Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 06:00

Souvenir de la guerre 1914-1918

O. Mathieu

Un journal de campagne supplémentaire, nouveau témoignage d'un acteur en première ligne de la Grande Guerre. Celui-ci présente l'intérêt d'avoir été tenu du premier au dernier (et même au-delà) jour de guerre par un officier de contact, parti en campagne avec un régiment de réservistes avant de passer dans une unité d'active, passé progressivement de commandant de compagnie à adjoint du chef de corps.

C'est donc un témoignage assez complet qui nous est proposé. Fréquemment, les mentions quotidiennes portées dans ce journal sont brèves, presque en style télégraphique. Elles permettent de suivre les déplacements (du capitaine Mathieu et/ou de ses unités), donnent quelques indications sur la météo, la popote, les rencontres, bref, classiquement, la vie au jour le jour. Mais les unités auxquelles est successivement affecté l'auteur servent essentiellement en première ligne (Argonne, Aisne, Verdun, Somme), et du fait de ses responsabilités de commandement (organisation, instruction, etc.) son point de vue est souvent d'autant plus intéressant qu'il ne "mâche pas ses mots". Les premières phrases d'ailleurs sont significatives : évoquant le mois de juillet 1914, O. Mathieu précise que "beaucoup d'officiers ne croyaient plus à la possibilité d'une guerre, aussi se désintéressaient-ils de la mobilisation de leur unité". Lorsqu'il quitte Ancenis, "les femmes des réservistes mobilisés, rangées sur les trottoirs, le mouchoir aux yeux, faisaient à leur mari un dernier signe d'adieu". Nous sommes loin de l'enthousiasme "urbain" que le régiment trouve en arrivant à Paris : "Empruntant les boulevards extérieurs, la rue d'Allemagne, le boulevard de la Vilette, le régiment va cantonner à Pantin. Partout la foule lui fait des ovations enthousiastes". Au fil du texte, apparaissent des préoccupations que l'on rencontre généralement peu, comme celle (à plusieurs reprises) du recrutement, de la formation et de l'emploi du "groupe de grenadiers d'élite" du régiment, "composé au début exclusivement de mauvais  sujets" ; ou, avec pudeur, les ravages sur les esprits de bombardements d'artillerie ("Mon pauvre camarade Fière, dont les nerfs n'ont pas pu tenir sous ce bombardement, divague et je suis obligé de le faire évacuer") ; ou encore la présentation détaillée au général commandant la division d'un "faux arbre observatoire", dont il nous décrit la fabrication et l'installation.

Un témoignage intéressant qui complète utilement la bibliothèque de l'amateur.

Editions Velours, Paris, 2014, 251 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-35167-524-3.

Journal de campagne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 06:00

Les chiens de guerre

Fidèles auxiliaires des poilus

Bruno Rouyer

Une étude passionnante qui nous avait échappé lors de sa parution et sur laquelle nous souhaitons vraiment revenir, en hommage à nos plus fidèles amis.

Selon un plan très pédagogique en 6 grandes parties d'ampleur variable, l'auteur nous propose un tour d'horizon complet de l'organisation des services des chiens de guerre et de la sélection des bêtes, de leur dressage en fonction des missions à accomplir (garde, liaison, service de santé, complément des animaux de bât, simples mascottes, etc.). Bruno Rouyer consacre une partie entière à l'ensemble de l'épisode désormais fameux des chiens que l'on importa d'Alaska, jusqu'à leur emploi dans les Vosges ; et il s'intéresse également à la place tenue par nos amis à quatre pattes dans la propagande. Vient enfin, comme pour les poilus, le temps de la démobilisation, avec une approche du devenir des ces animaux la guerre terminée et un coup de projecteur particulier sur Stubby, qui "servit dix-huit mois dans le 102e régiment d'infanterie de la 26e division (Yankee) dans les tranchées du Nord de la France, devenant le premier "chien sous-officier" de l'armée américaine et le plus décoré de toute la guerre.

On soupçonne que certains passages doivent plus à la passion de l'auteur pour les chiens qu'à la rigueur historique (on aurait parfois aimé plus de références d'archives), mais l'ouvrage est extrêmement agréable à lire et rend un légitime hommage au "meilleur ami de l'homme" (en guerre).

Gérard Louis Ed., Haroué, 2014, 141 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-35763-064-2.

Le meilleur ami du poilu
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 06:00

L'agonie du Mont-Renaud

Georges Gaudy

Rédigé immédiatement après les évènements par un poilu, combattant des deux guerres mondiales et membre de l'Action Française, qui dans son introduction rédigée en 1957 porte un jugement original sur Norton-Cru ("Sa méthode donne pour commencer de bons résultats. Il fait un joyeux carnage de légendes dont le massacre fait plaisir. Mais l'esprit de système et l'intention de l'auteur faussent tout ... Comme critique, il cherchera dans les livres l'expression de ses sentiments et la manifestation de ses opinions" ), le livre est indiscutablement l'un des classiques de la guerre pour l'année 1918.

Le témoignage (l'un des quatre volumes publiés durant l'entre-deux-guerres par l'auteur sur son expérience de guerre) est exclusivement centré sur le 57e RI ("le Terrible que rien n'arrête") et l'environnement immédiat de Georges Gaudy pendant les semaines de mars-avril 1918 durant lesquelles il tient avec ses camarades face à d'innombrables assauts allemands (nous sommes à l'époque des offensives de printemps du Friedensturm) la position du modeste Mont-Renaud, au-dessus de Noyon. De très nombreux dialogues (reconstitués ?) permettent de donner du rythme et de la vie au récit, tandis que les observations tiennent autant aux convois automobiles, qu'à l'artillerie française et aux journées sous les bombardements allemands, à l'usage des fusées de couleur pour les communications ou à la souffrance et au sacrifice des hommes ("Nous avions atteint la limite des forces humaines, et j'ai vécu là, dans une sorte d'hébétude, dans un terrible combat perpétuel contre la fatigue et le sommeil ... On se traînait comme des larves dans le fond boueux du fossé"), à la corvée de soupe et de café ou aux pertes en cadres avec cette 10e compagnie commandée en pleine bataille par un sous-lieutenant, etc. A travers ce texte, d'autres éléments apparaissent en filigrane : pour une section dans le parc du château, la tranchée s'étend "entre le puits et la tourelle", tandis qu'une seconde trouve abri "derrière le mur du jardin" et que les deux dernières "sont en réserve au pied du mur du parc où elles ont creusé des cagnas". La micro-tactique des petits échelons...  Le seul titre des derniers chapitres ("Lutter toujours ! 12 avril 1918", "L'héroïsme des martyrs, 7-12 avril 1918", "La lutte infernale, 13 avril 1918", "Jusqu'au bout, 13-20 avril 1918"), avant que le 57e RI ne soit relevé par le 319e après avoir été très rudement éprouvé mais en ayant conservé l'essentiel de ses positions, donne bien le ton du livre, de respect et d'hommage d'un poilu survivant envers ses camarades tombés au feu.

Un témoignage à remettre dans son contexte et à prendre pour ce qu'il est, mais un témoignage exceptionnel par son ton et son réalisme.

Nouvelles éditions latines, Paris, 2012 (rééd.), 191 pages.

ISBN : 978-2-7233-1133-3.

A priori épuisé, le livre peut être aisément trouvé sur le net.

Oise, 1918
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 06:00

BD

La guerre des loups

L’enfer du Lingekopf

Victor Lepointe

L’histoire en BD d’un jeune chasseur alpin du 14e BCA commence en février 1915 dans le secteur du Linge, se poursuit pour l’essentiel du volume pendant les combats de juillet-août de la même année, et se termine à l’automne suivant dans la même zone, à nouveau dans la brume et la neige. Ce parcours d’un simple soldat insiste sur la violence des opérations, les camarades tués, le sentiment douloureux d’être soi-même devenu un tueur, un loup… La guerre vue en gros plans et représentations serrées, jusqu’aux dernières vignettes qui rappellent la femme aimée, enceinte. Si l’histoire individuelle ne prête pas à discussions, on peut regretter que tous les poncifs de la période soient accumulés dès les premières lignes (d’autant que les chasseurs n’étaient pas en pantalon rouge). Une BD qui marque indiscutablement, mais qui résume au cadre d'un parcours individuel douloureux des situations autrement plus complexes.

BD
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 06:00

Les poilus de Harlem

L'épopée des Hellfighters dans la Grande Guerre

Thomas Saintourens

Le propos est intéressant et le récit agréable, mais nous sommes ici à la limite de la définition du livre d'histoire : un discours qui ne comporte aucune référence et qui ne soutient qu'une thèse, celle du "double combat" des soldats noirs du 369e RIUS, héroïque et oublié contre les Allemands avec l'armée française, mais aussi plus sournois, plus dur et plus long contre la ségrégation dans leur propre pays.

Cela nous donne quelques approximations cocasses (un régiment de soldats marocains qui "avait déjà combattu sous les ordres du maréchal Joffre à Nancy, dès 1915" ?), qui malheureusement sèment plus largement le doute sur de nombreuses affirmations non référencées (c'est utile la méthodologie de l'historien...). Au fil des chapitres, l'auteur décrit l'incorporation et la formation sur le sol américain, le transfert, le complément d'instruction puis l'engagement au sein de la IVe Armée française, la vie quotidienne au front ou à l'arrière, le jazz avec le fameux orchestre de James Europe, le retour vers l'Amérique et les désillusions enfin. De nombreuses situations sont présentées, des portraits de soldats et d'officiers sont bien décrits, des incidents (parfois dramatiques) sont racontés, mais toujours sous l'angle du racisme dont étaient victimes les soldats noirs, véritable leitmotiv et fil rouge du livre, plus de dénonciation sociale que d'histoire militaire.

Un livre indispensable parce que les études régimentaires en français sur les unités de l'armée américaine de la Grande Guerre sont très rares, mais à considérer avec précaution dans ses affirmations qu'il conviendra de vérifier par un retour aux archives.

Tallandier, Paris, 2017, 284 pages. 19,90 euros.

ISBN : 979-10-210-1390-2.

Soldats noirs américains
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:00

Les Etats-Unis dans la Grande Guerre

Une approche française

Rémy Porte

Les hasards du planning de deux éditeurs différents font que deux de mes manuscrits deviennent des livres à quelques semaines d'intervalle. Ce dernier volume est consacré à un évènement essentiel de la Grande Guerre : l'irruption des Etats-Unis dans les affaires européennes et mondiales.

La plupart des ouvrages existant s'intéressent à tel ou tel aspect de l'entrée en guerre de la grande démocratie américaine ou à ses conséquences. Il s'agit ici d'en présenter une synthèse d'ensemble, dans ses aspects politiques et diplomatiques, économiques, financiers et industriels, militaires (interallié, théâtre d'opérations, tactique) et humain. Essentielle au plan quantitatif, la contribution américaine a des effets beaucoup moins nets en termes qualitatif, qu'il s'agisse des armements ou de l'emploi des grandes unités. Elle est également une nouvelle occasion pour les Français et les Britanniques de s'opposer (en pensant à leur influence ultérieure dans le monde). Elle a des effets durables, aussi bien au sein de la population américaine que sur la politique française de l'entre-deux-guerres.

En résumé, une relation de type "Je t'aime, moi non plus", un peu schizophrénique, entre critiques acerbes à mots couverts et protestations d'amitié hautement proclamées. Au-delà, un effort particulier a été fait pour proposer une dense bibliographie complémentaire sur une vingtaine de pages.

SOTECA - 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2017, 348 pages, 25,- euros.

ISBN : 979-10-91561-98-3.

L'histoire au-delà des commémorations
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 06:00

La guerre de 1914-1918 sur le front russe

Général Serge Andolenko

Excellente idée de la maison d'édition spécialisée sur l'Europe orientale et le monde russe que de publier pour la première fois ce texte achevé en 1951. Son auteur, le général Andolenko, lui-même d'origine russe et qui réalisa une très belle carrière militaire dans l'armée française, a donc rédigé son étude à la fin de la Seconde guerre mondiale, et cette indication n'est pas neutre.

Globalement, le propos du général Andolenko tient en deux points forts qui en font tout l'intérêt : porter effectivement à la connaissance des lecteurs francophones la réalité de l'ampleur des combats sur le front oriental, quel que soit les zones d'opérations, et défendre la mémoire de l'armée russe de la Grande Guerre, de ses chefs et de ses soldats. Il est ainsi fréquemment à mi-chemin entre l'écriture historique et la défense systématique, entre la description des événements et la mise à l'honneur de l'armée du tsar (son propos est ainsi parfois proche des certains textes russes blancs de l'entre-deux-guerres). Son discours est souvent daté, mais il s'agit aussi de l'un des intérêts de l'ouvrage, pour peu que l'on en conserve l conscience. Les cinquante premières pages sont consacrées à la description de l'état de l'armée russe avant le conflit, puis année après année (1914, 1915, 1916, 1917) aux évolutions tactiques sur les différents fronts. Enfin, une partie complète est consacrée au front bien oublié au Caucase et quelques ultimes pages aux brigades russes en France et à Salonique. De très nombreuses indications précises sont données sur les différentes batailles, les offensives, l'organisation, le commandement, etc.

Ce livre est donc absolument indispensable à tout amateur de la Grande Guerre, par les informations qu'il apporte, mais peut aussi être lu comme un témoignage sur une forme d'écriture de l'histoire il y a environ 70 ans par un Russe de l'exil opposé à l'idéologie communiste. A lire et à conserver.

Editions des Syrtes, Paris, 2017, 285 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-940523-54-2.

Front oriental
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 06:00

AEF

L'armée américaine dans la Grande Guerre

1917-1919

Michaël Bourlet

Un agréable petit volume de synthèse qui donne l'essentiel en peu de place et qui présente, en plus, l'intérêt de bénéficier d'une riche iconographie.

Avec un plan très pédagogique, Michaël Bourlet nous entraine à la suite de l'armée américaine de la déclaration de guerre à l'armistice. Le propos est sobre, posé, et l'on apprécie l'esprit de synthèse de l'auteur qui parvient, en peu de phrases, à rendre compréhensible des évolutions très rapides, mais encore insuffisantes, et à souligner l'importance relative de tel ou tel événement. Un bel exercice, réussi, qui allie présentation agréable et texte soigné.

A connaître et à conserver.

Ouest-France éditions, Rennes, 2017, 143 pages. 14,90 euros.

ISBN : 978-2-7373-7520-0.

AEF
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 06:00

La langue sous le feu

Mots, textes, discours de la Grande Guerre

Odile Roynette, Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt (Dir.)

Ce type de volume présente très généralement deux caractéristiques complémentaires : des textes d'intérêt variable et une vraie richesse globale. Tel est bien le cas ici, où quelques auteurs dans une micro-spécialité abusent d'un vocabulaire inutilement "intellectualisé" pour bien montrer qu'eux seuls peuvent comprendre l'importance de leur sujet, tandis que d'autres (le plus grand nombre, rassurez-vous) offrent une démonstration éclairante, voire vivifiante.

Le volume est divisé en quatre grandes parties, qui traitent respectivement des "Langues nationales, identités et contacts de langues", des "Langues et pratiques de l'écrit en temps de guerre", des "Créations lexicales et néologie en temps de guerre", et de "Ecriture littéraire, écriture journalistique et langue en temps de guerre". Dans ce riche ensemble de quatorze communications, nous retiendrons en particulier celles de Yann Lagadec consacrée à "La Grande Guerre, début de la fin ou renouveau de la langue bretonne" ; de Cécile Van den Avenne sur le "français-tirailleur", la langue et les rapports hiérarchiques et son influence sur l'attachement de ces hommes à la métropole ; de Jean-François Sablayrolles sur "Les néologismes de la Grande Guerre d'après les datations du Petit Robert" (le sait-on, "fellaga" est daté de 1915, et plus de 264 mots sont repris dans le dictionnaire comme nés de la Grade Guerre parmi lesquels de nombreux termes techniques, scientifiques ou médicaux et une minorité de mots familiers ou argotiques).

De la poésie au journalisme, de la lettre privée à l'argot des tranchées, du dictionnaire à l'influence quasi-politique, un sujet qui s'intègre totalement à notre connaissance globale de la Grande Guerre.

Presses universitaires de Rennes, 2017, 267 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-7535-5312-5.

Les langues et la guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 06:00

Les Etats-Unis dans la Grande Guerre

Hélène Harter

La contribution américaine à la Grande Guerre a toujours été étudiée par les historiens d'outre-Atlantique, mais a beaucoup moins souvent été abordée par les Français en dehors de quelques publications fondatrices qui datent un peu.

Avec ce gros volume, Hélène Harter nous offre en dix chapitres un panorama pratiquement complet de l'effort de guerre américain, de la période de neutralité (pourquoi ?, avec quelle argumentation ?, tout en vendant aux belligérants ?, la problématique de l'action humanitaire ?, etc.) jusqu'à la "difficile sortie de guerre" (de la démobilisation à l'absence d'évolutions sociales, des débats autour de la ratification du traité de Versailles à la question du rapatriement des corps puis à celle de l'entretien de la mémoire). Entre ces deux bornes chronologiques, elle précise les évolutions internes aux USA entre 1914 et 1916 (dans les domaines politiques, économiques, financiers, sociaux), le processus politique qui mène à la guerre, les adaptations indispensables pour passer du temps de paix à l'état de guerre (avec les difficultés induites, dans le domaine industriel comme pour le recrutement des soldats), l'effort de propagande indispensable pour convaincre les minorités et assurer la cohésion de la nation pendant le conflit. Elle aborde ensuite les aspects plus militaires liés à l'arrivée en Europe de l'American Expeditionary Force, avec ses difficultés logistiques et une instruction non seulement à compléter mais à réaliser parfois en totalité, enfin à l'engagement effectif dans des opérations actives, globalement à partir du printemps 1918 et jusqu'à l'offensive Meuse-Argonne. Un neuvième chapitre s'attache au poids américain dans la fin de la guerre et les conversations de paix, l'idéal d'une Ligue des nations porté par Wilson et imposé aux autres belligérants mais finalement refusé par les parlementaires américains.

Le livre fourmille d'informations et de renseignements précis, et il suit pas à pas les USA dans le conflit. On peut d'autant plus regretter que le livre soit à la fois parfois incomplet et assez peu critique sur le plan des opérations militaires (le fait que les Allemands aient décidé d'évacuer le saillant de Saint-Mihiel en septembre 1918 n'est pas évoqué et l'énorme embouteillage de Meuse-Argonne à peine cité). On appréciera enfin la chronologie finale et la bibliographie classée par thèmes. Un livre important sur le sujet, qui doit être connu mais nécessitera ponctuellement d'être complété dans le domaine opérationnel.

Tallandier, Paris, 2017, 511 pages. 25,90 euros.

ISBN : 979-10-210-2506-6.

Sammies
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile