Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 00:01

Le mystère Mussolini

Maurizio Serra

A nouveau Mussolini et l'Italie fasciste en cette rentrée éditoriale, avec cette grosse biographie du dictateur italien. Faisant du mensonge et de la dissimulation les caractéristiques du Duce (d'où l'idée d'un mystère à percer), l'auteur affirme : "L'homme reste inconstant dans ses diverses manifestations. Tout est théâtral en lui, et en même temps cérébral ... Pareil au surhomme nietzschéen, dionysiaque et comédien à la fois, il est l'être du ressentiment, qui vit dans l'instinct permanent de la défense et de l'attaque".

 La première partie, en 140 pages environ, dresse un portrait très complet de l'homme et de son rapport à son environnement humain, sa connaissance du monde extérieur à l'Italie, son approche des questions religieuses. La seconde partie, en 130 pages, sous le titre "Ses défis", est un survol de l'entre-deux-guerres de la marche sur Rome au premier semestre 1939. On y suit en particulier l'évolution du Duce en faveur de l'Allemagne (et la complexité de son approche d'Hitler), ainsi que les affaires d'Ethiopie et d'Espagne. Peut-être manque-t-il ici quelques développements complémentaires sur l'évolution intérieure de l'Italie ? La troisième et dernière partie nous entraîne des hésitations de la Drôle de guerre à la succession d'erreurs et d'échecs de la Seconde guerre mondiale, jusqu'à la chute du régime en juillet 1943 et l'ultime tentative "révolutionnaire" de la République sociale italienne sous contrôle allemand.

Une biographie qui dresse donc un portrait complet (et globalement peu favorable) du dictateur, très détaillée sous de nombreux aspects et qui se lit avec aisance.

Perrin, Paris, 2021, 460 pages, 25,- euros.

ISBN : 9782262081713    

Pour commander directement le livre : ici.

Duce
Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 00:24

Juin

Le dernier maréchal

Jacques Favreau

Bien connu pour ses ouvrages d'histoire militaire antérieurs (Na San, la victoire oubliée ; Guerre de Syrie, juin-juillet 1941, bataille de Damour ; La campagne de Tunisie, le retour de la France au combat, 1942-1943), Jacques Favreau nous propose ici un ouvrage beaucoup plus personnel. Le maréchal Juin qu'il nous présente a presque 60 ans lorsque le jeune garçon qu'était à l'époque l'auteur fait sa connaissance : "J'ai connu le maréchal Juin à Rabat en juillet 1947 alors que, général d'armée, il était résident général au Maroc depuis quelques mois. J'avais treize ans".

Le livre est divisé en trois parties très différentes : "Le Maroc, 1947-1951", la rencontre initiale ayant lieu grâce à madame Juin, très amie avec la mère de Jacques Favreau tandis que son père appartient au cabinet militaire du futur maréchal (partie la plus importante) ; "28 avenue Kléber", domicile de Juin à Paris où, de septembre 1953 à juin 1955 l'auteur prépare le concours d'entrée à Saint-Cyr tout en partageant quotidiennement la vie de la famille Juin ; un ultime "Juin -De Gaulle" revient sur les relations, y compris personnelles, entre les deux hommes, camarades de promotion. L'auteur explique très simplement sa proximité avec le maréchal : "[Il] fut comme un père lors de mon adolescence, un répétiteur hors du commun lors de ma Corniche à Stanislas. Témoin à mon mariage, il m'a toujours entouré d'une profonde affection". Le portrait ainsi brossé du dernier maréchal élevé de son vivant à cette dignité est donc frappé au coin de l'intime et de la vie privée, même si les considérations plus générales ou publiques ne sont jamais bien loin (à propos du sultan du Maroc par exemple). Enfin, les cinq dernières pages du livre reviennent sur quelques hommages rendus au maréchal.

Un excellent livre de souvenirs personnels, qui complètera parfaitement les biographies du maréchal et donne à ce grand personnage une humanité supplémentaire.

Editions François Baudez, Mercurol-Veaunes (26), 2021, 144 pages, 18,- euros.

ISBN : 9782846687010

Pour commander directement le livre : ici.

Tranches de vie
Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 00:01

Patton

Christophe Prime

Un petite brochure qui permet de retrouver le parcours assez extraordinaire de ce cavalier originaire de Californie.

Né dans une famille où la tradition militaire est fortement ancrée, il participe aux Jeux Olympiques et séjourne en particulier en France (d'où il dessine un nouveau sabre pour la cavalerie américaine) avant la Grande Guerre. Engagé sur la frontière mexicaine, il est ensuite membre de l'American Expeditionary Force en 1917 et devient le commandant de la 304th Tank Brigade sur le front de France. Il sera désormais l'emblématique défenseur de la cavalerie blindée. Général en 1940, il commande la 2e division blindée, puis le 1er corps blindé et enfin en 1943 du 2e corps US en Afrique du Nord avant de débarquer en Sicile. On connaît les erreurs de commandement commises pendant cette campagne, qui lui valent un long temps de purgatoire, avant de retrouver un commandement en Normandie à l'été 1944. Il y obtient la rupture des lignes allemandes et fonce vers l'est. Après l'offensive allemande des Ardennes à l'hiver, il traverse l'Allemagne du sud avec sa 3e Armée et fait sa jonction avec l'Armée rouge en Autriche. Mortellement blessé dans un accident en décembre 1945, il est inhumé au Luxembourg.

Pas de découverte dans cette brochure, mais une écriture fluide et un texte courant richement illustré. Une solide première approche pour un petit prix.

OREP éditions, Bayeux, 2021, 33 pages. 5,70 euros.

ISBN : 9782815105811

Pour commander directement la brochure : ici.

Old Blood and Guts
Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 00:01

Le secret de la reine-soldat

L'extraordinaire soeur de Sissi

Lorraine Kaltenbach

Soeur de l'impératrice Elisabeth d'Autriche (Sissi), reine déchue de Naples et des Deux-Siciles, Marie-Sophie de Bavière est une personnalité exceptionnelle de la seconde moitié du XIXe siècle, que Proust surnommera "la reine-soldat". En voici une belle biographie.

Rendue célèbre par sa participation à la défense de la citadelle de Gaète lors de la chute des Bourbons de Naples à l'hiver 1860-1861 ("Cette femme héroïque qui, reine soldat, avait fait elle-même le coup de feu sur les remparts de Gaète, toujours prête à aller chevaleresquement du côté des faibles", écrira Proust), Marie-Sophie de Bavière vit alors en exil, assez honteusement abandonnée par les principaux monarques d'Europe. D'abord réfugiée à Rome auprès du Saint-Père ("Tout ce qu'il y a de catholique et de conservateur en Europe lui rend hommage en récompense de son courage et de sa grandeur d'âme"), elle va connaître un exil en Autriche-Hongrie et en Bavière, mais aussi en Grande-Bretagne et en France. Elle s'éloigne rapidement de ces soutiens trop marqués. Progressivement, marquée par le sort de sa fille illégitime puis par la mort de son amant, entre complots et vie privée débridée, elle devient dans le même temps une figure atypique de la vie parisienne de la Belle-Epoque. Repliée en Suisse pendant la Grande Guerre, elle s'installe à nouveau après la guerre en Bavière, où elle meurt à 83 ans en 1925.

Une biographie passionnante sur une femme du XIXe siècle dont le destin a été profondément bouleversé par les grands évènements du siècle. Presque un roman d'aventure.

Editions du Rocher, Monaco, 2021, 302 pages. 20,90 euros.

ISBN : 978-2-268-10482-9.

Pour commander directement le livre : ici.

Reine de Naples et anarchiste ?
Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 00:01

Karl Dönitz

Successeur d'Hitler durant 23 jours

Philippe Valode

Du suicide d'Hitler au 23 mai 1945, pendant 23 jours, le grand-amiral Dönitz a été le dernier chef du IIIe Reich. Cette biographie retrace l'ensemble de son parcours tout en insistant ben sûr sur ces journées historiques.

Philippe Valode a déjà publié plusieurs livres d'histoire (ici par exemple), mais sa méthodologie est visiblement celle du journaliste : aucune des nombreuses citations n'est référencée et aucune archive n'est précisée. Tout repose donc sur des ouvrages antérieurs. Ceci dit, le style est vivant et la lecture agréable, même si les affirmations rapides sont nombreuses : "Il y a dans l'histoire allemande un autre militaire surévalué qui fait fortement penser à Dönitz : le maréchal Rommel. Comme lui, il n'a jamais remporté de bataille" ?

Le livre est organisé en huit parties chronologiques, qui accordent une place essentielle à la fin de l'histoire. La première, "Une brillante carrière navale", couvre toute la vie de Dönitz jusqu'à l'entrée en guerre de 1939. La seconde, "La bataille de l'Atlantique 1940, à 1944", est globalement assez critique pour Dönitz qui semble manquer de sens stratégique et de compréhension de l'évolution du cadre naval du conflit. La troisième, "Les derniers jours d'Hitler en 1945", explique les conditions dans lesquelles le Grand-amiral devient "l'héritier surprise" du Führer : "La promotion de Karl Dönitz à la tête de l'Etat peut surprendre. Elle s'explique non pas en raison des hauts faits militaires de Dönitz, très largement surévalués, nous l'avons vu, mais pour son engagement national-socialiste, sadocilité, sa rigueur". La quatrième, "Du 30 avril au 8 mai 1945 : de l'héritage à la capitulation sans condition", retrace avec de nombreux détails, jour après jour, les actions de Dönitz, aussi bien en direction des Alliés occidentaux que vis-à-vis des autres responsables nazis (notamment Himmler) et des chefs militaires allemands. La cinquième, "Hannibal sauve sans doute un million et demi d'Allemands, février-mars-avril-mai 1945", détaille chronologiquement le sacrifice de la flotte pour sauver les civils d'Europe orientale et des pays baltes fuyant l'Armée rouge. La sixième, "Les derniers jours du Troisième Reich : du 9 au 23 mai 1945", revient sur les intenses discussions avec les états-majors de Montgomery et d'Eisenhower pour essayer d'obtenir des conditions moins défavorables (sur fond d'anticommunisme) mais aussi en direction de la population et des forces armées allemandes pour maintenir le calme et faciliter les ravitaillements. La septième partie, "Le procès de Nuremberg", présente la défense de Dönitz devant les juges alliés et sa condamnation (la plus faible) à dix ans de prison. Enfin, la dernière partie fait le récit de ses conditions d'incarcération ("persuadé d'avoir loyalement servi son pays et d'être injustement enfermé") jusqu'à sa libération le 1er octobre 1956, puis des années de liberté consacrées à la rédaction de ses mémoires (d'auto-justification) jusqu'à son décès en 1980 : "Son plaidoyer est celui d'un homme qui demeure nazi dans l'âme, même s'il semble s'être tourné vers Dieu".

Un livre qui se lit avec facilité et qui, nonobstant les remarques méthodologiques initiales, apporte un éclairage nouveau sur un homme resté mal connu.

Editions du Rocher, Monaco, 2021, 416 pages. 21,90 euros.

ISBN : 978-2-268-10518-5.

Pour commander directement le livre : ici.

Marin et chef du Reich
Partager cet article
Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 00:01

Charles Nungesser

De l'As de la Grande Guerre au disparu de l'Atlantique

Patrick de Gmeline

Une vie d'aventures, et ce n'est rien de le dire ! Un personnage de roman qui avait choisi comme insigne une tête de mort dans un coeur sur des tibias entrecroisés. Une biographie (un peu hagiographique quand même) nécessaire sur l'un des personnages les plus extraordinaires des débuts de l'aviation.

Historien bien connu (parfois plus dans le lyrisme que dans la contextualisation de situations complexes), Patrick de Gmeline nous propose donc ici la biographie d'un personnage d'exception qui commence sa vie entre Paris et l'Argentine avant d'être incorporé en mai 1914 au 2e régiment de hussards. Passé dans l'aviation au début de l'année 1915, rapidement promu sous-officier puis officier, il est d'abord affecté à une escadrille de bombardement avant de passer dans la chasse quelques mois plus tard. il devient l'un des As les plus fameux de la Grande Guerre avec 43 victoires homologuées. Connu et reconnu, sportif mais aimant aussi bien vivre, amateurs de belles voitures (dont sa célèbre Mors intégrée à son surnom) et de jolies femmes, Nungesser reste d'abord dans l'armée après la Grande Guerre et poursuit sa carrière d'aviateur, puis fonde une école de pilotage à Orly, et devient ensuite acteur de cinéma tout en multipliant les meetings aériens aux Etats-Unis. Au milieu des années 1920, naît le grand projet de traversée aérienne de l'Atlantique. Les préparatifs sont longs, couteux, difficiles, mais le pilote ne se décourage pas. Le départ d'Orly le 8 mai 1927 au petit matin se fait en présence, en particulier, de nombreuses autorités civiles et militaires qui se pressent autour de Nungesser et de son partenaire Coli et de leur avion, l'Oiseau blanc. Nul ne les reverra et depuis plane le mystère de leur disparition en vol, sans doute quelque part entre Terre Neuve et Saint-Pierre et Miquelon. Le livre se termine sur le bilan des recherches et des hypothèses sur le lieu exact du crash de leur avion, d'autant plus difficiles à confirmer qu'aucun reste, aucun objet n'a été retrouvé.

Les amateurs trouveront dans les annexes de nombreuses références pour aller plus loin. Un parcours absolument exceptionnel qui se termine sur un énorme point d'interrogation : Nungesser méritait bien cette biographie. 

Editions du Rocher, Monaco, 2021, 318 pages. 20,90 euros.

ISBN : 978-2-268-10480-5.

Pour commander directement le livre : ici.

Le Hussard de la Mors
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 00:01

Le colonel Charles Michon

Chef des Cadets de Saumur

L'honneur au prix du sacrifice

Thierry Dromard et Pascale Michon

Voici la biographie, essentiellement rédigée à partir des archives familiales, du colonel Michon, commandant l'école de cavalerie et du train de Saumur au printemps 1940 et qui va devenir le chef des "Cadets de Saumur".

La biographie à proprement parler du colonel Michon représente environ la moitié du livre, la seconde moitié étant pour l'essentiel constituée d'annexes, dont près de 80 pages de photos. Saint-cyrien de la promotion 1903-1905, il est notamment grièvement blessé et porté disparu en 1915. En fait prisonnier en Allemagne, puis en convalescence en Suisse, il sert ensuite, au début des années 1920, en Anatolie pendant la guerre gréco-turque. Les auteurs consacrent bien sûr de longs développements aux évènements de juin 1940, en particulier à propos de la question des moyens disponibles et de celle des rapports entre le colonel et le maire de Saumur qui souhaite que sa commune soit déclarée "ville ouverte". Ils abordent également les polémiques ultérieures sur le rôle personnel réel du colonel.

Un petit livre qui n'épuise pas le sujet mais qui complète utilement les récits généraux des combats des Cadets en donnant un coup de projecteur sur leur chef et sur les problématiques de son niveau, dans le contexte très particulier de l'époque. A connaître par tous ceux qui s'intéressent à la campagne de France.

Editions Lamarque, Avon-les-Roches (37), 2020, 208 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-490643-44-8.

Pour commander directement le livre : ici.

Un cavalier
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 00:01

De Gaulle

L'homme du siècle

Jean-Paul Bled (Dir.)

Encore un livre sur De Gaulle ! Ils ont été si nombreux en cette année de commémoration. Mais celui-ci présente bien des différences, en particulier d'être un ouvrage collectif qui se caractérise par la grande diversité des contributeurs.

On trouve en effet parmi les 23 contributeurs aussi bien des universitaires (Eric Anceau) que des politiques (Jean-Pierre Chevènement), mais aussi journalistes (Philippe de Saint-Robert), professions juridiques (Matthias Fekl), hauts fonctionnaires (Jean-Marc Simon), etc. Des jeunes brillants (David Chanteranne) et des émérites (Jean-Paul Bled), des spécialistes de la Russie (Jean-Pierre Arrignon), des têtes couronnées (Philippe Delorme), du gaullisme (Olivier Germain-Thomas), etc. Chacun présente, avec son style, ses références, son caractère, un texte sur une facette particulière du général De Gaulle, sur un aspect de sa personnalité, de ses textes, de ses idées qui lui semble important. C'est ainsi que David Chanteranne évoque le général "dans le sillage de Napoléon", que Philippe Delorme se demande si De Gaulle était royaliste ?, qu'Alain Laquièze s'interroge sur son rapport à l'Etat, que Renaud Meltz revient sur le choix du nucléaire, que Jean-Pierre Chevènement nous parle des invariants stratégiques et du rôle dans le domaine de la Défense du général, ou que Dominique Barjot dresse le bilan de l'économie française sous sa présidence. Les relations avec l'Afrique, avec le Liban, avec l'Allemagne, avec les Etats-Unis, avec le Canada français ou avec l'URSS sont également abordées, tandis que Arnaud Teyssier évoque "De Gaulle révolutionnaire" et que Matthias Felk nous propose un original "De Gaulle à table".

Une contribution originale aux publications de cette année 2020, une approche kaléidoscopique de ce que fut De Gaulle. Un livre qui peut se lire par chapitre isolé, sans ordre précis, en fonction de l'intérêt du moment, et qui sur de nombreuses thématiques vient utilement compléter notre connaissance du personnage.

Editions du Cerf, Paris, 2020, 353 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-204-13758-4.

Pour commander directement le livre : ici.

Multiples facettes
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 00:01

Charles De Gaule et l'irruption hitlérienne

Le gaullisme précurseur, 1932-1940

Gilles Le Béguec, Jean-Paul Thomas et Jean Vavasseur-Desperriers

Voici un ouvrage à bien des égards surprenant. En cette "année De Gaulle", où les publications hagiographiques sont nombreuses, voici une étude qui tranche, car elle relève de la véritable recherche, presque une enquête. Avec Gilles Le Béguec, ancien président du conseil scientifique de la Fondation Charles De Gaulle, Jean-Paul Thomas et Jean Vavasseur-Desperriers abordent sur le fond le passage de De Gaulle de "simple" officier à théoricien et stratège.

On sait qu'à partir de 1934-1935 De Gaulle tente de faire passer ses idées sur la motorisation et une composante professionnelle dans l'armée par l'intermédiaire de journalistes et d'hommes politiques. Les trois auteurs vont plus loin. Sur la base de recherches approfondies, ils réévaluent totalement le rôle d'André Pironneau, rédacteur en chef de L'Echo de Paris. Ils ont été mis sur cette piste par De Gaulle lui-même qui écrit au début de ses Mémoires de guerre : "Je fis, d'abord, alliance avec André Pironneau ... Il publia quarante articles". En fait une cinquantaine. Mais surtout il apparaît que De Gaulle lui-même est directement l'auteur d'articles, simplement signés Pironneau. La première partie du livre est consacrée à présenter la véritable campagne de presse en faveur d'une armée mécanisée menée par De Gaulle, avec pour point pivot mais sans exclusive L'Echo de Paris, dont les liens et les engagements sont précisés. La deuxième partie revient sur les réseaux médiatico-politiques de De Gaulle et surtout présente une analyse fine des textes pour y retrouver le style du militaire sous la signature du journaliste (dont les titres et les dates de publication sont précisés). La troisième partie fait en quelque sorte le point des lourdeurs du système : influence du maréchal Pétain et lourdeur des habitudes dans le monde militaire, poids de la politique de désarmement, idéologie, incompréhension voire ignorance dans le monde politique. La quatrième cherche à déterminer le cheminement politique de De Gaulle et de ses idées dans la IIIe République du milieu des années 30, dans son contexte stratégique et géopolitique, jusqu'à l'effondrement final. Dans les annexes, on apprécie la tentative d'identification des premiers gaullistes, avant 1940, ceux qui adhérèrent aux idées du futur chef de la France Libre avant la guerre.

Une étude extrêmement fouillée, qui remet en cause quelques certitudes sur cette période des années 1930 et qui montre bien que, "simple" commandant puis lieutenant-colonel, De Gaulle n'a pas hésité à utiliser les médias de l'époque pour mener une véritable campagne de presse dont il fournit non seulement les thèmes mais parfois même les textes. Un livre indispensable sur les rapports politico-militaires de l'époque.

Presses universitaires de Rennes, 2020, 315 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7535-8143-2.

Pour commander directement le livre : ici.

De Gaulle avant De Gaulle
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 00:01

Salan

Pierre Pellissier

Voilà une biographie attendue depuis longtemps ! Contraint à l'oubli par sa participation à la tentative de putsch en Algérie puis à l'OAS, le général Salan, sans méconnaître les évènements du début des années 1960, méritait d'être tiré de l'ombre au regard de sa carrière exceptionnelle.

Le livre nous propose donc de suivre l'officier de la Première Guerre mondiale et de Saint-Cyr à la fin de sa vie. Nombreux seront sans aucun doute ceux qui apprendront le détail de son séjour au Levant à partir de 1920, qui lui vaut d'être fait chevalier de la Légion d'honneur comme lieutenant à l'âge de 21 ans. En 1924, c'est la découverte de l'Indochine. Affecté au 3e régiment de tirailleurs tonkinois, il rejoint le poste de Nguyen Binh, en train depuis Lang Son, puis par la RC4, "autant de lieux qui marqueront plus tard sa carrière". Outre ses responsabilités proprement militaires, il devient responsable de l'exploitation de mines d'étain. Il apprend la langue vernaculaire, vit au milieu de ses tirailleurs, fils spirituel de Gallieni : "d'abord soldat, il doit poser les armes dès la paix obtenue pour devenir administrateur. Il n'oubliera jamais cette définition ; elle restera valable quelques décennies encore, partout où l'armée française va tenter de contenir les guérillas". Capitaine en 1930, il rédige l'année suivante un manuel bilingue pour l'enseignement des langues locales, qui lui vaut les palmes académiques. Rentré en métropole en 1937, il devient l'adjoint du chef du bureau Renseignement du ministère des colonies, plus particulièrement en charge de l'Extrême-Orient. Il y est promu chef de bataillon en 1938, et peut suivre la montée des menaces tant en Asie qu'en Europe. En 1939, il entre en Ethiopie via le Soudan anglo-égyptien avec un faux passeport et une fausse carte de presse pour apporter armes et argent aux résistants éthiopiens et au printemps 1940 prend le commandement d'un bataillon de tirailleurs sénégalais en cours de formation, par la suite intégré au 44e régiment mixte d'infanterie coloniale. Engagé sur la Somme en juin, puis est dirigé par le "réduit breton" avant de se replier vers les Charentes. Pour ces quelques semaines, il est cité trois fois. Lorsqu'il arrive à Montauban en juillet, le régiment ne compte plus que 20 officiers sur 80 et 600 hommes sur 3.000. Dans le cadre de l'armée d'armistice, il reprend ses fonctions au service de renseignement du ministère des Colonies. Il n'oublie pas l'Indochine, mais ne peut pas faire grand chose : "Suite tragique de notre défaite, l'Indochine va vers son destin, nous l'abandonnons aux Japonais". Il rejoint alors l'organisation secrète du colonel Groussard. Au titre de ses activités au ministère il reçoit la Francisque, tout en multipliant les contact avec les Nord-Américains et Londres, ce qui lui vaut d'être muté "disciplinaire" à Dakar en février 1942. Il y retrouve d'ailleurs Lacheroy, assiste de loin au débarquement anglo-saxon en Afrique du Nord et à l'occupation de la zone "libre" et au début de l'année 1943 rejoint Alger. Désormais colonel, il est bientôt affecté à la 9e DIC, au commandement du 6e régiment de tirailleurs sénégalais. La Corse, l'île d'Elbe, la Provence et la remontée vers l'Alsace. Général à la fin de la campagne, il est appelé par Leclerc en Indochine. Il retrouve donc l'Extrême-Orient, qu'il ne quittera presque pas pendant plusieurs années avec le rôle que l'on sait (l'auteur consacre près de 150 pages à cette période) : "Perdre un empire, c'est se perdre soi-même, c'est enlever tout un sens à une vie d'homme, à une vie de bâtisseur". Les derniers chapitres sont bien sûr consacrés à l'Algérie, où Salan arrive en 1955, période à laquelle Pierre Pellissier consacre plus de 200 pages, jusqu'à "la plongée dans la clandestinité" la retraite venue. C'est désormais le récit du putsch et de l'engagement dans l'OAS, en particulier dans le domaine politique bien développé, et la clandestinité jusqu'à son arrestation en avril 1962. Immédiatement jugé, il refuse de répondre et se contente d'une déclaration liminaire : "Je ne suis pas u chef de bande, mais un général français, représentant l'armée victorieuse et non l'armée vaincue. A la différence de celui qui vous demande licence de me tuer, j'ai servi le plus souvent hors de métropole. J'ai voulu être officier colonial, je le suis devenu. Je me suis battu pour garder à la patrie l'empire de Gallieni et du père de Foucauld. Mon corps a conservé les traces profondes de ce combat. J'ai fait rayonner la France aux antipodes. J'ai commandé. J'ai secouru. J'ai servi et, par dessus tout, j'ai aimé. Amour de cette France souveraine et douce, forte et généreuse, qui portait au loin la protection de ses soldats et le message de ses missionnaires ... Quand on a connu la France du courage, on n'accepte jamais la France de l'abandon". Il va rejoindre la prison de Tulle (dont le régime est décrit) où, alors que les libération commencent dès 1966 pour ses codétenus, il reste jusqu'en juin 1968 et consacre ensuite son temps à la rédaction de ses mémoires.

Une biographie qui nous entraîne donc bien au-delà de la seule période de la guerre d'Indochine, au long d'un parcours de vie et d'engagement qui, par respect de la parole donnée et sens du sacrifice, explique les choix des dernières années. Indispensable pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'armée française au XXe siècle.  

'Tempus', Perrin, Paris, 2020, 716 pages, 12,- euros.

ISBN : 978-2-262-08656-5.

Pour commander directement le livre : ici.

Le "Mandarin"
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile