Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 07:00

Prochain café historique de La Chouette

LES TEMOIGNAGES DES COMBATTANTS

LA-CHOUETTE-NOVEMBRE-2012.jpg

Nous aborderons la question dans toutes ses dimensions, sur les deux derniers siècles,

des campagnes impériales aux récentes opérations en Afghanistan. 

C'est dire tout l'intérêt du sujet, à l'heure des commémorations de la Grande Guerre.

La séance commence à 19h00 et se termine à 21h00.

Chaque participant prend sa commande au comptoir en arrivant

et gagne directement la salle gracieusement mise à notre disposition au 1er étage

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 07:05

547 jours

dans le piège afghan

Hervé Ghesquière

  img307.jpg

Voilà un ouvrage bien difficile à chroniquer, ne serait-ce que par l'émotion que souleva la longue détention de l'auteur et les polémiques qui suivirent sa libération.

Commençons donc par le plus facile, le récit de ces 547 jours aux mains de chefs taliban locaux de la province de Kapisa. Le texte d'Hervé Ghesquière nous permet, au fil des 33 chapitres presque tous chronologiques qui constituent l'ouvrage, de suivre son histoire avec un remarquable souci du détail, qui ne l'empêche pas ponctuellement de livrer quelques réflexions plus générales. Les conditions de détention, les phases d'abattement, la faim, l'espoir d'une douche, le froid, les marches en montagne malgré la faiblesse physique, l'écoute de la radio, les caractères très différents des geôliers successifs, la séparation puis les retrouvailles avec ses camarades, Stéphane Taponier et l'interprête Reza, les tensions retenues et qui soudain explosent, les échos de la mobilisation médiatique hexagonale, sa compagne et sa mère, l'envie de s'évader, les nuées d'insectes et la dysenterie, les espoirs déçus aux annonces d'une libération "prochaine" à laquelle on finit par ne plus croire tout en l'espérant pour le lendemain, la nécessité d'écrire quelques feuillets chaque jour pour garder l'esprit clair, etc. De ce point de vue, dans ce récit du quotidien, de ses angoisses, de ses douleurs, de ses espoirs et de ses peurs, le livre d'Hervé Ghesquière est à la fois poignant et prenant. Son témoignage touche, il est à lire et à conserver.

Vient alors l'aspect le moins agréable. Non seulement l'auteur ne se reconnaît aucune responsabilité dans le début des événements (rappelons qu'il a été capturé alors qu'il effectuait sans protection un reportage dans une zone non pacifiée), mais encore il prend systématiquement pour cible, au hasard des pages, la hiérarchie militaire. Alors qu'il fait le choix de s'éclipser un jour pour pouvoir effectuer son tournage hors de toute "surveillance" des officiers en charge de l'accompagnement des journalistes, il est pris en otage. A qui la faute ? Par ailleurs, il présente une théorie "abracadabrantesque" selon laquelle toute la chaîne hiérarchique, jusqu'au plus au sommet de l'Etat aurait été "intoxiqué" par un seul homme sur le territoire, un modeste lieutenant-colonel (ceux qui connaissent l'institution militaire et son fonctionnement en particulier dans des déploiements du type de l'Afghanistan comprennent aussitôt son poids réel dans un état-major sur-encadré) : "Tous les responsables politiques et militaires ont été informés par la même source et que cet officier était le seul à pouvoir abreuver sa hiérarchie de fausses informations qui seront relayées jusqu'à l'Elysée". De même, l'origine de tous ses maux est à rechercher du côté d'un malheureux lieutenant féminin (sans doute OSC Communication ?), accusé de faire "tout ce qui est en son pouvoir pour nous empêcher d'oeuvrer correctement. Elle installe une tension constante entre nous et les hommes que nous filmons ... Je pense honnêtement que cette manière d'agir ne doit rien au hasard mais est le fruit d'une politique délibérée". Et si on demandait aux soldats qui ont été filmés ce qu'ils pensaient de certains journalistes ? Et si on demandait aux autres dizaines de journalistes accueillis sur le territoire jusqu'ils ont pensé de la qualité du soutien des forces ? 

Sans vouloir incriminer les uns ou les autres, un constat s'impose : on ne tourne pas un reportage en Kapisa avec les exigences d'un documentaire dans le Luberon. Sur un territoire en guerre sans front, où les embuscades sont quasiment quotidiennes et où chacun sait que les insurgés se cachent au sein de la population, le risque de tomber sur une équipe rebelle n'est-il pas à envisager lorsque l'on circule seul ? Et n'est-il pas hasardeux de vouloir "simplement" "prendre la route principale de cette province en vue de filmer et d'interviewer ceux qui vivent dans cette région" ? Pour ne pas l'avoir anticipé, l'auteur est resté 547 jours prisonnier. C'est bien sûr absolument regrettable et cette expérience l'a probablement profondément marqué, mais pourquoi s'en prendre de façon assez mesquine à un officier subalterne et un officier supérieur qui ne faisaient que leur travail ? C'est dommage.

Albin Michel, Paris, 2012, 300 pages. 18,50 euros.

ISBN : 978-2-226-24382-9

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Récits et témoignages
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 07:00

Réforme de l'armée russe

Etudes géostratégiques

GEOSTRATEGIE

L'évolution de l'armée russe depuis quelques années (en fait depuis la fin d'une menace immédiate sur les marches orientales de l'Europe) n'intéresse plus qu'un nombre limité de personnes. Pourtant, elle reste celle d'un grand pays aux réelles ambitions internationales. On lira donc avec intérêt le synthétique "Bilan en cours de la réforme de l'armée russe", sous la signature de Maxime Pour, mis en ligne le 22 octobre dernier sur le site Etudes Géostratégiques.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 06:55

Tom Morel

Vivre libre ou mourir

Pierre-Emanuel Dequest et Jean-François Vivier

 TOM.jpg

Une fois n'est pas coutume, nous vous présentons un volume de bandes dessinées. L'album raconte, entre 1939 et 1944 la guerre de Tom Morel, mort à 28 ans sur le plateau des Glières. La campagne contre les Italiens, le camouflage d'armes et la formation des derniers officiers à Aix-en-Provence, l'entrée en résistance et le maquis en Savoie, le bataillon des Glières et les parachutages d'armes par les Alliés, l'encerclement et l'exécution finale.

Le dessin est clair, les couleurs judicieusement choisies, les ambiances bien reconstituées. Un beau volume pour une belle histoire. Voilà qui peut faire un cadeau apprécié pour cette période de fêtes qui approche.

Editions Artège, Perpignan, 2012, 48 pages. 14,50 euros.

ISBN : 9-782360400-89-8

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 07:15

La guerre des origines à nos jours

Sciences Humaines Histoire  -  hors-série n° 1

 sciences-humaines.jpg

Avec ce hors-série Histoire n° 1, Sciences Humaines frappe fort. Plus qu'un magazine, c'est presque un livre. En un peu plus de 120 pages, l'ambition est, ni plus ni moins, de survoler toute la thématique, des temps préhistoriques (Lawrence H. Keeley) à "L'avenir de la guerre : entre la bombe humaine et le drone" (Pierre Hassner).

Dans leur éditorial, Jean-Vincent Holeindre et Laurent Testot constatent [qu'] en 2012, la guerre est à la fois absente et omniprésente", mais aussi qu'elle "est un prisme permettant de mieux saisir l'évolution des sociétés". Après un article introductif ("Ce que la guerre fait aux sociétés"), qui met en relief les interactions entre le fait guerrier et toutes les dimensions de "l'aventure humaine", les quelques 29 articles du magazine sont organisés en quatre grands thèmes : "Aux sources de la guerre", "Les Etats combattants", "Vers l'apocalypse" et "Le temps des conflits asymétriques". C'est dire si les sujets, les plus divers et les plus importants, sont abordés. Parmi les signatures de référence qui figurent au sommaire, relevons par exemple celles de Yann Le Bohec, de Guillaume Lasconjarias, de Jacques Frémeaux, de François Cochet, de Georges-Henri Soutou, de Gérard Chaliand ou de Pierre Razoux.

Traiter d'un thème d'une telle ampleur en un nombre très limité de pages est une véritable gageure, et l'on relève bien sûr quelques imprécisions ou approximations (et même 1 ou 2 erreurs formelles de détail). Mais l'ensemble de ce dossier est globalement d'une très haute qualité, ouvre aux lecteurs de vraies pistes de réflexion, propose de nouvelles lectures grâce aux différentes bibliographies indicatives (très marquées de culture anglo-saxonne) qui suivent chaque article.

Un excellent hors-série que chacun doit avoir lu.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 07:05

L'écho du front

Journaux de tranchées (1915-1919)

Marcelle Cinq-Mars

Echo.jpg

 

Les journaux de tranchées français sont relativement bien connus (plusieurs études leur ont été consacrées), mais nous ne saurions oublier que, dans l'immense maëlstrom des contingents et des nationalités de la Grande Guerre, ce phénomène a également touché d'autres armées. La lecture de ce livre est donc d'autant plus intéressante qu'elle nous permet d'approcher cette réalité dans une armée alliée dont la montée en puissance est progressive.

Le phénomène des journaux du front y nait donc un peu plus tardivement : les deux plus anciens, le Listening Post du 7e bataillon et le Dead Horse Corner du 4e, commencent à paraître à l'automne 1915. Ils seront, naturellement, moins nombreux que leurs homologues français, et pour certains d'entre eux publiés loin de l'arrière : dans les camps d'entrainement des îles Britanniques. On constate également que les "animateurs" sont souvent des officiers ayant fréquemment une expérience civile dans ce domaine, et qu'ils sont presque exclusivement rédigés en anglais : la place du français n'y est que marginale.

Le livre est ensuite structuré autour de quelques grandes thématiques ("L'entrainement", "Au front", "Les Alliés", "Les ennemis", "Les armes", "La bouffe", "Les camps et les billets", "Le repos", "Les permissions", "Les femmes", "Les officiers", "Les services médicaux", "Les autres unités", "Le Home front"). On constate également que la parution de quelques uns d'entre eux se poursuivra après l'armistice de novembre 1918 et jusqu'à l'occupation en Allemagne (Listening Post). Pour ne relever qu'une citation, dans cet ensemble qui fait à la fois sourire et réfléchir, sachons conserver le sens de l'humour et n'oublions cette appréciation portée sur les campagnes françaises : "Les habitants du village sont des vaches, des chevaux, des chats, des chiens et des chèvres. Il y a aussi des êtres humains. Ces derniers sont appelés des Français par les autorités de notre compagnie. Ces Français sont très bons avec nous et nous donnent des oeufs, du beurre, du bois de chauffage et la langue française au double du prix du marché. Nous apprécions beaucoup leur bonté et en retour nous nettoyons leurs rues. Les femmes françaises, assistées de leurs cheveaux, chiens, chats, poules et chèvres, vivent sur des fermes. Ces fermes sont différentes des fermes canadiennes, et consistent principalement en un tas de fumier entouré d'étables". Flatteur, non ?

Le livre est bien sûr ponctué à chaque page de nombreuses reproductions, en particulier de dessins et caricatures, et il se termine sur une utile bibliographie d'ouvrages francophones et anglophones. Excellent !

Athéna éditions, Outremont (Québec), 2008, 223 pages. 40,05 euros.

ISBN : 978-2-922865-62-2

Disponible à Paris auprès de la Librairie du Québec.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 07:00

La cuisine rationnée

Nourrir un peuple et une armée, 1914-1918

Marcelle Cinq-Mars

Cuisine.jpg

Le livre s'ouvre sur une citation extraité de L'Illustration, en mars 1917 : "La victoire, dira un économiste, appartiendra à celui des deux belligérants qui aura, dans ses dernières réserves, un mois de vivres de plus que l'autre".  Cette étude est donc consacrée à une question essentielle : comment nourrir l'armée canadienne en campagne au-delà de l'océan (sachant que la nourriture "est l'une des bases fondamentales du légendaire moral des troupes") ET la population en métropole, alors même que la production chute et que les échanges diminuent ?

Pour la mener à bien, Marcelle Saint-Mars nous propose de suivre, à travers l'exemple du Canada, un plan original : celui d'un repas, ou d'un menu, des "Entrées, soupes et salades" aux "Desserts" et aux "Epices et condiments". Tous les domaines de la production agricole sont passés au crible, qu'il s'agisse des difficultés de production, des campagnes d'économie, du nécessaire rationnement, de l'émergence des produits de substitution. La question des transports transatlantiques entre le Canada est l'Europe est abordée, tout comme celle de l'alimentation du territoire britannique insulaire lui-même grâce aux efforts de l'Empire. Plus original encore, le livre est ponctué de recettes et vous n'ignorerez plus rien, après sa lecture, de la réalisation d'une salade au fromage ("La salade est une excellente façon d'utiliser les restes") pour ... 100 hommes, ou de la préparation de galettes de poisson pour le même effectif, sur la base de "10 boîtes de bully-beef, 10 boîtes de hareng", quelques croutons de pain et des pommes de terre, le tout à "faire frire dans du gras chaud". Enfin, le livre est très richement illustré avec des affiches, des tracts, des coupures de presse, des photos qui mettent en relief l'importance des efforts des agences gouvernementales pour parvenir à assurer ce besoin élémentaire de l'homme : manger.

Sous un aspect plaisant, presque anecdotique, une vraie étude de fond qui apporte de très nombreux renseignements.

Athéna éditions, Outremont (Québec), 2011, 178 pages, 33 euros.

ISBN : 978-2922865-74-5

Disponible à Paris auprès de la Librairie du Québec.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 07:15

Projection de puissance, projection de forces, opérations extérieures

Terre, Air, Mer

Paris IV

Ce séminaire commun du Master "Guerre, armée, sécurité" de Paris IV Sorbonne aborde toutes les périodes historiques, illustrées par des exemples précis de campagnes détaillées. Il se déroule en salle D 116, Maison de la Recherche, rue Serpente, le jeudi de 16h00 à 18h00. Au programme des premières séances :

18 octobre : Introduction à l'histoire militaire (par Olivier Chaline et Tristan Lecoq)

25 octobre : Les Dardanelles en 1915, un échec de la projection de forces ? (par Rémy Porte)

8 novembre : La Grande Armée en Russie, projection de force ou projection de puissance ? (Jacques Olivier Boudon)

15 novembre : Les Wallons en Bohème 1618-1621? Projection de forces et solidarité habsbourgeoise (par Olivier Chaline)

29 novembre : Les grandes expéditions romaines en Orient (Ier s. av. J.-C. - IIIe s.) : quelques réflexions (par Giusto Traina)

13 décembre : L'expédition d'Alger en 1830 (par Jacques Frémeaux)

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Séminaires universitaires
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 07:10

Se battre à l'étranger pour des idées

Volontariat international avril 2012 copie

Le livre Grands reporters de guerre, entre observation et engagement que nous chroniquions le 18 octobre dernier, est constitué à partir de la table-ronde qui formait la sixième session de ce grand colloque international, organisé en avril 2012 par l'ENS et dont d'autres communications sont dès à présent disponibles sur support audio.

Pour écouter les communications de W. Bruyère-Ostells sur "Mercenaires et volontaires : combattants français de la Rhodésie à la Yougoslavie" et de D. Rodogno sur "Humanitaires et volontaires : les interventions humanitaires dans l'empire ottoman" :

http://savoirsenmultimedia.ens.fr/uploads/sons/2012_04_14_bruyere-ostells_rodogno.mp3

Pour écouter les communications de O. Compagnon et M. Rodriguez sur "Le volontariat latino-américain dans l'armée française (1914-1918)" et de H. Heyriès sur "Volontaires garibaldiens de la Première Guerre mondiale en France et en Italie" :

http://savoirsenmultimedia.ens.fr/uploads/sons/2012_04_13_compagnon_rodriguez_heyries.mp3

Les actes complets de ce colloque devraient être publiés chez Albin Michel dans quelques mois.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 07:05

Rothschild, une banque au pouvoir

Martine Orange

Rotschild588-copie-1.jpg

L'histoire de demain s'écrit aujourd'hui et les grandes enquêtes sur des thèmes politiques, économiques et financiers ont toujours constitué pour les historiens ultérieurs des éléments d'information intéressants. Depuis 30 ans, la banque Rothschild a connu des revers et des succès, mais reste très proche des cercles politiques les plus élevés.

Les deux protagonistes de cet ouvrage cohabitent ainsi dès le titre : la banque, métaphore du monde financier, tend la main au pouvoir politique. A moins que ça ne soit l’inverse. Il s’agit bien de ce rapport ambivalent, et tant controversé, que Martine Orange choisit de décrypter au fil des 400 pages de son livre. Après diverses participations à des journaux, elle décide de mettre ses connaissances en affaires économiques au service de Médiapart. Parallèlement, elle enrichit le champ des publications économiques en s’intéressant au patronat comme à la célèbre banque Lazard. Basé sur des témoignages, et centré sur l’univers de la banque, son dernier écrit s’emploie à retracer l’histoire de la banque Rothschild, « dernière grande banque familiale » selon David de Rothschild.

La nationalisation de 1982 semble annoncer la fin de l’ère Rothschild. C’est une première approche toute en noirceur que peint Martine Orange, où l’acharnement du gouvernement de gauche contre la famille Rothschild cache en réalité une chasse féroce aux ressources financières. Figurant parmi les condamnés du pouvoir, la banque se retrouve seule pour affronter une véritable épidémie de quasi-désertions, au moins de « retournement de vestes ». La reprise en main de l’établissement est menée tambour battant par David et Eric de Rothschild. Le gouvernement, sous l’égide d’Ambroise Roux, permet la réinstallation de la banque dans le système d’influence du monde patronal en l’intégrant à l’Afep. Les cercles d’influence protègent ainsi la maison Rothschild mais ne lui rendent pas son autonomie. Débute alors un vrai combat pour recréer une banque, qui s’achève sur un succès, grâce au soutien de Badinter.

Alors que le veto se lève, Rothschild est appelée à représenter l’Etat dans nombre d’affaires populaires : la banque tient ainsi son rang dans les privatisations. Au monde financier qui prône le « greed is good » (la cupidité a libre cours), Rothschild répond par l’adoption du modèle de la banque d’affaires façon Lazard et l’union avec les cousins anglais permet à la maison de prétendre au titre de banque d’affaires internationales. Sous la bienveillance de la deuxième cohabitation, Rothschild prouve son influence, entre autres, dans l’affaire Renault.

L’année 1995 ne dissout pas les liens entre domaine politique et financier mais a une acidité certaine pour la famille Rothschild. L’arrivée de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly en 1993, grâce au banquier Vernes, montre la perméabilité des deux mondes : Nicolas Sarkozy pratique sans détour le jeu des rapports entre mandats politiques et  secteur privé. Entre affaires, nouvelles recrues, et mandats de l’Etat, Rothschild est placée au cœur du monde de la haute finance et des évolutions industrielles, mais ne manque pas à ses principes. Le gouvernement Jospin s’en tient plutôt à distance, injectant ses directives par à-coups, comme pour l’affaire France Télécom.

Le véto ministériel refait son apparition en 2005 avec la nomination de Thierry Breton, mais le retour en grâce de Rothschild, à la fois pour la maison et les hauts fonctionnaires, s’avère primordial. Puissance qui s’exporte, la banque ne parvient pas à légitimer l’idée d’une alliance franco-allemande. « Il va changer les choses » assure t’on alors dans la sphère financière lorsque François Henrot est nommé à l’Elysée : ainsi débute l’ère Sarkozy. Jamais une banque n’a eu une telle proximité avec le pouvoir et Rothschild se révèle l’interlocuteur privilégié de l’Etat. L’argent s’installe au cœur de la politique, d’après l’auteur, avec plusieurs affaires comme celle de la BPCE. Alors que Rothschild se classe première des banques-conseils en fusions-acquisitions, la crise des « subprimes » la tétanise.

Malgré la défaite de la droite aux élections présidentielles, Rothschild reste au pouvoir et fournit le nouveau Secrétaire général de l’Elysée. Comme l’affirme la famille : « C’est la tradition de la maison de se mettre à la disposition de la République ». Martine Orange replace alors la figure de David de Rothschild dans un rôle de conseiller, voire même d’arbitre, dans la joute menée par le monde des affaires et le pouvoir.

C’est un ouvrage enrichissant à bien des égards que nous délivre Martine Orange, riche de très nombreuses informations de détail, même si l’on ne peut pas parler « d’objectivité totale ». Mais il s’agit d’un vrai travail de recherche et d’investigation journalistique. Plonger dans le monde fantasmé des affaires où l’argent est roi, et dans l’univers politique qui semble en être si proche et où la manipulation est coutumière, ne pourra que séduire le lecteur avide d’en savoir davantage sur les trames politico-financières de la République.

Barbara FELICE

Editions Albin Michel, Paris, 2012, 359 pages, 20 euros

ISBN 978-2-226-24383-6

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire économique et technique
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile