24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 06:20

L'Europe est morte à Pristina

Jacques Hogard

Un petit livre à la fois "coup de poing" et "coup de coeur". Un petit livre sans doute écrit d'une traite, un témoignage sur une réalité vécue.

Fondamentalement, ce livre est important car, d'une part, il est écrit par un acteur direct des événements sur le terrain, et d'autre part il va souvent à contre-courant des idées généralement admises, ce qui reste une qualité. Pas de sommaire, pas de bibliographie, une série de brefs chapitres sous un titre généralement sans ambiguité : "A la découverte du Kosovo", "L'amitié franco-serbe", "L'histoire récente", "Les Albanais du Kosovo et la naissance de l'UCK" ("Organisation criminelle mafieuse, aux racines idéologiques très proches du marxisme-léninisme version Enver Hodja"), "L'intervention de l'OTAN , le groupement interarmées des forces spéciales Grakaniko" ("La mission de l'OSCE au Kosovo n'avait d'autre but réel que de préparer la guerre voulue par l'OTAN, les Etats-Unis et l'Union Européenne"), chapitre le plus long au cours duquel sont multipliés les exemples d'exactions par l'UCK, mais aussi de duplicité britannique... On l'a compris, Jacques Hogard a rempli la mission qui lui était fixée mais regrette (pour le moins) que l'ancienne alliance franco-serbe ait été oubliée...

Finalement "L'Europe est morte à Pristina" dresse un bilan : "Victoire de fait de l'UCK, organisation caractérisée par son triple visage mafieux, islamiste et terroriste, et prise de contrôle, par la terreur, l'épuration ethnique et culturelle, d'une terre chrétienne de haute valeur spirituelle et identitaire pour les Serbes". Devenu "l'Alsace-Lorraine" de la Serbie (et l'ancien dicton est toujours aussi adapté : N'en parler jamais, y penser toujours), le Kosovo risque fort, selon l'auteur, dans 5, 10 ou 50 ans de revenir sur le devant de l'actualité.

Plus largement, "toutes choses étant égales par ailleurs" comme disent les économistes, il n'est pas inintéressant de lire ce livre-pamphlet alors que s'aggrave la situation en Ukraine. Les parallèles entre les deux situations peuvent êtr nombreux.

Hugo.Doc Ed., Paris, 2014, 128 pages. 12,95 euros.
ISBN : 9782755614961

 

Conflit irresponsable

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Missions internationales ONU-OTAN
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 06:20

Les routes de la liberté

La logistique américaine en France et en Allemagne, 1944-1945

Nicolas Aubin

Un très bel album, sur le fond comme dans la forme, pour approcher non seulement l'importance de l'approvisionnement logistique des armées en offensive, mais aussi pour en percevoir la complexité et les limites (aux yeux des combattants de première ligne au moins).

Partant de la situation des armées anglo-saxonnes depuis 1940, Nicolas Aubin nous offre un formidable état des lieux et bilan de la logistique américaine à partir du débarquement de Normandie. En quatre grandes parties ("L'art de la planification", "De l'euphorie à la désillusion", "L'enquête" et "Révolution ?"), il nous fait découvrir la réalité et la complexité, la lourdeur mais aussi la finesse, l'inventivité souvent mais les limites aussi de cette gigantesque entreprise consistant à soutenir plusieurs armées lancées dans l'offensive. On connaît un peu la question du ravitaillement en carburant des divisions blindées dont les conséquences tactiques immédiates sont évidentes, mais tout en aprofondissant ce point, Nicolas Aubin aborde toutes les autres questions liées à ces problématiques, avec des chiffres précis, des graphiques, des tableaux, des cartes, etc. L'accès aux ports français, le rôle des chemins de fer, celui de l'US Air Force, les interminables colonnes de camions (sans compter que tous ces matériels doivent eux-mêmes être entretenus), les faiblesses de l'organisation et certaines inadaptations de la doctrine, les organisations dédiées et les unités concernées, les adaptations "en conduite", quelques comparaisons avec les armées russes et allemandes, et les conséquences post-1945 : vous trouverez tout cela et bien d'autres choses dans ce volume, qui se distingue également par le nombre et la qualité de ses illustrations.

Un livre (à notre connaissance) unique en français sur le sujet et qui doit devenir très rapidement le complément indispensable des études tactiques et opérationnelles.

Histoire & Collections, Paris, 2014, 223 pages. 39,95 euros.
ISBN : 978-2-35250-319-4.

Complexité de la logistique

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 06:20

Ecrire la guerre

Les carnets d'un poilu

1914-1919

Joseph le Segretain du Patis

Mobilisé dès le 2 août 1914 dans la territoriale, Joseph le Segretain du Patis ne quitte l'uniforme qu'en 1919. Entre temps, il sert à l'arrière, puis longuement à l'avant, enfin dans l'Intendance de la zone des armées. Durant cette longue période, il noircit treize carnets chronologiques pour "raconter sa guerre", auxquels il faut rajouter cinq autres carnets contenant des notes diverses, des extraits de correspondances, le texte de chansons d'époque, des portraits de camarades et de chefs, etc.

La mise en page ne facilite pas la lecture (il aurait été possible par exemple de sauter une ligne entre chaque journée pour que visuellement les changements soient plus nets) d'un texte long et dense, mais ce défaut formel est largement compensé par l'intérêt du témoignage qui nous est livré. Chaque jour, entre deux et une dizaine de lignes rappellent le vécu quotidien du rédacteur : les prisonniers allemands, les arrivées de blessés français, les marches et contre-marches, les commentaires sur les discours politiques et les décisions de l'état-major, l'amélioration de l'ordinaire, les changements de la météo, le secours de la religion, le conseil de guerre, les embusqués, la préparation des offensives, l'organisation du ravitaillement, le ramassage des corps dans le no man's land, la question du courrier et celle des permissions, etc... Fourmillant d'anecdotes "au ras du sol", il nous livre la (une) vision du quotidien par un soldat qui termine, presque cinq ans plus tard, "sa" guerre comme sergent. Le 18 avril 1917, quelques phrases pour rendre compte des difficultés de l'offensive Nivelle, immédiatement suivies par la description de l'arrivée d'un chargement de ... 150.000 lapins congelés pour l'alimentation des troupes. A la fin de l'année 1918, progression en Lorraine occupée puis occupation en Allemagne, avec des commentaires pas toujours agréables pour les populations locales, mais aussi des observations étonnantes, "sur le vif" : "En voyant ce mouvement et la gaîté dans la rue, on ne croirait pas voir un peuple vaincu" (le 2 décembre à Neunkirchen).

Bref, un vrai témoignage qui apporte, une nouvelle fois, une touche originale à ce que l'on sait de la vie quotidienne des poilus, dans les différents domaines. Et qui complète un kaléïdoscope, ou un puzzle, qui est tout sauf univoque

Editions LBM, Paris, 2014, 463 pages, 21 euros.
ISBN : 978-2-36989-011-9.

Une guerre complète

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 06:20

Leipzig

(16-19 octobre 1813)

La fin du rêve de Napoléon et de l'empire français

Frédéric Naulet

Un nouvel ouvrage, un peu tardif par rapport aux autres publications, sur cette bataille qui constitue sans aucun doute une véritable rupture dans l'histoire du Ier Empire.

Contrairement à ce que le titre laisse entendre, la bataille des Vingt Nations en elle-même ne constitue qu'une partie de l'ouvrage. Frédéric Naulet, déjà auteur de plusieurs ouvrages sur les grandes batailes napoléoniennes chez le même éditeur, s'intéresse en effet plus largement à l'ensemble de la campagne d'Allemagne en 1813 et à ses conséquences. Si les questions militaires et les combats sont au centre de son travail (présentation des armées en présence, situation stratégique des uns et des autres, plans de campagne et objectifs, bataille de Dresde, de Kulm, de Grossbeeren, de Wartenburg, de Wachau, etc.), il sait également parfaitement replacer dans ce contexte le rôle particulier des principaux subordonnés de l'empereur, maréchaux et généraux, leurs échecs (fréquents) et leurs responsabilités propres ; mais aussi les (difficiles) tractations diplomatiques qui ne cessent pas durant cette période. La bataille de Leipzig elle-même (la plus importante de l'histoire à cette époque par l'ampleur des effectifs, la longueur du front et le nombre de pièces d'artillerie) est décortiquée dans les chapitres 7 et 8, pour le "match nul" du premier jour et la défaite finale des 18 et 19 octobre. Le neuvième et dernier chapitre évoque la retraite vers l'hexagone des survivants ("une petite retraite de Russie"), sans oublier que subsistent sur le territoire allemand (ou plutôt "germanique", et l'auteur s'attache à plusieurs reprises à préciser ces termes et à évaluer l'importance de la campagne dans l'émergence d'un sentiment national) de nombreuses garnisons françaises, qui vont se retrouver isolées dans leurs places fortes.

Quelques annexes (dont une série de cartes et des organigrammes) ainsi qu'une biographie assez complète (jusqu'aux publications de 2013) apportent une réelle plus-value. Un ouvrage agréable à lire, assez précis tout en replaçant la bataille dans le cadre de la campagne, et les opérations militaires dans le contexte politique et international. Une base solide pour quiconque s'intéresse aux guerres de l'empire.

Economica, Paris, 2014, 357 pages, 30 euros.

ISBN : 978-2-7178-6687-2.

Bataille des Vingt nations

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 06:15

La campagne d'Alsace

Automne 1944 - hiver 1945

Pierre Dufour

Après avoir connu un certaine notoriété avec ses ouvrages consacrés à la Légion étrangère, Pierre Dufour élargit le thème de ses publications, en conservant les mêmes recettes. Entre récit purement descriptif et hagiographie, il brosse à grands coups de crayon la geste héroïque des armées françaises. Au risque de tordre parfois un peu la réalité en omettant tel ou tel élément. Reconnaissons que ces livres se lisent facilement et que le texte est loin d'être totalement faux, mais la glorification inconditionnelle à partir de sources secondaires n'est pas l'une des caractéristiques des travaux d'historiens. Ce sont un peu, ici, les livres d'été de l'histoire militaire, comme il y a des romans de plage pour les midinettes. La bibliographie est d'ailleurs instructive (notons qu'il n'y a presque aucune référence dans le corps du texte), puisque l'on y trouve en particulier une série d'albums régimentaires ou d'ouvrages du même type et des publications comme Armées d'aujourd'hui, Historama, Képi Blanc, Paris-Match, etc.

Divisé en quatre parties chronologiques, l'ouvrage est donc essentiellement centré sur les opérations de la fin de l'année 1944 et du début de l'année 1945, du Doubs et des Vosges à la libération définitive de l'Alsace. Les hauts faits se succèdent, de Colmar à Strasbourg, Jebsheim et Grussenheim, souvent vus sous l'angle de petites unités de régiments prestigieux (ici des coloniaux, là des chasseurs parachutistes ou des tirailleurs, ailleurs -souvent- des légionnaires). On passe de la section d'un lieutenant à un paragraphe sur l'emploi d'une armée américaine voisine. La bataille voisine des Ardennes est ainsi rapidement traitée dans le chapitre "Théâtres périphériques"... Extrêmement rudes, les combats de libération de l'Alsace, longs et meurtriers, sont certes connus des spécialistes, mais sont généralement traités en quelques lignes dans les grandes histoires de la libération. Il est donc parfaitement légitime de s'y intéresser et de ce point de vue le livre de Pierre Dufour ne manque pas de charme. Mais il est bien à prendre comme tel : une présentation héroïsée à destination du grand public en hommage à l'armée française. Manquant singulièrement de points d'interrogations... Et où l'ennemi ne joue (presque) que le rôle de faire-valoir. Ce qui est en réalité rarement le cas à la guerre.

Editions Grancher, Escalquens, 361 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-7339-1278-2.

1944-1945

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 06:15

La face cachée des Etats-Unis

Patrick Pesnot

Rien de bien nouveau en réalité. Des "dessous" révélés pour la quasi-totalité d'entre eux depuis bien longtemps, mais qui n'en demeurent pas moins autant de zones grises (ou noires) dans l'histoire récente des Etats-Unis.

"La face cachée de la première puissance mondiale" fait fantasmer, mais sans doute aurait-on pu considérer également que d'autres pays, et non des moindres, s'adonnent aux mêmes pratiques. Moralement, cela n'excuse rien, certes, mais si l'action politique , en particulier internationale, avait un lien quelconque avec la morale, cela se saurait sans doute... Toujours est-il que Patrick Pesnot reprend en 23 assez brefs chapitres quelques unes des histoires les plus douteuses, ou les plus tordues, de l'histoire amércaine depuis la Seconde guerre mondiale. Une série de cas particuliers qui vont de la surveilance et du harcelement de Einstein par le FBI à l'assassinat de Martin Luther King, à l'utilisation de "l'agent orange" au Vietnam, au réseau Echelon, à l'intervention à Grenade, à l'Irangate, et à l'affaire de la justification de l'intervention en Irak au nom de l'existence affirmée (mais non prouvée et dont on sait aujourd'hui qu'elle n'était que mensonge) d'armes de destruction massive. Travail de journaliste et de synthèse d'informations plus ou moins avérées, diverses, rarement référencées, publiées ici ou là dans la presse ou dans des ouvrages antérieurs. Ainsi, à propos de l'assassinat de Bob Kennedy : "Officiellement, on prétend que le crime de Sirhan B. Sirhan a été une telle atteinte à la démocratie qu'il est hors de question de le libérer. Mais officieusement, on peut imaginer que sa libération serait l'occasion d'ouvrir la boîte de Pandore, au risque de libérer des secrets d'Etat qu'il vaut mieux laisser dormir". Pour résumer, les "méchants" du FBI sont, en sous-main, à la manoeuvre. Comme pour d'autres ouvrages récents sur le même thème, tout n'est pas faux, loin de là, et l'histoire récente nous prouve que les coups tordus et les manoeuvres indirectes ne manquent pas. Le raisonnement selon lequel "Staline aimait les chiens / Hoover avait un chien / Tiens donc, comme c'est louche" a ses limites, parfois rapidement atteintes, même si, répétons-le, d'autres cas sont tout-à-fait avérés. Le chapitre 22, "La privatisation de l'armée", contient ainsi nombre d'exemples précis, d'anecdotes réelles, et part d'une idée tout-à-fait légitime : le transfert de missions à des sociétés privées sur des théâtres de guerre ne peut que conduire à des dérives et, au minimum, coûte objectivement plus cher que des soldats réguliers. Mais est-ce réellement la place de ce sujet entre les conspirationnistes et un faux ingénieur militaire irakien ?

Entre le livre d'actualité et le récit de plage, si vous n'aimez pas les voies de la politique américaine, vous allez être ravis !

Nouveau Monde Editions Poche, Paris, 359 pages, 8 euros.
ISBN : 978-2-36583-908-2.

Les dessous de la démocratie

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Amériques
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 06:25

L'arme secrète du FLN

Comment de Gaulle a perdu la guerre d'Algérie

Mattthew Connely

Réédition en format "poche" d'un ouvrage que, bien au-delà de la seule guerre d'Algérie, tous ceux qui s'intéressent à la place de l'action militaire dans l'évolution politique et diplomatique entre nations se doivent de connaître.

Avec (il faut le reconnaître) une certaine insistance, Matthew Connely nous explique si la France a finalement perdu la guerre alors que son armée était victorieuse sur le terrain, cela s'explique (presque exclusivement) par les succès du FLN sur la scène internationale et dans le monde des médias. Le livre est organisé en cinq grandes parties. "L'Algérie et le système international" s'intéresse à la situation antérieure, de l'entre-deux-guerres à 1954 et à ses ambiguités. "L'internationalisation de la question algérienne, 1954-1956" nous présente (de façon parfois peu convaincante) la montée vers la guerre totale : les responsables français "recherchaient de façon quasi-obsessionnelle une déclaration de soutien de la part des Etats-Unis. Ils voulaient le consentement des Américains pour lancer une guerre totale en Algérie" ... "La guerre d'Algérie, une guerre mondiale" revient sur l'irruption de l'opinion publique internationale dans le débat et sur la chute de la IVe République. En miroir, "La guerre d'Algérie, une guerre mondiale, 1958-1960" creuse la question de la compréhension par le FLN de la politique du général de Gaulle et ses efforts "tous azimuts" pour rallier des soutiens. "L'Algérie, une question intérieure, 1960-1962" s'attache aux deux questions de multiculturalité d'une part et de définition des frontières d'autre part. En replaçant la question algérienne dans son contexte de la guerre froide et du débat franco-américain de cette période, l'auteur offre une grille d'analyse tout-à-fait intéressante. On peut ne pas le suivre jusqu'au bout de son raisonnement, mais il est clair que les arguments développés méritent d'être pris en compte et que son internationalisation politique et médiatique victorieuse a constitué un exceptionnel (et habile) succès pour le FLN.

Un livre qu'il est indispensable d'avoir lu si l'on s'intéresse à la guerre d'Algérie.

Petite bibliothèque Payot, Paris, 2014, 638 pages, 11 euros.

ISBN : 978-2-228-91105-4.

L'arme médiatico-internationale

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Guerre d'Algérie
commenter cet article
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 06:15

La preuve par deux

Jérôme et Jean Tharaud

Michel Leymarie

Un exercice de style difficile, et un très beau résultat ! Voici, en un seul livre, non pas une, mais deux biographies, celles de deux frères longtemps très proches et aux carrières parallèles, aujourd'hui assez largement oubliés, et qui figurèrent pourtant durant de longues années dans le cercle très étroits des personnages influents de la République.

Dans ce beau volume, Michel Leymarie remet à l'honneur deux personnages qui jouèrent, dans le monde intellectuel et au-delà, un rôle essentiel au tournant des XIXe et XXe siècles et même jusqu'à la fin de la Seconde guerre mondiale. En neuf grands chapitres, il nous entraîne dans le monde des auteurs, des journalistes, des hommes politiques, ... et des officiers généraux durant cette période, d'abord "dans le compagnonnage de Péguy", puis "sous le patronage de Barrès". Michel Leymarie observe ce curieux phénomène selon lequel "chez ces Dupond et Dupont de la littérature à quatre mains, il n'y a pas prédominance de l'un sur l'autre ... C'est indifféremmment l'un ou l'autre qui tient la plume, qui rature, corrige, complète ce que l'autre a écrit". Une telle complémentarité est extrêmement rare et mérite d'être souligné. Ces deux frères, non pas "inconnus de l'histoire, mais exclus de la mémoire", rédige une oeuvre journalistique et littéraire qui fait essentiellement appel au passé, qu'il soit provincial ou colonial et arabo-musulman. Un passé idéalisé, presque mythifié. Cette "arabophilie tempérée" est à rapprocher de leur proximité avec Lyautey et leur vaut, durant l'entre-deux-guerres, une solide notoriété, marquée par "un antisémitisme obsessionnel" : "Dans la mesure où il rencontre l'adhésion d'un large lectorat -les chiffres de vente en témoignent-, ce racisme ordinaire d'inodore devient toxique". Les années 30 les voient néanmoins en reportage en Ethiopie et en Espagne par exemple, mais aussi circuler du Moyen-Orient aux Balkans, d'où ils ramènent articles et brochures;Pendant la Seconde guerre mondiale, ils appartiennent à ces cercles informels qui conservent au maréchal Pétain leur fidélité d'anciens combattants de la Grande Guerre mais qui prennent leurs distances avec le régime à partir de 1941 parce qu'ils sont également nationalistes et anti-allemands et qu'ils refusent "de considérer la défaite comme un juste châtiment". Progressivement ombés dans les "oubliettes de l'histoire" après la Libération, après avoir développés le thème du "pardon" et du "droit à l'erreur" (on croise en particulier durant cette période Mauriac et Camus), même si Jean entre à l'Académie française en 1946, les deux frères soutiennent Maurras et Pétain lors de leurs procès. Fidélité retrouvées ou "serrez-les-rangs" spontané des exclus du nouveau régime ? Ils ont successivement soutenu Mussolini, Franco et "lEstado Novo" portugais, ils se sont enbgagés contre le communisme, puis de fil en auguile contre le socialisme et contre la démocratie : ils sont à bien des égards représentatifs d'une France de la première moitié du XXe siècle que l'on hésite aujourd'hui à présenter dans sa complexité et dans ses différentes dimentsions, mais dès 1944-1945 leur carrière littéraire est de fait à bout de souffle.

Un excellent livre, une superbe (double) biographie, qui restitue avec finesse les engagements (et leurs ambiguités) d'une partie d'une génération

CNRS Editions, Paris, 2014, 399 pages, 27 euros.
ISBN : 978-2-271-07024-1.

Vies parallèles

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Biographies
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 06:20

1914-1918

Des deux côtés : Armand, Wilhelm et les autres ...

(Coll.)

Une nouvelle étude sur la Grande Guerre àla fois originale et intéressante, car elle s'inscrit résolument dans une perspective franco-allemande, dans son principe, sa mise en oeuvre, sa réalisation.

Grâce à un partenariat entre le service culturel du district du lac de COnstance et les archives départementales d'Indre-et-Loire, les correspondances de six soldats (trois Français et trois Allemands) servent de base à une exposition, dont ce livre-catalogue garde le souvenir. Après un chapitre très (trop) général d'introduction, sont successivement présentées la Touraine puis la région du lac de Constance pendant la guerre, et l'on en vient ensuite aux soldats eux-mêmes : Maurice Sieklucki, jeune étudiant en droit mobilisé au 32e RI et qui suivra un peloton d'élèves officiers à Tours ; Eugen Steffelin, agriculteur à Immenstaad, incorporé au 14e bataillon d'artillerie à pied de Bade et qui décède devant Verdun en 1917 ; Stanislas Boireau, épicier à Ligueil et qui sera également artilleur (mais du côté français) à Verdun ; Wilhelm Müller, agriculteur à Hemigkofen, affecté comme réserviste au 124e RIR du Wurtemberg et qui servira sur les fronts ouest, est et des Balkans ; Armand Tartre, cultivateur à Maillé, affecté au 3e zouaves et qui adresse plus de 600 lettres à sa famille ; et Klaus Taschbach, ouvrier à Aix-la-Chapelle, incorporé dans l'infanterie et mort dans la Marne en 1918. Cette approche croisée permet à la fois d'entrevoir les différences mais aussi les ressemblances entre ces deux groupes de trois soldats, d'approcher leurs préoccupations (finalement peu dissemblables) lors de leurs échanges avec l'arrière, et de redonner de la chair à nombre d'études parfois plus théoriques.

L'ensemble de l'album est très richement illustré et, bien sûr, tous les textes sont systématiquement traduits dans les deux langues. Une vraie réussite.

Editions Anovi, Chinon, 2014, 285 pages, 27 euros.

ISBN : 978-2-914818-73-5.

Regards croisés

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 06:15

Le général Poirier

Théoricien de la stratégie

Dans ce numéro de la Revue Défense Nationale consacré au général Poirier, pas moins de huit brefs (trop brefs) hommages sous la signature de quelques uns des meilleurs spécialistes français des questions tratégiques, puis huit articles écrits par le général lui-même, seul ou à quatre mains, et publiés dans la RDN entre 1968 et 1983 (un ultime entretien est daté de 2009). Que l'on ait été ou non un adepte de la politique de dissuasion nucléaire, force est de reconnaître que sa contribution à la définition de la stratégie française à partir des années 1960 a été absolument essentielle, et l'on peut s'étonner qu'un homme ayant pu avoir une telle influence n'ait quitté le service que comme général de brigade. Il y a là, derrière les hommages officiels, une question qui mériterait d'être creusée...

On appréciera particulièrement les textes de Claude Leborgne ("Le général Lucien Poirier, ascète de la stratégie"), de Gérard Chaliand ("Le fantassin Lucien Poirier était un cavalier seul"), et de Christian Malis ("Entre géométrie et finesse"). Quelques phrases marquantes émergent des articles qui suivent, au fil d'une pensée dense et méthodique. A propos d'un éventuel conflit avec emploi de l'arme nucléaire sur le continent : "Considérant sa finalité, j'ai nommé dissuasion absolue cette stratégie complexe qui vise à détourner toute agression ; même celles qui, à leurs débuts, n'affecteraient pas directement notre territoire. Elle est fondée sur cet axiome que, pour la France et ses voisins, il n'est de victoire concevable que dans l'absence de guerre ; absence par impossibilité et impossibilité par absurdité"Ou à propos de la position américaine quant à l'utilisation de l'arme atomique en Europe : "Faute de fonder la défense de l'Europe sur une dissuasion nucléaire peu crédible, les Etats-Unis ont toujours préconisé le renforcement de la capacité de résistance des forces classiques alliées bénéficiant de feux nucléaires tactiques. Capacité de défense telle qu'on pourrait espérer que Moscou, doutant de la surmonter à un prix acceptable, s'interdise finalement une aventure sans gloire et sans profit".

Un numéro de référence qui permet d'aborder un penseur du XXe siècle ayant joué un véritable rôle dans la définition de la stratégie française, ce qui n'est pas si courant. 

Il est par ailleurs possible de télécharger gratuitement le PDF du numéro : ici 

Cahiers de la Revue Défense Nationale

RDN, Paris, 2913, 177 pages

 

Général de l'apocalypse

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Stratégie et principes de la guerre
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog