Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 00:05

Partir dans les outre-mers

De l'empire colonial à nos jours (XIXe-XXIe s.)

Hubert Bonin (Dir.)

Spécialiste d'histoire économique et financière n'oubliant pas les questions militaires et de défense (ici et ici par exemple), Hubert Bonin a dirigé un ouvrage collectif atypique et foisonnant.

Bien des gens pouvaient (peuvent) "partir au loin, très loin", pour les raisons les plus diverses, sous les cieux les plus différents, à des époques variés et dans des conditions originales. Les quatorze contributions rassemblées illustrent ainsi autant de cas particuliers. Une seule traite explicitement d'un cas non français, celle de Christine de Gemeaux consacrée à "Partir dans les colonies du Reich, exotisme, érotisme et nationalisme au féminin", qui traite du cas des femmes allemandes parties au tournant des XIXe-XXe s. pour les colonies allemandes. D'autres, relativement attendues, sont plus transverses et s'intéressent aux explorateurs, aux missionnaires, aux chefs d'entreprises. Certaines traitent de fonctions spécifiques (Julien Hélary, "Partir administrer un empire disparu. Le paradoxe des élèves des dernières promotions de l'ENFOM (1953-1963)"), ou de déplacements imposés ("Partir... au bagne", par Gilles Poizat). D'autres encore abordent directement les questions militaires ("Partir à la recherche de points d'appui. Le capitaine Passot à Mayotte et l'amiral Cécille à Basilan" par Hugues Béringer, "Partir, souffrir et mourir à Biribi. Les bagnes africains de l'armée française" par Alain Ruscio, ou "Partir en guerre d'Algérie" par Jean-Charles Jauffret). On le voit, la diversité des approches fait de ce volume le complément utile de bien des publications antérieures, et les nombreuses notes infrapaginales offrent aux amateurs d'histoire coloniale d'utiles références.

Un ouvrage collectif qui sera apprécié de tous les amateurs.

Les Indes Savantes, Paris, 2020, 232 pages, 25,- euros.

ISBN :  978-2-84654-531-0.

Pourquoi partir ?

Partager cet article

Repost0
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 00:05

L'esprit impérial

Passé colonial et politiques du présent

Robert Gildea

Dans ce volume qui tente de jeter un pont entre les colonisations du XIXe s., les empires à leur apogée puis les décolonisations du XXe s. et enfin la présence de fortes minorités (en particulier musulmanes) en Europe, Robert Gildea se laisse entraîner, semble-t-il, par les idéologies dominantes.

Du colonialisme au néo-colonialisme, l'esprit "impérial" n'aurait jamais quitté Londres et Paris et l'arrivée de nouvelles populations n'aurait fait qu'accélérer le développement de discours identitaires d'exclusion… Robert Gildea traite donc successivement de la constitution des empires, des crises qui traversent leur histoire, des conséquences des deux guerres mondiales qui mènent à la décolonisation. Il multiplie les "phrases chocs", parlant par exemple lors de l'imposition de la conscription en Algérie et de la répression de la rébellion des Aurès en 1916 de "résurgence de la traite des esclaves"... De même, quelques chapitres plus loin, évoquant la situation en Irlande du Nord en 1969-1970, il fait référence à Tariq Ali, membre du Groupe marxiste international : un observateur objectif… Lorsqu'il évoque "la colonisation à l'envers" (l'établissement d'importantes minorités ultramarines en Europe), ses propos sont tout aussi engagés, pour ne pas dire polémiques, en accordant une audience particulière aux adeptes des théories post-coloniales : à l'issue des émeutes de 2005 en banlieue, la réponse des autorités aurait été "typique d'un pouvoir colonial"... On croît rêver. Il précise en conclusion : "Un rêve de gloire et une chronique de l'angoisse, c'est donc bien cela que fut l'empire. Et jamais il ne cessa d'être ces deux choses … Les pays européens doivent reconnaître que l'empire est créateur d'angoisse et dissiper le fantasme de sa réapparition sous des formes plus douteuses encore"

En résumé, un livre d'idéologue, militant, qui ne doit pas grand chose à la recherche historique et qui brasse à grands coups de formules approximatives les idées mondialistes en vogue. Très décevant.

Passés/Composés, Paris, 2020, 495 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-3793-3105-3. 

Limites de l'exercice ?

Partager cet article

Repost0
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 00:05

Fortunes de mer, sirènes coloniales

XVIIe - XXe siècles

Olivier Grenouilleau

Les questions maritimes, coloniales et économiques sont d'évidence intimement liées et, dans ce livre solidement référencé, Olivier Grenouilleau en étudie les relations dans le temps long en s'efforçant de mettre à bas quelques fausses vérités.

L'ouvrage est divisé en trois grandes parties chronologiques correspondant aux étapes majeures de la colonisation française : "Lorsque la France s'ouvrait à l'Atlantique colonial (vers 1660-1720)", "Succès et mirages du beau XVIIIe siècle", et "Des colonies à l'empire colonial (vers 1780-1914)". Il observe que la France est, dès les premiers temps, un acteur majeur de la colonisation ultramarine, sous l'impulsion de l'Etat qui joue un rôle moteur tout en confiant une partie de la mise en œuvre au secteur privé avant qu'une partie de la noblesse ne se laisse tenter. On appréciera tout particulièrement le chapitre 5, qui compare puissance navale / domaine colonial / investissement humain et matériel entre les principales puissances de l'époque (Espagne, Portugal, Provinces-Unies, France, Angleterre), seul le Royaume-Uni présentant "tous les atouts à la fois". La deuxième grande partie est pour une part consacrée à la traite négrière, et d'autre part à une tentative d'évaluation de la réalité financière du commerce colonial et enfin à une analyse de la structure du capitalisme colonial. La troisième enfin nous fait retraverser l'Atlantique pour passer des Amériques en Afrique, avec la (très) progressive pénétration française en Afrique du nord et occidentale, les continuités mais aussi les évolutions des états d'esprit, des méthodes, des organisations et des législations. On retient en particulier deux chapitres dans cette ultime partie, "Les dessous d'un débat : la crise de la marine marchande (1860-1914)" qui permet de mieux comprendre bien des situations ultérieures, et "Réussites et illusions du second système colonial" qui confirme que l'empire coûte plus qu'il ne rapporte (au plan comptable) : "C'est un fait, la décolonisation est notre intérêt, et par conséquent notre politique" (De Gaulle).

Un livre essentiellement, mais pas uniquement d'histoire économique qui permet de replacer l'histoire de la colonisation française dans le temps long. De nombreux tableaux et graphiques ponctuent le texte courant et apportent des éléments (généralement chiffrés) complémentaires. Une étude qui complète utilement notre connaissance des mondes coloniaux et qui doit être connu aussi bien des maritimistes que des amateurs d'histoire générale.  

CNRS Editions, Paris, 2019, 239 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-271-12521-7.

Colonies et économie maritime

Partager cet article

Repost0
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 06:00

L'indigénat

Genèses dans l'empire français,

pratiques en Nouvelle-Calédonie

Isabelle Merle et Adrian Muckle

Né en Algérie (dont il reste le plus célèbre exemple), le code de l'indigénat a été en vigueur de 1887 à 1946 en Nouvelle-Calédonie, ce que l'on sait moins. Durant cette période, il est appliqué sans faiblesse et marque profondément les populations locales.

Le livre présente dans une première partie les origines et les justifications de ce code de l'indigénat, d'abord en Algérie, puis en Cochinchine, enfin en Océanie. La seconde partie développe la mise en place, puis la mise en œuvre de l'indigénat en Nouvelle-Calédonie, avec en particulier le rôle des administrateurs et celui des gendarmes. Les différents chapitres traitent de la question fiscale et de ses injustices, mais aussi des contrôles et limites à la liberté de circulation intérieure. Enfin, la troisième partie s'attache aux formes de travail obligatoire, mais aussi aux projets (non aboutis) d'adoucissement (partiel) de ce régime. Le dernier chapitre est centré sur la période de la Seconde guerre mondiale, lorsque "l'ordre colonial se craquelle" et que les soldats indigènes de la France Libre demande la reconnaissance juridique de leur engagement pour la "mère-patrie".

Une série de cartes, tableaux de synthèse et graphiques complète le texte courant, et plusieurs annexes permettent de revenir aux textes législatifs et règlementaires originaux. Un ouvrage très "pointu" sur un sujet fort mal connu.

CNRS Editions, Paris, 2019, 527 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-271-12562-0.

Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 06:00

Empires illusoires

Les paris perdus de la décolonisation

Bouda Etemad

Dans cet essai dense, l'auteur tente d'expliquer que toute entreprise coloniale impériale est vouée à l'échec par ignorance et violences des colonisateurs.

Pour démontrer la justesse de sa thèse, Bouda Etemad a fait le choix d'étudier quatre exemples particuliers, qui font l'objet des grandes parties du volume : "L'Amérique du Nord britannique, terre réfractaire à la seigneurie féodale", "L'empire des Indes, moulin à chimères", "L'Algérie française, tenace et tragique illusion", et "L'Afrique occidentale : une énigme et deux illusions". Selon l'auteur, quel que soit le type "administratif" de colonie, il y a nécessairement distorsion entre les objectifs initiaux du colonisateur et les évolutions ultérieures du territoire. Si beaucoup d'observations sont pertinentes, d'autres surprennent, comme le caractère soit disant exemplaire de l'administration turque en Algérie avant 1830… De même, considérer que les colons algériens ont réussi "à mieux séparer les sangs que l'Afrique du Sud de la discrimination raciale et de l'apartheid" semble pour le moins abusif, ne serait-ce que parce que les "colons" (pas vraiment définis) ne constituent en rien un corps monolithique. Appuyant son discours sur des considérations essentiellement économiques et de rentabilité du territoire colonisé, Bouda Etemad cite une série d'auteurs anciens (XIXe / début XXe s.) peu connus, mais en oublie d'autres plus influents et dont les propositions auraient sans doute méritées d'être mises en parallèle.

Une démonstration pas toujours convaincante, mais des pistes, des réflexions, des chiffres, des références qu'il est important de connaître pour avoir une approche complète du dossier. Tout n'est pas écrit à l'avance et je ne crois pas à une sorte de "prédisposition" absolue, une forme d'évolution dans le temps long obligatoire, automatique. L'histoire me semble en réalité beaucoup plus complexe.

Vendémiaire, Paris, 2019, 237 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-36358-326-0.

Rêves et échecs

Partager cet article

Repost0
28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 06:00

Réveiller l'archive d'une guerre coloniale

Pierre Schill

Dans ce magnifique volume, Pierre Schill nous présente un parcours de dix ans de recherche pour identifier et valoriser un fonds photographique exceptionnel.

En 1911, Gaston Chéreau est missionné comme envoyé spécial du grand quotidien Le Matin en Libye à l'occasion de la guerre italo-turque. Outre les articles qu'il envoie à Paris, il réalise un reportage photographique de plus de 200 clichés (dont certains peuvent en réalité être probablement attribués à d'autres photographes), dont la majorité sont ici reproduits. Il s'agit donc, dans la littérature francophone, d'une publication exceptionnellement intéressante sur cette guerre italo-turque si mal connue et plus largement sur la dernière période de la conquête coloniale. Parfaitement reproduits (le livre est une vraie réussite au plan esthétique), ces clichés portent tout à la fois sur la guerre elle-même et les soldats, mais aussi sur l'imposition de la domination italienne (pendaisons collectives d'indigènes révoltés), les populations, les villes et les paysages. En complément (utile), l'auteur reproduit et commente les articles publiés dans Le Matin, et les photos publiées dans divers périodiques. Enfin, la présentation et l'analyse de la correspondance personnelle de Gaston Chéreau (en particulier avec son épouse) ajoute une indiscutable plus-value en proposant un autre regard. La fin du volume est consacrée à une approche artistique transdisciplinaire ("Regards croisés sur une archive").

Un ouvrage à la fois beau et passionnant. Une vraie réussite éditoriale qui mérite d'être connue de tous les amateurs.

Creaphiséditions, 2018, 479 pages, 35,- euros.

ISBN : 978-2-35428-141-0.

Superbe ensemble

Partager cet article

Repost0
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 06:00

Le Congo s'embrase

Hugues Wenkin

Auteur prolifique et apprécié, dont nous avons régulièrement présenté les différentes publications en particulier sur la Seconde guerre mondiale (ici, ici et ici par exemple), Hugues Wenkin nous entraîne bien au-delà, au plus profond de l'immense et lointain Congo.

Dans cette colonie belge, le processus général de décolonisation des années d'après-guerre 1940-1945 produisent d'autant plus leurs effets que ce territoire immense est toujours en partie sous-administré au sens large et que le commandement de ses forces armées (la "Force publique" congolaise) n'a pas une réputation sans tâche. On sait plus ou moins que  l'affaire du Congo constitue l'une des principales opérations de l'ONU dans les années 1960, et l'un de ses échecs majeurs aussi. Avec Hugues Wenkin, nous apprenons tout du déroulement des évènements, de la proclamation de l'indépendance à l'internationalisation du conflit. Les hésitations puis mauvaises décisions à Bruxelles compliquent singulièrement la tâche des acteurs locaux, dont certains ont bien des arrière-pensées. Nous suivons ainsi commandos belges et chasseurs ardennais dans les premières secousses d'une crise qui ne va pas cesser de prendre de l'ampleur, tandis que Bruxelles soutient finalement le mouvement sécessionniste katangais.

Un livre dans l'esprit des publications antérieures pour la forme : bel album avec une iconographie nombreuse et de qualité. Sans aucun doute une véritable découverte pour de nombreux lecteurs français et même belge, par le luxe de détails qui nous sont donnés.

Weyrich Ed., Neufchâteau (B), 2017, 235 pages, 33,- euros.

ISBN : 978-2-87489-442-8.

Implosion du Congo belge

Partager cet article

Repost0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:00

Colonialisme ou impérialisme ?

Le 'Parti colonial' en pensée et en action

Julie d'Andurain

Ayant déjà consacré une grande partie de ses travaux aux questions militaires et coloniales (ici et ici par exemple), Julie d'Andurain nous offre ici un véritable "volume-source", un bel outil de travail.

On sait que la création du deuxième empire colonial français essentiellement à partir de la seconde moitié du XIXe s. voit agir des politiques, des militaires, des publicistes, mais les relations des uns avec les autres  (et surtout la question des réseaux collectifs) restent mal connues. Avec la structuration d'un 'Parti colonial' (en réalité trans-partisan) au sein duquel ces hommes se croisent, se rencontrent, mais aussi se succèdent, il peut sembler qu'une direction politique unique (même si elle est protéiforme) s'impose. Le travail de bénédictin de Julie d'Andurain permet déjà d'y voir plus clair dans cet ensemble aux contours flous et dont les hiérarchies sont à la fois évolutives et peu apparentes. Elle nous propose en effet une véritable galerie de portraits des acteurs de cette conquête coloniale, à partir de laquelle commencent à émerger plus clairement différences et rapprochements. Le livre est divisé en trois grandes parties, qui correspondent aux "familles" identifiées : "Les doctrinaires" (de Paul Dislère, dont les réflexions sont marquées par son origine "Marine nationale", à Robert de Caix, promoteur de "L'asie française") ; "Les politiques" (de Gambetta, avec la double question de la force militaire nécessaire et de l'organisation ministérielle centrale ; à Albert Sarraut pendant l'entre-deux-guerres et la volonté de mettre en valeur l'empire, la politique indigène et le plan qui porte son nom) ; "Les militaires" enfin, qui ne constituent pas plus que les premiers un bloc monolithique et qui, de Bugeaud à Lyautey, sont divisés à la fois géographiquement et chronologiquement entre "Algériens, "Sénégalais", "Tonkinois", "Soudanais", "Marocains, etc., même si les circulations d'idées sont nombreuses entre eux. Au fur et à mesure, se précise le poids relatif des uns par rapport aux autres. Surtout, après avoir présenté chaque personnage (des plus connus aux plus discrets), elle dresse la liste référencée de leurs écrits et des textes (livres ou articles importants) qui leur sont consacrés. Au fil des portraits et des pages, on perçoit beaucoup mieux les débats qui opposent en particulier civils et militaires quant à la responsabilité de ces territoires, et l'on observe les évolutions dans le temps des idées dominantes.

En résumé, un outil de travail indispensable pour quiconque veut s'intéresser de près à la naissance et au développement de l'empire colonial français. Et l'on en vient à espérer la publication d'une forme de suite, synthèse après l'analyse, passant de l'individuel au collectif et nous racontant l'histoire (interne) de ce 'Parti colonial', que l'on cite souvent sans le connaître réellement. Un document de référence pour les amateurs comme pour les chercheurs.

Ed. Zellige, Léchelle, 2017, 432 pages, 28,- euros.
ISBN : 978-2-914773-79-9.

Références coloniales

Partager cet article

Repost0
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 06:00

La révolution des esclaves

Haïti, 1763-1803

Bernard Gainot

Bien connu à la fois pour ses travaux sur le Premier empire et la première période de conquête coloniale, Bernard Gainot nous offre ici une synthèse extrêmement précise d'un événement plus important qu'on ne le croit généralement : la difficile émergence de la première république noire née du monde colonial, une histoire dont Toussaint Louverture est effectivement le héros mais qui va bien au-delà.

En un peu moins de 300 pages, et y compris dans une introduction rigoureuse, il dresse le tableau complet des complexes et multiples événements qui se succèdent pendant plusieurs dizaines d'années dans la plus belle colonie française de l'époque, passant par les signes annonciateurs, la première abolition de l'esclavage, la place -peu connue- des affranchis noirs dans les rangs de l'armée coloniale, la distance aussi bien temporelle que spatiale avec la métropole qui est en facteur important, le développement de l'idée de liberté, la "révolution de Saint-Domingue" et le surgissement de Toussaint Louverture, qui à la fois organise à l'européenne une armée et met en place l'administration des territoires qu'il contrôle. Dans cette dernière partie, il n'hésite pas à s'attarder sur les conditions des campagnes militaires et les formes de l'organisation militaire territoriale, sans jamais omettre l'importance des menaces (plus ou moins réelles) que font peser les voisins espagnols et surtout britanniques. La notion de "république impériale française" est tout-à-fait intéressante, avec ses corollaires "l'équilibre des races" et la recherche d'une nouvelle organisation constitutionnelle. L'année 1797 est à cet égard essentielle. Le début du XIXe s. est marqué par un retour des violences puis des opérations militaires de grande ampleur entre le général Leclerc, représentant la métropole, et Toussaint qui a repris les armes. Du fait à la fois de l'intensité (ponctuellement) des combats et de ruptures quasi-idéologiques, l'indépendance est désormais ouvertement revendiquée : "La révolution de Saint-Domingue se hausse au rang de modèle à suivre pour les peuples colonisés". C'est chose faite en 1804. L'analyse de la défaite du corps expéditionnaire métropolitain, et ses échos, constituent la matière d'un ultime chapitre, qui clôt utilement l'ensemble du volume.

Une solide présentation, didactique, précise, qui permet de mieux comprendre non seulement les événements de l'époque mais aussi leurs conséquences ultérieures.

Vendémiaire, Paris, 2017, 287 pages. 22,50 euros.

ISBN : 978-2-36358-259-1.

Fleuron du premier empire colonial

Partager cet article

Repost0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 06:00

Quand les Européens découvraient l'Afrique intérieure

Afrique occidentale, vers 1795 - 1830

Olivier Grenouilleau

Spécialiste du XIXe siècle et de l'histoire de l'esclavage, à laquelle il a déjà consacré de nombreux ouvrages, Olivier Grenouilleau nous propose ici une étude sur la période "pré-coloniale", celle qui, de la Révolution à la Monarchie de Juillet, voit un nombre croissant d'Européens, explorateurs, commerçants, scientifiques et militaires, pénétrer de plus en plus profondément vers le centre du continent noir, à partir des côtes d'Afrique occidentale.

C'est l'époque des débuts de l'abolitionnisme, mais aussi celle où l'on a en Europe une vision fantasmée d'une Afrique "fabuleuse aux richesses immenses ..., image mythique où, à l'instar de sa végétation, tout ne serait en Afrique que naturelle luxuriance". Français et Britanniques sont alors à la pointe de ces expéditions de découverte, et au fil des pages nous suivons les traces de Clapperton et de Lander, remontant du golfe de Guinée vers le Niger ; de Gray et Dochard, de Mollien, de Park et de Laing, partant des côtes du Sénégal et du Sierra Leone, de René Caillié, qui à partir de la côte atlantique remonte jusqu'au Maroc et à Tanger par Tombouctou. Pour les uns, il s'agit déjà, effectivement, d'ouvrir la voie à la colonisation européenne, pour d'autres de partir à la recherche de voies commerciales et de débouchés, pour d'autres enfin les préoccupations sont essentiellement scientifiques, mais tous manifestent à l'égard des régions qu'ils traversent et des populations qu'ils rencontrent une curiosité de bon aloi, qui n'est pas encore marquée par cette forme de mépris condescendant que l'on retrouvera à la fin du XIXe siècle. Olivier Grenouilleau nous présente les personnalités et les tempéraments souvent assez exceptionnels de ces explorateurs et s'efforce de préciser leurs motivations pour partir ainsi à l'aventure. Il raconte leur quotidien, leurs rencontres, leurs rapports avec les chefs locaux, les difficultés de déplacement, etc. ; mais aussi l'organisation sociale des nations et tribus au sein desquelles ils séjournent pendant parfois de longues périodes, ainsi que les circuits d'échanges qui préexistent et le potentialités économiques (réelles ou supposées) qu'ils identifient. Enfin, la troisième grande partie est consacrée tout à la fois à la question de l'esclavage africain intérieur, avec le paradoxe de sa condamnation avant que l'abolitionnisme n'ait triomphé en Europe, et à la question de la position de ces explorateurs, aussi bien vis à vis de ces sociétés qu'à leur retour dans leur métropole européenne.

Un livre à la fois riche d'informations sur une période et des événements généralement mal connus, qui replace sans a priori à leur juste place des campagnes de découverte, et qui présente honnêtement les "visiteurs" comme les "visités".

Tallandier, Paris, 2017, 349 pages. 23,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0335-4.

Exploration et découverte de l'Afrique

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile