Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 08:39

Le Kabul Airlift

décembre 1928 - février 1929

KBUL381.jpg

La question du départ d'Afghanistan des contingents internationaux à l'horizon 2013 - 2014 non seulement agite à nouveau les conversations, mais suscite également une littérature abondante dans la presse périodique quant aux modalités, aux délais, aux coûts, etc.

Cette actualité permet de rappeler les évènements de décembre 1928 - février 1929 en Afghanistan.A cette époque, les Britanniques organisent un véritable pont aérien à partir des Indes, afin de sauver quelques 600 Occidentaux assiégés par l'insurrection dans leurs locaux diplomatiques. On en trouve le récit dans Wings over Kabul, the first Airlift, publié par Sir Ronald Ivelaw-Chapman et Anne Baker chez Kimber (Londres) en 1975.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 08:14

1942-2012

70e anniversaire de l'arme des Transmissions

 

Créée en tant qu'arme autonome pendant la Seconde guerre mondiale, les Transmissions peuvent bien sûr faire remonter leurs origines aux "Signaleurs" des anciennes  armées, mais c'est avec l'apparition de forces militaires aux effectifs accrus par la conscription (le chef ne peut plus commander directement à chaque subordonné) et le développement de nouvelles techniques (l'ordre et le compte rendu sont transmis dans des délais extrêmement brefs) qu'elles prennent toute leur importance dans la bataille

Ferrie379.jpg

Claude Chappe et le général Ferrié dans une série de timbres en 1949

 

Le développement du télégraphe puis du téléphone à la fin du XIXe siècle, puis celui de la radio pendant la Première Guerre mondiale marquent des évolutions majeures. Avec l'amélioration des conditions de circulation des messages (fiabilité accrue), les contre-mesures se multiplient également (interceptions des communications navales pendant la guerre russo-japonaise dès 1905). On sait qu'Hindenburg doit en partie ses victoires de Prusse Orientale aux indiscrétions des opérateurs russes, qui dévoilent les déploiements des armées du tsar avec 24 à 48 heures de préavis ; on se souvient que, sur le front de France, les "postes d'écoute" sont poussés jusqu'à quelques mètres des tranchées ennemies ; on a oublié qu'en 1917 les Britanniques, grâce à une superbe intrusion, déroutent un dirigeable allemand en route vers l'Afrique Orientale où il devait apporter des munitions et des médicaments à von Lettow-Vorbeck.

 

Chaque campagne, chaque opération depuis n'a fait que renforcer l'importance de "l'arme du commandement" et c'est à l'aune de la capacité pour un Etat d'assurer les innombrables liaisons nécessaires à un PC multinational que l'on mesure en partie depuis les années 1990 sa capacité à diriger une coalition internationale.

TRS92380.jpg

En 1992, pour le cinquantième anniversaire des Transmissions, de très nombreuses manifestations avaient été organisées dans les différentes garnisons de province et à Paris (Champ de Mars). En 2005, le nouveau musée,  Espace Ferrié, a été inauguré. Il semble que cette année différentes initiatives puissent prochainement voir le jour à l'automne, en particulier autour de l'école d'arme de Cesson-Sévigné. Nous ne manquerons pas de vous alerter dès que ces projets seront finalisés.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 09:34

La Revue Militaire de l'Etranger

(1872-1914),

acteur majeur de la formation des officiers au début de la IIIe République

AUTRICHIENS.jpg

Illustrations extraites de "Album de caricatures appartenant à Démétre G Antoniadis"

publié à Athènes par l'Institut Vénizelos en 2002.

ALLEMAND

ANGLAIS.jpgLa reconstruction d'un outil militaire français est entreprise dès la fin de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Cet effort national est marqué par les grandes lois militaires de la deuxième moitié des années 1870, par les investissements bien connus en faveur de l'organisation défensive du territoire, par l'instauration progressive de la conscription, etc. On sait moins qu'un effort non moins grand est accompli dans le domaine de la formation des officiers. Les scolarités sont totalement rénovées (création de ce qui va devenir l'Ecole supérieure de guerre), et pour les préparer à "la guerre de demain" une revue spécialisée sur les autres armées est rédigée et diffusée par l'état-major général : la Revue Militaire de l'Etranger (ou des Armées Etrangères). De l'Allemagne au Siam, de la Norvège au Mexique, toutes les armées étrangères sont "suivies", étudiées, analysées ; la priorité étant bien sûr accordée aux principales nations européennes considérées comme de futurs adversaires ou alliés. Les budgets, les armements, les nominations, les grandes maneuvres, les nouveaux règlements: tout est scruté et détaillé. Dans cet article, Laure Loucopoulos présente l'évolution de ce mensuel tout-à-fait atypique, sa ligne rédactionnelle, sa forme et le contenu des articles. Une étude d'autant plus intéressante que la consultation de la Revue est indispensable pour toute personne qui souhaite avoir une compréhension à la fois panoramique et concrète de la situation militaire de l'Europe à la veille de la Première Guerre mondiale.

Pour lire l'article complet, cliquez ici.

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 09:01

Les imbéciles

sont-ils pénalement responsables ?

 

ArménieL'actualité d'hier s'intéressait une nouvelle fois à la question du génocide arménien de 1915. Après l'assemblée nationale, le sénat à son tour devait se prononcer sur une loi qui en criminalise la négation. Y aurait-il, dans l'hexagone, une nécessité soudaine de légiférer dans ce domaine ? Pourtant, la France, qui a recueilli la même année sur les côtes de Syrie quelques milliers de survivants des massacres (voir parmi bien d'autres l'article récent de Jean Guisnel), puis compté à son ordre de bataille à la fin de la Grande Guerre une Légion de volontaires arméniens, sait depuis toujours de quoi il retourne. Mais, pourrait-on dire, Paris était alors en guerre contre la Sublime Porte et la propagande poussait à tenir un discours hostile à Constantinople. Tournons-nous donc vers des sources neutres, comme les mémoires de l'ambassadeur américain Morgenthau (Mémoires. Vingt-six mois en Turquie), qui dénonce les massacres dès leur survenance et tente de venir en aide aux victimes. Dès 1915, le crime est connu, dans ses détails (personne ne parle plus des Kurdes, qui jouent souvent à l'époque le rôle d'agents des basses oeuvres des Ottomans).

Pourquoi, dès lors, imposer une nouvelle loi mémorielle ? Effet de mode (mais dans ce cas il s'agit d'un raisonnement à courte vue, donnant bonne conscience à peu de frais) ? Leur multiplication depuis une dizaine d'années est pour le moins sujette à caution, car jusqu'à une époque récente seuls les Etats totalitaires enseignaient une lecture officielle des événements du passé au risque pour les contrevenants de sanctions pénales.

Il reste sans doute dans l'hexagone quelques ignorants, plus ou moins malhonnêtes intellectuellement. Mais la polémique arméno-turque est-elle d'une vigueur telle qu'il faille légiférer ? D'autant qu'on ne condamne pas une poignée d'imbéciles : on explique, on démontre, on s'efforce de convaincre. Toute confusion entre histoire et mémoire est nuisible, et lorsque l'on veut y mêler la loi le mélange peut devenir dangereux. Il faut non seulement laisser les historiens travailler sereinement sur les sources, mais les aider ensuite à faire connaître les résultats de leurs recherches. Et leur faire confiance.

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 12:32

La Drôme en armes

Résistances

Tome 1 : les prémices

Drôme tome 1

L'histoire locale et régionale fait partie intégrante de la "grande" histoire, qu'elle contribue à nourrir d'événements précis et de faits concrets. Ses animateurs font vivre de multiples manifestations, publient de nombreux articles et éditent souvent leurs ouvrages dans des conditions difficiles.

 

Déjà auteur de Nationale 7, la route de la mort (la retraite de la Wehrmacht à l'été 1944 dans le Sud-est de la France, vue par les Allemands) et de Eté 44, on se bat à Montélimar ! (le détail des combats de la 19e Armée allemande contre la 7e Armée américaine et les FFI de la Drôme), Thierry Chazalon vient de publier le tome 1 d'une collection qui comprendra à terme 7 volumes et qui couvrira toute l'histoire de la Seconde guerre mondiale dans le département de la Drôme.Drome-char.jpg

En 199 pages (dont une vingtaine de pages d'annexes), illustrées de très nombreuses photographies, d'affiches, de tracts, de coupures de presse et de cartes, il raconte par exemple en détail les engagements du 44e BCC (dont les hommes sont recrutés dans le département et qui fut créé à Suze-la-Rousse) à Abbeville, au sein de la 4e DCR du général de Gaulle, puis les combats sur la deuxxième ligne de défense de l'armée des Alpes dans la région de Valence à la veille de l'armistice. Il s'intéresse avec précision aux premiers mois de l'occupation, aux premières manifestations d'opposition et au camouflage des matériels militaires.

 

Les amateurs et les chercheurs intéressés par la période 1939-1940 dans l'hexagone pprécieront et y trouveront sans doute de très nombeux détails. L'auteur peut être directement contacté à l'adresse : thierry.chazalon@gmail.com

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 09:20

Spahis

contre Rommel

SPAHIS 1

Le colonel (er) Moné, auteur depuis 1999 de plusieurs ouvrages de référence sur l'histoire des Spahis toujours très richement illustrés avec une iconographie originale et des cartes d'une grande qualité, a en particulier publié en 2009 ce volume tout à fait atypique et particulièrement esthétique. Un coffret rigide comporte un album de 28 pages qui s'ouvre sur une carte du théâtre d'opérations et une présentation sommaire des unités concernées, puis présente, en face-à-face sur des doubles pages, à gauche les photos d'époque (accompagnées d'un rigoureux commentaire historique) ayant été utilisées pour réaliser les superbes dessins qui ornent la page de droite.

 

SPAHIS-2.jpg

Douze "études" nous conduisent ainsi du 1er RSM à Beyrouth en 1940 au 1er RMSM en Tunisie en 1943, en passant par la Free French Flying Column et le 2e escadron à la veille d'El Alamein en Egypte en 1942. La qualité et la rigueur des illustrations sont exceptionnelles. Chaque planche fait par ailleurs l'objet d'un tirage à part sur un épais papier velin. Au bilan, un superbe " OINI " (objet imprimé non identifié), entre l'ouvrage d'art et l'étude historique.SPAHIS 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les amateurs intéressés peuvent contacter l'auteur à l'adresse électronique : thierry.mone@wanadoo.fr

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 17:18

 

 

 

 

Les enseignements de la guerre d'Indochine (1945-1954)

Rapport du général Ely (tome 1)

 

 

 

 

RAPPORT-ELY.jpg

La publication de ce volume par le Service Historique de la Défense au printemps dernier est curieusement passée presque inaperçue. L'idée de mettre à la disposition du public et des chercheurs le texte intégral du rapport de fin de campagne du dernier commandant en chef en Extrême-Orient remonte à 2003 (remerciements à l'adjudant-chef -aujourd'hui en retraite- Henriot pour avoir saisi sous Word la totalité du texte original), mais n'a pu trouver un aboutissement que huit ans plus tard. Ce rapport devait être constitué à l'origine de trois tomes, dont deux seulement ont été imprimés et diffusés : le fascicule 1, traitant des questions politico-militaires, à très probablement été détruit dès sa rédaction terminée (et avant d'être dupliqué), car il mettait sans doute trop directement en cause la direction politique de la guerre et sa conduite stratégique à l'échelon gouvernemental. Il n'en reste aujourd'hui aucune trace. Le fascicule 2 est celui qui fait l'objet de la présente édition. Le troisième volume devrait paraître dans le courant de l'année 2012.

 

La présentation générale, par le capitaine Cadeau qui a soutenu en 2010 une thèse remarquée sur l'emploi du génie en Extrême-Orient, permet de brosser rapidement la chronologie et le contexte des évènements en Indochine d'une part et de reconstituer les conditions de rédaction de ce volume à partir des rapports préliminaires des officiers engagés sur le territoire (de lieutenant à colonel) d'autre part. Le volume est ensuite divisé en quatre parties principales : "La guerre des idées" (période pré-insurrectionnelle, guerre psychologique et actions de déception) ; "La guerre sans front" (renseignement, ouverture des axes, postes isolés, contrôle en surface, emploi des forces mobiles, pacification, fortification) ; "Les formes non orthodoxes de la guerre" (actions dans les grands vides, maquis, actions en forêt et en brousse, commandos, actions fluviales et côtières) ; "Adaptation des armées et des services" (de l'infanterie à l'intendance et au service de santé en passant par toutes les armes). En tant que de besoin, le texte courant est accompagné de cartes et de croquis, également reproduits à l'identique.

 

RAPPORT-ELY-2.jpg

L'intérêt de ce volume tient d'abord dans la forme adoptée pour la rédaction du document d'origine, qui multiplie les références et les citations aux comptes rendus intermédiaires. La "mythologie héroïque", dans laquelle baignent souvent les récits plus ou moins romancés sur la guerre d'Indochine, est écornée dans de nombreux domaines, et les problèmes les plus concrets sont abordés sans fard. Ne prenons que quatre exemples parmi bien d'autres : les parachutistes ("Les besoins de la bataille firent que non seulement les parachutistes combattirent souvent comme de simples fantassins, mais que les opérations aéroportées proprement dites furent trop souvent des actions décousues et de petite envergure au lieu d'être des engagements massifs") ; les commandos ("En Indochine les unités de commandos eurent souvent un rendement décevant et cela même de l'aveu de leurs supporters. Mais les cause de leurs échecs furent multiples. Tout d'abord, il y eut souvent une mauvaise utilisation des commandos ... D'autre part, l'encadrement était non seulement insuffisantsous l'angle quantitatif, comme pour la plupart des unités du corps expéditionnaire, mais il l'était aussi qualitativement") ; l'arme du Train ("Les procédés mis en oeuvre pour assurer la sécurité des transports routiers doivent être retenus, car dans les zones soumises à la guérilla ils conserveraient toute leur valeur") ou le service de santé ("Toutes les unités venues de métropole furent dissoutes et l'on mit sur pied une série de formations adaptées aux conditions locales"). En bref, une analyse complète et solidement étayée de l'ensemble de la campagne d'Indochine.

 

Longtemps resté classifié, donc non communicable, ce texte fondamental doit désormais être étudié en détail. Il peut être à l'origine par exemple, de différents travaux universitaires sur la contre-guérilla. Il est également souhaitable qu'il soit lu par le plus grand nombre possible d'officiers d'active : les problématiques du combat asymétrique sur un terrain particulièrement difficile contre un adversaire très motivé (fanatisé) ne sont-elles pas d'une éternelle actualité ?

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 12:01

La guerre,

pourquoi en parler encore ?

COLLOQUE-ESG.jpg

A l'occasion du 1er anniversaire de l'Ecole de guerre (nouvelle appellation de l'ex Collège interarmées de défense -CID-, à ne pas confondre avec l'ancienne Ecole supérieure de guerre qui était un organisme de formation de l'armée de terre) et du baptème de la 19e promotion, l' EG organise un "colloque" le 31 janvier 2012, en amphithéâtre Foch de l'Ecole militaire (métro ligne 8 station Ecole militaire).

Il s'agit en fait plutôt d'une demi-journée d'études autour de deux tables rondes suivies de débats : "Le rapport de la société française actuelle à la guerre, forces et faiblesses" et "La nécessité pour l'Etat de préparer la communauté nationale à faire face à la persistance du phénomène guerrier".

Contact et inscription préalable : colloque_1an_edg@academie.defense.gouv.fr

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 11:29

Intervention et résolution de conflits au XXIe siècle

Quelles évolutions ? Quels défis ? Quel avenir ?

 

Le 15 mars prochain, se tiendra à Montréal (Québec) le 10e colloque étudiant du Centre d'études sur la paix et la sécurité internationale. Parmi les thématiques abordées : les études stratégiques, l'histoire militaire, les guerres civiles, la prolifération des armes de destruction massive, le maintien de la paix, les interventions internationales, etc.

Il peu probable que la participation physique de nombreux Français soit possible, mais les textes et débats seront bien sûr ensuite rendus publics. Pour tous renseignements et inscritpion éventuelle : cepsi.cipss@gmail.com.

 

Conference on Paramilitaries, Militias and Civil Defense Forces

in Civil Wars

 

Colloque organisé, en partenariat avec l'université de Zurich (CH), les 19 et 20 octobre 2012 aux Etats-Unis (université de Yale, CT). L'appel à communication est en cours.

Contact : milconf12@ipz.uzh.ch

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:05

Le cours d'Infanterie du colonel Pétain

Ecole supérieure de guerre, 1911

   COUS-PETAIN.jpg

On connaît la formule prêtée au général Pétain selon laquelle "le feu tue". On en tire souvent argument dans l'historiographie pour le considérer comme un adversaire de l'offensive à outrance, telle qu'elle est assez généralement admise à l'époque en France (bien au-delà des seuls cercles militaires). La publication récente du texte original du cours qu'il dispensait à l'Ecole supérieure de guerre (précédé d'une introduction du général (2S) J. Delmas, éditions du Cosmogone, 2010) permet de relativiser ces affirmations pour le moins rapides.

 

Ce cours est structuré en trois partie principales : "L'infanterie française au début du Ier Empire" (pp. 1-97) ; "L'infanterie en 1870" (pp. 102-203) et "Les règlements d'infanterie de 1875 à 1902" (pp. 297-246). L'ensemble est complété par deux jeux de cartes : la campagne de 1806 et la bataille d'Auerstedt (cartes n° 1 à 7) et les combats du 2e CA français le 16 août 1870 dans la région Thionville-Rezonville (cartes n° 8 à 11).

 

Les deuxième et troisième parties sont sans doute les plus intéressantes, car Pétain abandonne la seule description de l'infanterie napoléonienne pour détailler des situations alors récentes ou en cours et porter des appréciations souvent critiques sur l'organisation, les règlements, la préparation au combat des infanteries française et allemande. Prenant en compte les évolutions techniques du fusil et du canon au cours du XIXe siècle, il évalue l'adaptation relative des règlements aux progrès en cours et parle par exemple à propos du règlement de 1869 de "règles pour la plupart inapplicables ou inutiles". Il souligne également que "l'infanterie prussienne a contracté l'habitude de s'exercer souvent en pleins champs" et que, déjà, "l'idée dominante de tous les chefs allemands est l'emploi du feu à courte distance".

 

TEXTE-COURS-P2TAIN.jpg

A partir de la page 181, qui porte en sous-titre "Le progrès des armes maintient à l'offensive sa supériorité", les propos fréquemment attribués à Pétain que nous évoquions en introduction sont mis à mal et la première phrase mérite d'être longuement citée : "En 1870, l'armée française, rompant brusquement avec ses anciennes traditions, abandonne la forme offensive. C'est le résultat de vices d'organisation qui ont compromis sa mobilité, et d'une conception particulière de la puissance meurtrière du nouveau fusil qui l'entraine à faire reposer la conduite du combat sur l'emploi du feu dans la défensive, autrement dit, sur l'exploitation d'avantages purement matériels. Cette conception doit être discutée". On peut ensuite multiplier les citations : "La guerre de 1870 ne contredit en rien ce plaidoyer en faveur de l'offensive" (p. 182) ; "A la guerre, c'est le moral qui l'emporte, et sa suprême expression réside dans le mouvement" (p. 186) ; etc. Pétain reconnaît certes "l'importance prépondérante du feu" et la "nécessité d'employer l'ordre dispersé", mais il n'écrit jamais que "le feu tue"  (belle découverte !) et ne renonce en aucun cas à l'offensive.

 

Il termine enfin, dans le chapitre "Les lois du combat moderne", en affirmant " [qu'] il apparaît nettement qu'aucune des lois du combat n'est plus respectée ... Les guerres du Transvaal et de la Mandchourie se sont chargées de mettre les choses au point et de réduire à néant ces théories sur l'emploi des masses" (pp. 245-246). En clair, les guerres récentes sont effectivement étudiées, l'offensive reste la forme d'engagement à privilégier et les attaques en formation de tirailleurs sont préférables aux assauts en masses groupées. La question est donc posée : n'est-ce pas durant la Première Guerre mondiale elle-même que Pétain se forge une réputation, à bien des égards différente de ce qu'il enseignait quelques années plus tôt ? Il ne serait d'ailleurs pas le seul dans ce cas. Mais prendre en compte au fur et à mesure des mois de guerre les conditions "nouvelles" dans lesquelles elle se déroule n'en fait pas pour autant un "visionnaire" qui aurait anticipé sur les conceptions d'un état-major qui, lui, n'aurait rien compris...

 

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile