figure énigmatique", surtout dans ses relations avec la dynastie angevine, aux ambitions ben connues. En douze chapitres, l'auteur nous présente avec d'innombrables détails ses origines familiales, son engagement en terre sainte, son rôle entre Angevins et Capétiens, ses rapports avec les Mamelouks mais aussi avec les cités italiennes, ses efforts dans le gouvernement de fait du dernier "royaume de Jérusalem", en fait une étroite bande de terre autour d'Acre. Sa mort sur les murs de la cité précède de quelques semaines la disparition des derniers points d'appui côtiers de l'Orient chrétien. Les trois derniers chapitres sont consacrés aux dernières années de l'ordre replié en Occident et à la mémoire (très incomplète et partielle) conservée de Guillaume de Beaujeu à travers la littérature depuis le XIVe siècle.

Le livre se termine sur quelques belles cartes, sur l'arbre généalogique des Beaujeu et des rois de Jérusalem, sur une utile et détaillée chronologie et sur une riche bibliographie. Un récit fluide, qui se lit avec aisance : une réussite. Dès à présent indispensable dans toute bibliothèque sur les Croisades et les Etats latins d'Orient et même plus largement sur le Moyen-Âge.

Editions Vendémiaire, Paris, 2021, 227 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-36358-360-4.

Pour commander directement le livre : ici.

Grand-maître du Temple
Partager cet article
Repost0
8 avril 2021 4 08 /04 /avril /2021 00:01

La naissance du duché de Savoie (1416)

Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin

En février 1416, l'empereur romain germanique Sigismond de Luxembourg élève à la dignité ducale le comte Amédée VIII de Savoie, consacrant l'importance d'un territoire appelé à devenir, jusqu'au milieu du XIXe siècle, un Etat pivot de l'équilibre européen. Le colloque dont les actes sont ici publiés permet de faire un point solide, au plus près des dernières avancées de l'historiographie, sur les premiers temps de la principauté savoyarde, qui s'étend alors de la région de Macon à Nice.

Les dix-sept communications présentées (toutes très solidement référencées) peuvent être globalement regroupées en deux grandes catégories : la présentation de l'évènement lui-même et ses effets, dans le contexte et l'environnement du temps, et l'organisation, l'administration, le fonctionnement du nouveau duché. Outre une présentation des relations au sein du Saint Empire romain germanique, on apprécie en particulier les textes consacrés à la politique dynastique (par Paolo Buffo puis Beatrice Del Bo),  aux guerres génoises (par Fabien Lévy) et à l'organisation de la justice du duché (par Lionel Dorthe), et celle de ses finances (par Christian Guilleré puis Franco Morenzoni). Il y apparait qu'Amédée VIII, en fin politique, privilégie efficacement une "diplomatie de guerre", agitant la menace sans aller le plus souvent jusqu'à l'affrontement armé (on ne compte ainsi que trois morts dans l'armée savoyarde pour quatre années de guerre en Montferrat). Au fil des communications, on croise également les Etats voisins de Montferrat et de Saluces, dont on connaît l'importance lors des guerres italiennes des rois de France.

Une belle étude d'histoire régionale sur un Etat souvent oublié depuis son annexion à la France sous Napoléon III et dont nombre d'enseignements peuvent être mis en parallèle de ce qui a pu exister en Bretagne ou en Provence par exemple. Vivement conseillé aux amateurs.

Presses universitaires Savoie Mont-Blanc, Chambéry, 2020, 396 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-37741-052-1.

Pour commander directement le livre : ici.

Savoie
Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 00:01

Guerriers et paysans

VIIe - XIIe siècle

Georges Duby

Classique parmi les classiques pour les amateurs du Moyen-Âge. Il est donc heureux que Folio réédite cet ouvrage majeur paru pour la première fois en 1973.

De façon extrêmement didactique, Georges Duby présente dans une première grande partie l'évolution des forces productives et des structures sociales durant la période initiale des VIIe - VIIIe s. Il s'intéresse ensuite à la place et à l'influence de la guerre, des opérations militaires et du monde des guerriers dans le développement économique des IXe - Xe s., dans les différentes grandes zones d'Europe. La troisième partie aborde la dernière phase, des XIe - XIIe s., avec la structuration effective de la société en trois ordres mais aussi l'essor de la paysannerie et l'évolution de leurs rapports avec les seigneurs. Cette analyse d'un premier essor économique à l'échelle continentale, avec notamment le développement des échanges lointains, et du rôle de deux groupes sociaux majeurs correspond à une phase importante de l'historiographie de la période et doit être connue de tous les amateurs.

La réédition en format poche permet de rendre ce volume accessible aux petits budgets, en particulier aux étudiants, et constitue de fait une bonne nouvelle.

Folio Histoire, Paris, 2021, 465 pages. 9,20 euros.

ISBN : 978-2-07-291765-3.

Pour commander directement le livre : ici.

Essor européen
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 00:01

Journal de Jean Le Fèvre

Chancelier des ducs d'Anjou et comtes de Provence

Michel Hébert et Jean-Michel Matz (Dir.)

A la fin du XIVe siècle, les comtes de Provence de la maison d'Anjou sont au coeur des grandes problématiques européennes, entre la France et le Pape en Avignon notamment. Rappelons que leur longue titulature comporte les royaumes de Naples et de Jérusalem.

Le chancelier des ducs Louis Ier et Louis II, Jean Le Fèvre, tient pendant l'exercice de ses fonctions un journal (parfois) quasi-quotidien dans lequel il relate tous les évènements auxquels il est partie prenante au nom de son prince. Si les affaires de Provence (en particulier les conflits qui naissent contre le souverain) sont au coeur de ces notes prises sur le vif, il évoque bien sûr fréquemment et parfois longuement les questions d'Anjou, les évènements napolitains, les manoeuvres successorales de la Cour de France et celles du pape Clément VII en Avignon. Outre l'édition du texte original (dont la lecture dans le français du temps demande une attention soutenue), le Journal est judicieusement présenté de façon thématique (l'homme, la chancellerie, les affaires pontificales, les affaires françaises, la diplomatie angevine, etc.) par les différents contributeurs. Le livre est complété par une belle chronologie, un index très complet des noms propres et une série de biographie de personnages majeurs.

Pour tous ceux qui, comme moi, se passionnent aussi pour l'histoire de leur province d'origine, ce livre sera indiscutablement du plus grand intérêt. Mais il est également essentiel pour saisir les grandes évolutions politiques et diplomatiques de ce XIVe siècle si riche en bouleversements, conflits, évolutions, en France et sur l'arc méditerranéen. Une référence.

Presses universitaires de Rennes, 2020, 610 pages, 35,- euros.

ISBN : 978-2-7535-7892-0.

Pour commander directement le livre : ici.

Comté de Provence de la maison d'Anjou
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 00:01

Allemagne et France

au coeur du Moyen-Âge

Dominique Barthélemy et Rolf Grosse (Dir.)

Une intéressante approche comparative à une époque où, certes, ni la France ni l'Allemagne n'existent sous leur forme actuelle, mais où les fondamentaux, en particulier culturels, sont déjà nettement perceptibles.

L'ouvrage compte une vingtaine de contributions d'une grande richesse et s'ouvre sur un texte, signé des deux directeurs, qui évoquent les relations, les proximités et les différences entre territoires français et allemands de l'époque romaine au XIIIe siècle. Parmi tous les sujets traités au fil du livre, dans le domaine des arts, de la culture, de la politique (dont une intéressante contribution sur le tournoi chevaleresque et la naissance des armoiries), nombreux sont ceux qui abordent les questions militaires et politico-militaires de l'époque ou qui évoquent quelques figures emblématique de la période. Celle de Stéphane Lebecq nous rappelle par exemple que Hugues Capet, fondateur d'ne de nos grandes dynasties, est le petit-fils d'Henri Ier l'Oiseleur, roi de Germanie. Une ascendance rarement évoquée. Jean-Louis Kupper dresse un portrait "implacable" du duc Gislebert de Lotharingie, qui oscille entre France et Allemagne : "Dans le domaine des armes, son audace était extrême, à tel point qu'il ne redoutait pas d'affronter tel obstacle tenu pour insurmontable". Les deux directeurs d'ouvrage reprennent la plume ensemble pour nous parler de la trêve de Dieu, "de la Catalogne à Cologne", dont ils relatent la naissance et l'évolution jusqu'à son apparition en Europe du Nord une cinquantaine d'années plus tard, et en décrivent les modalités. Gerhard Lubich nous raconte la campagne méconnue d'Henri V d'Allemagne contre la France en 1124, Jean-René Valette évoque "La métamorphose allemande de Perceval", devenu Parzival, et Dominique Barthélemy s'intéresse aux "Allemands à Bouvines" : "La bataille de Bouvines, du 27 juillet 1214, ne fut donc pas vraiment franco-allemande. Elle a été menée et gagnée par l'armée royale française contre la chevalerie de Flandre et du Hainaut, groupée autour du comte Ferrand, imparfaitement appuyée par un contingent impérial. Et un comte anglais a eu sa part de défaite à peu près autant que ce dernier. Au soir des combats, les vainqueurs ont répertorié 127 chevaliers prisonniers, dont à peine 25 Allemands".

Excellemment mis en page, superbement illustré, bénéficiant d'une impression de qualité sur un beau papier, ce livre passionnera tous les amateurs d'histoire du Moyen-Âge et au-delà tous ceux qui s'intéressent à l'histoire franco-allemande dans le temps long. Particulièrement apprécié sur le fond et dans la forme. La qualité de sa réalisation peut en faire un joli cadeau en cette période de fin d'année.

Passés/Composés, Paris, 2020, 238 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3231-9.

Pour commander directement le livre : ici.

France / Allemagne
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile