Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 06:00

Les 300 jours de Verdun

Jean-Pierre Turbergue (Dir.)

Nouvelle édition de ce volume exceptionnel par son format (550 pages et 3,2 kg.), par son iconographie (plus de 2.000 illustrations souvent originales), par sa précision (les dix mois de la bataille jour par jour), et qui a représenté il y a dix ans une formidable aventure éditoriale. La référence pour tous ceux qui s'intéressent à la Grande Guerre.

Ce que nous en disions en 2013 : ici.

Pour commander directement chez l'éditeur : ici.

Monumental
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 06:00

Visages de Verdun

Michel Bernard

Un très (très) bel album de textes et de photos sur la bataille de Verdun, qui doit impérativement être connu de tous les amateurs.

Sous-préfet dont les travaux historiques antérieurs sur la Grande Guerre et Maurice Genevoix ont été remarqués, Michel Bernard a réussi avec ce volume un double exploit. L’iconographie est d’une grande qualité, les photos soigneusement sélectionnées et parfaitement reproduites, souvent en grand format. Les textes ont été rédigés avec la plus grande empathie, dans un français excellent, et offrent un équilibre aussi subtil qu’efficace entre rigueur historique, méditation presque philosophique et considérations générales sur les ressorts profonds de la personnalité humaine, aussi bien que sur la capacité de résistance des collectivités. On n’échappe pas bien sûr à 3 ou 4 scories (un commandant est présenté comme capitaine, une date est remplacée par une autre, etc.), mais ces quelques très rares points faibles ne doivent en aucun cas dissimuler l’importance de ce livre. Des jours précédant l’offensive allemande (« Ces benoîtes visions d’après guerre en pleine guerre, à deux ou trois kilomètres de l’armée allemande, alarmaient les officiers d’inspection … Les pelles et les pioches trouvaient peu de servants, et les corvées allaient sans entrain ») à la mémoire de Verdun aujourd’hui (« Qu’est-ce que Verdun ? A cette question, Verdun apporte la plus bouleversante et la plus précise des réponses »), sans lyrisme inutile mais avec un immense respect et une profonde sympathie pour « les poilus de Verdun », avec réalisme et une belle élévation de sentiment, Michel Bernard nous raconte chronologiquement la bataille. Il n’est, je pense, pas possible de quitter le livre sans être perdu dans de profondes pensées intérieures. Un livre qui fait réfléchir, sur son pays, sur ses pères, sur l’attachement à sa terre, sur la condition humaine finalement.

L’ensemble est donc illustré de très nombreuses photos en grand format, souvent même en pleine double page, qui montrent toutes des personnages, des individus, seuls ou en groupe, parfois en gros plan. Des images des hommes de Verdun, tels qu’ils furent. Il y a ainsi, au fil de chaque page, un aller-retour visuel et intellectuel entre le texte et l’image, l’un complétant judicieusement l’autre, et la seconde appuyant utilement le premier. Une dense, riche, belle réalisation qui va sans aucun doute s’imposer très vite comme une publication indispensable.

Perrin, Paris, 2016, 253 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-262-04813-6.

Album hommage, dense et émouvant
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 06:00

Dans l'enfer de la Somme

Dans les airs et sur terre, 1916-1918

Georges Pagé

Si l'avion (ou plutôt les pilotes) est bien au coeur du livre, la Somme n'y apparaît que pour partie et, en refermant l'ouvrage, il n'est pas du tout certain que le lecteur sache effectivement ce que furent les moyens engagés et leur doctrine d'emploi, les résultats obtenus ou les conséquences pour les années suivantes. Le titre du livre ne correspond que peu (ou pas du tout) à certains chapitres et on reste assez largement sur sa faim si l'on y recherche les éléments d'une "histoire de l'aviation" en 1914-1918.

Constitué par 45 brefs chapitres de quelques pages, l'auteur nous raconte une série d'histoires, ou donne un coup de projecteur particulier sur telle ou telle situation particulière dans une unité ou un état-major, mais on regrette l'absence de synthèse. Des affirmations rapides ("Après près de trois ans de guerre, l'attaque diffère selon que l'ennemi est en monoplace, biplace ou triplace, selon qu'il est seul ou évolue en groupe") souvent exactes, mais on attend ensuite l'explication (qui ne vient pas) de ces différences. De très nombreux instantanés qui se succèdent rapidement, mais l'on passe en 10 pages de "La guerre d'usure" à "L'Amérique en guerre" via "L'impasse de l'aviation allemande". Il faut donc aller picorer des informations plus originales, comme le chapitre 29 sur "Les aviateurs italiens sur le front français", sans que l'auteur nous précise dans quel contexte et pour quelle(s) raison(s) ces appareils italiens sont engagés sur le front du Nord-est dans la dernière année de guerre. De même, les "rampants" n'ont droit qu'à une page recto-verso, et le chapitre "Les combattants d'outre-mer" évoque rapidement les ressources de l'empire ("Ces hommes sont majoritairement incorporés dans les chasseurs d'Afrique, la Légion étrangère (sic !), les zouaves" ...), mais ne présente que quelques pilotes Français d'Afrique du Nord. On se demande enfin ce que viennent faire en fin de volume les quatre paragraphes consacrés à de Gaulle, Hitler, Churchill et Mussolini dans la Grande Guerre : des aviateurs oubliés ?

Les différents textes sont assez facilement hagiographiques (la bibliographie finale est réduite à sa plus simple expression et des titres majeurs sont absents) et l'on a parfois le sentiment de (re)lire un article de L'Illustration ou de La guerre illustrée... En résumé, un livre d'anecdotes présentées sous un jour favorable, facile à lire.

Editions Grancher, Paris, 2016, 367 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-7339-1360-4.

Pilotes et avions
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 06:00

Albert Thomas

Le socialisme en guerre, 1914-1918

Adeline Blaszkiewicz-Maison

Alors qu'il est l'un des hommes politiques "pivot" de la Grande Guerre en France, et en dépit de plusieurs travaux universitaires de haut niveau sur son action, Albert Thomas reste assez mal connu pour son rôle de sous-secrétaire d'Etat à l'Artillerie puis de ministre de l'Armement et, si l'on sait qu'il fut alors l'un des trois représentants du parti socialiste au sein du gouvernement, qu'en est-il de son rôle politique au-delà ?

L'intérêt du livre est d'explorer jusque dans le détail les subtiles relations internes au mouvement socialiste et les complexes manoeuvres des uns et des autres pour ancrer leur tendance à la direction du parti. Le fil rouge de l'ouvrage est ainsi la position face à la guerre d'Albert Thomas et, dans ce contexte, la manière dont il agit et argumente pour conserver une cohérence idéologique. Il s'agit donc bien d'un ouvrage d'histoire politique, et l'on y chercherait sans succès des éléments d'histoire des opérations ou des techniques. Organisé en trois grands chapitres ("Du réformisme d'avant-guerre au chantre de l'Union sacrée des socialistes", "L'activité ministérielle : la découverte de la salle des machines", et "De l'Union sacrée à la sacrée union"), il suit pas à pas Albert Thomas dans ses prises de position publiques, ses écrits, ses conversations avec ses camarades, ses négociations avec la "minorité" restée pacifiste, ses efforts pour influencer l'organisation sociale du pays à partir de la situation particulière créée par le conflit. Dans la première partie on notera que le ralliement des socialistes à la guerre (ou plutôt à la défense nationale) à l'été 1914 n'a pas été aussi immédiat et complet que l'on se plait parfois à la dire à la suite de l'assassinat de Jaurès, et on a la confirmation de l'importance d'un imaginaire fantasmé s'inspirant de la "Grande" révolution, de Valmy et de "la Patrie en danger". Dans la seconde, est mise en avant la volonté d'Albert Thomas de faire naître, à partir de la mobilisation industrielle et dans la perspective de la paix future, un autre type de rapports entre le capital et le tavail, entre les chefs d'entreprise et les ouvriers, et ses efforts pour faire en sorte que du "socialisme français de guerre" émerge une forme de "social-démocratie" dirait-on aujourd'hui marquée par un rééquilibrage des rapports de force. Dans la troisième enfin, qui s'intéresse aux deux dernières années de guerre, on retient sa mission en Russie en 1917, avec ses illusions et ses conséquences, et le retour dans les instances du parti d'un courant pacifiste de plus en plus important (avec les suites de la conférence de Stockholm). La fin du livre traite des difficultés d'Albert Thomas à partir de 1918, alors qu'une proportion non négligeable du mouvement socialiste connaît peu ou prou "l'influence" du mouvement bolchevique et que ses espoirs d'instaurer une sorte de partenariat "patrons/ouvriers" échouent.

A la fois symbole du ralliement socialiste à la guerre mais aussi des contradictions que cela implique avec les fondements idéologiques du parti, Albert Thomas ne pouvait pas sortir indemne de cette période exceptionnelle. Rapidement, il passe "de la salle des machines au sous-sol de l'histoire". Un très intéressant livre d'histoire politique de la gauche française.

Presses universitaires de Rennes, 2016, 191 pages, 18,- euros.
ISBN : 978-2-7535-4354-6.

Le pacifiste qui produisait des canons
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 05:50

1914

La grande illusion

Jean-Yves Le Naour

Réédition en format poche d'un ouvrage paru en 2012, et que nous avions chroniqué dès le mois de décembre (ici), puis en ajoutant un entretien avec l'auteur (ici).

Le début d'une grande fresque (le volume 1917 vient de sortir), dont nous ne partageons pas toutes les affirmations (parfois un peu incantatoires), mais qui repose sur une très solide connaissance des événements et de sérieuses références.

'Tempus', Perrin, 2015, 477 pages, 10,- euros.

ISBN : 978-2-06452-5.

Entrée(s) en guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 06:00

Les taupes de la Grande Guerre

Combats et combattants souterrains

Anthony Byledal (Dir.)

Qu'il s'agisse de témoignages ou d'études de synthèse, les publications sur la guerre des mines et les rôle des sapeurs-mineurs pendant la Grande Guerre sont peu nombreuses, en particulier dans l'espace francophone. Ce recueil d'une demi-douzaine de contributions constitue donc une indéniable plus-value pour notre connaissance du conflit.

Dans une approche résolument internationale (France, Grande-Bretagne, Allemagne), les auteurs abordent d'abord cette question de la guerre souterraine dans sa globalité, sur les différents fronts, à l'occasion d'un large panorama chez les différents belligérants, puis développent la mise en oeuvre par les Allemands en Argonne, et par les Français comme les Allemands dans la Somme. Ils s'intéressent enfin aux "tunneliers" néo-zélandais et anglais, avec l'angle d'approche particulier de leur condition d'origine : ouvriers des mines fortement syndicalisés. L'ensemble regorge de détails, de chiffres, de références, de tableaux, croquis et cartes, d'informations précises : en l'état actuel de l'historiographie, un "must" pour quiconque souhaite s'intéresser au sujet. Un maximum d'éléments en un minimum de pages.

Un seul regret (toujours exigeants !) : le volume aurait pu être plus épais... Un espoir : qu'il suscite d'autres vocations et d'autres publications ! A connaître.

Artois Presse Université, Arras, 2015, 168 pages, 15,- euros.

ISBN : 978-2-84832-219-3.

Guerre souterraine
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 06:00

Paroles de poilus guyanais

Philippe Guyot et Marie-Céline Gardiennet

Nous avions déjà évoqué quelques publications de la maison Ibis rouge sur la Grande Guerre (par exemple ici), et nous refermons avec plaisir ce petit volume qui aborde la question du témoignage des combattants issus de ce territoire lointain.

Certes, ils sont peu nombreux : faible population de la colonie, nombre encore plus faible de jeunes hommes soumis aux obligations militaires, difficultés de correspondances suivies du fait de la distance et de la guerre sous-marine, illétrisme relatif d'un certain nombre, durée d'engagement plus réduite puisqu'ils ne sont soumis à l'incorporation qu'à partir de 1915, etc. Le volume nous présente cependant les textes d'une quinzaine de poilus, avec quelques morceaux de bravoure. Dans le premier, par exemple, extrait des mémoires de Gaston Monnerville, ce dernier nous explique comment, avec quelques camarades, il lui faut multiplier les demandes auprès de toutes les administrations, "faire des pieds et des mains" suivant l'expression populaire, pour avoir finalement le droit de s'engager ! Dans plusieurs correspondances, outre l'éloignement de la famille et les difficultés avec les météo, apparaissent les surprises liées à la découverte de la métropole. Une petite quarantaine de pages sont consacrées au "carnet d'impression" que tient durant les années 1915-1918 Léon Sanite, brancardier et infirmier tué en juillet 1918 sur la Marne. Le livre se termine enfin par le discours que prononce en novembre 1922 Albert Darnal, lui même ancien combattant du 155e RI et prisonnier de guerre en Allemagne, lors de l'inauguration du monument aux morts de Cayenne.

Un petit volume qui apporte un utile éclairage sur des poilus venus de cette terre française d'Amérique du Sud. Un sujet rarement traité.

Ibis Rouge éditions, Matoury, 2015, 103 pages, 10,- euros.

ISBN : 978-2-84450-489-0.

Guyane
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 06:00

J'étais pilote de chasse au-dessus des tranchées

Brigadier Henri Trémeau

Voilà un témoignage exceptionnel que chaque amateur de la Grande Guerre et de la guerre aérienne se doit de connaître.

Jeune engagé volontaire à 18 ans pour pouvoir choisir son arme d'affectation, Henri Trémeau sert d'abord brièvement dans l'artillerie lourde (ce qui nous vaut quand même quelques bons commentaires sur les carences de la formation), puis tout aussi brièvement dans l'artillerie d'assaut naissante, avant d'être affecté dans l'aéronautique et de passer son brevet de pilote. Figurant parmi les meilleurs à chaque étape, il est sélectionné pour la chasse et commence sa carrière de pilote à la fin de l'année 1917. En occupation en Rhénanie en 1919, il est grièvement blessé lorsque son avion s'écrase au début du mois de juillet et quitte finalement le service après un séjour de plusieurs mois à l'hôpital. Par ailleurs, Henri Trémeau est un photographe amateur de talent qui conserve son appareil par devers lui, ce qui a permis d'illustrer le volume de très nombreuses photos originales.

Trémeau étant cultivé, le texte est bien écrit et souvent de grande qualité. Il ne se contente pas de noter au jour le jour le temps qu'il fait ou le nombre de missions effectuées, mais sait ajouter quelques réflexions personnelles (souvent toutefois rédigées a posteriori semble-t-il). En résumé, les phrases sont bien construites et chaque paragraphe assez développé pour que l'auteur puisse y faire figurer des réflexions adapées, plus hautes, même si le texte a été réécrit après la guerre. Nous avons donc là le récit du quotidien d'un pilote de chasse qui n'est pas un As connu, mais qui multiplie les missions au sein de son escadrille et nous fait partager une expérience concrète.

Sans aucun doute un document parmi les plus complets sur la vie d'un pilote de chasse de la Grande Guerre.

Editions Gilles Platret, 2011, 168 pages, 25,- euros

ISBN : 978-2-9527576-5-2.

Guerre aérienne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 06:00

1915 - 2015

Exposition "Des Alpes aux Vosges"

Voici le très beau catalogue d'une exposition de photographies, itinérante, en hommage aux chasseurs des deux divisions "bleues" de la Grande Guerre, dont les "bataillons venaient de toutes les Alpes, depuis Annecy au nord jusqu'à Nice au sud", comme le rappelle le général Bizeul dans sa préface.

Peintre de l'armée (spécialité photographe), Daniel Pucet a parcouru par tous les temps les champs de bataille des Vosges après en avoir sélectionné plusieurs centaines. Il s'est efforcé de retrouver en 2015 les lieux de 1915, des casernes de départ des unités (Chambéry, Annecy, Grenoble, Embrun, Gap, etc.) aux principaux sites du massif vosgien et enfin aux lieux des principaux combats : l'Hartmannswillrkopf, le Linge, l'Hilsenfirst et la Tête des Faux. Le photographe varie les angles de prise de vue et multiplie les échos aux combats d'il y a un siècle par des photos des anciens champs de bataille, des monuments et mémoriaux, etc., qu'il place en vis à vis de photos de l'époque extraites des collections du musée des troupes de montagne. On a donc, pour chaque double page, à gauche la photo noir et blanc et à droite la photo en couleurs sur le même thème.

Au bilan, un très bel hommage aux Alpins de la Grande Guerre par les Alpins d'aujourd'hui. L'exposition itinérante peut  être visitée en Savoie jusqu'au 20 janvier (ici), puis sera présentée dans les différents départements de l'arc alpin.

Contact avec le musée des troupes de montagne de Grenoble et commande : ici.

 

Chasseurs
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 06:00

Grande Guerre 14-18

Les chemins de mémoire

Tout le monde connaît les célébrissimes 'Guides du routard', souvent associé à des destinations lointaines plutôt "exotiques", et le simple fait qu'un volume soit consacré aux champs de batailles, sites et mémoriaux de la Grande Guerre montre bien l'importance sociale, et économique, du "tourisme de mémoire" (formule un peu fourre-tout mais réalité indiscutable).

Le volume, réalisé en partenariat avec la mission du centenaire, nous entraîne d'Ypres à Colmar à travers tous les sites du Nord-Pas-de-Calais, de Picardie, d'Île-de-France, de Champagne-Ardenne, de Lorraine et d'Alsace. Pour chaque ville ou secteur particulier du front, le lecteur trouvera le résumé des événements de la Grande Guerre (très généraliste et parfois simple succession d'idées reçues, mais enfin il a le mérite d'exister), des encarts qui précisent l'origine de tel mot, telle commémoration, les conditions de telle action, etc., la présentation des différents lieux, sites, monuments, musées qui méritent le détour (dont de nombreux fort peu connus, véritable plus-value), et bien sûr le traditionnel "Où mager ? Où dormir ?", à prix aussi modéré que possible ou dans un cadre original, qui a fait la réputation de la série de guides. Vous apprendrez sans doute qu'il est possible de loger pour une nuit dans une des anciennes pièces du Talbot House des soldats britanniques, et il vous est rappelé de ne pas repartir du restaurant du moulin de Laffaux "sans avoir goûté au buffet des patisseries à volonté". Ponctuellement, des pages reviennent sur certains points importants de la guerre (la grêve des tranchées au Chemin des Dames, Paris pendant la guerre, l'arrière-front allemand dans les Ardennes, les Eparges, les coups de main, etc.), souvent reconnaissons-le dans un discours assez convenu, mais la pagination limitée interdit les développements un peu complexes. Une carte de l'ensemble de la zone faisant ressortir les points particuliers termine de volume. Pour les lecteurs connectés enfin, une application permettant d'accéder en direct à toutes les adresses géolocalisées et à des milliers de photos.

Un outil peu onéreux pour préparer ses déplacements, sur une ou plusieurs journées, en famille ou entre amis, sur ces lieux si lourdement chargés d'histoire. Aussi sympa qu'utile. 

Guide du routard, Paris, 2015, 208 pages. 14,95 euros.

ISBN : 978-2-01-396007-6.

Un guide, et plus encoreUn guide, et plus encore
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile