Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 00:01

Sekigahara

La plus grande bataille de samouraïs

Julien Peltier

Qualifiée par l'auteur, spécialiste du Japon médiéval, "[d']apogée tragique d'une époque troublée", la bataille de Sekigahara, en octobre 1600, est pour son époque la bataille de tous les superlatifs, et marque le début d'une ère de paix pour un empire réunifié.

Dans un style simple, dynamique, agréable à lire, Julien Peltier organise son livre en quatorze brefs chapitres rassemblés en quatre grandes parties : "Le siècle de fer", "Une saison de plomb", "Le jour d'acier", et "L'âge d'airain". Après avoir présenté le contexte général au cours des décennies qui précèdent et expliqué les réseaux complexes (pour nous) des généalogies claniques et des liens de vassalité, l'auteur présente "l'art japonais de la guerre" à la fin du XVIe siècle. Il en vient ensuite à présenter es moyens et l'organisation des deux principaux protagonistes, Ieyasu et Mitsunari.

La campagne qui commence embrase l'ensemble du Japon et commence par une série de sièges pour s'assurer des fidélités ou amoindrir les forces de l'ennemi. Les effectifs concernés sont absolument considérables pour l'époque : au total, plus de 170.000 hommes vont s'affronter lors de la plus importante bataille de samouraïs de l'histoire et 35 à 40.000 d'entre eux vont y mourir. L'auteur nous en livre tous les détails jusqu'à la victoire de l'armée de l'Est et à l'installation durable sur le trône des Tokugawa, "la dernière, la plus puissante et la plus pérenne dynastie shogunale". Le livre se termine sur les conséquences, à brève et longue échéance, de la bataille.

Le livre se termine sur un utile glossaire, des notices présentant les principaux personnages et une très solide bibliographie. Au bilan, un livre (parfois un peu complexe car les noms et les titres nous sont pour la plupart étrangers) passionnant, qui restitue avec brio une période, une campagne et une bataille pour lesquelles nous n'avions dans la littérature française récente que quelques articles. Une belle découverte.

Passés/Composés, Paris, 2020, 288 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3042-1.

JAPON

Partager cet article

Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 06:00

Tibet mort ou vif

Pierre-Antoine Donnet

Partant de l'invasion chinoise en 1950, l'auteur nous raconte la sinisation progressive et systématique du pays, et la quasi disparition d'une ancienne civilisation.

Le livre est organisé en sept grands chapitres chrono-thématiques, de "L'invasion chinoise" (jusqu'à l'insurrection de 1959) à "La sinisation du Tibet et le renouveau du bouddhisme tibétain", y compris la situation dans la province musulmane voisine du Xinjiang. Dans chaque chapitre ou presque, une partie doit être consacrée aux exactions de l'armée et des forces de sécurité chinoises ("Les crimes des Gardes rouges", "Un million de morts ?", "1988, Lhassa à feu et à sang", "Les armes de la sinisation", "La colonisation du Tibet", etc.), tant la politique gouvernementale chinoise est brutale et violente. A la mort de l'actuel Dalaï-Lama (âgé), la question se posera de la désignation de son successeur et les autorités chinoises tenteront d'imposer une de leurs créatures. L'auteur espère en conclusion que l'on pourra parvenir à un compromis accordant au Tibet une autonomie réelle au sein de la Chine, mais sans remettre en cause son appartenance au pays, et s'inquiète du développement d'un éventuel "terrorisme tibétain", craignant aussi "un empire chinois éclaté". En tout état de cause, "le retrait de la Chine au Tibet est hautement improbable, d'autant que l'assimilation du Tibet au reste de la Chine est d'ores et déjà quasi complète".

Dans les annexes et appendices, on note en particulier une utile chronologie et une précieuse bibliographie de plusieurs pages sur ce sujet rarement traité.

Folio actuel, Paris, 2019, 511 pages. 8,40 euros.

ISBN : 9782072802348

Mort du royaume des Neiges

Partager cet article

Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 06:00

Indochine et Vietnam

35 années de guerre : 1940-1975

Dennis Wainstock et Robert L. Miller

Considérant que les guerres française d'Indochine et américaine du Vietnam constituent en fait un seul et même conflit (à la limite pourquoi ne pas l'étendre au conflit sino-vietamien qui va clore le cycle ?), les auteurs affirment s'appuyer sur l'ouverture de nouvelles archives (en particulier nord-vietnamiennes) pour rédiger une histoire cohérente dans le temps long.

L'ouvrage, qui prend en compte les problématiques politiques, diplomatiques et bien sûr militaires,  se divise en trois grandes parties : "La conquête impériale" (période française jusqu'à la conférence de Genève), "Le Vietnam dans la guerre froide (présentation des deux Etats, nord et sud, et relations avec les Etats-Unis jusqu'à la crise de 1963), "La guerre américaine" (du golfe du Tonkin à l'offensive du Têt, la "vietnamisation" , les bombardements aériens et les accords de paix), sans oublier bien sûr les mouvements d'opposition à la guerre sur le sol des USA. Une utile chronologie complète le volume, tandis que les sources et la bibliographie comportent presque exclusivement des références américaines.

Un volume format poche qui malgré sa densité procède parfois par phrases un peu rapides. Mais au total, en particulier pour les étudiants, une première approche bien utile à l'ensemble de la période dans le sud-est asiatique. 

'Chronos', Nouveau Monde éditions, 2019, 326 pages. 9,90 euros.

ISBN : 978-2-36942-634-9.

La guerre de 35 ans

Partager cet article

Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 06:00

La puissance chinoise

en 100 questions

Valérie Niquet

Alors que le successeur de Mao est susceptible de rester à vie dirigeant suprême d'un pays immense, au régime dictatorial mais à l'économie "sauvage", alors que la question des îlots et archipels des mers du Sud empoisonne les relations régionales, alors que la Chine est de plus en plus présente en Afrique et a notamment installé une base permanente à Djibouti, il est du premier intérêt de s'intéresser à ce pays et donc à ce livre.

Selon la formule de la collection, les "100 questions" tous les aspects : l'histoire avec ses interrogations, les questions culturelles et sociétales, la politique intérieure, le système économique et la géopolitique chinoise. L'auteure constate la réalité et l'importance des transformations entreprises depuis les années 1980, mais elle sait aussi souligner les faiblesses et les domaines dans lesquels existent des risques potentiels. Une chose est certaine : l'empire du Milieu est redevenu et restera à horizon visible un acteur essentiel de la vie internationale : nul ne saurait désormais l'oublier.

Un livre qui remet en place un certain nombre d'idées reçues.

Tallandier, Paris, 2017, 271. 15,90 euros.

Géant aux pieds d'argile ?

Partager cet article

Repost0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 06:00

Dépêches du Vietnam

John Steinbeck

Réédition d'un ouvrage publié en 2013 en français aux Belles Lettres, et que nous avions alors salué (ici). Nous ne pouvons qu'en reprendre les termes, ces "Lettres à Alicia" (nom donné aux articles qu'il envoie aux Etats-Unis) constituant sans doute l'un des plus solides témoignages de journaliste sur le conflit. D'autant plus intéressant que l'on connaît les prises de position progressistes de Steinbeck, proche du parti Démocrate, alors qu'ici il soutient l'engagement américain et répond aux critiques des adversaires du conflit.

Un "format poche" indispensable pour quiconque s'intéresse à la guerre du Vietnam, et plus largement à l'armée américaine.

'Tempus', Paris, 2017, 313 pages, 9,- euros.

ISBN : 978-2-262-06779-3.

Guerre américaine du Vietnam

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 06:00

Pourquoi les Khmers rouges

Henri Locard

Le régime de terreur dit "du Kampuchéa démocratique", instauré par les Khmers rouges au Cambodge, a été accueilli en 1975 en Occident, et particulièrement en France, par des textes systématiquement optimistes et positifs de l'intelligensia (on se reportera aux articles du Monde de l'époque par exemple). Il a duré en tant que tel moins de quatre ans, mais le drame est insoutenable. La réalité est en effet tout autre que la présentation qu'en firent les "idiots utiles" : celle d'un système concentrationnaire et d'exécutions massives à l'échelle d'un pays.

Le livre d'Henri Locard, réédition enrichie et complétée du volume (déjà excellent !) publié en 2013 (ici) mérite d'autant plus que l'on si attarde qu'il permet de comprendre comment un quart des habitants du Cambodge a pu disparaître. Il utilise en particulier les enquêtes et déclarations lors des procès de 2014 des derniers dirigeants Khmers rouges. On se reportera à notre première présentation, et l'on retiendra cette phrase de la conclusion : "Dans le Kampuchéa soi-disant démocratique, toutes les libertés avaient été abolies et le mot même de 'liberté' avait disparu de la constitution".

Un ouvrage indispensable pour qui s'intéresse aussi bien à l'histoire de l'évolution des idées politiques qu'à celle de l'extrême-Orient.

Editions Vendémiaire, Paris, 2016, 381 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-36358-239-3.

Trois ans, huit mois, vingt jours

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 06:00

Les Chinois

Alain Wang

Partant du constat que ce qui distingue les Chinois du reste du monde est "un mode de pensée, une façon de percevoir et d'aborder les choses", mais aussi que "la mondialisation économique bouscule leur vie quotidienne depuis des décennies", l'auteur, journaliste et enseignant, nous présente un tableau très complet de la Chine d'aujourd'hui.

Les six chapitres thématiques s'intéressent successivement aux Chinois dans leur diversité ("La population : 19 humains sur 100"), y compris les minorités nationales et religieuses ; aux cadres dirigeants du pays ("De Mao à Xi Jinping"), dont les noms sont plus ou moins connus sans que l'on distingue toujours les différences entre eux ; à l'organisation politique et étatique ("A quoi sert le parti communiste aujourd'hui ?") avec cette contradiction entre économie mondialisée et parti unique sur fond de corruption généralisée ; aux catastrophes écologiques et sanitaires connues et à celles qui s'annoncent ("Du désastre écologique à la révolution numérique") ; aux fondamentaux culturels en cours d'évolution ("La famille et la révolution des moeurs"), de la limitation remise en cause des naissances à la place des enfants, des femmes, etc. ; et à la formidable explosion des richesses qui remet en cause à la fois les valeurs traditionnelles et les fondamentaux politiques du part ("Nouveaux riches et nouveaux pauvres"), avec l'abandon des campagnes, la paupérisation mais aussi les nouveaux milliardaires, les régions et les familles déclassées, etc. Tout ceci donne le sentiment d'une bouilloire dont le couvercle politique tient de moins en moins bien.

En à peine plus  d'un demi-siècle (1950-2016), la Chine a, au sens propre, changé de monde, souvent à la suite de situations humainement violentes. Pour l'auteur, aujourd'hui, "l'usine du monde est en panne et l'absence d'un système de protection sociale généralisé et efficace freine la transformation vers une économie basée sur la consommation intérieure". Et le retour proclamé des valeurs traditionnelles, affichées mais systématiquement bafouées, "a tout d'un combat d'arrière-garde". Avec cette annonce finale : "Si le président Xi Jinping arrive à se maintenir au pouvoir jusqu'à la fin de ses deux quiquennats et à fêter le centième anniversaire de la fondation du parti en 2021, la sixième génération de dirigeants communistes pourra difficilement s'opposer à une réforme politique profonde". L'avenir n'est peut-être pas radieux ?

Un livre qui permet de mieux comprendre les choix diplomatiques et stratégiques chinois alors que les menaces de crise(s) sont régulièrement agitées en Extrême-Orient. A conserver.

Tallandier, Paris, 2016, 299 pages. 20,90 euros.

ISBN : 979-10-210-1748-1.

Mystérieux empire du Milieu

Partager cet article

Repost0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 07:00

Port-Arthur

8 février 1904 - 5 janvier 1905

Bruno Birolli

L'auteur, auquel on doit une biographie récente du général Ishiwara Kanji, "l'homme qui déclencha la guerre", nous le rappelle à la fin de son bref préambule : "Du point de vue de l'histoire militaire, le 20e siècle commence en 1904 devant Port-Arthur", à l'occasion de cette guerre russo-japonaise qui marque l'émergence du Japon comme grande puissance.

Les premiers chapitres posent le cadre du prochain conflit en présentant successivement la situation en Mandchourie, objet de toutes les convoitises et prélude suppose-t-on à l'ultime démembrement de la Chine, la politique américaine d'Open Door et l'alliance entre Londres et Tokyo, les deux armées en présence avec leurs forces et leurs faiblesses, la situation locale enfin avec la topographie de Port-Arthur et le détail de ses nombreuses positions fortifiées, fortifications souvent dépassées qui n'ont plus que l'apparence de la puissance. Le chapitre 5 est consacré au début des opérations militaires japonaises, avec un raid naval de nuit, le 8 février 1904, contre la flotte russe à l'ancre dans le port. Sans réel succès, cette attaque est prolongée par des escarmouches maritimes pendant plusieurs semaines, les Japonais hésitant à s'approcher sous le feu des batteries côtières, mais l'étau se resserre néanmoins peu à peu sur la garnison que commande visiblement fort mal le général Stoessel (avant d'être relevé d'une partie de ses prérogatives militaires) et que la 3e Armée japonaise commence à débarquer prudemment à une petite centaine de kilomètres de la place forte. Les premières batailles voient déjà l'emploi systématique des tranchées, des réseaux de fil de fer (Nanshan) et Bruno Birolli souligne la qualité de la coordination interarmées chez les Japonais et l'opiniâtreté du soldat russe qui résiste bravement. A la fin du mois de mai, les Russes se sont repliés à 25 km. environ du port et les combats sur les hauteurs de Kenzan se terminent à la baïonnette. L'auteur observe également à plusieurs reprises que les jeunes officiers nippons savent faire preuve d'initiatives et d'idées novatrices, contrairement aux chefs plus âgés, "peu imaginatifs" et qui respectent scrupuleusement la doctrine en vigueur. Les assauts japonais successifs sont soigneusement préparés par l'artillerie (en dépit du manque de pièces lourdes), qui dispose d'un réseau téléphonique complet pour la première fois dans l'histoire militaire : "Une des photos de presse qui étonnent le plus les contemporains de la guerre russo-japonaise est celle du général Oku dirigeant la bataille de Nanshan de derrière un bureau couvert d'une dizaine de téléphones". Mais cela n'empêche pas les pertes d'être très élevées : lors de pratiquement tous les engagements, les Russes perdent beaucoup moins d'hommes que l'armée du Mikado. Le 19 août, lors de l'assaut de la cote 174 défendue par quelques mitrailleuses et deux canons, "malgré le feu incessant de dix batteries japonaises, les Russes tiennent quatre jours. Quand ils se retirent, ils abandonnent 350 morts. Les Japonais payent cette victoire de 1.400 morts et blessés". Déjà, l'artillerie se montre relativement impuissante à détruire les réseaux de fil de fer et malgré la puissance de l'effort japonais, les vieux forts russes tiennent et les régiments de tirailleurs sibériens résistent : les combats sont "d'une rare sauvagerie" et souvent du côté japonais par "une suite d'assauts improvisés et désordonnés, de tâtonnements brouillons". A compter du mois de septembre, comprenant que la victoire sera difficile et longue à obtenir, le commandant en chef japonais doit se résoudre à un siège en règle, marqué par de petites opérations terrestres qui restent extrêmement coûteuses, les pertes se chiffrant à 5000 hommes par mois. L'artillerie tient souvent le premier rôle (y compris avec l'arrivée d'obusiers japonais de 280 mm. ou la mise au point de mortiers de tranchée rudimentaires par les Russes), mais les sapeurs entrent aussi en ligne, aident l'infanterie à se protéger et à progresser, multiplient les sapes contre les forts : "90% des 600 hommes du régiment du génie de la 1ère division meurent". D'autres innovations sont développées : le chemin de fer de campagne facilite la logistique de l'armée nippone, les grenades à main font leur apparition et les torpilles bangalore sont mises au point, les anciennes mines dont les chambres comptent parfois plusieurs tonnes d'explosif sont reises à l'honneur. Une à une, les positions russes sont (très difficilement) écrasées. La place forte tient cependant toujours et parvient même à résister à un nouvel assaut général le 30 octobre : 30.000 hommes attaquent sur un front de 3 kilomètres. C'est un échec cuisant. Si les tranchées russes de première ligne sont (parfois) emportées, les Japonais ne progressent presque pas : "L'armée de siège découvre que le soldat russe est un défenseur hors de pair qui s'accroche dans les ruines des forts et meurt aussi bien qu'un Japonais ... Cet échec est une humiliation". Les assauts reprennent, les attaques se poursuivent, les milliers de morts s'accumulent. Fin novembre-début décembre, l'artillerie se déchaîne tandis que peu-à-peu, mais toujours au prix de pertes très élevées du fait de la résistance et des contre-attaques locales russes, les assaillants progressent : "Lentement, sûrement, mètre par mètre, en les tuant un à un, les Japonais acculent les ultimes défenseurs (de la colline 203) sur le versant-est". Le 15 décembre, la mort à 100 m. des lignes japonaises du général Kondratenko, "l'âme de la défense, celui qui plus que tout autre a fait résister la forteresse", annonce la chute de la place, effective le 31 décembre dans l'après-midi. 

Une bataille qui annonce visiblement les combats de la Grande Guerre (y compris dans une étonnante "fraternisation" le 2 décembre 1904, pendant quelques heures avant que les combats ne reprennent avec autant de violence qu'auparavant), avec son artillerie et ses mitrailleuses d'infanterie. Mais les enseignements n'en sont tirés par aucun pays, "paradoxalement, les enseignements du siège ne sont pas mieux perçus au Japon". Un très bon volume, à méditer, qui se termine par une chronologie détaillée et une petite bibliographie commentée.

Economica, Paris, 2015, 125 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6802-9

La page FB de l'auteur : ici.

Première grande bataille du XXe siècle

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 06:00

Le Japon d'Hiroshima

L'abîme et la résilience

Barthélémy Courmont

L'ouvrage est original grâce à un double regard dans le temps long : d'une part, il replace dans leur contexte de l'époque les événements de 1945 en Extrême-Orient, et d'autre part il s'interroge sur les effets et conséquences au fil des années sur la société japonaise dans son ensemble.

Dans les premiers chapitres, Barthélémy Courmont prend en compte la situation de l'ensemble du Japon au premier semestre 1945, qu'il s'agisse des choix de l'armée et du gouvernement, de la position de l'empereur, ou des réactions de la population. Il s'interroge également sur la perception de la prochaine défaite (annoncée ? attendue ?) dans une société à laquelle cette notion est pratiquement étrangère. Il pose ensuite la question de l'utilisation d'une deuxième bombe atomique sur Nagazaki le 9 août 1945, dans le contexte particulier du Japon d'une part, et des Etats-Unis d'autre part à l'époque. Le chapitre "Ici, pas une âme" est particulièrement poignant, car il décrit avec rigueur ce que les deux villes étaient devenues au lendemain de l'explosion et pendant les mois qui suivent  : "Jusqu'à 500 mètres de l'épicentre, toutes les constructions contenant du métal furent détruites" ; "Jusqu'à 1,5 km., les constructions en briques n'étaient pus que des ruines ; jusqu'à 2 km, tous les bâtiments avaient subi des dommages irréparables ... On comptait encore d'importants dommages matériels à 3,2 km de l'épicentre". Au-delà des destructions matérielles, ce sont des centaines de milliers de Japonais qui décèdent ou ont à souffrir des effets de l'explosion, dans deux villes pratiquement rayées de la carte : "La plupart des historiens ont choisi le 31 décembre 1945 comme limite aux décès consécutifs à l'explosion atomique. Cela signifie que si 3000 personnes sont décédées le 1er janvier 1946 de brûlures ou autres blessures, elles ne sont pas répertoriées comme victimes de la bombe". La description de deux cas cliniques (un survivant, une décédée) aux pages 114-115 est assez impressionnante (y compris par la froideur apparente du rapport médical). S'ouvre alors la grande deuxième partie du livre, qui nous entraîne de la fin des années 1940 aux années 1990 dans l'analyse et l'évolution du rapport de la population au nationalisme et aux questions de sécurité et défense, jusque dans les grands rassemblements annuels qui se succèdent à Hiroshima. Paradoxalement, cela n'empêche pas le Japon d'être l'un des tous premiers pays à se tourner, dès la deuxième moitié des années 1950, vers l'énergie nucléaire civile. La relation ambigüe avec les Etats-Unis est profondément modifiée par la guerre de Corée puis la guerre froide, et elle est étudiée au fil des pages (sans que l'ambigüité soit d'ailleurs toujours levée). Enfin, l'auteur s'intéresse aux survivants (il y en a), aux (ré)écritures de l'histoire et à la présence américaine dans le pays depuis la fin de la guerre, y compris dans ce qu'elle entraîne comme renouveau nationaliste (un "nationalisme culturel"), dans la littérature et le cinéma aussi bien qu'au sein de la société (dont les jeunes).

Un livre très intéressant qui passionnera sans aucun doute ceux qui s'intéressent au concept de dissuasion nucléaire, comme ceux qui se passionnent plutôt pour le Japon lui-même.

Editions Vendémiaire, Paris, 2015, 285 pages, 20 euros.

ISBN : 978-2-36358-176-1.

Poids et influence d'Hiroshima

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 06:00

La dynastie rouge

Corée du Nord, 1945-2014

Pascal Dayez-Burgeon

Nouvel ouvrage en quelques semaines sur le royaume de la Schizophrénie. Après Cher Leader (ici), témoignage personnel d'un ancien privilégié du régime en exil, voici un livre d'histoire sur la mystérieuse dynastie rouge des Kim.

Avec Kim Jong-sung, puis Kim Jong-il et enfin Kim Jong-un (qualifié dans l'introduction "d'ahuri dodu" et de "buté, belliqueux, cruel"), l'étonnante et kafkaïenne monarchie communiste de Corée du Nord semble un îlot paradoxal dans le monde moderne, de stabilité (à quel prix !) et d'absurdité. L'auteur prend ses précautions : "Cette première biographie croisée n'entend en aucune manière légitimer une dictature dont les crimes sont odieux", mais de façon assez étonnante pour un tel sujet adopte un ton presque froid et détaché, tout en disant nettement les choses. Cette distance donne à l'ouvrage l'allure d'une surprenante étude à froid. Pascal Dayez-Burgeon prend soin de systématiquement replacer les événements qu'il décrit dans le temps long de la culture coréenne et de préciser le contexte culturel qui est le leur (le mont Paektu, berceau du fondateur mythique du pays, "récupéré" par Kim Jong-sung et ses successeurs). De ce fait, non seulement on apprend énormément de choses sur la Corée du Nord des Kim, mais aussi sur l'ensemble de l'histoire du pays et sa civilisation. L'étonnant système nord-coréen, ses administrations pléthoriques, ses services de sécurité redondants, sa richissime élite et sa population affamée (entre 500.000 et 1,5 million de morts du fait de la famine à la fin des années 1990 selon les estimations), la volonté du dernier héritier de faire entrer cet étrange Etat dans le monde d'Internet tout en le contrôlant ("En 2006, (il) rend l'enseignement informatique obligatoire, sans se rendre compte que la plupart des écoles n'ont ni les moyens de se procurer des ordinateurs, ni même l'électricité nécessaire pour les faire fonctionner"), la place laissée aux sciences humaines revues et relues à l'aune du juché, cette doctrine qui puise ses principes d'autosuffisance et d'indépendance dans le vieux fond confusiasniste et coréen. D'où la course à l'arme nucléaire ("L'arme nucléaire est leur assurance-vie"). D'où aussi l'industrialisation de la corruption et de tous les trafics, dont celui de la drogue : "Une escouade de chimistes est réquisitionnée pour transformer l'opium en héroïne ou reprendre la production des méthamphétamines ... Moscou, Tokyo et Washington ne tardent pas à dénoncer la filière coréenne. Pyongyang nie, mais plusieurs ambassadeurs nord-coréens sont pris sur le fait, leurs valises diplomatiques bourrées de stupéfiants, et avouent avoir agi sur ordre. Le Nord nie également les trafics de cigarettes, de CD piratés, d'antiquités contrefaites ou de fausse monnaie, mais avec si peu de conviction qu'il ne convainc personne". Des personnages mégalomes, "d'une stature surhumaine" selon la propagande qui les entoure, que l'on voit vivre et tout faire pour maintenir un pouvoir qui, malgré tout, peu à peu se fissure (Oh ! Bien modestement encore !). Pour nos esprits rationnels et cartésiens, des détails pour le moins surprenants, comme l'attribution "à titre posthume" à Kim Jong-il par le Parti des travailleurs, en 2012, du titre de "Secrétaire général éternel"

La conclusion est sans ambigüité et l'auteur évoque un "Disneyland de l'horreur" : "Les Kim sont encore là pour un certain temps. Mais ce temps est incertain". Indiscutablement, à lire. 

Perrin, Paris, 2014, 446 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-262-04043-7.

Au pays du "Phare de l'espoir" !

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile