Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 00:01

Juillet 1893

Le mai 68 de la IIIe République

Bernard Hautecloque

L'auteur en dresse le constat dès l'introduction, "les émeutes étudiantes qui dévastèrent le Quartier latin en juillet 1893 ont aujourd'hui à peu près totalement disparu des mémoires". Et pourtant, ces évènements (presque dans la tradition frondeuse du quartier des universités) furent d'une réelle gravité et marquèrent profondément les contemporains.

Les trois premiers chapitres présentent l'histoire agitée du quartier des étudiants, entre chahut et contestation (souvent peu) politisée, puis le livre décrit les incidents à  l'origine des désordres, une vague histoire d'offense à la pudeur en début d'année. Le 1er juillet, lorsque le préfet de police veut faire disperser un rassemblement d'étudiants tapageurs, ceux-ci trouvent dans la Sorbonne en travaux suffisamment de "munitions" pour bombarder de pierres les forces de l'ordre, mais la mort d'un témoin, présent par hasard sur les lieux, enflamme les esprits le lendemain. Dès le 2 juillet au soir, aux cris de "A bas le préfet assassin !", les étudiants se rassemblent en nombre. Bernard Hautecloque, tout en poursuivant le récit des incidents, qui s'aggravent, explique ce qu'était le maintien de l'ordre en ville à la fin du XIXe siècle et cite abondamment les journaux de l'époque. Les manifestations dégénèrent : "Aux étudiants s'étaient mêlés des anarchistes et quelques voyous"... Déjà ? De même, alors qu'au même moment dans Paris 12.000 cochers sont en grève, certains tentent sans succès de faire "converger les luttes". Déjà ? Dans la nuit du 4 au 5, puis du 5 au 6, les émeutes reprennent et dégénèrent : "L'aube du 6 se leva sur un Quartier latin qui semblait sortir d'une guerre. Le boulevard Saint-Michel avait été interdit à la circulation, des gardes municipaux à cheval faisant manoeuvre pour éviter tout rassemblement". Ce 6 juillet, le gouvernement fait venir des troupes de Compiègne et de Melun et fait protéger les bâtiments publics. Le 7, la situation commence à s'apaiser, dans la nuit du 7 au 8 quelques tentatives pour reprendre le mouvement échouent et le 8 la situation est en apparence redevenue normale. Le 11 juillet, un nouveau préfet de police est nommé, un certain Lépine. Mais ceci est une autre histoire.

Cette histoire d'une révolte étudiante violente pendant quelques nuits mais finalement sans grandes conséquences est expliquée par l'auteur par l'incompréhension du pouvoir politique qui tolérait que "les étudiants, finalement peu nombreux, médiocrement politisés et tous issus de milieux privilégiés, n'étaient pas tenus pour une classe dangereuse". Un coup de projecteur sur une "belle époque" plus complexe que les images d'Epinal peuvent le laisser penser.

Editions du Félin, Paris, 2020, 119 pages, 16,- euros.

ISBN : 978-2-86645-924-6.

Pour commander directement le livre : ici.

Mai 68 avant l'heure

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 00:01

1815 - 1870

La révolution inachevée

Sylvie Aprile

Seconde belle livraison dans cette collection consacrée à l'histoire de France, avec un volume qui nous entraîne de Louis XVIII à Napoléon III, à travers ce XIXe siècle finalement assez mal connu.

Une grande première partie s'intéresse aux évolutions chronologiques. Le premier chapitre, consacré aux derniers Bourbons, aurait sans doute mérité d'être plus développé, mais il offre en 35 pages environ un rapide survol de ces quinze années qui voient le retour de la monarchie. Le chapitre 2 traite du règne de Louis-Philippe en près de 70 pages et ouvre sur une série de présentations thématiques (sur la mise en place du parlementarisme, sur les salons et la politique des banquets, sur la presse et les complots, la violence en politique et la Garde nationale, etc.). Les chapitres qui suivent montrent les évolutions de la France du temps, aux plans économique ("modernisation douce ou industrialisation sauvage ?"), intellectuel (socialistes et progressistes, féminisme, romantisme) et international (la crise grecque, les tensions en Méditerranée, la reprise d'une politique coloniale). Les chapitres 6 et 7 nous parlent de la Seconde république, de sa mise en place, des réponses à la crise économique, de l'adoption d'une constitution et de l'élection d'un Bonaparte, suivie de quelques manifestations d'opposition et d'une répression sans faiblesse (mais aussi du recours au plébiscite). Le Second empire fait l'objet des chapitres 8 à 11, sous l'angle politique, diplomatique, social, etc. Comme pour le volume précédent, une seconde grande partie (un peu plus d'une centaine de pages) "revisite" l'historiographie et la mémoire du XIXe siècle français après une approche par les historiens classiques, puis par les grands noms de la littérature, enfin par la photographie naissante.

Sans soulever de question nouvelle (mais est-ce toujours indispensable ?), ce 1815-1870 donnera à tous une vision assez complète d'une soixantaine d'années au cours desquelles la France a profondément changé, dans un tourbillon de régimes et de constitutions. La chronologie, les notices biographiques la solide bibliographie et l'index qui complètent le volume contribuent à en faire un outil de travail et de référence digne de cette belle série de livre. Vivement recommandé en particulier aux étudiants.

Folio Histoire, Paris, 2020, 821 pages. 12,90 euros.

ISBN : 978-2-07-279938-9.

Pour commander directement le livre : ici.

Chronologie et fondamentaux (2)

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 00:01

Elie Decazes

Le dernier favori

François de Coustin

La Restauration et le règne de Louis XVIII sortent difficilement du désintérêt général, voire d'une forme de mépris, qui les entoure depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. Cette solide biographie, en remettant en lumière l'un des personnages les plus importants de la période, contribue à en réhabiliter l'étude.

L'ouvrage s'ouvre sur une citation de Lamartine qui résume bien l'homme et son parcours : "Son nom restera dans l'histoire au-dessus des noms des favoris vulgaires qui ne représentent que le caprice des rois. M. Decazes représente une idée juste : la réconciliation d'une révolution et d'une royauté. Il fut l'homme d'Etat de la concorde, de l'impartialité et de la charte". Lamartine se trompe toutefois sur un point : le nom de ce juriste, fonctionnaire, devenu préfet de police puis ministre de l'Intérieur est bien tombé dans l'oubli le plus complet, et rares seront ceux qui feront immédiatement le lien avec la commune de Decazeville. Le livre est organisé en trois parties d'ampleur différente. La première, sur 35 pages environ, Né dans une ancienne famille de la bourgeoisie de la région bordelaise, avocat, Elie Decazes épouse la fille d'un dignitaire civil de l'empire, par ailleurs Franc-Maçon de haut niveau. Attaché au frère de Napoléon devenu roi de Hollande, conseiller de la princesse Pauline Borghèse, puis au service de Madame Mère, il ne rejoint pas l'empereur lors des Cent Jours et quitte Paris qu'il ne retrouve qu'après Waterloo. La seconde partie, sur 210 pages, nous présente son (ir)résistible ascension, par la faveur de Louis XVIII, au point que les mauvais esprits évoqueront des relations intimes entre les deux hommes. Par l'intermédiaire des "réseaux" de Talleyrand il peut rentrer en grâce et obtient de roi (qu'il va subjuguer) d'être nommé préfet de police. A ce poste, il tient une place essentielle dans le processus de condamnation ou de proscription de bonapartistes, dont l'interrogatoire du maréchal Ney. Ministre de l'Intérieur hégémonique, il multiplie les initiatives dans de nombreux domaines, adopte des solutions de compromis, recherche des "majorités de gouvernement", ce qui lui vaudra de multiples ennemis, en particulier parmi les Ultras. Ephémère chef de gouvernement, il doit quitter ses fonctions au terme de la crise consécutive à l'assassinat du duc de Berry, dont le détail en février 1820 est raconté jour par jour, presque heure par heure. Nommé ambassadeur à Londres, fait duc, son parcours de diplomate est peu glorieux et il rentre en France l'année suivante. La troisième partie, sur 65 pages, nous décrit Decazes replié dans son Sud-ouest natal, conservant un vif intérêt (et par moment une forte influence) pour la vie politique et surtout investissant aussi bien dans l'agriculture que dans l'industrie, à partir de la Compagnie des houillères et fonderies de l'Aveyron, et enfin au sein de la Franc-Maçonnerie (il a même été Souverain grand commandeur du Suprême conseil d'Amérique). Totalement retiré de la vie politique après 1848, il termine cette foisonnante carrière sous le Second empire, comme président de la Société impériale et centrale d'agriculture (n'oublions pas qu'il a servi le père de Napoléon III) et décède en octobre 1860.

Une passionnante biographie qui nous fait traverser toute la première moitié du XIXe siècle français, une période qui, d'un empire à l'autre, voit émerger la France moderne, politiquement et économiquement. A connaître.

Perrin, Paris, 2020, 470 pages, 25,- euros. 

ISBN : 978-2-262-07720-4.

Pour commander directement le livre : ici.

Une vie comme un roman

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 00:01

La guerre franco-allemande de 1870

Une histoire globale

Nicolas Bourguinat et Gilles Vogt

Une approche très large d'un conflit que, finalement, la plupart des Français connaissent très mal, allant des rapports franco-"allemands" au milieu du XIXe siècle à la mémoire entretenue du conflit par la IIIe République.

Les deux auteurs adoptent bien sûr une démarche chronologique, ou plutôt chrono-thématique, et privilégient à la fois les aspects internationaux (et plus largement européens). Pour appuyer leur discours, il font un ample usage des fonds privés, des journaux personnels et des correspondances familiales. Le livre est divisé en sept grandes parties, dont les deux premières sont indispensables pour ouvrir ce genre de volume et camper le décor : "Aux origines de la guerre", "De la guerre du Second empire à la guerre de la République" avec notamment un chapitre sur les leçons de la guerre. La troisième partie s'intéresse à la vie du pays en guerre, en particulier dans les régions occupées (quelques pages sur les francs-tireurs) ; et la quatrième au rôle de la presse et aux efforts gouvernementaux pour mener une "guerre d'opinions". La cinquième revient sur les négociations de paix jusqu'à la signature du traité de Francfort (on apprécie les pages consacrées au rôle et aux attentes des Etats neutres). La sixième évoque le retentissement international de la guerre et de la défaite française, avec les volontaires étrangers pendant le conflit mais aussi la nouvelle puissance allemande en Europe. La septième enfin est surtout centrée sur la France de la IIIe République naissante, soulignant en particulier qu'au-delà du discours sur la Revanche, les responsables politiques français souhaitent surtout maintenir la paix.

Si la place accordée aux opérations militaires est finalement limitée, l'ensemble est non seulement tout-à-fait cohérent, référencé, précis, et donnera à tous les amateurs, pour une somme modique, de la période une compréhension non seulement du conflit lui-même mais aussi des relations franco-allemandes et des évolutions européennes.

Coll. Champs histoire, Flammarion, Paris, 2020, 521 pages, 15,- euros.

ISBN : 978-2-0815-1055-5.

1870

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 00:05

Distinguer et soumettre

Une histoire sociale de l'armée française (1872-1914)

Mathieu Marly

Avec l'instauration de la conscription au début de la IIIe République, l'armée française change fondamentalement. Mathieu Marly revient, dans cet ouvrage issu de sa thèse, sur les transformations induites par ce changement majeur.

Le volume est organisé en trois grandes parties ("Origines, trajectoires et impasses du galon", "Vocations militaires", et "Hiérarchie et discipline"), à partir desquelles l'auteur peut aborder de très nombreuses facettes du sujet. Il apporte ainsi une attention particulière à la promotion interne, à la formation des sous-officiers et à l'accession à l'épaulette par le mérite (école de Saint-Maixent). Cela pose en particulier la question du niveau de recrutement et des conditions de rengagement, des débats qui vont perdurer pendant toute la IIIe République. La seconde partie distingue en quelque sorte entre "guerriers" et "soldats", entre ceux qui s'engagent pour l'aventure ("le sable chaud" et l'exotisme des coloniaux…) et ceux qui privilégient un emploi compatible avec la vie civile dans l'administration militaire. Elle traite également de la vie de caserne et de garnison, y compris la question du mariage lié à une enquête préalable et à une autorisation du commandement (y compris d'ailleurs pour les officiers). La troisième enfin revient sur l'organisation hiérarchique, les strictes limites de l'autorité du sous-officier au quartier et la sensible question de la discipline et des punitions.

Dans cette "recherche du citoyen-soldat", l'auteur propose parfois des éléments de réponse que l'on a envie de discuter, mas il n'en demeure pas moins que ce travail rigoureux s'appuie sur une ample recherche dans les archives et sur l'analyse de la dense littérature militaire de l'époque. Une publication importante pour quiconque veut s'intéresser à l'armée de la fin du XIXe s.

Presses universitaires de Rennes, 2019, 279 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7535-7780-0.

Sociologie militaire

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2019 5 01 /11 /novembre /2019 00:11

La Franc-maçonnerie et la crise boulangiste

(1886-1891)

Julien Rycx

Au carrefour du mouvement politique, de la crise et de l'action d'influence, l'auteur s'intéresse à la perception par les francs-maçons du mouvement boulangiste, voire à la place tenue par les frères dans le développement du mouvement et les conséquence de l'affaire sur le boulangisme comme sur la société philosophique.

Julien Rycx présente tout d'abord ce qu'était la maçonnerie avant que n'apparaisse la figure politique du général Boulanger ("véritables acteurs de la vie politique"), des organisations qui bénéficient avec les loges d'un dense maillage local et qui se rapprochent du parti radical. Parallèlement, le boulangisme se présente également "comme une entité complexe du fait de ses origines diverses, de ses soutiens parfois antagonistes". L'auteur montre bien la division des deux mouvements et présente par exemple en quelques tableaux les loges boulangistes ou antiboulangistes en fonction des obédiences. C'est en fait progressivement que les loges (reprises en main en quelque sorte par les directions parisiennes) se rallient à l'anti-boulangisme au nom de l'ordre républicain à conforter et de "la lutte contre le césarisme". Avec beaucoup de précisions, l'auteur décrit comment cette évolution se manifeste et le rôle des principaux protagonistes, en particulier à l'occasion des différentes consultations électorales. La crainte du coup d'Etat revient régulièrement sous la plume et dans les discours des adversaires maçons du général mais ce n'est qu'après l'échec électoral de ses partisans en 1889 que les principales fédérations maçonniques se lancent ouvertement dans l'anti-boulangisme. Désormais, les F.M. sont très clairement engagés aux côtés du personnel politique républicain.

Un livre très complet sur une période charnière de la vie politique française à la fin du XIXe s., qui se termine par la biographie sommaire des principaux acteurs maçons de cette histoire, contribution supplémentaire à notre connaissance des premières décades de la IIIe République et plus largement de notre histoire politique.

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2019, 230 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7574-2855-9. 

Général franc-maçon ?

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2019 4 31 /10 /octobre /2019 00:05

L'affaire Dreyfus

Vérités et légendes

Alain Pagès

Elément emblématique de la vie culturelle, militaire, politique en France au tournant des XIX-XXe s., l'Affaire (toujours avec un A majuscule) devrait aujourd'hui être parfaitement connue, mais son histoire est toujours parasitée par de nombreuses affabulations, mauvaises interprétations, déformations (souvent publiques ou journalistiques), souvent périphériques au dossier lui-même. Ce petit volume vise donc à rétablir un certain nombre de faits avérés.

Selon le principe de la collection, la réponse à chacune des vingt-cinq questions est apportée en une dizaine de pages. L'auteur se demande s'il existe plusieurs affaires dans l'Affaire, et il dénombre au moins trois phases bien différentes (et plus loin une quatrième plus tardive). Il s'interroge ensuite sur le rôle de Clemenceau, sur le célèbre "J'accuse" de Zola, sur les complicités actives au sein de l'accusation. Il pose la question de la responsabilité de Drumont dans cet antisémitisme politique (et à bien des égards populaire), évoque le côté "roman-feuilleton" du dossier, la place et le rôle de la presse et sa prise en compte par l'opinion publique. Deux chapitres sont consacrés à la présentation de l'Affaire dans la littérature et le cinéma. Il récuse enfin l'idée selon laquelle il pourrait y avoir encore des zones d'ombre dans ces évènements, et considère qu'il est toujours utile sur le principe "de se battre pour Alfred Dreyfus", le dossier conservant une réelle actualité.

Le livre se termine sur une chronologie complète et une solide bibliographie (plus filmographie). Un petit volume qui intéressera en particulier tous les amateurs de la période.

Perrin, Paris, 2019, 283 pages, 13,- euros.

ISBN : 978-2-262-07494-4.

"L'Affaire"

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 06:00

L'art et la bataille

Les campagne d'Italie, 1800 et 1859

Aude Nicolas

Magnifique livre grand format, qui analyse et compare les peintures, dessins, sculptures illustrant les campagnes d'Italie des deux Napoléon, en 1800 et en 1859.

Les opérations se déroulant dans la même région, Aude Nicolas (à laquelle on doit récemment une biographie remarquée du général Lasalle, ici) réalise, sur la base de sa thèse de doctorat, un travail d'histoire de l'art qui s'appuie sur une très solide connaissance des évènements, avec prise en compte de la stratégie et de la tactique, de la géographie et de la technique des armements. Elle apporte dans une première partie un regard topographique sur les lieux et le paysage, en 1800 comme en 1859 ; puis dans un second temps s'intéresse plus particulièrement à Marengo, Magenta et Solférino, appuyant sa démonstration sur des cartes et des reproductions de tableaux représentant ces batailles ; et enfin décrypte les modes d'expression des artistes. De très belles photos (y compris des lieux aujourd'hui) illustrent par ailleurs ce remarquable travail.

Un beau livre qui fera honneur à toute bibliothèque "impériale" bien tenue.

Bernard Giovanangeli, Paris, 2019, 395 pages, 40,- euros.

ISBN :  978-2-7587-0227-6.

Art et histoire

Partager cet article

Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 06:00

L'Alsace sous la monarchie de Juillet

1830-1848

Claude Muller

Rédigé par un éminent spécialiste de l'histoire alsacienne, ce livre constitue une admirable synthèse sur une période généralement peu étudiée.

Le livre est structuré en trois grandes parties ("Le tourbillon politique", "Le bouillonnement religieux" et "L'essor économique") qui permettent au lecteur une approche très large de la situation et des évolutions de la province au cours du règne de Louis-Philippe Ier. La première partie passe du niveau national au niveau local et des représentants de l'Etat aux élus et à l'agitation partisane. La seconde traite des trois religions monothéistes, leurs rapports avec les autorités gouvernementales et politiques, les "affaires" qui agitent ces milieux (en particulier les catholiques), leur intégration à la société, leur représentativité, le bouillonnement intellectuel de la période et leurs évolutions au fil du temps. La troisième aborde successivement les réussites industrielles dans la région de Mulhouse, avec un patronat épris de nouveautés qui n'hésite pas à investir pour moderniser et développer ses équipements, la naissance de dynasties industrielles et le rôle du train dans cette croissance ; les questions sociales avec une montée en force du prolétariat et le travail des enfants ; les difficultés de l'agriculture aussi, en particulier avec une crise viticole, au point qu'une crise alimentaire survient en 1847.

Un volume très fouillé qui sera d'un très grand intérêt pour tous ceux qui s'intéressent à l'Alsace et plus largement aux profondes transformations du XIXe s. en France.

I.D. l'Edition, Bernardswiller, 2018, 287 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-36701-155-4.

Histoire régionale

Partager cet article

Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 06:00

Le plancher de Joachim

Jacques-Olivier Boudon

Historien bien connu pour ses nombreux travaux sur Napoléon et l'empire (mais pas que !), Jacques-Olivier Boudon nous propose ici un livre tout à fait original, basé sur une histoire réelle assez extraordinaire.

Réédition en format poche d'un ouvrage paru en 2017, ce volume démarre avec la découverte sous les lattes de bois d'un plancher rénové de textes apparemment écrit par le menuisier ayant effectué la précédente remise à neuf à la fin du XIXe s. Il s'y épanche en quelque sorte sur son environnement, ses proches, ses voisins, sa communauté. Ayant récupéré ces lignes éparses, l'auteur se livre à de véritables enquêtes pour reconstituer le parcours de ce menuisier inconnu, la société villageoise de ce village des Hautes-Alpes, l'histoire du château où se déroule cette découverte. Il entre ensuite dans le détail des critiques à l'égard des élites et politiques locaux, s'intéresse aux commentaires sur les questions intimes et sexuelles (avec tous les risques de fausse rumeur dans une société qui reste très empreinte de morale traditionnelle), à l'environnement géographique et à l'histoire des lieux, à l'Eglise et à ses représentants. Le livre se termine enfin sur le destin des descendants de notre menuisier, enfants et petits-enfants, au long du XXe s. L'ensemble du livre s'appuie donc, chapitre par chapitre, sur quelques lignes de Joachim très largement complétées par les résultats de la recherche de Jacques-Olivier Boudon. Il s'agit là d'une véritable reconstitution de la société rurale de ce village, remise dans son contexte avec de très grandes précisions.

Un livre étonnant et passionnant à un double niveau, dans le récit qui est fait de la vie dans les années 1880 mais aussi pour les historiens dans la méthodologie de la recherche qui est sous-tendue.

Folio Histoire, Paris, 2019, 271 pages. 7,90 euros.

ISBN : 978-2-07-279883-2.

Enquête au village

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile