Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 00:01

Le naufrage de l'Union soviétique

Choses vues

Christian Mégrelis

Livre étonnant mais passionnant, rédigé par un témoin (et acteur) des évènements.

Ouvert sur une chronologie du naufrage de l'Union soviétique entre 1985 et 1991, le livre est divisé en une vingtaine de chapitres entrecoupés d'articles publiés à l'époque par l'auteur dans différents périodiques. Il commence à douter au début des années 1970 ("La liquidation des stocks d'or de l'URSS prenait des allures de faillite. Les lingots mis sur le marché de Londres portaient le poinçon de l'empire tsariste. Pour les habitués, cela signifiait que tout l'or accumulé par les Soviets avait été vendu et que l'on commençait à liquider les bijoux de famille"), et il entre en scène au début de la perestroïka Gorbatchev et note tout de suite que les Russes "vouent aux Français une admiration affective et inconditionnelle sans équivalent". Il raconte ainsi, étape par étape, de l'intérieur, la libéralisation économique de l'URSS à partir du milieu des années 1980, jusqu'à la bascule politique de 1991. Au fil des pages, il raconte le "Plan des 500 jours", raconte le putsch de 1991, présente des exemples criants de vérité des difficultés économiques et sociales induites par le passage à l'économie de marché, la "bancarisation" de la population ("les bons du Trésor se vendent comme des tablettes de chewing-gum"), et décrit par exemple comme la Crimée est devenue partie d'une Ukraine indépendante : "Eltsine était si pressé de virer Gorbatchev que la question de la Crimée ne fut même pas évoquée lors de la signature de l'acte de décès de l'Union soviétique". Un vrai témoignage dont chaque ligne est placée sous le signe du vécu et qui fait état de multiples conversations avec les principaux dirigeants de la nouvelle Russie comme des différentes républiques issues de l'URSS. Dans la partie finale, son estime pour Poutine n'est pas cachée, et il souligne avec verve ce que le pays lui doit.

Un livre aussi passionnant qu'étonnant et grâce auquel on peut revivre un épisode absolument essentiel de la fin du XX s.

Transcontinentale d'éditions, Epinay-sur-Seine, 2020, 261 pages.

ISBN : 9782955622032

Mort d'un empire

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2020 4 30 /01 /janvier /2020 00:05

Dans les limbes de la Révolution russe

Les Alliés et le sort de la famille impériale

Loïc Damilaville

A partir d'un important travail de recherche dans les sources françaises, britanniques et russes, l'auteur tente de déterminer les responsabilités dans la succession d'évènements qui conduisent de l'abdication de Nicolas II au massacre de la famille impériale à Ekaterinbourg.

L'auteur, et sa démonstration est parfaitement argumentée et référencée, contredit l'affirmation courante mettant essentiellement en cause la Grande-Bretagne. Il souligne par contre le poids du contexte (n'oublions pas que nous sommes en pleine guerre, que l'année 1917 est peu favorable aux Alliés et que l'ex-impératrice a régulièrement été accusée de favoriser l'Allemagne) et la pression des environnements. La "duplicité" de Kérenski et l'obstination du gouvernement provisoire, comme les responsabilités de la France ("Cette France qui s'était si souvent proclamée l'amie et l'alliée indéfectible du tsar, et qui a l'heure du péril ne sembla guère pressée de se comporter comme telle"), diplomates et personnel politique, sont en particuler réévaluées. Pour ce faire, Loïc Damilaville retrace chronologiquement tous les évènements, les rencontres, les correspondances, jusqu'au départ de la famille impériale pour Tobolsk, de l'offre britannique d'accueil au Royaume-Uni aux modalités (tortueuses) de son retrait et à l'échec de l'option française au cours de la seconde moitié du mois d'avril 1917. L'auteur peut s'appuyer de longs extraits des mémoires et des correspondances des principaux acteurs, et la bibliographie finale offrira aux lecteurs français une liste de titres peu connus (en anglais).

Quelques annexes complètent l'ouvrage (dont la chronologie des échanges entre les dirigeants politiques britanniques et le roi Georges V). Un livre indiscutablement important pour quiconque s'intéresse à la fin des Romanov, mais aussi aux bouleversements dans la Russie en guerre.

Bernard Giovanangeli éditeur, Paris, 2019, 335 pages, 25,- euros.

ISBN :  978-2-7587-0224-5.

TRAHISON ?

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 06:00

Géopolitique de la Russie

Approche pluridisciplinaire

Anne Pinot et Christophe Réveillard (Dir.)

Cet ouvrage collectif effectivement tout-à-fait pluridisciplinaire permet de faire un point assez complet de la réalité de la puissance russe (et de ses ambitions)  aujourd'hui, dans ses forces et ses faiblesses, tout en notant que plusieurs contributeurs sont plutôt "russophiles".

Le volume, divisé en trois grandes parties, procède par cercles concentriques : "Les déterminants intérieurs de la puissance russe", "La Russie et son étranger proche", et "La Russie et le monde". La première partie aborde des thèmes aussi différents que les fondements culturels de la politique russe, la réalité de son espace stratégique, les risques de son évolution démographique, la place des hydrocarbures dans l'économie, la politique suivie à l'égard des musulmans, etc. La seconde traite des rapports avec l'Ukraine, avec les Balkans et avec l'Asie centrale, mais ignore curieusement les Etats baltes. La troisième enfin s'attache aux relations avec les grandes puissances : Etats-Unis, Chine, Union européenne, Inde, et avec la zone de crise du Moyen-Orient. Le livre appelle en conclusion à la définition d'un nouveau partenariat entre la France et la Russie, dégagé de l'influence atlantiste, et à la mise en place "d'une politique russe ambitieuse".

Une solide synthèse, étoffée par une série de cartes en couleurs et complétée par une belle bibliographie. On ne sera pas toujours d'accord avec tous les contributeurs, mais l'ensemble est indiscutablement à connaître pour quiconque s'intéresse aux grands problèmes actuels.  

Editions SPM, Paris, 2019, 384 pages, 33,- euros.

ISBN : 978-2-37999-001-4.

Retour de la Russie

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2019 7 15 /09 /septembre /2019 06:00

La guerre civile russe

1917 - 1922

Alexandre Jevakhoff

Déjà auteur en 2011 d'un ouvrage sur les Russes Blancs, Alexandre Jevakhoff nous propose ici une très ample et complète étude sur la guerre civile russe dans son ensemble.

Après un long prologue qui présente la société russe d'avant la Première Guerre mondiale, un premier chapitre rappelle les effets de la Grande Guerre sur l'empire des tsars entre 1914 et 1917. Puis le livre s'organise en trois grandes parties ("De la révolution à la guerre civile", "Guerre civile sous le chapiteau allemand", "Trois petits tours et puis s'en vont") qui permettent à l'auteur d'embrasser l'ensemble du sujet dans le temps et dans l'espace. Le livre fourmille de détails sur tous les intervenants (individuels et groupes) de cette histoire complexe, de la période initiale (Kerenski / Kornilov) à la victoire finale des Bolcheviks (Makhno en Ukraine, Koltchak à Irkoutsk, Vranguel en Crimée), en passant par les pays baltes et l'extrême Nord, sans omettre ni la rôle des Tchèques, ni les ambiguïtés des Français et des Britanniques, ni les nombreuses autres interventions militaires et diplomatiques des Occidentaux (et des Japonais).

Les références à la presse et à la littérature de l'époque sont assez nombreuses. Le récit est fluide, le style agréable et l'ensemble se lit avec aisance en dépit de la taille du volume. Pour un prix modique, une très belle somme sur une période essentielle de l'histoire du XXe s.

'Tempus', Paris, 2019, 879 pages, 12,- euros.

ISBN : 978-2-262-08144-7.

Rouges et Blancs

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 06:00

Moscou, Caucase. Eté 1934

Lettres du voyage en URSS

Jean-Richard et Marguerite Bloch

Voici un témoignage tout à fait intéressant sur la perception de l'URSS de Staline par les intellectuels français proches du mouvement communiste, invités dans le "paradis des travailleurs" en 1934, à travers les lettres et le journal tenu par Marguerite Bloch.

Ces voyageurs a priori favorables au régime sont totalement "guidés" par leurs accompagnateurs russes et ne voient que ce que le régime veut bien leur montrer. Mis à l'honneur, flattés dans leur notoriété d'écrivains, ils acceptent le discours officiel dont ils reprennent sans beaucoup d'esprit critique tous les poncifs. La description de la vie militaire à l'occasion de la visite d'une caserne est significative : "Ces gens qui sont des soldats ne vivent pas sous la terreur de la punition, de l'incohérence, ils ne vivent pas dans l'abrutissement et dans l'impossibilité d'avoir un endroit où respirer pendant leur service, ils ne vivent pas perpétuellement au garde à vous, et dans la crainte pendant leur sortie de ne pas saluer un officier ou de ne pas avoir un ceinturon assez bien astiqué […] En dehors du service, leurs chefs sont des tovaritchi [camarades] comme les autres, il n'y a pas de salut, il n'y a pas de hiérarchie, un soldat peut s'adresser directement au capitaine, au colonel, au général : il ne sera ni puni ni même engueulé […] Stricte  discipline dans le service ; le service fini il n'en est plus question […] Vous voyez cela dans une caserne française ?". Si quelques questions surgissent ici ou là, l'idée générale est bien celle d'une admiration des réalisations du régime : "Les dirigeants actuels n'ont pas peur du luxe, ils savent que, si le temps leur en est laissé, d'ici une génération ce luxe qui est encore le privilège de quelques uns ici sera le lot de tous". Bel exemple d'aveuglement.

Un témoignage important sur la fascination que l'URSS de l'entre-deux-guerres exerce sur nombre d'intellectuels français. Un témoignage à méditer.

CNRS Editions, Paris, 2019, 295 pages, 25,- euros. 

ISBN : 978-2-271-11605-5.

Compagnons de route

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2019 7 07 /07 /juillet /2019 06:00

Le roman des tsars

400 ans de la dynastie Romanov

Vladimir Fédorovski

Auteur prolifique sur le monde russe et l'histoire de la Russie, Vladimir Fédorovski présente dans ce volume l'histoire hors norme de la dynastie des Romanov. Notons au passage qu'il la crédite en couverture de 400 ans d'histoire alors que la Russie elle-même émet en 1913 une série de timbres pour le 300e anniversaire de la dynastie régnante.

Nous avons ainsi un volume, sans bibliographie finale ni note de bas de page, qui tient davantage de la fresque épique que du livre d'histoire stricto sensu, en huit chapitres, d'Ivan le Terrible à Nicolas II, en passant par Pierre le Grand, Catherine II, Alexandre Ier, etc. L'auteur insiste visiblement davantage sur les divers coups d'Etat, les amants et maîtresses des unes et des autres, les révoltes ici ou là, les luttes internes pour le pouvoir et le rôle parfois dramatique des favoris. L'ensemble reste toutefois intéressant, car sur une aussi longue période des tendances lourdes peuvent être dégagée, et entre attirance pour l'Allemagne (la Prusse) et intérêt pour la France, la Russie des XVIIIe et XIXe siècle devient (difficilement) un acteur essentiel du concert des nations européens.

Un "livre d'histoire d'été" que l'on lira avec plaisir et que l'on complètera par d'autres études plus référencées si l'on souhaite aller plus loin.

'Texto', Tallandier, Paris, 2019, 352 pages, 10,- euros.

ISBN : 979-10-210-3740-3.

Histoire d'une dynastie

Partager cet article

Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 06:00

Cavalerie rouge

Isaac Babel

Jeune juif rallié à la révolution bolchevique, Isaac Babel rejoint l'Armée rouge naissante sur les conseils de Gorki en 1920, et participe durant cinq mois à la guerre polono-bolchevique au sein de la cavalerie de Boudienny. Il y trouve l'inspiration pour ce recueil de trente-quatre brèves histoires.

De deux à six pages en moyenne, elles s'articulent autour d'une anecdote, d'un personnage atypique, d'une situation exceptionnelle. C'est parfois excessif (les trois nuits d'ivresse de Prichtcépa après son retour dans son village du Kouban), mais toujours étonnant (la description de l'armée de Makhno déployant "le drapeau noir de l'anarchie" et exigeant "des autorités qu'elles livrent les bourgeois, les prolétaires, du vin et de la musique"). De l'histoire de Jésus s'unissant à Déborah racontée par le père Apolek à la mort d'un vieux général blanc, des combats de Lechniouv à la surprenante lettre d'adieu du divisionnaire Savitski, tout n'est que sang, mort, fange.

Des histoires truculentes qui racontent, à leur façon, ce qu'étaient en ces temps oubliés l'armée révolutionnaire mais aussi les populations "arriérées" de Volhynie. 

Gallimard, Paris, 2019, 216 pages. 9,50 euros.

ISBN : 978-2-07-283729-4.

Contes réalistes

Partager cet article

Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 06:00

Au goulag !

La police politique et les camps sous Lénine et Staline

Gaston Erlom

En quelques 350 pages, Gaston Erlom nous présente soixante-dix ans de répression politique sous l'angle de cet "archipel du goulag", peuplé au gré des déportations collectives et individuelles.

Chronologiquement, il nous entraine de la création de la Tcheka à la mise en place du "goulag expérimental" au cours des années 20, dont le développement est à la fois important et rapide ("En 1921, il existe déjà 84 camps dans 43 régions pour la réhabilitation des premiers ennemis du peuple"). Les chefs et le personnel sont présentés, et les amateurs y trouveront également la description des uniformes et des insignes du Guépéou. Il s'attache ensuite à la "grande époque" du goulag en deux parties (1930-1936 et 1937-1938) avec l'émergence du NKVD et détaille quelques fonctions particulières (les gardiens, les garde-frontières), évoque les évadés mais aussi "les rares témoignages des tchékistes sur les camps". C'est l'époque des grands procès staliniens et des déportations de masse, y compris de peuples entiers (387.000 fusillés et 767.000 déportés lors de la seule opération 'Koulak') : "Au total, pour l'ensemble des opérations de la période 1937-1938, plus d'un million et demi de personnes ont été arrêtés et la moitié d'entre elles exécutées, tandis que l'autre moitié allait être dirigée vers les camps de travaux forcés". Les camps sont alors le plus souvent aménagés à l'orée des villes et séparés du reste de la population par "une simple palissade". Nul ne peut ignorer leur existence. Les deux dernières parties traitent, pour l'une des "camps soviétiques pendant la Seconde guerre mondiale" (en particulier populations déportés de Pologne, des Etats baltes et des territoires reconquis), et de la dernière apogée des camps jusqu'à la mort de Staline (cas particulier des 23.100 Malgré-nous "arrivés vivants dans les camps") avec la place prise par les camps d'extermination par le travail : "soit que les conditions de production  soient proprement infernales ou/et extrêmement périlleuses comme dans les mines d'or ou d'uranium, les centrales nucléaires ou l'abattage dans les forêts du Grand Nord arctique, soit que la volonté d'éliminer au plus vite les prisonniers (comme les Allemands capturés durant la guerre) dicte la conduite des chantiers". Les chiffres sont difficiles à établir avec précision, mais se situent dans une fourchette large entre 10 et 30 millions de prisonniers, qu'il ne sera jamais possible de préciser, puisque les morts pendants les transferts ne sont pas comptabilisés et que pour certaines populations "l'administration ne daigne pas même enregistrer les morts, notamment en raison des difficultés linguistiques".

Un volume sobre et parfois saisissant sur la réalité du régime soviétique.

Histoire & Collections, Paris, 2018, 357 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-35250-480-1.

Camps de travail

Partager cet article

Repost0
7 mars 2019 4 07 /03 /mars /2019 06:00

Les carnets de guerre de Nikolaï Nikouline

Soldat de l'Armée Rouge

1941-1945

Rédigés plusieurs dizaines d'années après la guerre, ces carnets n'en sont pas moins un très rare et précieux témoignage sur la Grande guerre patriotique "vue d'en bas".

L'auteur, qui termine sa carrière professionnelle comme conservateur au musée de l'Hermitage, est éduqué et sait observer. Il nous livre donc un tableau sans fard d'une réalité en général peu reluisante. Il en ressort à de très nombreuses reprises le mépris absolu du commandement politico-militaire pour la vie des hommes et une forme de fatalisme : "Si j'ai échappé à la mort, ce n'est pas seulement par chance, c'est surtout parce que j'ai été blessé plusieurs fois. Ca m'a permis de sortir du guêpier au moment critique". On notera d'ailleurs sa description d'un dépôt de convalescents (pp. 230 et suivantes), qui n'est pas sans rappeler d'autres dépôts dans d'autres guerres. Le mépris de l'individu est sans doute ce qui caractérise l'Armée Rouge de l'époque, la rusticité du soldat russe et leur nombre compensant progressivement les déficits "intellectuels" de l'encadrement de contact. La crasse ignorance de la troupe a en effet un écho immédiat dans la bêtise du commandement intermédiaire. Au-delà de l'ennui et des situations absurdes, il explique que Staline a parfaitement compris la nature du conflit en faisant appel à l'histoire de la grande Russie et en revalorisant les héros militaires du passé pour rassembler le peuple.

Son bilan de cette campagne est sans appel : "Nous avons bien fini par exterminer les Allemands, mais en exterminant, hélas, une quantité bien plus importante de nos propres hommes". Le livre n'a été publié pour la première fois qu'en 2009 en Russie, et cette édition en français (qui bouscule quelques certitudes établies) a absolument sa place dans toute bonne bibliothèque sur la Seconde guerre mondiale. Il ne présente pas "LA" vérité, mais un aspect indéniablement sous-estimé de la vérité.

Les Arènes, Paris, 2019, 389 pages. 24,80 euros.

ISBN : 978-2-7112-0017-7.

Grande guerre patriotique

Partager cet article

Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 06:00

Staline

Oleg Khlevniuk

Publié en France pour la première fois en 2017, ce livre est indispensable à quiconque s'intéresse à l'URSS et au "petit père des peuples".

A partir d'une très large exploitation des archives russes, dont il est un excellent connaisseur, l'auteur nous propose une biographie très fouillée du dictateur, de sa jeunesse et de son engagement révolutionnaire à ses funérailles. Nous le suivons auprès de Lénine, et dans les manœuvres pour sa succession, puis dans sa lutte contre la paysannerie libre et sa volonté de collectiviser toutes les ressources du pays. La "Grande guerre patriotique" tient bien sûr une place importante dans ce volume, qu'il s'agisse des "hésitations" aux premières heures de l'attaque allemande ou des nombreuses erreurs commises au cours des premières années de guerre. Et aussi une explication des mesures très dures prises en particulier pour contrôler les soldats : Il redoutait sans aucun doute la perspective d'éventuelles émeutes. Cette crainte de voir la menace d'un conflit avec une puissance étrangère servir de détonateur à une guerre civile -ce qui s'était passé en 1917- avait beaucoup pesé sur ses prises de décisions politiques à la fin des années 1930. Et les premiers jours catastrophiques de la guerre ne pouvaient qu'attiser cette peur". Les dernières parties nous montrent à la fois Staline dans son environnement familial d'après-guerre et comme "généralissime" d'une URSS qui connait une croissance territoriale importante et gagne une influence majeure dans le monde (avec un culte de la personnalité dépassant toute raison).

Un volume à petit prix qui doit figurer dans toute bonne bibliothèque.

Folio Histoire, Paris, 2019, 713 pages. 12,10 euros.

ISBN : 978-2-07-279878-8.

Impressionnant

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile