Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 00:05

Le 16e siècle

Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart

Nouvelle édition de ce volume désormais presque un classique sur un siècle à bien des égards majeurs, puisqu'il marque dans les faits le passage d'une époque à l'autre.

Après avoir essayé de donner une définition renouvelée des "temps modernes" et surtout de dater leur début (chute de Constantinople ?, découverte de l'Amérique ?), les auteurs observe le large mouvement de renouveau qui, dans la deuxième moitié du XVe s., touche en Europe tous les secteurs. Dans ne première grande partie, ils s'intéressent aux transformations économiques, dans la production comme dans les échanges ; puis aux profondes évolutions dans les domaines intellectuels, spirituels et artistiques, avec en particulier l'évènement majeur que constitue la Réforme. La deuxième partie s'intéresse aux Etats, au premier rang desquels le formidable empire de Charles Quint, dans sa constitution, son gouvernement et le rêve d'une restauration d'un empire universel. Face à lui, d'autres puissances tentent de conserver ou de trouver leur place : le Portugal et son empire ultramarin, l'empire turc en phase ascendante, la France où la monarchie se renforce, l'Angleterre sujette à des troubles cycliques. Avec les grandes découvertes et l'ouverture sur le monde, les autres continents "entrent" pour ainsi dire dans l'histoire européenne et deviennent des enjeux de puissance. La troisième partie enfin s'attache aux évolutions qui marquent la fin du siècle, période marquée par une succession de troubles et de crises dans de nombreux domaines. Le partage de l'empire de Charles Quint permet la renaissance de l'Espagne et marque durablement une Italie profondément divisée, tandis que la France se relève des guerres de religion et que l'Angleterre s'affirme sous le règne d'Elisabeth Ière. Au final, les nationalismes s'imposent (avec la naissance des Pays-Bas par exemple), tandis que la menace turque atteint le Danube et qu'à l'est la Russie s'éveille.

Une solide synthèse (qui se termine par une chronologie) sur ce siècle fondateur, qui sera sans nul doute d'une grande utilité à tous les étudiants qui débutent en histoire, et plus largement peut constituer un outil de travail, de référence, pour tous les amateurs.

Armand Colin, Paris, 2020, 528 pages. 24,90 euros.

ISBN : 978-2-200-62614-3.

Naissance des temps modernes

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 00:05

Au cœur du palais

Pouvoir et carrières à la cour de France, 1661-1789

Leonhard Horowski

Les études de qualité sur la monarchie française se succèdent, et ce nouveau volume impressionnant y contribue de belle façon.

En plus de 450 pages, Leonhard Horowski nous invite à une plongée au cœur du système de la monarchie absolue. Impressionnant, le travail l'es à plusieurs titres, et d'abord par l'ampleur de la base de donnée prosopographique constituée : près de 4.800 grands personnages ont été étudiés, entre la fin de la Fronde et le début de la Révolution. L'auteur divise son travail en six grands chapitres : "Cour, pouvoir et noblesse sous l'Ancien Régime", qui constitue une mise en contexte avec le rappel de ce qu'étaient l'Etat et la noblesse ; "Ressources et cadre général", qui aborde les conditions financières et budgétaires des nominations et de l'exercice des emplois à la cour ; "Les grandes charges : répertoire", qui permet de définir et de lister ces postes prestigieux ; "La logique des charges", qui démonte le mécanisme de l'acquisition d'un tel poste et des bénéfices que l'intéressé peut en tirer ; "Histoire événementielle de la politique de faction", qui retrace chronologiquement la présence et le poids relatif des différentes grandes familles ; "Structures des familles et factions", s'efforce d'établir la qualité des relations entre les familles détentrices de ces charges et leurs alliances, ponctuelles ou durables. L'ensemble de cette impressionnante étude s'appuie sur de nombreuses notes de bas de page et est complété par quelques tableaux récapitulatifs de synthèse (pp. 173 et suivantes, ou 182-183 par exemple). Bien que très différent, ce livre est absolument complémentaire du dernier ouvrage de Fadi el-Hage (ici), et ses conclusions sont en fait fort proches quant au "divorce" entre le souverain et la noblesse, et la chute de cette dernière (l'auteur parle de "sclérose").

Trente pages de références, sources et bibliographie terminent cette volumineuse étude qui est indiscutablement, dès à présent, indispensable à tous les amateurs de la période et qui doit figurer dans toute bibliothèque bien tenue. 

Presses universitaires de Rennes, 2019, 465 pages, 39,- euros.

ISBN : 978-2-7535-7617-9.

Impressionnant !

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2019 6 28 /09 /septembre /2019 06:00

Le siècle des révolutions

1660-1789

Edmond Dziembowski

Superbe somme sur les 130 années qui voit le principe de la monarchie absolue battu en brèche et le passage des "Lumières" au "libéralisme" politique.

L'auteur commence son récit avec la restauration monarchique en Angleterre, en 1660, après la période rigoriste de Cromwell. Une restauration voulue par le Parlement, dont Edmond Dziembowski détaille l'historique, la composition, les pouvoirs et les revendications. Les crises religieuse et internationale. Il consacre plus d'une centaine de pages à l'analyse de la monarchie britannique avant l'arrivée sur le trône de Guillaume d'Orange, Stathouder de Hollande. A l'occasion de la longue guerre contre la France de Louis XIV, le Parlement s'impose peu à peu, par le biais du vote de l'impôt et du contrôle des finances. Le règne de la reine Anne conforte cette évolution, tout en donnant de la consistance au poste de Premier ministre. La monarchie anglaise est désormais limitée par deux autres pouvoirs, alors qu'en France l'absolutisme triomphe. Cette évolution fait l'objet de théorisations successives, qui imprègnent peu à peu une partie non négligeable du monde des élites intellectuelles et politiques. Revenant longuement sur la place prise par le processus d'intégration de l'Irlande et de l'Ecosse au sein de la Grande-Bretagne, l'auteur rappelle également l'importance de l'Habeas Corpus, la Déclaration des droits et l'Acte de tolérance, qui font de l'Angleterre un pays où règne "un esprit de liberté que le gouvernement favorise". Progressivement, cet exemple et ses idées franchissent les frontières du royaume insulaire, se répandent sur le continent mais aussi parmi les élites des colonies américaines. La deuxième partie ("Concevoir l'impossible") présente ce développement international en nous entraînant aussi bien en France qu'à travers l'Europe, idée de liberté mâtinée de "républicanisme" (au sens de l'époque, très inspiré par les modèles antiques) et de patriotisme ("Il n'y a point de patrie sous le joug du despotisme"). C'est à partir d'une question fiscale (taxes sur le thé) que commence la révolte des Patriotes américains. La description très détaillée des évènements qui suivent, aussi bien au Royaume-Uni que sur le sol américain permet aussi de revenir utilement sur la guerre d'Indépendance (et l'évolution progressive vers l'idée même d'indépendance qui n'est initialement pas envisagée par tous). La troisième partie, tout en faisant le lien avec l'Angleterre et les Etats-Unis naissants, s'intéresse davantage au continent européen, et tout particulièrement à la France, aux Pays-Bas (et Belgique actuelle) et à la Suisse (révolution de Genève). Finalement, comme le titre le dix-huitième et dernier chapitre, "La révolution s'invite en France". A la suite de "l'affirmation de l'idée citoyenne" : "L'Ancien Régime a beau être officiellement mort le 4 août 1789, le travail de sape a été réalisé antérieurement". Le processus est dès lors (provisoirement) achevé.

Un livre qui n'oublie aucun des facteurs expliquant cette formidable évolution politique, au premier rang desquels les questions militaires et les guerres du temps. Un ouvrage indiscutablement important sur cette période de l'histoire européenne.

Perrin, Paris, 2019, 620 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-262-05131-0.

Liberté politique

Partager cet article

Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 06:00

Colbert

ou le mythe de l'absolutisme

Daniel Dessert

Spécialiste d'histoire financière et de l'Ancien Régime (il a consacré plusieurs ouvrages aux deux thèmes), Daniel Dessert nous propose une biographie assez inattendue du grand ministre que fut Jean-Baptiste Colbert.

Dans la mémoire générale (et je l'avoue pour moi), Colbert était (est ?) le symbole du grand commis de l'Etat exemplaire, qui contribue par son habile gestion des questions économiques et financières à permettre à la France de Louis XIV de dominer l'Europe. Travaillant à partir de sa grande expérience des sujets financiers et budgétaires, Daniel Dessert nous propose "un autre Colbert", qui n'aurait pas réellement corrigé le système antérieur mais en aurait au contraire profité et accru les travers. Ce qui pourrait être une explication à l'étonnant paradoxe d'une monarchie française la plus administrée et la plus enracinée d'Europe, et pourtant la première à chuter dans une révolution violente. Plus qu'une biographie (ce qu'il est), ce livre est donc aussi une étude thématique sur l'administration et les finances du royaume de France : "Le souverain demeure en apparence maître de tout et de tous. Cette subordination cache une incroyable capacité de dissimulation : Colbert bâtit une organisation spécifique qui lui donne le contrôle des provinces. En vantant cet absolutisme monarchique que Louis XIV confond avec le pouvoir, il développe une administration centralisée qu'il généralise progressivement via l'administration financière. Comme il existe un système apparent et un système effectif des finances, il existe une puissance apparente -celle du souverain- et une puissance effective -celle de Jean-Baptiste-". Si la thèse peut sembler osée par rapport au dogme de la monarchie absolue (et peut parfois séduire), le livre est riche, dense d'informations, puissamment argumenté, parfois un peu technique pour le néophyte. Et il comporte quelques échos très modernes : "Colbert préfère l'impôt indirect, indolore, à l'impôt direct pour financer les dépenses publiques"...

L'auteur rappelle en fin d'ouvrage que "l'étude de la fortune d'un Sully, d'un Richelieu, d'un Mazarin, d'un Fouquet ou d'un Colbert en apprend au moins autant sur les rouages de l'Etat et les structures de la société que l'étude de leurs conceptions et de leurs pratiques politiques ou économiques. Dévoiler les premières, c'est observer la face cachée des secondes". La figure du grand ministre en sort un peu malmenée, mais ramenée aux pratiques et usages en vigueur à l'époque, il n'y a peut-être pas de grand scandale. Tout au plus peut-on remettre en cause (une nouvelle fois) les présentations "en noir et blanc" des historiens du XIXe siècle.

Fayard, Paris, 2019, 319 pages, 22,- euros.

978-2-213-70496-8.

Le vrai pouvoir ?

Partager cet article

Repost0
20 février 2019 3 20 /02 /février /2019 06:00

Hommes d'armes et gens de guerre

du Moyen-Âge au XVIIe s.

Arnold Preneel et Paul Delsalle (Dir.)

Neuf contributeurs pour cet ouvrage qui, à la fois, nous présente des sources d'archives peu connues et particulièrement riches, et d'autre part nous permet de mieux connaître la situation militaire de la Franche-Comté et du comté de Montbéliard avant l'annexion à la France.

Les deux premières contributions sont consacrées à la défense des châteaux et des places fortes par les habitants qui y trouvent refuge en cas de guerre et à une description des fortifications de Montbéliard au début du XVIIe s. Les trois communications suivantes traitent de l'organisation militaire générale dans la région et des difficultés de recrutement (avec en particulier l'utilisation des "montres d'armes", rapports sur les revues des troupes "pour voir si elles sont complètes et pour en régler la marche et le payement"). La troisième partie s'intéresse aux questions de l'organisation des garnisons et surtout de l'hébergement des troupes chez l'habitant, qu'il s'agisse de la garnison royale permanente de Besançon ou d'une milice locale dont l'armement est décrit. Enfin, la dernière partie traite (pour ce que l'on peut en savoir) de la vie quotidienne des soldats, en particulier leur alimentation.

Un volume qui comprend de nombreuses listes de noms et de nombreux éléments pour l'utilisation des sources, ce qui en fait aussi un outil très utile pour les généalogistes. Et une belle contribution à la toujours très riche histoire régionale.

Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2007, 211 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-84867-180-2.

Franche-Comté

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 06:00

Le siècle de Louis XIV

Jean-Christian Petitfils (Dir.)

La réédition de cette véritable somme sur le siècle de Louis XIV est réellement œuvre utile. Près de 20 contributeurs ont été réunis autour de Jean-Christian Petitfils, pour rédiger chacun un chapitre d'une partie de l'ouvrage, qui en compte sept au total ("La personne du roi", "Le royaume", "Le gouvernement du roi", "La Cour et les hommes du roi", "La religion", "Louis XIV et l'Europe", "Les arts et les lettres").

Cette véritable accumulation de compétences et de connaissances sur le sujet donne un résultat tout à fait exceptionnel, chaque contributeur déployant tout son talent pour nous faire connaître et apprécier tel ou tel aspect de la personnalité du souverain ou des évènements du règne. Un petit bémol : "La guerre" aurait pu faire l'objet d'une large partie, tant les armées françaises ont été sur la brèche durant ces années, plutôt que d'un simple chapitre dans le thème plus vaste de "Louis XIV et l'Europe". En fait, on retrouve les opérations militaires essentiellement sous la signature de Jean-Philippe Cénat et de Lucien Bély : la qualité est garantie. De même, le texte de Thierry Sarmant sur les familles Le Tellier et Colbert ("Les hommes du roi") est tout à fait éclairant, tout comme celui d'Yves-Marie Bercé sur "Ordre et désordres dans la France de Louis XIV" ("Le gouvernement du roi").

Une synthèse imbattable au tarif d'un livre de poche.

'Tempus', Perrin, Paris, 2017, 459 pages, 11 euros.

Grand siècle

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 06:00

Richelieu

Sylvie Taussig

Excellente idée que de sortir directement en format poche la biographie d'un personnage aussi important que le cardinal de Richelieu.

L'auteure précise dès l'introduction qu'elle fait le choix "de s'éloigner du décryptage psychologique de l'homme pour se concentrer sur sa contribution inestimable à l'histoire du pays". En suivant chronologiquement le parcours du futur principal ministre de Louis XIII dès sa prime jeunesse, elle redresse un certain nombre d'idées reçues quand à la relative misère qu'il aurait connu enfant, à sa perception des "réalités" des guerres de religion ou aux conditions de sa désignation par Rome comme évêque de Luçon. Sylvie Taussig traite de toutes les facettes de la vie du personnage, dans ses relations privées et féminines : selon elle il ne fut qu'un "prétendu homme à femmes" et il "saura faire de la famille le premier cercle de sa clientèle d'homme politique". Elle souligne le sens du devoir chevillé au corps de cet homme qui "se couche à 11h00 ..., se réveille trois ou quatre heures après pour travailler et se rendort à 6 heures pour se réveiller deux heures plus tard. Homme d'Eglise, homme d'Etat, Richelieu travaille jour et nuit à son double sacerdoce". Sylvie Taussig nous en apprend beaucoup sur le long séjour à Luçon du cardinal, avant qu'il ne revienne à la cour, sa préparation intellectuelle, son approche (souvent ignorée) des rapport entre religion et politique, fidélité à l'Eglise de Rome et fidélité au monarque. Elle éclaire également avec précision la période de la régence pendant la minorité du futur Louis XIII, entre Condé et Concini, grands personnages entre lesquels Richelieu sait habilement louvoyer. Dès lors, une voie est ouverte et "Mr. de Luçon" entame sa marche vers le pouvoir, avec ce souci de consolider la monarchie sans rompre avec Rome, de privilégier le gouvernement du Prince, renforcé, soutenu par la présence à ses côtés d'un homme d'Eglise, et cela nous vaut quelques belles pages sur la définition du "ministariat", sur la raison d'Etat (à relativiser par rapport aux idées communément admises) et sur le rôle et la place de sa fabuleuse bibliothèque, véritable outil de travail. Les années de pouvoir sont également marquées par les guerres, avec leurs incalculables conséquences financières et fiscales qui entretiennent une hostilité croissante, la politique en Lorraine et sur le Rhin, les réorganisations militaires, et la "fragilité" du cardinal qui parfois "s'effondre" littéralement devant les épreuves avant de se redresser. Notons au passage, pour faire un clin d'oeil à l'actualité, l'élection de Louis XIII comme comte de Barcelone le 23 janvier 1641... Sur fond de querelles religieuses (émergence des jansénistes), les dernières années sont difficiles pour le grand ministre, malade et toujours confronté à de multiples oppositions : "Chaque année fait  naître un nouveau complot contre le cardinal". Le livre se termine sur l'intégration de son successeur, Mazarin, et la dernière phrase est pour rappeler qu'en décembre 1793 les révolutionnaires violeront sa sépulture pour décapiter son cadavre !

Un livre riche, dense, passionnant.

Folio Biographies, Paris, 2017, 345 pages. 9,30 euros.

ISBN : 978-2-07-046968-0.

Armand-Jean du Plessis de Richelieu

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 06:00

La guerre de Succession d'Autriche

(1741-1748)

Louis XV et le déclin de la France

Fadi El Hage

Remarqué depuis la publication de sa thèse en 2012 sous le titre Histoire des maréchaux de France à l'époque moderne (ici), Fadi El Hage (que l'on retrouve régulièrement dans Guerres & Histoire, ce qui prouve que l'on peut être un excellent chercheur dans le domaine scientifique et un bon "vulgarisateur" au sens noble du terme) revient aux armées du XVIIIe s. à travers l'étude de cette guerre de Succession d'Autriche, dont on ne retient trop souvent que la bataille de Fontenoy et l'expression de "se battre pour le roi de Prusse".

Dans ce volume aussi précis que documenté, l'auteur nous entraîne, dans un style fluide tout à fait agréable à lire, dans un voyage d'une dizaine d'années à travers l'Europe et nous présente tous les aspects (militaires, diplomatiques, politiques, économiques même parfois) de cette guerre qui "clôt un siècle hégémonique français". Le livre commence par la description de l'abaissement militaire de la France pour des raisons essentiellement financières et budgétaires après les guerres de Louis XIV, par un tour d'horizon européen et par la description d'un commandement français vieillissant. A la mort du dernier des Habsbourg mâles, Paris se voit en arbitre d'une succession qu'ambitionne en particulier l'Electeur de Bavière, tandis que le jeune royaume de Prusse aspire à la puissance et entame les hostilités. Tandis que les Prussiens occupent la Silésie et que les Bavarois bivouaquent à quelques dizaines de kilomètres de Vienne sans oser tenter de s'emparer de la capitale autrichienne, tandis que Maurice de Saxe et les Français prennent Prague, permettant à Charles-Albert de Bavière d'être élu empereur. Alors qu'une victoire politique et diplomatique totale semble acquise en quelques mois, le manque de cohésion du commandement français, le jeu personnel des souverains alliés et la résistance déterminée de Marie-Thérèse, restée reine de Hongrie et maîtresse des possessions héréditaires des Habsbourg, brouillent les cartes et prolongent le conflit. L'armée française de Bohème, également victime de graves carences logistiques, s'enlise au coeur de l'Europe, tandis que l'Angleterre entre dans le jeu, en accusant d'abord Versailles de vouloir instaurer une "monarchie universelle". Fadi El Hage décrit alors les affres de l'armée française à Prague, isolée et menacée tout au long de l'année 1742, alors que les généraux français s'opposent entre eux et qu'une armée de secours ne parvient pas à les rejoindre. 1743 est clairement "l'année terrible" : l'armée est affaiblie, les maladies et la malnutrition font des ravages, le roi d'Angleterre et de Hanovre met en marche ses troupes, le commandement français hésitant, l'Electeur de Bavière un allié peu fiable alors que l'on se bat pour lui, et une coalition européenne de plus en plus importante se noue contre une France dont on perçoit désormais à l'extérieur les faiblesses. Contraint d'entrer officiellement en guerre contre l'Angleterre et l'Autriche en 1744, Louis XV prend la tête de ses armées en Flandres, mais l'ennemi attaque sur le Rhin et pénètre en Alsace : "La promenade militaire avait pris une tournure imprévue". Dans le même temps, le roi de Prusse, fort discret depuis trois ans, entre de nouveau en campagne ; enfin l'Espagne à son tour devient partie prenante au conflit à propos de ses possessions d'Italie du Nord : toute l'Europe est entraînée dans le conflit et l'on se bat désormais aux portes de la Provence, dans le comté de Nice et en Savoie. En 1745, la France est victorieuse en Flandres mais après de premiers succès en Italie du Nord doit déchanter devant le peu de fiabilité de l'allié espagnol. A cette date, "il était devenu évident que la Succession d'Autriche n'était plus l'objet du conflit" et que la France s'était laissée entraîner dans une guerre dont elle ne maîtriser ni les buts ni les grandes évolutions. Dans les Pays-Bas espagnols, la gloire du maréchal de Saxe est telle qu'il devient "le héros de la France", mais il s'oppose à un autre chef militaire, le prince de Conti, par ailleurs prince de sang... Il n'en est pas moins considéré comme le successeur de Turenne, avant de devoir se retirer. Finalement, le traité d'Aix-la-Chapelle en 1748 n'est pas aussi mauvais pour la France que les chroniqueurs ultérieurs ont bien voulu l'écrire, en particulier sur la frontière du nord et du nord-est, mais le roi de Prusse conserva lui ses conquêtes silésiennes... : "En 1748, la France était arrivée au maximum de ses capacités militaires avant l'épuisement et un éventuel effondrement face à un effort de guerre trop coûteux". Enfin, les désordres et les querelles d'ego qui nuisent tant à l'unité et à l'efficacité du commandement français sont trop souvent minorés, et Fadi El Hage sait leur redonner toute leur importance. Désormais, l'Angleterre règne sur les mers et la Prusse a intégré le concert des puissances.

Un livre important sur le règne de Louis XV, mais aussi sur les campagnes des armées françaises. Un livre-plaisir autant qu'un livre d'intérêt.

Economica, Paris, 2017, 239 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6964-4.

Victoire militaire, défaite politique ?

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 06:00

La bataille de Lépante

(1571)

Henri Pigaillem

Lorsqu'à l'automne 1571 la flotte de la Sainte Ligue, sous les ordres de Don Juan d'Autriche, affronte celle du sultan Sélim III au large des côtes grecques, la marine ottomane est encore invaincue. A l'issue de la bataille, les rapports de forces vont progressivement s'inverser.

Parmi une déjà abondante littérature, cette réédition revue et augmentée conserve toutes ses qualités de style et permet de retrouver avec une forte probabilité de vraisemblance à la fois les manoeuvres diplomatiques préalables et le déroulement à proprement parler de l'engagement. Le récit a cependant ses propres limites, puisque les sources ne sont pratiquement jamais citées. De la présentation des armées belligérantes aux derniers préparatifs des deux côtés à la veille de la bataille, du détail de la flotte chrétienne aux difficultés durant l'engagement naval et au faible engagement semble-t-il de l'amiral génois Doria sur l'aile droite, l'essentiel vous est raconté, jusqu'aux récits ultérieurs (dont celui de Voltaire). L'ouvrage n'est sans doute pas le plus scientifique sur le sujet, mais il est agréable à lire.

Pour en savoir plus sur une bataille emblématique dans l'histoire de l'Europe, lorsque le Pape s'efforçait de coaliser les grandes puissances de l'époque contre les Ottomans.

Economica, Paris, 2017, 132 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6965-1.

Sauver la Chrétienté

Partager cet article

Repost0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 06:00

Brève histoire de l'Ancien régime

Emmanuel Le Roy Ladurie

Constatons d'abord pour nous en réjouir que cette histoire générale de quelques 350 ans d'histoire de France n'a rien de "bref", bien au contraire.

A l'origine historien du climat et de l'environnement, Emmanuel Le Roy Ladurie organise en particulier son propos au rythme chronologique des crises alimentaires et de subsistance qui frappe la France à partir du milieu du XVe s., fil rouge que l'on aperçoit régulièrement au fil des chapitres, sous les grandes évolutions politiques, institutionnelles, sociales, etc. Au fil des pages et des siècles, il nous propose ainsi une synthèse très complète, abordant l'organisation du pouvoir et ses évolutions, la vie dans les villes et les campagnes, les querelles religieuses et les finances du royaume, les grands personnages de chaque époque et les ruptures politiques, les relations diplomatiques et les opérations au-delà des frontières ou des mers, l'économie et la guerre, etc.

On quitte le livre en ayant le sentiment d'avoir mieux compris certaines périodes, mais aussi avec une perception plus claire de grands ministres ou des souverains du temps passé, sans jamais oublier le peuple, bourgeois et paysans, aisés ou misérables, peuple des villes ou peuple des campagnes. Un volume qui s'impose par sa densité (tout en étant facile à lire) et que complète dans les dernières pages une utile chronologie.

Fayard Histoire, Paris, 2017, 415 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-213-68728-5.

Du climat à la politique

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile