Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 07:05

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

Migrations et formation des élites

Pierre Moulinier

  ETudiants695.jpg

Le rayonnement de notre langue et de la culture française au XIXe siècle, puis tout au long du XXe, tient aussi, et on l’oublie souvent, à la présence dans les universités de la capitale de très nombreux étudiants étrangers, dont le nombre total passe de quelques centaines au début du siècle, à plusieurs milliers à la veille de la Grande Guerre. Dans cette étude à la fois tout-à-fait originale et particulièrement détaillée, Pierre Moulinier, chartiste et ancien conservateur à la BNF, dresse un tableau complet d’une réalité sociale et culturelle qui méritait d’être (re)découverte.

Il présente d'abord « La seconde partie du monde instruit » et la place de l’université dans la diplomatie et la politique étrangère de la France, à une époque où les établissements confessionnels jouent un rôle non négligeable. La seconde partie s’intéresse aux étudiantes, alors interdites à La Sorbonne et qui ne peuvent devenir docteur. Ce sont donc les étrangères qui ouvrent la plupart des premières brèches, en dépit de « L’hostilité des étudiants et des professeurs ». La troisième partie détaille pourquoi les étudiant(e)s venu(e)s d’autres pays préfèrent étudier à Paris plutôt qu’en province et surtout présente « Le poids des étrangers dans chacune des facultés parisiennes », par discipline. Contrairement aux jeunes Français, qui privilégient le droit et la médecine, ils choisissent ainsi des scolarités dans les sciences dures (mathématiques, physique) ou strictement littéraires et culturelles. La quatrième, sous le titre « La planète au Quartier latin » brosse un panorama complet de l’enseignement universitaire dans le monde, et ainsi des « besoins » par pays dont on retrouve les nationaux à Paris. Chiffres à l’appui, par discipline, par pays d’origine, d’Europe de l’Est aux Antilles et des Balkans en Extrême-Orient, le monde s’installe sur les rives de la Seine. Logiquement, les trois parties suivantes (« La vie avant Paris : origines sociales et croyances », « Passeport pour le Quartier latin » et « Le coût, le temps et les temples des études parisiennes ») font le point de la grande diversité des étudiants étrangers qui ne sont pas toujours, loin de là, nantis et représentants de la haute société de leur pays. Enfin, les trois dernières parties (« Les études et les performances scolaires des étrangers », « Exilés à Paris » et « Retourner au pays ou s’installer en France ? ») tentent de dresser un bilan. Pour les études de médecine, de pharmacie, de lettres et de sciences, Pierre Moulinier entre dans le détail des spécialités par niveau de diplôme. Au bilan, les transferts culturels et scientifiques sont extrêmement nombreux, et l’accueil de ces dizaines de milliers de jeunes (qui appartiennent alors à l’élite intellectuelle de leurs pays) constitue d’évidence un formidable « bras de levier » en termes de rayonnement et d’influence, alors même que, souvent, la vie au quotidien ne fut pas "rose" et « [qu'] ils ne font pas l’objet d’un accueil chaleureux de leurs pairs lorsqu’ils fréquentent les facultés ».

Solidement basée sur d’importantes et originales sources d’archives, complétée par d’utiles tableaux statistiques de synthèse, voilà une excellente étude d’histoire culturelle et sociale, qui fait honneur à son auteur et ouvre sur de nombreuses autres pistes, dont d’histoire politique. Un très bon livre.

Presses universitaires de Rennes, 2012, 425 pages, 21 euros.

ISBN : 978-2-7555-2077-6.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 08:45

D'une Terreur à l'autre
Théories du complot et nostalgie de l'Empire

1815-1816

Laurent Nagy

Couverture-de-l-ouvrage--D-une-terreur-a-l-autre-.jpg

"Au printemps 1814 règne à Paris une cacophonie d'où jaillissent les idées les plus diverses" écrit l'auteur dans son introduction.

Laurent Nagy, dans son ouvrage, analyse de façon détaillée la croyance en un grand complot antiroyaliste qui, dans la France de 1815 et 1816, hante les milieux ultras. Cette certitude légitime, aux yeux de ceux qui adhèrent à la « réthorique conspirative », les représailles contre les républicains, les bonapartistes ou les opposants en général. L’action « ultraciste » se concrétise ainsi par la Terreur légale à la Chambre ou la répression sans pitié de conspirations parfois embryonnaires, montées en épingle par la police politique. Le sujet avait déjà été abordé dans un certain nombre d’études spécialisées traitant de la Restauration. Toutefois, Laurent Nagy ne se contente pas de souligner la similitude des procédés utilisés par les jacobins contre le « complot de l’Etranger » en 1793-1794 et ceux employés par les ultras en 1815-1816. Il s’efforce également, pour le plus grand intérêt du lecteur, de conceptualiser ces comportements extrêmes qui interviennent lors des périodes de très forte tension politique et finissent par disqualifier les partisans de la tendance dure, bientôt désavoués par les modérés qui forment le gros du courant d’opinion concerné.

Au final, D’une Terreur à l’autre se révèle un excellent ouvrage d’histoire politique qui offre un éclairage très pertinent sur les premiers mois de la Seconde Restauration.

Jean-François Brun

Partager cet article

Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 08:10

 

  La France de la Restauration (1814-1830)

L'impossible retour du passé

Francis Démier

restauration.gif

On connaît bien la fin de l'épopée impériale et l'on situe généralement le début de la modernisation de la France et de la révolution industrielle à partir du règne de Louis-Philippe. De la Restauration, il ne reste que quelques images souvent associées à l'intransigeance légitimiste, voire à la "Terreur blanche". Pourtant, de nombreux ouvrages ont déjà été publiés sur la période. Excellent spécialiste du 19e siècle, Francis Démier propose ici une très volumineuse étude inédite (plus de 1000 pages) de cette quinzaine d'années qui voit les Bourbons retrouver, puis perdre définitivement le trône.

Organisé en quatre grandes parties ("Une monarchie en quête de légitimité, 1814-1820", "La France à l'âge positif", "Les années 1820 : les idées mûrissent vite", "La dernière bataille de la France châtelaine"), l'ouvrage aborde longuement les questions politiques et instutitionnelles (voir le rôle de l'université dans le cadre de l'opposition aux ultras et en faveur d'une évolution libérale), démographiques et économiques (la Banque de france, la Caisse d'amortissement et la politique du crédit), culturelles et sociales("Apparition alors d'une véritable politique culturelle, dont le théâtre, aux yeux du pouvoir, est un des principaux vecteurs", sans oublier la censure). On croise les ministres, les journalistes, les écrivains du temps, mais aussi les vignerons en quasi-faillite qui, en 1829 multiplient les pétitions au pouvoir. Il est impossible de souligner le nombre et la qualité des informations reprises et analysées dans ce livre, qui compte également 6 pages d'annexes, 6 pages de biographies sommaires, 22 pages de bibliographie, 53 pages de notes et 51 pages d'index !

Un ouvrage majeur qui a déjà l'étoffe d'un "classique". Une référence indispensable dans toute bibliothèque bien tenue.

Partager cet article

Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 08:00

Défenses et sièges de Paris

1814-1914

Marie-France Sardain

Defense-de-Paris401.jpg

Dans cette étude originale, publiée en 2008 par les éditions Economica, l'auteur revient sur un sujet rarement traité en dépit de son importance politique : la défense de la capitale, d'autant plus importante que la France est un pays extrêmement centralisé.

A partir du souvenir des occupations de 1814-1815 par les Coalisés (qui se souvient que l'armée anglaise campait au bois de Boulogne et les Prussiens à Montmartre ?), les commissions royales mises en place avec la Seconde restauration puis la monarchie de Juillet élaborent différents projets d'organisation défensive de Paris. La traduction concrète de ces réflexions commence avec Louis-Philippe en septembre 1840 et se poursuit jusqu'en 1845 pour sa première phase. Plutôt qu'une enceinte continue autour de la capitale, la priorité est donnée à un réseau de forts (16 au total) et de bastions (94 répartis sur 38 kilomètres) protégeant les voies de communication et pouvant s'appuyer mutuellement.

Les évènements de "l'année terrible" (1870-1871) redonnent toute leur actualité à ces questions et un nouvel effort financier important est entrepris dans le cadre plus large de la construction des forts Séré de Rivières aux premiers temps de la IIIe République. Toutefois, sous l'effet conjugué des évolutions technologiques de l'artillerie et du manque d'investissement pour moderniser les installations, cette ceinture des forts parisiens est de fait obsolète à la veille de la Grande Guerre : "La Place de Paris était en fait dans la même situation qu'en 1880, aucun changement notable ne fut entrepris depuis la fin de sa construction en 1881". Enfin, même si ses décisions sont peu développées, l'accent est mis en fin de volume sur l'action de Gallieni dès sa prise de fonction à la fin du mois d'août 1914; dont le bilan est rapidement impressionnant.

Au total, un ouvrage dense, parfois technique, mais qui aborde à la fois les questions purement militares (tactiques et stratégiques), financières et budgétaires, mais aussi techniques et industrielles. Un excellent volume de référence.

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile