Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 06:00

AEF

La Fayette, nous voici !

Les Marines américains à l'assaut du bois de Belleau

6 juin 1918

Jean-Michel Steg

Déjà auteur, entre autres, en 2014 du Jour le plus meurtrier de l'histoire de France, 22 août 1914 (ici), Jean-Michel Steg nous propose en fait dans ce nouvel opus une présentation de l'ensemble de la participation des Etats-Unis à la Grande Guerre.

Après les trois premiers chapitres, effectivement consacrés à Bois Belleau en juin 1918, l'auteur revient sur les conditions du passage de la neutralité à l'état de guerre contre l'Allemagne par les Etats-Unis depuis août 1914, sur l'état de l'armée américaine avant l'entrée en guerre et sur les efforts nécessaires pour mettre sur pied une armée nationale. Il termine en s'interrogeant sur l'impact réel des combats de bois Belleau tant aux USA en général que dans le corps des Marines en particulier, puis par la contribution américaine aux cent derniers jours de guerre et enfin par le rapatriement des Boys, tandis que quelques uns restent pendant quatre ans en occupation en Allemagne.

Au bilan, une synthèse assez généraliste et qui reprend souvent les propos en vogue, à laquelle on préfèrera d'autre ouvrages plus détaillés et plus solides.

Fayard Histoire, Paris, 2018, 198 pages, 16,- euros.

ISBN : 978-2-213-70587-3.

AEF

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 06:00

Vaucluse 14 - 18

Vivre à l'arrière durant la Grande Guerre

Serge Truphémus

Un nouveau (très beau et très riche) volume consacré à une étude locale pendant la Grande Guerre. Ce centenaire permet vraiment l'édition d'excellents travaux.

Organisé en douze chapitres chrono-thématiques ("L'orage gronde", "La mobilisation", "L'affrontement", "L'impôt du sang", "Le champ du labeur", "L'économie de guerre", "L'engagement des civils", "L'exotisme guerrier", "L'ennemi proche", "La désunion", "L'indiscipline", "La paix endeuillée"), le livre présente un tableau très complet de la contribution du département à la guerre et des situations difficiles vécues par sa population. Outre les classiques analyses économiques et sociales, il aborde aussi des points plus rarement traités : les prisonniers, les chevaux, la spéculation dans les campagnes, les réfugiés, la présence des indigènes coloniaux, les suspects, les troubles à l'ordre public, les déserteurs et insoumis, etc. Le tout s'appuie sur de très nombreuses citations, sur l'exploitation des archives et une utilisation rationnelle de la presse locale, chaque situation particulière étant remise en contexte. Chaque chapitre est accompagné de nombreuses illustrations tout-à-fait adaptées et souvent inconnues car elles aussi d'origine locale.

Un énorme et impressionnant travail de recherche, à bien des égards exemplaire, qui doit trouver sa place dans toute bonne bibliothèque sur la Grande Guerre.

C'est-à-dire éditions, Forcalquier, 2017, 405 pages, 39,- euros.
ISBN : 9782918235231.

La guerre, loin du front

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 07:30

La Somme

dans la tourmente de la Grande Guerre

Lawrence Brown

Ce petit guide est particulièrement adapté pour un séjour de quelques jours sur les champs de bataille et dans les différentes agglomérations de la Somme.

Dans ce département qui compte depuis la fin de la Grande Guerre des centaines de cimetières militaires de toutes nationalités, les traces du conflit sont très présentes. Sans aucun doute s'agit-il de la région la plus visiblement marquée avec celle de Verdun. Il ne se limite pas à la grande offensive de l'été et de l'automne 1916, mais aborde tous les combats, de 1914 à 1918, en signalant systématiquement les lieux de mémoire et les "sites d'intérêt". On remarque en fin de volume une liste étonnante : celle des 22 communes de la Somme "adoptées" par des villes britanniques après la fin de la guerre.

Petit livre à petit prix, mais d'une grande utilité.

OREP Editions, Bayeux, 2017, 49 pages. 8,20 euros.

ISBN : 978-2-8151-0288-9.

Guide historique et touristique

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2018 6 07 /07 /juillet /2018 06:00

AEF

I Want You !

Le Corps expéditionnaire américain

The American Expeditionary Forces

France 1917-1918

Dominique François et Gaëlle François

Magnifique livre-album à l'iconographie exceptionnelle, dont le texte est par ailleurs dans les deux langues, le français et l'anglais.

Le livre reprend chronologiquement toute l'histoire de l'entrée des Etats-Unis dans la guerre (la période de neutralité est rapidement évoquée en introduction), de l'extraordinaire effort humain, organisationnel et industriel pour passer en un an et demi d'une armée de 135.000 hommes à une armée nationale de 4 millions. Un beau chapitre très richement illustré est consacré à l'effort de propagande intérieure pour soutenir l'effort de guerre. Les photos sont généralement reproduites en grand format, ce qui leur confère un impact particulier, et les nombreux encarts sont ponctués d'illustrations diverses et de cartes. Ces derniers permettent en particulier de faire un point de situation sur des armes (cavalerie, aviation, etc.) ou service (communications, service médical, etc.) spécifiques. Des portraits ponctuent également les chapitres, du commandant en chef Pershing à quelques personnages emblématiques comme l'aviateur Quentin Roosevelt. Les lieux d'engagements actifs, comme la région de Château-Thierry, celle de Saint-Mihiel et l'offensive Meuse-Argonne font bien sûr l'objet de volumineux chapitres (fort peu critiques néanmoins). Le livre s'intéresse enfin aux prisonniers de guerre, au séjour entre l'armistice et le rapatriement et au retour rapide vers les Etats-Unis dès 1919.

Un très beau volume, dont la seule iconographie pourrait justifier qu'il figure en bonne place dans votre bibliothèque.

OREP Editions, Bayeux, 2017, 318  pages. 39,90 euros.

ISBN : 978-2-8151-0368-8.

AEF

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2018 1 02 /07 /juillet /2018 06:00

L'inévitable défaite allemande

Mars - juillet 1918

Sylvain Ferreira

Dans la veine de ses livres précédents (ici par exemple), Sylvain Ferreira s'intéresse à l'analyse d'opérations majeures de la Grande Guerre au prisme de l'art opératif.

Cette étude est consacrée aux offensives allemandes du printemps 1918, les "offensives pour la paix" qui s'échelonnent de mars à juillet 1918, contre les Britanniques d'abord puis contre les Français. Après avoir rappelé quel est le niveau atteint dans "l'art de la guerre" à la fin de l'année 1917 (batailles de Riga, de Caporetto, de Cambrai), l'auteur dresse le bilan des forces et des faiblesses de l'armée impériale allemande d'une part et des armées alliées d'autre part. Il consacre ensuite une quarantaine de pages à l'analyse des opérations contre les armées britanniques et une vingtaine aux ultimes offensives contre les Français, reprenant avec détails la chronologie des décisions du haut commandement. Avec, finalement, ce paradoxe : "La plus longue série de succès tactiques de la Grande Guerre a échoué à produire le moindre avantage opérationnel, et encore moins une victoire stratégique". Alors, Ludendorff (qui commande non pas au niveau politico-militaire mais comme un colonel) pouvait-il attendre un autre résultat ? Non. Les déficits au niveau opérationnel (pour les transports logistiques par exemple) se cumulant avec les erreurs de commandement. Pire encore : non seulement la défaite allemande était inscrite en fond de tableau dès le lancement de la première offensive fin mars malgré les succès initiaux, mais l'armée allemande d'août n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était six mois plus tôt.

Était-il pour autant écrit que ces offensives étaient vouées à l'échec ? C'est probable, mais nous nous garderons d'abonder systématiquement dans ce sens, car bien qu'autres facteurs (politiques, psychologiques, etc.) seraient intervenus si les armées alliées avaient été séparées, si les Britanniques avaient été contraints de rembarquer dans les ports de la Manche et de la mer du Nord, ou si Paris avait été vraiment menacé, etc. (l'histoire apprend à être prudent). Mais l'uchronie n'est pas ici de mise, et ce petit volume rédigé de façon claire emporte très souvent l'adhésion. Le propos est limpide et la démonstration argumentée. A inclure sans hésitation dans toute bibliothèque sur la Grande Guerre. 

Lemme Edit., Chamalières, 2018, 119 pages. 17,90 euros

ISBN : 978-2-917575-72-7.

Friedensturm

Partager cet article

Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 06:00

Carnets de guerre d'Alexis Callies

1914 - 1918

Commentés par Eric Labayle

Ce témoignage d'un officier d'artillerie est extrêmement important : il couvre l'ensemble de la guerre y compris les principales offensives et les plus grandes batailles, parle des unités de l'avant comme du travail d'état-major, laisse apparaître les considérations politiques et culturelles d'un catholique rallié à la République.

Au fil des jours, de la mobilisation alors que son unité est en école à feu au camp des Garrigues, à août 1918, les commentaires sont nombreux, précis. Il est possible de suivre au jour le jour les déplacements d'Alexis Callies et le déploiement des unités sous ses ordres. Il nous dresse au fur et à mesure le portrait des généraux qu'il croise et revient à plusieurs reprises sur la "légende noire du 15e corps", qui visiblement marque durablement les esprits. Il a parfaitement conscience des besoins de poilus, mais n'est pas dupe des "arrangements" avec les règlements pour améliorer l'ordinaire. Au hasard des jours et des rencontres, le rappel de conversations intéressantes dans la journée, comme ce 9 mars 1917, à cinq semaines de l'offensive du Chemin des Dames : "Le général Nivelle aurait cessé de plaire et serait en opposition avec le général Lyautey, ministre de la Guerre, qui désapprouverait son projet d'offensive". Il détaille également ses visites, sur le front et dans l'immédiat arrière-front, comme à Douaumont au printemps 1918 : "Le front de gorge est complètement bouleversé. Des deux fossés il ne reste que des vestiges. Toutes les superstructures du fort ont disparu. Plusieurs gaines ont été crevées même sous 2 mètres 50 de béton et 6 mètres de terre. C'est l'œuvre de nos 400". Nous y apprenons aussi quelques ressources du système D, pour l'aménagement des positions de tir de l'artillerie et même pour la récupération d'obus.

Un volume important. Un témoignage, fort bien présenté par Eric Labaye, qui doit impérativement figurer dans toute bonne bibliothèque de la Grande Guerre. 

Editions Sutton, Tours, 2017, 559 pages, 28,- euros.

ISBN : 978-2-8138-1101-1.

Souvenirs d'un artilleur

Partager cet article

Repost0
29 juin 2018 5 29 /06 /juin /2018 06:00

Heia Safari !

Général von Lettow-Vorbeck

Du Kilimanjaro aux combats de Berlin (1914-1920)

Bernard Lugan

L'africaniste bien connu (ici, ici et ici par exemple) avait déjà consacré au moins deux ouvrages dans les années 1980-1990 aux colonies allemandes et à la campagne d'Afrique orientale. Mais le livre qu'il nous propose aujourd'hui est absolument exemplaire, complet, tout en bénéficiant d'une extraordinaire iconographie, tant par la qualité intrinsèque de chaque photo que par leur nombre, absolument étonnant.

Le récit est scrupuleusement exact, l'épopée de von Lettow-Vorbeck n'ayant pas besoin que l'on ajoute du roman à une réalité exceptionnelle. Avec ce livre, vous saurez tout de ces combats d'Afrique orientale, qui s'étendent bien au-delà des frontières de la Tanzanie, de l'actuel Kenya au Rwanda-Burundi, des grands lacs en Zambie, du Mozambique en Rhodésie. Dans un premier temps, jouant habilement de la concentration des efforts, il prend l'initiative et occupe le sud du Kenya, mais les Britanniques engagent de nouvelles unités venues essentiellement d'Afrique du Sud qui leur assure une très large domination numérique. La "petite guerre de brousse" alors mise en œuvre par von Lettow-Vorbeck à partir de 1916 est un exemple de résistance de faible contre le fort. Totalement isolé et abandonné à lui-même, il sait s'adapter en permanence aux ressources localement disponibles, choisir les lieux et moments des combats, s'approvisionner sur l'ennemi vaincu : "N'engagez pas un combat dans lequel vous brûleriez plus de munitions que vous n'en captureriez". La confiance qu'il accorde à ses capitaines, les rapports qu'il sait nouer avec les tribus autochtones qui très souvent lui fournissent renseignement, guides et nourriture, l'audace du long raid du premier semestre 1918 au Mozambique, les enseignements militaires de cette campagne restent souvent pertinents. Le livre se termine sur le "défilé de la victoire" à Berlin après le rapatriement en 1919 des 155 survivants de l'épopée, et sur la lutte contre les révolutionnaires dans la capitale allemande. Enfin, de nombreuses annexes apportent une masse de précisions sur les effectifs et les équipements, mais rappellent aussi ce que furent les combats dans les autres colonies allemandes d'Afrique où une Schutztruppe existait.

Un livre qui constitue aujourd'hui la référence sur un sujet aussi concret qu'exotique.

En auto-édition. Le livre est à commander chez l'auteur : BP 45, 42360 Panissières,

contre la somme de 36,- euros, port inclus.

Epopée coloniale

Partager cet article

Repost0
26 juin 2018 2 26 /06 /juin /2018 06:00

Mémoires d'espions en guerre

1914-1945

Yvonnick Denoël

Déjà auteur de plusieurs ouvrages sur les services de renseignement (ici par exemple), Yvonnick Denoël nous livre aujourd'hui une "vraie-fausse" présentation générale du renseignement pendant les deux guerres mondiales, de la Grande Guerre, "1914-1918. Le temps des amateurs", en référence au manque de formation de la majorité des agents, à la Seconde guerre mondiale avec ce constat rassurant : "les démocraties gèrent mieux le renseignement que les dictatures, parce qu'elles comprennent l'utilité de la diversité, de la vérité, et des faits tangibles pour gagner la guerre".

"Vraie-fausse" parce que nous ne suivons pas l'évolution des services eux-mêmes. Les seize chapitres de l'ouvrage ne présentent pas les organismes en tant que tels avec leurs évolutions, mais des cas concrets particuliers, d'un réseau en Belgique pendant la Grande Guerre à l'affaire Ciceron ou à la création de l'OSS. J'avoue être là resté sur ma faim : la plupart des exemples (chacun est développé en une vingtaine de pages) sont connus ("Les décodeurs de Bletchley Park", "Les services secrets de la France Libre", "Les faux-monnayeurs nazis", etc.) et finalement le livre présente une synthèse d'autres ouvrages plus complets.

Fort justement, Yvonnick Denoël nous préalerte dès les premières pages sur le manque de fiabilité des témoignages publiés durant l'entre-deux-guerres, et il s'agit là d'un point absolument fondamental, la majorité des ouvrages tenant souvent du roman. La bibliographie finale par contre est de qualité, citant les principaux ouvrages sérieux récents.

Il reste finalement à écrire avec rigueur, mais pour le grand public, une histoire des services de renseignement en particulier entre 1914 et 1918.

Nouveau Monde éditions, Paris, 2018, 462 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-36942-646-2.

Du vrai et du faux

Partager cet article

Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 06:00

Djihad 1914-1918

La France face au panislamisme

Jean-Yves Le Naour

Ce livre, consacré à un aspect effectivement peu connu de la Grande Guerre, avec le rôle de l'empire ottoman et l'appel à la guerre sainte du sultan, laisse un sentiment de regret.

En dépit de sa grande connaissance de la période, l'auteur fonctionne en quelque sorte par "phrases-slogans". Cela le conduit à multiplier, outre les erreurs objectives plus ou moins importantes (Guillaume II n'a jamais été "souverain chrétien de droit divin"), les approximations souvent gênantes (qui deviennent énervantes quand on en compte plusieurs sur une page) puisqu'il lui faut faire coller son texte à une idée préétablie. Quelques exemples : Limans von Sanders n'a jamais été "carrément promu commandant de l'armée ottomane", la défaite d'El Herri n'a rien à voir avec les menées allemandes au Maroc, les relations des Britanniques et des Français avec le chérif Hussein et ses fils étaient bien plus complexes, etc. Et, globalement, il ne faut pas prendre (ou faire prendre) à travers les citations les espoirs ou les ambitions individuelles pour des décisions gouvernementales ayant vocation à être appliquées, surtout dans une période de propagande active et de censure stricte de la presse. Il n'en reste pas moins que le livre est intéressant, ne serait-ce que parce que le sujet est original.

Si la Turquie a si facilement basculé dans l'alliance avec l'Allemagne, peut-être faut-il se souvenir que le IIe Reich n'exprime pas de revendications territoriales à l'égard de la Sublime Porte, à la différence des Français et surtout des Britanniques, qui font figurent de menaces permanentes à Constantinople. D'ailleurs, l'approche britannique aurait mérité d'être davantage évoquée, la France en dehors de l'Afrique du Nord étant soit à la remorque de Londres, soit en opposition avec les Anglais. On regrette l'absence de bibliographie finale, car il existe une littérature assez abondante sur le sujet, y compris en français, livres et articles. Un livre à connaître, mais à prendre avec des réserves.

Perrin, Paris, 2017, 301 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-262-0783-0.

Guerre sainte

Partager cet article

Repost0
20 juin 2018 3 20 /06 /juin /2018 06:00

La France en guerre économique

(1914-1919)

Hubert Bonin

Le professeur (émérite) Hubert Bonin nous livre ici une somme, qui s'impose dès à présent comme une référence incontournable.

 Au terme d'années de recherches dans les gisements d'archives les plus divers, il livre un tableau sinon exhaustif (ce qui est quasiment impossible) du moins le plus large et le plus fouillé possible de l'effort économique, industriel et financier de la France entre 1914 et 1919. Quelques questions comme celle des munitions d'artillerie sont bien connues, mais imagine-t-on le nombre et la diversité des équipements de tous ordres qui sont nécessaires au 8,5 millions de Français mobilisés au long du conflit ? L'auteur présente le schéma général de l'organisation industrielle progressivement mise sur pied, puis la développe et la détaille dans une longue première partie chronologique, des premières décisions empiriques prises dans l'urgence à la rationalisation soutenue des derniers mois de guerre. Il consacre sa deuxième partie à "La guerre de l'air gagnée aussi dans les usines", ce qui nous donne un rare et très complet tableau de l'industrie aéronautique française et de ses évolutions durant cette période. La troisième partie s'intéresse à "La guerre des banquiers", avec en particulier un coup de projecteur sur la Société générale, grande banque internationale à l'époque. La quatrième enfin nous parle de "La guerre de la logistique et du négoce", avec la question des transports, celle des relations entre alliés, mais aussi la place particulière de la Compagnie du canal de Suez par exemple. Très régulièrement, tableaux et graphiques viennent fort à propos compléter le texte courant. L'auteur revient en conclusion sur l'extraordinaire effort d'adaptations qui a été nécessaire, en quelques années, pour parvenir aux résultats qui sont ceux de la France de 1918.

Un livre absolument indispensable pour quiconque veut comprendre la Grande Guerre dans toute sa complexité, un livre qui sera utile aussi bien à ceux qui travaillent sur la zone des armées qu'à ceux qui s'intéressent aux départements de l'Intérieur. 

Ed. Droz, Genève (CH), 2018, 521 pages, 69,- euros.

ISBN : 978-2-600-05811-7.

Soutenir les opérations

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile