Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 07:00

Je réussis en histoire

(licence)

Thomas Berthod, François Pernot, Jenny Rafflik et Emilia Robin Hivert

  Je-reussis.jpg

Rentrée universitaire oblige, les ouvrages sur les formations proposées aux étudiants de Sciences humaines fleurissent. Avec sa collection « Je réussis en.. », Armand Colin s’adresse préférentiellement aux étudiants qui doivent passer le cap de la première année de licence - année de L1 - réputée la plus difficile.

Manuel de près de 200 pages, l’ouvrage est réalisé par des enseignants du supérieur et propose des conseils concrets pour que les étudiants s’adaptent rapidement à l’université. En réalité, il s’agit avant tout d’une présentation de la matière et de l’utilité de faire de l’histoire (« S’engager dans des études d’histoire »), d’un glossaire, au demeurant fort précieux, pour expliquer la périodisation historique, les acronymes multiples – UE pour Unités d’Enseignements ; EC pour Eléments constitutifs – ECTS pour les crédits d’enseignement – que les étudiants devront nécessairement apprendre à décrypter très vite, tout comme l’extrême diversité des titres et fonctions de leurs enseignants  (ATER, chargé de cours, PRAG, Maître de Conférences, Professeurs des Universités).  La première partie se termine par une injonction, celle de la nécessité pour les étudiants de devoir construire leur parcours universitaire, dès leur première année.

L’essentiel de l’ouvrage se situe dans la deuxième partie, toute entière tournée vers les méthodes à acquérir. Au-delà d’une adaptation nécessaire aux pratiques universitaires fort éloignées des méthodes du secondaire,  de nombreux conseils sont proposés aux étudiants pour apprendre, c'est-à-dire s’organiser matériellement pour prendre des notes, classer les informations et les retenir, à la fois dans le cadre d’un TD et sur l’ensemble du semestre, clôt par les partiels. De façon très didactique, les auteurs ont pris le soin d’expliquer par le menu ce que l’on attend de l’étudiant en histoire à la fois en termes de savoir-faire et de savoir-être. Mais plus globalement, ils insistent sur les pré-requis absolument nécessaires à savoir la maîtrise de l’écrit, autrement dit la nécessité de devoir corriger une orthographe défaillante, la connaissance de la méthodologie bibliographique, la mise en fiche et enfin la présentation des grandes épreuves que sont la dissertation et l’explication de texte qui font, l’une et l’autre l’objet d’un chapitre indépendant.

La troisième partie aborde enfin la question des débouchés professionnels en histoire, sans doute la partie plus faible de l’ouvrage – et en tous cas la plus réduite – car elle ne présente guère l’histoire sous un jour très favorable. En fait de débouchés professionnels des étudiants, il est surtout question des « petits boulots » (sic) et il est fait une place extrêmement réduite à ce qui a toujours été le débouché principal des étudiant en histoire, à savoir les concours de l’enseignement. Celui-ci est en effet présenté en moins de trois lignes, en mettant pratiquement sur le même niveau, le métier de CPE (Conseiller principal d’éducation), d’enseignant du secondaire ou d’enseignant du supérieur. Nulle part véritablement, il n’est question des concours de la fonction publique, pourtant seuls secteurs qui recrutent encore actuellement en dépit de la crise. Les autres métiers (« pigiste » (sic), « chargé de relation publique » ; « attaché de presse », « conservateur du patrimoine », « archéologue », etc.)  sont présentés bien trop rapidement pour que les étudiants puissent précisément concevoir leur propre parcours professionnel. Il n’est d’ailleurs pas fait mention des possibilités aussi pour les étudiants de trouver à travailler dans des institutions autres que culturelles où leurs qualités de bons rédacteurs trouveraient à s’employer.

En dépit de cette limite sur les débouchés professionnels de l’histoire, l’ouvrage reste cependant utile aux jeunes bacheliers qui souhaitent s’engager dans un parcours universitaire. Les conseils méthodologiques du cœur de l’ouvrage justifient à eux seuls l’achat de ce petit opuscule, précieux lorsque l’on est soucieux de franchir l’écueil de la première année à l’université.

Julie d’Andurain

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Réflexions générales
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 07:15

Rommel's Lost Battalions

Army History  -  Eté 2012

ARMY 1

Un long article sur les "bataillons perdus" de Rommel en Tunisie, en fait initialement des bataillons de relève, qui disparaitront dans la tourmente des dernières réorganisations de l'Afrika Korps à la fin de l'année 1942. On relève également cette consigne, presque ce leitmotiv à l'attention de ses subordonnés, dans le mot du Dr. Richard W. Stewart ("Chief Historian") : "Préserver les documents et l'histoire de l'Army est important, mais insuffisant en soi. Les historiens militaires doivent produire une grande quantité d'articles, de monographies, de livres. Ils devraient répondre à des interviews à la télévison et dans les radios ... En bref, les historiens militaires doivent diffuser une grande variété de productions sous divers formats pour toucher tous les publics".

Intéressant comme idée, non ?

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 07:10

Etrangers et engagements, 1939-1945

Centre des archives du personnel militaire

13 septembre  -  20 décembre 2012

 Affiche étrangers

Si leur rôle a souvent été mis en exergue dans le cadre des études sur la Grande Guerre, la place des étrangers engagés volontaires dans les rangs de l'armée française au cours de la Seconde Guerre mondiale est finalement moins connue. Une exposition de photos et de documents leur rend hommage de belle manière, du 13 septembre au 20 décembre 2012, au Centre des archives de personnel militaire (qui a récemment intégré le SHD) de Pau.

A voir : Caserne Bernadotte, place de Verdun, 64000 Pau

Horaires : les jours ouvrés de 08h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h00 (vendredi 15h00)

Renseignements : 05 59 40 46 92

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 07:05

39-45 Carnets de guerre

Sous-mariniers

Des commandants de sous-marins anglais et allemand racontent leurs combats

img156.jpg

Les éditions Jourdan nous proposent ici deux récits, celui d'Alastair Mars, commandant britannique de l'Unbroken, et celui d'Heinz Schaeffer, commandant allemand de l'U-977.

Exprimons immédiatement un regret : le livre ne comporte aucune introduction permettant de faire au moins un point rapide sur la question de la guerre sous-marine durant la Seconde guerre mondiale (le qui ? quoi ? comment ? pourquoi ?, en quelque sorte) et, de même, les deux textes, dans lesquels le lecteur est directement immergé (si j'ose dire), ne sont pas présentés (qui sont les auteurs, leurs carrières, date et cadre de la première publication, etc.). C'est fort dommage car, en dépit de leur intérêt, cette absence de contextualisation rend plus difficile leur utilisation par les historiens et, pour 8 à 10 pages manquantes, ce volume perd un partie de son intérêt.

Pour en venir au fond, le premier texte (pp. 7-197, simplement daté de "Londres, 1952"), sous le titre "Mon sous-marin L'Unbroken", nous raconte le parcours opérationnel d'Alastair Mars entre décembre 1941 et avril 1943. Durant cette période, nous suivons l'auteur de la constitution de l'équipage, aux derniers essais et entrainements, puis au départ le 20 février 1942 pour "rechercher et détruire l'ennemi partout où il sera possible de le découvrir". Le submersible est engagé en Méditerranée dans des opérations de tous types, de la mise à terre d'agents de renseignement au torpillage classique de navires ennemis. Le second texte (pp. 200-300, sous le titre "U-977, l'odyssée d'un sous-marin allemand"), donne la parole à Heinz Schaeffer, qui effectue l'ensemble de la guerre dans "l'arme sous-marine allemande", de sa formation en école à l'hiver 1939-1940 jusqu'à son arrivée en Amérique du Sud en ... août 1945, plus de trois mois après la capitulation du Reich. On voit bien à travers ces deux rapides résumés que les deux textes présentent des aspects différents de la guerre sous-marine, mais aussi que les personnalités différentes de leurs commandants annoncent deux approches du même type de missions. On retrouve par contre, à de nombreuses reprises, des similitudesdans la pratique quotidienne, dans la technique et les savoir-faire. Il est d'ailleurs intéressant de confronter les deux récits lorsque les deux commandants sont placés face à des difficultés ou des problèmes du même ordre.

Deux textes intéressants donc, en ce qu'ils donnent à pénétrer dans le vécu des campagnes océaniques sous-marines, la marge d'initiative des commandants, les rapports au sein de l'équipage, etc. Un ouvrage que l'on lit avec plaisir.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 07:00

La folie au front

La grande bataille des névroses de guerre (1914-1918)

Laurent Tatu et Julien Bogousslavsky

img166.jpg

Travail intéressant que celui de deux praticiens hospitaliers se confrontant à la démarche historienne. Certes dans un premier temps, le réflexe corporatiste peut s’exprimer. Ainsi, n’importe qui pourrait s’improviser historien sans formation spécifique ? On sait la propension des militaires, surtout une fois qu’ils ont accédé aux étoiles du généralat, à se penser historiens ès-qualité. En irait-il de même des médecins ?

La première partie de l’ouvrage est un historique de la notion de troubles psychiatriques liée à une forme jusque là inconnue de la guerre. Front fixe, « système-tranchées » structurent des types de combats et des types de troubles psychiatriques nouveaux. Se référant à la presse médicale de l’époque davantage qu’à des archives, les auteurs font œuvre de vulgarisation  -au bon sens du terme- plutôt qu’à une œuvre à proprement parler historienne . On ne répétera jamais assez combien c’est le rapport aux sources qui fait l’historien et pas seulement la mise en récit.

Les problématiques développées par les chapitres suivants arrivent également en terrain relativement connu des historiens spécialisés. La question de l’attitude des médecins militaires à l’égard des soldats atteints de troubles psychiatriques a été, en effet, longuement débattue. Appartenant à la hiérarchie militaire par leur grade d’officiers, les médecins adoptent fréquemment une attitude qui consiste à se méfier des simulateurs que seraient les traumatisés psychiques. Participant à la coercition d’un système militaire largement intériorisé et accepté par les citoyens de l’époque,  les médecins militaires adoptent d’abord les regards de  la hiérarchie avant de s’interroger plus profondément sur la nature des troubles qui affectent les combattants, amenant assez fréquemment les soldats accusés de dissimulation devant les conseils de guerre.  En cela, le travail des deux auteurs est très enrichissant en montrant combien la médecine et la psychiatrie  -alors toute jeune à l’époque- sont embarrassées par un certain nombre de questionnements qui divisent profondément les praticiens. La description des traitements thérapeutiques reprend des éléments déjà connus par les travaux de Louis Crocq, Alain Larcan, Jean-Jacques Ferrandis et Yann Andruetan et montre une fois de plus les tâtonnements inévitables dans l’approche de troubles jusque là inconnus, en tout cas dans leur massivité. La polémique suscité, dès l’époque, par la technique du « torpillage » ou traitement électrique des traumatisés est bien rappelée dans ses approches comme dans ses effets. Se terminant par les approches freudiennes de la fin de la guerre, l’ouvrage n’est pas véritablement un livre de recherche, mais bien une très honnête et utile synthèse des questions liées à la psychiatrisation des traumatismes de guerre durant le premier conflit mondial

François Cochet

Editions Imago, Paris, 2012, 188 pages, 20 euros

ISBN : 978-2-84952-190-8

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:15

La cavalerie dans les opérations militaires :

ruptures et continuités (1870-2012)

Amphithéâtre Foch  -  Ecole militaire

vendredi 12 octobre 2012

CAVALERIE-1.jpg

Ce colloque est organisé dans le cadre des Journées de la Cavalerie et sera placé sous la présidence du chef d'état-major de l'armée de terre. Il se déroulera de 08h45 à 17h00 en amphithéâtre Foch de l'Ecole militaire et les 12 communications présentées seront réparties en deux sous-ensembles :

Matinée : Histoire et ruptures, tournants majeurs et focus sur les deux guerres mondiales comme sur les guerres d'Indochine, d'Algérie et la guerre froide.

Après-midi : Permanence et actualité, témoignages et enseignements des opérations récentes (RCI, Afghanistan, etc.), concepts et doctrine aujourd'hui.

Inscription préalable auprès de : paris@unabcc.org

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:10

Géographie de la ville en guerre

GEOGRAPHIE-1.jpg

Pour tous ceux qui se souviennent, comme nous le répétons souvent, que "le terrain commande", le phénomène d'urbanisation croissante est devenu au minimum l'un des paramètres de la réflexion tactique. Nous ne pouvons donc que conseiller de consulter régulièrement le site de Bénédicte Tratnjek, modestement présenté comme "un bloc-notes", mais sur lequel vous trouverez en fait de très nombreux renseignements, des liens électroniques intéressants et des articles ou billets souvent bienvenus. Géographie en guerre figure désormais parmi les sites directement accessibles depuis notre rubrique "Liens / Sur la toile" en bas de la colonne de droite.

Adresse : http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.fr/

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:05

Face à Kadhafi.

Opération Tacaud, Tchad, 1978-1980

Pierre de Tonquédec

FACE-A-KADHAFI-6-OPERATION-TACAUD.jpg

On connaît l'expression désormais classique de "Tchad des commandants", en référence à la présence militaire française après l'indépendance, en particulier dans le nord du pays. Depuis le début des années 1960 en effet, presque sans discontinuer, des unités françaises sont engagées dans le pays.

Le livre (préfacé par le général d'armée de Llamby) que le général de corps d'armée (2S) de Tonquédec consacre aujourd'hui à l'opération Tacaud ne pouvait être rédigé par un meilleur connaisseur de la question. Successivement commandant du groupement du Ouaddaï, puis chef de l'état-major franco-tchadien de Fort-Lamy, puis commandant de l'opération Tacaud elle-même, il ira enfin inspecter l'opération Epervier.

L'ouvrage s'ouvre sur une description du Tchad et des rapports franco-tchadiens à la fin de la présidence Tombalbaye ("englué dans le fétichisme et le tribalisme") et se termine sur l'espoir (bien éphémère) d'une grande réconciliation nationale autour d'Hissen Habré et de Goukouni Oueddei, à l'époque de la victoire d'Ouadi Doum contre les Libyens. Le tableau dressé par l'auteur est à la fois politique, militaire et diplomatique, les événements voisins ne sont pas oubliés (Barracuda en Centre-Afrique). Les renversements d'alliances entre des mouvements qui ne représentent globalement que des groupes tribaux différents, la "Diplomatie de la Kalachnikov" ou le rôle du Nigéria par exemple ne sont pas oubliés.

Etant donné la quasi-inexistence de littérature sur un tel sujet, le livre, à la fois témoignage personnel et ouvrage d'analyse, doit être impérativement être connu de tous ceux qui s'intéressent à l'histoire et à l'évolution de cette région d'Afrique. On peut regretter la qualité très moyenne des reproductions de photos et documents (presque illisibles) qui figurent en fin d'ouvrage, mais il faut aussi se féliciter de la présence d'un glossaire très complet et d'une chronologie bien utile. A acquérir, à lire et à conserver.

Signalons également que "les droits d'auteur sont reversés au profit du musée des Troupes de marine".

Editions SOTECA (diffusion Belin), Saint-Cloud, 2012, 154 pages, 21 euros.

ISBN : 978-2-916385-90-7

Repost 0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:00

Les officiers français dans l'entre-deux-guerres

Une génération dans la tourmente

François Cailleteau et Alain Pellan

LES-OFFICIERS-FRANCAIS-DANS-L-ENTRE-DEUX-GUERRES.jpg

Le contenu du livre va plus loin que ne pourrait le laisser penser le seul titre. En effet, les deux auteurs, partant du constat que "les officiers français entrés en service dans l'entre-deux-guerres ont pu connaître, s'ils ont survécu et s'ils sont restés sous l'uniforme, presque un quart de siècle de guerre continue, de 1939 à 1962", étudient prioritairement les promotions entrées dans les écoles entre 1923 et 1936. Mais ils n'abordent que très rapidement les périodes de formation et les années qui précèdent immédiatement la Seconde guerre mondiale. Ils centrent en effet leur étude sur le rôle, la place, l'action de ces officiers à partir de 1939 et surtout de 1940. François Cailleteau a rédigé les parties qui correspondent aux officiers de l'armée de Terre, Alain Pellan a pris en charge celles qui concernent les officiers de la Marine et de l'armée de l'Air.

La longue première partie, rédigée par François Cailleteau, adopte un plan chronologique ("Lavant-guerre", "La campagne de 1939-1940", "1940-1942", "1943-1945", "La liquidation de la guerre", "1945-1954" et "1954-1962") très détaillé, ce qui permet de faire la part des évolutions et donne au texte une certaine subtilité. Nous retrouvons ces hommes prisonniers après la déblâcle, dans l'armée d'armistice, dans l'empire ou dans les FFL, parfois très tôt engagés, parfois longuement hésitants et fidèles à la légalité, ou à leurs chefs. Cette partie se termine sur une approche statistique des pertes et des carrières (par exemple, "40 % des anciens [officiers] FFL sont devenus généraux. 70 % des généraux sont brevetés. Un bon tiers des officiers ayant obtenu au moins 7 citations est parvenu aux étoiles", mais aussi "un sur sept de ces officiers est mort pour la France") et le constat que "cette période amène dans le corps des officiers des novations importantes dans les opinions et les mentalités, novations qui vont peser lourd dans la période suivante". Cependant, "l'écart entre les accomplissements individuels souvent remarquables et les échecs collectifs est énorme. Ce fut une génération broyée par l'histoire".

Les deuxième et troisème parties, consacrées à l'armée de l'Air (pp. 93-116) et à la Marine (pp. 117-136) ont moins d'ampleur, ne serait-ce que parce que les effectifs concernés sont numériquement moins importants.Dans les deux cas, Alain Pellan adopte un plan presque identique et termine chacune par un chapitre consacré au "Déroulement des carrières", de 1946 à 1962 pour les aviateurs, de 1948 à 1962 pour les marins. On trouve dans les deux cas de très nombreux chiffres et de précieux renseignements individuels.

Globalement, les auteurs sont assez peu critiques sur les officiers qui firent, parfois jusqu'au bout, le choix de la collaboration avec l'occupant allemand (ils parlent du "sentiment justifié d'avoir fait leur devoir dans des circonstances difficiles") et il reste, ici, une interrogation à laquelle il n'est pas répondu : où était pour l'essentiel placé le curseur, dans l'institution militaire, entre "légalité" et "légitimité". 

Constatant en conclusion qu'il s'agit bien d'une génération sacrifiée les deux auteurs résument leurs propos et évoquent les jeunes générations actuelles, dont les motivations initiales ne sont pas substantiellement différentes : "le goût du risque, l'attrait de l'aventure dans les pays lointains et la volonté de défendre la place et le prestige de la France dans le monde".

Collection 'Guerres & Guerriers', Editions Economica, Paris, 2012, 150 pages, 23 euros.

ISBN : 978-2-7178-6463-2

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Formation morale
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 07:05

Rentrée scolaire

Manuels et nouveaux livres

HISTOIRE-CE-1.jpg

Le large débat sur l'enseignement de l'histoire, qui se développe toujours dans un équilibre instable entre "Histoire", "Mémoire", "Formation des citoyens", "Politique", etc., reprend en cette rentrée, comme nous l'évoquions dans un billet du 3 septembre dernier. Comme promis, voici deux premières recensions d'ouvrages très récents sur ce thème. Conformément à notre habitude, elles sont suivies d'un entretien avec chaque auteur, afin de leur laisser directement la parole. Nous allons essayer, dans les prochains jours, de compléter ces présentations des nouveautés en librairie (si le rythme de sortie des nouveaux ouvrages nous le permet) et de proposer le plus rapidement possible un "point de situation" sur quelques manuels en usage cette année pour des classes de 6e, 2e et Terminale.

Sur ce point (comme toujours) vos opinions, avis etcommentaires sont particulièrement bienvenus.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile