Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 06:00

Sur les traces des Cosaques

Francis Moncaubeig

Attaché militaire pendant de longues années en Russie, en Ukraine et en Transcaucasie, Francis Moncaubeig s'est pris de passion pour l'histoire militaire russe et en particulier celle très particulière des communautés cosaques. Dans cet ouvrage de synthèse destiné au grand public, il nous propose pour la première fois dans la période récente en français une présentation d'ensemble de ces "soldats paysans".

Le livre est construit de façon très méthodique, presque pédagogique. A partir d'une présentation du cadre espace-temps, qui permet de resituer ces populations dans leur environnement, Francis Moncaubeig évoque les "Généralités et traits communs des différents groupes de Cosaques", puis les aborde par zones géographiques successives : ceux de Sibérie, de Russie centrale, du Caucase et d'Ukraine. Leur origine est souvent assez obscure, mais dès le XIIIe siècle leurs troupes participent à la défense des terres des princes de Kiev, se heurtent aux khanats tatars et deviennent au fil des siècles, aux marches de l'empire, les meilleurs défenseurs des tsars et de la religion orthodoxe ; leurs régiments se distinguant dans tous les conflits qui agitèrent l'histoire russe. Les pages consacrées aux différentes communautés sont tout à fait intéressantes, qu'il s'agisse des communautés les plus connues (Don, Volga, etc.), ou de celles plus éloignées dont la "grande" histoire n'a pas toujours retenu le nom (Transbaïkalie, Amour, Oussouri, etc.). Après s'être intéressé en une petite vingtaine de pages au renouveau des Cosaques depuis 1990, l'auteur nous présente une trentaine de portraits de chefs cosaques prestigieux, dont certains jouèrent un rôle important dans l'une ou l'autre des guerres mondiales (Kornilov, Krasnov, etc.). Trois annexes complètent bien le volume, dont une intéressante bibliographie des oeuvres litttéraires consacrées aux Cosaques et une utile chronologie.

Un livre sans prétention scientifique, basé sur une abondante documentation imprimée et de très nombreux entretiens et dont les quelques notes de bas de page permettent surtout de mieux comprendre quelques termes particuliers. Visiblement, un livre de passion, qui permet de mieux connaître ces "guerriers libres", qui se lit avec aisance et que l'on quitte à regret. Un livre d'autant plus utile que la documentation récente en français est peu importante, ... et qui donnera peut-être l'idée d'une publication plus ample.

Anovi, Chinon, 2015, 215 pages, 17,- euros.

ISBN : 978-2-914818-65-0.

Hourra !

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 05:50

L'arme du génie

Histoire & Stratégie - n° 22

Une belle étude sur une arme qui reste méconnue, sous la signature de Christophe Lafaye. Le numéro aborde chronologiquement l'histoire de l'arme depuis l'entre-deux-guerres, en insistant plus particulièrement sur les périodes les plus récentes, depuis la guerre du Golfe. Le génie des OPEX depuis la fin de la guerre froide est particulièrement bien mis en valeur, témoignant des évolutions d'une arme en constante adaptation pour apporter tout son concours à la manoeuvre collective. Au fil des encarts, les principaux matériels sont présentés, plusieurs spécialités décrites et quelques entretiens avec les acteurs apportent d'utiles témoignages. Après les thèses remarquées sur l'action du génie récemment soutenues (Verdun 1916, Indochine, Afghanistan), voilà qui comble pour la deuxième moitié du XXe siècle une sorte de "trou noir" de l'histoire de l'arme. L'iconographie est riche est adaptée, tous les chapitres bénéficient de notes et références, et une bibliographie indicative clôture le volume.

Un numéro à conserver précieusement.

Génie

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 06:00

Koursk : Staline défie Hitler

5 juillet - 23 août 1943

Nicolas Pontic

Bien connu des lecteurs de la presse spécialisée (2e Guerre Mondiale en particulier), Nicolas Pontic nous livre ici son premier ouvrage, qu'il consacre à l'une des batailles les plus célèbres de la Seconde guerre mondiale sur le front oriental.

Très descriptif, le livre passionnera sans aucun doute les amateurs de combats des grandes formations blindés, et de leurs unités élémentaires jusque dans le détail de la localisation de tel peloton ou escadron. Après une mise en situation qui permet d'appréhender la situation des deux belligérants avant le déclenchement de cette opération majeure, Nicolas Pontic présente longuement "Les forces en présence" (commandement, organisation, équipements, doctrine d'emploi, etc.), puis traite en deux parties (chap. 3 et 4) des deux actions offensives allemandes convergentes (nord et sud). Au fur et à mesure, il analyse et compare les capacités des matériels allemands et russes (en particulier pour les chars) et revient sur le principe de défense dans la profondeur adopté par les Soviétiques (emploi des champs de mines et obstacles anti-chars), de même qu'il s'intéresse à la composante aérienne. Le lecteur a ainsi la possibilité de suivre, secteur du front après secteur du front, l'avancée plus ou moins rapide ou plus ou moins significative des divisions allemandes, puis les effets de la contre-offensive soviétique. Il tient compte de l'état et des caractéristiques du terrain et s'efforce enfin de tirer les enseignements de ces combats, au plan tactique mais aussi à l'échelle du front de l'Est. Bien sûr, tel ou tel point sera contesté, mais l'ensemble est plus que solide.

Il présente finalement une vision strictement militaire des opérations, mais qu'il veut "équilibrée et non tranchée ... multifactorielle et ouverte à interprétation", formule qui nous convient assez bien. La bibliographie en fin de volume est récente (le plus souvent post 2000) et quelques annexes ainsi qu'un index complètent le livre. Une bonne impression générale et une approche intéressante pour qui souhaite se plonger dans "la plus grande bataille de chars de l'histoire", ainsi qu'est généralement surnommée la bataille de Koursk.

Tallandier, Paris, 2015, 298 pages. 20,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0167-1.

Tournant à l'Est

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 05:50

Questions et remises en cause...

2e Guerre Mondiale - n° 60

Outre une évolution assez sensible (et généralement réussie) de la forme et de la mise en page, on apprécie la tonalité générale des articles (pour la plupart sous la signature des rédacteurs habituels), dont significativement le titre se termine parfois par un point d'interrogation. Stéphane Mantoux revient sur la guerre d'Otto Carius, dont il pointe les "oublis" dans ses mémoires ; David François se demande de façon un peu provocante si Overlord ne fut pas "Le débarquement inutile" ; Vincent Bernard, dans "Au royaume des aveugles", s'interroge sur ce que les Occidentaux connaissaient effectivement de l'armée Rouge. Un numéro à de nombreux égards intéressant.

Nouvelle formule

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 06:00

Ils l’ont fait !

Dans les coulisses de l’OFLAG XVII A

Jean-Claude Leroux

Voici un livre particulièrement original, puisqu’il nous raconte l’histoire de la réalisation du seul film « documentaire » tourné par les prisonniers eux-mêmes dans un camp de prisonniers de guerre. Pour appuyer les propos de l’auteur, un DVD de la version commercialisée après guerre du film, Sous le manteau, est offert aux lecteurs.

Comme l’explique la citation en exergue de la première partie, ce film « est le témoignage de la fidélité des officiers prisonniers à leur famille et à leur patrie, la preuve de la dignité que la majorité d’entre eux s’est attachée à garder vis-à-vis de soi-même, malgré les propositions dissolvantes de l’ennemi ». En dépit des études pionnières de François Cochet depuis quelques années, le thème des prisonniers de guerre (y compris dans le regard porté sur eux lors de leur retour) reste en grande partie le parent pauvre des travaux sur la Seconde guerre mondiale, avec un nombre restreint de livres ou de thèses. Pourtant, qui se souvient qu’ils furent à la fin de l’année 1940 près de 1,5 millions prisonniers de guerre dans les camps allemands,… soit trois fois plus que pour toute la Première Guerre mondiale. Ce volume est donc particulièrement bien venu, et le DVD qui l’accompagne sera sans doute une vraie découverte pour la plupart des lecteurs. Pédagogiquement, le livre présente d'abord les différentes catégories de camps, puis en détail l’OFLAG XVII A, en Moravie autrichienne. La vie quotidienne nous est ensuite décrite, avec l’aide des témoignages ultérieurement publiés, et l’on entre ainsi dans le vif du film et de son tournage. Rappelons pour mémoire qu’il s’agit bien d’un camp de prisonniers, organisé et globalement administré conformément aux règles internationales, et qu’il n’a donc rien à voir avec un camp d’extermination comme ceux au sein desquels fut mis en œuvre le génocide juif. Jusqu’à 7000 prisonniers de guerre officiers vont se trouver en même temps dans le camp (en "régime de croisière" autour de 4000), avec parfois leur ordonnance, et de multiples activités le plus souvent « autogérées » sont organisées : « université » (plus de 130 cours différents dispensés par des volontaires en fonction de leurs compétences, dont un cours de géologie ... qui permet de préparer les évasions !), théâtre, orchestre, clubs divers et variés, sport et gymnastique (y compris compétitions), messes et formation spirituelle, etc. Cet apparent confort (ou oisiveté) ne doit pas cacher les rigueurs et difficultés quotidiennes, les fouilles, etc., ni le fait que certains prisonniers tentent d'obtenir des faveurs des Allemands (ou un rapatriement anticipé) en étant plus "collaborateurs" que Vichy. Dans ce contexte difficile, un film est tourné en cachette, par les officiers eux-mêmes. C'est sur son histoire que se termine l'ouvrage.

Un très bon livre, qui passionnera tous ceux qui s'intéressent à l'armée française dans la Seconde guerre mondiale.

Dacres éditions, Paris, 2014, 169 pages, 20,- euros.

ISBN : 979-10-92247-19-0.

Le film réalisé par les prisonniers

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 05:50

As

Adolphe Pégoud (Grande Guerre)

Avions - n° 206

Une dominante Seconde guerre mondiale dans ce numéro d'été d'Avions, avec la campagne de France, celle de la Libération et un étonnant article sur les appareils japonais récupérés par les Soviétiques. On note aussi la première partie d'une biographie de l'As de la Grande Guerre Adolphe Pégoud, et un article sur l'italien Francesco Brach Papa, avant, pendant et après la Première Guerre mondiale. Un numéro à la fois varié et original.

As

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 06:00

Aurore aux portes de l’enfer

Lucien-Henri Galea

Voici les souvenirs romancés d’un jeune engagé dans les fusiliers marins durant la guerre d’Algérie, qui découvre, presque pour ses 18 ans, la vie des postes et des patrouilles sur le barrage marocain. Deux bonnes raisons de lire le livre donc, puisque les unités de marine à terre (Demi-brigade de fusiliers marins, DBFM) sont rarement évoquées et que le barrage électrifié sur la frontière occidentale de l'Algérie avec le Maroc est bien moins connu que son homologue sur la frontière tunisienne.

Le récit est réellement au niveau du groupe de camarades, qui connaissent ensemble les rigueurs de la formation initiale au camp Siroco près d’Alger et deviennent des amis que seule la mort peut séparer. Les personnalités au sein du groupe sont très (trop ?) typées (le pied-noir « pur sucre », l’intellectuel métropolitain de bonne famille, etc.) et le style direct, souvent sur la base de dialogues reconstitués, rend l’ouvrage facile à lire. L’auteur ne s’embarrasse d’ailleurs pas de beaucoup de précautions de langage et écrit comme il parlait à l’époque. Au fur et à mesure des chapitres, nous suivons donc la formation de ces jeunes engagés, leurs premières missions opérationnelles sur le barrage occidental, le premier mort, la vie quotidienne, etc. Rien de vraiment exceptionnel par rapport à ce qui est connu, mais la confirmation, surtout, de l’importance des solidarités au sein du groupe primaire. La guerre nous est racontée au niveau du combattant de base, dans son blokhaus ou avec son half-track et les observations sur la politique algérienne dans sa globalité sont plutôt rares, même si elles percent parfois ici ou là. On y découvre aussi quelques « renégociations » locales du commandement, comme lorsque quelques appelés refusent, après le putsch, « de faire les patrouilles. Le commandement en prend acte sans demander de punition. Bien sûr, les engagés auront à accomplir plus que leur devoir, puisque il leur faut remplacer les hommes manquants ». Les patrouilles et les combats nocturnes, les embuscades montées ou subies, forment la toile de fond d’un récit qui, bien au-delà des comptes rendus officiels, donne à comprendre le quotidien, le vécu d’une unité.

Un témoignage sans prétention, « dans son jus » (quelque fois un peu « brut de fonderie » d’ailleurs), sur une unité et dans un secteur rarement abordés dans la bibliographie générale.

Lavauzelle, Panazol, 2015, 185 pages

ISBN : 978-2-7025-1626-3.

Témoignage

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Guerre d'Algérie
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 05:50

Aneho en janvier-février 1884

selon les rapports du capitaine W. Stubenrauch

commandant de la SMS Sophie

Woulamatou Gbadamassi et Adjaï P. Oloukpona-Yinnon

La littérature historique française est relativement pauvre en études détaillées sur les premiers temps de la colonisation allemande à la fin du XIXe siècle, et ce livre construit à partir de sources primaires des archives militaires fédérales de Fribourg est donc d’autant plus intéressant.

Les auteurs nous présentent en effet le détail du premier débarquement de troupes allemandes à Aneho (Petit Popo) au début de l’année 1884, avant que le territoire de ce qui deviendra la bande côtière du Togo ne soit officiellement placé sous protectorat du IIe Reich par Gustav Nachtigal l’été suivant. Les événements sont décrits dans le détail, y compris le séjour contraint et peu connu) en Allemagne métropolitaine de deux notables locaux appartenant à une famille plus favorable aux Britanniques qu’aux Allemands, pris en otage et qui devront accepter de reconnaître le traité de protectorat. La « tactique » du jeune officier de marine allemand, qui outrepasse dans un premier temps les ordres reçus, n’est fondamentalement pas différente de celles que les autres puissances européennes mettent en oeuvre à la même époque sur différents points de la côte africaine et l’on voit bien comment les premiers coloniaux allemands savent jouer des rivalités entre tribus et communautés locales pour installer leur autorité et s’assurer la fidélité, plus ou moins "spontanée" de certains représentants des hiérarchies traditionnelles. L’un des intérêts de ce volume est de présenter aux lecteurs français le texte intégral, en allemand et en français, des comptes rendus rédigés à l’époque par le commandant de la Sophie ainsi que le point de vue des notables togolais (en anglais), une solide chronologie, l’identification des sources et une bibliographie.

Un épisode qui peut paraître anecdotique dans l’histoire générale de la colonisation, mais qui représente presque un cas d’école dans l’établissement des colonies européennes à la fin du XIXe siècle.

Presses de l’université de Lomé (Togo), 2012, 266 pages.

ISBN : 978-2-9167-8916-3.

Togo allemand

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 06:00

La flamme de la Résistance

Les 5 communes compagnon de la Libération

Vladimir Trouplin (Dir.)

Le livre s'ouvre sur une citation d'André Malraux, selon lequel "la plus belle sépulture des morts, c'est la mémoire des vivants", et se fixe pour objectif de retracer "les hauts faits qui leur (à ces villes) ont valu d'être les seules collectivités territoriales nommées compagnon de la Libération".

Il se divise ainsi en sept grandes parties, les cinq centrales étant consacrées chacune à l'un de ces lieux honorés : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l'île de Sein (dont la place et le rôle dans les combats de la résistance et de la libération sont détaillés) ; tandis que la première permet une solide présentation de l'ordre, de sa création, ses compagnons, jusqu'à sa clôture au lendemain de la guerre ; et que la dernière est centrée sur le "Conseil national des communes compagnon de la Libération", officiellement créé par la loi en 1999 afin de maintenir les valeurs de la Résistance alors que les titulaires individuels décèdent peu-à-peu. On apprécie également les nombreuses et riches annexes, dont la liste alphabétique des compagnons, et une riche bibliographie.

Un volume "de circonstance" et à caractère commémoratif, mais qui apporte beaucoup d'informations et plaira sans nul doute à tous les amateurs de la période.

Le Cherche-Midi éditeur, Paris, 2012, 319 pages. 14,50 euros.
ISBN : 978-2-7491-2324-0.

Villes décorées

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 06:40

Russie - Occident

Une guerre de mille ans

Guy Mettan

Un ouvrage sur un thème historique analysé dans le temps long, par un journaliste suisse. A partir de quelques expériences professionnelles et personnelles, Guy Mettan se demande en effet pourquoi (et comment) une hostilité telle que celle qui se manifeste à l'égard de la Russie aux Etats-Unis et en Europe occidentale peut être possible.

Son propos est direct, le texte est vif, le style sans fioriture. S'il affirme vouloir écrire un ouvrage qui ne soit ni "pour", ni "contre", mais aussi objectif que possible, force est de reconnaître qu'il prend plus facilement position en faveur de la Russie que de ses interlocuteurs internationaux, et que ses arguments tiennent parfois du sophisme (si l'on a fait ceci ou pas fait cela à telle ou telle époque, pourquoi l'a-t-on fait récemment ?). Et de rappeler en exergue du premier chapitre cette plaisenterie russe : Savez-vous ce qui, en Occident, distingue les kremlinologues des sinologues ? Les sinologues aiment la Chine, tandis que les kremlinologues détestent la Russie". Mais ceci étant dit, la lecture est presque "rafraîchissante" dans le discours général actuel des médias, et nombre d'exemples donnés laissent pensifs. La première partie ("La force d'un préjugé") s'intéresse à certaines manifestations récentes de la russophobie dénoncée par l'auteur à l'occasion des événements de Tchétchénie, d'Ossétie, des JO de Sotchi, ou de l'Ukraine en 2014, puis la seconde ("Petite généalogie de la russophobie") tente d'en établir l'arbre généalogique depuis le Moyen-Âge. Elle en aborde surtout les différentes facettes nationales (en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Etats-Unis), en référence avec les tropismes (réels ou supposés) de chaque nation concernée, et l'on n'adhère pas toujours aux exemples historiques donnés, surtout parmi les plus anciens. Enfin, la troisième partie ("La russophobie, mode d'emploi"), assez originale et bien vue sous la plume d'un journaliste, s'efforce de démontrer que le choix du vocabulaire n'est jamais innocent : "Dans la couverture du conflit ukrainien, citer des 'rebelles séparatistes du Donbass' n'a pas du tout la même signification que de faire parler des 'résistants anti-ukrainiens'. De même que 'l'annexion de la Crimée par la Russie' n'a pas la même connotation que 'le retour de la Crimée au sein de la mère-patrie russe'. Il s'agit pourtant des mêmes hommes et d'une même réalité". On notera également l'argument cité à plusieurs reprises selon lequel l'Occident s'est tout-à-fait satisfait de la partition entre Tchéquie et Slovaquie, puis de l'implosion yougoslave, enfin de la création de l'Etat du Kosovo : alors, pourquoi un traitement différent pour l'Ukraine orientale ? Autre thème évoqué à plusieurs reprises : pourquoi la Russie devrait-elle accepter sans rien dire que l'OTAN s'installe directement sur ses frontières, contrairement aux accords pris à la fin du XXe siècle ? Enfin, la partie consacrée aux "Mots et à la grammaire de la novlangue antirusse" est d'autant plus intéressante qu'elle rappelle nombre de discours et reportages...

Outre la thèse défendue par l'auteur, l'ouvrage finalement nous invite (paradoxalement) à mettre un bémol sur la confiance que nous pouvons accorder aux médias, et l'on pourrait prendre en conclusion cette citation de Soljenitsyne, évoquée dès la première page : "La société occidentale éclairée d'aujourd'hui (c'est elle qui fait la loi) n'est au vrai que bien peu tolérante, surtout quand on la met en cause ; elle est toute entière coulée dans un moule rigide d'idées conventionnelles. Certes, pour combattre les contradicteurs, elle ne joue pas du gourdin, mais elle use de la calomnie, et, pour les étouffer, de son pouvoir financier. Essayez donc de vous frayer un chemin à travers les entrelacs des préjugés et des affirmations tendancieuses dans quelque brillant journal d'audience nationale !". Tiens, j'en parlais justement à Athènes... Un discours différent de celui généralement promu et en vogue : on aime bien.

Editions des Syrtes, Genève, 2015, 482 pages, 20,- euros.
ISBN : 978-2-9405-2318-4.

Haine de la Russie ?

Partager cet article

Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile