Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 06:00

L'ordre pour la liberté

Approche militaire de l'art méconnu du maintien de l'ordre

Philippe Cholous

La réalité du maintien de l'ordre public conditionne la liberté dont peuvent bénéficier les citoyens, et cette fonction régalienne essentielle nécessite de savoir-faire aussi précis qu'exigeants. Alors que la question de l'emploi des militaires sur le territoire national est un sujet de brulante actualité, ce livre tient à la fois du manuel technique et de l'essai conceptuel.

Dans cette réflexion qui, on le sent bien, repose autant sur l'expérience que sur l'analyse des facteurs favorables et défavorables, Philippe Cholous propose une démarche "de nature purement militaire". De façon synthétique et à partir d'exemples concrets, il nous livre sa conception de "l'art" du maintien de l'ordre et commence d'ailleurs son étude par une citation du maréchal Foch. Précisons qu'il donne une définition peut-être inattendue de ce maintien de l'ordre : "l'art de garantir absolument le droit de manifester librement, dans le cadre préexistant du droit et dans le strict respect, d'une part de la sécurité de chacun, d'autre part des libertés d'entreprendre et de circuler librement pour tous". Il n'est pas pas conçu comme une simple répression : "Le maintien de l'ordre est une notion résolument positive, comme le pose l'approche traditionnelle qui prévalait tant que la Gendarmerie ressortait du ministère de la Défense" (et toc... !). Son travail présente ainsi selon une démarche parfois proche de la méthode de raisonnement tactique le cadre de l'action, les forces en présence et les rapports de force, l'intérêt des principes tactiques mais aussi les différences entre maintien de l'ordre et combat. Il insiste en particulier sur la formation en amont, afin de pouvoir disposer d'un outil réactif et rôdé le jour nécessaire. Il va même jusqu'à envisager l'emploi des engins blindés et de la troisième dimension, sujet généralement plutôt tabous (il est lui-même affecté au Groupement blindé de la gendarmerie si l'on en croit la 4e de couverture).

Le texte est régulièrement ponctué de tableaux de synthèse qui facilitent la lecture et permettent de mieux suivre le raisonnement de l'auteur (sur les milieux, sur les principes, sur les manoeuvres). Si l'on est parfois surpris par tel ou tel rapprochement auquel on n'avait pas pensé, force est de reconnaître que Philippe Cholous est toujours intéressant, parfois étonnant, souvent assez convaincant. En un mot, il ne laisse pas indifférent et son livre mérite d'être connu de tous ceux qui s'intéressent à ces questions ou sont amenés à agir sur le territoire national.

Lavauzelle, Panazol, 2017, 153 pages. 21,80 euros.

ISBN : 978-2-7025-1647-8.

Maintien de l'ordre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:00

L'Elysée

Vérités et légendes

Bernard Brigouleix et Michèle Gayral

Avant qu'un nouveau (et temporaire) locataire ne s'installe dans le palais présidentiel, retour sur cet ensemble architectural mal connu et sur lequel courent un certain nombre de contre-vérités.

Un volume d'anecdotes, divertissant, qui permet d'approcher du quotidien des hommes de pouvoir. Constitué, comme le veut la ligne éditoriale de la collection, par une succession de brefs chapitres (31), le livre nous entraîne à travers l'histoire et les pièces du "château", de ses origines pendant la Régence aux "dérives psychologiques" qui atteindraient les présidents successifs (isolement du monde réel et dérive narcissique), dans un chapitre titré "L'Elysée rend fou" ! Ces quelques pages ne sont d'ailleurs pas exemptes de nombreuses vérités... Les chapitres s'appuient sur une succession de présentations brèves mais concrètes, de portraits rapides, de situations plus ou moins atypiques, etc. Nous suivons en fait chronologiquement l'histoire du palais dans l'histoire de France, du Prince-président à la Ve République (à laquelle le plus grand nombre de chapitres -une quinzaine- sont consacrés). On erre dans le palais vide sous l'Occupation, et on peut s'ennuyer fermement avec ces présidents de la IVe République qui "inaugurent les chrysanthèmes". Pour la période la plus récente, un effort pour s'intéresser au fonctionnement de la présidence et de l'Etat ("Le véritable gouvernement est le cabinet de l'Elysée", "L'Elysée commande, Matignon exécute", "La cohabitation paralyse l'Elysée", etc.). Le dernier chapitre enfin traite des ex-Présidents et de leur vie après avoir quitté le palais : finalement pas à plaindre ?

Un petit volume de détente, mais qui sous des dehors plaisants offre aussi un regard décalé sur l'exercice du pouvoir.

Perrin, Paris, 2017, 238 pages. 14,90 euros.

ISBN : 978-2-262-06777-9.

Anecdotes élyséennes
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 05:45

Les Alpes

Terre de batailles

Jean-Pierre Martin

On note de temps en temps quelques ouvrages qui traitent du combat en montagne (ici par exemple), mais ils sont fort peu nombreux à s'intéresser à une aire géographique dans le temps long. Or, tel est ici le cas.

En un peu moins de 200 pages, Jean-Pierre Martin nous raconte l'histoire des Alpes dans la guerre, depuis Hannibal et ses éléphants. On ignore généralement toute l'importance du massif alpin pendant de longs siècles après la chute de l'empire romain, dont les nombreux franchissements des troupes des empereurs romains germaniques en route pour l'Italie, puis les combats du XVIe au XVIIe s. avec milices régionales et schismatiques vaudois, enfin à partir du XVIIIe s. lorsque la Savoie puis le royaume de Piémont-Sardaigne est partie prenante de presque tous les conflits européens. On sait que durant la Révolution (Masséna en Suisse) et l'empire (Hofer au Tyrol), les Alpes sont durablement un véritable champ de bataille. Le XIXe s. est marqué par la naissance de troupes spécialisées, les premiers Tiroler Kaiserjäger en Autriche, puis les Alpini italiens, les chasseurs alpins français ensuite et enfin les Schneeschuhbataillon allemands, derniers venus à la fin de l'année 1914. Cette même Première Guerre mondiale voit les "soldats de montagne" se battre sur tous les fronts, avec une réputation justifiée de troupe d'élite, Diables bleus français comme Alpenkorps allemand. Mais les Alpes elle-mêmes restent une zone en paix pendant la Grande Guerre, ce qui n'est pas le cas à partir de 1940, avec d'abord l'échec de l'offensive italienne en juin, puis les maquis, enfin en 1945 quelques uns des derniers combats contre les forces de l'Axe.

Un solide résumé, sobrement écrit et fort bien illustré. Un utile volume, sans prétention scientifique mais synthèse à la portée de tous, tout à fait utile à l'échelle du massif alpin, qui se termine sur un index des sigles et sur quelques orientations bibliographiques.

Editions Sutton, Tours, 2017, 175 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-8138-0984-1.

La montagne et la guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 06:00

Les dix rendez-vous qui ont changé le monde

David Chanteranne (Dir.)

Le pari est original, il peut paraître anecdotique ou osé, mais il ne manque pas de charme et plaira sans doute aux amateurs qui aiment "picorer" des récits historiques au fil des siècles. David Chanteranne et les auteurs réunis autour de lui nous présentent en effet dix cas particuliers de "rencontres" ayant joué un rôle fondamental dans des évolutions historiques majeures, de l'Antiquité romaine à la guerre froide.

Le choix de ces "moments" prête bien entendu à discussion : pourquoi celui-ci et pas celui-là ? Pourquoi 10 et pas 15 ou 20 ? Chacun aura son avis sur ces questions et les débats peuvent se poursuivre sans interruption. David Chanteranne s'en explique en fin d'introduction : "Ces dix confrontations ont surtout permis d'éloigner le spectre de la guerre pour se rapprocher de la paix. Le sort de leurs contemporains tout autant que leur propre importance sur l'échiquier politique en aura été respectée. Ce ne fut pas le moindre de leur mérite." Eloigner le spectre de la guerre lors de la rencontre entre Poincaré et Nicolas II ? L'affirmation est pour le moins sujette à discussions... Parmi les thèmes abordés (car chaque rencontre est replacée dans son contexte), les relations entre Rome et l'Egypte (l'Orient) à travers Cléopâtre et César, la libération du "joug anglois" avec Jeanne d'Arc et Charles VII, la Russie dans l'Europe avec Pierre le Grand et Louis XIV comme avec Napoléon Ier et le tsar Alexandre ou Poincaré et Nicolas II, les équilibres européens entre Napoléon III et Bismarck ou entre De Gaulle et Churchill, la guerre froide et les relatons est-ouest avec Kennedy et Khrouchtchev. Chaque événement est contextualisé, le récit précis en est fait, des citations viennent compléter le texte courant et des références figurent en fin de volume pour chaque chapitre.

Une lecture agréable, facile, rapide. Un bon livre de vacances, un ouvrage intéressant car, mine de rien, sous une apparence très grand public, il revient sur un certain nombre de sujets importants.

Editions du Cerf, Paris, 2017, 203 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-204-10399-2.

Le poids des hommes dans l'histoire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 06:00

Guerre froide

Les dessous d'une guerre qui n'a pas eu lieu

Michael Kerrigan

Traduction en français d'un ouvrage paru à Londres en 2012, ce livre a en fait pour sujet les idées les plus surprenantes, les projets les plus "tordus", ayant germé dans les esprits de certains responsables américains et soviétiques pendant la guerre froide. C'est parfois proprement étonnant.

Ces affaires commencent dès le lendemain de la victoire sur l'Allemagne nazie en 1945 et vont se poursuivre pendant les années 1950 et 1960 (pour les projets les plus fous), jusqu'à envisager de faire exploser des armes atomiques sur la Lune ou de dresser...des chats équipés de matériels électroniques pour les transformer en postes d'écoute ! Si certains ont pu à l'époque des faits s'investir durablement dans tel ou tel projet, reconnaissons qu'aujourd'hui ils relèvent souvent de l'imagination aussi anecdotique que débordante. Il n'en demeure pas moins que très officieusement des études ont été conduites, parfois pendant de longs mois voire de longues années (l'affaire des "chats-espions" bénéficie de plus de 20 millions de dollars de budget). Elles témoignent, de la plus prosaïque à la plus délirante, que l'esprit humain ne manque pas d'imagination quand il s'agit de chercher à abattre un adversaire par des voies détournées, que la science est appelée à y jouer un rôle majeur, mais aussi qu'il existe heureusement des responsables plus censés qui font connaître les objections et finalement parviennent souvent à y mettre fin. Du Laos en Amérique latine et en Europe, un surprenant voyage au pays des professeurs Nimbus, des docteurs Jekyll et des Machiavel aux petits pieds.

Des données à intégrer dans le cadre plus large des actions subversives ou des recherches scientifiques, mais aussi des réalités des jeux de pouvoir. Il manque en fait à ce volume une conclusion ou une synthèse finale tirant les enseignements des cas concrets évoqués, et l'on tirera profit des exemples et des documents cités pour illustrer (souvent de façon très originale !) d'autres travaux.

Editions Jourdan, Paris, 2017, 261 pages. 18,90 euros.

ISBN : 978-2-87466-388-8.

Quand la 'guerre froide' était 'chaude'
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 06:00

Français, si vous saviez...

Georges Bernanos

"Français, ô Français, si vous saviez ce que le monde attend de vous !". C'est par cette exhortation que s'ouvre le livre, véritable appel à retrouver une spiritualité qui désormais, selon l'auteur, fait défaut à l'homme et entraîne la perte de sa liberté.

Le constat est assez terrible, même si tout espoir n'est pas perdu : "Il y a toujours de l'espace libre dans le monde. Qu'il y en ait assez pour le peu qui reste encore d'hommes libres, cela va sans dire, hélas, et qu'importe ! Depuis des années, le milieu leur était de moins en moins favorable, ils s'y sont progressivement affaiblis ; on peut craindre qu'ils ne soient plus capables de s'y reproduire ... Il ne s'agit pas de conserver les hommes libres, et la bonne nouvelle que j'annonce, c'est que l'espace ne manque pas encore pour en refaire". Le volume est en fait constitué par une succession d'articles écrits dans les années d'immédiat après-Deuxième guerre mondiale, ainsi que de textes (souvent plus brefs) posthumes, essentiellement contre la dictature du matérialisme (communiste surtout, libéral aussi). Les démocrates-chrétiens sont largement pris pour cible ("Que la faiblesse des élites catholiques du XIXe siècle, en face du capitalisme et du libéralisme triomphants, soit égalée par celle des catholiques d'aujourd'hui e face du marxisme, il n'y a pas là, au fond, de quoi surprendre") et les cérémonies "d'hommage mémoriel" qui se multiplient déjà à l'époque n'échappent pas à la critique : "Il est vrai que, pour des politiciens expérimentés, l'hommage aux morts peut aussi fournir un excellent prétexte pour rassurer les vivants". Les bien-pensants à la mode sont étrillés, la domination, la dictature, de la technique et du matériel sur l'esprit sont au coeur de ses réflexions, et le personnel politique du gouvernement provisoire et de la IVe République naissante trouve difficilement grâce à ses yeux : "La fidélité française ne se mesure pas à la bonne volonté, ni aux bonnes intentions, et les plus dangereux des traîtres sont probablement ceux qui, sans volonté criminelle, par sottise ou par complaisance, trahissent l'esprit de la Nation". L'un des articles est titré "Nous sommes en guerre" (ou plutôt "Nous ne sommes pas sortis de la guerre"), tandis qu'un autre pose la question : "Dans un monde malade où triomphe l'homme-robot, la France donnera-t-elle le signal de l'insurrection de l'esprit ?". Insurrection que Bernanos, bien sûr,voit se dresser à partir des fondamentaux traditionnels chrétiens de la France : "La distraction devenue nécessité la (l'humanité) pousse à multiplier la machinerie, cercle infernal que rien ne semble devoir rompre, que rien ne rompra jusqu'à ce que soit définitivement tarie cette vie intérieure, qui faisait de l'homme un animal religieux". On note également, en fin de volume, la série de brefs textes titrés "Le général vous parle", en référence bien sûr à l'appel du général de Gaulle sur la BBC en juin 1940, une forme d'hommage pour un appel à une nouvelle révolte contre l'administration anonyme et la technocratie : "L'Etat contre la nation. La technique contre la vie"...

Un ensemble un peu sombre, voire pessimiste, dans lequel perle néanmoins une lueur... Pour Bernanos, tout n'est peut-être pas perdu.

Folio Essais, Paris, 2017, 213 pages. 11,10 euros.

ISBN : 978-2-07-270952-4.

Appels aux hommes libres
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:14

Histoire militaire suisse

Des origines à nos jours

Pierre Streit

Pierre Sreit, historien et officier de l'armée de milice, a pendant plusieurs années dirigé le Centre d'histoire et de prospective militaires de Pully. Auteur de nombreux ouvrages, traitant soit de l'histoire suisse dans le temps long (Morgarten, ici), soit du XXe s. (le général Guisan ou Market Garden, ici et ici), soit de questions plus actuelles en lien avec un passé fondateur (l'héritage de Rütli, ici), il nous propose aujourd'hui la réédition (première parution 2006) d'une vaste synthèse d'une riche et complexe histoire militaire depuis l'Antiquité.

Après une solide introduction qui présente le cadre géopolitique suisse (caractéristiques géographiques, principe et histoire de la neutralité, origine et évolutions du système de milice), Pierre Streit commence globalement son récit avec "Nos ancêtres les Helvètes" et les auxiliaires helvètes de l'armée romaine, puis s'intéresse à la période burgonde (où l'on apprend qu'utiliser le terme "Helvetia" est abusif). A compter du début du XIIIe s., commence "la période héroïque" avec l'alliance des trois communautés d'Uri, de Schwytz et d'Unterwald et la nécessité de contrôler les voies de communication (Gothard) dans le massif alpin : "cette situation est à l'origine de la 'défense active', car elle combine une défense, ou un combat retardateur, appuyé sur le terrain ou sur son renforcement, et un élément dynamique, une attaque surprise ou une contre-attaque sur les flancs de l'adversaire, sur un large front et depuis un terrain favorable". Passant à la deuxième moitié du XVe s., période durant laquelle la Suisse figure parmi les grandes puissances militaires du continent, il explique : "Les Suisses doivent leur supériorité sur le champ de bataille à la masse de leur infanterie, formée en carré. Le carré suisse, comptant jusqu'à 6000 hallebardiers et piquiers, est capable de supporter une charge de cavalerie ; il est surtout bien moins onéreux que celle-ci", puis parle d'un véritable "système d'armes à la fois simple et robuste". On constate ainsi que Pierre Streit fait régulièrement l'aller-retour entre l'évolution politique, l'organisation "étatique", l'état des forces armées et les réalités du terrain ou des équipements. Il fait également un lien régulier entre l'organisation intérieure des cantons, leurs alliances longtemps fragiles (ruraux-urbains, catholiques-protestants, etc.), et les relations internationales avec les puissances européennes dans le cadre du "service étranger", dominé par quelques grandes familles : "A elle seule, la famille schwytzoise de Reding entretient jusqu'à douze compagnies (quatre en France, six en Espagne et deux à Naples)". Confédération d'Etats souverains, la Suisse exerce une réelle influence au plan militaire, jusqu'aux Etats-Unis naissants. Le livre se poursuit avec les effets des guerres de la Révolution et de l'empire après "l'effondrement militaire de 1798", qualifié de "faillite" politico-militaire ("Il ne s'agit pas d'une armée, mais de 13 milices cantonales avec des armements, des uniformes, des organisations et des drapeaux différents"), ce qui le conduit à établir une comparaison avec les problèmes "que rencontrent actuellement les pays européens, qu'ils soient membres de l'Union européenne ou de l'OTAN". Après le "Règlement militaire" de 1817 et la dernière guerre civile en 1848, avec un effort marqué sur la formation des officiers, nous arrivons au XXe s., durant lequel la Suisse parvient à éviter toute implication directe dans les deux guerres mondiales, non sans mobiliser ses citoyens, la question de la neutralité économique, la question de la "défense totale" et le principe du "réduit national". Les derniers chapitres traitent des évolutions les plus récentes, dont la confirmation d'un système de défense original par vote populaire en 2013 et le dossier d'Armée XXI.

Une excellent synthèse qui apportera beaucoup à tous ceux qui s'intéressent à la fois à l'histoire européenne, à l'histoire militaire, aux conflits des temps anciens comme aux débats les plus récents.

Le site de l'éditeur pour commande directe : ici.

Infolio éditions, Gollion (CH), 2016, 260 pages, 15,- euros.

ISBN : 9782884749619

Armée et Etat
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 06:00

Ecrits historiques de combat

Jean Sévilla

Volumineux ouvrage militant qui, comme son titre l'indique, se veut un instrument "de combat" culturel et politique.

Le livre, en fait, n'est pas constitué par un nouveau texte, mais par la réédition en un seul volume de trois publications antérieures : Historiquement correct en 2003 (le plus important), Moralement correct en 2007 et Le terrorisme intellectuel en 2000. L'auteur, figure de prou du Figaro Magazine et du Figaro Histoire y développe les thèmes désormais bien connus à la fois de la "désinformation idéologique" et des "mensonges" sur notre passé. On sait que ses adversaires lui reproche de mythifier le récit national, au minimum "une version aseptisée du passé, débarrassé de ses épisodes les plus sombres et de tout sentiment de repentance". Parmi les trois titres rassemblés dans ce volume, un seul à proprement parler traite d'histoire, le premier. Les deuxième et troisième s'intéressent bien davantage aux débats idéologiques les plus  récents, aux questions politiques, sociales et culturelles, et condamnent à la fois une morale relativiste et individualiste "révisée par le politiquement correct", et le "terrorisme intellectuel" dominant, "un système diffus, multiforme, insaisissable" qui dominerait le monde intellectuel, journalistique et politique français. Si ces deux grandes dernières parties ne nous concernent pas directement ici, elles éclairent sans fard la première.

Dans celle-ci, il revient en 18 chapitres sur l'histoire de France dans la longue durée, de la féodalité à la guerre d'Algérie. Ici aussi le ton est militant, mais le discours s'efforce de faire preuve d'une certaine modération, non sans humour parfois. Les fautes, erreurs, voire crimes qui entachent l'histoire de France ne sont pas niés, mais il sont systématiquement replacés dans leur contexte et Jean Sévilla met toujours en parallèle les décisions et actions des "autres" (les Protestants pendant les guerres de religion ou lors de la révocation de l'Edit de Nantes, la Terreur et la surenchère radicale pendant la Révolution, la comptabilité des morts de la Commune de Paris, l'antimilitarisme et l'anticléricalisme des gouvernements radicaux au début du XXe s., l'antisémitisme de gauche et la protection des ouvriers nationaux par les syndicats durant l'entre-deux-guerres, le coût de la colonisation pour la métropole, le terrorisme du FLN, etc.). Finalement, son discours n'est pas aussi caricatural que l'on veut bien le dire dans de nombreux médias ou colloques : il pointe surtout le caractère souvent extrêmement complexe des situations et au passage adresse parfois une correction aux promoteurs d'une histoire idéologique (marxiste ou d'inspiration marxiste) marquée par l'anachronisme. Il est en effet bien rare que l'on ne retrouve que les "gentils" et les bonnes intentions d'un côté, les "méchants" et la volonté de domination brutale d'un autre. Les évènements historiques, dans leurs origines multi-causales, leur déroulement soumis aux multiples contraintes du moment, leur mémoire instrumentalisée au fil du temps par les pouvoirs successifs, ne s'écrivent pas en blanc et noir. Elle oscille toujours dans des nuances de gris, et vouloir lui donner un "sens" impératif est déjà une faute contre l'esprit (la même remarque s'appliquant d'ailleurs aux thuriféraires d'un Ancien régime idéalisé ou d'un régime de Vichy absout de ses erreurs).

En résumé, la première partie est très intéressante, bien loin des niaises approximations à la Lorànt Deutsch. Le discours est clairement engagé, mais le propos est posé et argumenté. De nombreuses références et une bibliographie (certes sélective) complètent d'ailleurs le volume. Une lecture à tête reposée et sans a priori ne peut qu'être utile.

Perrin, Paris, 2016, 839 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-262-06663-5.

Réédition (2)
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 08:08

Le droit international et les guerres de notre temps

Daniel Lagot

Nouvel ouvrage sur ce thème si important aujourd'hui dans toutes les opérations, sous un angle très juridique, méthodique. L'actualité du sujet est une évidence (ici), et pourtant ces questions si techniques restent souvent entourées de flou pour la plupart des militaires. D'où l'intérêt du livre.

Organisé en grands chapitres clairement délimités, le livre commence par un rappel sur ce que sont l'organisation et le fonctionnement du système international, puis s'attache à la définition des crimes contre l'humanité et à l'histoire du droit humanitaire, qu'il s'agisse des armes particulières (biologiques, chimiques, nucléaires) et des ambigüités qui subsistent (place des civils, dégâts collatéraux, compétences de la CPI, etc.). Daniel Lagot s'intéresse ensuite aux opérations décidées (plus ou moins) par l'ONU, puis longuement à la complexe opération en Libye, et aux "organisations armées non-étatiques", qui constituent fréquemment aujourd'hui l'adversaire des armées occidentales, en particulier à travers les exemples des conflits en Syrie et en Irak ("résistance ou terrorisme ?"). Il termine enfin son étude par un "Bilan de la justice internationale", finalement assez contrasté. Au long de son ouvrage, ponctuellement, les ONG plus ou moins caritatives ou engagées sont prises en compte, comme il pointe régulièrement les interprétations nationales différentes et les difficultés de mises en oeuvre d'une architecture jurique qui, pour devenir de plus en plus prégnante, n'en reste pas moins imparfaite.

Déjà auteur d'une dizaine d'ouvrages sur ce thème, Daniel Lagot nous propose ici un volume de synthèse précis et utile. A connaître par tous ceux, étudiants ou acteurs des conflits, qui doivent disposer d'une information sûre sur ces questions.

L'Harmattan, Paris, 2016, 205 pages. 22,50 euros.

ISBN : 978-2-343-10265-8.

Droit de la guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 06:00

L'Europe de l'Est à l'Ouest dans la guerre froide

1948-1953

Saki Dockrill, Robert Frank, Georges-Henri Soutou et Antonio Varsori

L'Europe a été au coeur de la guerre froide, conflit global sur lequel il serait important aujourd'hui que de nouveaux travaux soient conduits. Il est donc important de revenir à ce volume collectif, paru il y a quelques années mais dont les contributions conservent toute leur pertinence.

La vingtaine de communications place en effet l'Europe au centre des préoccupations, ce qui permet de dépasser l'étroit antagonisme américano-russe. Généralement en français (en anglais pour 8 d'entre elles), elle s'intéressent, après une introduction de haute tenue de Georges-Henri Soutou, à la période qui s'étend du blocus de Berlin à la mort de Staline. Les aspects stratégiques et de coopération militaire sont bien sûr abordés, ainsi que les dissensions internes du bloc de l'Est (RDA / Pologne, Yougoslavie) et les organes d'influence (le mouvement des partisans de la paix d'une part, Radio Free Europa d'autre part), sans oublier les premières phases d'organisation de l'OTAN ou la perception par les responsables soviétiques de ces situations. Plusieurs communications traitent de la situation française, collectivement (du plan Schuman au plan Pleven) ou individuellement (Pierre Cot). En résumé, un large survol de l'Europe de la guerre froide, à la fois acteur et sujet des évolutions du siècle et qui s'efforce d'exister "à l'ombre" des deux super-puissances. 

Un volume, toujours disponible auprès des PUPS, qui mérite indiscutablement de figurer dans toute bibliothèque sur l'histoire récente du continent.

PUPS, Paris, 2002, 268 pages, 19,- euros.

ISBN : 2-84050-243-7.

Europe
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile