Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 06:30

 

Louis XIV

l'image et le mythe

Mathieu Da Vinha, Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic (Dir.)

Le siècle de Louis XIV porte son nom, il est devenu le "Grand" siècle, marquant ainsi une forme de supériorité qui tient au monarque. Et si celui marqua son temps, dans tous les domaines, pour la gloire de ses Etats ou le malheur de ses peuples, cela tient d'abord à la personnalité du souverain, à son mode d'exercice du pouvoir et à son souci permanent "de construire une image positive".

En cinq grandes parties, les 25 contributeurs s'intéressent aux différentes facettes de ce "monstre de l'histoire", en traitant successivement de la construction de l'image du roi, puis aux goûts artistiques du monarque, à sa présentation à travers les documents écrits du temps ensuite, à l'émergence d'une "contre-image" et enfin à la persistance de ses représentations (et de ce que l'on en retient) dans les siècles qui suivent. Si la première partie est assez classique (mais tout-à-fait intéressante), la seconde, qui s'intéresse à "l'homme privé" (autant que cette formulation puisse être adaptée), nous semble beaucoup plus originale. La troisième nous présente un portait plus en demi-teinte, car même si les courtisans font leur oeuvre, d'autres témoignages sont plus mesurés, même à demi-mots. La quatrième partie dresse un tableau sans complaisance, à travers les productions les plus critiques, qui se développent surtout après le décès du souverain, tandis que la cinquième présente le mythe tel qu'il s'est construit au XIXe siècle puis au XXe avec le cinéma. Les contributions sur les tentatives de "récupération" orléaniste sous Loui-Philippe sont ici tout à fait intéressantes.

Chaque texte étant accompagné de sa bibliographie de référence, les amateurs pourront aller plus loin s'ils le souhaitent. En complément des ouvrages récents parus sur Louis XIV et son règne, voici donc un ouvrage très complet, qui doit figurer sans hésitation dans toute bibliothèque bien tenue sur le "grand" siècle.

Presses universitaires de Rennes, 2014, 387 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-7535-3369-1.

Le "Grand" siècle

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 06:20

Les frères Anguier

sculpteurs eudois

Paul Labesse

Edité il y a quelques années par une association d'histoire locale, ce volume très largement illustré nous conte l'histoire et nous présente les oeuvres de trois frères. Parfaitement illustré avec de nombreuses photos qui représentent des vues d'ensemble et de détail des réalisations de cette fratrie, il nous renseigne en particulier sur quatre ensembles majeurs : le domaine de Vaux-le-Vicomte, l'arc de triomphe de la Porte Saint-Denis, l'église Saint-Roch et surtout la superbe chapelle du Val-de-Grâce.

Un bel album qui remet à l'honneur une fratrie d'exception.

Amys du vieil Eu, 2008, 104 pages, 32,- euros.

ISBN : 978-2-9533053.

Pour commander, le site de l'association : ici.

Sculpteurs

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 06:10

Louis XIV

Homme et roi

Thierry Sarmant

Spécialiste de la période et déjà auteur de plusieurs ouvrages remarqués, Thierry Sarmant nous propose avec cette biographie (première édition en 2012) une présentation vraiment complète du personnage Louis XIV, sous toutes ses facettes.

Le récit, logiquement chronologique, est organisé en quatre grandes parties qui correspondent aux différents âges, assimilés à des saisons (printemps, été, automne, hiver). Chacune commence par un portrait en deux pages du souverain durant cette période, puis les différents chapitres déclinent dans le détail la vie de Louis XIV et les événements qui la ponctuent. Nous passons ainsi de l'évolution de la politique gouvernementale et intérieure au(x) spectacle(s) de Versailles, de son épouse à ses maitresses, des sujets artistiques à la question protestante, de la diplomatie à la religion, des victoires aux défaites. Les derniers chapitres (28 à 30) s'intéressent à l'héritage du roi-soleil, à son empreinte dans l'histoire nationale et aux débats historiographiques du siècle suivant : "La figure de Louis XIV jouit d'une popularité internationale, parce qu'il répond à un type historique universel, aisément compréhensible par toutes les cultures : celui du 'Grand Roi', conquérant, législateur, bâtisseur, au même titre que le Darius des Perses, l'Auguste des Romains, l'Haroun al-Rachid des Musulmans ou le Kang-Hi des Chinois ... Le roi-soleil est en quelque sorte l'incarnation française du pouvoir et de la gloire". Cela n'empêche pas Thierry Sarmant de souligner, au fur et à mesure, les insuffisances, les erreurs et les fautes (publiques et "privées") qui ponctuent le règne, tout en les contextualisant et, souvent, en les comparant aux comportements et décisions des autres monarqes européens du temps, et en faisant appel aux nombreux témoignages des témoins et acteurs.

Une très belle synthèse, enrichissante et agréable à lire.

Coll. 'Texto', Tallandier, 2014, 654 pages, 12 euros.

ISBN : 979-10-210-0669-0.

Le roi-soleil

Partager cet article

Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 06:15

Le désordre des familles

Arlette Farge et Michel Foucault

Réédition d'un ouvrage paru en 1982 dans lequel les auteurs reviennent avec un rare bonheur sur l'un des fantasmes les plus forts de la fin de l'Ancien régime, celui de l'enfermement pour "le bon plaisir du roi".

Or, les archives conservent les correspondances des parents et familles qui demandent que tel ou tel de leur proche soit embastillé... Et il apparait bien qu'en dehors de quelques personnalités emblématiques, l'essentiel des pensionnaires de la sinistre prison parisienne fut enfermé pour de très prosaïques raisons d'ordre public ou de sévères différents familiaux. L'ouvrage est organisé en deux grandes parties : "La discorde des ménages" et "Parents et enfants". Pour chacune, les auteurs expliquent d'abord le contexte, les motivations et les modalités des demandes d'internement, puis présentent des dizaines de cas particuliers, dont les dossiers individuels ont été dépouillés. De "La débauche des maris" aux "Concubines honteuses", en passant par "Le dérangement des affaires" ou les "Violences domestiques", c'est une plongée dans un monde jugé à l'époque interlope ou parasitaire, contraire aux bonnes moeurs ou attentatoire à l'honneur familial. Bien au-delà de "bon vouloir" duu monarque, les auteurs nous présentent donc le tableau social et culturel d'une société dans le contexte de son temps.

Un ouvrage très abordable qui offre une autre vision de la société française à la fin de l'Ancien régime. 

Folio Histoire, Paris, 2014, 485 pages. 8,49 euros.

ISBN : 978-2-07-045885-1.

Lettres de cachet

Partager cet article

Repost0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 06:20

Mousquetaires !

(Collectif)

La très belle collection des 'beaux livres' et catalogues d'exposition chez Gallimard s'enrichit d'un nouveau volume particulièrement réussi,

Autour de Jean-Pierre Bois ("Serait-ce trop dire que tous les grands romans historiques de Dumas ont un ou plusieurs chapitres d'histoire militaire ?"), d'Hervé Drévillon ("Les mousquetaires se faisaient ainsi un honneur d'être employés en 'enfants perdus' dans les premières vagues d'assaut et dans les opérations les plus périlleuses"), d'Olivier Chaline ("Plus que d'autres épisodes fameux de l'histoire de France, le siège de La Rochelle s'est prêté à recevoir une seconde vie grâce à ces hôtes inattendus que furent, longtemps après, les héros de Dumas") et du général Hanoteaux ("Quatre mousquetaires galopent devant le carrosse royal, 'fusil chargé et haut', tandis que le reste de l'escadron ouvre la route au grand galop plusieurs centaines de toises en avant"), une vingtaine d'autres contributeurs nous promènent d'Alexandre Dumas à la réalité historique (amusante comparaison des chronologies p. 103), de la cour de France à l'île de Ré, à La Rochelle et au siège Maastricht, à la formation dans cette "école d'officiers" et à l'histoire, dans le temps long de la monarchie de ces compagnies. Les magnifiques illustrations (la selle à piquer d'officier p. 148 !), extraites des collections publiques mais aussi de quelques grandes collections privées, rehaussent superbement (le drapeau de la 1ère compagnie de mousquetaires p. 61) un texte de qualité. La comparaison est faite, bien sûr, avec les gardes du Cardinal de Richelieu, nous suivons l'entrainement de ces hommes, nous avons le détail de leur armement et de leur équipement, nous vivons l'arrestation de Fouquet et découvrons "les" masques de fer, nous visitons le Paris de "Dumartagnan", etc.

Un très (très) beau volume, qui séduira amateurs et esthètes, digne de figurer dans toutes les belles bibliothèques.

Editions Gallimard, Paris, 2014, 271 pages, 35 euros.

ISBN : 978-2-07-014470-9.

d'Artagnan et ses pairs

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 06:30

La défaite ottomane

Le début de la reconquête hongroise (1683)

Philippe Roy et Ferenc Toth

Un ouvrage un peu original parmi les publications francophones pour un sujet qui ne manque pas d'intérêt : le début du reflux turc à la fin du XVIIe siècle.

Aprés avoir replacé les événements dans leur contexte (guerres européennes, émergence de nouvelles puissances régionales, évolution de l'art de la guerre -avec des lignes intéressantes sur la guerre de siège-), les deux auteurs évoquent rapidement les alliances suédoise et française de la Hongrie. Ils traitent ensuite des campagnes de 1681 et 1682, dont on oublie trop souvent que même éloignées des frontières de France les agents de Louis XIV y jouent un rôle important en particulier en Hongrie, tandis que les Turcs reprennent leur marche en avant vers le centre de l'Europe. Alliés aux révoltés hongrois et aux Tatares, tout en se livrant au pillage, ils marchent vers la Hongrie d'abord, puis vers Vienne ensuite, où ils mettent le siège en juillet 1683. Polonais, Lituaniens, Impériaux sont alors rameutés dans la région de Cracovie : "Coupée du monde, la ville de Vienne est assiégée. Charles de Lorraine essaie en vain d'établir une communication avec Starhemberg. La politique de diversion en Hongrie a écoué". Les deux auteurs décrivent avec une relative précision l'état des défenses de la ville, sa capacité de résistance militaire et s'intéressent brièvement au moral de la population civile. Le 7 décembre, les Turcs alignent au total 180.000 hommes, mais le Grand Vizir assiège Vienne "conformément à ses idées et nullement selon les règles de l'art de la guerre ; son imagination lui tenait lieu de prudence". Tandis que le duc de Lorraine harcèlent les positions arrières et les convois de l'armée ottomane, la ville résiste, contre-attaque même avec les troupes de sa garnison en dépit de la dégradation de la situation alimentaire et sanitaire. Plus puissant souverain d'Europe, "Louis XIV ne bougera pas", en dépit des appels du pape aux princes chrétiens. Au début du mois de septembre, les combats se multiplient, jusqu'à la fameuse bataille du Kahlenberg durant laquelle s'illustrent les hussards polonais et lituaniens lourdement armés. Battus, les Turcs sont contraint à une piteuse retraite qui se transforme rapidement en déroute : "L'échec du siège de Vienne par les Turcs change considérablement la situation des forces en Europe centrale. C'est un tournant spectaculaire, aussi bien sur le plan militaire que sur le plan des relations internationales". L'empire des Habsbourg s'impose, et la France devient suspecte d'alliance potentielle avec l'ennemi ottoman. Ses effets se font encore sentir de 1688 à 1690 lors des guerres de Louis XIV contre une coalition de princes allemands. Les dernières pages sont consacrées à la toute fin du XVIIe siècle et aux combats des Autrichiens et des Impériaux en Hongrie et aux marches de l'empire.

Un livre assez court (et paradoxalement un peu cher), mais synthétique, très clair, et même doté d'un index, d'un utile glossaire, et bien sûr de toutes les références archivistiques et bibliographiques. Une étude ponctuelle bien contextualisée sur un événement rarement traité en tant que tel dans la littérature française.

Economica, Paris, 2014, 125 pages, 29 euros.
ISBN : 978-2-7178-6683-4

Le siège de Vienne

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 06:30

La France et l'Allemagne

à l'époque de la monarchie universelle des Habsbourg

Rainer Babel

Avec cette grande synthèse, ce troisième volume de la collection 'Histoire franco-allemande' nous entraine du règne de Charles Quint à la paix de Westphalie, une époque marquée par l'opposition entre les rois de France et les Habsbourg et par les guerres de religion.

Les onze chapitres de l'ouvrage sont organisés en deux grandes parties de tailles différentes. La première ("Vue d'ensemble") comporte trois chapitres qui retracent l'évolution chronologique générale ("L'antagonisme franco-habsbourgeois jusqu'à la fin du règne de Charles Quint", "La France et l'empire du début des guerres de religion jusqu'à la mort d'Henri IV", "Reprise et résolution du conflit franco-habsbourgeois dans la première moitié du XVIIe siècle"). Au hasard des premières pages, pour rompre son isolement diplomatique, François Ier contracte une alliance de revers avec le Sultan, mais aussi avec quelques princes allemands et avec la Papauté. En dépit de phases d'apaisement, le conflit perdure et l'aggravation des guerres de religion entretient (du fait des crises intérieures françaises) une menace extérieure permanente. Succès et revers alternent, et au fil des ans les adversaires de cette véritable guerre civile européenne s'épuisent, les négociations officieuses se multiplient (avec pour Paris la question particulière du duché de Lorraine), jusqu'au traité de Münster, qui marque une véritable réussite de la diplomatie et de l'influence française. La seconde partie est divisée en huit chapitres thématiques ("Points de contact culturels et sociaux", "Les relations économiques et leur cadre", "Premières formes de conscience nationale", "Empereur et roi", "La frontière comme réalité politique et comme conception idéelle", "Fondements de l'interaction politique", "Religion et confession", et "Transfets culturels : une nouvelle perspective de recherche") qui permettent d'approfondir toutes les questions liées à ces relations bi et multilatérales. Nous avons particulièrement apprécié les pages consacrées aux circulations de négociants, artistes, étudiants et travailleurs en Europe, mais aussi aux marchandises ; ainsi que celles qui traitent de l'attitude française à l'occasion des "élections" royales germano-romaines. Le processus de rattachement et de "francisation" des trois évêchés de Metz, Toul et Verdun, d'importance stratégique, est parfaitement décrit. La notion de transfert culturel est longuement développée dans la partie finale et, même si l'on n'est pas nécessairement d'accord avec toute l'importance que l'auteur lui accorde, des pistes intéressantes sont ouvertes.

Un ouvrage de grande qualité scientifique, parfaitement synthétique, qui apportera une vraie plus-value à tous ceux qui s'intéressent à cette période. 

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2013, 280 pages, 39 euros.

ISBN : 978-2-7574- 0592-5.

La monarchie universelle

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 06:20

Le roi, la cour et Versailles

Le coup d'éclat permanent, 1682-1789

Alexandre Maral

Alexandre Maral, conservateur en chef du prestigieux château de Versailles, était sans doute le mieux placé pour rédiger cet ouvrage très complet, en quelque sorte "Versailles, mode d'emploi par le roi".

Après une assez longue introduction qui rappelle toute la genèse du château voulu par Louis XIV, le livre est structuré en trois grandes parties qui traitent de l'organisation matérielle, des valeurs illustrées et véhiculées et finalement de la vie (voulue et réglée) dans ce cadre exceptionnel : "Le théâtre royal", "L'art de régner" et "La civilisation de cour".Le lecteur pénètre ainsi au coeur des activités quotidiennes comme des grands événements de la Cour à plusieurs niveaux, qu'il s'agisse des moyens attribués et de l'organisation mise en oeuvre, de la volonté de représentation (au sens presque théâtral du terme) qui sous-tend les activités, ou de leur description effective lorsqu'elles se déroulent. Du lerver du monarque à la messe dite à son intention, de ses repas à ses loisirs, toute une organisation, extrêmement précise et méticuleuse, est déployée pour que le souverain apparaisse toujours "en majesté", triomphant. Cette réalité n'est pas exempte d'autres vérités, moins nobles parfois, dans l'art de disgrâcier tel ou tel, d'opposer les uns aux autres, de tenir en laisse les puissants du royaume. De même, les ambitions s'y déchaînent et "la cour n'était pas seulement un temple du culte royal, mais aussi un complot marchand pour les intérêts des élites". Un monde en lui-même, soigneusement contrôé et pourtant si divers et l'auteur n'oublie pas de dresser le portrait de quelques grands personnages de la cour, des Rohan aux Noailles par exemple. Enfin, contrairement aux apparences, tout n'y est pas immuable et, sous le règne de Louis XIV comme sous ses successeurs, des adaptations successives voient le jour.

Tout cela est décrit avec précision, de multiples exemples ponctuent le texte et les citations sont nombreuses. Avec ce livre, vous pénétrez dans "l'arrière-cour", derrière les tentures, pour approcher le quotidien à jamais disparu d'une époque exceptionnelle.

Perrin, Paris, 2013, 520 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-262-03520-4

Une mécanique d'horlogerie

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 06:30

Chroniques de la Régence

Alexandre Dumas

Entre intrigues politiques, hauts faits d'armes, sucès et échecs diplomatiques, mais aussi favoris et favorites, sur fond de raffinement et de recherche du plaisir, voici la réédition d'un nouvel opus de l'histoire de France vue par l'auteur des Trois Mousquetaires.

Comme pour les ouvrages précédents (ici et ici), il ne s'agit pas stricto sensu d'un livre d'histoire, mais d'un récit historique dont Claude Schopp nous dit dans sa préface "que l'on pourrait considérer comme hybride, contamination de l'Histoire par des techniques romanesques". Alexandre Dumas résume lui-même son propos en  disant : "Le XVIIIe siècle, c'est la chute du trône, c'est la profanation de l'autel". L'ouvrage couvre donc la période allant de la mort de Louis XIV à la mort du régent, et s'attarde loguement sur les principaux personnages du temps : le duc d'orléans, bien sûr, mais aussi le prince de Conti, la duchesse de Berry, Mesdemoiselles de Chartes et de Valois, d'Argenson, le duc de Noailes, l'abbé Dubois, de Villars. Il s'intéresse (autant que Dumas puisse en connaître) à la question des finances du royaume et au système Law mais surtout aux relations officielles et officieuses avec l'Angleterre et l'Espagne. Dumas s'attarde également sur le thème des "soupers du Palais-Royal", des bals, de l'Opéra, des amours et des "Harems de filles de joie et de religieuses", des passades de l'une et des mariage de l'autre, etc.

Ce que la rigueur historique perd en authenticité, la littérature le gagne en plaisir de lecture. Les dessus et les dessous de la Régence (un peu dans l'esprit des premières phases du film 'Si Versailles m'était conté') comme si vous les viviez. C'est la force d'un grand romancier, surtout lorsqu'il se pique d'histoire.

Librairie Vuibert, Paris, 2013, 348 pages. 17,90 euros.

ISBN : 978-2-311-10012-9.

Favoris et courtisanes

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 06:25

Les Mousquetaires

ou la violence d'Etat

Rémi Masson

Aller au-delà du d’Artagnan d’Alexandre Dumas ? C’est ce que nous propose Rémi Masson dans ce petit livre fort bien venu et facile à lire qui nous raconte la véritable histoire des mousquetaires du roi.

Le propos, organisé en sept grandes parties, est essentiellement chronologique, à partir de la création de la première compagnie (probablement à la fin de l’année 1622), dont la réputation est bientôt telle que Louis XIII fait le choix de s’en désigner lui-même le capitaine ! Hommes de confiance réputés pour leur bravoure et leur courage, devenus unités d’élite sous le commandement de monsieur de Tréville, ils accompagnent le roi non seulement à la guerre mais aussi à la chasse, dans ses déplacements, assurent sa sécurité rapprochée, gardes du corps aussi bien que troupe d’assaut. Au fil des chapitres (« Au service de Louis XIV », « Une unité d’élite », « Des professionnels de la violence », « Haute police et paix civile »), l’auteur nous donne une multitude d’informations très précises sur la tenue, l’équipement, la formation, les revenus, les campagnes bien sûr avec la victoire « à la Pyrrhus » de Maastricht et toute la problématique de la guerre de siège, la place de la (petite) noblesse et l’influence que celle-ci exerce sur l’esprit de corps très particulier des Mousquetaires alors que les armées et le monde évoluent. Ils sont également employés pour participer à la répression des révoltes qui, dans le Nord, dans le Vivarais ou en Bretagne, secouent le royaume, même s’ils s’efforcent de « garder les mains propres » par rapport aux dragons et gardes françaises. Après le siège d’Ypres en 1678, puis celui de Courtrai en 1683, la bataille de Malplaquet marque à la fois l’apogée et le début de la fin pour les Mousquetaires. L'heure est aux réformes et ils sont les héritiers d'un siècle en voie de disparition. Les effectifs sont diminués, puis les compagnies supprimées à la veille de la Révolution. Difficilement et de façon très éphémère reconstitué sous la première Restauration, le corps des Mousquetaires du roi disparait définitivement en 1815, laissant un souvenir double, d’unité d’élite et d’inadaptation aux temps modernes.

Un bel appareil de notes et une copieuse bibliographie complètent ce livre à bien des égards passionnant. 

Vendémiaire, Paris, 2013, 158 pages, 18 euros.
ISBN : 978-2-36358-117-4

Gardes du roi et troupe d'élite

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile