Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 06:00

A line in the Sand

Britain, France, and the Struggle that shaped the Middle East

James Barr

Des livres importants peuvent mettre plusieurs années pour franchir la Manche. Indiscutablement, celui-ci en fait partie.

Dans cet ouvrage, qui offre au lecteur francophone de nombreuses références anglaises, James Barr nous transporte dans ce Proche-Orient compliqué entre 1915 et 1949, sous l'angle de la rivalité franco-britannique dans une vaste zone s'étendant de la Méditerranée à la Mésopotamie, devenue l'Irak. Et il le fait en utilisant abondamment des sources comme les témoignages, la presse et l'action des "services de l'ombre", de renseignement et de déstabilisation de l'adversaire. Il en donne un premier exemple dès le prologue en affirmant que lors de la "guerre terroriste" conduite par la Hagana contre les Britanniques dans l'immédiat après-Seconde guerre mondiale, les groupes juifs furent clandestinement armés par les Français. Partant de la négociation des accords Sykes-Picot (dont il souligne que les deux personnages sont davantage animés par une volonté politique que par une connaissance approfondie du terrain), il remonte le fil de l'histoire de la région, de Lawrence, Allenby et Fayçal à la révolte druze et à sa répression, des coups d'Etat (ou tentatives) aux renversements de gouvernements, des oppositions de la Seconde guerre mondiale et du conflit de 1941 au Levant aux violentes conséquences immédiates du conflit. On y retrouve les oppositions internes d'analyse et de choix entre Le Caire et les Indes au sein du monde britannique, aussi bien que les motivations anglaises dans les conversations qui précèdent la Déclaration Balfour, la (les) révolte(s) irakienne(s), les mouvements arabes en Palestine dans la deuxième moitié des années 1930 (très souvent oubliés en dépit de leur importance), les manoeuvres autour de l'indépendance libanaise en 1943, etc...

On peut reprocher à l'ouvrage de ne s'appuyer presque exclusivement que sur des sources britanniques (20 pages de sources et bibliographie). Mais c'est aussi, pour nous, ce qui fait son intérêt, car il nous permet de comparer les approches et les engagements de part et d'autre de la Manche. Derrière les lénifiants ou matamores discours officiels, l'auteur présente des volontés en action moins nobles et moins bienveillantes à partir d'une longue recherche dans les différents centres d'archives, publics, institutionnels et privés, anglais. La supposée "Entente cordiale" mise à nue dans les empires... Un ouvrage à connaître pour quiconque s'intéresse à l'histoire de cette région, au XXe siècle.. et aujourd'hui.

Simon & Chuster Ed., Londres, 2011, 454 pages.

ISBN : 978-1-84739-457-6.

Moyen-Orient
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 06:30

Le front d'Orient

Du désastre des Dardanelles à la victoire finale, 1915-1918

Max Schiavon

Toujours présentées comme ignorées ou moins bien reconnues que celles qui se déroulent dans le même temps sur le front du Nord-est, les opérations sur les fronts d'Orient durant la Première Guerre mondiale sont au coeur de ce volume.

Le récit, essentiellement factuel et descriptif, nous entraîne donc des causes de l'ouverture des fronts "secondaires" ou "extérieurs" (qualificatifs qui expriment bien l''approche que l'on en a généralement en France) en Méditerranée orientale en 1915, aux armistices bulgare et turc en 1918. Les événements sont bien décrits et le lecteur aura, à l'issue, une solide connaissance de la succession des faits. Par contre, on peut reprocher que certains sujets, pourtant importants pour comprendre les évolutions de la guerre dans la région, soient cités sans être problématisés ou non abordés à partir de sources plus diverses (décisions du haut commandement allemand, commandement de Sarrail, relations avec la Grèce, opposition franco-britannique, etc.). Différents travaux récents, français ou anglo-saxons, auraient pu être pris en compte pour expliquer pourquoi les événements se sont déroulés ainsi.

Un livre qui permet une première approche réussie de cette (ces) campagne(s), et que les amateurs soucieux d'aller plus loin complèteront avec d'autres études plus fouillées.  

Tallandier, Paris, 2014, 379 pages. 22,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0672-0.

Dardanelles - Salonique
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première guerre mondiale
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 06:10

Vosges et Vosgiens dans la tourmente

Dominique Michel

Un volume particullièrement intéressant, dont on peut simplement regretter que le style (phrases très courtes, parfois presque de style télégraphique) ne soit pas à la même hauteur.

A partir d'une large exploitation des archives départementales des Vosges et des archives municipales de neuf communes (au moins) du département, Dominique Michel brosse un tableau quasi-exhaustif de la vie dans le département entre 1914 et 1918, sous occupation allemande comme du côté français de la ligne de front. Le livre est organisé en trois parties principales : les conséquences des premières semaines de guerre, les difficultés de la vie quotidienne, et les relations entre civils et militaires. Au fil des chapitres, l'auteur s'intéresse aux multiples détails du quotidien dans tous les domaines, et à leur évolution au fur et à mesure que la guerre se prolonge, que les pénuries s'aggravent, que les prix augmentent, etc. Il nous donne également beaucoup d'indications sur le fonctionnement dégradé des institutions municipales (alors que les besoins augmentent), sur les pratiques religieuses, la question scolaire et les enfants "dans la rue", la presse et la censure, le bétail, les fourrages, les exploitations agricoles et forestières, etc., toujours au niveau d'une commune ou du département. Le volume est par ailleurs abondamment illustré de photos et cartes tout-à-fait adaptées et de quelques tableaux et graphiques bien utiles. Hélas, comme indiqué en introduction, le style nuit à l'impression générale avec ses phrases (très) courtes, ses paragraphes extrêmement brefs, un manque de liaisons, de liant, quelques phrases même sans verbe, ce qui donne le sentiment d'un discours trop saccadé.

Quelques annexes, dont la liste des instituteurs du département morts ou disparus pendant la guerre, complètent le livre. En dehors de la remarque formelle précédemment exprimée, les amateurs apprendront beaucoup de choses et auront confirmation par des citations (nombreuses) et des exemples concrets (tout aussi nombreux) d'une réalité souvent décrite de façon générale, mais que l'on touche ici du doigt. 

Gérard Louis éditions, Haroué, 2014, 317 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-35763-065-9.

Histoire locale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 06:00

Courrier de guerre

La poste aux armées, 1914-1918

Raphaël Delpard

Difficile de chroniquer un livre comme celui-ci. Des affirmations générales si rapides qu'elles pourraient sembler erronées ou fantaisistes aujourd'hui, mais aussi de nombreuses informations précises et de multiples citations intéressantes. Bref, délicat à apprécier.

La mise en contexte du thème particulier des correspondances de poilus et du service de la Poste aux armées en tant que tel, car le livre s'intéresse en fait à ces deux aspects, est parfois peu convaincante. Dès les premières phrases : "On ne peut imaginer de nos jours l'enthousiasme qui s'empara des Français, le 2 août 1914", "Les Français attendaient depuis trop longtemps l'occasion de laver la défaite subie à Sedan", "On va à la guerre la fleur au fusil", etc. Des phrases du même ordre se retrouvent tout au long du livre dès qu'il s'agit de prendre un peu de hauteur. Egalement approximatives, certaines références administratives (la franchise postale pour les soldats en campagne existe bien avant la Grande Guerre). Pour le coeur de l'ouvrage, Raphaël Delpard aborde la question du courrier sous des angles très différents : celui du poilu vers l'arrière (avec le rôle des vaguemestres), de la distribution à l'avant du courrier des familles, de la correspondance des prisonniers et celle des otages civils, de l'importance des colis, du rôle de la censure, de la place des marraines de guerre, et même des correspondances avec l'Afrique. Au fil des thèmes et des pages, d'une plume alerte, il décrit le fonctionnement, les effets, les méthodes de contournement et les initiatives personnelles. Il utilise en abondance le volume publié après la guerre par le général Marty (également en annexe) sous le titre L'organisation de la poste aux armées (1914-1918), et s'en éloigne en s'appuyant sur des témoignages et lettres de combattants. 

Certains sujets (la censure par exemple) ayant fait l'objet d'ouvrages très complets, le lecteur trouvera un peu "légères" certaines pages. Mais il s'agit ici d'un livre d'histoire avec les qualités et les défauts d'un ouvrage rédigé par un non spécialiste, cinéaste et romancier ayant publié de nombreux ouvrages sur des périodes et des thèmes forts différents. On ne peut pas être spécialiste de tout. Un livre difficile à chroniquer donc, qui présente des visions erronées ou incomplètes d'un certain nombre de questions, mais facile à lire et qui donne toutefois une idée d'ensemble d'un service totalement méconnu alors qu'il fut indispensable au moral du soldat.

Editions L'Archipel, Paris, 2014, 191 pages; 17,95 euros.

ISBN : 978-2-8098-1573-3.

Un lien essentiel
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 06:20

M. Poincaré et la guerre de 1914

Etudes sur les responsabilités

Gustave Dupin

Voici un document tout à fait exceptionnel, dans le fond comme dans la forme, qui tend à présenter Poincaré comme le premier responsable du déclenchement de la Grande Guerre.

Publié pour la première fois en 1931 par un militant pacifiste engagé, cette réédition est préfacée par Michel Sitbon, personnage atypique responsable de 'Cannabis sans frontières' et de revues 'érotiques'. Bref, un spécialiste des origines de la Grande Guerre, qui nous assène avec aplomb ses "vérités". L'argumentation générale a la subtilité d'une poutre maîtresse : 'Poincaré-la-guerre' a tout fait pour amener la guerre en s'appuyant sur l'alliance russe (dont la préface trouve l'origine dans la synarchie et les puissances occultes !), au prix de toutes les manoeuvres indirectes et financements occultes. Les documents produits, connus depuis bien longtemps, sont ceux qui furent mis en avant dans la politique française de l'entre-deux-guerres par le mouvement socialiste et pacifiste. Ceci étant posé, tout n'est pas faux dans ce volume. Le fameux 'Livre jaune' diplomatique français est effectivement sciemment incomplet et le rôle de l'ambassadeur Paléologue a été mis en cause sur différents points par de nombreux historiens. Il était indispensable pour le gouvernement que la France fasse figure d'Etat agressé sans contestation possible, et la présentation des faits et de la chronologie qui est faite dès le 2 août 1914 vise d'abord à prouver que les dirigeants français ne sont pour rien dans le début de la guerre. Mais pour autant les suppositions enchaînées et les déductions approximatives successives ne font pas des preuves. Et les responsabilités de la guerre pouvaient, objectivement, difficilement être identifiées à partir de présupposés politiques militants et partisans.

Donner un éclairage (cru) sur une thèse qui s'oppose frontalement à la théorie officielle n'est pas sans intérêt, ne serait-ce que pour souligner qu'il peut être fait appel à d'autres documents. Mais pas au point de prendre pour argent comptant un discours aussi sommaire. En langage "jeune", cela pourrait s'exprimer "MdR". Mais ce livre, dont le texte ferait ainsi presque rire s'il avait été rédigé en 2014, est aussi à considérer comme un témoignage de la vivacité et des excès des débats politiques intérieurs de l'entre-deux-guerres. De ce point de vue (d'abord), il est également un document d'histoire.

Editions Aviso, 2014, 193 pages, 16 euros.

ISBN : 979-1-09345-3033.

Responsabilités de guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 06:15

Août 14

La France entre en guerre

Bruno Cabannes

Belle étude que celle qui vient de paraître chez Gallimard. Dans un style sobre et dense, il aborde très largement ce mois d'août 1914 dans ses différentes facettes et composantes.

De l'assassinat de Jaurès aux premières conséquences dans l'intérieur, les huit chapitres permettent d'aborder les derniers jours de paix et l'attitude des socialistes, la réalité du départ des soldats et les "sentiments contradictoires (qui) traversaient la communauté des mobilisés" à travers leurs premières lettres. Les chapites qui suivent abordent les questions militaires à travers les échecs des premières semaines de campagne, l'importance des pertes subies, la violence inattendue des combats, et c'est ici sans doute que le livre est le moins solide du fait de la formulation d'idées parfois approximatives (sur le combat de cavalerie, l'aviation, les choix tactiques). Les trois derniers chapitres traitent de façon large de "l'espionnite" qui se développe très rapidement et conduit à de nombreux excès, avec un paragraphe sur l'antisémitisme de Daudet et ses campagnes contre les "juifs allemands", et sur les rumeurs les plus folles qui se répandent à l'arrière, parallèlement à l'exode des populations des régions occupées. Un livre très complet sur le premier mois de guerre.

Comme souvent lorsqu'il s'agit de vastes synthèses, nous pouvons émettre certaines réserves sur tel ou tel aspect (en particulier les questions militaires) de l'ouvrage, soit que des situations complexes soient difficilement exprimables en quelques lignes, soit que les responsabilités exprimées se situent ailleurs. Mais ces élément n'enlèvent rien à la qualité de l'ensemble du livre qui mérite indiscutablement de figurer dans votre bibliothèque.

Gallimard, Paris, 2014, 244 pages. 18,90 euros.

ISBN : 978-2-07-012994-2.

Utile synthèse
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 06:00

Mémoires de la Grande Guerre

1911-1915

Winston Churchill

Première partie d'une étude monumentale en plusieurs volumes, cette histoire de la Grande Guerre a parfois été comparée à une opération d'auto justification de Churchill. Elle reste marquée par les conditions de son départ du gouvernement après l'échec de l'opération des Dardanelles.

Si l'hypothèse est loin d'être absolument fausse, et il est bon de lire le livre en s'en souvenant, il n'en demeure pas moins que ce lourd volume contient d'innombrables précisions sur les deux premières années de guerre, vécues à partir du gouvernement anglais. De la mobilisation de la Navy à compter du 30 juillet (Churchill est alors Premier Lord de l'Amirauté) à la chute du gouvernement Asquith l'année suivante, il détaille (de son point de vue, bien sûr) les processus de prise de décision au sein du cabinet britannique, ses rapports avec les chefs de la Navy et en particulier Fisher, les relations avec les Alliés français, belges voire russes ou italiens, insiste longuement (sans surprise) sur le déroulement et les formes de la guerre navale, la connaissance qu'il a (ou dit avoir) des batailles de Coronel, des Falklands et du Dogger Bank, les bombardements des côtes sud-est des îles britanniques par la marine allemande avec la problématique liée du repli de la flotte de haute mer à Scapa Flow, l'émergence des sous-marins (et il affirme même que la Grande-Bretagne avait dans ce domaine "une supériorité incontestable"...), la question ottomane et les problématiques impériales de Londres, la naissance des "cuirassés terrestres", devenus chars d'assaut. Les conditions du lancement de l'opération navale des Dardanelles sont longuement présentées (à son avantage) et il met en cause aussi bien Fisher que Kitchener. Dans tous ces ultimes chapitres, il multiplie d'ailleurs plus encore que précédemment les citations et les extraits de correspondances. Il décrit avec précision (mais toujours de son point de vue) les débarquements de Gallipoli et les pertes si importantes consenties pour rester accrocher sur les plages. Une note intéressante en fin de volume, datée du 11 mai 1915 et adressée aux directeurs de l'Amirauté : "Il y a tout lieu de croire que la guerre ne finira pas avant le 31 décembre 1916. Tous les plans et toutes les prévisions de l'Amirauté doivent être établis sur cette base".

Complété par un judicieux et très utile index des noms de personnes classé par fonctions officielles, ce premier volume des mémoires de Churchill pendant la Grande Guerre sera du plus grand intérêt pour le lecteur francophone et doit figurer dans toute bonne bibliothèque.

Tallandier, Paris, 2014, 635 pages. 29,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0439-9.

Mémoires très personnels
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 06:00

Grande Guerre et colonies :

le cas guyanais

Odon Abbal

Ce n'est certes pas le premier territoire de l'empire auquel l'on pense en s'intéressant à la Grande Guerre et aux colonies. C'est justement ce qui fait l'originalité, et l'intérêt, de cette étude.

Tout en reconnaissant dans son introduction que la Guyane "n'intervient dans le conflit qu'en fonction de sa situation géographique, de ses maigres moyens humains et matériels et des demandes plus ou moins pressantes qui lui sont adressées", l'auteur nous propose de nous intéresser à l'organisation qui sera mise en place localement, aux conséquences du conflit et aux poilus originaires de ce territoire encore très mal connu en métropole lorsque la guerre éclate. Après avoir dressé le tableau de la situation locale à la veille de la guerre, Odon Abbal pose immédiatement la question de ses conséquences pour la colonie (trafic maritime, approvisionnements, économie, finances et commerce), au plan institutionnel comme au niveau des individus. Il s'attache ensuite à reconstituer la contribution militaire du territoire à l'effort national, à partir de la situation peu enviable des premiers contingents créoles levés avec précaution à partir de juin 1913 seulement, et il fait pour cela appel en particulier aux articles de la presse de l'époque. Au début de la Grande Guerre, on compte plus de 74 % de réformés en Guyane et quelques centaines de soldats seulement peuvent rejoindre la métropole. Odon Abbal poursuit avec la présentation de l'évolution de la situation officielle à partir de 1916 et l'accélération du recrutement, puis détaille les situations effectivement vécues par ces poilus d'outre-Atlantique, à l'arrière, à l'instruction, au front, essentiellement dans l'infanterie et l'artillerie coloniales. On les retrouve aux Dardanelles puis à Salonique : "A la communauté de sentiments s'est ajoutée la communauté de destins, les soldats guyanais ont été traités comme les autres et ont servi comme les autres". S'il relève légitimement quelques attitudes héroïques (en particulier deux officiers), il souligne aussi les conséquences sanitaires pour les hommes et note un témoignage de simple soldat "qui n'est victime d'aucune discrimination durant son engagement". Il termine sur les conséquences et séquelles diverses de l'immédiat après-guerre, des difficultés de la réinstallation aux contraintes économiques, des conséquences démographiques à la recherche d'un emploi, à l'oubli relatif devant l'importance prise par les "tirailleurs sénégalais" (terme générique) et la place hégémonique de l'Afrique dans les hommages rendus à l'empire.

L'auteur souligne à plusieurs reprises les difficultés rencontrées pour retrouver archives et témoignages, et l'on peut supposer que ses indications bibliographiques finales sont quasiment complètes (sauf quelques travaux universitaires métropolitains ?). Loin des clichés et des approximations, il a néanmoins pu rédiger un petit livre cohérent et convaincant qui mérite d'être lu par tous ceux qui s'intéressent aussi bien à ce territoire qu'au monde colonial de façon plus large, et par ceux qui se passionnent pour la Grande Guerre.

Ibis Rouge éditions, Matoury, 2014, 116 pages, 15 euros.
ISBN : 978-2-84450-452-4.

Si lointaine, si proche...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 06:10

Jean Norton Cru et la Grande Guerre

La 'vérité due aux poilus' contre les prix Goncourt

Jacques Verdier

Si le nom de Jean Norton Cru est bien connu des amateurs de récits de la Grande Guerre, il est souvent associé soit à des polémiques, soit à des louanges quasi-systématiques. Le grand intérêt de ce volume est, à la fois, de restituer la personnalité du célèbre auteur de Témoins et de rappeler les conditions de réalisation de l'étude comme les critères de rédaction retenus pour ce livre fondateur sur les témoignages de la Première Guerre mondiale.

En dix chapitres, Jacques Verdier retrace ainsi, à travers l'histoire de Témoins et de Du témoignage, mais aussi en utilisant abondamment des correspondances privées, la vie et l'oeuvre de Jean Norton Cru. Il apporte de très utiles précisions sur son environnement familial, sur l'importance de son éducation et de la foi protestante, sur la force de volonté et la détermination (certains pourraient dire l'entêtement) dont il fait preuve, sur les conditions de travail aux Etats-Unis. Surtout, il nous éclaire sur les débats et polémiques qui entourent la publication de Témoins, s'efforce de relativiser blâmes et louanges, précise les critères de sélection et d'analyse des quelques 300 ouvrages commentés, rappelle les arguments que Norton Cru donne pour sa propre défense. Il sait aussi reconnaître les faiblesses et les excès de celui qui voulait à tout prix dire la vérité sur la guerre, sans fard ni exagération. Les nombreux extraits d'articles et de correspondances qui viennent en appui du texte courant complètent utilement la démonstration et l'on quitte le livre en ayant le sentiment de pouvoir réellement mieux analyser et comprendre les textes ubliés pendant et après la Grande Guerre, les principe posés étant par ailleurs applicables pour l'essentiel aux autres conflits qui suivirent. Le dernier chapitre, consacré à "L'actualité de la démarche de Norton Cru" est relativement consensuel, alors que la double question du témoignage de guerre et du statut du témoin, sur laquelle ce livre nous fait utilement réfléchir, reste toujours d'actualité.

On ne peut que recommander la lecture de l'ouvrage. Presque un passage obligé, avant d'entreprendre celles des livres de Norton Cru et des innombrables carnets et autres journaux de guerre. 

Editions Ampelos, 2014, 191 pages, 17 euros.
ISBN : 978-2-35618-078-0.

Pour commander directement l'ouvrage : ici.

Du témoignage
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 06:00

Dans la peau du soldat inconnu

Jean-Pierre Guéno

Je croyais naïvement que cette littérature s'était éteinte d'elle-même dans les années 60, après avoir connu son apogée durant l'entre-deux-guerres. Erreur. En dehors de quelques feuilles confidentielles antimilitaristes, il reste Jean-Pierre Guéno, écrivain et journaliste présenté comme historien, "un conteur de mémoire égaré dans les méandres de l'histoire". Un seul bémol, mais de taille : la mémoire en question est univoque et sélective.

Imaginant un personnage capable de se réincarner à volonté, l'auteur se voit successivement en tel ou tel soldat de la Grande Guerre, anonyme (parfois) ou célèbre (souvent), et en raconte sommairement l'histoire en employant le "je". Nous sommes donc dans le roman, avec la prétention de traduire la réalité, d'où confusions permanentes, voire tromperies pour le lecteur (mais c'est aussi du roman). Un exemple dès les premières pages : "En ce premier été de guerre, nous parcourions souvent 70 kilomètres par jour entre deux champs de bataille"... 70 km. par jour avec l'ensemble du barda ? Ceux qui ont effectué des raids d'une semaine avec équipement et étapes quotidiennes de 30 à 40 km. apprécieront. Un détail certes, mais qui illustre le style et donne le ton de l'ouvrage. Chapitre après chapitre, presque page après page, revient le même type de considérations : le soldat souffre, par la faute des officiers évidemment incompétents, et victime des généraux, bien sûr bouchers. Ces derniers doivent d'ailleurs manipuler les politiques et être probablement aux ordres des grands financiers : "La patrie, la politique, les nationalités, les principes économiques, tout ce dont on leurrait les foules, mensonges, mensonges, mensonges !" ; "Ce n'est pas la France que nous servions. Nous nous faisions casser la gueule pour les généraux. C'était une guerre d'argent et d'ambitions". Quelques personnages plus connus sont récupérés au passage : Driant (dont l'auteur rappelle, mine de rien, qu'il fut qualifié "de sous-Jules Verne", merci pour lui), ou Mata-Hari ("Femmes trop étrangère, trop libre, trop libertine, trop cosmopolite, trop moderne, trop fatale", un article bientôt dans la presse people ?), dont il fait finalement... le Soldat inconnu ! 

N'est pas Barbusse qui veut et il ne suffit pas de "s'inspirer" de quelques écrits soigneusement sélectionnés pour faire un grand livre d'histoire ou un bon roman ("Le texte de ce livre est composé à 80 % à partir de leurs lettres et de leurs carnets de tranchées"). L'immense flot des correspondances quotidiennes et les innombrables "carnets" et "journaux" personnels témoignent d'abord de la diversité et de la complexité des situations individuelles et collectives. Le même soldat peut, souvent, passer en quelques jours d'un sentiment à l'autre, en exprimer un puis son contraire. Le reconnaître et tenter de l'expliquer n'est pas nier la réalité des souffrances, des sacrifices et des deuils, c'est s'interroger sur une réalité multiforme. Diversité, complexité, multiforme, finesse, subtilité : autant de termes qui n'ont pas leur place dans ce livre. Jouer systématiquement sur les seuls ressorts du sentimentalisme le plus basique pour faire pleurer Margot (dans le style "la guerre c'est sale", et certaines phrases faisant irrésistiblement penser à des articles de L'Humanité du début des années 1930 en pleine campagne pacifiste et antimilitariste), même pour un roman, fait sans doute "vintage" mais n'apporte rien. Pas plus en tout cas que "l'inflation patriotique" et le bourrage de crâne de la grande époque, aussi ridicules, et justement condamné. Etre "monocolore" à ce point devient même impressionnant. Bref, navrant.

Rémy

Le Passeur éditeur, Paris, 2014, 188 pages, 16 euros.

ISBN : 978-2-36890-142-7.

Navrant...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile