19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 06:25

Au coeur de l'Italie

Voir la Toscane, de Montesquieu à Berenson

Luigi Mascilli Migliorini

Considérant que "Florence et la Toscane sont l'un des lieux de rencontre les plus extraordinaires et les plus intenses entre l'antique et le moderne", l'auteur nous entraine, dans le temps et dans l'espace, dans un voyage amoureux au coeur d'une région superbe : "Florence devint à l'Italie ce qu'était Athènes à la Grèce".

Partant des grands auteurs et voyageurs du XVIIIe siècle, qui brossent des descriptions souvent enthousiastes (mais reconstruites et enjolivées) de la province, Luigi Mascilli Migliorini progresse dans le temps, via le romantisme et le XIXe siècle, siècle d'agitation politique qui implique parfois une certaine noirceur (ou moins de candeur) dans les propos des visiteurs. Par touches successives, grâce à des très nombreuses citations extraites des ouvrages de multiples auteurs venus de tous les pays d'Europe, nous abordons l'économie, la sociologie, les arts bien sûr mais aussi l'organisation politique (réelle ou idéalisée) des Communes italiennes à la grandeur disparue. Et, de fait, toujours cette distance entre un mode rêvé et la réalité du temps, entre le souvenir de l'humanisme de la Renaissance, les souvenirs matériels ou physiques (paysages entretenus par l'homme, monuments et palais) qui en sont conservés et les déceptions d'aujourd'hui d'auteurs plus ou moins consciemment à la recherche "D'un passé pour l'Europe" : "James trouve du reste que l'Italie moderne est dans son ensemble irrémédiablement laide"... Ces écrits ne sont pas sans effet au moment de l'unité italienne et dans les années qui suivent, renouvelant le thème d'un héritage millénaire, qui pour certains est devenu stérile. Au début du XXe siècle, c'est le sud de la péninsule qui bénéficie d'un regain d'intérêt (pour son authenticité et la naturelle rudesse de ses sites anciens), ce qui donne l'opportunité à l'auteur d'une comparaison "infra-italienne" entre les deux grandes régions. Mais le "pélerinage de la beauté" reste magique, à Florence et en Toscane, sur la base d'une mémoire noblement entretenue et autour du souvenir d'une période essentielle de l'histoire universelle. La ville et sa province attirent Français, Britanniques, Allemands et renouent avec un héritage culturel européen. 

Vous aimeriez rêver tranquillement, au flanc d'un léger coteau, sous l'ombre pure d'un cyprès ou d'un pin, dans la douce tiédeur d'un après-midi ensoleillé ? Ce livre est pour vous.

Editions de la rue d'Ulm, Paris, 2014, 131 pages, 18 euros.

ISBN : 978-2-7288-0510-5.

L'essence de l'Italie

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Europe du Sud
commenter cet article
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 06:20

Avez-vous vu Hitler ?

Walter Kempowski

Commencé presque par hasard dans les années 1970, la quête de Walter Kempowski a finalement donné naissance à un livre en Allemagne, pour la première fois traduit en français.

Le principe en est en fait très simple : l'auteur pose cette seule question ("Avez-vous vu Hitler ?") à des centaines de personnes et nous livre leurs réponses, parfois très courtes (une ou deux lignes). Ces réponses sont classées par ordre chronologique de la période concernée (de la Grande Guerre à 1945). Beaucoup de réponses négatives, du fait du hasard, de la situation géographique ou parfois par l'effet de la volonté propre de la personne interrogée. Mais aussi les réponses les plus diverses, dans de grands rassemblements comme en le croisant par hasard au restaurant ou en train de jouer aux cartes dans une brasserie de Bayreuth. Une très grande majorité de réponses banales, et des Allemands qui semblent hésiter à condamner l'homme et son régime (avant 1938-1939, l'ordre et la sécurité régnaient...). L'une lui trouve de "belles mains", l'autre le trouve laid, l'un le tein gris, l'autre la peau rose, l'un lui voit un regard maléfique, l'autre le trouve ordinaire et indifférent, celui-ci pensait à l'époque qu'Hitler avait raison mais "aujourd'hui je suis d'un autre avis", cette dernière se souvient quand même que "tous étaient enthousiastes".  Peu de choses finalement, la vie ordinaire d'une Allemagne moyenne où, ponctuellement, un nombre plus ou moins important de citoyens peuvent entre-apercevoir rapidement le chef de l'Etat lorsd'un rapide déplacement. Peut-être l'important est-il finalement dans le non-dit ?, même si la tonalité générale des témoignages est nettement plus hostile (en majorité, mais parfois presque avec regret) à partir de 1942-1943.

Un livre étonnant, tant par sa construction que dans son contenu. On regrette que ces réponses soient livrées brutes, sans le moindre mot d'analyse ou de commentaire, et que les interlocuteurs ne soient jamais identifiés. Mais dans leur apparente banalité même, elles constituent un ensemble banalement surprenant.

Nouveau Monde Editions, Paris, 2014, 239 pages, 17 euros.

ISBN : 978-2-36583-902-0.

Rencontres avec Hitler

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:25

Paysages en bataille

Les séquelles environnementales de la Grande Guerre

Isabelle Masson-Loodts

Animatrice du site du même nom, Isabelle Masson-Loodts nous propose un petit volume étonnant.

Premier étonnement (et, disons-le, sur le coup, relative déception), un livre sur les Paysages en bataille sans aucune photo, sans le moindre dessin, sans la plus petite illustration. Deuxième étonnement : en fait, ce n'est pas si grave... Paradoxe que seule la qualité de l'écriture explique. En fait, l'auteure nous raconte ses voyages et déplacements sur le terrain, dans différent secteurs du front (essentiellement autour de Verdun et dans les Flandres). Elle le fait d'un ton posé, avec un langage simple et naturel, décrivant non seulement les sites, maisaussi ses rencontres avec des spécialistes de disciplines très différentes, avec les agents de l'ONF, avec les habitants. Et elle nous décrit surtout ce qu'elle voit, elle raconte ses conversations, et exprime ses questions qui, de chapitre en chapitre, font progresser le livre.Des forêts disparues aux sols pollués, des munitions non explosées aux végétaux "importés" d'autres régions d'Europe du fait de la présence des combattants, c'est un voyage tout-à-fait original qui nous est offert, jusqu'à cette observation de Jean-Luc, agriculteur "en bordure du plateau soissonais" : "Cette terre, je la travaille, je la laboure, mais elle n'oublie pas tout ce qu'elle a en elle. Mon blé, mes pommes de terre, mes betteraves prennent racine sur des corps. Alors, je le regarde d'une autre façon. On ne triche pas avec la terre".

Un petit livre qui raconte presque un parcours initiatique le long de l'ancienne ligne de front. Un témoignage d'aujourd'hui à la recherche de la guerre d'hier. 

Editions Nevicata, Bruxelles, 2014, 103 pages, 9 euros.

ISBN : 978-2-87523-057-7.

Le site (ici) et la page FB éponyme (ici)

Témoignages visuels

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:20

Une vie avec l'histoire

Emmanuel Le Roy Ladurie

A un rythme semble-t-il plus accéléré qu'auparavant, paraissent des ouvrages retraçant le parcours, la carrière, les thèses, la vie de tel ou tel historien célèbre. Celui-ci entre bien dans cette catégorie, avec cet angle particulier qu'il se présente sous la forme d'un long entretien, reconstitué et réorganisé pour les besoins de la mise en page.

La forme donc est par moment déstabilisante, car ce dialogue ininterrompu passe au fil des pages d'un sujet à l'autre et "l'esprit cartésien" apprécie (a l'habitude de ?) une présentation scandée par des chapitres cohérents. En dehors de ce point, on lira avec le plus grand intérêt ce livre qui, avec pour fil conducteur une vie et une histoire d'historien qui parvient au sommet de la célébrité, aborde des thèmes majeurs et souvent très actuels : les relations entre intellectuels et le PCF dans les années 1950, l'histoire et la politique avec les choix et le poids des "historiens de gauche", l'école des Annales et les querelles de chapelles, la (difficile) naissance de la Grande Bibliothèque, l'apport de l'informatique et de la numérisation à la recherche, les nouvelles pistes de recherche comme l'histoire du climat et ses rapports aux événements historiques, la place de l'histoire orale et le retour de l'histoire des guerres, etc. A plusieurs reprises par exemple, il revient en particulier sur l'importance de la chronologie et l'intérêt (si on sait aller au-delà) de "l'histoire événementielle".

Le texte est riche, dense, et traduit très vraisemblablement la pensée réelle d'Emmanuel Le Roy Ladurie. Au bilan, on peut aussi y lire l'itinéraire intellectuel et les évolutions d'un homme de savoir et d'action engagé dans son époque. Un livre d'un réel intérêt (au moins individuel) pour contribuer à la réflexion de chaque historien ("professionnel" ou "amateur") sur son parcours et ses recherches.

Tallandier, Paris, 2014, 249 pages. 19,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0435-1.

Itinéraire d'un historien

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 06:20

Napoléon et la campagne de France

1814

Jacques-Olivier Boudon

Toujours très pédagogique, Jacques-Olivier Boudon nous propose un nouvel ouvrage sur la campagne de France, en prenant soin d'embrasser l'ensemble des problématiques et des secteurs d'opérations.

Il fait ainsi le récit très précis de ces deux mois de campagne, au premier trimestre 1814, que les victoires impériales entre Brie et Champagne donnent parfois l'impression de localiser exclusivement dans le grand Est parisien. Mais il n'oublie pas de parler des autres fronts, dans le Nord, la région lyonnaise, le Sud-ouest. Il traite également de l'Italie, où Murat tente non seulement de sauver son trône de Naples mais aussi de réunir son son sceptre (pourtant si fragile !) le centre voire le nord de la péninsule. Dans le même temps, il dresse le tableau de la nouvelle carte de l'Europe qui naît du reflux français, en Hollande ou en Suisse. Des combats sur la Seine aux opérations de Champagne et aux "vraies-fausses" conversations de paix, Jacques-Olivier Boudon nous donne à comprendre aussi la réalité française de l'époque. Les conditions de la guerre sont particulièrement difficiles pour une armée numériquement surclassée et mal ravitaillée (l'on aurait pu attendre quelques développements complémentaires sur les mouvements populaires armées qui tentent de s'organiser sur les arrières des coalisés), la discipline se délite, et l'auteur n'oublie pas de consacrer un chapitre à la vie des populations qui résident dans les zones des combats, ainsi qu'à l'administration impériale qui se délite en partie, ou aux manifestations royalistes qui se multiplient en divers points de France tandis que leurs réseaux s'activent. Le livre se termine bien sûr sur les derniers jours de l'empire (avec des coups de projecteur sur la situation personnelle des proches et des collaborateurs directs de Napoléon), la célèbre abdication de Fontainebleau et le traité de Paris qui ramène la France dans ses frontières de 1792.

De très nombreuses citations émaillent chaque page, extraites des correspondances ou des souvenirs de personnages célèbres ou d'anonymes. Une belle bibliographie termine le livre, ponctué par cinq cartes claires et lisibles (qui ne concernent hélas que les opérations de Brie et de Champagne). Un volume de large synthèse qui intègre tous les thèmes autour de la campagne militaire proprement dite. Un ouvrage de référence par ailleurs agréable à lire.

Armand Colin, Paris, 2014, 365 pages, 20 euros.

ISBN : 978-2-200-28740-5.

1814

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 06:25

Syrie, une guerre sans nom !

Cris et châtiments

Geneviève et Jean-Claude Antakli

Un autre regard et une autre voix sur la "guerre civile" en Syrie. Un livre atypique et (au sens propre "extra-ordinaire") dans le paysage éditorial. Les deux auteurs, qui vivent en France mais ont conservé des liens forts avec la région d'Alep, se disent d'ailleurs "suspendus aux informations délibérément tronquées ou falsifiées qui s'égrènent".

Dès l'introduction, le ton est donné : "Il faudra la trahison de la Turquie, l'ingérence des pays du Golfe et de l'Arabie saoudite, soutenus et encouragés par les Etats-Unis et le couple franco-britannique, pour qu'en mars 2012 Alep, jusqu'alors épargnée, soit menacée elle-aussi". Appartenant à la minorité catholique (grecque), les deux auteurs divisent leur livre en trois parties distinctes : "Retour en Syrie", qui raconte leur réinstallation temporaire à Alep ; "La vérité sur les auteurs des massacres", constituée de textes d'origines diverses et d'extraits de déclarations d'autorités politiques ; "Les vraies raisons des massacres", sur la base d'articles de presse et "lettres ouvertes". L'orientation du volume est donc sans ambiguité clairement hostile aux "rebelles" syriens et renvoie à la situation générale des Chrétiens d'Orient dans un environnement de radicalisation islamiste de plus en plus menaçant. Le rôle des ces "bons alliés" des Occidentaux que sont aujourd'hui le Quatar, les pays du Golfe et l'Arabie saoudite n'en sort pas grandi, pour le moins. La "naïveté" (restons courtois) des dirigeants européens est, au regard des textes, on ne peut plus navrante.

Dans le contexte extrêmement trouble et polémique de la "question syrienne", cette thèse ne peut pas être totalement évacuée d'un simple revers de la main. Le style est direct, le ton presque familier, le récit truffé d'anectodes et de rencontres, l'ouvrage se lit rapidement et facilement. Une chose au moins est avérée : à la conjonction des intérêts financiers des pétro-monarchies et du fanatisme fondamentaliste, les Chrétiens d'Orient meurent.

François-Xavier de Guibert Ed., Paris, 2014, 281 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-7554-0561-3.

Un autre regard sur la Syrie

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Monde arabe et Moyen-Orient
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 06:20

Les anciens combattants

Antoine Prost

Un grand livre, un classique, qui figure dans toutes les bibliographies de la Grande Guerre ou presque, mais que finalement peu de gens ont effectivement lu.

Paru en 1977, l'ouvrage d'Antoine Prost méritait d'être réédité en format poche en cette année du centenaire. Avec ce livre sur les anciens combattants de la Première Guerre mondiale et leurs associations, l'auteur a apporté une contribution fondamentale à la connaissance de la période, de ses ressorts, de ses évolutions. Mouvement de masse, oscillant entre pacifisme et patriotisme, se référant (voire créant en partie) à un esprit "ancien combattant", il exerce une influence croissante en politique sans vouloir parfois le reconnaître.

Nous ne reprendrons pas ici le détail de ce livre fondateur, qui a par ailleurs été complété depuis plus de 35 ans par d'autres études. Et nous ne pouvons que nous réjouir de le voir à nouveau mis à la disposition du grand public pour un prix modique. Un ouvrage qui doit absolument figurer dans toute bibliothèque de base.

Folio Histoire, 2014, 335 pages. 6,10 euros.

ISBN : 978-2-07-045648-2.

Un classique

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:30

Prochain café historique de la Chouette

21 mai  -  19h00

Indochine, 60 ans après

avec Ivan Cadeau et Bénédicte Chéron

pour consulter l'annonce : ici

Merci de relayer et de faire suivre largement ! Venez nombreux !

Dien Bien PhuDien Bien PhuDien Bien Phu

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:25

Les discriminés

L'antisémitisme soviétique après Staline

Sarah Fainberg

Après les répressions et les progroms ancestraux de l'ancienne Russie, et en dépit de l'expérience atroce de la Seconde guerre mondiale, les Juifs d'URSS ont été soumis pendant plusieurs dizaines d'années à une discrimination bien réelle.

Sarah Fainberg revient donc en détail, à partir de plusieurs dizaines d'entretiens, sur la situation faite aux Juifs soviétiques après la chute de Staline, souvent dans le "non-écrit", et  l'un des grands intérêts de son ouvrage est de s'intéresser aussi (avant tout ?) au regard que les intéressés eux-mêmes portent sur leur situation et sur leurs attitudes, manoeuvres, évitements, pour vivre à peu près normalement. Elle rédige dans les premiers chapitres une très solide mise en situation sur la situation particulière de cette communauté parmi les peuples soviétiqques et souligne que le phénomène de discrimination qui est au coeur de son livre a été dans le même temps très général mais aussi variable suivant les lieux et les années.

Fortement marqué par les évolutions diplomatiques et les relations entre l'URSS et l'Etat d'Israël (difficultés plus ou moins marquées à l'émigration en particulier), la situation des Juifs d'URSS est souvent marquée par l'impossibilité de fait (sans interdiction formelle : "En matière de répression politique, le mode de fonctionnment des élites dirigeantes était principalement oral : les consignes circulaient par coups de fil interposés d'un cadre supérieur à un subordonné dans la hiérarchie du parti") de suivre certaines scolarité prestigieuse ou jugées sensibles pour le régime et son idéologie. Cet antisémitisme soviétique a d'ailleurs continué à polluer les autres républiques socialistes d'Europe orientale : il fut "rarement un instrument majeur de pouvoir, mais fut toujours disponible en cas de crise politique. Dans les pays satellies de l'Union soviétique, la Pologne et la Tchécoslovaquie en particulier, la carte antijuive est utilisée au printemps 1968 comme un instrument de purge des partis communistes locaux". Pour "s'en sortir", ces Juifs mènent parfois une véritable double vie (qui "s'impose") et Sarah Fainberg parle "d'un quotidien compartimenté" et dans les familles le lien avec le passé personnel est aussi pieusement que secrètement entretenu. Si, globalement, la situation s'améliore après la chute de l'URSS, le renouveau russe sous Poutine tolère ou favorise l'émergence de mouvements "rouge/noir/brun", qui évoquent tout à la fois l'ancienne "Russie éternelle" et la période stalinienne. La situation de la communauté se dégrade à nouveau, sans que les autorités ne le reconnaissent officiellement.

Un seul bémol : l'impression de fréquentes répétitions. Le livre aurait peut-être été meilleur encore avec 50 pages de moins. Plus "tonique". Mais, au bilan, une étude de fond sur un non-dit, nié même en Occident par les compagnons de route. Une analyse méthodique d'un racisme ordinaire.

Fayard, Paris, 2014, 416 pages, 25 euros.
ISBN : 978-2-213-66284-8.

Exclusion d'Etat

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:20

Une entrée en guerre

Le 47e régiment d'infanterie de Saint-Malo au combat

(août 1914-juillet 1915)

Erwann Le Gall

Une nouvelle étude "régionale" de la Grande Guerre, à travers ce livre centré sur les Malouins et Bretons du 47e R.I.

Cette monographie rigoureuse d'un régiment particulier apporte une réelle plus-value à notre connaissance des débuts de la Grande Guerre, car l'auteur sait utiliser parallèlement toutes les sources possibles, institutionnelles ou privées, mais aussi de nombreuses autres études ponctuells ou générales qui aident, au détour d'un paragraphe ou d'un chapitre, à mieux cerner la situation des soldats du 47e. Le livre est organisé en trois grandes parties, qui se succèdent logiquement : "Qu'est-ce que le 47e R.I. ?", "Le 47e RI dans la guerre (août 1914-juillet 1915)", et "Nouvelles perspectives sur une entrée en guerre". La première donne au lecteur une solide connaissance de ce qu'est un régiment français à la veille de la guerre, dans son organisation, son recrutement, l'instruction de son personnel. La critique des grandes manoeuvres qui est faite à la fin de cette partie est globalement pertinente (elles sont d'ailleurs très nombreuses à l'époque), et il faut effectivement distinguer entre les exercices d'entrainement pour la troupe et les grandes manoeuvres elles-mêmes qui devraient (théoriquement) permettre de valider le niveau des états-majors. La seconde partie, qui raconte par le menu les déplacements et les combats du 47e RI pendant la première année de guerre, offre l'intérêt, en s'attachant au niveau des bataillons, du régiment ou de la brigade, de mettre en phase les récits individuels et les analyses collectives. Le texte est très fréquemment ponctué de citations extraites de différents carnets et journaux privés, judicieusement choisies, qui fournissent des compléments utiles sur les opérations militaires, mais aussi quelques anecdotes, comme ce constat pendant la retraite après la bataille de Charleroi : "Au passage dans Vervins , la monotonie de l'étape est coupée par la vue des affiches électorales récentes. Celles-ci promettaient la paix perpétuelle et la réduction prochaine du service militaire. Elles eurent un vrai succès auprès du troupier et lui rendirent le sourire". De la Belgique à la Marne et à l'Artois, ceux qui s'intéressent au déroulement des opérations dans le détail trouveront ici chiffres précis et cartes détaillées. La troisième partie enfin tente de dresser un bilan des chapitres qui précèdent, et c'est naturellement celle qui suscite le plus d'interrogations ou de réactions ponctuelles. La question des pertes est bien sûr étudiée (très correctement), ainsi que celle de "l'épreuve physique" que représentent en particulier les premiers mois de guerre de mouvement. On peut ici discuter du caractère "excessif" de ces marches, même si elles sont particulièrement éprouvantes du fait de la météo, de la topographie et du contexte : aujourd'hui encore, 20 à 25 km. avec sac et équipements par des chemins de randonnée parfois peu praticables est la norme à l'entrainement pour développer une endurance normale (bonjour de Montlouis !). Le chapitre sur "La découverte du feu" est équilibré et, s'appuyant toujours sur de nombreux témoignages, propose des réponses (ou des pistes de réflexion) qui évite les traditionnels a priori et envisage comment l'apprentissage de la guerre pendant la guerre elle-même a pu se dérouler aux échelons de base. Par contre, le début du dernier chapitre sur la "contrainte" n'a pas totalement convaincu : le fait que la discipline soit "la force des armées" est une évidence et il y a loin entre cette nécessité et l'officier rassemblant ses hommes "revolver au poing"... De même, les quelques lignes sur l'abus d'alcool doivent aussi prendre en compte la réalité d'un temps où les consommations individuelles dans de nombreuses provinces étaient bien supérieures à ce qu'elles sont aujourd'hui... Les nombreux mobilisés éméchés des premiers jours d'août ne l'auraient-ils pas été dans toute autre circonstance sortant de l'ordinaire ? On apprécie enfin les dernières pages de synthèse sur l'esquisse de définition de ce que l'entrée en guerre a pu représenter pour les hommes.

Extrêmement bien référencé, s'appuyant sur un important corpus d'archives et une bibliographie étendue, ce livre va bien au-delà du seul 47e RI auquel il est consacré. Il apportera beaucoup à tous ceux qui s'intéressent aussi bien aux monographies et à l'histoire locale qu'aux historiens plus "généralistes" ou qui privilégient des thématiques plus large. Une lecture qui profitera indiscutablement à tous les amateurs de la Grande Guerre.

Editions Codex, 2014, 276 pages, 29 euros.
ISBN : 978-2-918783-06-0.

Un régiment en guerre

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog