Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:10

Souvenirs d'Algérie

Tenes, 1830-1962

 

Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de la présence française en Algérie, voici un site de micro-histoire, d'histoire locale. Il est particulièrement bien fait, très complet, et aborde tous les aspects de la vie de cette petite commune. Il est particulièrement riche en photos et comporte également une rubrique "Coupures de journaux" (http://www.tenes.info/galerie/JOURNAUXTENES ) qui nous plonge au coeur des événements du quotidien.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:05

Le grand tournant

Pourquoi les Alliés ont gagné la guerre, 1943-1945

Paul Kennedy

  img340.jpg

 

Historien britannique mondialement connu, Paul Kennedy occupe la chaire d’Histoire des Relations internationales de la London School of Economics et enseigne l’histoire à l’Université de Yale. Auteur de plusieurs ouvrages sur la compétition entre les grandes puissances et la guerre du Pacifique, il publie aujourd’hui aux éditions Perrin, Le grand tournant, une histoire stratégique de la Seconde Guerre mondiale et de la victoire des Alliés sur les forces allemandes. À travers une étude des évolutions technologiques entraînées par la nécessité de la guerre, il souligne le rôle central des acteurs : les marins, les soldats et les aviateurs. Son propos consiste à infirmer la croyance commune selon laquelle le succès des Alliés serait la simple application des idées et concepts de Churchill et de Roosevelt. Il insiste ici sur l’imagination et la détermination exceptionnelle dont ont fait preuve les états majors, l’ensemble du corps industriel et l’ingénierie, afin d’expérimenter les stratégies qui ont fait le succès des Alliés face aux forces de l’Axe.

Dans cet ouvrage, Paul Kennedy analyse les problématiques auxquelles ont été confrontées les forces alliées pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui l’invite à organiser son livre de façon thématique. Avec son premier chapitre questionnant la manière de faire traverser l’Atlantique aux convois, l’auteur montre le rôle majeur des U-Boot tout en le replaçant dans son contexte opérationnel et stratégique. Dans le chapitre suivant, interrogeant la maitrise des airs, il décrit les évolutions technologiques ayant amené à la création des moteurs Merlins, baptisés ainsi en hommage au plus rapide des faucons, et des Mustangs qui prennent le pas sur les Spitfires jusque-là champions aéronautiques absolus. Le questionnement sur la Blitzkrieg l’invite à évoquer l’utilisation des chars T-34 et le renversement de la situation en faveur de l’Armée rouge sur le front de l’Est. L’ouvrage s’intéresse ensuite à la problématique du débarquement sur les côtes normandes et décrit les opérations amphibies répétées entre 1940 et 1942. Enfin, le dernier chapitre se concentre sur l’évolution des stratégies des Alliés contre le Japon, notamment par l’invention des Seabees, des modèles d’infrastructures maritimes hors du commun.

Illustré de cartes et de photographies particulièrement pertinentes, l’ouvrage ne fait pas seulement l’énumération des complications techniques mais il y attache un récit historique des cinq plus grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale (la bataille d’Angleterre, les combats en Afrique du nord, le front de l’Est, le débarquement en Normandie, ainsi que la guerre du Pacifique) de façon à mieux mettre en lumière les « hommes de l’ombre », ces membres des corps intermédiaires oubliés de l’Histoire et pourtant essentiels dans le succès de toutes les opérations.

Ce livre intéressera tous les férus de l’Histoire stratégique et technologique de la Seconde guerre mondiale, grâce à des illustrations de qualité et un récit passionnant.

Juliette Jeanneau

Perrin, Paris, 2012, 464 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-262-03708-6

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:00

Louis XIV, Homme et Roi

Thierry Sarmant

 Louis-XIV.jpg

Aux vues du nombre d'écrits consacrés à Louis XIV, à son enfance, à son gouvernement ou encore à ses relations avec les femmes, on pourrait avoir l'impression d’une connaissance absolue sur le personnage, mais c'est une illusion comme nous le prouve Thierry Sarmant, grand spécialiste louis-quatorzien, qui dédie son nouveau livre au Roi Soleil. Après avoir consacré ses précédents ouvrages au XVIIe siècle, et plus précisément à la France de Louis XIV, il se concentre à présent sur cette grande figure de l'Histoire de France. 

L'auteur tente d'offrir à son lecteur une nouvelle vision de l'homme et du roi. En effet, comme il l'explique dans son introduction, Sarmant souhaite se détacher des trois biographes louis-quatorzien quasi « officiels » des quarante dernières années, qui tendent à faire disparaître l'homme derrière le roi. En s'appuyant sur les témoignages de ses contemporains, à l'instar de Saint-Simon, Ézéchiel Spanheim, Fénelon ou encore Mme de Sévigné, il se concentre davantage sur sa personnalité et s'intéresse notamment à ses relations avec sa famille, sa Cour, ses ennemis, son rapport à Dieu et à la Chrétienté. L'auteur dresse le portrait du Roi Soleil au rythme des quatre « saisons » car « Louis XIV n'est pas resté identique durant presque soixante dix-sept années de vie et cinquante-quatre ans de gouvernement personnel ». Il dresse les portraits d'un enfant et adolescent qui au « Printemps » est victime de la Fronde. L'Été s'étend de sa prise de pouvoir de 1661 à ses quarante ans. L' « Automne » correspond à l'âge de la maturité durant laquelle il devient un homme plus prudent. Enfin, en « Hiver », Thierry Sarmant dépeint un vieil homme, affaibli mais qui, néanmoins, n'hésite pas à entrer en guerre contre l'Europe coalisée pour assurer à sa descendance le trône d'Espagne.

Cet ouvrage ambitieux a pour objet de nous faire redécouvrir un personnage emblématique de l'Histoire de France, un Louis XIV que l'auteur considère comme toujours méconnu. Le résultat est captivant. Le livre de Thierry Sarmant est à la hauteur de nos attentes et bien au-delà !

Mira YAMOUNI

 Éditions Tallandier, Paris, 2012, 606 pages.

ISBN : 978-2-84734-722-7

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans XVIe - XVIIIe siècles
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:10

Objectif Moscou :

La Grande Armée plus efficace que la Wehrmacht ?

Champs de bataille  -  n° 47

champs-de-bataille-47-couv.jpg

Outre la comparaison (souvent évoquée et parfois un peu rapide) entre les campagnes de la Grande Armée de Napoléon et de l'armée allemande 130 ans plus tard, dont les deux grandes cartes des pages 18-19 rendent bien compte, on apprécie tout particulièrement l'original article de Jérôme Louis sur "La guerre des Pâtisseries", qui oppose en 1838-1839 la France au Mexique autour de Vera-Cruz, et le récit par Jean-Claude Dechez du "Siège de Longwy", dont la vieille citadelle est prise par l'armée du Kronprinz impérial le 26 août 1914 après une semaine de résistance. On remarque aussi la longue deuxième partie de "La guerre civile russe" par Raphaël Schneider (pp. 46-63).

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:05

La vérité sur la tragédie des Romanov

Marc Ferro

Romanov607.jpg

Quel bandeau sur ce livre : "La tsarine et les grandes-duchesses ont survecu" ! Rien de moins.

Marc Ferro s'intéresse depuis longtemps à la chute du tsarisme et à la mise en place du pouvoir bolchevique (depuis au moins son ouvrage La révolution de 1917, Aubier, 1967). Dans ce nouveau volume, qu'il présente en introduction comme la suite de son "hypothèse formulée pour la première fois en 1990 dans une biographie de Nicolas II", l'historien reprend et développe une théorie originale selon laquelle seul le tsar aurait été exécuté à Ekaterinbourg, la tsarine et les grandes-duchesses ayant été secrètement sauvées "pour que Guillaume II ne reprenne pas la guerre" contre les Soviets.

Les cent premières pages du livre sont consacrées à une présentation détaillée de la chronologie des événements entre l'abdication de Nicolas II et l'annonce de sa mort en juillet 1918, à partir de nombreux témoignages, souvent contradictoires, et des enquêtes (des Rouges comme des Blancs) ultérieures, dont tous les éléments n'auraient pas été rendus publics. Si Marc Ferro pointe légitimement les différences, les contradictions, voire les invraisemblances entre ces différents textes, il minimise cependant, nous semble-t-il, les conditions très particulières de l'époque, le relatif isolement des responsables locaux, la peur de la plupart des gens et la violence politique dans le cadre du début de la guerre civile, les scissions entre les différents groupes armés rivaux, l'opportunisme de "déclarations politiques" ponctuelles, contredites aussitôt qu'énoncées. Bref, l'état général de désintégration et d'implosion de la Russie, une guerre fratricide, idéologique et particulièrement meurtrière, l'établissement d'une dictature qui lutte pour la survie du nouveau régime : ces éléments peuvent tout aussi bien conduire à admettre la thèse de l'auteur qu'à considérer qu'elle est le produit de l'imagination. Les divers témoignages auraient ainsi mérité d'être davantage, nous semble-t-il, confrontés aux nécessités politiques, individuelles et collectives, du moment, et critiqués.

La seconde partie du livre se présente comme une enquête et commence par la mise en parallèle du destin de la famille impériale en ce début d'été 1918 d'une part, et de l'évolution de la situation politique et militaire des Bolcheviques par rapport à leurs adversaires intérieurs et extérieurs d'autre part. Durant cette période, les très nombreux contacts qui se développent entre représentants officiels allemands et ministres ou responsables bolcheviques ne peuvent qu'évoquer régulièrement le sort des Romanov, qui restent à la fois un atout, un gage et une monnaie d'échange éventuelle tant qu'ils sont prisonniers des révolutionnaires. Il n'y a rien là de bien surprenant. Mais si le récit de Marc Ferro nous tient indiscutablement en haleine, il semble accepter plus facilement certains témoignages ou certaines "preuves" que d'autres : ainsi, cette photos de deux grandes-duchesses, présentée comme ayant ét prise à Antibes "vers 1958", mais sans aucune référence. Sur la base de "dépositions" parfois bien étonnantes, l'auteur en déduit néanmoins que le tsarévitch est probablement mort, mais qu'Anastasia et ses soeurs ont bien survécu. Dans le climat extrêmement trouble de l'été 1918, toutes les rumeurs circulent et il n'est pas surprenant que les cours européennes s'émeuvent et s'agitent. Et considérer que la libération du député Karl Liebknecht aux derniers jours de l'Allemagne impériale, le 22 octobre, constitue un indice d'un "premier échange d'otages dans l'histoire des relations Est-Ouest" donne pour le moins le sentiment de minimiser l'état politique intérieur de l'empire wilhelmien.

A l'ultime chapitre cependant (chap. 9, "Le mythe et ses enjeux"), Marc Ferro critique les sources auxquelles il a fait référence précédemment. Il déduit des doutes, des contradictions, des questions restées sans réponse, que la thèse est plausible, Rouges et Blancs y ayant sans doute intérêt. Eventuellement. Pourquoi pas ? Mais encore faudrait-il le prouver véritablement... N'avons-nous pas, en France, un Louis XVII, "l'enfant du Temple", présenté comme survivant de la famille royale ?

En résumé, un livre qui se lit comme une enquête policière, presque comme un roman d'espionnage, dont il est très intéressant de retenir les éléments d'environnement pour mieux comprendre la Russie des débuts de la guerre civile, mais dont il ne faut sans doute pas retenir toutes les conclusions. Après tout, n'est-il pas, même, simplement préférable de retenir cette incertaine hypothèse tout en conservant à l'histoire une part de mystère ?

Tallandier, Paris, 2012, 217 pages. 17,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0051-3

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:00

Les otages dans l'histoire

Revue internationale d'histoire militaire  -  n° 90

Revue_internationale_hist_mili608.jpg

Il revenait à la Commission française d'assurer la maîtrise d'oeuvre et la parution du n° 90 / 2012 de la Revue Internationale d'Histoire Militaire, dont l'original thème central est consacré à la question des otages.

Au fil des 20 articles, présentés chronologiquement, nous passons de la plus haute Antiquité à la crise helvético-libyenne de 2008-2011, du monde russe à la Turquie, du Maghreb en Flandres, d'Allemagne aux côtes somaliennes. Le volume s'ouvre sur un texte introductif du professeur Jean-Nicolas Corvisier ("Un problème récurrent depuis l'Antiquité"), qui signe également la conclusion ("Peut-on envisager la fin des otages ?") et le premier article ("Les otages dans le monde grec antique"). Toutes les subtilités et les évolutions au fil de temps du statut (dans les faits sinon en droit) et de la condition des otages sont abordés, qu'ils soient "prisonniers" (plus ou moins volontaires) ou "gages", qu'ils soient civils ou militaires, notables ou anonymes, saisis à titre préventif ou en représaillles.

Le sujet est bien sûr loin d'être épuisé. L'utilisation des otages pris parmi les fils des dirigeants traditionnels a, par exemple, été systématisée jusqu'à la guerre du Rif dans le cadre de la pacification du Maroc par Lyautey ; aujourd'hui encore l'aspect "marchand" des otages, dans les Etats en décomposition, est au moins aussi important que le symbole politique. Par ailleurs, le poids relatif des otages et la capacité de pression des ravisseurs sur les pays d'origine varient selon les gouvernements, les lieux et les époques. Tous ces thèmes sont abordés à partir d'exemples parfois anciens.

Bref, un volume de 363 pages bienvenu sur un thème important, encore relativement peu traité en dépit de sa permanence et de son actualité.

Commandes auprès de : Commission française d'histoire militaire, Château de Vincennes, 1 avenue de Paris, 94300 Vincennes. 25 euros.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Réflexions générales
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 06:55

9e salon du livre d'histoire de Verdun

10 - 11 novembre

verdun-2012.jpg

Organisé par l'association 14-18 Meuse en partenariat avec le Centre mondial de la paix, ce 9e salon se tiendra durant tout le week-end, comme de coutume dans les locaux du palais épiscopal, place monseigneur Ginisty à Verdun. Le samedi 10 à 11h00 sera officiellement remis le Prix du livre d'histoire de Verdun et au cours des deux journées conférences et projections alterneront. Plus d'une quarantaine d'auteurs seront présents pour dédicacer leurs livres et s'entretenir avec le public. Un rendez-vous incontournable, au moins à l'échelle régionale, et dont le succès ne cesse de croître.

Tous renseignements sur : www.cmpaix.eu

Contacts : 1418meuse@wanadoo.fr ou 03 29 86 00 70

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 07:10

ACTUALITE

Les Cahiers de l'Islam

CAHIERS-ISLAM.png

Alors que les pays du monde arabo-musulman font quotidiennement la Une de l'actualité, dans des circonstances souvent tragiques, il est intéressant de se reporter à ce nouveau site spécialisé, qui offre diverses rubriques dont "Histoire et épistémologie" et 'Lectures critiques". Il propose par ailleurs de très nombreux liens avec d'autres sites, des vidéos, etc.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 07:05

L'assistance spirituelle aux prisonniers de guerre

Un aspect de l'action humanitaire durant la Seconde guerre mondiale

Delphine Debons

Assistance_spirituelle599.jpg

Voici une étude totalement novatrice sur un sujet absolument méconnu.

 

Delphine Debons est docteur ès Lettre en histoire à l'Université de Genève depuis 2010. Elle a axé ses travaux de recherche sur la Seconde Guerre mondiale et notamment sur les captivités de guerre, l'Histoire de l'assistance, l'Histoire religieuse valaissanne et internationale et la santé. Son présent livre met en relation les thèmes qui lui sont chers; elle aborde la Seconde Guerre mondiale sous un aspect inédit : celui des pratiques religieuses et de la liberté de culte pour les prisonniers de guerre.

S'appuyant de la convention de Genève de 1929 qui régit la liberté religieuse et de culte, l'auteur fait découvrir un côté  méconnu de la guerre : la liberté de pratique cultuelle accordée aux prisonniers et les moyens mis à leur disposition. Au-delà du texte en lui-même c'est son application qui est mise en relief dans cet ouvrage. Le caractère historique et l’intérêt du sujet sur le long terme transparaissent dès le début, où l'auteur fait une rétrospective jusqu'à l'Antiquité.  Dans les champs de son étude, elle prend en compte les différents prisonniers : Français, Allemands et Britanniques. Elle s'attache essentiellement à l'exercice de la religion chrétienne avec le catholicisme et le protestantisme mais n'omet pas les autres religions. Pour Delphine Debons, l'assistance spirituelle est plus qu'une aide dans le domaine de la foi pour ces hommes, elle est une manière d'habiller le quotidien et de redonner un sens à leur vie, un sens à leur condition de captif. Loin de la souffrance physique, c'est sur la souffrance psychologique que l'auteur s'attarde avec notamment le tourment du temps.

Afin d'illustrer cette thèse, l'auteur brosse un tableau en quatre parties de cette aventure religieuse durant la captivité. Après avoir dépeint le contexte dans lequel vivent les prisonniers, avec notamment leur traitement, leurs droits, elle vient y ajouter la teinte de morale qui fait défaut dans ce monde obscur et morne de la prison. La spiritualité n'est plus simplement du domaine officieux, elle devient partie intégrante de la loi avec ses règles et ses cadres, suivant les pays. Les organisations internationales occupent dès lors une place privilégiée dans cette assistance : le Comité International de la Croix Rouge a particulièrement oeuvré dans cette assistance spirituelle. Enfin, avant  d'aborder les bénéfices et « méfaits » de cette action, Delphine Debons  s'attache aux personnalités des intervenants (prêtres, responsables des organisations internationales, etc.).           

Cet ouvrage original offre une vision inédite de la Seconde Guerre mondiale, en abordant le domaine humanitaire. L'auteur s'appuie sur une bibliographie riche et dense, et l'agrémente de nombreuses photographies et illustrations.

Domitille Poirier

Coll. ‘Histoire’, Editions du Cerf, Paris, 2012, 462 pages, 38 euros.

ISBN: 978-2-204-09614-0

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 07:00

Les éditions Librio - J'ai lu mettent en vente trois petits volumes et un supplément sur le thème général des lettres entre les combattants et leurs familles. Il nous semble intéressant de les chroniquer ensemble, mais en distinguant entre les ouvrages car tous ne présentent pas les mêmes caractéristiques.

Passeur_memoire596.jpg

Passeur de mémoire

Jean-Pierre Guéno

Ce document inédit, dont la 4e de couverture précise qu'il ne peut être vendu seul, se divise en trois parties principales.

Dans un premier temps, Jean-Pierre Guéno précise au fil d'un entretien de 27 pages comment il conçoit son action de "passeur de mémoire", l'importance de ce rôle dans le monde d'aujourd'hui, le rapport à l'intime ("C'est le 'bio', 'l'organique' de la pensée et de la mémoire humaine. C'est la force vitale par excellence") et à l'écriture à l'heure de la télé-réalité et du virtuel. Il souligne également (et nous en avons bien des exemples) que "les universitaires qui enseignent et recherchent dans le domaine des sciences humaines ont parfois tendance à 'jargonner' : ils créent une langue, une langue universitaire ... Mais en agissant ainsi, ils cessent d'être clairs et leur rôle de passeurs nécessiterait presque parfois un décodeur". Il rappelle enfin, ce à quoi nous ne pouvons qu'applaudir : "Il y a quatre matières indispensables à l'éducation et à l'instruction de tout être humain : savoir lire et écrire, savoir compter, savoir se situer dans le temps et dans l'espace. Quatre fondamentaux : le français, les mathématiques, la géographie et l'histoire". La seconde partie ("Evocations de...") permet à l'auteur de développer ses thèmes de prédilection en rendant hommage à l'un des instituteurs de sa jeunesse, à son grand-père, aux marins des commandos Kieffer. Il évoque aussi l'ère des "médiatiseurs", la place "de l'histoire, de la mémoire et de l'anesthésie". On y trouve quelques bonnes idées, mais aussi des idées bien commnes et, finalement, cette conclusion à propos de l'histoire : "Il faut lui rendre sa qualité première : celle qui consiste à ne pas figer, à ne pas anesthésier la mémoire, à ne pas l'anémier, à ne pas l'amnésier". La dernière partie enfin nous renvoie aux autres ouvrages de Jean-Pierre Guéno (en particulier ceux chroniqués ci-dessous) et, sous le titre "Florilège de textes non encore publiés" ajoute aux volumes Paroles de poilus et Paroles de l'ombre quelques textes inédits.

Librio, Ed. J'ai lu, Paris, 2012, 91 pages.

(supplément. Volume ne pouvant être vendu séparément).

Paroles_jourJ595.jpg

Paroles du Jour J

Lettres et carnets du Débarquement

Jean-Pierre Guéno

Réédition d'un premier volume paru en 2004, ce livre regroupe plus d'un millier de lettres et extraits de correspondances rédigées par des soldats allemands, américains, anglais, canadiens et français, ou par des civils français témoins des événements, essentiellement au coeur de l'été 1944. Chaque auteur est brièvement présenté en quelques lignes (âge, origine, lieu de débarquement, de parachutage ou de résidence, etc.). Les témoignages reproduits sont de longueurs variables, allant de cinq ou six lignes à près de deux pages ou plus, et ils émanent de tous les types d'acteurs ou témoins, servant dans toutes les armes, voire de jeunes et moins jeunes civils Normands. Il y a donc dans ce petit volume au coût modique une vraie masse d'informations, diverses, sur la façon dont ces hommes (et parfois ces enfants) ont vécu, compris, intériorisé, exprimé leur participation au débarquement et à la campagne de Normandie.

La situation des blessés est fréquemment évoquée et, au hasard des pages, on s'aperçoit que les habitants de la région jalousent les riches dotations des soldats américains, dont ils estiment ne pas assez bénéficier, ou que certains Alliés se sentent mal accueillis par les habitants auxquels ils apportent en fait la guerre dans leur village jusque là épargné. On y lit la résistance (souvent) ou l'affolement (parfois) des soldats allemands qui résistent à l'offensive libératrice, on ressent l'inquiétant passage en rase-motte des avions alliés, on s'inquiète des tirs et des bombardements fratricides.

Une riche sélection de témoignages, dont la réédition était pleinement justifiée. Un petit volume utile à tous ceux qui s'intéressent à cette période.

Librio, Ed. J'ai lu, Paris, 2012 (rééd.), 125 pages, 3 euros.

ISBN : 978-2-290-03863-5

Mon_papa594.jpg

Mon papa en guerre

Lettres de poilus, mots d'enfants

Jean-Pierre Guéno

L'introduction du volume donne le ton d'un parti-pris de principe hostile aux chefs militaires, dont il ressort que les soldats de 1914 n'auraient été que les victimes d'une "incurie générale", cachée aux citoyens par une presse aux ordres (de qui ? Du GQG ou du ministre de l'Intérieur et de la présidence du Conseil ?).

L'essentiel du livre est donc constitué dans une première partie d'extraits de correspondances échangées entre "pères" et "enfants", ou entre adultes au sujet de leurs fils et filles, puis, en miroir, d'enfants écrivant à leurs pères mobilisés. Ces courriers sont bien sûr extrêmement touchants, et l'on perçoit toute la peine, toutes les interrogations, toutes les angoisses individuelles. Mais qu'apporte-t-il pour autant ? Pas grand chose, car le départ d'un père (qu'il soit simple soldat ou officier) a toujours été, et est encore, un drame pour son enfant. Ces pères et ces enfants sont-ils différents de ceux qui s'écrivaient pendant la Seconde guerre mondiale ? Pendant l'Indochine ou l'Algérie ? Aujourd'hui encore d'Afghanistan ? Les sentiments paternels et filiaux ont-ils quelque chose de particulier entre 1914 et 1918 ?

Faut-il s'étonner de lire que les pères donnent des conseils pour l'éducation, parlent de la scolarité, évoquent le mariage de leur fille, s'inquiètent de l'état de santé, s'émerveillent d'un dessin, d'une photo ou d'une carte postale, mais restent d'une totale discrétion vis-à-vis de leur enfant au sujet des réalités et horreurs du front et n'abordent que marginalement quelques détails rassurants de la "vie presque ordinaire" au repos ? De même, les cartes et lettres des enfants évoquent la dernière (ou la prochaine) permission, le sentiment d'absence du père pour les fêtes de famille, l'école et le certificat d'études, etc.  Une nouvelle fois, quoi ici de novateur ou de surprenant ?

Douze "Histoires e familles", résumés de situations particulières, et une "Nécrologie du champ d'honneur 1914-1918" pour la commune de Solignac-sur-Loire terminent ce volume. Aucune découverte, à peine des confirmations au mieux. Nous sommes totalement dans le registre de l'émotion individuelle et de la mémoire familiale et c'est bien en ce sens qu'il faut aborder le livre. Ce n'est pas inintéressant, c'est souvent touchant, mais "faire pleurer Margot" ne fait pas un livre d'histoire.

Librio, Ed. J'ai lu, Paris, 2012, 95 pages, 3 euros.

ISBN : 978-2-290-05669-1

Paroles_poilus597.jpg 

Paroles de poilus

Lettres et carnets du front 1914-1918

Jean-Pierre Guéno

Réédition, accompagnée de quelques nouvelles lettres, de ce livre paru en 1998 à la suite d'un appel à la collecte de témoignages familiaux lancé sur les ondes de France Culture l'année précédente. Promu au rang "d'ouvrage de référence" et abondamment repris, y compris dans les manuels scolaires, ce volume est en fait, indiscutablement, celui qui pose le plus de problèmes. Il est constitué par la mise bout-à-bout de centaines de lettres ou d'extraits de lettres, sans réelle présentation ou contextualisation et sans logique apparente de classement (ni géographique, ni chronologique, ni thématique, ni par catégorie sociale, etc.). Par ailleurs, dans ce florilège, certains rédacteurs sont très largement sur-représentés, en particulier dans les deux premiers tiers de l'ouvrage (Maurice Maréchal, Etienne Tanty, Rullier, etc.).

On trouve certes au fil des pages de nombreux textes intéressants, voire passionnants, et l'on regrette surtout que "l'émotion des obscurs" (en elle-même parfaitement légitime et justifiée) prennent totalement le pas sur tout début d'analyse ou de synthèse. On dispose donc d'un ensemble de textes bruts, sortis de leur contexte, qui ne visent semble-t-il qu'à faire réagir d'un point de vue affectif. Tout amateur intéressé par la Grande Guerre se doit donc de connaître ce volume, mais sans oublier qu'en l'état il n'est qu'une compilation (dont on ignore même les critères de sélection) sans utilité directe.

Librio, Ed. J'ai lu, Paris, 2012 (rééd.), 190 pages, 3 euros

ISBN : 978-2-290-03861-1

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile