Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 06:55

Les rencontres de Gaulle - Adenauer :

réconciliation ou mariage de raison ?

Georges-Henri Soutou

ADENAUER.jpg

Alors que les célébrations de l'amitié franco-allemande se poursuivent dans un environnement marqués par les clivages de l'actualité, vous pouvez retrouver l'essentiel du texte et la totalité de l'émission "Leçons de l'histoire internationale", prononcée par le professeur Georges-Henri Soutou, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, sur Canal Académie, la radio-web de l'Institut de France et des académies françaises. Cliquer ici.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 07:00

Un superbe panel sur un thème désormais de plus en plus pris en compte,

un sujet qui intéresse les historiens comme les spécialistes des engagements actuels 

LA-CHOUETTE-FEVRIER-2013.jpg

Quelques rappels : entrée libre. Début de la séance à 19h00 précise et fin pour 21h00 (horaires de mise à disposition de la salle). Chaque participant commande et règle sa propre consommation au comptoir et se dirige vers la salle au 1er étage (pas de service à table).

Faites massivement circuler l'information autour de vous

et venez nombreux !

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 06:55

Theatrum Belli fait peau neuve

TB-logo.png

Le site bien connu pour ses vidéos et photos (en particulier) de Stéphane Gaudin change de formule, s'étoffe et aborde une nouvelle phase de son développement. Plus grande facilité de lecture et, grâce à la mise en place d'onglets et de menus déroulants, plus grande diversité encore des thèmes abordés. L'adresse électronique a changé depuis quelques jours et il faut désormais se connecter à : http://theatrum-belli.org/ Notre lien électronique direct parmi la liste des sites conseillés en bas à droite de la page a été modifié en conséquence.

Avec sa spécificité, son style et son ton, ses thématiques, Guerres & Conflits s'associe à cette démarche.

 

14 / 18 Mission Centenaire

MISSION CENTENAIRE

Dans un tout autre domaine, le site internet de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre (ici) est désormais en ligne, organisé en trois grands espaces : "Vivre le centenaire", "Découvrir le centenaire", et "Comprendre le centenaire". Bien construit et pédagogique, il ne présente, pour l'instant, que fort peu de choses... Ne s'agirait-il pour l'instant que "d'occuper l'espace", alors que les amateurs et les spécialistes s'interrogent de plus en plus sur les retards pris et le manque de moyens ? Quelques déclarations d'intentions, des renvois vers d'autres sites (d'archives ou associatifs essentiellement), et la promesse de travaux universitaires et d'articles "par les plus grands spécialistes de la Grande Guerre" à venir.

A suivre attentitvement à l'adresse : http://centenaire.org/fr .

Accès direct à partir du lien qui figure dans notre liste des sites institutionnels en bas à droite de la page.

La mission dispose également d'une page facebook officielle depuis 3 jours :

https://www.facebook.com/MissionDuCentenaire1418?ref=stream

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 07:06

La France en Chine

du XVIIe siècle à nos jours

Bernard Brizay

France-Chine799.jpg

Journaliste et historien (on lui doit en particulier Le sac du palais d’Eté, seconde guerre de l’opium, éditions du Rocher, 2003) ; Bernard Brizay nous propose aujourd’hui une vaste synthèse près de trois siècles de relations entre la France et l’empire du Milieu. Le livre est divisé en près de 40 petits chapitres, de l’ordre d’une dizaine de pages chacun généralement, qui retracent chronologiquement l’histoire de ces relations franco-chinoises. Le style est donc proche du journalisme, ce qui ne saurait surprendre, mais au sens noble du terme. C’est bien écrit, précis, souvent référencé. Bref, un volume agréable à lire et qui peut se « déguster » par petites parties presque indépendantes les unes des autres.

A partir des premiers « Mathématiciens du roi » envoyés par Louis XIV à Pékin, nous voyons à l’œuvre les missionnaires, les marchands, les diplomates, jusqu’à l’installation du premier consulat à Canton au XVIIIe s. Quelques décennies plus tard, le rythme s’accélère : ambassades officielles, interventions militaires, implication de Français dans la vie chinoise, régime des concessions, affaire du chemin de fer du Yunnan (chap. 24, pp. 300-317, excellent), explorateurs et scientifiques, auteurs et romanciers au XXe siècle entre « La croisière jaune » et « Les canonnières du Yang-Sé ». La guerre civile, la guerre sino-japonaise et la Seconde guerre mondiale qui voit s’opposer « Les deux France face aux deux Chine », puis deux géants quelques années plus tard et de Gaulle enfin reconnaissant la république populaire de Mao !

Ouf ! Une véritable épopée spatiale et temporelle. Au fil des pages les anecdotes significatives se succèdent, souvent plaisantes ou étonnantes, et Bernard Brizay brosse systématiquement en quelques pages le tableau d’une situation particulière, tout en prenant en compte les éléments culturels et d’environnement. On sent que l’auteur est passionné par son sujet, c’est vif, agréable à lire et particulièrement instructif. A ne pas rater pour mieux connaître cette (presque) première puissance mondiale, à la fois si lointaine et par certains aspects si proche.

Perrin, Paris, 2013, 556 pages, 26 euros.

ISBN : 978-2-262-03345-3.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire diplomatique
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 07:01

Jacques Seydoux, diplomate

1870-1929

Stanislas Jeannesson

Seydoux800.jpg

De la belle et solide biographie ! Un travail de qualité et de référence.

Né dans une famille de la bonne bourgeoisie (son grand-père est député, son père diplomate), Jacques Seydoux entre à son tour au Quai d’Orsay, après une scolarité en droit et en sciences politiques, au milieu des années 1890. Il ne sert dans des postes à l’étranger que quelques années, en début de carrière et, du fait en particulier d’une santé fragile, devient assez tôt l’un des « cadres » de l’administration centrale au sein de laquelle il va exercer des fonctions aussi discrètes qu’importantes, ce qui lui permet de nous en décrire, de l’intérieur, les évolutions, les forces et les faiblesses.

Le chapitre I du livre (pp. 15-41) s’intéresse tout naturellement aux origines familiales et à la jeunesse de Jacques Seydoux. Le second (pp. 43-86) nous présente la vie de l’intéressé pendant ses premières années de vie professionnelle jusqu’à la Grande Guerre (on y découvre en particulier « l’affaire de Mascate » entre Paris et Londres et l’on y trouve la confirmation de la politique très personnelle de Caillaux pendant la crise marocaine). Le chapitre III (pp. 87-119) est tout particulièrement intéressant, dans la mesure où Seydoux (nommé dès 1914 chef du service de guerre économique) devient l’un des acteurs français essentiels du blocus des empires centraux. On apprécie ici la description du long processus politique et interallié ainsi que les tableaux comparatifs de l’organisation du blocus en France et en Grande-Bretagne. Cette expérience interalliée marque profondément le diplomate qui prend la tête de la sous-direction des relations commerciales après la guerre (chap. IV, pp. 121-153, « Le tournant de l’après-guerre »), est directement impliqué dans les conférences internationales qui se succèdent sur l’irritante question des réparations sur fond de crises en Haute-Silésie et dans la Ruhr mais aussi de retour de la jeune URSS sur la scène internationale (chap. V, pp. 155-186, « La reconstruction de l’Europe » ; chap. VI, pp. 187-232, « De Gênes au plan Dawes » ; chap. VII, pp. 233-265, « Regards à l’Est »). Les deux derniers chapitres (chap. VIII, pp. 267-328, « L’heure de Locarno » et chap. IX, pp. 329-353, « La patience de vivre ») relatent les dernières années de carrière puis la retraite de Seydoux, qui rejoint le secteur bancaire et s’engage en faveur de la Société des Nations et de la réconciliation franco-allemande.

On le voit, l’homme traverse quelques unes des plus grandes crises et épreuves du début du XXe siècle. Son témoignage est d’autant plus intéressant que, personnage discret, il écrit beaucoup, comme les hommes cultivés de son temps. Ainsi, pendant la Grande Guerre, entre août 1914 et décembre 1918, il noircit de notes presque quotidiennes vingt-trois cahiers d’écoliers, totalisant 955 pages, intégralement conservés aux archives du MAEE. Stanislas Jeannesson explique : « Pour Seydoux, qui reste confiné dans les bureaux du Quai d’Orsay, la guerre est à la fois proche et lointaine ; elle est l’objet de constantes préoccupations, tant dans son travail que sa vie quotidienne, mais le front demeure un horizon toujours inaccessible ». Au passage, quelques brillantes figures sont égratignées, comme Berthelot (pas le général, l’autre) qui, au moment des combats de Verdun en avril 1916, « s’occupe de faire faire un tennis dans les jardins ». Tous les citoyens n’ont pas connu la même guerre …

En résumé, une superbe biographie, au ton et au style très académique, complétée par tout l’appareil de notes, la bibliographie, l’indication des sources, l’index, etc. Un livre de référence indispensable pour quiconque s’intéresse à l’histoire politique, diplomatique et même militaire de la France du tournant du XXe siècle à l’entre-deux-guerres, aussi bien qu’à la vie interne du Quai d’Orsay ou aux premiers temps de la « sécurité collective ».

Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2012, 409 pages, 23 euros.

ISBN : 978-2-84050-875-5.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Biographies
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 06:50

Crises économiques et guerres

IRSEM  -  18 février 2013

DEPENSES MILITAIRES

Cette journée d'études se tiendra lundi 18 février de 10h00 à 18h00 en amphithéâtre de la DICoD à l'Ecole militaire. Conçue comme un moment d'échange et de dialogue entre historiens et économistes, elle est organisée autour de trois thèmes principaux : les cycles économiques et leurs relations avec les guerres ; les dépenses militaires et les budgets de défense ; l'industrie d'armement et ses programmes.

Entrée libre. Prévoir une pièce d'identité à l'entrée de l'école militaire.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 07:05

Le Congrès de Vienne

Une refondation de l'Europe, 1814-1815

Thierry Lentz

  Congres798.jpg

« Le Congrès ne marche pas, il danse », selon le Prince Charles Joseph de Ligne, Feld-maréchal de l’Empire d’Autriche à propos du Congrès de Vienne (1er novembre 1814-9 juin 1815).

Ce livre est le dernier ouvrage publié de Thierry Lentz, directeur bien connu de la Fondation Napoléon. Cette institution privée mène des recherches sur les deux Empires et Thierry Lentz, spécialiste de Napoléon Ier, a déjà publié une trentaine d’ouvrages sur le sujet dont récemment Napoléon diplomate (2012, CNRS Editions). Ce dernier livre est consacré à cette période particulière de l’Histoire qu’est le Congrès de Vienne. En abordant ce sujet, l’auteur a formulé un projet dans son avant-propos : «  J’ai voulu faire part de ce qui constitue l’œuvre réelle du Congrès […] mais aussi de le replacer dans son contexte pour tenter d’évaluer l’importance de ses rebondissements, d’analyser ses décisions et leurs conséquences, sans me priver d’aller me promener dans ses coulisses ». Cette profession de foi précise le projet de l’auteur et met en avant deux idées novatrices : « déconstruire » en quelque sorte l’image classiquement reproduite du Congrès et lier les jeux de coulisses aux résultats officiels.

Le livre dépeint chronologiquement ce que fut la réalité de ce congrès des puissances européennes qui viennent de vaincre la France. L’auteur s’attache tout d’abord à décrire la ville de Vienne en tant que ville hôte d’un évènement politique majeur du XIXème siècle. Les multiples délégations rivalisent de faste dans un seul but : impressionner et peser dans les négociations. L’auteur démontre que c’est à Vienne que se joue le futur équilibre européen. C’est aussi le choix de la diplomatie pour régler les différends entre les nations, mais pourquoi, et autour de quels équilibres ? Incontestablement ce sont les quatre « Grands », principaux vainqueurs de Napoléon qui jouent un rôle déterminant. L’auteur présente très bien les représentants de ces puissances et le rôle que peuvent jouer leurs caractères, affinités ou détestations. Surtout, Talleyrand incarne (au sens propre) le diplomate de cette époque et marque de son influence ce Congrès où, de vaincue, la France fini par devenir une des nations majeures des négociations. Sont ainsi décrites les festivités, l’organisation mais aussi les situations politiques externes qui influencent le déroulement du congrès. Ce sont « la question de Pologne », « les 100 jours » ou la crise napolitaine. La détermination des négociateurs et leur habileté permettra néanmoins d’arriver à un accord : c’est l’Acte Final du 9 juin 1815. Cet accord va exercer une influence majeure sur le siècle suivant, mais des questions restent cependant en suspens, telles que celles des unités allemande et italienne, et vont courir tout au long de l’histoire du XIXème siècle. 

Thiery Lentz sait montrer toute l’importance de ce moment historique exceptionnel. Il reflète le moment où la diplomatie, en tant qu’institution,  possède plusieurs canaux de circulation de l’information et de processus de prise de décision. Une poignée de personnes clairement identifiées décident ainsi « le sort du monde » dans un décor décrit par le menu.  Le « système de congrès », qui en est issu, a ainsi promu une certaine vision européenne de la paix, des relations entre Etats et a incarné la représentation occidentale de la diplomatie.

Ce livre est un très bel ouvrage historique. Le nombre et la pertinence des annexes témoignent de la qualité du travail accompli. Les cartes sont nombreuses et éclairent le propos de l’auteur. Après lecture, on peut affirmer que Thierry Lentz a parfaitement respecté son engagement initial en nous plongeant dans un événement historique majeur à travers ses multiples facettes. On peut parfois regretter que l’auteur soit un peu trop descriptif, délaissant par là même le volet analytique de son étude. Mais ce point mis à part, cet ouvrage ravira tout lecteur qui désire avoir une vision d’ensemble de l’évènement qui symbolise au mieux la fin d’un monde et la naissance d’un autre, le rôle de la diplomatie et ses conséquences. Sur ce point on peut citer Thierry Lentz qui affirme : « le congrès et ses suites assurèrent à l’Europe un siècle sans guerre générale […] Il parvint à gérer le continent par une concertation permanente entre les grandes puissances, qui permit de limiter les crises ». Comprendre l’importance du congrès de Vienne, que cette affirmation met en relief, nécessite avant tout de lire cet ouvrage de son avant-propos jusqu’à la dernière page de ses annexes ! Vous ne le regretterez pas !

Thibault Laurin

Perrin, Paris, 2013, 385 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-262-03305-7.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 07:00

Les croiseurs de 10000 t.

Foch et Dupleix (vol. 2)

Gérard Garier

  Foch---Dupleix803.jpg

« Faut-il donc être masochiste pour consacrer un livre à ces deux croiseurs ? », par cette déclaration « pêchue », ou paradoxale, l'auteur souhaite interpeller le lecteur sur la spécificité des croiseurs lourds français d’entre-deux guerre, relativement peu connus du grand public. Entré à 18 ans à la direction des constructions et armes navales, maquettiste et écrivain, Gérard Garier est depuis son plus jeune âge passionné par la marine militaire comme marchande et ce dernier livre constitue en fait la suite d’un premier tome dans la même collection, Les croiseurs français de 10000 tW Suffren et Colbert. Cet ouvrage représente un véritable défi historique et technique, et traite avec érudition du destin de ces croiseurs, « tigres de papier » pour certains, véritables bijoux d'innovation pour d'autres. N'ayant, hélas, pu bénéficier que d'une brève période de service actif sans véritable épreuve du feu, ils termineront leur carrière sabordés dans la rade de Toulon lors de la funeste journée du 27 novembre 1942.

 L'histoire de ces bâtiments débute à la suite à la convention de Washington de 1922 : dans un contexte d'après-guerre, d'isolationnisme américain et d'inflation du tonnage, un accord est trouvé entre les principales puissances navales afin de limiter le gigantisme (et le coût ?) des navires de guerre. Composant avec la rudesse des critères de la convention, la France lance la construction de sept croiseurs lourds de 10 000 tW (entendons « tonne Washington ») et le Foch et le Dupleix sont respectivement les cinquième et sixième croiseurs lourds français construits sur ces critères. Il est objectivement difficile de juger des capacités de ces navires car, après une vie d'escadre « banale et routinière » selon l'auteur, les trop rares situations de combat n'ont pas permis d'exploiter leur réel potentiel. Gérard Garier a donc fait le choix d'aborder le sujet à travers un plan thématique, tout en respectant la chronologie de la vie de ces deux bâtiments, de la mise en cale à leur sabordage, et en apportant de nombreuses précisions sur le déroulement des opérations (instructions de sabotage, etc.) ou encore des épisodes exceptionnels, tels que le transfert des cendres du Maréchal Lyautey.

L'expérience de « dessinateur-mécanicien » de l'auteur se ressent tout au long du livre, qui s'inscrit dans la droite ligne des ouvrages d'histoire des techniques, et lui apporte une indiscutable plus-value. L'iconographie est très riche avec une véritable profusion de plans, de tableaux et de croquis très précis sur les capacités du Foch et du Dupleix. Chaque photographie est minutieusement datée et analysée, chaque détail expliqué, du graissage aux chaudières en passant par le tirage. Les annexes présentent les plans de compartimentage, les silhouettes au fil des ans, ainsi que  diverses coupes toutes plus fines les unes que les autres, décrivant non seulement les navires mais aussi l'aviation embarquée. Les spécialistes de l'architecture navale ne peuvent que s'en réjouir ! On sent tout au long du livre la profondeur des connaissances et les qualités de chercheur de Gérard Garier, même si la densité de l'information ainsi dispensée peut poses quelques difficultés de lecture, de synthèse et de compréhension au profane.

Cet ouvrage n'est peut-être pas à mettre immédiatement entre toutes les mains, et demande sans doute une certaine connaissance en amont des marines de guerre de la période pour en apprécier toute la richesse. Il passionnera par contre indiscutablement un public d'experts et de férus d'histoire et des techniques navales, du fait de l'utilisation d'un vocabulaire précis bien spécifique et d'une iconographie particulièrement foisonnante. Mais, cette recherche de la précision technique peut déstabiliser le néophyte, c’est la limite de l’exercice. Il ne manque plus à la collection qu’un tome sur le dernier croiseur, l’Algérie, afin de clore l’histoire de ces sept navires, les autres bâtiments (Duquesne, Tourville, Suffren et Colbert) ayant déjà fait l’objet d’études parues en 2003 et en 2010 chez le même éditeur.

Philippe Marque

Lela Presse, Outreau, 2012, 256 pages, 48 euros.

ISBN : 978-2-914017-68-8.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 06:55

Napoléon empoisonné ?

La fin d'une énigme

Napoléon Ier  -  n° 67

Napoleon-1er810.jpg

On connait bien les doutes qui planent sur la mort de l'empereur exilé dans sa villa de Longwood. Dans un long article (dont nous vous laissons le soin de découvrir la conclusion), Gérard Lucotte mène une véritable enquête scientifique, accompagnée de nombreux tableaux et graphiques. Bertrand Fonk revient sur les ré-écritures par l'empereur lui-même de la (des) fameuse(s) "Proclamation(s) d'Austerlitz" et Alain Pigeard signe un bel article sur "La bataille de Hohenlinden" en décembre 1800.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 07:00

Céline en fuite

Didier Marinesque

  Couverture--Celine-en-fuite-.jpg

Avec ce nouveau volume de la collection "Carnets de guerre 39-45", les éditions Jourdan nous proposent non pas un Voyage au bout de la nuit, mais un voyage au bout des passions humaines, de la solitude et de l'incompréhension, de l'amertume, de la misanthropie et du repli sur soi. Mais parfois aussi de la truculence, de l'insolence, de l'outrance, etc. Bref, du Céline !

Le livre de Didier Marinesque s'organise en effet en trois parties complémentaires. La première, en "Avant-propos", nous plonge dans le contexte des années 30 et 40. La seconde ("Les pamphlets") retrace le parcours d'écrivain de Louis-Ferdinand Céline, dans ses succès et ses scandales des années 1930. La troisième enfin, de loin la plus importante et qui constitue le corps de l'ouvrage, nous permet de suivre le "médecin maudit" de son départ de Montmartre au lendemain du débarquement de Normandie à son retour en France après son procès au début des années 1950. Entre temps, il séjourne d'abord pendant quelques mois en plusieurs points d'Allemagne (Baden-Baden, Berlin et surtout Sigmaringen, ce qui nous vaut quelques descriptions hautes en couleurs des collaborateurs politiques en fuite). Au terme d'un étonnant périple ferroviaire dans l'Allemagne hitlérienne en feu, il atteint le Danemark au printemps 1945, pays dans lequel il a noué dès avant-guerre de solides amitiés et où il a déposé une partie de son or (on apprend par exemple qu'à l'époque les écrivains touchent autour de 20% de droits d'auteur, ce qui fait aujourd'hui rêver...). Il y séjourne pendant toute la durée de son exil, plus ou moins clandestinement d'abord, en butte aux demandes d'extradition ensuite, intervenant par écrit dans son procès par contumace enfin. Il y est même emprisonné, mais peut organiser rapidement des conditions de détention supportables. Outre quelques amis fidèles (des femmes surtout) et son principal avocat, les deux personnages emblématiques de cet exil sont Lucette, sa compagne, et Bébert, son chat. Avec le chat, tout va bien, avec Lucette, c'est parfois plus compliqué... Le dernier chapitre aborde dans le détail l'histoire de sa réinstallation en France, brièvement à Menton puis en région parisienne. L'ensemble du texte s'appuie en particulier sur de très nombreux extraits de la correspondance entretenue par Céline, et l'ensemble est parfois délectable. Les considérations les plus prosaïques et matérielles alternent avec les arguments (pour certains peu crédibles, soyons honnête) présentés pour sa défense devant les juridictions danoises et françaises. Nous suivons donc quasi-quotidiennement la vie de l'auteur de L'école des cadavres et nous bénéficions de ses propres commentaires : à de rares exceptions près, les partisans de la collaboration politique et militaire avec le Reich n'en sortent pas grandis, y compris son éditeur de l'époque.

Ceux qui apprécient le style de Céline trouveront dans ces très nombreuses lettres un ton bien proche de celui des livres, mais aussi une "distance" par rapport à ses publications (et à l'occasion des procès une "redéfinition" pour sa défense) : ce n'est pas le moindre paradoxe de ce personnage complexe. Un livre étonnant et très intéressant.

Editions Jourdan, Paris-Bruxelles, 2013, 249 pages. 17,90 euros.

ISBN : 978-2-87466-239-3.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile