Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 06:00

Lénine

Dominique Colas

Spécialiste de la Russie et de l'Europe de l'Est, Dominique Colas signe aujourd'hui une (presque) biographie de Lénine. "Presque", car son propos commence avec le séjour du futur chef de la Russie bolchevique en exil en Suisse au début de la Grande Guerre.

Les premières pages nous présentent les idées de Lénine, sa conception de la révolution et du combat politique, puis le retour en Russie grâce à "un convoi extra-territorialisé" (et non un wagon plombé), la période instable et souvent difficile qui s'étend jusqu'à l'automne, et enfin la prise du pouvoir en octobre 1917. De la mise en place de la dictature politique du parti sur les institutions à la paix de Brest-Litovsk qui favorise l'Allemagne, ampute la Russie mais sauve les Bolcheviques, de la dictature sur le monde ouvrier et les usines à "la croisade contre les Koulaks" et à l'imposition de la dictature dans les campagnes, des efforts militaires pour vaincre dans la guerre civile à l'instauration du culte de la personnalité et au rêve d'une "guerre civile mondiale" grâce à l'Internationale communiste. Dominique Colas poursuit par la présentation des opérations militaires extérieures, l'émergence de la NEP, la famine avec ses organisations de secours sans oublier la politique volontariste pour détruire le clergé orthodoxe, l'imposition d'une doctrine culturelle et les premières épurations pour maintenir l'unité du parti sous sa direction. Les deux deux derniers chapitres s'intéressent aux ennemis de Lénine (donc de la révolution)  et aux affrontements internes pour la succession du chef malade et finissant.

L'intérêt et l'originalité de ce long récit est de s'appuyer systématiquement sur les écrits (en particulier les écrits au moment des évènements) de Lénine lui-même, et d'apporter une lumière souvent crue sur ce qu'il pensait effectivement. Une histoire politique de la prise et de la conservation du pouvoir en un certain sens. Un Lénine finalement peu sympathique, assez loin de l'image en général véhiculée. Un Lénine qui "ne considère pas les ennemis de la révolution comme des groupes avec qui les conflits se termineraient à terme par un compromis ou une paix. Soldats ou insectes, ils doivent être anéantis pour que l'histoire, un jour, s'achève". Un livre à lire et à conseiller.

Fayard, Paris, 2017, 524 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-213-68617-2.

Imposer la révolution par tous les moyens
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 06:00

Histoire des droites en France

Gilles Richard

Dans cette volumineuse étude consacrée à l'histoire des droites depuis 1815, Gilles Richard rend hommage à l'oeuvre fondatrice de René Rémond, mais va également au-delà en complétant les travaux antérieurs et en mettant en relief une complexité parfois peu soulignée.

On peut rédiger une étude passionnante et se tromper dans ses conclusions : comme bien d'autres au début de l'année 2017, l'auteur annonce en introduction que "la présidentielle se jouera entre deux candidats de droite, l'un issu de la famille libérale, l'autre de la famille nationaliste". Depuis le week-end dernier, on sait ce qu'il en est. Quoi que... Organisé en quatre grandes parties chronologiques, le livre commence donc par un long regard sur le XIXe siècle, avec un survol de 1815 à 1914 et la lancinante question de la forme du régime (républicain), puis la longue crise de l'affaire Dreyfus, enfin l'émergence du nationalisme intégral de Maurras tandis que Poincaré s'impose au sommet de l'Etat. La deuxième partie couvre la période de l'entre-deux-guerre et de la Seconde guerre mondiale jusqu'à la Libération, de la Chambre bleu horizon au Front populaire, mais aussi le temps des ligues et la naissance d'un "impressionnant parti de masse : le PSF". La période 1938-1944 est qualifiée assez justement de "grand schisme", entre Vichy et "la Résistance quand même". Il note bien durant cette période les passage d'un côté à l'autre du spectre politique. La troisième partie traverse la IVe République et les années "gaullistes" de la Ve, de 1944 à 1974. Se succèdent et s'entrecroisent au fil des pages le MRP, le CNIP, le mouvement gaulliste -et la crise algérienne-, l'héritage pompidolien et la stratégie giscardienne. La quatrième partie enfin est centrée sur l'opposition de plus en plus nette entre libéraux et nationalistes, en particulier sur le thème de l'intégration européenne. Depuis 1984, la question du Front national semble agir comme un dissolvant sur un mouvement gaulliste passé de Chirac à Sarkozy, les résultats électoraux du FN depuis 2012 marquant à chaque étape à la fois un enracinement et une progression.

La bibliographie finale s'étend sur près de cinquante pages, qui permettront aux amateurs d'aller aussi loin que possible dans telle ou telle direction d'études. Au final, un volume important qui doit indiscutablement être connu par tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de la France au cours des deux derniers siècles.

Perrin, Paris, 2017, 634 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-262-03468-9.

Nouveau René Rémond
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 06:00

Histoire amusée des promesses électorales

De 1848 à nos jours

Bruno Fuligni

En ce début d'année 2017, les promesses fusent en tous sens et les journaux d'information nous abreuvent de propos plus ou moins cohérents ou argumentés. En période électorale, la rigueur intellectuelle est rarement au programme et ce volume nous en apporte une nouvelle preuve en remontant à la Seconde république. Profitons de ce dimanche pour rire un peu.

Le livre est organisé en grandes parties thématiques, d'inégales puissance humoristique mais qui recèlent toutes quelques pépites, de "Vous me connaissez bien (ou l'art de se porter candidat sans en avoir l'air", à "Je ne suis pas candidat, ou l'art d'annoncer sa non-candidature", en passant par "Sortez les sortants !", "Changer la vie", "La France pour tous", "La force tranquille", etc... L'auteur s'intéresse à tous, grands comme petits candidats, idéalistes et farfelus comme représentants des partis institutionnels, ambitionnant un mandat local ou la présidence de la République, de droite, de gauche ou d'extrême-centre !. Certaines citations peuvent être longues et atteindre une page, d'autres ne font qu'une ligne ou deux, d'autres encore ont en fait été tellement répétées que l'on n'en perçoit plus immédiatement l'incongruité. Parmi ces dernières, relevons quelques perles : "Je m'engage à soutenir toutes vos revendications, même celles que je ne connais pas", "J'ai été trop malheureux en ménage pour ne pas être heureux en politique", et l'une de mes préférées : "Avant chaque repas, anjou-guignolet gratuit et obligatoire" ! Les références à la lutte contre le chômage dans la période récente ne font pas vraiment rire, et l'auteur nous rappelle "Création du droit de passer tout au long de sa vie d'un emploi stable à un autre emploi stable" (en 2002), ou la même année "Je fiixe comme nouvelle étape 900.000 chômeurs de moins d'ici 2017", et toujours en 2002 "Nous trouverons des partenaires pour maîtriser la mondialisation" ... Une réussite ! Parmi les farfelus, on note "La grossesse à 6 mois !", mais aussi la "construction d'un pont métallique pour relier Marseille au château d'If", sans oublier l'inénarrable "Si demain une majorité sort des urnes, elle sera d'opposition ou elle ne sera pas".

Si les promesses n'engagent que ceux qui les croient, on peut constater que la concurrence pour accéder au podium est rude, ... et les joutes ne semblent pas terminées. L'éventuel volume 2 ne devrait pas être moins épais. Souriez, c'est dimanche !

Tallandier, Paris, 2017, 284 pages. 19,90 euros.

ISBN : 979-10-210-2344-4.

Le pire est toujours possible...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 06:00

Histoire de l'Europe libérale

Dominique Barjot, Olivier Dard, Frédéric Fogacci et Jerôme Grondeux (Dir.)

Paradoxe, au moins apparent, plus le courant libéral fait l'objet d'études, et moins ses évolutions semblent claires. Le mérite de cet ouvrage collectif est donc de replacer la "généalogie" de l'idéologie libérale dans le temps long (sur les deux derniers siècles essentiellement) pour essayer d'en redéfinir les contours, les ruptures, le parcours de quelques hommes-clefs.

Contrairement à ce que laisse entendre le titre, l'ouvrage est essentiellement franco-centré, à l'exception de deux contributions consacrées à la Grande-Bretagne et d'une traitant de l'Espagne, même si plusieurs auteurs multiplient les références extérieures. 18 contributeurs présentent des textes très variés, qui nous placent souvent, naturellement, au confluent du politique et de l'économique ; car vouloir parler de libéralisme politique sans évoquer la liberté d'entreprendre pourrait sembler une gageure. L'ensemble est organisé en quatre parties : "Matrices, crises, redéfinitions", "Crises et redéfinitions", "Hommes et organisations libérales", "Moments et expériences" ; la quasi-répétition des titres des deux premières n'étant pas, bien sûr, que le fait du hasard. La première est centrée sur le XIXe siècle français et britannique avec ses paradoxes et contradictions, la seconde sur la première moitié du XXe siècle et ses vives controverses au point que l'on pourra à plusieurs reprises annoncer "la mort" du libéralisme, pour l'essentiel en France mais aussi dans le temps longs de l'histoire de l'Espagne, la troisième aborde la question de l'organisation partisane et de ses difficultés, en particulier autour de quelques figures emblématiques. La dernière enfin traite de trois points très différents : les évolutions récentes de la construction européenne libérale, la politique de Tatcher au Royaume-Uni et la tentative d'Alain Madelin en France au milieu des années 1980.

Une présentation à plusieurs voix des temps forts et des principales évolutions d'un libéralisme qui finalement imprègne une grande partie de la classe politique mais peine à s'imposer comme tel. Un volume d'histoire politique à connaître et à conserver.

Nouveau monde éditions, Paris, 2016, 359 pages, 25,- euros.
ISBN : 978-2-36942-303-4.

Libéralisme
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 06:00

Histoire du Front populaire

L'échappée belle

Jean Vigreux

Dans tous les domaines de la vie du pays aussi bien que dans sa mémoire, le Front populaire tient une place tout-à-fait particuière et ses échos résonnent encore aujourd'hui. Le travail de Jean Vigreux est par ailleurs d'autant plus intéressant que notre période trouble peut utilement s'intéresser à ces années 1934-1938.

En huit grands chapitres, l'auteur détaille pour nous toute l'histoire de la période, de la gravissime crise sociale et politique de 1933-1934 au virage à droite des Radicaux en 1938. Le 6 février 1934 en lui-même est rapidement traité à la fin du chapitre 1, pour introduire les deux chapitres qui suivent et qui abordent l'histoire (essentiellement politiqe) des années 1934-1936 marquée par la création du Front populaire et sa marche vers le pouvoir à partir des élections municipales de 1935. Le débat politique dans le pays se tend jusqu'au printemps 1936. Pour les élections du printemps, Jean Vigreux offre une analyse extrêmement détaillée des candidatures, de la campagne électorale, des arguments des uns et des autres et des résultats (y compris les départements où, on l'oublie, les candidats "anti-collectivistes" progressent) jusqu'à la formation du gouvernement de Léon Blum au début du mois de juin. Les chapitres 4 et 5 sont naturellement consacrés au très important mouvement de grève des semaines qui suivent, mouvement qui s'étend bien au-delà des seules région industrielles de la métropole et qui parfois se prolonge pendant plusieurs mois. Il souligne (c'est rare) l'existence et les actions du mouvement paysan des 'Chemises vertes' et évoque les débats historiographiques qui entourent ces grèves "sur le tas", véritable "lame de fond marquant durablement la société française tant en métropole que dans les colonies". A ce mouvement, Léon Blum répond par une série de réformes sociales et économiques (conventions collectives, congès payés, horaires de travail, etc.) et l'auteur rappelle que ces lois furent "adoptées par une large majorité débordant largement de la gauche sur les droites parlementaires". Cette politique volontariste est détaillée, y compris dans ses difficultés et les réactions qu'elle suscite. Après la démission de Léon Blum, les années 1937 et 1938 sont marquées par la crise interne de la SFIO et la progressive déliquenscence du mouvement, marquée par un ministère Chautemps beaucoup plus modéré en juin 1937, avec la création de la SNCF à partir des réseaux des grandes compagnies privées. L'accession au pouvoir de Daladier en avril 1938 poursuit cette évolution, le nouveau président du Conseil déclarant "ne vouloir rien faire pour briser ni renverser la majorité du Front populaire, mais décide seulement d'élargir la base sur laquelle repose le gouvernement". Les manoeuvres radicales reprennent le dessus... : "En fait, il remet en cause la logique même du Front populaire". Les deux derniers chapitres tirent le bilan de cette expérience, comme "moment de forte politisation" et de syndicalisation, mais aussi du côté des élites ("A chacun son Front populaire"), du patronat métropolitain aux sociétés coloniales en passant par les principaux groupes sociaux-économiques.

Un volume très complet qui va au-delà du discours mythifié et qui fixe dans le détail ce que fut cette période de profonds changements, dnt les échos résonnent toujours aujourd'hui.

Tallandier, Paris, 2016, 265 pages. 22,90 euros.

ISBN : 979-10-210-1356-8.

Grève générale !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 06:00

Louis de Bonald

Ordre et pouvoir entre subversion et providence

Giorgio Barberis

Qualifiant dès les premières lignes de son introduction Louis de Bonald de "formidable auteur de l'élaboration théorique et de l'action politique contre-révolutionnaire", Giorgio Barberis nous propose une étude de fond sur cette critique de la modernité, du libéralisme politique et du capitalisme économique qui marque profondément les idées politiques au moins pendant tout le XIXe siècle et le début du XXe.

Suivant la chronologie des écrits et des thèmes traités par son sujet, l'auteur aborde successivement les questions liées à l'organisation des pouvoirs et à la définition de l'ennemi, avec des places particulières accordées à la religion et à l'organisation administrative de l'Etat ; puis la notion "d'ordre", ordre social harmonieux s'il est en cohérence avec les lois divines ; ensuite l'engagement politique concret de Bonald comme parlementaire sous la Restauration (par exemple contre le divorce ou pour la censure). La dernière partie enfin aborde l'aspect philosophique de la pensée de Bonald, qui peut se traduire par "l'apologie du christianisme (et de) l'ordre providentiel".

L'ensemble de l'ouvrage s'appuie sur de très nombreuses citations des écrits les plus divers du penseur de la contre-révolution, les notes de bas de page sont nombreuses et solidement rédigées, la bibliographie finale enfin ne comporte pas moins de 45 pages (en français, mais aussi bibliographie étrangère), ce qui sera très utile à tous ceux qui voudront sur tel ou tel point aller plus loin. Un volume de grande qualité pour mieux comprendre l'histoire des idées politiques en France à partir du début du XIXe siècle. Sur bien des points, c'est "un autre monde", qui semble déjà si lointain, qui se présente sous nos yeux.

Desclée de Brouwer, Paris, 2016, 361 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-22006-614-1.

Théorie contre-révolutionnaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 06:00

Entretiens avec Mussolini

Emil Ludwig

Excellent idée que de rééditer en format poche ce petit livre initialement publié en 1932 par un journaliste et auteur qui sera l'un des très rares à obtenir du Duce, au palais de Venise entre mars et avril de cette même année, de longs entretiens privés. Emil Ludwig précise : "Mon but a simplement été de voir et de représenter le caractère de Mussolini sous de multiples éclairages ... Ces entretiens, je les avais longuement préparés, j'avais réfléchi à la façon dont j'opposerais mon point de vue à celui du Duce ... Comme une entière liberté m'étais assurée, je ne l'ai pas interrogé autrement que j'ai accoutumé de le faire avec les personnages historiques ... Durant touutes ces séances, il n'a pas été prononcé un seul mot inutile".

Dans sa présentation, Maurizio Serra rappelle utilement le contexte : le Mussolini qui reçoit le grand reporter est le chef de gouvernement triomphant du début des années 1930, celui qui a fait disparaître toute opposition intérieure et que toutes les grandes puissances courtisent. Le récit de ces entretiens est organisé de façon thématique ("L'école d'un homme de gouvernement", "Entretiens sur certaines métamorphoses", "Entetiens sur les problèmes du pouvoir", "De quelques domaines de la puissance", et "Entretiens sur le génie et le caractère") et ils constituent indicutablement un exercice d'autopromotion et d'autojustification. Il n'en demeure pas moins que ces propos correspondent à une époque et traduisent une réalité du temps. De la jeunesse difficile du futur dictateur ("C'est une bonne éducatrice, la faim. Presque aussi bonne que la prison et les ennemis") à l'isolement du chef et à cette phrase qui marque une différence de fond avec le nazisme : "Mais je vous ai dit qu'il n'y avait pas de races. C'est une illusion de l'esprit, un sentiment", on trouve des réflexions sur tous les domaines de la viie privée et publique. Sur la misanthropie du Duce, sur son intérêt pour l'histoire, sur les caractéristiques des dictatures modernes, sur la modernité et la technique, sur la violence et la guerre dans la vie des peuples, sur l'action publique à l'égard des masses populaires, etc.

Sans oublier bien sûr qu'il s'agit aussi à cette date pour Mussolini d'une entreprise de communication internationale, voici un livre important pour retrouver les principes du fascisme "du temps de paix", avant que les aventures militaires n'en fasse un allié de second ordre, puis un vassal du IIIe Reich. Un Mussolini qui veut moderniser son pays et qui affiche sa volonté de paix européenne. Un Mussolini, ne l'oublions pas, que courtisent à l'époque Français et Britanniques. A lire.

'Tempus', Perrin, 2016, 252 pages, 8,- euros.

ISBN : 978-2-262-06523-2.

Mussolini avant guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 06:00

La fraternité de nos ruines

Ecrire sur la violence concentrationnaire, 1945-1970

David Rousset

Livre étonnant, curieusement construit, mais extrêmement riche et dense. En effet, au-delà de la préface, il est uniquement constitué par une succession de nombreux textes (lettres et articles essentiellement) de l'époque. Presque un "livre-source", afin de plonger soi-même dans le débat.

Tout part de la dénonciation par David Rousset, ancien déporté, du système concentrationnaire soviétique. Dans la France de la fin des années 1940, le PCF, la CGT et les associations qui leur sont proches lancent alors une violente campagne de diffamation. C'est ce débat que le livre veut retracer, à travers plus de vingt textes écrits entre 1945 et 1970. Les discussions portent essentiellement sur la nature profonde du système concentrationnaire, mais aussi sur les formes et fondamentaux de la société moderne. Au passage, le développement du "goulag" chinois dans la Chine de Mao est dénoncé de la même façon dès 1956 : "Là encore, et d'ailleurs jusqu'à un certain point comme en Allemagne nazie et en Russie stalinienne, nous avons une très grande variété de structures". Le livre se termine sur Soljenitsyne, "le porte-voix des cancéreux", et ce constat : "Le monde d'Ivan Denissovitch est, pour un ancien déporté des camps nazis, d'une saisissante familiarité".

Un volume atypique, tant par son sujet que par sa constitution, mais qui passionnera très probablement par exemple tous ceux qui s'intéressent aux débats idéologiques des débuts de la guerre froide.

Fayard Histoire, Paris, 2016, 394 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-213-68752-0.

Protester contre les camps
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 06:00

Les collabos de l'Europe nouvelle

Bernard Bruneteau

Les racines de l'idée européenne seraient-elles à rechercher, au moins en partie, dans les réflexions très diverses de courants collaborationnistes variés ? La question n'est pas nouvelle (plusieurs études récentes sur la technocratie et la planification l'abordent), mais Bernard Bruneteau sait aussi élargir son propos au-delà des seules caractéristiques économiques.

Dans cet ouvrage, publié pour la première fois en 2003 (et qui s'ouvre sur une citation des Cahiers politiques clandestins de la France combattante en 1943 : "Des idées fausses, sans que nous nous en rendions compte, ont acquis droit de cité auprès de nous. Je voudrais pourfendre ici un de ces monstres. Il se présente pourtant à nous sous des dehors séduisants, avec l'apparent appui de cautions fort bourgeoises. C'est de l'Europe que j'entends parler"), l'auteur nous brosse un ample tableau de l'histoire de l'idée européenne dans la période confuse de la Seconde guerre mondiale. Après avoir posé le cadre intellectuel de la France et de l'Europe à l'été 1940, Bernard Bruneteau en analyse les évolutions par domaine ou par thème. Il commence par "Le monde virtuel de la communauté économique européenn" (et oui, la formule est parfois employée dès l'époque), tout en prenant bien sûr en compte les besoins militaires du Reich comme puissance d'occupation et sans oublier (plus original) la prise en compte de l'Afrique dans ces réflexions ("Militants européistes sincères ou opportunistes sans référence, tous n'ont en effet qu'à puiser dans un large stock d'écrits et de réflexions qui, peu ou prou, sortent majoritairement de la respectable famille radicale-socialiste"). Comme quoi la circulation des courants de pensée peu parfois être étonnante... Il s'intéresse ensuite aux aspects culturels de cette même "Europe nouvelle", avec les efforts pour définir une civilisation occidentale dont les contours sont parfois difficilement à cerner entre germanisme et volonté de préserver une place éminente à la culture française traditionnelle. Dans ce chapitre, les lignes consacrées à la manipulation, l'instrumentalisation de l'histoire son tout à fait intéressantes ("Privilégier le mouvement de fond sur l'apparence, cultiver les affinités plus que les différences, telle est donc l'histoire rêvée pour l'éducation des citoyens de l'Europe future. Elle sera, assure Georges Albertini, une histoire totale"). Dans la troisième partie, il analyse les différents niveaux (ou les différentes perceptions) de ce discours européen, des tenants d'un ordre traditionnel où la France pourrait jouer un rôle en tant que telle à l'intégration communautaire pure et simple. La partie suivante s'efforce de renouer les liens dans une généalogie compliquée entre "les rescapés du briantisme", les pacifistes, les techniciens et les partisans parisiens des "forces nouvelles". La dernière partie tente une synthèse : "Pour ceux-ci (les plus fermes partisans de "l'Europe nouvelle"), l'avènement conjoint d'une Europe organisée et d'un Etat autoritaire ou pré-totalitaire semblait une réponse non seulement à des problèmes qui était la conséquence de l'Occupation, mais aussi à ceux d'une époque de leur vie où crise du libéralisme économique et crise de la représentation politique allaient de pair". La "modernité" est un mot très fréquemment utilisé, presque une obsession, pour les adeptes d'une forme de "socialisme européen" se proclamant souvent "révolutionnaire". L'auteur note enfin qu'en ce sens l'européisme presque irrationnel des collaborateurs se démarque du renouveau technocratique ("post-démocratique") des années 1950, l'Europe "des petits pas sectoriels" de Jean Monnet et de ses héritiers.

Un livre dont certains chapitres peuvent parfois sembler un peu longs, mais qui offre un très large panel de citations et de références. Et surtout une plongée très précise dans les références intellectuelles d'une série de courants collaborationnistes.

'Biblis', CNRS éditions, 2016, 468 pages, 12,- euros.

ISBN : 978-2-271-09022-5.

L'Europe, l'Europe, l'Europe !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 05:50

Oui,

la France a un avenir

Stéphane Buffetaut

Nous chroniquons rarement des livres d'actualité politique, mais le nom de l'auteur (homonymie ?) a éveillé un écho chez les amateurs d'histoire. Stéphane Buffetaut a un parcours politique assez atypique ces dernières années, passant d'un mouvement souverainiste à un parti démocrate-chrétien tout en appartenant au CNI via l'UMP... Bref, un nomadisme politique limité mais réel comme d'autres personnalités de cette mouvance, tiraillées entre le post-giscardisme, le néo-gaullisme et le mouvement national.

Sur le fond, rien de bien nouveau sous le soleil et la longue liste des critiques (certes très souvent justifiées) adressées aux élites parisiennes de la rive gauche et à la nomenklatura "républicaine" n'est pas sans rappeler de nombreux textes récemment parus, dont les livres de Zemour et de de Villiers constituent la partie émergée. Le style (phrases courtes, très affirmatives) n'est pas propice aux débats ou à la réflexion, et après avoir dénoncé la faiblesse politique, il en vient à proposer en conclusion de "casser l'omniprésence de l'Etat". Ce qui semble objectivement un peu court. Au hasard d'un paragraphe, trois phrases sur les questions stratégiques : on finit par tomber dans le nombrilisme. En bref, des exemples avérés, des cas concrets précis et exacts, mais pour déboucher sur quoi ? On aurait par exemple pu attendre une explication des conséquences du traité transatlantique en cours de négociation, mais l'auteur est un des cadres à l'international du groupe Véolia... Revenir sur la complaisance dont firent preuve nombre de dirigeants vis-à-vis du communisme international par exemple, ou sur la soumission générale à une pensée unique n'est guère original. Et cela ne suffit pas à donner des réponses pour demain.

Un point ciritique d'un passé récent, un grand vide pour cet avenir supposé exister.

Editions du Rocher, Monaco, 2016, 236 pages. 18,90 euros.

ISBN : 978-2-268-08168-7.

 

Critique et prospective
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile