Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 06:00

Lettres de guerre (1914-1918)

Charles Oberthür

Edition présentée et préparée par Bernard Corbé et Yann Lagadec

Nouvelle publication d'un témoignage de combattant de la Grande Guerre, avec la publication de cette correspondance commentée de Charles Oberthür, célèbre grand imprimeur rennais, officier de réserve et chef d'une section de munitions d'artillerie pendant plus de quatre ans.

Yann Lagadec poursuit ses excellents travaux sur la Grande Guerre avec la publication commentée de cette vaste correspondance, intéressante car son auteur est à la fois un industriel important dans sa région d'origine, et parce qu'il exerce des responsabilités militaires d'un niveau intermédiaire et dans l'immédiat arrière-front. Il y a donc, au fil des courriers, des préoccupations liées à la société familiale (mais aussi comme tous les combattants à la situation de sa femme et de ses enfants), et un souci de faire partager son vécu quotidien comme ses analyses personnelles de la situation militaire. Ses responsabilités sont bien réelles (approvisionner les unités en obus), mais elles le mettent pour l'essentiel à l'abri des risques que connaissent les poilus en ligne. Il est bien difficile d'extraire telle ou telle citation de ces plusieurs centaines de lettres, mais constatons que Charles Oberthür manifeste bien les mêmes attentes que la quasi-totalité des combattants ("Je ne sais à quoi ça tient, mais depuis quelque temps, je ne reçois plus de lettres"), tout en menant le plus souvent une vie d'officier des services en zone arrière ("Les visites officielles ont lieu ici, tout comme en garnison"). Cela ne l'empêche pas d'avoir parfois une perception très concrète du front, comme lorsque sa section est chargée de l'approvisionnement de la première ligne au début de l'offensve d'avril 1917. Ce conservateur pratiquant ne rate pas un office ("Je désire seulement le départ des fantassins qui m'encombrent un peu. Mais cependant, je ne désire pas leur départ avant dimanche, qui est celui des Rameaux, car leur présence nous assurera sans doute plusieurs messes pour ce jour-là, ce qui est précieux") et marque parfois un étonnant détachement, comme lors d'un exercice de nuit auquel il assiste : "Il faisait clair de lune et un temps merveilleux. Le gibier dérangé par nous sur les collines, aveuglé par les fusées éclairantes et embêté par les vapeurs diverses des grenades, se baladaient en tous sens. Les perdrix rappelaient partout, les cailles aussi. C'était épatant". La guerre n'est pas la même pour tous et les situations sont pour le moins contrastées. Il s'agit pourtant bien de la même guerre. Aquarelliste, il adresse fréquemment à sa famille des dessins de son environnement ou des situations qu'il observe, dont plusieurs sont reproduites dans le volume.

Une approche intéressante de la Grande Guerre, car les caractéristiques sociales et humaines de Charles Oberthür, qui ne retrouve définitivement Rennes qu'à la fin de l'année 1918, se retrouvent dans son expérience du conflit et ses lettres témoignent bien de la diversité des situations. A connaître et à lire en détail.

Presses universitaires de Rennes, 2016, 418 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-7535-4994-4.

Témoignage d'un industriel en guerre
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 13:17

Guerres & Conflits

retrouve facebook

Depuis deux mois, une succession de difficultés techniques et une extrême surcharge de travail interdisaient d'assurer notre habituelle présence quotidienne sur facebook.

La situation est en voie de résolution, avec l'ouverture de Guerres & Conflits XIXe-XXIe s. - 2 , accessible ici.

Les premiers billets sont dès à présent disponibles. Dès demain matin, nous reprenons un rythme de publications régulières pour vous présenter aussi largement que possible toute l'actualité de l'histoire, et en particulier de l'histoire militaire. Loin de tout vocabulaire inutilement hermétique, notre seul souci reste de vous proposer une approche transdisciplinaire de l'histoire militaire, dans ses causes, effets et conséquences opérationnelles certes, mais aussi politiques, diplomatiques, sociales, culturelles, techniques, etc., tant il est vrai que l'histoire militaire, cosubstantielle de l'histoire des nations, est une authentique histoire globale qui permet d'aborder tous les aspects de la vie des peuples.

Merci de relayer le plus largement possible auprès de tous vos correspondants !

Retour en fréquence !
Retour en fréquence !Retour en fréquence !
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 08:45

Dominante Overlord (mais pas seulement !)

C'est la guerre ! - n° 9

Ce numéro d'été de la presse Histoire généraliste pourra très agréablement vous accompagner pendant vos vacances. On distingue une dominante "Débarquement" à travers l'article en Une et plusieurs rubriques (dont de superbes photos couleurs des parachutistes américains), mais aussi une peu courante présentation des Corée, en guerre depuis 70 ans. Retenons également trois autres grands articles sur différentes périodes : un texte très illustré sur la victoire française de Rocroi (sur les Tercio espagnols) en 1643 (avec cartes des mouvements tactiques) ; un article sur les Sturmtruppen allemandes de la Grande Guerre à partir de 1916 (y compris présentation de l'équipement individuel) ; et pour la période la plus actuelle un rappel sur sept pages de la guerre civile qui déchire aujourd'hui le Yémen. Enfin, pour les amateurs d'histoire antique, une rapide histoire des Pirates en Méditerranée y compris, période rarement évoquée, à l'époque Vandale (Ve siècle).

Profitez de cette période estivale pour découvrir le magazine si vous ne le connaissez pas encore (d'autant que pour les achats en kiosque, le numéro est vendu sous blister avec un "plus", un numéro thématique de Reportages de guerre) !

De Rocroi à Omaha Beach
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 08:20

De la Corse à Verdun

Avions - n° 212

Ce numéro d'été offre un beau panel d'articles pour les amateurs d'histoire des armées de l'air, avec une vingtaine de pages sur la place des appareils dans les combats pou la libération de la Corse en 1943, mais aussi la fin de l'étude sur ceux de l'escadrille N 3 au-dessus de Verdun en 1916. On note égalmnt la fin de deux articles commencés dans le numéro précédent, l'un sur le quasi-mythique Grumman F6F Hellcat de la Seconde guerre mondiale, l'autre sur le parcours d'un avion français des FAFL, un Bloch 200. Signalons un sujet original avec l'histoire des Romano 82 dans la guerre d'Espagne, avec ces "sociétés-fantômes" créées pour armer les Républicains.

Guerres mondiales
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 06:00

La campagne de Tunisie

Le retour de la France au combat

(1942-1943)

Jacques Favreau

Le général (2S) Jacques Favreau s'était distingué en 1999 avec un volume consacré à la bataille de Na San. Il nous propose aujourd'hui une étude sur ces combats de Tunisie des années 1942-1943, qui marquent selon lui le retour d'une armée française victorieuse dans la guerre.

Le volume est donc nettement orienté dans un sens favorable à cette armée d'Afrique, "préparée activement depuis l'armistice de 1940 sous l'impulsion des généraux Weygand et Juin".  Comme souvent dans de telles présentations, la volonté de démonstration initiale imprègne l'ensemble de l'ouvrage et demande donc à être modulée par d'autres études. Le livre présente cependant le grand intérêt de (re)mettre en lumière une zone géographique et une période peu traitées dans la grande bibliographie, en dehors de quelques articles dans la presse spécialisée. Fort heureusement, l'ouvrage s'ouvre sur une première partie qui replace les événements ultéreurement décrits dans leur passé proche, celui de l'Afrique du Nord depuis juin 1940 (avec la volonté de souligner que les autorités militaires d'AFN préparaient la reprise des opérations de guerre...). Une seconde partie s'intéresse à la mobilisation et à la montée en puissance des troupes françaises de Tunisie pendant le mois de novembre 1942 ; tandis que la troisième présente dans le détail les principales phases des opérations militaires sur le territoire de la Tunisie entre la fin de l'année 1942 et le premier semestre 1943, jusqu'au défilé de la victoire à Tunis le 20 mai (au cours duquel d'ailleurs armée d'Afrique et FFL défilent séparément, point évoqué par l'auteur mais sur lequel il n'insiste pas. Une quatrième et dernière partie, un peu brève sans doute, dresse un bilan de la reconstitution et du rééquipement de l'armée française et sur les relations De Gaulle / Giraud (en essayant à tout prix de valoriser chacun et de n'en critiquer aucun). Exercice difficile. De même d'ailleurs que les dernières questions posées sur les relations avec les Anglo-Saxons ou sur la fusion FFL / armée d'Afrique.

On apprécie les nombreuses cartes et la solide bibliographie indicative (dont plusieurs récits et mémoires non publiés). Un volume en l'honneur de l'armée française renaissante, à prendre comme tel, qui offre l'immense intérêt de revenir sur des épisodes peu connus du grand public pour cette période.

Economica, Paris, 2016, 182 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6872-2.

Afrique du Nord
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 06:00

Bazailles

La gloire, le sang et le feu

Guy Sallat

Rédigé par un ancien marsouin et préfacé par le père de l'arme ("Revisiter 1870, c'est plus regarder la vitrine de nos lendemains qu'observer celle des souvenirs passés"), le livre est d'abord un hommage aux troupes de marine, mais aussi un appel à se méfier des périodes d'unanimisme mou : "Il n'est point de liberté sans soldat pour la défendre".

L'ouvrage reprend en fait plus largement une évocation des troupes coloniales au cours du 19e siècle, la politique militaire du Second empire, la marche vers la guerre (avec cette observation : "Bien souvent, les décideurs politiques imposent des situations tactiques pour répondre à des exigences de politique interne, au risque de rendre périlleuses les mnoeuvres qui ne l'auraient pas été"), et décrit dans le détail les semaines et les jours qui précèdent la célèbre bataille. Le 31 août 1870, l'essentiel de l'armée de campagne française est divisé en deux pôles isolés (Metz et Sedan), et commence alors le récit très précis des combats de Bazeilles, modeste village au sud de Sedan sur un coude de la Meuse. Le récit épique (et assez hagiographique) détaillé des affrontements contre les Bavarois est raconté en s'appuyant sur de nombreux témoignages des acteurs, dont de très larges extraits sont cités. Des reproductions de cartes anciennes ponctuent la description de l'évolution de la stuation tactique au cours de la journée du 31, tandis que de nombreuses reproductions de gravures et dessins d'époque (souvent légèrement postérieurs et marqués par l'esprit de la revanche) illustrent ces pages. Guy Sallat décrit les divergences au sein du commandement français ("L'un veut briller, l'autre veut gagner") et se hasarde à un rapide commentaire sur la notion d'obéissance. Le lendemain, 1er septembre, "l'empereur Napoléon fait hisser le drapeau blanc sur une maison de la ville de Sedan" et la reddition (dont les modalités sont racontées avec précision) intervient le jour suivant. Les trois chapitres qui suivent font le bilan des violences et des victimes sur le champ de bataille, mais aussi de la poursuite de la guerre avec les armées de la Loire, du Nord, de l'Est jusqu'à la capitulation de Metz puis celle de Paris et enfin la Commune : "Il faut attendre le 25 mai pour que l'armée reprenne Paris, au prix de très sanglants combats, et sous le regard consterné de Prussiens dubitatifs qui campent aux portes de Paris. Cela se terminera par une semaine sanglante, des procès politiques, des exécutions innombrables, et des milliers de morts". Une ultime partie revient sur les principes tactiques développés et mis en oeuvre par les chefs militaires français et leurs priorités en terme d'organisation et de formation, presque exclusivement sur la base de longues citations. L'ouvrage se termine enfin sur une approche de "Bazeilles, symbole et exemple", parlant de la bataille comme une "victoire matérielle et morale" mais aussi évoquant ce dilemne : "Ce qui doit compter, ce n'est point de gagner des batailles, mais bien de gagner des guerres".

Bazeilles, "victoire de la détermination", "victoire des qualités militaires qui font que le métier des armes est celui de tous les engagements, que la tâche y est si rude, elle n'appartient pas aux brutes, mais aux âmes déterminées à lutter". Ce qui fait conclure à l'auteur qu'il faut "défendre ensemble cet héritage, sans y faire nullement le tri, même s'il comprend autant de fautes à réparer que d'exemples à suivre". On atteint là les limites de l'analyse historique, et l'on retiendra le livre autant pour son récit des combats que pour les conclusions (parfois très politiques) qu'il en tire pour les temps présents.

Observatoire des dynamiques contemporaines, Epinay-sur-Seine, 2016, 331 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-9552314-2-5.

Dernières cartouches
Published by guerres-et-conflits - dans Second empire
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 06:00

Histoire du Front populaire

L'échappée belle

Jean Vigreux

Dans tous les domaines de la vie du pays aussi bien que dans sa mémoire, le Front populaire tient une place tout-à-fait particuière et ses échos résonnent encore aujourd'hui. Le travail de Jean Vigreux est par ailleurs d'autant plus intéressant que notre période trouble peut utilement s'intéresser à ces années 1934-1938.

En huit grands chapitres, l'auteur détaille pour nous toute l'histoire de la période, de la gravissime crise sociale et politique de 1933-1934 au virage à droite des Radicaux en 1938. Le 6 février 1934 en lui-même est rapidement traité à la fin du chapitre 1, pour introduire les deux chapitres qui suivent et qui abordent l'histoire (essentiellement politiqe) des années 1934-1936 marquée par la création du Front populaire et sa marche vers le pouvoir à partir des élections municipales de 1935. Le débat politique dans le pays se tend jusqu'au printemps 1936. Pour les élections du printemps, Jean Vigreux offre une analyse extrêmement détaillée des candidatures, de la campagne électorale, des arguments des uns et des autres et des résultats (y compris les départements où, on l'oublie, les candidats "anti-collectivistes" progressent) jusqu'à la formation du gouvernement de Léon Blum au début du mois de juin. Les chapitres 4 et 5 sont naturellement consacrés au très important mouvement de grève des semaines qui suivent, mouvement qui s'étend bien au-delà des seules région industrielles de la métropole et qui parfois se prolonge pendant plusieurs mois. Il souligne (c'est rare) l'existence et les actions du mouvement paysan des 'Chemises vertes' et évoque les débats historiographiques qui entourent ces grèves "sur le tas", véritable "lame de fond marquant durablement la société française tant en métropole que dans les colonies". A ce mouvement, Léon Blum répond par une série de réformes sociales et économiques (conventions collectives, congès payés, horaires de travail, etc.) et l'auteur rappelle que ces lois furent "adoptées par une large majorité débordant largement de la gauche sur les droites parlementaires". Cette politique volontariste est détaillée, y compris dans ses difficultés et les réactions qu'elle suscite. Après la démission de Léon Blum, les années 1937 et 1938 sont marquées par la crise interne de la SFIO et la progressive déliquenscence du mouvement, marquée par un ministère Chautemps beaucoup plus modéré en juin 1937, avec la création de la SNCF à partir des réseaux des grandes compagnies privées. L'accession au pouvoir de Daladier en avril 1938 poursuit cette évolution, le nouveau président du Conseil déclarant "ne vouloir rien faire pour briser ni renverser la majorité du Front populaire, mais décide seulement d'élargir la base sur laquelle repose le gouvernement". Les manoeuvres radicales reprennent le dessus... : "En fait, il remet en cause la logique même du Front populaire". Les deux derniers chapitres tirent le bilan de cette expérience, comme "moment de forte politisation" et de syndicalisation, mais aussi du côté des élites ("A chacun son Front populaire"), du patronat métropolitain aux sociétés coloniales en passant par les principaux groupes sociaux-économiques.

Un volume très complet qui va au-delà du discours mythifié et qui fixe dans le détail ce que fut cette période de profonds changements, dnt les échos résonnent toujours aujourd'hui.

Tallandier, Paris, 2016, 265 pages. 22,90 euros.

ISBN : 979-10-210-1356-8.

Grève générale !
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 06:00

Louis de Bonald

Ordre et pouvoir entre subversion et providence

Giorgio Barberis

Qualifiant dès les premières lignes de son introduction Louis de Bonald de "formidable auteur de l'élaboration théorique et de l'action politique contre-révolutionnaire", Giorgio Barberis nous propose une étude de fond sur cette critique de la modernité, du libéralisme politique et du capitalisme économique qui marque profondément les idées politiques au moins pendant tout le XIXe siècle et le début du XXe.

Suivant la chronologie des écrits et des thèmes traités par son sujet, l'auteur aborde successivement les questions liées à l'organisation des pouvoirs et à la définition de l'ennemi, avec des places particulières accordées à la religion et à l'organisation administrative de l'Etat ; puis la notion "d'ordre", ordre social harmonieux s'il est en cohérence avec les lois divines ; ensuite l'engagement politique concret de Bonald comme parlementaire sous la Restauration (par exemple contre le divorce ou pour la censure). La dernière partie enfin aborde l'aspect philosophique de la pensée de Bonald, qui peut se traduire par "l'apologie du christianisme (et de) l'ordre providentiel".

L'ensemble de l'ouvrage s'appuie sur de très nombreuses citations des écrits les plus divers du penseur de la contre-révolution, les notes de bas de page sont nombreuses et solidement rédigées, la bibliographie finale enfin ne comporte pas moins de 45 pages (en français, mais aussi bibliographie étrangère), ce qui sera très utile à tous ceux qui voudront sur tel ou tel point aller plus loin. Un volume de grande qualité pour mieux comprendre l'histoire des idées politiques en France à partir du début du XIXe siècle. Sur bien des points, c'est "un autre monde", qui semble déjà si lointain, qui se présente sous nos yeux.

Desclée de Brouwer, Paris, 2016, 361 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-22006-614-1.

Théorie contre-révolutionnaire
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 00:21

L’Armée française en Afghanistan

Le génie au combat, 2001-2012

Christophe Lafaye

Le professeur Jean-Charles Jauffret nous adresse cette belle présentation, que nous nous faisons un plaisir de mettre en ligne, de l'étude récemment publié par Christophe Lafaye. Un livre que nous avons déjà rapidement présenté et qui recueille des échos très favorables, se signalant déjà comme une référence dans son domaine.

Comme l’indique le sous-titre de cet ouvrage et le souligne, dans sa préface lumineuse, le général Jean-Louis Georgelin, ancien chef d’état-major des armées et grand Chancelier de la Légion d’honneur, analyser l’action du génie lors de la campagne d’Afghanistan, c’est montrer, à l’aube du XXIe siècle, à la fois un héritage riche de savoir-faire et les nouvelles réponses aux défis de la contre-insurrection. On dit souvent que les travaux universitaires son impubliables. C’est oublier, disait Marc Bloch, que l’historien est aussi un être de plume. Officier de réserve du génie (19e RG de Besançon), chercheur associé au CHERPA, le laboratoire de recherches de Sciences Po Aix, Christophe Lafaye soutenait sa thèse, devant un jury relevé, au sein de l’Ecole de guerre, le 29 janvier 2014. Condensée en 333 pages, par l’ampleur des sources consultées et 87 témoins (représentant plusieurs centaines d’heures d’enregistrement avec des militaires de tous grades), cette recherche fondamentale, illustrée de cartes, organigrammes et un cahier de photos en couleurs inclus dans l’ouvrage, est proche des anciennes thèses d’Etat. Elle se situe à la confluence de l’histoire militaire immédiate, de l’anthropologie historique et de la sociologie militaire.Ce travail novateur a été lauréat, en 2014, du prix de la meilleure thèse en histoire militaire décerné par le ministère de la Défense.

Entre système « D » à la française et modernité des dernières technologies, les sapeurs, qui déplorent le plus grand nombre de tués parmi les 89 Français tombés en Afghanistan, ont vu leur arme évoluer en douze ans d’expérience face à l’ingéniosité des pièges, des mines qui caractérisent ce conflit. Depuis les travaux du général Jean Delmas et du colonel Frédéric Guelton, cet ouvrage montre la pertinence de l’association historien-acteurs pour tirer toutes les leçons des RETEX ou retours d’expériences.Ce qu’évoque, dans son introduction et à juste titre, le directeur de thèse, le lieutenant-colonel Rémy Porte, seul officier supérieur d’active qui soit HDR en histoire (Sciences Po Aix) et officier référent « Histoire » pour l’armée de Terre.

A la fois enquête historienne et de géopolitique, cette thèse rappelle, dès les premières pages, que la guerre civile continue et s’amplifie depuis le retrait français, en décembre 2012, d’Afghanistan. La profondeur historique de campagnes antérieures comme en Algérie est tout d’abord évoquée, afin de comprendre cette « French touch » que les Afghans ont surtout retenu, c’est-à-dire que leurs actions, très risquées, de dépollution des mines, ont permis, en Kapisa notamment, un retour de la vie économique, de la vie tout court dans les secteurs contrôlés par les petits, mais efficaces, contingents français. En tout, 70 000 soldats français se rendent en Afghanistan en douze ans. L’auteur pose la délicate question : sommes-nous partis trop tôt ? Cette recherche sur ce retrait bien hâtif des Français, sur ordre de l’Elysée en laissant l’armée afghane au milieu du gué face aux redoutables taliban, débouche aussi sur une étude en parallèle avec le service de santé aux armées sur le « pic de stress » de l’été 2011, au crescendo des combats.La dimension humaine n’est donc jamais oubliée. L’emploi d’une arme technique, devenue indispensable, et un regard aiguisé sur les perceptions et le ressenti des sapeurs eux-mêmes oriente vers le vécu d’hommes qui risquent leur vie à chaque pas pour ouvrir une route ou déminer une ferme, un pont, un véhicule suspect…L’auteur a tissé un récit vivant, précis, entre histoire et sociologie des combattants. Le jeune historien sait prendre de l’altitude et arriver à des questions fondamentales sur le sens du sacrifice, la fonction militaire en projection de puissance très éloignée de la métropole et le sens du combat.

En outre, ce livre est l’archétype de l’histoire militaire comparée. Dans ce conflit d’Afghanistan qui a redonné toute son importance au combat d’infanterie, l’acquis interarmes et interallié est des plus précieux. La démarche de Christophe Lafaye consiste bien à étudierun phénomène historique majeur et récent par le biais d’une expérience de terrain. L’auteur dépasse en fait largement cette dimension et appréhende aussi bien la comparaison avec les pratiques des forces armées américaines en Afghanistan, que les attitudes politiques françaises.Les actions du génie sont replacées dans le long terme des guerres, notamment asymétriques, depuis la Seconde Guerre mondiale. Les échanges de pratiques sont importants avec les forces armées britanniques et américaines. D’où la mise au point d’un génie au combat. Les matériels (MPG, ARAVIS, SOUVIM, BUFFALO…)sont décrits avec un soin minutieux mais, mieux, sont replacés dans des emplois de plus en plus variés sur le terrain. On voit bien l’articulation entre missions et matériels, avec d’ailleurs, les tâtonnements, les nécessaires adaptations et les innovations spontanées. La spécialisation, mais aussi la mécanisation croissante des sapeurs et de leurs outils, sont un des apports de cette thèse que les tenants de nos interventions en Afrique devraient méditer. L’homme en guerre a besoin d’un substrat industriel et technologique de plus en plus sophistiqué, analyse qui rappelle que l’histoire du soldat relève de l’histoire totale. En effet, les dimensions matérielles de la culture militaire soulignentla montée en puissance des matériels lourds adaptés à la contre-guérilla, phénomène d’ailleurs déjà mesurés il y a près de vingt ans dans les conflits d’ex-Yougoslavie, mais aussi sur la dotation en urgence de certains matériels, passant par des processus d’achat sur étagère.

La connaissance de l’ennemi et de ses techniques de combat (embuscades…) relève de la transposition du vocabulaire subversif et militant. Il indique bien les porosités entre les manières de penser des deux adversaires, comme cela avait déjà été identifié par les Lacheroy et autres Godard du temps de l’Indochine puis de l’Algérie. Tous les paramètres de cette « nouvelle guerre », contre un ennemi qui cultive la surprise, sont pris en compte, y compris l’importance des médias qui font déplacer le sens du combat, mais plus encore de la notion de victoire. On se bat par images, documentaires et réseaux sociaux interposés dans le monde de l’hyper-connexion, leçon inattendue de la campagne d’Afghanistan.La participation de l’OTAN et le poids des opinions publiques jouent différemment. Que reste-t-il des morts d’Uzbin du 18 août 2008 dans la conscience nationale, à l’heure du zéro mort qui n’a pas disparu du débat public, sinon de l’appréhension sensible de nos contemporains sur une guerre lointaine ? Elle est moins perçue comme une guerre nationale que de corps expéditionnaire, de coalition. Le cadre international est donc prégnant et permanent. Il s’agit d’une logique interarmes, interarmées et interalliée plus avancée ; une durée décennale de l’engagement qui facilite des évolutions tactiques. Relative à la création et à la dissolution de la brigadeLafayette, de 2009 au 25 novembre 2012, la dernière partie illustre en quoi les Français sont bien en première ligne face aux divers groupes de taliban. L’historien révèle à ce propos tout son art, son sens du récit, mêlant les témoignages des divers généraux ayant commandé cette brigade, au vécu des sapeurs-démineurs engagés dans un contact quasi permanent avec la population, enjeu du combat de contre-insurrection.

En bref, cette recherche présente une réelle unité rédactionnelle et conceptuelle, examinant l’arme du génie dans ses missions propres et en combat interarmées.L’étude de l’adaptation de l’arme à des missions de pacification, entre les actions civilo-militaires et les missions d’intervention à caractère humanitaire dans un premier temps, métamorphosées en missions de contre-insurrection et d’antiterrorisme ensuite offre une trame démonstrative particulièrement bien menée.

De la belle ouvrage !

Jean-Charles Jauffret

CNRS Editions, Paris, 2016, 504 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-271-09008-9.

Afghanistan
Published by guerres-et-conflits - dans Missions internationales ONU-OTAN
commenter cet article
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 06:00

Guerre d'Espagne, Sparte, Fort Alamo, les Hussites...

Guerres & Histoire - n° 31

Très bon numéro, une nouvelle fois, avec un solide dossier sur la guerre d'Espagne, si célèbre mais finalement bien mal connue dans le détail de son déroulement. On apprécie en particulier la présentation des phases successives (avec une cartographie adaptée) et la distinction faite dans plusieurs articles entre mémoire reconstruite et idées reçues d'une part, réalité historique d'autre part. Les amateurs apprécieront également le bel article de Gabriele Esposito et Pierre Grumberg sur les Spartiates (là aussi, du mythe à la réalité), celui de Vincent Bernard sur la bataille de Fort Alamo, fondatrice de l'histoire américaine, celui d'Eric Tréguier sur les combattants hussites en Bohême-Moravie au XVe siècle, et celui de Fadi El Hage sur le Grand Condé, héros de Rocroi à la personnalité complexe.

Le maintien de la qualité dans la durée à ce niveau : une belle réussite chaque fois renouvelée.

 

LA guerre civile ?
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile