Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 06:00

Roi de France,

de Charles VIII à Louis XVI

Michèle Fogel

Comment caractériser cette fonction très particulière qu'est celle de roi de France ? Chef militaire, mais aussi majesté chrétienne, pater familiae mais aussi diplomate, oint avec l'huile sacrée à Reims, dès lors au-dessus des hommes... et donc solitaire.

Le livre que nous propose Michèle Fogel est ainsi tout à fait passionnant en ce sens qu'il ne se limite pas à une série de fiches biographiques plus ou moins reliées en elles. L'ouvrage est ainsi divisé en trois grandes parties thématiques ("L'imprévisible accession au trône", "L'élévation et la distance", et "Exercices du pouvoir : le roi et la guerre") au cours desquells nous effectuons avec l'auteur des aller-retour dans le temps long de l'histoire de la monarchie, à la recherche de ses fondamentaux et de ses caractéristiques. Plusieurs chapitres, comme ceux qui traitent des lignages, de la politique matrimoniale (et les montages financiers des contrats qui l'accompagnent), de l'attente d'un héritier mâle, de la cérémonie du sacre, du gouvernement et de l'exercice du pouvoir (y compris dans les périodes de régence), ou de la nécessité pour chaque souverain d'être aussi un chef militaire (et l'on reprochera à Louis XV de ne pas l'être) sont tout particulièrement intéressants. Au-delà du monarque lui-même, on apprend ainsi qu'en créant la charge de grand Prévôt de France, Henri III lui donne pour mission de "faire régner l'ordre dans un rayon de dix lieues autour de sa personne", exigence qui en dit long sur l'état général du royaume dans la deuxième moitié du XVIe siècle... Qu'il s'agisse des guerres de la péninsule italienne sous les Valois, ou de la vie à Versailles sous les Bourbons, le livre est plein de détails, d'anecdotes, de petits faits qui viennent étayer un raisonnement plus large.

Pour moins de dix euros, une approche originale d'une monarchie pluriséculaire. 

Folio Histoire, Paris, 2014, 586 pages. 9,40 euros.

ISBN : 978-2-07-035646-1.

Le roi est mort, vive le roi !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 05:50

Le roman des Russes à Paris

Alexandre Jevakhoff

Si quelques épisodes, en particulier au XIXe siècle, sont relativement connus, ce livre nous fait revivre quelques dix siècles de relations et d'échanges entre la France (et les Français) et la Russie (et les Russes). Ecrit par un homme qui est lui-même l'héritier direct d'une longue généalogie russe, l'ouvrage fait par ailleurs fréquemment référence aux pensées ou souvenirs de l'auteur.

L'histoire commence par le mariage du roi Henri Ier avec Anna, princesse de Kiev, première capitale de la Russie. Elle se termine après la Seconde guerre mondiale avec la journaliste Nina Berberova. Entre temps, nous cotoyons des tsars ou des membres de la famille impériale en visite à Paris à différentes époques, des cosaques occupant la capitale après la chute de Napoléon Ier, des révolutionnaires exilés dont un certain Lénine qui habite un temps du côté du parc Montsouris, des écrivains, artistes, musiciens et maîtres de ballet tout au long du XIXe siècle, des policiers et des agents provocateurs aussi, les Russes blancs des années 1920 bien sûr, qui ne sont pas tous ruinés e qui ne seront pas tous chauffeurs de taxi, le monde de la mode et celui de la danse sans oublier l'assassin de Paul Doumer. Puis vient la dernière génération : Pierre Tchernia, Vladimir Volkoff, Roger Vadim, etc.

Tout autant roman familial que récit historique, ce livre facile à lire, constitué de brefs chapitres, n'a pas d'autre prétention que de rappeler l'ancienneté et la densité des liens entre les deux nations et les deux peuples, et il est heureusement complété par une bibliographie assez importante, qui permettra au lecteur intéressé d'aller plus loin. Un "roman" agréable qui nous permet de retrouver bien des événements historiques.

Ediitions du Rocher, Monaco, 2014, 304 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-268-07623-2.

Une présence millénaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 06:00

Quand la science explore l'histoire

Philippe Charlier et David Alliot

Peut-on faire progresser nos connaissances des siècles passés avec les techniques les plus novatrices de la science médicale (médico-légale) ? Oui répondent les auteurs, en multipliant les exemples.

Affirmant que "rien ne ressemble plus à un cas médico-légal qu'un squelette d'origine archéologique", les auteurs mettent en relief tout ce que la paléopathologie ("c'est-à-dire l'étude médicale des restes humains anciens issus de fouilles archéologiques ou des collections muséographiques") la plus moderne peut apporter à notre connaissance du passé. A travers quarante-et-un cas concrets, présentés en quelques pages dans l'ordre chronologique des restes humains étudiés (Préhistoire, Antiquité, Moyen-Âge, Renaissance-Epoque moderne), Philippe Charlier et David Alliot nous entrainent dans un tourbillon d'analyses, d'études, de déductions, ... et de remises en cause de nos certitudes. Savez-vous que dès la préhistoire les invalides et blessés sont pris en charge par la communauté ? C'est ainsi que les conditions de décès peuvent être déterminées, mais aussi que l'alimentation (à partir de l'étude du tartre dentaire !), la vie courante et les usages sociaux sont peu-à-peu précisés, comme pour ce cas qui revient sur le rituel de crémation d'un soldat, "en tout point conforme à celui de Patrocle ou d'Hector, tel que le décrit Homère dans l'Illiade". De même, l'analyse scientifique du sarcophage du comte Foulques Nerra III d'Anjou a permis de prouver que le corps considéré depuis le XIXe s. comme étant celui du seigneur défnt... n'était pas le bon ! Et les légendes ne résistent pas longtemps : "Contrairement à ce que l'on croit aujourd'hui, au Moyen-Âge il n'existait aucun interdit de l'Eglise concernant les dissections, et encore moins les autopsies médico-légales destinées à éclaircir les morts suspectes". De même, si l'examen au scanner par exemple permet de préciser la nature et de dater des reliques, il n'est parfois pas possible (pour l'instant ?) de lever toutes les hypothèses ou d'infirmer l'explication officielle. Tant mieux, il faut aussi conserver une part de rêve ou d'inconnu, et les auteurs reconnaissent modestement que la science ne permet pas (encore ?) de répondre à toutes les questions, elle ouvre simplement parfois des possibilités ou confirme un "vérité" transmise plus ou moins oralement. L'un des chapitres les plus intéressant (et amusant) relate l'histoire rocambolesque de la dépouille mortelle d'Agnès Sorel et la véritable enquête qui fut conduite sur ses restes en 2007, permettant même grâce à la numérisation de "reconstituer" son visage ! Même avis pour le chapitre suivant qui nous parle des recherches effectuées sur Diane de Poitiers. Henri IV ou Robespierre par exemple sont les "héros" malgré eux des pages ultérieures. Les auteurs reviennent d'ailleurs ici sur la polémique suscitée par la représentation du visage de l'Incorruptible, car il "diffère grandement des peintures et des sculptures" connues, et considèrent au regard des éléments médico-légaux qu'il est possible que le Conventionnel n'ait pas été tué par le gendarme Merda mais se soit suicidé.

Un livre étonnant et original qui en apprendra beaucoup à tous.

Tallandier, Paris, 2014, 260 pages. 19,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0678-2.

Apprendre par la science (médicale)
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 06:25

Secours alimentaire et organisations humanitaires

(1914-1947)

Sébastien Farré

Etudier l'histoire des organisations humanitaires à partir de l'angle très pragmatique des colis adressés aux soldats, tel est le propos de Sébastien Farré qui signe ici un ouvrage tout-à-fait important.

A partir d'une large utilisation des fonds d'archives les plus divers, en Europe comme aux Etats-Unis, l'auteur nous entraîne donc de l'immédiat avant-1914 (situation créée par les premières conventions internationales) aux débuts de la guerre froide et à la réorientation des actions vers d'autres régions du monde. Il présente le rôle et l'action des sociétés nationales de la Croix-Rouge, mais aussi (et surtout) la place des puissantes organisations caritatives anglo-saxonnnes et tout particulièrement américaines. Il en expose l'organisation, le financement, les modalités de fonctionnement et donne les chiffres de leur action en termes de sommes collectées et de colis expédiés. Il consacre un chapitre particulier à la Commission for the Relief of Belgium, dont l'importance reste mal connue au regard de son rôle effectif, puis développe deux chapitres sur l'extension après guerre des activités de Hoover en Europe orientale et en Russie. Les données présentées sont saisissantes (nombre de Polonais dont de très nombreux enfants bénéficiant de cette aide, blé et colis en URSS pour lutter contre la famine en espérant en faire une arme indirecte contre l'expansion du communisme, etc.) et il ne fait pas de doute que tous les lecteurs apprendront ici beaucoup. De même, les chapitres qui suivent, consacrés à l'aide internationale pendant la guerre d'Espagne (majoritairement du côté républicain), à l'aide aux réfugiés polonais après l'écrasement de leur pays en 1939, et aux actions en faveur de la population civile grecque à partir de 1942, nous semblent tout-à-fait novateurs et constituent pour le lecteur francophone (au moins) une véritable plus-value. Les chapitres 9 à 11 sont consacrés aux secours qui peuvent (difficilement) être apportés (parfois) aux victimes du système concentrationnaire allemand dans les principaux camps de concentration, et aux efforts exceptionnels qu'il fut nécessaire de déployer pour évacuer les survivants après la libération. Enfin, le dernier chapitre s'intéresse à la création de l'UNRRA (première agence des Nations-Unies) et à la fédération américaine d'associations caritatives CARE, qui développent une véritable industrie de l'humanitaire au bénéfice des populations européennes affamées de l'immédiat après-Seconde guerre mondiale. Au fur et à mesure des évolutions, on constate la part (rapidement) prise par les institutions nord-américaines, dont l'indiscutable motivation charitable repose sur une conception confessionnelle du secours à autrui, sans être toutefois exempte d'arrière-pensées politiques voire partisanes : "Par rapport aux gouvernements, ces structures privées apparaissent comme des instruments diplomatiques et politiques qui s'intègrent à la mobilisation militaire et économique du pays". On reste, en tout état de cause, impressionnés par les sommes et les volumes que cela représente, par le nombre de civils qui bénéficièrent de ces aides (par centaines de milliers lors de chaque conflit et le nombre de repas distribués se compte en centaines de millions au total), au point que l'on se demande qu'elles auraient pu être les conséquences (encore plus dramatiques) des conflits sans cette générosité organisée. Très concrètement, à l'issue de la lecture de cet ouvrage, vous saurez tout à la fois sur la composition des colis, les modalités de leur fabrication, de leur transport et de leur distribution, etc.

L'ensemble du livre est d'une vraie richesse, aussi bien factuelle que de réflexion sur ces organisations caritatives en tant qu'instrument d'intervention étatique indirecte. A lire. Absolument.

Presses universitaires de Rennes, 2014, 284 pages, 20 euros.

ISBN : 978-2-7535-3419-3.

"Pour nos soldats"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 06:20

L'école militaire

Une histoire illustrée

Christian Benoit

Le catalogue des jeunes éditions Pierre de Taillac ne cesse de s'étoffer d'ouvrages aussi différents qu'intéressants. Celui-ci, même si son style change par rapport aux publications antérieures, ne déroge pas à la règle.

En un peu plus d'une centaine de pages très richement illustrées, Christian Benoit ouvre les portes d'un de sites les plus prestigieux de Paris, mais aussi l'un des moins bien connus, ne serait-ce que parce qu'il est toujours occupé par des organismes militaires et que son accès reste par nature limité. En cinq grandes parties, l'auteur rappelle la fondation du site sous Louis XV (oeuvre du grand architecte Gabriel) pour former à l'art militaire les jeunes gentilhommes sans fortune, son évolution et les évènements qui s'y succèdent pendant ce XIXe siècle qui connaît tant de revolutions et secousses interieures comme extérieures, la création de l'école supérieure de guerre au début de la IIIe République et la place qu'y tient l'affaire Dreyfus, ses transformations pendant la Grande Guerre puis l'assoupissement relatif d lieu durant l'entre-deux-guerres et l'occupation allemande dès juin 1940, sa réalité aujourd'hui, celle d'une académie militaire de niveau international au coeur de la capitale, mais aussi lieu d'échanges et de débats (il ne se passe pas une semaine sans que plusieurs manifestations ne se déroulent dans ses amphithéâtres) qui conserve le cachet (et le charme : cf. la bibliothèque patrimoniale) qu'elle doit à plus de 250 ans d'histoire. Une annexe liste en particulier les 54 organismes différents (et oui !) qui cohabitent dans ses murs.

On apprécie tout particulièrement la diversité et la qualité des illustrations. Un petit album qui sera indiscutablement apprécié de tous les amateurs.  

Editions Pierre de Taillac, Villers-sur-Mer, 2014, 128 pages. 14,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-044-8.

Site parisien prestigieux
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 06:15

La puissance au XXIe siècle

Pierre Buhler

Ouvrage ambitieux qui atteint en grande partie son objectif et, comme le souligne Hubert Védrine dans sa préface, qui "débouche aussi sur de nombreuses questions".

Publié pour la première fois en 2011, ce livre se fixe pour objectif de déterminer les nouveaux visages de la puissance et d'identifier les facteurs de puissance qui vont compter dans les prochaines années. Dans ce raisonnement, "il y a une histoire du chair et de sang" et un fil rouge, "celui de la guerre, à la fois expression et instrument les plus contacts de la puissance". Afin de balayer le plus largement possible son champ d'investigation, Pierre Buhler part de l'histoire et sa première citation est extraite de L'histoire de la guerre du Péloponnèse de Thucydide (dialogue des Méliens). Il aborde ensuite les principaux domaines qui conraignent la puissance ou qui permettent de la développer : le droit international et les questions juridiques, son rapport à la géographie et à l'économie, la question fondamentale de la démographie, la problématique des ressources, des finances et de l'innovation, la question nouvelle des réseaux virtuels et de leur contrôle mais aussi celles des médias, de la puissance privée (inquiétant), du retour de la religion et du terrorisme. Les chapitres 8, 9 et 10 sonnt centrés sur une étude plus régionale : l'Asie, l'Europe et l'Amérique. Significativement, l'Afrique et le Moyen-Orient sont traités dans l'épilogue, parmi les "banlieues de la puissance", et l'une des dernières questions a trait au "siècle de l'Asie ou de la Chine", ce qui n'est pas du tout du même ordre et n'implique pas les mêmes conséquences.

Tous ne seront pas d'accords avec la totalité du raisonnement et certains arguments peuvent sembler convenus ou abrupts, mais il y a sur l'ensemble de l'ouvrage une vraie richesse, la marque d'une expérience solide, beaucoup de réalisme. Indispensable pour compléter l'information de tous ceux qui s'intéressent aux questions de stratégie.

Coll. 'Biblis', CNRS Editions, Paris, 2014, 616 pages, 12 euros.

ISBN : 978-2-271-08219-0.

Être et avoir été ? ...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 06:15

Manuel d'histoire globale

Chloé Maurel

Les effets de mode étant ce qu'ils sont, y compris dans le microcosme universitaire, il était important de pouvoir disposer de ce manuel, véritable outil de définition de domaines et matières qui bénéficient d'une aura nouvelle sans que l'on sache parfois exactement ce qu'ils recouvrent. Ne serait-ce que pour donner un sens à des mots ou des formules souvent employés sans être toujours compris.

Le livre de Chloé Maurel est donc consacré à "l'histoire globale". En deux grandes parties, l'auteure nous dresse l'arbre généalogique de cette discipline, de ses origines à ses nombreuses et différentes branches les plus récentes. Elle précise tous les champs de recherche et explicite tous les termes, souvent anglo-saxons (world history, global history, cultural studies, postcolonial studies, shared history, etc.), en présentant pour chaque catégorie les principaux auteurs, les théoriciens, leurs publications et l'articulation générale de leurs démonstrations. On observe aussi que pour la quasi-totalité d'entre eux ils appartiennent à des courants politiques "progressistes", socialisants ou marxistes, et que l'économie et les questions sociales et culturelles tiennent une place essentielle dans leurs travaux. Cet engagement se manifeste dès le début, à partir des Peace Studies, "dans le cadre de ce climat universaliste de l'après-guerre". La démographie, les cultures et le commerce, les maladies, les océans, le climat, l'énergie sont autant de thèmes de recherche dans ce domaine aujourd'hui, à l'heure de toutes les mondialisations. A l'exception de l'aspect colonial, sauf erreur de notre part, il ne semble pas que les questions militaires soient traitées dans ce volume, elles sont à peine évoquées en fin de livre par des références marginales. Et pourtant ! Au-delà des seules études comparatives, quelle richesse dans une histoire globale des conflits et de l'art de la guerre ! Un champ encore à peu près vierge (même si quelques signes apparaissent depuis 3 ou 4 ans), qu'il va falloir investir...

Une riche bibliographie complète cette étude, dense et claire à la fois, qui, par son caractère synthétique, doit être lue par tout étudiant engagé dans un cursus en sciences humaines. 

Armand Colin, Paris, 2014, 215 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-200-27859-5.

Définition(s)
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 06:20

Les grandes batailles de l'histoire de France

Vincent Bernard

Dans la série des petits manuels récemment publiés, la collection ‘Repères d’histoire’ s’étoffe et, avec ce nouveau volume petit format (et petit prix), Vincent Bernard nous propose une sélection (dont il exprime et assume les critères en introduction) de 58 batailles particulièrement marquantes de l’histoire de France.

De la période antique (au risque de tordre un peu la notion de « France ») à la fin du XIXe siècle, elles sont classées en six grandes périodes (« Rome et les Gaules », « Regnum Francorum », « Du Moyen Âge à la Renaissance », « Guerres d’Italie et de religion, le ‘beau’ siècle », « Les batailles de l’Ancien régime », et « La Révolution et l’âge des nations »). Chacune fait l’objet d’environ 1,5 à 2 pages et chaque présentation commence par quelques références indispensables (conflit, date, lieu exact, belligérants, effectifs engagés, vainqueur) avant de se poursuivre par une description des combats en eux-mêmes. On doit ici souligner trois belles qualités en si peu d’espace : remarquable effort de synthèse, aptitude à mettre en relief les enseignements ou les conséquences, honnêteté lorsque (pour les conflits les plus anciens en particulier) certaines données sont sujettes à caution par manque de sources ou lorsqu’un débat historiographique agite le petit monde des spécialistes.

On pourra bien sûr toujours se demander pourquoi telle bataille a été retenue, et pas une autre, mais il s’agit bien de la liberté de choix de l’auteur. La variété des exemples sélectionnés devrait néanmoins satisfaire le plus grand nombre (qui se souvient de la bataille d’Orange, ou de celle de Fontenoy-en-Puisaye ?). Enfin, pour les « batailles » du XXe siècle, Vincent Bernard explique qu’après « la guerre de 1870 s’éloignent une certaine forme de guerre et une certaine définition de la bataille en tant qu’événement ponctuel, isolé et dominant. L’unité de temps, de lieu, d’action, parfois relative mais réelle qui avait marqué jusque-là les grands événements militaires, les journées décisives en ‘champ clos’ et décidant en quelques heures, parfois quelques minutes, du sort d’une campagne, d’une guerre, orientant le destin d’un pays pour plusieurs décennies, est alors en grande partie révolue ». Cela nous donnera-t-il dans quelques temps un nouveau volume consacré au siècle tragique des deux guerres mondiales ?

En attendant, voici un petit volume tout-à-fait réussi.

Editions Sud-Ouest, Bordeaux, 2014, 127 pages, 5 euros.
ISBN : 978-2-81770-360-2.

Manuel
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 06:00

L'entreprise

Nouveaux défis Cyber

Philippe Davadie

La problématique n'est plus émergente : elle est d'une cruelle actualité. Elle ne concerne pas seulement telle ou telle institution, mais l'ensemble des structures ayant à travailler sur des données conffidentielles ou sensibles.

C'est en ce sens que le livre de Philippe Davadie est particulièrement utile. Dans un langage clair, parfaitement à la portée des non-spécialistes, il pose méthodiquement toutes les données du problème, de la définition de "l'informatique en entreprise" (avec toutes les problématiques liées aux télé-opérations et au "cloud" par exemple), à la vulnérabilité de "l'informatique orpheline" (caractéristiques et classification des attaques, facteurs de vulnérabilité, conséquences) et aux moyens de défense, actifs et passifs, en amont comme en aval, avant de conclure sur les aspects judiciaires jusqu'à la plainte et l'enquête. Chaque paragraphe est agrémenté d'un ou plusieurs exemple(s) concret(s) récent(s), ce qui permet aux néophytes de mieux comprendre.

Si l'objet du livre est bien la protection de l'entreprise, le lecteur se rend vite compte que la quasi-totalité des thèmes et sujets de préoccupation concernent tout autant (sinon plus) le monde militaire et les armées. Une excellent lecture pour être convaincu de l'importance du sujet et du sérieux à apporter aux mesures de sécurité informatiques (au sens large).

Economica, Paris, 2014, 180 pages, 19 euros.

ISBN : 978-2-7178-6696-4.

Cyber
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 07:05

Le siècle de sang, 1914-2014

Les vingt guerres qui ont changé le monde

Emmanuel Hecht et Pierre Servent (Dir.)

Exercice difficile et (pratiquement) réussi que celui auxquel les 16 contributeurs de ce volume collectif : présenter les vingt conflits majeurs du dernier siècle en associant historiens et journalistes.

Les textes, de quinze à vingt pages, abordent successivement tous les grands engagements jusqu'aux plus actuels, de la Première Guerre mondiale (Jean-Yves Le Naour) et de la guerre civile russe (Jean-Christophe Buisson) aux opérations de Libye (Vincent Hugeux) et du Mali (Pierre Servent). On relève également par exemple deux contributions de Pierre Journoud sur la guerre d'Indochine et la guerre du Vietnam, une sur la guerre de Corée par Ivan Cadeau, un texte de Michel Goya sur la guerre en Afghanistan depuis 2001, mais aussi des contributions sur la guerre du Golfe, le conflit israélo-arabe, la guerre Iran-Irak, l'intervention internationale en Irak, etc. Chaque texte est suivi d'une intéressante bibliographie sélective adaptée au sujet. Le volume forme un ensemble tout à fait intéressant qui replace l'un après l'autre chaque conflit dans son contexte et en décrit les principales phases comme les conséquences majeures. On reste toutefois un petit peu sur sa faim : ni introduction générale, ni conclusion de synthèse, même si une chronologie du siècle termine le livre. Il en résulte que l'on se trouve face à une succession d'articles de qualité dont la cohérence collective tient essentiellement à la seule chronologie. Il faut donc ensuite que chacun puisse tirer ses propres enseignements, la "substantifique moelle", de ce siècle de sang.

Non pas une analyse du siècle, mais de solides synthèses particulières qui prennent en compte les dernières avancées de l'historiographie. Un ouvrage qui mérite de figurer dans toute bonne bibliothèque.

L'Express et Perrin, Paris, 2014, 399 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-262-04328-5.

Siècle de guerre(s)
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile