Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 00:01

L'opinion allemande sous le nazisme

Ian Kershaw

Nouvelle réédition de ce volume, qui confirme son statut de "classique" sur le sujet. Nous avons rien à changer à ce que nous écrivions en mai 2013 (à lire : ici). Qu'il s'agisse des employés, des ouvriers, des paysans, des fonctionnaires, toutes les catégories sociales sont étudiées, dans les grandes communes comme dans le monde rural. Entre adhésion au régime et peur, entre malaise et ignorance, une étude particulièrement documentée, qu'il est impératif de connaître si l'on s'intéresse à cette période.

'Biblis', CNRS Editions, Paris, 2020, 591 pages, 12,- euros.

ISBN : 978-2-271-13434-9.

Allemands "ordinaires"

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 00:05

1940

Vérités et légendes

Merci au magazine Forces spéciales, dans son numéro de septembre, pour cette page d'entretien sur mon livre.

Pour lire l'ensemble de l'interview : ici.

ECHOS (22)

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2020 2 28 /07 /juillet /2020 00:01

La Stukageschwader 2 "Immelmann"

tome 2

Marc Hazard

Dans la série des grands historiques des unités aériennes de la Seconde guerre mondiale, nouveau volume consacré à une formation allemande, la 2e escadre de bombardement en piqué de la Luftwaffe. Ce tome 2 couvre la période septembre 1943 à mai 1945.

Rappelant que la St. G. 2 "compta dans ses rangs plus de cent chevaliers de la croix de fer", dont le célèbre Hans-Ulrich Rudel, l'auteur suit un plan strictement chronologique. Engagée sur le front de l'Est, au-dessus du Kouban et à Koursk, la Schl. G. 2 connait des pertes humaines élevées, qui se poursuivent tout au long de l'année 1943. L'année 1944 est marquée par l'accompagnement de la retraite continue de la Wehrmacht, jusqu'à la Crimée puis la Roumanie, mais l'un des pilotes note : "La supériorité numérique de l'adversaire était évidente car nous nous heurtions à ses appareils à chaque missions. Mais nous étions toujours capables de prendre le contrôle du ciel en n'importe quel lieu, n'importe quel moment ... Chaque fois que nous leur étions opposés, nous triomphions grâce à notre expérience et à notre meilleur entrainement". A partir de l'été 1944, le front allemand cède (perte de la Roumanie et de son pétrole) et les aviateurs sont désormais engagés au-dessus du Reich et tout espoir de victoire est abandonné. Dispersés entre l'Autriche, la Bavière, la Tchéquie, les survivants des unités de la 2e escadre sont faits prisonniers dans les derniers jours de la guerre, le dernier vol de guerre de Rudel se déroulant le 8 mai au matin avant de se rendre aux Occidentaux.

Les annexes précisent quelques biographies, donnent l'état des pertes humaines et matérielles comme la liste des victoires homologuées. Un historique absolument complet, au jour le jour pour les périodes importantes, qui apporte une indiscutablement plus-value à notre connaissance des combats au sol sur le front oriental.

LELA Presse, Le Vigen (87), 2020, 159 pages, 35,- euros.

ISBN : 978-2-37468-031-6.

Luftwaffe

Partager cet article

Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 00:05

De Wagner à Hitler

Portrait en miroir d'une histoire allemande

Fanny Chassain-Pichon

Disons-le tout net, la thèse ne nous a pas convaincu et le propos de l'ouvrage paraît à bien des égards excessif : chaque période de la vie de Wagner aurait été, à l'âge équivalent, une inspiration pour Hitler.

L'antisémitisme de Wagner est une chose connue, et l'on sait qu'Hitler appréciait tout particulièrement le grand compositeur. Ceci étant dit, faut-il pour autant aller jusqu'à chercher à toute force dans la vie de celui qui deviendra le Führer un "copier-coller" de celle de Wagner ? 

Fanny Chassain-Pichon retrace chronologiquement et en parallèle les deux biographies, de la jeunesse ("Richard Wagner, l'enfance et le doute ; Adolf Hitler, l'angoisse du nom") à la mort ("Richard Wagner, la création du festival de Bayreuth ; Adolf Hitler, le crépuscule avril 1945"). L'auteure va loin dans ses affirmations : "La thèse que nous formulons ici c'est que ni la Maison brune de Munich, quartier général du NSDAP, ni la Chancellerie berlinoise ne formaient le centre du monde d'Hitler. Pour se dernier, tout se jouait, de manière secrète, intime, à la villa Wahnfried et au palais du festival de Bayreuth, creusets de tous ses rêves". On peut se demander qui rêve...

Alors admettons une forte influence des écrits antisémites de Wagner sur les écrits et discours d'Hitler, mais évitons de rechercher un hypothétique mimétisme systématique. Wagner (1813-1883) n'est pas Hitler (1889-1945), et réciproquement. Un livre que l'on conservera pour l'argumentation sur la filiation intellectuelle sans aller au-delà.

Passés/Composés, Paris, 2020, 300 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3069-8.

Excessif ?

Partager cet article

Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 00:02

L'incendie du Reichstag et ses suites

Berlin, 27-28 février 1933

Didier Chauvet

Déjà auteur de plusieurs ouvrages sur l'Allemagne nationale-socialiste, Didier Chauvet s'intéresse ici à un évènement majeur dans l'installation du régime nazi, l'incendie du Reichstag, 28 jours simplement après la désignation d'Hitler comme chancelier.

Pour aborder son sujet dans sa globalité, il organise son propos en six grandes parties. La première, "1932-1933 : situation politique de l'Allemagne", nous rappelle les évènements politiques souvent violents qui suivent l'élection présidentielle qui a vu la victoire d'Hindenburg ainsi que les principaux points du programme électoral national-socialiste, puis les conditions de l'accession d'Hitler à la chancellerie. La seconde, "L'incendie du Reichstag, le décret pour la protection du peuple et de l'Etat et la loi des pleins pouvoirs", précise la chronologie exacte de l'incendie, les arrestations et les premiers interrogatoires, ainsi que les conséquences législatives immédiates qui permettent la mise en place de la dictature. La troisième, "Le procès de l'incendie du Reichstag", est centré sur la responsabilité plus ou moins avérée du parti communiste, dont l'auteur relève les ambiguïtés, tout en soulignant les incohérences et les approximations de l'instruction et en soulignant les zones d'ombre qui persistent. La quatrième partie, "Les cinq accusés", présente de façon aussi détaillée que possible le parcours des inculpés, en particulier Marinus Van der Lubbe et Georgi Dimitrov. La cinquième, "Le Livre brun et le contre-procès de Londres", manifestation organisée sous forme de contre-attaque par les communistes allemands réfugiés à l'étranger, document souvent cité encore aujourd'hui mais dont l'auteur souligne les erreurs ou les mensonges tandis qu'il constate l'adhésion à ces thèses de nombreuses personnalités libérales des démocraties occidentales. La dernière partie enfin, "La controverse", revient sur les débats ultérieurs (et récents) entre historiens et en particulier le "cas" Van der Lubbe, sa manipulation éventuelle, l'utilisation d'un souterrain, etc. Au bilan, il reste trop de points obscurs pour que l'on puisse forger une absolue certitude, mais il y a une très vraisemblable probabilité : celle de l'action isolée de Van der Lubbe, opportunité saisie par les Nazis pour avancer leurs pions.

Un livre très richement référencé, une très solide bibliographie : au total un volume qui nous apporte beaucoup d'informations sur les premiers mois d'arrivée au pouvoir d'Hitler et qui nous donne aussi un éclairage sur le fonctionnement interne, au début de l'année 1933, du régime national-socialiste.

L'Harmattan, Paris, 2019, 391 pages, 39,- euros.

ISBN : 978-2-343-19207-9;

Berlin, 1933

Partager cet article

Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 00:05

Les germanistes français et l'Allemagne

(1925-1949)

Roland Krebs

Les germanistes français, "experts des questions allemandes", se trouvent dans une situation particulière au cours de la première moitié du XXe s., entre mission d'explications sur les évolutions du puissant voisin et risques d'instrumentalisation par les autorités politiques.

Avec finesse et en prenant en compte les nombreuses subtilités des positions individuelles au fil du temps, Roland Krebs organise son propos en trois grandes périodes chronologiques : "1925-1939", "1940-1944" et "1945-1949". Dans un premier temps, les germanistes français sont au premier rang de la normalisation des relations entre Paris et Berlin, en particulier au sein du Comité franco-allemand d'information et de documentation, quelques revues et la multiplication des voyages et conférences. La situation évolue bien sûr avec l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933 et, dès cette année-là, on voit agir discrètement Otto Abetz que l'on retrouvera bien sûr sous l'Occupation. Il revient alors à ces intellectuels français d'expliquer ce qu'est le national-socialisme, aussi bien philosophiquement que politiquement, qu'ils soient acteurs d'un "germanisme de la défiance" ou qu'ils fassent preuve d'indulgence pour IIIe Reich. La situation pendant l'occupation est marquée par l'action discrète mais persévérante des autorités allemandes pour s'attacher la sympathie, sinon la fidélité, d'un nombre aussi important que possible d'intellectuels, dans tous les domaines de l'action culturelle.  Dans le même temps, un certain nombre rejoignent la clandestinité. On les retrouve à partie de 1945 en Allemagne, pour un certain nombre au service des autorités françaises d'occupation. Ils joueront alors un rôle essentiel dans le processus d'apaisement et de normalisation des rapports entre les deux pays, puis dans le rapprochement franco-allemand.

Un livre extrêmement intéressant, aux frontières de la politique politicienne aussi bien qu'à la marge de la pure réflexion intellectuelle. Un livre essentiel pour comprendre les relations entre les deux pays au XXe s.

Sorbonne université presses, 2020, 353 pages, 24,- euros.

ISBN : 979-10-231-0655-8.

Intellectuels engagés

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 00:05

L'impensable défaite

L'Allemagne déchirée, 1918-1933

Gerd Krumeich

Plus qu'une histoire stricto sensu de la république de Weimar, ce livre constitue en fait une analyse du traumatisme allemand de 1918-1919 et de ses conséquences politiques et culturelles tout au long des années 1920, fragilisant la jeune république et favorisant finalement l'émergence des nationaux-socialistes.

Reprenant la célèbre formule de Marc Bloch, Gerd Krumeich commence par évoquer "l'étrange défaite" d'une armée allemande "le dos au mur" après l'échec (inattendu) de ses offensives du printemps 1918. La question des responsabilités dans le déclenchement et les évolutions de la guerre est au cœur du débat, et la réponse adoptée par les vainqueurs dans le traité de Versailles (article 231) suscite outre-Rhin une opposition unanime. Rappelons ici qu'il n'y eut aucune négociation avec le vaincu, mais uniquement des conversations entre les principaux vainqueurs. De même, la question des réparations va réunir l'ensemble des responsables allemands pour ne pas payer, et les questions territoriales (sur la frontière polonaise en particulier) cristalliseront finalement un rejet massif du "diktat" de Versailles. Entre temps, la fragile jeune république allemande connaît les révolutions communistes et leur échec, le développement des corps francs, la politique de camouflage de l'armement, sur fond de discours contre "le coup de poignard dans le dos" et, on l'oublie trop souvent, d'édification de très nombreux monuments aux morts, auprès desquels des centaines de milliers d'anciens combattants blessés viennent rendre hommage à leurs camarades tombés au feu. En conclusion, "le sort funeste de la république de Weimar fut lié au fait qu'elle avait été incapable de trouver une réponse à la défaite qui soit susceptible de conduire les Allemands à surmonter, tout au moins en partie, la haine et la discorde".

 Les amateurs apprécieront l'importante bibliographie, majoritairement en anglais et surtout en allemand, donc peu connue en France. Un ouvrage essentiel pour comprendre l'Allemagne des années 1920.

Belin, Paris, 2019, 324 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-7011-9534-6.

WEIMAR

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 06:00

Être soldat de Hitler

Benoît Rondeau

Auteur bien connu pour ses articles dans la presse spécialisée et pour ses livres sur la guerre du désert ou la bataille de Normandie (ici et ici par exemple), Benoît Rondeau nous propose aujourd'hui un livre tout à fait original, une synthèse très intéressante sur l'armée du IIIe Reich.

Après une solide introduction (qui fait en particulier un point de l'historiographie), il étudie en huit copieux chapitres ce soldat allemand du IIIe Reich sous ses différents aspects, aussi bien que dans son contexte national et institutionnel. Il n'en reste pas à des généralités, mais détaille par armée (terre, air, mer, SS), par niveau hiérarchique (soldat, sous-officier, officier) et par grand type d'emploi, de la formation au front. Il s'intéresse tout à la fois au moral de la troupe, aux équipements du soldat, à certaines spécialités particulières (sous-marins), etc. Enfin, Benoît Rondeau aborde la question des rapports entre soldats et population civile, au sein du Reich comme dans les territoires occupés, dans des situations aussi différentes qu'une garnison à Paris, dans un stationnement dans les Balkans ou en Russie. Il termine son étude par la question des crimes de guerre de la Wehrmacht, une réalité désormais avérée après avoir été longtemps niée, et par une interrogation sur la mémoire qui en a été conservée ("Le mythe de l'excellence de la Wehrmacht", "La remise en cause d'une image édulcorée").

Une très solide synthèse, qui vient parfaitement en complément des études déjà parues sur l'armée allemande, son organisation et son emploi. Absolument à connaître par tous les amateurs de la période.

Perrin, Paris, 2019, 494 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-262-07596-5.

Sociologie militaire allemande

Partager cet article

Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 06:00

NVA

L'armée de la RDA

Die Nationale Volksarmee

Alexandre Wattin

L'histoire jusqu'à sa dissolution de l'armée de la République Démocratique Allemande (NVA) puis son intégration au sein de la Bundeswehr au début des années 1990 n'avait à ma connaissance jamais été traitées de façon à la fois aussi complète et synthétique.

La première partie s'attache à décrire l'histoire de l'armée populaire. La NVA a longtemps été considérée comme la plus opérationnelle du Pacte de Varsovie après l'Armée Rouge, qu'il s'agisse de qualité du matériel ou de formation du personnel. Officiellement créée en 1956 (mais sur la base d'unités de "police" mises en place dès le lendemain de la guerre), la NVA est constituée comme soutien du parti unique et joue un rôle croissant en RDA après la construction du mur "de Berlin", tout en entretenant des relations fonctionnelles avec la STASI. Alexandre Wattin présente l'organisation de la NVA, les évolutions de sa doctrine d'emploi et en prenant en compte les services auxiliaires, l'auteur évalue à 2,5 millions de personnes les citoyens de la RDA ayant reçu une formation militaire. La deuxième partie ("La fin des illusions") explique le processus de dissolution de la NVA, auquel les cadres de l'armée populaire participent eux-mêmes. L'évolution n'est pas sans heurts (seuls 10.000 hommes sur plus de 170.000 restent au sein de la Bundeswehr), mais cette immense opération est un véritable succès politique et militaire. Même si "il a néanmoins fallu 24 ans, après la Réunification, pour qu'un ex-officier de la NVA se voit promu au grade de général de la Bundeswehr".

 Un petit livre sobre et précis qu'il est important de connaître pour quiconque s'intéresse à l'histoire politique et militaire récente du continent.

Editions SPM, Paris, 2019, 180 pages, 17,- euros.

ISBN : 978-2-917232-96-5.

NVA

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 06:00

Louis II de Bavière

Le trône et la folie

Catherine Decours

J'ai depuis toujours une faiblesse particulière pour Louis II de Bavière, ses châteaux, son amitié pour Wagner, son opposition à l'hégémonie prussienne, sa mort aussi mystérieuse que "romantique", etc. Cette nouvelle biographie (à comparer avec celle publiée en 2012 par Janine Decant, ici) a donc été lue d'une traite.

Au-delà de la biographie classique, l'auteure s'interroge en particulier sur la santé mentale du souverain et revient dans tout un chapitre ("Les secrets d'un roi") sur les cas "d'originalité" excessive dans la maison des Wittelsbach, de schizophrénie, de dérangement mental. Elle souligne qu'il a su, dans la solitude, assumer sa maladie, préserver longtemps ses capacités intellectuelles et finalement "là se trouve l'exploit, le tour de force, dans la souffrance endossée, dans le prix d'angoisse et de solitude qu'entraîna le double poids de la folie et de la couronne". Une maladie que l'on retrouve avec l'homosexualité du roi en fil rouge dans tout le livre. Catherine Decours s'intéresse également avec beaucoup de précision à la construction des trois fameux grands châteaux alpins (Neuschwanstein, Linderhof, Herrenchiemsee) ; au budget royal, extrêmement important et "coulé" par un entourage cupide ; et surtout consacre un long dernier chapitre à son ultime séjour au château de Berg et aux mystères qui entourent sa mort : "En disparaissant sans qu'il y eût de témoin, Louis II allait permettre à la légende d'éclore. La mort du roi lui ressemble, elle est insaisissable, porteuse d'énigmes".

Une biographie un peu atypique, tout-à-fait complémentaire des publications antérieures. On apprécie la dense bibliographie finale (qui compte par exemple une vingtaine de biographies du souverain), le solide index et la chronologie précise qui terminent le livre. 

Fayard, Paris, 2019, 448 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-213-68717-9.

Le roi de légende

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile