Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 06:00

AEF

Les Américains dans la Grande Guerre

Bruno Cabanes

Spécialiste d'histoire culturelle et des sorties de guerre, Bruno Cabanes livre aujourd'hui dans la série des beaux albums de Gallimard une histoire des Américains dans la Première Guerre mondiale, très largement basée sur une abondante iconographie.

Les six pages de texte d'introduction sont très généralistes, puis l'ouvrage est divisé en sept chapitres chrono-thématiques, de "I want you for the US Army" qui traite de la naissance d'une armée américaine capable d'intervenir en Europe, à "L'adieu aux armes" qui évoque le retour outre-Atlantique et la démobilisation. Comme souvent pour ces albums, la véritable plus-value est apportée par les très nombreuses photos accompagnées de (parfois longues) légendes qui ponctuent chaque page, extraites des collections publiques et privées, en particulier de l'ECPAD. L'ensemble donne une très bonne idée de ce que fut cet engagement, en Europe (ou plus exactement en France, quid de ceux passant par le Royaume-Uni et/ou ayant été engagés en zone britannique ?) comme l'inévitable question des soldats noirs, les premiers engagements opérationnels en ligne et bien sûr le front intérieur américain, la production de guerre et les évolutions sociétales, le rôle des citoyens dans l'humanitaire, etc.

Un discours assez convenu, mais un album qui mérite bien le qualificatif de "beau livre", dont les illustrations sont bien mises en valeur. Une belle idée de cadeau, à faire ou à se faire !

Gallimard, Paris, 2017, 157 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-07-270639-4.

AEF
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 05:17

Les Harlem Hellfighters

Max Brooks et Caanan White

Chacun sait que le surnom de "Combattants de l'enfer" a été donné par les Allemands aux soldats noirs du 369e RIUS, premiers au sein de l'armée américaine naissante a être décorés de la Croix de guerre française.

Cette bande dessinée étonnante, puissante, en noir et blanc et aux traits fermes, raconte l'histoire romancée d'un engagé noir au 15e régiment de la Garde nationale de New York, devenu pour son transfert en France et son intégration au sein de l'armée américaine 369e RIUS. Le récit s'ouvre sur les modalités d'engagement, les différences (voire les oppositions) entre noirs de diverses origines, et se termine par la formidable parade du retour à New York en 1919... Une parade qui laisse un goût amer puisque, finalement, rien ne change dans la conditions de "sous-citoyens" des anciens combattants noirs. Entre temps, le soldat a été confronté à la réalité du racisme des officiers américains, y compris en campagne, et a fait la choix de retourner parmi les sapeurs pour quitter son unité ... avant d'y revenir. A travers le récit, toute la période 1917-1919 est racontée et l'on retrouve à la fois les problématiques militaires, les conditions de vie des soldats et le quotidien des camps américains de l'arrière-front.

Une esthétique et intéressante publication, qui passionnera sans nul doute bien au-delà des seuls amateurs de BD (bien sûr concernés au premier chef !).

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2017, 257 pages. 14,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-081-3.

369e RIUS
369e RIUS
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 06:00

La Marne, une victoire opérationnelle

5-12 septembre 1914

Sylvain Ferreira

Sylvain Ferreira, rédacteur en chef du magazine de la Société des amis du musée de Meaux et déjà auteur dans la même collection de L'expédition française aux Dardanelles, nous propose  une analyse particulièrement intéressante de la bataille de la Marne.

Revenant sur l'émergence d'un art opératif (ou peut-être la formalisation d'une approche cohérente des opérations à l'échelle d'un théâtre), il nous explique qu'il n'y a pas eu "miracle" sur la Marne au début du mois de septembre 1914, mais que l'ensemble de batailles rassemblées sous le même qualificatif commode constitue une étape importante dans un processus plus long. Il commence par présenter les efforts de planification au tournant du XXe siècle et la genèse des plans Schlieffen et XVII. Il analyse ensuite les premières semaines de campagne et surtout la manière dont les commandants en chef et les deux quartiers généraux commandent leurs armées respectives, s'intéressant aux moyens de communication et réhabilitant au passage les officiers de liaison. Il présente les mesures prises par le GQG pendant la retraite des armées françaises et souligne que Joffre se déplace quotidiennement auprès de ses grands subordonnés et confirme que les premiers engagements du 5 septembre de la VIe Armée Maunoury constituent bien des combats de rencontre. Il analyse ensuite les journées des 6 au 12 septembre, pour en conclure sur les dysfonctionnements du haut commandement allemand et, a contrario, sur l'efficacité du GQG qui sait prendre en compte des facteurs spatiaux et temporels futurs pour préparer sa manoeuvre ultérieure : "Joffre et son état-major ont fait preuve, de manière empirique, d'une bien meilleure gestion opérationnelle que l'OHL, pourtant considéré commele parangon de la pensée militaire".

Une conclusion à laquelle nous ne pouvons qu'adhérer et un petit livre qui mérite d'être largement connu de tous les amateurs de la Grande Guerre.

'Illustoria', Lemme édit., 2017, 113 pages. 17,90 euros.

ISBN : 978-2-917575-62-8.

Niveau opératif
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 06:50

AEF

Les Américains en Bourgogne

1917-1919

Marie-Françoise Barbot

Un petit volume qui fait un point très complet sur l'histoire d'une région d'accueil des soldats américains dans la Grande Guerre.

Après avoir rapidement présenté (non sans quelques phrases convenues) la position américaine jusqu'au vote de l'entrée en guerre en avril 1917, Marie-François Barbot consacre un bref chapitre à l'organisation de l'AEF en France et à l'instruction des grandes unités, puis détaille, département par département, leur implantation en Bourgogne (Côte d'Or, Nièvre, Saône-et-Loire, Yonne), avec sans doute pour la plupart des lecteurs de réelles découvertes, tant ces installations sont diverses et nombreuses (la ville de Dijon passe en 1918 de 70.000 à 100.000 habitants). Elle s'intéresse ensuite aux relations entre cette armée et les populations locales, y compris dans les incompréhension et les difficultés dont le nombre augmente au fil des mois. C'est ensuite, dès 1919, l'heure du rapatriement vers les Etats-Unis, de la liquidation des biens acquis, construits ou importés par l'AEF pendant son séjour et celle des relations plus distantes, de la mémoire et du souvenir.

A mi-chemin entre histoire générale et histoire locale ou régionale, un livre aux affirmations un peu rapides sur certains points, mais qui fournira à tous les amateurs de très nombreux renseignements, et dont les conclusions par chapitre restent mesurées. On apprécie par ailleurs les nombreuses reproductions de documents et les photographies qui constituent l'iconographie. Il complète utilement notre bibliographie sur les USA et les Américains dans la Grande Guerre.

Editions Sutton, Tours, 167 pages, 20,- euros.

Pour commander directement chez l'éditeur : ici.

ISBN : 978-2-8138-1012-0.

AEF
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 06:00

Minorités, identités régionales et nationales en guerre

1914-1918

Sylvain Gregori et Jean-Paul Pellegrinetti (Dir.)

Une vingtaine de textes par autant de contributeurs sur un sujet passionnant : les effets (parfois réciproques) de la Grande Guerre sur les identités régionales, l'état et les évolutions des identités particulières, en un mot souvent la vie de nos aïeux.

Emettons tout de suite deux réserves : la succession des cas régionaux présentant souvent des caractéristiques proches peut donner le sentiment d'une certaine répétition à la longue d'une part, la diversité des situations individuelles et collectives locales est une réalité avérée qui n'est pas nécessairement à mettre en opposition avec une autre réalité, nationale. Différences, oui ; complémentarité, oui ; frictions, oui ; mais oppositions, beaucoup moins souvent. Il suffit pour s'en convaincre de discuter un peu longuement avec nos engagés d'aujourd'hui : combien entrent en service par seule volonté patriotique ? Combien deviennent soldat pour le seul amour de la patrie ? Et pourtant, ils ne cessent de servir plus qu'honorablement.

Ceci étant dit, la richesse de ce volume est exceptionnelle. Il est organisé en quatre grandes parties ("Identités régionales", "Identités plurielles", "Guerre et constructions identitaires" et "L'Etat, les minorités et la guerre") et permet de passer de la Bretagne au pays Basque, de la Corse à la Catalogne, de l'Alsace-Lorraine au Trentin italien, de l'Algérie aux Tchèques et aux Slovaques, de la Roumanie à la Wallonie, du Canada français à la Cilicie. Répétons-le, le nombre, la diversité, la multiplication des exemples donnés est d'une absolue richesse. On ne sera pas toujours d'accord avec toutes les analyses, que l'on soit soi-même profondément ancré dans une région spécifique ou que l'on ait étudié tel cas particulier (je pense ici à la Cilicie), mais il est indiscutable que l'ensemble apportera beaucoup à tous, amateurs comme jeunes chercheurs.

A placer indiscutablement dans votre bibliothèque.

Presses universitaires de Rennes, 2017, 299 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-7535-5190-9.

Petites patries
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 06:00

Un chouan dans les tranchées

Jean-Marie Conseil, prêtre breton au front

Présenté par Nelly Blanchard

Parmi les nombreux témoignages de poilus, de brancardiers, de prêtres, qui nous sont déjà connus, celui-ci devrait rapidement prendre toute sa place, tant le texte est à la fois d'une réelle densité sur le fond et d'une vraie sobriété dans l'expression.

Le livre s'ouvre sur une solide présentation (une soixantaine de pages) de Nelly Blanchard, qui retrace la vie de Jean-Marie et surtout replace d'une part "sa" guerre dans le contexte plus large des l'ensemble du conflit et d'autre part précise la constitution du fonds : des lettres certes, mais aussi plusieurs dizaines de photographies et surtout de très nombreux dessins et croquis. Le prêtre-brancardier est en effet également un artiste, et une partie de ses productions est utilisée pour illustrer ponctuellement ce volume. Au fil de cette correspondance, qui court d'août 1914 à la veille de son décès en septembre 1916, on retrouve naturellement toutes les préoccupations "classiques" des lettres de poilus, en tenant compte du fait que l'auteur est religieux. Mais on y trouve aussi de très nombreuses descriptions et considérations sur la situation militaire et nous voyons ainsi dès août et septembre 1914 la place prise par les mitrailleuses et l'artillerie ("La guerre que nous faisons a perdu sa poésie et s'est industrialisée comme toutes choses. L'ennemi est invisible de part et d'autre et c'est à des kilomètres de distance que les ingénieurs et les mécaniciens font marcher leurs formidables machines à coups de manettes et de leviers. Au bout de quelques jours de travail à leurs pièces, les soldats sont tout surpris d'apprendre qu'ils sont prisonniers ou victorieux sur toute la ligne : on a entendu du bruit et c'est tout"). Le travail dangereux (et sous-estimé) des brancardiers est bien sûr très régulièrement évoqué, avec pudeur, en particulier pour la relève des blessés sous le feu ou de nuit. Il évoque également le rôle de l'infirmier (dont il assure l'intérim), les relations avec les troupes combattantes en première ligne, les activités sacerdotales au repos, l'ennui parfois, les colis reçus et les jeux de cartes de ses camarades. La vie et la menace de la mort. Il aborde ainsi au fil de ses lettres (et superbes dessins croqués sur le vif, comme les belles peintures -couleurs- qu'il réalise lorsque l'activité est moins intense) tout le panel du vécu et des sentiments d'un poilu, et il le fait avec simplicité et hauteur de vue.

Une approche religieuse et patriote de la guerre, des phrases simples et mesurées, des propos posés : un témoignage assez exceptionnel.

Presses universitaires de Rennes, 2017, 331 pages, 26,- euros.

ISBN : 978-2-7535-5139-8.

Prêtre-soldat
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 07:03

300 jours - 300 tweets

La bataille de Verdun

Nicolas Czubak et Jérôme Dumont

Dans le cadre de la jeune collection réalisée avec le Mémorial de Verdun, dont nous avons déjà dit beaucoup de bien (ici par exemple), les deux auteurs nous proposent de conserver la trace écrite d'un pari un peu fou mais réussi l'an dernier : raconter la bataille de Verdun au jour le jour.

Relevons d'abord le sens de la synthèse dont il faut faire preuve pour résumer en 140 caractères chaque journée pendant dix mois extrêmement intenses. Constatons ensuite que cet ensemble permet de descendre jusqu'à un niveau de détail particulièrement intéressant, et l'on se doute que Nicolas Czubak et Jérôme Dumont ont fréquemment été contraints de faire des choix dans les thèmes retenus pour chaque journée. Enfin, le fait de donner l'indication du régiment concerné ("Soldat du Xe régiment") offre aussi aux amateurs une large plage de recherche. Quelques cartes permettent de suivre les mouvements du front lors des principales phases de la batailles, et l'on peut juste regretter que la bibliographie finale soit extrêmement limitée (il manque en particulier pour la chronologie détaillée le très complet Les 300 jours de Verdun, chez Italiques).

Au bilan, un exercice difficile très bien réussi qui, au-delà du souvenir d'un exercice de communication particulier, doit également être conservé pour la somme d'événements chronologiquement organisés qu'il met à la disposition des amateurs.

Editions Dacres, Paris, 2017, 115 pages, 12,- euros.
ISBN : 979-10-92247-48-0.

 

Tweet s/ Meuse
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 06:10

Histoire de l'armée française

1914-1918

François Cochet et Rémy Porte

Mon dernier livre, co-écrit avec le professeur François Cochet, est en librairie à partir d'aujourd'hui.

Nous avons voulu présenter, pour la première fois depuis fort longtemps, une histoire globale, "sans tabou, loin des stéréotypes mémoriels et plus encore des oeillères", les profondes évolutions de l'armée française entre 1914 et 1918, en nous attachant, grâce à de très nombreux témoignages, à la fois aux aspects humains, organisationnels, techniques et doctrinaux.

Le sommaire :

Hommes et organisations

1 - L'armée française en 1914 : 40 ans d'évolutions et de débats

2 - Les constats des premiers mois de guerre et les adaptations empiriques (1914-1915)

3 - La seconde moitié de la guerre : vers la maturité (1916-1917)

4 - L'année 1918 : une armée au sommet de son art tactique et organisationnel

Hommes au combat

1 - Les systèmes de commandement du début de la guerre. Le rôle clé de l'obéissance

2 - Chefs, hommes et matériels : les évolutions durant la guerre

3 - Qu'est-ce qu'un bon général français en 1914-1918 ?

4 - Combattre, commander, obéir

5 - L'évolution des combattants et des non-combattants dans les armées françaises

6 - Le développement exponentiel du renseignement militaire

Matériels et emplois

1 - La montée en puissance régulière des moyens offensifs et leur spécialisation

2 - Les évolutions contrastées de la Marine

3 - L'aéronautique : une arme en devenir

4 : Les communications de commandement

La Grande Guerre est tout sauf monolithique et les nombreuses évolutions de fond d'une armée française qui, en 1918, est plus proche de celle de la fin du XXe siècle que de celle qui était entrée en guerre quatre ans plus tôt, témoignent de cette complexité. Merci de bien vouloir relayer !

Tallandier, Paris, 2017, 520 pages. 25,90 euros

ISBN : 979-10-210-2396-3.

Synthèse générale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 06:00

Maximes sur la guerre

suivi de Supplément aux maximes sur la guerre

René Quinton

Ouvrage étonnant que ce petit livre.

Engagé volontaire dès le début de la Grande Guerre bien que son âge ait pu lui permettre de rester à l'arrière, il sert aux armées jusqu'à sa démobilisation en 1919 comme officier d'artillerie, de campagne ou lourde. Entré en guerre comme capitaine de réserve, il retourne à la vie civile comme lieutenant-colonel à titre définitif. Il sert en particulier sur l'Yser, sur la Somme, à Verdun, en Champagne, sur l'Aisne, huit fois blessé, il arbore sur le ruban de sa croix de guerre les sept clous et palmes qui correspondent aux citations reçues. Pour compléter le portrait du personnage, rappelons-nous qu'il fut au début du XXe siècle l'un des plus célèbres physiologistes et naturalistes, parfois comparé à un Darwin français.

C'est ce scientifique autodidacte et adepte de l'expérimentation qui, à la fin de l'année 1917, après trois ans de guerre, commence à jeter sur le papier de brèves phrases : "J'ai travaillé à jeter les bases de ce qui pourrait constituer une petite brochure sur la guerre. Peut-être, en 300 ou 400 maximes, pourrait-on dire sur le sujet cinq ou six nouveautés. J'y fais la théorie que vous connaissez, à savoir que la guerre est un chapitre de l'amour, l'état naturel des mâles". Ces maximes (qui parfois se répètent un peu) sont donc profondément marquées par son époque et par sa double expérience de biologiste et de soldat. La guerre y est toujours présente, dans un environnement d'amour et de mort, d'héroïsme et de sacrifice, d'instincts et de devoirs. Les citations (qui pour certaines peuvent choquer ou surprendre dans un XXIe siècle individualiste et matérialiste) pourraient être multipliées à l'envie : "Les êtres ne sont beaux qu'en amour et à la guerre, parce que le dévouement et l'abnégation sont les deux vertus de l'amour et de la guerre", "L'héroïsme est de servir", "Les hommes qui font la guerre ne songent pas à la guerre. Les braves la font et y pensent sans répit. Ils en acquièrent une expérience réfléchie et en deviennent les physiciens", "La guerre est un jeu terrible où l'on gagne toujours, sauf une fois", "Les soldats paient de leur vie les erreurs de l'avancement", "Les pertes sont la honte du chef" et pourtant "Il y a des moments où la vie du chef importe plus que celle de la moitié de ses hommes", "L'observation est rarement à la guerre ce qu'elle doit être. A chaque échelon, le chef la confie à un subordonné, en sorte que les yeux de l'armée tombent au dernier rang de la hiérarchie", "Sur la ligne de feu, il n'y a plus de discipline ; il y a le consentement mutuel. La discipline recommence à l'arrière", "Le drame moral vient du conflit entre l'instinct de vivre et l'instinct de servir", et cette phrase définitive : "La mort au combat est la fin naturelle des mâles".

Il serait intéressant de retrouver les carnets personnels et correspondances de subordonnés de Quinton pendant la guerre, ne serait-ce que pour y rechercher comment ils appréciaient leur commandant. Des maximes qui s'inscrivent, on le voit, dans les courants philosophiques de la fin du XIXe s.- début du XXe s., qui annoncent le culte du héros et de mise en valeur du sacrifice naturel pour des élites conscientes. Un mélange de réalisme froid et d'intellectualisation du combat et de la violence considérés comme inhérents aux âmes hautes. Un livre étonnant, qui en creux nous éclaire aussi sur les courant de pensée des années 1900-1920.

Editions Energeia, Saint-Nazaire-en-Royans, 2016, 158 pages, 18,- euros.
ISBN : 979-1093492-22-3.

Réflexions et pensées
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 06:00

Les Héraultais dans la Grande Guerre

Louis, Jean-Luc et Guilhem Secondy

Une étude sur un département très éloigné du front, qui tout en confirmant beaucoup de points déjà connus sur la vie de la population à l'Intérieur pendant la Grande Guerre apporte avec beaucoup de précisons une vraie plus-value régionale.

Le livre est organisé en grands chapitres thématiques. Après une présentation du départ des jeunes hommes lors de la mobilisation, les auteurs présentent longuement "La vie des soldats sous les armes", à partir de nombreux témoignages de soldats de la région, dont des manuscrits inédits. De la réputation de lâcheté des combattants méridionaux (effet secondaire de "l'affaire du XVe corps") aux relations ambigües avec les Alsaciens (dont certains n'attendent pas nécessairement leur "libération" par l'armée française), un large tableau du quotidien des poilus est brossé. Les auteurs semblent plutôt avoir choisi de mettre en exergue ce qui constitue des différences par rapport aux innombrables autres témoignages, et l'on a parfois le sentiment d'une succession d'exemples isolés plus que d'une synthèse, mais l'intérêt est toujours présent. Les neuf chapitres qui suivent traitent sujet par sujet des aspects économiques, sociaux et culturels des conséquences de la guerre : les prisonniers, la pénurie de main d'oeuvre, la financement de la guerre, le rationnement, la place de la religion, la censure de la presse, la solidarité ou les établissements hospitaliers. Dans une dernière partie en cinq chapitres, ils abordent l'immédiat après-guerre, des fêtes populaires à l'annonce de l'armistice à la démobilisation et au retour des soldats dans leurs familles, puis la création des associations locales d'anciens combattants et l'érection des monuments aux morts.

Dans leur brève conclusion, ils soulignent la grande diversité des situations personnelles pendant et après la guerre ("le policier qui redouble d'intelligence pour démasquer les espions, le commerçant qui tient une chance de vendre plus de vin, la femme enfin libérée d'un conjoint jugé odieux ou pénible ... Le soldat musicien sera sollicité et accroîtra ses compétences et son expérience du jeu, le téléphoniste assistera à des stages et progressera dans son art, la femme travaillera à l'usine peut-être pour la seule fois de sa vie. Le jeune conducteur d'ambulance de condition modeste deviendra chauffeur d'un préfet puis d'un grand industriel"). Une présentation "pointilliste" de la vie d'un département de la république, qui s'appuie sur une solide bibliographie et de nombreuses sources référencées en fin de volume.

Le papillon rouge éditeur, Villeveyrac, 2014, 286 pages. 20,50 euros.

ISBN : 978-2-917875-51-3.

Front intérieur
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile