Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 06:25

Les Bretons dans la Grande Guerre

Images et histoire

Didier Guyvarc'h et Yann Lagadec

Si les presses universitaires commencent à faire des albums aussi beaux que ceux des meilleurs éditeurs spécialisés, ceux-ci ont du souci à se faire !

En un peu plus de 200 pages et 200 photos, avec des illustrations souvent très peu connues voire inédites, les deux auteurs nous proposent en huit chapitres ("Défendre la grande et la petite patrie", "Combattre", "Tenir", "Accueillir le monde en Bretagne", Faire face loin du front", "Sortir de guerre et retrouver la Bretagne", "Commémorer", "Construire et utiliser une image", "La Grande Guerre, une forme bretonne") une histoire illustrée de la mobilisation de la Bretagne pendant la Grande Guerre et de ses suites mémorielles. Des aquarelles, des photos, des dessins au crayon, des tableaux, des sous-verres, des affiches, des journaux, des cartes postales, des prospectus, des ..., des ..., etc., extraits des archives publiques ou privées : l'ensemble est parfaitement construit, cohérent et pour tout dire presque exhaustif. Les prisonniers, les femmes, la religion, le camouflage des soldats, l'arrivée des Américains, l'école, les avions, les gaz de combat : le nombre de thématiques abordées à travers le prisme d'une "approche bretonne" de la guerre est impresionnant. Et l'album lui-même est beau.
Sur le fond comme pour la forme, un livre qui doit doit connu de tous les amateurs, ... et qui à l'approche de l'hiver peut donner une judicieuse idée de cadeau ! 

Presses universitaires de Rennes, 2013, 208 pages, 45,00 euros.

ISBN : 978-2-7535-2726-3.

 

Superbe album

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 06:35

La France et les Maronites du Mont-Liban

Naissance d'une relation privilégiée, 1831-1861

Yann Bouyrat

Nous chroniquions le 6 juin dernier le livre de Yann Bouyrat Devoir d’intervenir ? L’intervention humanitaire française au Liban, 1860 (ici) et nous en disions le plus grand bien. Voici en quelque sorte, sous la forme d’un volumineux ouvrage de plus de 600 pages, le récit particulièrement détaillé des trente années qui précèdent.

Partant de la définition de la communauté maronite et de son espace géographique, l’auteur en décrit d’abord l’ancienneté des rapports avec la France jusqu’au début du XIXe siècle. Puis, il aborde l’étude très précise de la période 1830-1831 à 1861 en s’intéressant successivement au rôle de l’Egypte (dont on oublie trop souvent qu’elle retrouve une forme de puissance régionale à cette époque), les questions communautaires et religieuses (y compris dans les schismes et les sectes), le rôle ambigu des agents consulaires britanniques (étonnant !), les ambitions de tous les protagonistes et leurs tentatives (parfois croisées) pour obtenir des uns et/ou des autres davantage de bénéfices, les guerres confessionnelles des années 1840, la place désormais prise par les Druzes et finalement « les paradoxes des années 1850 » avec un renouveau de l’hégémonie française dans la région mais aussi l’apparition de résistances plus fortes, le rôle des Missions latines et des congrégations et bien sûr « Les tragiques événements de l’été 1860 », avec l’échec relatif du corps expéditionnaire.

Pour tous ceux qui s’intéressent non seulement à la relation franco-libanaise, mais au-delà à la situation kaléïdoscopique du Proche-Orient, voilà un livre particulièrement important. Vous croiserez, parmi les responsables et dignitaires de l’époque cités, presque exactement les mêmes noms de grandes familles que l’on entend encore aujourd’hui et vous trouverez (sous certaines limites du fait des évolutions dans le temps) l’explication d’une structure encore très clanique (au sens des liens étroits dans une famille élargie), qui règle souvent les rapports et les relations sur ces territoires aujourd’hui. Le type même de l’ouvrage de référence indispensable pour qui veut comprendre et approfondir.

Geuthner, Paris, 2013, 675 pages, 48 euros.

ISBN : 978-2-7053-3873-2

Levant français

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 06:30

Histoire et mystifications

Comment l'histoire est fabriquée et enseignée

Michael Parenti

Auteur bien connu comme « penseur progressiste américain », Michael Parenti considère globalement que l’histoire est écrite par les vainqueurs (toujours les mêmes, les « puissants »), ce qui n'est pas absolument faux, et qu’à ce titre elle est un moyen de désinformation, si ce n’est d’aliénation, ce qui est une autre histoire (sans jeu de mots).

Le livre est donc un ouvrage à charge contre l’utilisation de l’histoire type « bibliothèque rose », pardon, la couleur est mal choisie, type « bibliothèque bleue ». Charge contre les millionnaires et grands patrons qui contrôleraient tout (même si évidemment ce n’est pas totalement inexact), charge contre la religion catholique qui conserve aux femmes un statut inférieur (à la limite de « l’opium du peuple ») et exemple de l'inquisition, charge contre les rapports officiels de Haig pendant la Grande Guerre et les historiques ultérieurement publiés qui seraient faux (en fait ils sont essentiellement exacts, mais essentiellement seulement), etc. On a donc droit aux « masses bâillonnées », aux purges de la période MacCarthy, aux débats autour de la culpabilité de la CIA dans l’assassinat de Kennedy, et bien d’autres thèmes, dont il faut souligner qu’ils sont étroitement liés à l’histoire et à la culture américaine. Ceci ne suffit pas à dégager les historiens européens de tout défaut, mais mérite d’être souligné.

Le problème essentiel de ce type d’ouvrage est le caractère extrêmement militant du discours tenu et la nette volonté de l’auteur de défendre à tous prix une thèse à partir d’un postulat politique. Tout n’est certes pas faux dans ce qu’explique Michael Parenti, et nous sommes bien d’accord pour considérer qu’une « information répétée assez souvent par des ‘experts et autres sources fiables’ est acceptée comme vraie. A côté du journalisme de Panurge, nous avons l’historiographie de Panurge ». Mais le problème est que les gardiens du troupeau de moutons (de Panurge) ne sont pas toujours du même côté : combien reste-t-il de « scories » de l’histoire revisitée à l’aune des théories marxistes et marxisantes des années 1950-1960 ? Pour ne parler que de la Grande Guerre, comment ne pas évaluer le poids des idées pacifistes de l’entre-deux-guerres, ou des analyses sociales de la fin du XXe siècle ? Et que dire du "poids social" sur la recherche, par exemple à l'université ?

En résumé, un livre intéressant par tous les thèmes qu’il aborde et les exemples qu’il donne, mais qu’il convient d’aborder avec la prudence qu’impose l’engagement très militant de son auteur. Un livre à connaître, à intégrer dans sa réflexion, sans en faire une référence.  

Editions Demi-Lune, Plogastel Saint-Germain, 2013, 302 pages, 20 euros.

ISBN : 978-2-917112-25-0.

A trop vouloir démontrer...

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 06:25

Les Pieds-Nickelés s'en vont en guerre

L. Forton

Saviez-vous que les célèbres Pieds-Nickelés ont également été enrôlés en 1915 dans la guerre totale contre l'Allemagne ? La bande dessinée, dont les personnages sont avant la Grande Guerre très populaires parmi les jeunes garçons, commence à paraître en feuilleton en janvier 1915 et participe ainsi à sa façon à la mobilisation intellectuelle et morale de "l'arrière". 

On apprécie dans cette réédition la colorisation des planches, avec un vrai souci du réalisme, tout en conservant leur fraicheur aux dessins d'époque. Préfacée par Jean Tulard, que l'on n'attendait pas dans cet exercice, elle nous montre Croquignol, Ribouldingue et Filochard contractant un engagement pour la durée de la guerre, "hurlant à plein gosier : 'Vive la France ! Mort aux Boches !". La guerre de mouvement, l'artillerie, la guerre de position, les tranchées, les mines, la capture du général Choukroutmann et de sa "machine à nettoyage par le vide", les attaques de nuit, l'aérostation, le camouflage, les troupes coloniales, les prisonniers, et même une citation à l'ordre du jour, etc. Autant de thèmes traités sur le mode de la dérision, avec forces farces et ruses de potaches, pour ridiculiser les Allemands. La dernière image les montre conservant le même esprit : "Vive la France ! Vice l'armée ! A bas les Turcs ! Aux Dardanelles !"

Un petit volume sympa, pour les amateurs comme pour leurs enfants...

Librairie Vuibert, Paris, 2013, 85 pages. 14,90 euros

ISBN : 978-2-311-10014-3.

CLASSIQUE DE LA BD

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 06:35

Carnet de poilu

Leur vie racontée aux enfants par Renefer

Présenté par Gabrielle Thierry

C'est simple : on adore ! 

Reproduction à l'identique du carnet (vraiment le format d'un carnet qui tient dans la poche) d'un soldat-artiste, Renefer. Celui-ci le réalise pour sa petite-fille, "Belle Petite Monde", à laquelle il est dédié.

Sur chaque double page en vis-à-vis, un texte manuscript de quelques lignes à la fois réalistes, poétiques et rassurantes ("Oh le vilain temps. Ce pauvre troupier enfoncé jusqu'au genou dans la boue. Ca ne fait rien. D'ailleurs, Tante Marie te le dira, les bains de boue sont très bons pour les douleurs !") sur la gauche, et un dessin aquarellé (couleurs authentiques), généralement un poilu, sur la droite, jusqu'à la conclusion : "Et dans l'âme éternelle de tous ces héros, retentira ta pensée de bonne et belle petite Française". Les dernières pages sont consacrées à nous présenter l'artiste, le contexte de la réalisation de ce carnet si touchant et sa carrière après la Grande Guerre.

Un "Carnet" auquel on s'attache par la seule tendresse et l'humanité qu'il dégage.

Albin Michel, Paris, 2013, 97 pages, 14 euros.

ISBN : 978 2 2262 5056 

Petit et mignon

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 06:30

Verdun

Paul Jankowski

Une étude d'ensemble de la bataille de Verdun, une de plus. Tant mieux. Car l'auteur va au-delà des idées très généralement véhiculées et propose une véritable nouvelle lecture de l'affrontement.

L'ouvrage peut être divisé en quatre grandes parties. Dans un premier temps, Paul Jankowski décrit les événements (chap. 1, "Un jour sans fin"). Puis il les analyse du point de vue de chacun des belligérants en s'intéressant à la fois au chef (Falkenhayn et Joffre) et à la construction dans chaque pays d'une légende autour du seul nom de Verdun (chap. 2 et 3, "Verdun vu d'Allemagne", "Verdun vu de France"). Il traite ensuite des blocages de la situation aux plans tactique, politique, matériel et culturel (chap. 4 à 6, "Le piège de l'offensive", "Le piège du prestige", "Le piège de l'usure"). Il aborde ensuite les conséquences pour les soldats et pour les armées engagées (chap. 7 à 9, "Le cauchemar", "Rancoeurs", "Sédition"), avant de conclure par deux réflexions (chap. 10 et 11 sur les "Ennemis" et "De la loyauté". Au passage quelques remarques argumentées : Verdun n'est pas la bataille la plus meurtrière, d'autres concentrations d'artillerie ont été plus importantes, remise à une plus juste place de Joffre et relativité du rôle de Pétain, remplacement de Falkenhayn et réalité du "mémoire de Noël", inutilité du débat "consentement-contrainte" dans un tel contexte, etc.

Beaucoup de bon sens et de modestie, de nombreux chiffres et de multiples références : un travail de synthèse qui change aussi bien des perpétuelles lamentations que de l'hagiographie inutile. Vivement conseillé. Pourquoi faut-il que ce volume nous soit proposé par un enseignant d'une université américaine ?... A méditer par les "spécialistes" français.

Gallimard, Paris, 2013, 410 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-07-077030-4.

Toujours Verdun

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 06:25

Napoléon et la Perse

Iradj Amini

Un ouvrage atypique mais passionnant. Un pan entier de la politique impériale que l'on ignore généralement complètement. La (re)découverte d'une mission (de plusieurs missions) dans un pays lointain sur fond d'opposition entre la France et l'Angleterre aussi bien qu'entre la France et la Russie.

Dans cet ouvrage riche d'une foultitude d'informations, Iradj Amini nous conte les tentatives successives de Bonaparte, puis de Napoléon (surtout à partir de 1806-1807) pour créer un système d'alliance oriental (France - Turquie - Perse) à la fois contre la Russie mais aussi contre la Grande-Bretagne. Nous sommes en quelque sorte dans la "queue de trajectoire" de l'expédition d'Egypte, au gré des aléas de la diplomatie consulaire puis impériale, et en foncton de l'activité mise par le Roayume-Uni a suscité des coalitions hostiles à la France. L'auteur nous décrit par le menu les missions Romieu, Jaubert, Gardane et Jouanin, s'attarde sur le rôle de l'étonnant général Sébastiani à Constantinople et lève le voile indirectement sur certains rapports entre Napoléon Ier et Talleyrand. Le trajet à lui seul est une aventure : l'un des agents français disparait purement et simplement dans les douves d'un fort turc au Kurdistan pendant près de dix mois... Un traité sera négocié pendant que l'empereur est en Pologne, finalement signé à Finkenstein, un ambassadeur du Shah est bien reçu à Paris, mais ces efforts (relativement inconstants) resteront sans suite du fait de l'intransigeance russe et de l'obstination (et de la réactivité) des Britanniques.

Un récit qui tient, en ce début de XIXe siècle, du conte des 1.000 et 1 nuits (les descriptions du harem du Shah sont impressionnantes, le caractère de ce dernier e son goût pour la chasse et les pierres précieuses, etc.) et de la diplomatie "totale", mais que l'empereur ne saura pas traduire en réalisations concrètes, la priorité perse restant de résister aux pressions russes. A lire pour le plaisir et pour découvrir un côté, certes parfois anecdotique, mais ignoré et aux racines profondes, de l'empire.

Editions du Félin, Paris, 2013, 246 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-86645-791-4.

Un rêve oriental

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 06:30

Comprendre le monument aux morts

Lieu du souvenir, lieu de mémoire, lieu d'histoire

Franck David

Une nouvelle étude sur les "monuments aux morts" (il en existerait près de 40.000 en France), mais abordée sous un angle un petit peu différent des ouvrages habituels.

Dans une première partie, Franck David, professeur d'histoire et de géographie, tente de répondre à la question initiale : "Pourquoi s'intéresser aux monuments aux morts ?". Il s'efforce d'y répondre à travers le prisme du patrimoine urbain et collectif, en partant de la "micro-histoire" et en en faisant un "outil didactique" qui "offre ainsi d'enseigner dans un autre rapport aux savoirs" : "L'émotion rejoint la raison. L'itinéraire d'une découverte mérite d'être balisé sans se réduire à une grille d'analyse". Dans la seconde partie, "Lire, décrypter, entendre le monument aux morts", revient sur les enseignements à tirer du positionnement de celui-ci dans la commune, le site qui l'héberge, sa place dans l'espace, mais aussi ses sculptures, les mentions qu'il portela liste des noms gravés, sans oublier les modalités de son érection et de son financement. Enfin, la troisième nous invite à "Prolonger l'étude du monument aux morts", à la fois dans les inventaires à conduire, dans les recherches à effectuer en archives, et dans son utilisation pédagogique. Il aborde également dans cette partie les "monuments aux morts pour la France" ailleurs, essentiellement dans l'ancien empire colonial et en Algérie, dont un certain nombre ont été rapatriés en métropole après les indépendances. 

Une bonne bibliographie, l'indication des sources, un index des noms, de nombreux encadrés et de très nombreuses photos complètent cette étude.  A la veille des commémorations du centenaire, voici un petit livre basé sur une expérience personnelle qui peut donner beaucoup de bonnes idées à de très nombreux enseignants.  

Editions Codex, Talmont Saint-Hilaire, 2013, 129 pages, 16 euros.

ISBN : 978-2-918783-05-3.

Exemples, statistiques et analyses

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 06:25

Lucky Vincenzo

Gilbert Spica et Jean-Pierre Vors

Cette recherche d'une histoire familiale par le petit-fils du "héros" du livre est particulièrement intéressante, car elle apporte un éclairage individuel sur certaines opérations de l'armée italienne de 1936 à la fin de la Seconde guerre mondiale. Or, dans la bibliographie en français, de tels textes sont particulièrement peu courants.

Issu d'une famille très pauvre et quasiment analphabète dans le Latium, au pied des Abruzzes, Vincenzo, né en 1909, conte d'abord rapidement son enfance et sa jeunesse, la nécessité de se débrouiller et de travailler (voire de braconner) pour survivre. Puis il  est incorporé pour son service militaire et versé dans l'infanterie, décide finalement de s'engager en 1936 (dans un régiment de la "Régulière" mais pas dans les Chemises noires) et aborde alors en quatre grands chapitres ("Ethiopie, 1936-1937", "Chine, 1937-1939", "Russie, 1942-1943" et "Italie, 1943-1947") sa carrière militaire. Pas d'héroïsme ni d'épopée dans ce récit : Vincenzo cherche d'abord à survivre et se comporte plutôt comme un "embusqué" qui évite le combat lorsqu'il le peut, mais ne cherche pas pour autant à fuir son devoir. Mais au fil des mois et des années, il participe à des opérations de ratissage dans les provinces éthiopiennes, à la défense de la concession italienne de Shanghai au moment de l'attaque japonaise, aux combats, embuscades et escarmouches dans le secteur italien du front de l'Est, dans la région du Don. C'est le regard d'un simple soldat sur les misères de la guerre, sous tous les cieux, mais aussi (comme souvent) la camaraderie et l'amitié, la faim, l'amour, l'évasion, les odeurs, la volonté chevillée au corps de rentrer au pays, entre -40 et + 40 degrés. C'est ce qu'il obtient finalement en 1943, mais lorsque le train qui le ramène entre dans une gare italienne, "les quais étaient étrangement vides ... partout, le même accueil glacial". Son jeune fils ne le reconnait pas : il est parti depuis trop longtemps, et lorsqu'il retrouve enfin le foyer familial, celui-ci manque de tout : "Où étaient passées les distributions de pâtes ? Envolées avec les fascistes ! Plus aucun adepte de Mussolini à Sora, jusque dans les bureaux du parti, désespérément vides". Il voit passer les Allemands descendant vers le sud, puis les Alliés remontant vers le nord, et toujours la misère pour le petit peuple. Alors, "une valise à la main", passant clandestinement par la frontière des Alpes, il rejoint la France en 1947, devient ouvrier, fait venir sa famille l'année suivante, et raconte dans les dernières pages son intégration et celle de ses enfants.

Un discours simple, un témoignage éminemment humain, des détails de la vie quotidienne qui éclairent la réalité vécue au bas de l'échelle pendant quelques grands événements du siècle. 

Editions Baudelaire, Lyon, 2013, 240 pages. 18,50 euros.

ISBN : 979-10-203-0234-2.

Vie, survie et espoir

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 06:30

Guerres et Révolutions, 1914-1924

8 écrivains racontent

Henry Dougier, Corinne François-Denève et Camille Saint-Jacques

Idée originale d'Henry Dougier aux éditions Autrement. Sous la forme d'un coffret de 8 petits volumes (premier d'une série de six à paraître), il nous propose les morceaux choisis de grands auteurs sur les événements de cette dizaine d'années de turbulences : 1914-1924. Chaque extrait est présenté par un historien ou un spécialiste de la période, non pas sous la forme d'une préface classique, mais sous celle d'un entretien, ce qui la rend plus dynamique.

Dans ce premier ensemble, nous retrouvons ainsi Charles de Gaulle avec deux extraits de ses ouvrages ultérieurs sur le thème de "L'armée française en 1914" (présenté par mes soins) ; Jaroslav Hasek avec "Le brave soldat Cheïk" (présenté par Jean-Michel Ribes) ; T.E. Lawrence avec "Les sept piliers de la sagess" (présenté par Gérard Challiand) ; huit textes reprenant des "Manifestes artistiques", du futurisme au Dada (présentés par Philippe Dagen) ; John Reed et "La guerre dans les Balkans" (présenté par François Maspero) ; Romain Rolland et "Au-dessus de la mêlée" (présenté par Marc Blondel) ; Léon Trotsky et "Ma vie" (présenté par Alain Krivine) et enfin Frantz Werfel avec son roman "Les Quarante jours de Masa Dagh" (présenté par Yves Ternon. Il s'agit donc bien d'une approche plus littéraire que strictement historique de la période, mais la diversité des thèmes retenus, des auteurs et l'eclectisme des extraits donne une bonne idée de l'extraordinaire bouillonnement intellectuel de cette période dans tous les domaines. De 1914 (et même avant avec le manifeste futuriste par exemple) à 1924 (et même après avec l'Allemagne et la Russie bolchevique) une véritable transformation du monde s'opère, dont cet ensemble déjà rend bien compte. Il s'agit encore d'une vision un peu "kaléïdoscopique", mais lorsque les 48 petits volumes auront été publiés en six coffrets, il y aura là une très belle base de références et de lectures.

Une série à commencer dès à présent pour être sûr de ne rien rater !

Editions Autrement, Paris, 2013, 29,90 euros.

ISBN : 978-2-7467-3602-3.

 

Les classiques de la Grande Guerre

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile