Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2021 7 12 /09 /septembre /2021 00:01

Révolution impériale

L'Europe des Bonaparte

1789-1815

Vincent Haegele

Voici un ouvrage aussi intéressant qu'ambitieux. Partant du constat que le futur empereur est bien l'héritier de la Révolution, et observant que d'Italie en Pologne, par la Suisse, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Espagne, il ne cesse de remodeler et de réformer l'Europe, l'auteur étend sa réflexion à l'ensemble de la famille et des proches de Napoléon Ier, et à l'échelle du continent.

On conçoit donc que ce gros volume soit particulièrement dense et apporte beaucoup d'informations sur des sujets trop souvent à peine survolés, comme tous ceux consacrés à la réorganisation européenne dans le cadre d'un système de famille. A cet égard, la lecture de chapitres comme "Cet étrange royaume d'Etrurie" ou "La Prusse, un royaume en péril" est tout à fait passionnante. De la vice-royauté d'Italie à la Westphalie, des Pays-Bas à Naples, de Suède en Espagne, sans oublier les rectifications de frontières au bénéfice des Etats alliés, l'ensemble donnera satisfaction aux plus exigeants. Le livre se termine sur le Congrès de Vienne et sur cette question "Quand se termine la Révolution ?". Avec, en conclusion, cette ultime phrase, faisant le lien entre le début et la fin de l'épopée : "Le précédent de la Constitution de Paoli, la tentative de royaume anglo-corse, bien que rejetés dans un premier temps, ont pu nourrir une réflexion aux contours délibérément flous et faire de Napoléon, malgré son autoritarisme et la dérive autocratique de son régime à compter de 1810, une figure majeure de la liberté des nations pour tout le XIXe siècle".

Un somme politique et internationale recommandée.

Passés/Composés, Paris, 2021, 594 pages, 26,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3146-6.

Pour commander directement le livre : ici.

Synthèse et continuité
Partager cet article
Repost0
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 00:01

La gloire et la cendre

L'ultime victoire de Napoléon

Patrick Tudoret

Ce n'est pas un livre "académique" qui nous est ici proposé (dans son introduction, l'auteur écrit : "C'est plus en romancier, voire en enquêteur, que je me suis embarqué dans cette aventure passionnée"), mais il mérite amplement de figurer dans toute bibliothèque bien tenue sur Napoléon Ier tant la documentation de Patrick Tudoret est importante et précise.

"Nous sommes le 15 décembre 1840 au petit matin. Après vingt-cinq ans d'absence, l'Empereur, enfin, est rentré chez lui". Le livre s'ouvre sur l'accueil des restes de Napoléon à Courbevoie par le maréchal Soult et se poursuit par le récit de l'expédition de la Belle-Poule, partie le 7 juillet précédent de Toulon pour Sainte Hélène, mais aussi (et surtout) par celui des évènements et évolutions politiques en France sous la monarchie de Juillet. Il raconte bien sûr le séjour sur l'île de la petite délégation française, du 8 au 18 octobre, et la description de Paris le jour de l'arrivée du (des) cercueil(s) est criante de réalisme. Un million de Français venus de toutes les provinces, dont des dizaines de milliers d'anciens soldats de l'empereur ("Parmi les vétérans de la Garde impériale qui défilent en ce 15 décembre 1840, beaucoup ont des airs de revenants, de rescapés d'un temps révolu qu'une France en mal de grandeur semble rappeler de ses voeux"), se seraient massés sur le parcours du cortège funèbre : "Cortège est, d'ailleurs, un faible mot tant il rend mal le caractère monumental de cette procession triomphante". Au fil des pages, l'auteur multiplie les brefs retours à certains épisodes de l'épopée impériale, les citations des acteurs des évènements ou des témoins. Dans le même temps, il nous propose une description de la société de l'époque, celle de Louis-Philippe et de Thiers, en particulier dans le domaines culturels au sens large, de la peinture, des arts, de la littérature, du théâtre, et revient sur la situation des différents membres de la grande famille Bonaparte durant cette période, mais aussi sur le sort des maréchaux survivants de l'épopée impériale. Au fil des très nombreuses digressions et anecdotes qui terminent le volume (la progression du texte n'est parfois pas d'une logique évidente...), ce commentaire du général De Gaulle : "Il a laissé la France plus petite qu'il ne l'a trouvée, soit ; mais une nation ne se définit pas ainsi. Pour la France, il devait exister. C'est un peu comme Versailles : il fallait le faire. Ne marchandons pas la grandeur".

Un excellent livre de vacances, et au-delà une belle évocation historique autour de ce 15 décembre 1840.

Les Belles Lettres, Paris, 2021, 219 pages. 18,50 euros.

ISBN : 978-2-251-45191-6.

Pour commander directement le livre : ici.

Autour de décembre 1840
Partager cet article
Repost0
5 août 2021 4 05 /08 /août /2021 00:01

Mémoires

Sergent Bourgogne

Des mémoires célèbres, mais que peu d'amateurs ont lu. Et pourtant, quelle richesse ! Quel réalisme !

Son récit commence en mars 1812, alors que Bourgogne est engagé au Portugal contre les Anglais et que son régiment reçoit l'ordre de rejoindre la frontière Russe : "Nous traversâmes l'Espagne, où chaque jour de marche fut marqué par un combat, parfois deux". Via Bayonne, Paris, Meaux, le Rhin, la Saxe et la Prusse, il rejoint la Pologne et traverse le Niémen le 25 juin pour gagner Wilnia. Dès lors, son récit devient progressivement de plus en plus précis. Ses logements successifs, ses repas, ses repos, ses marches, ses combats, les relations avec ses camarades et ses chefs, tout est décrit, précisé. Ainsi le 6 septembre au petit jour : "L'un prépare ses armes, d'autres du linge en cas de blessure, d'autres font leur testament, et d'autres, insouciants, chantent ou dorment. Toute la Garde impériale eut l'ordre de se mettre en grande tenue". Nous croisons les généraux et maréchaux d'empire, voit assez régulièrement l'empereur qui passe les unités en revue. Il consacre un chapitre à Moscou et à l'incendie de la ville (dont il décrit la mise du feu par les Russes eux-mêmes), à la recherche des produits d'alimentation, etc. Il quitte la ville le 19 octobre et entame l'effroyable retraite qui constitue l'essentiel, le "morceau de bravoure" de ces Mémoires. Il décrit l'empereur en danger au milieu d'un raid de Cosaques, ou la halte provisoire du maréchal Mortier : "Son habitation était une grande sans toit", comme quoi les plus grands chefs militaires ne sont pas mieux lotis de bien des soldats. Il raconte la mort de centaines d'hommes dans une tempête de neige et de vent qui voit la température descendre jusqu'à - 27 degrés. Il partage également le harcèlement des troupes en retraite par les Cosaques et les troupes russes. Petit à petit, même la Garde se disloque et les hommes tentent de sauver leur peau par petits groupes. On mange les chevaux et certains groupes se seraient laisser aller au cannibalisme. Quelques lignes sont particulièrement terribles. Au fil des pages et au hasard des rencontres, nous avons la description de différentes unités, y compris parmi les Alliés, comme celle des survivants du petit contingent de Hesse-Cassel. Après la Bérézina, c'est la route de Wilna, puis celle de Kowno. La retraite se termine pour lui à Elbling, où il est fort médiocrement reçu par la population locale.

Un témoignage indispensable pour tout amateur de l'épopée napoléonienne. 

Editions Arléa, Paris, 2020, 448 pages, 15,- euros.

ISBN : 9782363082329

Pour commander directement le livre : ici.

Campagne de Russie
Partager cet article
Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 00:01

Le maréchal Marmont

D'un empire à l'autre

Jacques-Olivier Boudon (Dir.)

Mal aimé et surtout mal connu par rapport aux grands maréchaux de l'empire comme Murat ou Ney, Marmont méritait bien cet ouvrage collectif. Il ne s'agit pas d'une biographie à proprement parler mais d'une succession de coups de projecteur mettant en relief certaines périodes de sa vie ou aspects de sa personnalité.

La douzaine de contributeurs, tous excellents spécialistes  retrace ainsi quelques phases essentielles, comme les rapports très tôt avec le futur empereur, dès le siège de Toulon, ce qui fit de Marmont l'un des premiers et plus proches fidèles de Napoléon. On apprécie tout particulièrement les deux contributions consacrées au rôle de Marmont en Dalmatie ("Marmont, gouverneur général des Provinces illyriennes, aux prises avec la langue du pays", par Alain Jejcic) et en Espagne ("Le maréchal Marmont et Joseph Bonaparte. Le cours des choses pouvait-il être inversé en Espagne ?", par Vincent Haegele). Pascal Cyr revient sur le rôle du maréchal dans la défense de Paris en 1814, tandis que Jacques Jourquin s'interroge sur sa défection d'Essonnes et ses conséquences. Deux contributions originales terminent ce volume. L'une, de Laetitia de Witt, s'intéresse à "Marmont et le duc de Reichstadt : entre souvenir et propagande" ; l'autre de Charles Eloi Vial évoque "La réception critique des Mémoires de Marmont". Les informations données dans différentes contributions sur son action dans les Provinces illyriennes et au Portugal sont passionnantes et permettent de brosser le portrait d'un homme qui a été, et a su rester, actif et entreprenant tout en étant un ami de l'empereur.

Un volume collectif particulièrement recommandé.

Editions SPM, Paris, 2021, 215 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-37999-073-1.

Pour commander directement le livre : ici.

Traître ou fidèle ?
Partager cet article
Repost0
9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 00:01

Les hommes de Bonaparte

La conquête du pouvoir, 1793-1800

Jean-Philippe Rey

"Aucun protagoniste de l'histoire, si génial soit-il, n'est jamais parvenu à se hisser seul au faîte du pouvoir. Napoléon Bonaparte ne fait pas exception". Vérité qui confirme le vieux dicton selon lequel le propre des grands chefs est de rassembler les meilleurs autour d'eux.

A partir de ce constat, Jean-Philippe Rey s'intéresse à tous ceux, militaires bien sûr, mais aussi politiques, financiers, scientifiques, etc., qui accompagnent et aident le futur empereur dans sa marche vers le pouvoir. On peut discuter de la date de 1793 et du siège de Toulon comme moment initial (rien ne dit que le jeune capitaine ait eu d'aussi hautes ambitions dès cette époque), mais en dehors de cette observation, le livre est tout particulièrement pertinent. Les sept chapitres chrono-thématiques s'échelonnent des amitiés thermidoriennes de la famille Bonaparte (avec les conventionnels en mission notamment), à la constitution du premier gouvernement du Consulat ("Les nominations furent bien sûr un moyen de récompenser des fidèles ou des ralliés ayant prêté la main au coup d'Etat"), nous traversons ces années extraordinairement denses de la fin du XVIIIe siècle. Cela nous donne à voir des (très) proches, comme Murat puis Berthier, et bien sûr la famille, au sein de laquelle le cardinal Fesch joue un rôle bien plus important que le souvenir conservé par la mémoire populaire. Avec l'expédition d'Egypte et ses suites, scientifiques (Monge notamment) et financiers (le banquier Perier) viennent rejoindre le groupe des premiers soutiens, apportant au général Bonaparte l'influence de leurs réseaux, différents et complémentaires. "L'atmosphère était à l'émulation ; il pouvait sembler qu'on touchait à l'idéal de la Grande Nation, détentrice du plus haut niveau de civilisation et civilisatrice elle-même". La préparation de Brumaire marque toute l'importance de ces soutiens si différents, dont Bonaparte peut être temporairement l'obligé mais surtout qu'il est le seul à animer et coordonner. Cette synergie lui vaut de devenir Premier Consul, mais il ne faut pas oublier les brillantes personnalités qui le lui permirent.

C'est tout le mérite du livre de reconstituer l'environnement humain du futur empereur. Une aventure collective au service d'un homme et d'un destin.

Perrin, Paris, 2021, 317 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-262-08059-4.

Pour commander directement le livre : ici.

Propagande et influence
Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 00:01

Révolution et religion

Christine Le Bozec

On sait que durant la Révolution française, l'église catholique fut pourchassée et ses représentants guillotinés par centaines, mais que dans le même temps un culte "de l'Etre suprême" est officiellement soutenu sans parvenir à s'enraciner. Ce livre va bien au-delà et nous invite à un point de situation complet sur les rapports entre politique et religion, de la constitution civile du clergé aux fêtes décadaires.

A partir d'un état des lieux sur la place réelle du clergé et de l'Eglise dans la France de la fin de l'Ancien régime, puis un coup de projecteur sur l'influence des Lumières dans la société et la conjonction entre les représentants du bas-clergé et ceux du Tiers-état, l'auteure nous montre l'engrenage vers un extrémisme anti-religieux de plus en plus vif, de la Constitution civile du clergé au culte de l'Etre suprême. Contrairement à une idée reçue, la situation dans ce domaine ne s'améliore pas après la chute de la Convention thermidorienne et l'instauration du Directoire. Ce n'est qu'avec le Consulat et la signature du Concordat ("Le gouvernement de la République reconnaît que la religion catholique, apostolique et romaine, est la religion de la grande majorité des citoyens français") en juillet 1801 que la normalisation devient une réalité.

Une sorte de "précis", un livre qui tient les promesses de son titre. Aussi utile aux amateurs d'histoire révolutionnaire qu'à ceux qui privilégient l'histoire religieuse.

Passés / Composés, Paris, 2021, 173 pages, 16,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3345-3.

Pour commander directement le livre : ici.

Histoire d'une crise
Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 00:01

Mes campagnes

1797 - 1815

Georges Bangofsky

Voici le témoignage d'un hussard qui, engagé à 20 ans en 1797, fait toutes les campagnes de l'empire jusqu'en 1815. Jusqu'en 1814, il sert dans un même régiment, le 7e Hussard, au sein duquel il franchi tous les grades jusqu'à l'accession à l'épaulette.

Le livre reprend les deux carnets tenus au cours de ces années par Georges Bangofsky et nous entraîne de la campagne d'Helvétie en 1799 aux Cent Jours durant lesquels il commande une compagnie du 14e bataillon de la Moselle. Nous le suivons donc du camp de Boulogne à Austerlitz, où il est maréchal des logis chef, de Iéna à Friedland, à Tilsit où il est adjudant et chevalier de la Légion d'honneur, d'Essling à Wagram où il est sous-lieutenant, pendant la campagne de Russie, où il est promu lieutenant. Il se bat ensuite en Allemagne, puis pendant la campagne de France en 1814 jusque sous les murs de Paris, avant de servir d'escorte à Marie-Louise lorsque celle-ci quitte Paris pour Blois. Le 10 avril 1814, il note : "A Orléans, les soldats mécontents d'avoir perdu leur empereur et ne voulant plus servir sous le roi, désertèrent en grande partie avec armes et bagages". Quelques mois plus tard, apprenant le débarquement de Golfe-Juan, il écrit : "Heureusement notre père, banni à l'île d'Elbe, sut rompre ses chaînes et revint parmi ses braves qui ne l'ont jamais abandonné". Installé à Nancy sous la Restauration, il y pratique une politique de bienfaisance et de secours aux pauvres.

Un témoignage simple, concret, vivant, qui donne une bonne idée de la vie dans un régiment de hussards, des mouvements d'une unité d'un bout à l'autre de l'Europe, de l'affection que nombre de soldats portait à l'empereur.

Editions du Toucan / L'Artilleur / Bernard Giovanangeli éditeur, Paris, 2021, 159 pages, 18,- euros.

ISBN : 978-2-8100-1033-2.

Pour commander directement le livre : ici.

Cavalerie légère
Partager cet article
Repost0
16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 00:01

Cahiers de Sainte-Hélène

Les 500 derniers jours

Général Henri Gratien Bertrand

Voici sans doute le dernier grand témoignage qu'il manquait sur la fin de Napoléon à Saint-Hélène, par un fidèle parmi les fidèles.

Le général Bertrand, grand maréchal du palais, est présent pendant tout l'exil de l'empereur, et cette édition donne un coup de projecteur sur les deux dernières années, en particulier 1820 totalement inédite. La solide introduction de Thierry Lentz permet de faire un point précis de l'historiographie et des publications (en moyenne 2 livres par jour depuis deux siècles !). La précision de ces notes quotidiennes nous donne une image assez nette de la réalité des rapports avec les Britanniques, du vécu dans la petite communauté française et de l'évolution de la santé de l'empereur déchu. Le récit des derniers jours est particulièrement prenant, tout comme celui de la période qui suit le décès est éclairant sur les mesquineries anglaises et sur les "ambitions" personnelles parmi les Français (il faut toutefois tenir compte des inimitiés plus anciennes). 

Quelques annexes et surtout un index très complet terminent de volume, en faisant indiscutablement une pièce essentielle de toute bonne bibliothèque napoléonienne.

Perrin, Paris, 2021, 364 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-262-07685-6.

Pour commander directement le livre : ici.

Témoignage d'exil
Partager cet article
Repost0
11 mai 2021 2 11 /05 /mai /2021 00:01

Napoléon

Le dernier Romain

Jacques-Olivier Boudon

Bien connu des amateurs d'histoire impériale pour ses très nombreux ouvrages, Jacques-Olivier Boudon nous propose aujourd'hui un essai comme seule une profonde maîtrise de la période peut permettre la rédaction.

Après avoir rappelé le rapport de Napoléon aux modèles antiques (pharaons d'Egypte, Alexandre le Grand, César), Jacques-Olivier Boudon reprend par chapitres thématiques les grands thèmes qui contribuent à consolider "la statue du commandeur". Il aborde ainsi entre autres la place des grandes fêtes impériales (du couronnement à la naissance du roi de Rome), l'habile communication autour des victoires militaires, son rapport à la religion et son instrumentalisation des manifestations religieuses, les marques extérieures de la générosité impériales à ceux qui servent l'empire mais aussi à ceux qui souffrent et aux vétérans des campagnes militaires, enfin autour de la fondation d'une nouvelle dynastie, projet sensible dès le consulat avec la constitution de l'an X et qui atteint des sommets après la naissance du roi de Rome.

Le livre se termine avec deux chapitres consacrés pour l'un à "l'écriture de l'épopée" que les auteurs du XIXe siècle sauront rendre si forte : "Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte / Déjà Napoléon pointait sous Bonaparte" !, et pour l'autre à la présence impériale dans le milieu urbain et la production littéraire après la mort de l'empereur en 1821. Considérant en conclusion que "toute la mise en scène du pouvoir vise à développer un culte à l'adresse du souverain", l'auteur termine par "la fascination que continue de susciter le grand homme qui, quoi qu'on en pense, a réussi le pari d'accéder à l'immortalité".

Un petit livre qui se lit avec plaisir et qui permet de revoir toute l'histoire de l'empire sous un prisme original.

Les Belles Lettres, Paris, 2021, 167 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-251-45177-0.

Pour commander directement le livre : ici.

Successeur de César
Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 00:01

En traineau avec l'empereur

Général de Caulaincourt

Excellente idée des éditions Arléa, en cette année du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier, de rééditer ces notes du général de Caulaincourt, rédigées chaque soir pendant les deux semaines de leur trajet en traineau et en voiture lorsqu'ils quittent dans l'urgence la Russie.

A la nouvelle de la tentative de coup d'Etat du général Malet, l'empereur et son Grand écuyer, suivis par deux autres voitures, rentrent dans l'urgence à Paris : "Dans l'état actuel des choses, je ne puis en imposer à l'Europe que du palais des Tuileries". Au cours de ce long tête-à-tête, Napoléon parle librement et se livre naturellement à de nombreuses confidences sur les évènements vécus depuis une vingtaine d'années et sur les grands commis de l'empire. Les premiers chapitres rappellent le quotidien de l'occupation en Russie à l'automne 1812, ce qui permet de bien appréhender les difficultés de cette campagne : "Cela devient grave, me dit-il. Je bats toujours les Russes, mais cela ne termine rien". Le 5 décembre, c'est le départ de Smorgoni, direction Varsovie, puis Dresde, puis Paris. Au fil des journées et des soirées, sont successivement abordés les sujets les plus divers, des premiers enseignements de la campagne de Russie au blocus continental, de la situation en Espagne à l'exécution du duc d'Enghien, des rapports avec l'Angleterre à quelques considérations sur les ministres, de la campagne d'Egypte et du 18 brumaire à l'institution de la Légion d'honneur et aux maréchaux. Au final, le commandement de la Grande Armée en retraite par Murat, auquel il a été confié à la veille de son départ par l'empereur, est particulièrement mal jugé.

Un témoignage souvent cité mais qui mérite d'être lu dans son intégralité. En quelque sorte l'exposition par Napoléon lui-même de ses analyses et pensées à la fois les plus diverses et parfois les plus profondes. Indispensable dans toute bibliothèque napoléonienne.

éditions Arléa, Paris, 2021, 265 pages, 15,- euros.

ISBN : 9782363082572

Pour commander directement le livre : ici.

Confidences ?
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile