Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 06:25

Où sortir à Paris ?

Le guide du soldat allemand, 1940-1944

Amusant et original. Dans ce volume, vous retrouverez toute l’actualité artistique de la capitale française pendant l’occupation, telle qu’elle était présentée aux soldats allemands.

Le Wegleiter für Paris (« Guide allemand de Paris ») commence à paraître dès juillet 1940 et ne disparaît qu’en août 1944. Comme il est à la fois « intimement lié à l’idée que les nazis se font de Paris » et qu’il veut « parler de Paris aux Allemands. Donc de manière allemande, avec un ton allemand », cette présentation nous offre un panorama complet de la « vie parisienne » pendant quatre ans, vue par l'occupant, avec ses a priori et ses déformations. Le volume est organisé en chapitres annuels (1940, 1941, 1942, etc.), qui présentent la traduction d’articles représentatifs dans les différentes rubriques et des fac-similés des numéros correspondants (théâtre, cinéma, littérature, expositions, restaurants, monuments à visiter, opéra, promenades, architecture, etc.). La lecture des chroniques relatives aux nouveaux films ou les comptes rendus des pièces de théâtre sont intéressantes de l’approche par l’occupant de la production intellectuelle et artistique dans la ville-lumière occupée. Un regret : l’absence d’index, car il aurait été instructif d’avoir dans la durée (sans chercher tout au long de l’ouvrage) la présence à la Une de tel artiste ou de tel autre et les commentaires portés sur lui dans la durée.

Une plongée dans l’occupation telle que les autorités allemandes ont voulu la présenter à leurs propres soldats. A lire, donc, au premier comme au second degré.

Alma éditeur, Paris, 2013, 157 pages, 19 euros.

ISBN : 978-2-36279-095-9.

Ach ! Paris !

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 06:45

Le syndrome pakistanais

Christophe Jaffrelot

En fait, au-delà de la précision que semble indiquer le titre, Christophe Jaffrelot nous invite à faire connaissance avec tous les détails de l’histoire de ce pays depuis son indépendance. Etant donné la place et le rôle du Pakistan dans les équilibres (et déséquilibres) régionaux, passés, actuels et très probablement à venir, ce livre s’imposait.

Après une longue introduction qui présente le contexte général, la relation tendue avec l’Inde et ce « syndrome pakistanais » dont il sera par la suite souvent question, l’auteur divise son travail en trois grandes parties chrono-thématiques : « Un nationalisme sans nation (voire sans peuple) », qui traite de la période de la colonisation britannique, du processus d’indépendance et des querelles ethniques ; « Ni démocratie, ni autocratie ? », entre 1947 et le début des années 2000, avec l’alternance tous les dix ou douze ans de dictature militaire et de pouvoir civil, mais aussi la difficile émergence de contre-pouvoirs ; « L’islam, idéologie territoriale ou religion politique ? », qui couvre également les années d’indépendance, pose la question de la place de l’islam dans la société (mais quel islam ?), des Taliban, du Cachemire et de l’Afghanistan et des zones tribales. Il en ressort à notre sens que la construction d’un Etat-nation dans une mosaïque ethnique où une religion très largement dominante est instrumentalisée par le pouvoir comme par l’opposition relève de la gageure (Yahya Khan, Bhutto, Zia, etc.). Opinion pessimiste peut-être... Pourtant, depuis 2010, le nombre d’attentats et de violences politiques diminue, mais les questions liées au rôle des services de renseignement et de sécurité comme celles relatives à l’armée restent posées, et l’on constate que les périodes de « répit » relatif correspondent aux années où les Etats-Unis exercent les pressions les plus fortes et versent les subsides les plus importants : « la relation clientéliste qu’entretiennent les Etats-Unis et le Pakistan est lourde de contradictions ». Que ces "investissement américain" ralentisse, et les nuages s'amoncellent.

Une analyse très fouillée, aussi nuancée que complète. L’auteur semble envisager en conclusion qu’une évolution positive peut être possible. Il faut l’espérer. Mais en être convaincu est une autre affaire.  Le volume se termine sur une chronologie assez précise qui court de 1940 à 2013 et sur un glossaire bien utile. Un ouvrage sérieux, nous semble-t-il indispensable dans la production francophone pour comprendre ce pays et ses évolutions. A lire.

Fayard, Paris, 2013, 657 pages, 30 euros.

ISBN : 978-2-213-66170-4.

Colosse aux pieds d'argile ?

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 06:40

Grand atlas 2014 "Autrement"

Comprendre le monde en 200 cartes

Franck Tétart (Dir.)

Voici, avec la fin de l’année qui approche, la saison des atlas. Il semble que les éditions Autrement soient les premières à frapper cette année, avec ce volume à la fois clair et pédagogique, qui alterne au fil des pages cartes, graphiques et encarts.

Le volume est divisé en six grands thèmes : un « Panorama géopolitique du monde » qui traite surtout des principales puissances non européennes et se termine une présentation rapide du G8 / G20 ; puis « Le défi de la stabilité », qui s’ouvre sur une carte des conflits actuels dans le monde (et pose indirectement la question d’un arc de fragilité allant du Soudan au Pakistan via le Moyen-Orient et l’Iran), puis procède par coups de projecteur successifs, d’un continent ou d’une sous-région à l’autre. Les trois parties suivantes s’intéressent aux aspects économiques, sociaux et environnementaux (« Le défi du développement durable », « La maîtrise des ressources » et « Le défi de la mondialisation »), dont elles abordent les aspects alimentaires, énergétiques, climatiques et migratoires. Bravo aux cartographes dont le travail donne un résultat généralement très visuel : la carte de la page 67 qui présente les achats de terres agricoles dans le monde par des pays tiers (Japon, Corée, Inde, Chine) est par exemple riche d’enseignements. La dernière partie, enfin, nous ramène en France pour une sorte de « radioscopie » sur « La France, l’Europe et le monde » (le vieillissement de la population, le poids de la crise économique et financière, la place de la fonction publique et celle des services, la comparaison avec les autres Etats européens, la place de la jeunesse, etc.).

Sans prétendre à l’exhaustivité (qui le peut en moins de 200 pages à travers tant de disciplines ?), voilà un volume qui sera sans nul doute particulièrement utile à de très nombreux étudiants dans les disciplines variées. Et qui permettra aux adultes de ne pas en rester à des idées reçues en faisant un point annuel de situations évolutives.

Editions Autrement, Paris, 2013, 127 pages. 16,90 euros.
ISBN : 978-2-7467-3586-6.

Atlas géopolitique

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 06:35

Le dernier été d'Alain Fournier

Michel Baranger

On sait que le célèbre auteur du Grand Maulnes a trouvé la mort quelques sept semaines après le début effectif de la Première Guerre mondiale, dans le secteur de la tranchée de Calonne. Beaucoup de choses ont été écrites sur les circonstances de son décès, à la suite d’un accrochage avec une ambulance allemande, dans des circonstances restées controversées.

Michel Barranger décrit avec un soin scrupuleux la mobilisation au 288e RI de réserve du lieutenant Fournier, son affectation à la 23e compagnie, son rôle d’officier adjoint dans l’équipement de ses hommes et la montée en puissance de l’unité.  Puis c’est le départ vers la frontière du nord-est, les lettres à la famille et aux amis, le stationnement très provisoire dans la région d’Etain. Engagé à partir du 23 août au sein du Groupe de divisions de réserve sur l’aile de la IIIe Armée, le régiment de Fournier connait de durs combats à l’est, au nord et à l’ouest de Verdun, entre Eton et Osches. A partir du 20/21 septembre, le 288e RI, où Fournier a pris le commandement de sa compagnie, est dans le secteur des Eparges et de Saint-Rémy-la-Calonne, et c’est là que se noue le drame.  Les pages 55 - 94 sont consacrées à la reconstitution aussi précise que possible (mais « l’historien en est réduit à des conjectures, fondées sur des témoignages personnels bien plus tardifs et évidemment plus subjectifs ») des événements. L’auteur s’appuie donc sur les quelques documents officiels (JMO en particulier), dont les indications sont très fragmentaires et sur les récits ultérieurs, qu’il critique et commente, qu’ils soient d’origine française ou allemande. Il analyse également des sources contradictoires à l’aune de la réalité du terrain, ce qui représente un bel exercice de « micro-histoire bataille ». Les deux dernières parties enfin ont trait à la découverte des corps des soldats français tombés lors de cet engagement et à la mémoire d’Alain Fournier, essentiellement dans la région.

Une douzaine d’annexes complètent cette étude, qui se termine sur une bonne bibliographie. L’ensemble du texte est soutenu par un appareil de notes en bas de page, comporte quelques cartes détaillées et bénéficie de l’insertion d’encarts qui précisent tel aspect de l’organisation militaire ou l’emploi particulier de telle unité. Bref, un volume très riche, nous seulement pour ceux qui s’intéressent à la littérature et aux écrivains dans la Grande Guerre, mais aussi, par sa précision, pour ceux qui souhaitent approcher de plus près les combats dans la région de Verdun pendant la phase de guerre de mouvement.

Bernard Giovanangeli Editeur, Paris, 2013, 169 pages. 17,50 euros.
ISBN : 978-2-7587-0109-5.

Les dernières semaines du lieutenant Fournier

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 06:35

Le petit quizz de la Grande Guerre

Grégoire Thonnat

Un tout petit volume (il tient vraiment dans la poche), présenté quand même par Jean-jacques Becker, et qui propose 100 questions (et leurs réponses, bien sûr) sur la Première Guerre mondiale. Pour réviser soi-même, ou pour jouer en famille. C'est bien fait, pas trop ardu, et susceptible d'intéresser aussi bien les grands que les petits.

En complément, à la fin du volume, une chronologie sommaire, "les dix choses qui n'auraient peut-être pas vu le jour sans la Grande Guerre" (et il y en a d'autres), les 10 films de références et les 10 ouvrages à lire, puis les principaux sites et lieux de mémoire dans les différentes régions. Un petit volume plaisant et qui peut facilement être offert.

On adopte !

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2013, 151 pages. 4,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-026-4.

Le plus pour ceux qui veulent feuilleter el livre :

http://editionspierredetaillac.com/index.php?id_product=28&controller=product

Questions pour un champion !

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 06:30

Napoléon / Metternich

Le jour où l'Europe a basculé

Günther Müchler

Quand l'empire a-t-il basculé ? N'est-ce pas au cours de cette journée du 26 juin 1813 à la suite d'un très long entretien en tête-à-tête entre Napoléon Ier et Metternich ?

Durant plus de huit heures, ce jour là, entre l'empereur des Français et le ministre autrichien se joue ce que Günther Müchler qualifie de "drame psychologique". Le premier ne cède rien, le second prépare un renversement d'alliance, et le maître de l'Europe devra reconnaître : "Vos souverains nés sur le trônbe peuvent se faire battre vingt fois, et ne pas moins rentrer, chaque fois, dans leurs capitales ; moi qui ne suis que le fils de la Fortune, je ne règnerai plus le jour où j'aurais cessé d'être fort et, par conséquent, où j'aurais cessé de commander le respect".

Si le livre est construit sur un parallèle quasi-permanent entre les deux hommes. Il s'ouvre sur la dernière étape de la retraite de Russie l'année précédente et le voyage en traineau "le plus célèbre de l'histoire", puis les réactions et analyses à Vienne à la suite de l'annonce de la débacle de la Grande Armée (chap. 2 et 3), le corps de l'ouvrage est constitué par un long portrait des deux hommes (chap. 4 et 5), qui met en relief leurs forces et leurs faiblesses, leurs convictions et leurs doutes ; Le chapitre 6 raconte ce qu'il fallu d'énergie et le tour de force que représenta la "re-création" d'une nouvelle armée durant l'hier 1812-1813, évoque les suites de l'affaire Malet et le caractère difficile des relations avec le Pape. Le chapitre suivant s'intéresse donc à Metternich et à son évolution au cours des mêmes mois, d'une position d'attente et de discrétion depuis la défaite de 1809 à ses propositions de paix puis à ses efforts diplomatiques après la défection de la Prusse et à un véritable double-jeu : "Prudent dans le choix de ses mots, mais très clair dans leur signification, Metternich donne à comprendre qu'à Vienne on perçoit tout à fait dans quelle situation désespérée se trouve Napoléon". Tout s'accélère après la bataille de Bautzen, à la fin du mois de mai 1813 : le ministre autrichien propose aux Coalisés de demander l'ouverture d'un congrès de paix, dont il est persuadé qu'il sonnera le glas de la puissance impériale : "Il est persuadé que Napoléon ne négociera pas vraiment". Et effectivement, installé à Dresde, "il ne consentira à aucune concession". La dernière partie (chap. 9 et 10) qui traite effectivement de l'entrevue elle-même repose sur des sources très fragmentaires (puisque les deux protagonistes étaient seuls) et le bref récit qu'en ont fait Napoléon et Metternich. La reconstitution des dialogues et les descriptions des quasi-accrochages entre les deux hommes sont intéressantes et paraissent vraisemblables. Napoléon va-t-il accepter la proposition d'un congrès européen de la paix sous la présidence de l'Autriche "neutre" ? Les jours passent, Napoléon quitte Dresde le 25 juillet, Metternich obtient des Prussiens et des Russes que les opérations actives ne soient pas immédiatement reprises, mais le 9 août Vienne, qui a activement poussé la préparation de son armée, adresse à l'empereur un ultimatum. Le 11 août, la guerre reprend et "huit semaines plus tard, les Français sont battus par la coalition dans la bataille qui dure trois jours à Leipzig"

En donnant toute son importance à l'entrevue de Dresde, qui replace l'Autriche au coeur des puissances européennes, mais aussi globalement à toute la période dont il dresse le tableau, l'auteur nous présente également une leçon de diplomatie et de psychologie. Un bon livre qui mérite d'être connu.

Editions France-Empire, Paris, 2013, 310 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-7048-1224-0.

La grande confrontation

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 06:25

Batna

Guy Ruffino

Voici un volume qui respire (qui transpire) la nostalgie d’une époque révolue, et dont la précision dans le texte comme dans l’iconographie ravira les amateurs.

Au fil des près de 300 pages grand format, Guy Ruffino nous propose une visite très détaillée de la ville de Batna, en Algérie, monument par monument, rue par rue, quartier par quartier, et de sa région des Aurès à partir d’une impressionnante collection de cartes postales et de reproductions de photos et documents de presse. J’ignore l’âge de monsieur Ruffino et ce que fut son parcours, mais l’ensemble donne l’impression qu’il est originaire de cette commune, que la rupture de 1962 a été un vrai drame personnel et qu’il souhaite à travers ce livre laisser un témoignage sur une époque révolue. Il parle en effet d’un « passé radieux, riche de souvenirs mémorables, qui prit fin dans la douleur ». Tout est dans le détail de la vie quotidienne, à l’école, à la poste, etc. Le texte courant (où transparaissent parfois ses regrets) est sobre, réduit au maximum pour accompagner et préciser les illustrations (qui constituent indiscutablement un atout).

Un volume qui séduira très certainement ceux dont les familles sont originaires de la même région et ceux qui s’intéressent à la « micro-histoire » des populations locales (de nombreux détails sur les commerces, les administrations, les associations, la garnison, etc.).

Muller éditions, Paris, 2013, 298 pages, 59 euros.

ISBN : 979-10-90947-13-9.

Souvenirs et mémoire

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:35

500 témoins de la Grande Guerre

Rémy Cazals (Dir.)

Trente-trois contributeurs et auteurs pour cet exceptionnel volume qui, en plus de 400 notices, présente environ 500 témoins de la Grande Guerre. Version en quelque sorte moderne du célébrissime ouvrage de Norton Cru paru à la fin des années 1920, qui bénéficie des techniques désormais disponibles et bien sûr de l’extraordinaire floraison des publications de Carnets, correspondances et autres Souvenirs depuis l’entre-deux-guerres, mais nous indique aussi des tirages confidentiels, des documents conservés dans un centre de recherche ou d’archives, etc. La méthodologie et l’importance de la contextualisation sont bien précisées et, comme le précise l’introduction, « cette richesse est une chance pour l’historien qui doit continuer à faire son métier : chercher des documents, exercer son esprit critique sur les témoignages comme sur tous les autres documents ; les placer dans leur contexte ; les confronter entre eux et aux autres sources ».

Il est impossible de résumer en quelques lignes la diversité des origines régionales ou sociales, des parcours et des expériences des auteurs présentés au fil des pages, ainsi que le résumé du contenu de leurs témoignages. Quelques noms célèbres, bien sûr (Dorgelès), mais surtout des centaines d’inconnus, venus de tous les départements, ayant servi dans des unités très différentes, qui apportent chacun une pierre à l’édifice collectif et nous aident à mieux comprendre. Plusieurs index complémentaires (noms de personnes, nom de lieux, unités citées, thématique) facilitent la recherche.

On reste impressionné devant la masse de connaissances et de compétences qu’il a fallu réunir pour « aller chercher » certains témoignages, mettre en forme l’ensemble et présenter un recueil aussi soigné. Ce volume est tout simplement indispensable pour quiconque veut s’intéresser de près à la Grande Guerre et travailler sur le conflit.

Editions Midi-Pyrénéennes / Edhisto, 2013, 495 pages, 29 euros.

ISBN : 978-2-9537602-7-9.

Le "Norton Cru" des années 2000 ?

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:25

The Origins of the First World War

Diplomatic and Military Documents

Annika Mombauer

Voici un ouvrage un peu atypique dans le paysage éditorial actuel, mais particulièrement utile. En effet, l’auteure renouvelle ici un genre assez largement tombé en désuétude depuis l’entre-deux-guerres : celui de la publication de documents originaux émis par les principaux futurs belligérants.

Annika Mombauer précise en introduction ce que furent, dès les premiers jours de guerre les « livres » de couleurs diverses présentant dans les différents pays les « documents » (bien sûr irréfutables et à l’appui de la thèse nationale) sur les origines de la guerre, et développe longuement l’historiographie du sujet jusqu’à la période récente. Tirant les enseignements de cette recherche, elle ajoute très justement que si les documents ne nous révèlent pas une vérité absolue, ils permettent seuls de comprendre le déroulement de la crise. Et nous ajouterons : en suivant scrupuleusement la chronologie. Le livre en lui-même est divisé en deux grandes parties : « La période des guerres évitées (1911-1914) », et la traditionnelle « Crise de juillet ». Dans la première, elle présente 102 documents différents ; dans la seconde plus de 300. On voit donc qu’il s’agit-là d’une excellente base documentaire, puisque parmi les textes publiés figurent aussi bien des correspondances diplomatiques que des discours publics, des comptes rendus des réunions des différents conseils de guerre nationaux que des articles de presse, des extraits de mémoires et des lettres privées des leaders politiques et des chefs militaires. C’est ainsi qu’elle nous propose le texte du télégramme de Tschirschky à Bethmann-Hollweg le 30 juin, accompagné de la retranscription des annotations manuscrites portées en marge par Guillaume II en personne. Si chaque document est précédé de deux à trois lignes de résumé qui en donnent le sens général, on peut regretter (mais le travail aurait été titanesque) que les plus importants ne soient pas commentés. Cependant, les informations fournies grâce aux notes de bas de page permettent souvent de resituer l’émetteur du document ou le contexte particulier de sa rédaction. D'autres documents auraient pu être sélectionnés, mais l'ensemble est déjà extrêmement complet. Enfin, un index particulier des principaux noms cités précise les fonctions de chacun, ce qui est parfois bien utile lorsqu’il ne s’agit pas de ministres ou de généraux parmi les plus importants.

Pour les historiens et amateurs français, voici donc la possibilité d’accéder à une véritable mine d’informations, dont les différentes pépites sont souvent éparses, dans des centres d’archives étrangers ou dans des livres épuisés depuis longtemps et dans toutes les langues (français, allemand, anglais, italien, russe, serbe). On peut ne pas partager certains choix de documents ou penser que d'autres auraient pu être ajoutés sur les responsabilités dans le déclenchement de la Grande Guerre, mais ce volume est absolument indispensable pour quiconque souhaite s’intéresser au sujet aujourd’hui. Un « ouvrage-source » qui doit impérativement figurer dans toute bibliothèque spécialisée.

Manchester University Press, 2013, 660 pages.

ISBN : 978-0-7190-7421-9.

Documents de travail

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 06:25

Révolutionnaires

Pour une anthropologie politique de la Révolution française

Haim Burstin

Professeur à l’université de Milan et spécialiste de cette période historique très particulière (par ses bouleversements et ses conséquences), Haim Burstin développe dans son introduction l’idée selon laquelle il faut à un historien une empathie particulière avec son sujet « afin d’éviter toute attitude aride et aseptisée » ; non pas une « exaltation militante » de la Révolution, mais la capacité à susciter « une curiosité analytique ». Dans le monde des historiens, où chacun a d’abord à la bouche les mots « objectivité », « rigueur » et « méthode », la formule peut surprendre, voire choquer, mais elle traduit à notre sens au moins une réalité, si ce n’est un comportement fréquent. Egalement en introduction cette autre prise de position peu courante : « Proposer des thèses à effet et à large spectre explicatif est certes rentable, mais cela crée souvent des feux de paille destinés à s’éteindre rapidement ; la complexité résiste aux schémas trop simples ou aux extrapolations, comme aux règles superficielles du marketing historiographique ». Voilà une formule qui, également, me plait : essayons de l’appliquer aux stars médiatiques qui squattent les journaux, radios et télévisions pour nous expliquer ce qu’il faut penser …

Mais revenons à la Révolution française. L’auteur organise son livre en trois grandes parties tout-à-fait cohérentes et complémentaires : « Repenser la Révolution », « Faire la Révolution », et « Terminer la Révolution ». Par des aller-retour permanents entre les différents niveaux, entre les comportements individuels (très nombreuses descriptions de situations particulières) et les actions ou réactions collectives à l’occasion de chaque événement important (« S’il est vrai qu’il existe une dynamique de la foule, il existe également une dynamique des individus dans la foule »), Haim Burstin donne à sa description de la période une tonalité originale, qu’il complète avec l’utilisation et le commentaire des témoignages ultérieurement publiés par les intéressés, sous l’Empire ou sous la Restauration…, cette simple différence changeant parfois beaucoup de choses ! La présentation de la diversité des origines, statuts, objectifs, idées, etc. des femmes engagées dans les journées d’octobre 1789, par exemple, n’a clairement que peu à voir avec l’idée reçue généralement partagée (et dont j’avais conservé le souvenir « scolaire »). On lira également utilement les pages consacrées à la montée progressive de la violence (voire de la pire sauvagerie) au fil des manifestations successives qui échappent parfois à leurs initiateurs sans que les acteurs eux-mêmes ne s’en rendent compte sur le moment, et dont l’auteur décortique littéralement le cadre, les conditions, les modalités : « Nous ne sommes pas face à une seule rupture, mais à une série de glissements successifs, apparemment insignifiants, qui produisent, par entraînement, un phénomène d’avalanche ». Là aussi, peut-être, une correspondance avec d'autres époques plus récentes.

Un livre qui donne à réfléchir sur les secousses de violence durant les premiers temps de la Révolution française et qui, au-delà, fait s’interroger sur les pics de radicalité que nos sociétés ont connu depuis deux siècles. Un très bon livre. 

Editions Vendémiaire, Paris, 2013, 447 pages, 20 euros.
ISBN : 978-2-36358-071-9.

La Révolution au quotidien

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile