Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 06:00

Carnets d'un ambulancier et pharmacien

1915-1918

Jean Prévot

Un témoignage publié il y a presque dix ans, mais qui conserve tout son intérêt pour ceux qui s'intéressent au quotidien de la Grande Guerre entre le front et l'arrière-front.

Incorporé en août 1914 et affecté en janvier 1915 dans une section d'infirmiers militaires, Jean Prévot tient (presque) au jour le jour ses carnets pendant quatre ans, jusqu'en septembre 1918, date à laquelle il est gazé et évacué. Les détails de la vie quotidienne tiennent une grande place dans ce texte, qu'il s'agisse du logement, de l'alimentation, des activités diverses au cantonnement, voire des loisirs comme la pêche ou les jeux de cartes. Finalement, il s'organise, avec ses camarades, une vie aussi "normale", ou "ordinaire" que possible. Il note pratiquement chaque jour le temps qu'il fait, mais également ce qu'il peut observer sur l'état des routes, l'emploi des unités opérationnelles, des sections de transport, de l'artillerie, de l'aéronautique. L'aspect médical tient bien sûr une grande place, sans longs développements toutefois, mais avec des annotations précises sur son travail, les blessures des soldats, le rôle des infirmiers et des brancardiers lors des quelques périodes d'intense activité. Les notes ne sont parfois que de trois ou quatre lignes, même en période calme, et lorsqu'elles sont plus longues il s'agit souvent de brefs paragraphes thématiques : pas de spéculations intellectualisées sur la guerre, mais le constat d'une réalité mouvante, et bien souvent assez ennuyeuse il faut le reconnaître.

Lorsque les carnets s'interrompent, la présentation de la guerre de Jean Prévot est complétée par le recours aux JMO des unités, ce qui donne à l'ensemble une forte cohérence. Un témoignage presque "tranquille" sur la vie dans l'arrière-front et la perception que l'on pouvait y avoir des opérations. 

Editions des Equateurs - Soissonnais 14-18, 2007, 318 pages. 21,90 euros.

ISBN : 978-2-84990-069-7.

Vie quotidienne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 06:00

 

Carnet de route

avec les régiments de Belfort et de Franche-Comté

Août-septembre 1914

Alix Droz

 Avec ce livre, produit grâce à  association particulièrement dynamique, vous pouvez retrouver les premières semaines de campagne vues à travers le regard d'un caporal du contingent du 35e RI, jusqu'au 20 septembre 1914, date à laquelle il est fait prisonnier, et dont les souvenirs sont présentés par Hervé Vatel.

Alix Droz appartient à cette génération de jeunes instituteurs qui entre en campagne en août 1914, pour "une guerre défensive", dans un environnement d'incertitudes et de questions sur la situation générale mais aussi "sur les visages, pas d'angoisse, une mâle résolution". La première partie est essentiellement basée sur le récit initial de l'auteur et de larges extraits du JMO de son unité. Il connaît le baptème du feu dès le 7 août à Burnhaupt-le-Bas et nous raconte ses combats (marches et cotnre-marches) dans la région de Mulhouse, avec les succès éphémères que l'on sait, mais aussi le quotidien du caporal, qui "n'est pas une sinécure". Il quitte l'Alsace et embarque avec ses camarades le 25 août pour une destination inconnue, en fait la Picardie et l'Oise, via belfort et Paris, première étape de la réorganisation du dispositif français qui voit le basculement des grandes unités de l'aile droite (Alsace et Lorraine) au centre (Champagne) et à l'aile gauche (nord de Paris) du front. Pendant plus d'une semaine, c'est la retraite ("Marche toujours précipitée. Les kilomètres succèdent aux kilomètres") avec la 6e Armée de nouvelle constitution, dans des conditions difficiles, l'approche de Senlis avec l'espoir de contre-attaquer en dépit de la fatigue, et le 5 septembre au soir l'annonce de la contre-offensive pour le lendemain : "Nous comprenons qu'il faudra vaincre ou y rester. Plutôt la bataille que la retraite ! Si nos corps ont souffert, nos âmes sont intactes". C'est la bataille de la Marne, dans le secteur de Bouillancy-Rez puis au Châtelet, et jusqu'à Vic-sur-Aisne et Autrêches (on note la qualité des croquis dessinés par Alix Droz), les patrouilles, les accrochages, des "régiments de Paris qui se sont mal battus", des duels d'artillerie et des cadavres allemands. Isolé de sa compagnie avec quelques hommes, il est fait prisonnier, comme, finalement, "3 à 400 hommes peut-être, ce qui reste du bataillon". La seconde partie, "Notes complémentaires", permettent de remettre dans leur contexte les écrits d'Alix Drooz, en utilisant en particulier plusieurs autres témoignages (dont allemands). Enfin, la dernière partie revient en détail sur le combat d'Autrêches, à l'issue duquel l'auteur est fait prisonnier. Elle souligne en particulier les difficultés initiales des régiments de réserve et tente de tirer les enseignements de cette journée du 20 septembre.

Un ouvrage aussi intéressant qu'utile, qui part de la "micro-histoire" pour faciliter la compréhension de la "grande histoire". A recommander sans hésitation.

Soissonnais 14-18, 2014, 231 pages, 22,- euros.

Pour commander directement auprès de l'association : ici

Début de campagne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 06:00

1915

L'impossible percée

Gilles Vauclair

Déjà auteur de huit ouvrages sur la Grande Guerre, en particulier sous un angle régional, Gilles Vauclair nous propose un petit volume très largement illustré entièrement consacré aux opérations de 1915.

Les huit chapitres sont successivement et (presque) chronologiquement consacrés à "La bataille de Soissons", "L'offensive de la 4e armée en Champagne", "L'attaque au gaz sur Ypres", "Le front d'Artois et l'offensive de mai 1915", "La guerre des mines sur les hauts de Meuse et en Argonne", "La deuxième offensive de Champagne", "Le front dans le secteur vosgien" et "L'expédition des Dardanelles". Pour chacun, deux pages de textes (en général) présentent le cadre et le déroulement de l'action, puis une douzaine de pages de photos (et parfois une carte), bien choisies et bien reproduites, permettent de se faire une idée des opérations dans le secteur concerné, des matériels utilisés et de la vie des soldats. Les commentaires sont précis et pour la plupart strictement descriptifs.

Un petit volume qui permet de faire un point à peu près complet de cette année si mal connue.

Editions Sutton, Tours, 2015, 128 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-8138-0904-9.

1915
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 06:00

Un toubib sous l'uniforme

1908-1918

François Perrin

Voici un livre qui, bien que datant de quelques années, figure toujours au catalogue de l'éditeur. Il retrace le parcours d'un jeune médecin militaire, de 1908 au Maroc à 1918 (1917 pour les opérations actives et 1918 pour son départ du service actif).

Le récit commence en 1908, lorsque le jeune médecin aide-major de 1ère classe François Perrin est affecté à la compagnie saharienne de Colomb-Béchar et qu'il part en campagne sous les ordres du général Vigy dans la haute vallée de l'oued Guir. Quelques 80 pages sont ainsi consacrées aux opérations sur les confints algéro-marocains, aux relations avec les opérationnels, à la vie et aux rapports avec les populations. Puis, François Perrin étant affecté en métropole, une petite centaine de pages reviennent sur le rôle et la place d'un médecin militaire dans les garnisons de province, avec quelques constats intéressants sur les idées reçues et les a priori avant guerre. A compter du chapitre 8, commencent les souvenirs de la Grande Guerre à proprement parler. Fait très rapidement prisonnier dès le début du conflit (il n'est pas tendre pour le commandement français de contact), il est libéré presque aussitôt via la Suisse et peut rejoindre à nouveau le front, aux services de l'arrière de la 4e Armée. Il sert essentiellement en Champagne, dans des "commandements baroques et inattendus" pour un chirurgien : un GBD. Cela nous donne quelques belles pages ici aussi sur le rôle et la vie d'un médecin militaire dans ce secteur, alternativement "calme" et "actif", mais aussi sur le travail d'un groupe de brancardiers divisionnaire ou sur les relations entre médecins d'active et de réserve. Le récit se poursuit jusqu'à l'offensive du Chemin des Dames d'avril 1917, à la fin de laquelle, gravement malade, il doit être évacué, avant d'être placé en situation de non-activité, puis de démissionner trois ans plus tard.

Le témoignage d'un jeune médecin d'active (assez rare), qui connaît pendant trois ans cette situation exceptionnelle d'observation à la tête d'une ambulance, à la fois proche des poilus de première ligne mais sans en vivre tous les dangers quotidiens. Un témoignage qui doit être connu de tous les amateurs. 

Editions Anovi, Parçay-sur-Vienne, 2009, 347 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-291481833-9.

Pour commander directement chez l'éditeur : ici

Parcours d'un médecin
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 06:00

1914. La guerre avant la guerre

Regards sr un conflit à venir

François Cochet et Jean-Christophe Sauvage (Dir.)

Avec ce volume qui regroupe les communications prononcées lors des journées d'études tenues à Châlons en 2013, les directeurs de l'ouvrage nous permettent de retrouver une douzaine de textes grâce auxquels (sans épuiser le sujet naturellement) il est possible de cerner comment était envisagée, perçue, comprise la guerre avant août 1914.

Comme le précise François Cochet, il est ainsi possible de "dépasser les idées reçues sur la revanche, sur certains stéréotypes encore si souvent et si fréquemment évoqués sur le pantalon rouge, la pseudo-guerre de retard de l'armée française ou le regard des sociétés sur la guerre à venir". La première partie est essentiellement consacrée aux questions proprement militaires. Je propose pour ma part une contribution sur "Guerre préparée, guerre imaginée" à propos de la littérature "d'anticipation" d'avant 1914, William Philpott évoque les "Continentalists" qui s'efforcent de préparer l'armée britannique à un conflit européen, Julie d'Andurain compare "petite" et "grande" guerre à partir des campagnes coloniales, Vincent Duclert revient sur les idées de Jaurès, et jean-Christophe Sauvage revient sur le rôle de la place de Châlons dans les plans français successifs. La deuxième partie est plutôt centrée sur les questions politiques et sociétales, tandis que la troisième s'intéresse aux aspects médiatiques et économiques. On retiendra en particulier les interventions de Marianne Walle ("L'opinion publique en Allemagne en 1913-1914") et de Rainer Bendick ("Les manuels scolaires allemands à la veille de la guerre"), qui permettent de jeter un regard au-delà du Rhin. On apprécie également la présentation d'Olivier Dard sur "Le diagnostic des nationalistes sur l'état de la France à la veille d'une guerre jugée certaine" et celle, originale, d'Hervé Chabaud intitulée "Regard sur la presse champenoise et la guerre à venir".

En résumé, un volume qui semble tout-à-fait indispensable pour ceux qui s'intéressent à l'immédiat avant-guerre et aux sanglantes et indispensables adaptations des premières semaines de campagne.

Editions Riveneuve, Paris, 2015, 220 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-36013-322-2.

Imaginer la prochaine guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 06:00

 

Maudite soit la guerre

(1915-1918)

Eugène Henwood

Auteur et journaliste au parcours atypique, exerçant différents métiers, grand amateur de courses hippiques, Eugène Henwood est apelé sous les drapeaux en février 1915, alors qu'il avait été exempté lors de son page devant le conseil de révision en 1901. C'est donc le témoignage d'un poilu relativement "âgé" qui nous est proposé, ce recul par rapport aux événements étant complété par son goût pour l'écriture.

Eugène Henwood sert sans discontinuer au 4e régiment de marche de zouaves, devenu 4e régiment mixte de zouaves et tirailleurs, pendant plus de trois ans, et à ce titre son témoignage est un complément extrêmement utile à l'histoire du régiment, témoignage qu'il note au jour le jour sur "17 carnets de format et d'épaisseur variables". Comme le laisse entendre le titre (mais qui d'ailleurs parmi les combattants du front n'a pas à un moment pensé la même chose ?), il n'a qu'horreur pour les événements meurtriers auxquels il participe, et il tient à témoigner de ce que fut la réalité de la (sur)vie de ses camarades, surtout face au déferlement abusivement "patriotique" dans la grande presse nationale. Mais il ne faut pas se laisser abuser. Au-delà de cet aspect, Eugène Henwood n'envisage à aucun moment de ne pas remplir son devoir de citoyen et nous avons donc là un témoignage tout-à-fait intéressant qui, à la fois, exprime toutes les réserves que l'on peut concevoir dans de telles situations, mais par ailleurs exprime la volonté de faire "tout son devoir, dans la mesure de ses forces et de ses capacités, ... tout en gardant quelque dignité, raison et humaine pitié". Avec son régiment d'élite de la divison marocaine, il est de tous les coups durs, mais il connaît aussi l'attente, le doute, la blessure, les fluctuations du moral. Il n'est pas fondamentalement différent de tant d'autres poilus, mais il sait peut-être mieux que beaucoup de ses camarades traduire en mots leurs pensées, sentimentset réflexions.

Au total, accompagné d'un riche appareil de notes en bas de page et index très complet et d'utiles annexes, ce volume appartient indiscutablement à la catégorie des grands témoignages de la Première Guerre 

Editions Pierre de Taillac, Villers-sur-Mer, 2015, 543 pages. 22,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-060-8.

Témoignage
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 07:00

Le général de Castelnau

(1851-1944)

Patrick de Gmeline

Curieux ouvrage que cet album, et un sentiment très mitigé lorsqu'on le referme. En résumé, une approche essentiellement hagiographique du personnage (qui à notre avis n'en a pas besoin, étant l'un des meilleurs tacticiens de sa génération) qui parfois irrite ; et d'autre part la présentation d'une très riche iconographie, plusieurs centaines de reproductions constituant un ensemble à notre connaissance jamais rassemblé auparavant sur le général.

Le volume, qui ne se veut pas une biographie classique, est structuré en grandes parties thématiques : "Héritier enraciné", "Officier remarqué", "Père attentif", "Chef respecté", "Catholique engagé", "Patriarche écouté". Sur le plan de la carrière militaire avant la Grande Guerre du général, on reste un peu sur sa faim, de même que pour la page consacrée aux batailles des frontières d'août 1914. De façon générale d'ailleurs, les aspects opérationnels sont très peu développés, pour céder la place à des considérations personnelles diverses qui ne sont pas inintéressantes (au contraire), mais qui manquent quand même souvent de densité. Son importante mission à Salonique à la fin de l'année 1915 est traité en une double page essentiellement constituée de photos, et l'affaire de Verdun en février 1916 en à peine plus, sans que l'on apprenne quoi que ce soit de nouveau. Par contre, l'utilisation des (sans aucun doute) très riches archives familiales permet d'illustrer de façon exceptionnelle ce volume et tous les amateurs de l'histoire de la Première Guerre mondiale y trouveront la reproduction de pièces qu'ils ne connaissent pas. L'ultime partie, "Symbole honoré", est consacré au souvenir du général de Castelnau dans le pays et en particulier dans le monde militaire jusqu'au baptème récent d'une promotion de l'ESM, tous les héritiers et descendants y sont cités, y compris les parents par alliance, comme s'il s'agissait de ratisser large.

En résumé, un album à considérer comme un hommage familial au célèbre aïeul, mais qui permet néanmoins d'ouvrir quelques portes sur la personnalité du général, ses choix personnels, ses idées militaires et ses engagements.

Editions Charles Hérissey, Janzé, 2014, 245 pages, 45,- euros.

ISBN : 978-2-914417-48-8.

Le "capucin botté"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 06:00

Le général Lanrezac

Pierre-Henri Aubry

Dans ce petit volume défini comme "celui d'un praticien", préfacé par le général Sainte-Claire Deville, commandant les forces terrestres, l'auteur, lui-même officier, nous propose de revenir sur ces journées d'août 1914 : "Il est intéressant pour le soldat d'aujourd'hui de revenir sur l'intuition géniale de Lanrezac à Charleroi et à Guise".

Relevons immédiatement deux points un peu délicats : d'une part le livre s'intègre dans une collection des "Maîtres de la stratégie", alors qu'il est ici question de tactique. La remarque n'est pas que de pure forme, car les deux niveaux peuvent (les exemples sont nombreux) être en contradiction ; d'autre part le format extrêmement limité (une centaine de pages petit format) pousse nécessairement à des raccourcis qui ne reflètent pas nécessairement toute la subtilité de la pensée de l'auteur. Ceci étant dit, le livre mérite indiscutablement de figurer dans toutes les bibliothèques des amateurs de la Grande Guerre, et d'abord parce qu'il aborde la question très souvent encore polémique du limogeage de Lanrezac de façon sereine, apaisée et aussi objective que possible. Il comporte essentiellement deux parties importantes : "D'une guerre à l'autre - Maturité intellectuelle" et "Vers la guerre - La bataille des frontières". La première s'intéresse à l'avant-guerre et au général Lanrezac à l'Ecole de guerre, avec la question bien sûr récurrente de la notion "d'offensive à outrance". La seconde revient sur le plan XVII, l'engagement de la Ve Armée et les deux premières semaines de combats. Pierre-Henri Aubry sait mettre en valeur les notions de "manoeuvre réaliste" et "d'audace réglée" que s'efforce de promouvoir ce général qui affirmait que "la tactique est un métier ; dans ce métier, comme dans tous les autres, on ne parvient à la maîtrise qu'à force de pratique". Très (trop) rapidement traitée, la question du limogeage de Lanrezac n'est pas débattue. Finalement, l'auteur invite tous les officiers, et surtout les plus jeunes, à "se méfier des mots et des futiles constructions intellectuelles", à rejeter les impératifs doctrinaux absolus, pour travailler, apprendre et réfléchir. On ne peut qu'abonder dans son sens.

Editions Argos, Paris, 2015, 103 pages, 15,- euros.

ISBN : 978-2-36614-037-8.

Le vainqueur de Guise
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 06:00

Les combats héroïques du capitaine Manhès

Carnets inédits d'un chasseur alpin (1915-1916)

Présenté par Max Schiavon

Saint-cyrien ayant choisi de servir dans la cavalerie, le futur capitaine Manhès passe "temporairement dans l'infanterie pour la durée de la guerre" lorsque le front se fige de la Suisse à la mer du Nord et que les unités montées perdent leur utilité. Il sert alors dans les bataillons de chasseurs alpins (13e et 7e) sur le front des Vosges, dont il va devenir l'une des figures emblématiques, et se distingue tout particulièrement en juin 1915 sur l'Hilsenfirst lorsque, encerclé par les Allemands, il parvient à tenir totalement isolé pendant trois jours dans des conditions dignes des romans épiques. Il terminera d'ailleurs la guerre avec quatre galons et cinq citations. Dans cet ouvrage, après avoir présenté la carrière de Manhès, Max Schiavon nous propose la retranscription des carnets de l'officier pour la période du 6 mars au 29 décembre 1915 sur l'Hartmannswillerkopf et dans les principaux "points chauds" de la ligne de crête des Vosges pendant cette terrible année pour les chasseurs.

Le récit détaillé de son quotidien s'accompagne de considérations sur le commandement, sur le métier de soldat, sur la guerre, qui témoignent d'une belle élévation de pensées. Ponctuellement, les descriptions des paysages traversés témoignent de grandes qualités littéraires, et l'on sent au fil des pages un attachement exceptionnel à ses hommes. Le récit que fait Manhès de ses combats (dont ceux assez exceptionnels du mois de juin) est rédigé dans un style presque "neutre", sans mise en avant personnelle, en rendant hommage discrètement aux qualités de ses subordonnés, bref, un modèle d'honnêteté et de simplicité.

Le livre mérite (doit) d'être connu par tous ceux qui s'intéressent à la Grande Guerre, aux chasseurs, aux combats des Vosges. Un très beau témoignage, à la fois précis et riche hauteur de vues. 

Editions Pierre de Taillac, Villers-sur-Mer, 2015, 344 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-052-3.

Un chasseur dans les Vosges
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 06:00

Tranchées

Confidences d'un soldat d'infanterie

Carlo Salsa

Les témoignages traduits en français sur l'expérience de guerre des soldats italiens entre 1915 et 1918 sont relativement peu nombreux, et celui-ci présente la particularité d'avoir été rédigé par un écrivain de talent.

Dans ses souvenirs, dédiés au soldat inconnu italien, Carlo Salsa veut donner la parole aux simples soldats de l'Isonzo et témoigner pour eux, pour rectifier le discours des journalistes ("Les premiers à façonner de grands discours depuis quelque bonne table de l'arrière-front") et les représentations héroïsantes des combats sur les sommets alpins ("où la guerre se présentait sous ses plus beaux atours"). Son livre veut donc "accompagner quelques lecteurs le long des premières lignes d'infanterie" pour leur montrer la réalité de ces tranchées, qui ne sont en rien moins horribles que celles du front de France ou de Gallipoli. Dans ce rude environnement du nord-est italien, les offensives ordonnées par Cadorna se succèdent rapidement et l'on est presque surpris de constater l'étonnante ressemblance entre la vie et les souffrances des poilus de Verdun ou de Champagne, et ceux du Karst ou du San Michele. Facteur aggravant, de nombreux exemples de "distance" (terme pudique) entre le commandement de terrain et la troupe témoignent que la "solidarité du front" est en grande partie un mythe ultérieurement (re)construit. Le tableau qu'il brosse de l'armée italienne installée en dessous des lignes austro-hongroises est sans ambiguité : "D'un côté, un amas d'hommes abrutis, enlisés dans la boue avec leurs propres morts, aussi usés et inertes qu'un troupeau d'esclaves sous les coups redoublés ; de l'autre, une armée de machines barricadées dans leur forteresse qui déchaînent contre nous leur colère aveugle". Les conditions de (sur)vie, les difficultés d'alimentation, les rigueurs de la météo, les problèmes d'équipement, tout le quotidien défile progressivement sous nos yeux, entrecoupé d'observations sur le déroulement des combats ou la conduite des prisonniers, les shrapnels et les grenades, les barbelés et les mitrailleuses, les pertes aussi ("Cinq cent quatre présents. Il y a vingt jours, le régiment comptait trois mille hommes, et entre temps des soldats de complément ont été incorporés"), mais également les chants plus ou moins mélancoliques, les amours lointains, les rats ou l'artillerie...  L'ensemble est agrémenté de dialogues reconstitués et de la présentation de tous ceux qui entourent le jeune officier et nous restitue tout le quotidien d'un officier subalterne qui vit avec ses hommes. Fait prisonnier à l'issue d'un assaut, Carlo Salsa consacre les dernières pages de son livre à quelques destriptions de sa vie dans les camps austro-hongrois et allemands. Des prisonniers italiens purement et simplement abandonnés par leur gouvernement, qui les considère à peine mieux que les déserteurs.

Un livre souvent émouvant, poignant, qui nous parle d'un autre quotidien et d'une autre expérience de guerre, dans lesquels on retrouve  toutefois bien des points communs.

Les Belles Lettres, Paris, 2015, 311 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-251-31014-5.

Front italien
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile