Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2021 2 17 /08 /août /2021 00:01

La Kampfgeschwader 6

Peter Taghon

Déjà auteur d'un historique de la Lehrgeschwader 1, "l'escadre au griffon", que nous chroniquions l'année dernière (ici), Peter Taghon nous livre aujourd'hui une nouvelle étude sur une grande unité de la Luftwaffe, la 6e escadre de bombardement. C'est absolument impressionnant. Une précision quasi-quotidienne pour tous les engagements importants sur les différents fronts : c'est presque trop d'informations factuelles !

En 18 chapitres, à partir des journaux de marche et des témoignages des vétérans, il nous retrace toute l'histoire. Difficilement mise sur pied à partir de la fin de l'année 1941 pour mener des opérations sur la Grande-Bretagne (l'aviation allemande commence à connaître des difficultés de personnel et de matériel par rapport à l'importance et à la diversité des besoins), la KG 6 n'est pleinement opérationnelle qu'à partir de l'été 1942. Engagée contre le raid canadien de Dieppe, elle est ensuite en partie déployée en Afrique du Nord au profit de Rommel (puis en Méditerranée orientale et en Grèce), tout en ayant certaines de ses unités au Danemark, tandis que son état-major restait en France. L'escadre n'est regroupée en France qu'au printemps 1944, pour participer à l'opération Steinbock, de représailles au bombardement de Berlin par la RAF, Londres et les ports du sud de l'Angleterre étant des objectifs prioritaires. Un relatif échec pour des pertes consistantes. A la suite du débarquement de Normandie, après s'être repliée, la KG 6 est dissoute en tant qu'escadre de bombardement pour être aussitôt recrée en grande unité de chasse -KG (J) 6- équipée des nouveaux Me 262 à réaction. En dépit de pertes accrues qui en font progressivement une formation squelettique, elle va combattre jusqu'à la fin de la guerre pour la défense du Reich, le lieutenant von Wilpert étant très probablement l'un des derniers à partir au combat le 8 mai 1945, sur des colonnes soviétiques. Les denses annexes listent toutes les pertes humaines et matérielles entre 1942 et 1945, mais aussi les chevaliers de la Croix de fer de l'unité et les commandants successifs de la formation.

Particulièrement richement illustré (dont nombreuses photos peu ou non connues), le texte courant est également accompagné de beaux profils et de la reproduction de documents d'archives. Peu d'analyses ou de bilans, du brut : des dates, des faits, des noms, des chiffres. Un gros volume de référence sur l'histoire et l'emploi de la Luftwaffe.

Editions Lela Presse, Le Vigen (87), 2021, 328 pages, 48,- euros.

ISBN : 978-2-37468-039-2.

Pour commander directement le livre : ici.

Du bombardement à la chasse
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 00:01

Sentinelles du ciel

Une autre histoire de la conquête de l'air

Jean-François Nicloux

Pouvoir observer au-delà de la colline et être renseigné sur la progression des troupes ennemies avant qu'elles ne soient visibles a longtemps été une obsession des chefs militaires. L'apparition d'un ballon à air chaud pendant les guerres de la Révolution (lors du siège de Condé-sur-Escaut en 1793, puis lors de ceux de Maubeuge et de Charleroi et bien sûr lors de la bataille de Fleurus en 1794) marque une véritable rupture dans l'art de la guerre avec l'entrée de la 3e dimension dans la réalité opérationnelle.

En dix-sept solides chapitres, Jean-François Nicloux nous fait revivre cette épopée de la conquête de l'air par les ballons et autres Drachen, en Europe mais aussi pendant l'expédition d'Egypte de Bonaparte, pendant la guerre de Sécession aux Etats-Unis, pendant la guerre de 1870 comme en Indochine pendant la conquête française. Autant d'opérations peu connues des aérostiers, autant de campagnes durant lesquelles pourtant ils se distinguent. La Grande Guerre marque bien sûr l'apogée de l'aérostation militaire et l'auteur consacre une dizaine de chapitres aux années 1914-1918, abordant même (chose rare) le front de Salonique et consacrant quelques belles pages aux aérostiers de la Marine. Il n'oublie pas d'ailleurs les Britanniques et les Américains et s'attache, au fil des évènements, à utiliser les témoignages des acteurs et à rendre hommage aux aérostiers tombés dans l'exercice de leur mission (pratiquement non armés face à des avions de plus en plus puissants). Au passage, il rappelle que c'est à eux que l'on doit les premières utilisations du parachute. La conclusion nous entraîne dans l'entre-deux-guerres, puis pendant la campagne de 1940, qui "sonne le glas de l'aérostation française et, le 13 juin, une note prescrira la dissolution des bataillons avec le seul maintien de 10 compagnies. Le tout disparaîtra dans la tourmente. Les ballons captifs, sans aérostiers, seront néanmoins utilisés pour servir de barrages destinés à gêner l'action des avions adverses". Il prend toutefois soin de préciser en conclusion "qu'au cours de l'opération Barkhane, un ballon captif porteur de moyens d'observation optroniques à très longue portée permet la surveillance permanente de la base de a MINUSMA à Kidal", sans aérostier embarqué toutefois.

Un livre bien écrit, parfaitement documenté, sur une histoire peu ou mal connue. Sous de nombreux aspects, une vraie découverte.

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2021, 464 pages. 26,90 euros.

ISBN : 9782364451742

Pour commander directement le livre : ici.

Aérostation
Partager cet article
Repost0
29 juin 2021 2 29 /06 /juin /2021 00:01

Edelweiss

Le 4e régiment de chasseurs

Des Hautes-Alpes au Sahara

L'ancienne tradition des albums régimentaires a été profondément modernisée (et améliorée) depuis quelques années, en particulier grâce aux efforts des éditions de Taillac, dont le catalogue s'étoffe d'un nouveau volume consacré au 4e régiment de chasseurs, le seul régiment à double spécialité alpine et cavalière.

L'histoire du 4e R.C., qui a choisi la rare édelweiss comme emblème, remonte au XVIIIe siècle, comme le précise le colonel Becker, historien et spécialiste des troupes alpines, dans sa mise en perspective introductive. Plusieurs fois dissous et recréé, le 4e chasseurs intègre finalement en 1963 la 27e division alpine, à laquelle il apporte le renfort de ses blindés légers ("Qui tient les hauts, exploite les bas ; qui ne tient pas les bas, perd les hauts"). Le volume est organisé de façon originale, en trois grandes parties thématiques : la première est consacrée à la formation des chasseurs alpins ; la seconde à l'entrainement collectif dans un milieu difficile, à pied comme en véhicule, l'été comme l'hiver ; la troisième à l'engagement opérationnel ces dernières années, d'Afghanistan en Afrique et sur le territoire national. La parole est très largement donnée aux officiers, sous-officiers et soldats du régiment et l'iconographie est d'une exceptionnelle qualité.

Un bel album en hommage à un régiment unique, mais aussi, au-delà, une approche du combat en montagne qui complètera utilement les ouvrages plus théorique sur le sujet. C'est aussi une belle idée de cadeau pour les amateurs. 

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2021, 192 pages, 39,- euros.

ISBN : 978-2-36445-1-797

Pour commander directement le livre : ici.

Cavalier et alpin
Partager cet article
Repost0
21 juin 2021 1 21 /06 /juin /2021 00:01

Les épurations de l'armée française

1940-1966

André Bourachot et Henri Ortholan

Initiative bienvenue des deux co-auteurs (parmi leurs ouvrages, ici et ici par exemple), qui s'intéressent dans ce volume aux trois épurations successives connues par l'armée française entre 1940 et 1966, à l'occasion de graves évènements militaires mais surtout politiques qui obligèrent les militaires, et notamment les officiers, à arbitrer en conscience entre l'obéissance et leurs valeurs.

La première fait suite à la défaite de 1940, la seconde à la libération en 1944, la troisième à la guerre d'Algérie. Dans cet ouvrage extrêmement détaillé, André Bourachot et Henri Ortholan reviennent sur les débats qui agitent le corps des officiers en ces graves circonstances et sur les mesures prises par l'autorité politique (vichyste, de la Libération, puis gaulliste) pour imposer son ordre. Il apparait ainsi que la répression est une réalité vécue par l'institution militaire au cours de ces vingt-cinq ans, réalité bien oubliée alors qu'elle marque nécessairement profondément : rappelons qu'une carrière militaire complète s'étend sur une quarantaine d'années. Entre jugements plus ou moins expéditifs et rarement équilibrés, et mesures administratives plus discrètes mais pas moins efficace sur les gros effectifs, les deux co-auteurs analysent dans le détail, en prenant toujours soin de remettre en contexte chaque évènement étudié, la réalité et les conséquences de ces épurations. Au passage, ils aborde le cas particulier du général de Lattre de Tassigny qui en 1941 encore invite les soldats rapatriés de Syrie à se tourner "vers l'image sereine et magnifique du maréchal Pétain, notre guide et notre sauveur" : son "ralliement tardif au général de Gaulle sera certainement pour beaucoup dans l'attitude boudeuse qu'auront envers lui les ralliés de la première heure". Epuration à Alger en 1943-1944, épuration à Paris en 1944-1945 : ils précisent les textes qui organisent ces épurations et en évaluent la portée. Après la création de l'OAS et le putsch des généraux, la mise en place d'un haut tribunal militaire en avril 1961 marque symboliquement le début de la troisième épuration. Mais là aussi l'épuration administrative fut plus importante (et sans doute plus efficace), sans compter les mesures de gestion (mutations, avancement, etc.) prises à l'encontre des "suspects", la surveillance pendant des années par la Sécurité militaire et jusqu'à l'emploi du détecteur de mensonges : "Il est navrant qu'il existe parmi les cadres de l'armée des hommes qui acceptent d'infliger une semblable humiliation à leurs camarades", écrira le colonel Groussard.

N'oublions pas que l'armée française d'aujourd'hui est aussi le produit de ces mesures. Que les discours sur la liberté d'expression ou le devoir de réserve conservent en mémoire, en arrière plan, ces réalités trop longtemps passées sous silence. Une étude indispensable dans toute bonne bibliothèque sur l'armée française et son histoire.  

L'Artilleur / Bernard Giovanangeli, Paris, 2021, 494 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-8100-1012-7.

Pour commander directement le livre : ici.

Réalité passée sous silence
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 00:01

Tirailleurs

Collectif

Voilà une formule originale pour un album régimentaire. Le 1er Tirailleurs d'Epinal étant l'héritier des 48 régiments de tirailleurs algériens, tunisiens et marocains qui figurèrent à l'organigramme de l'armée française, le choix a été fait de proposer 100 portraits différents, de toutes époques et de tous grades (mais en privilégiant le 1er Tir. actuel).

Du tirailleur Ahmed Ben Myoud, engagé en 1863-1864 dans la campagne du Mexique, au colonel Jean-Baptiste Vouilloux, actuel chef de corps, nous traversons plus de 150 ans d'histoire militaire et toutes les campagnes des armées françaises. La guerre de 1870, l'épopée coloniale, les guerres mondiales, les généraux Juin et de Monsabert, l'adjudant-chef Habbi Habbi, Rainier III de Monaco (un peu surfait, mais les légionnaires font de même avec Louis II...), l'aspirant Robert Seguin, le général de Linarès et le chef de bataillon Saadi Drid, le sergent-chef Choisy et le lieutenant Champeaux, le sergent Serge Fantinel, promu sergent-chef au feu à Dien-Bien-Phu, ou le colonel Abd-el-Aziz Meliani sont autant de personnalités, parmi bien d'autres, que l'on retrouve au fil des pages de la première partie. La seconde, qui commence au milieu du volume, nous offre des portraits du 1er Tir. reconstitué à Epinal à partir des années 1990. Chef de corps (clin d'oeil amical au colonel Esnault), officiers, sous-officiers, soldats, hommes et femmes, en métropole, à l'entraînement ou en OPEX, se succèdent. Certains témoignages se recoupent et les propos sont bien sûr enthousiastes, mais c'est le jeu et il faut l'accepter.

Outre les portraits des soldats présentés, l'ensemble est illustré par de superbes photos, souvent grand format et bien mises en page. Un bel album qui rend un hommage plus que mérité à une subdivision d'arme de l'infanterie qui s'est particulièrement illustrée au long des XIXe et XXe siècles. Et aussi une belle idée de cadeau...

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2020, 199 pages, 28,- euros.

ISBN : 978-2-3644-5153-7.

Pour commander directement le livre : ici.

100 portraits
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 00:01

Les cuirassiers sous le Consulat et l'Empire

Organisation et ordre de bataille

Olivier Lapray et Vincent Bourgeot

Progressivement créée à partir de l'automne 1801 par le Premier Consul, la nouvelle subdivision d'arme des cuirassiers va s'illustrer sur tous les champs de bataille de l'empire. Les auteurs nous racontent ici leur naissance, leur histoire et leur organisation.

Organisée entre octobre 1801 et septembre 1803, la subdivision d'arme des cuirassiers va "s'illustrer durant toutes les campagnes du Premier empire, depuis leur éclatant succès sur le plateau de Pratzen, à Austerlitz, le 2 décembre 1805, jusqu'à leur évanouissement dans les charges désespérées du Mont Saint-Jean à Waterloo, le 18 juin 1815". Les auteurs reviennent d'abord sur les origines des cuirassiers, puis consacrent une vingtaine de pages à l'organisation d'un régiment (à 4 escadrons pour 8 compagnies), y compris la remonte souvent oubliée. Ils s'attachent ensuite à décrire l'ordre de bataille, avec le regroupement en divisions de cavalerie lourde, jusqu'aux nombreuses modifications qui précèdent la campagne de Russie, en association avec les régiments de cheveau-légers, puis avec les dragons en 1814. Les profondes réformes de la première Restauration et des Cent-Jours ne sont pas oubliées, jusqu'au deuxième retour des Bourbons : "Louis XVIII choisit de démanteler complètement l'ensemble de la cavalerie française et de constituer de nouveaux régiments pour détruire tout esprit de cohésion et surtout annihiler définitivement tout esprit de corps bonapartiste". Le volume se termine par la présentation du cuirassier de 1804 et par la revue des figurines.

Un volume toujours superbement illustré comme le veut la collection. La reproduction des tableaux, gouaches, équipements et pièces d'uniforme est toujours d'excellente qualité. Un beau volume de référence pour ceux qui s'intéressent à la cavalerie (impériale).

La Compagnie d'Elite / Epopées, Versailles, 2020, 64 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-9565127-3-8.

Pour commander directement le volume : ici.

Cavalerie
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 00:01

Timbalier et trompettes

Maison de l'empereur et garde impériale

Pierre Conrad et Guillaume Bretegnier

Une magnifique réalisation, aussi bien dans la forme que sur le fond, illustrée notamment par les superbes gouaches originales de Pierre Conrad, décédé en 2017.

Cette belle brochure s'organise en trois grandes parties ("Maison militaire de l'empereur et garde impériale", "Timbalier et trompettes", "Flammes pour trompettes de gala et pièces de harnachement") et se termine par quelques pages en hommage à l'illustrateur. Au-delà du texte courant, d'une scrupuleuse exactitude, on reste admiratif (que l'on soit fana d'uniformologie ou non) devant la beauté des planches des pages 15 à 43 reproduites en grand format (trompette de l'escadron des Cent-gardes, timbalier des Guides, caisse des Lanciers, etc.).

Une production qui fait honneur à l'illustre Sabretache et qui augure bien du partenariat avec La Compagnie d'Elite. Une publication qui séduira au-delà des seuls amateurs du Second empire. 

La Compagnie d'Elite / Epopées, Versailles, 2020, 66 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-9565127-1-4.

Pour commander directement : ici.

Magnifique !
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 00:01

L'histoire des troupes de marine

au travers de l'uniforme (1622-2020)

Très belle réalisation, sur la base des magnifiques collections du musée des troupes de marine de Fréjus.

Au-delà du titre, les très (très) nombreuses illustrations ne concernent pas que l'uniforme stricto sensu. On retrouve également au fil des pages de très nombreuses décorations (dont de magnifiques et aujourd'hui rares ordres coloniaux), mais aussi des fanions d'unités élémentaires peu connues (du Groupe nomade d'Araouane au Niger par exemple), des armes individuelles, des photos, des tableaux, etc. Au fil des chapitres, qui retracent souvent par grande zone géographique les 400 ans d'histoire et d'opérations des troupes de marine, quelques coups de projecteur particuliers comme les doubles-pages sur la mission Marchand (Congo-Nil) ou sur la médaille coloniale. L'album nous entraîne ainsi des guerres mondiales et d'un entre-deux-guerres tumultueux aux conflits d'Indochine et d'Algérie puis aux opérations extérieures de la Ve République jusqu'à Chammal et Barkhane.

Le texte courant, sobre, donne des dates, des faits, des chiffres. Les amateurs apprécieront tout particulièrement la très importante, variée, esthétique iconographie. L'ensemble peut constituer un beau cadeau, ou plus simplement un volume de référence à conserver à portée de la main.

Histoire & Collections, Paris, 2020, 112 pages, 20,- euros.

ISBN : 979-10-380-1001-7.

 

MARSOUINS et BIGORS
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2020 3 09 /09 /septembre /2020 00:01

La cavalerie

XVIIe - XXe siècle

Eric Labayle

Nouvelle parution dans la série des "Guides historiques Lamarque" avec cette brochure consacrée à l'histoire de la cavalerie française au cours des derniers siècles.

Après une rapide présentation de l'arme ("elle est l'arme de tous les extrêmes ... La cavalerie est partout avant, pendant et après la bataille, mais aussi à la peine comme à l'honneur"), et un bref historique à partir du Moyen-Âge, les différentes subdivisions de l'arme sont présentées, généralement sur une double page : carabiniers, cuirassiers, dragons, lanciers, hussards, chasseurs à cheval, chasseurs d'Afrique et spahis aux splendides uniformes ; et plus rapidement les formations éphémères comme les mamelouks, les guides ou les cent-gardes. Au fil des pages, sont évoqués des combats mémorables ou des chefs prestigieux. La brochure comporte un glossaire et se termine sur les indispensables métiers qui entourent les unités de cavalerie (vétérinaires, maréchaux-ferrants, etc.) puis sur un rapide survol de leur mémoire.

Une petite brochure facile à lire et fort bien illustrée qui, pour un coût modique, constitue une bonne première approche pour le néophyte.

Editions Lamarque, 1 La maison Rouge, 37220 Avon-les-Roches.
2020, 32 pages, 6,- euros. ISBN : 978-2-490643-40-0.

L'arme du panache
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 00:01

L'autre terreur après la foudre

Christophe Lafaye

Nouveau très bel album régimentaire sous la signature de Christophe Lafaye, qui donne indiscutablement un "coup de jeune" à ces publications.

Le livre s'ouvre sur une frise chronologique de l'histoire du régiment qui a toujours été stationné en Bretagne, frise qui commence en 1929 avec la création du 11e RACLHMM (régiment d'artillerie coloniale lourde hippomobile mixte malgache, ouf !). Il se divise ensuite en quatre parties d'importance inégale. La première, purement historique, rappelle en un peu moins d'une vingtaine de pages l'histoire de l'artillerie de marine entre 1622 et 1929. La seconde couvre l'entre-deux-guerres, la Seconde guerre mondiale (dont la campagne de France en détail) et les années 1950-1970. La troisième partie correspond au renouveau des opérations extérieures et à la professionnalisation du régiment et une planisphère permet de positionner les près de 25 engagements du 11e RAMa d'Albanie en Afghanistan, du Liban au Comores, du Rwanda au Sahel et à l'Irak. En bref, presque un tour d'horizon des OPEX des trente dernières années. La quatrième partie enfin, sur une quarantaine de pages, présente le régiment aujourd'hui sous tous les angles, par unité élémentaire, de la batterie de commandement et de logistique aux deux batteries de réserve, sans oublier les batteries dissoutes. Au fil des chapitres, les principaux matériels en dotation sont présentés. Le livre se termine sur un large ensemble de photographies classées par thèmes (les hommes, les matériels, etc.), et il faut insister ici sur la grande qualité de l'iconographie, absolument exceptionnelle et particulièrement bien mise en valeur. Parmi celle-ci d'ailleurs, de nombreux insignes et autres "patchs" parfois peu connus qui raviront les amateurs. Ceci nous permet de préciser également le caractère très humain du volume, qui accorde une large place aux hommes composant le régiment.

On apprécie les nombreux encarts qui précisent le texte courant avec notamment des portraits "d'anciens" du régiment et on remarque l'insertion au fil des chapitres de quelques pages de BD, fort agréables, qui donnent un autre style à l'ensemble. Un album de grande qualité qui permet de faire un point très précis de l'évolution de ce beau régiment.

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2020, 287 pages, 39,- euros.

ISBN : 978-2-36445-162-9.

11e RAMa
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile