Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 06:20

Un Guadeloupéen à Alger

Me Maurice L'Admiral (1864-1955)

Christian Phéline

Voici l'histoire étonnante d'un avocat né aux Antilles et installé à Alger qui, tout au long d'une grande première moitié du XXe siècle, va militer et agir pour l'égalité des droits entre Européens et Musulmans.

Maurice L'Admiral est ainsi "l'un des précurseurs de l'étroite minorité qui, sur le sol algérien, saura s'élever contre les procédés de la colonisation". Celui que L'Illustration décrit en 1902 comme "un mulâtre foncé" se fait en effet le champion de quelques unes des plus grandes affaires de défense des droits des indigènes, qu'il s'agisse de la simple propriété de la terre, d'affaires criminelles ou de droits plus politiques. Fils d'un notable mulâtre ancien esclave de la Guadeloupe, un temps journaliste républicain dans l'hexagone à la fin du XIXe siècle, c'est comme avocat (inscrit au barreau dès 1888) et élu d'Alger (d'abord "au titre de conseiller municipal indigène") qu'il se distingue, avec cette particularité de devoir faire accepter à ses différents interlocuteurs "une identité à la fois non-blanche, non-indigène et non-africaine", ce qui explique sans doute "la singularité d'un positionnement qui sera déplacé continûment à la lisière des deux communautés". Il devient bâtonnier du barreau d'Alger à partir de 1913 et conserve ce poste jusqu'à la fin de la Grande Guerre, ce qui lui donne une notoriété rarement égalée, mais  il se heurte durant l'entre-deux-guerres à un durcissement progressif des positions des uns et des autres, marqué par les procès de la fin des années 1930. La dernière partie du livre, consacrée aux grands plaidoiries de L'Admiral et à son rapport (parfois difficile) avec différents courants anticolonialistes, est tout aussi intéressante que les premières, pour comprendre l'itinéraire de ce "noir, catholique et citoyen français, cheville ouvrière de nombre des initiatives politiques indigènes en ce début de siècle".

Un livre rare et original sur un personnage que, honnêtement, on redécouvre.

Editions Riveneuve, Paris, 2014, 199 pages, 18 euros.

ISBN : 978-2-36013-259-1.

Avocat et militant
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 06:15

L'empire italien

(1885-1945)

Jean-David Avenel et Ciro Paoletti

Une étude assez originale en français, puisqu'elle nous présente un tableau d'ensemble de la construction puis de la disparition de l'empire colonial italien.

Souvent méconnue ou méprisée, dans le meilleur des cas traitée de façon ponctuelle en fonction des territoires et des périodes, la colonisation italienne méritait de faire l'objet d'une étude de synthèse.

Le bref chapitre 1 est consacré à la fin des combats de l'unité italienne entre 1866 et 1870 tandis que le chapitre 2 resitue le jeune royaume d'Italie dans le contexte international, dans ses relations avec la France en particulier, en Tunisie et en Extrême-Orient (pages originales sur un  sujet peu connu). Après cette entrée en matière, l'ouvrage se poursuit en 10 chapitres (chap. 3 à 12) chronologiques, des premiers établissements dans la Corne de l'Afrique à la présence italienne en Chine (dont la participation à la campagne internationale de 1900), à l'effondrement final pendant la Seconde guerre mondiale. Les grandes étapes qui suivent sont connues, mais fort heureusement les auteurs entrent dans le détail des opérations de Tripolitaine et de Cyrénaïque à partir de 1911 en Ethiopie en 1936-1937. Les combats d'Afrique orientale et d'Afrique du Nord à partir de 1940 sont également décrits, et au fil des pages (chap. 7, 11 et 12 en particulier) le rôle de la Marine royale est mis en valeur. L'ampleur du sujet conduit à traiter finalement trop rapidement certains passages (1/2 page pour la présence au Moyen-Orient pendant la Première Guerre mondiale par exemple, aucun mot sur la présence -navale- sur les côtes d'Arabie) et les positions italiennes sont présentées de façon assez systématiquement favorables ("L'Italie intervient à l'automne 1914 pour défendre l'autonomie de l'Albanie" ..., pas un mot sur les très difficile relations avec les armées d'Orient basées à Salonique, etc.). Essentiellement factuel et peu problématisé, l'ouvrage aurait sans doute gagné à bénéficer de quelques dizaines de pages supplémentaires pour permettre de développer de nombreux points, ce qui explique sans doute l'impression de "trop peu" à la lecture de certaines pages, mais il n'empêche que le lecteur français peu au fait des évolutions de la colonisation italienne apprendra beaucoup (la présence en Chine jusqu'en 1946 et 1947, l'étonnante 'guérilla' du Comité italien d'Addis Abeba après la conquête britannique de l'Ethiopie, etc.).

Au bilan, une solide première approche des événements, que l'on souhaite désormais voir développée dans une publication ultérieure plus dense.

Economica, Paris, 2014, 156 pages, 23 euros.
ISBN : 978-2-7178-6757-2.

Du Mare Nostrum en Somalia
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 06:30

1830-1914

De l'armée en Afrique à l'armée d'Afrique

(Coll.)

Après les 'Actes académiques', les éditions Riveneuve s'enrichissent des 'Cahiers de la mémoire pour tous et de la mémoire de tout', dédiés à la publication des actes des journées d'études et des colloques de la Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie. Une très heureuse initiative, qu'il faudra suivre dans la durée.

Le premier volume publié reprend les communications prononcées lors du colloque de décembre 2012 sur le thème de l'armée d'Afrique (ou de l'armée en Afrique). Sept textes se succèdent, ouverts par une intervention de Gilles Aubagnac et d'Antoine Champeaux sur "Armée d'Afrique et troupes coloniales, deux entités au service de l'empire". Claude Vigoureux évoque ensuite le projet de Napoléon III pour l'Algérie, puis Hafida Mouaziz-Houari s'intéresse aux soldats de l'armée d'Afrique et à leurs écrits. Julie d'Andurain présente une communication très intéressante sur les aspects politiques avec "Le 'parti colonial' et l'Afrique du Nord", et je propose ensuite une présentation de l'expérience marocaine du lieutenant-colonel Brémond avant la Grande Guerre. Aude Nicolas et Georges Housset aborde enfin deux aspects liés à l'iconographie et à la symbolique : "L'armée d'Afrique dans la peinture du XIXe siècle" et "L'expansion au Maghreb : une approche symbolique des combattants", ces deux derniers textes étant accompagnés d'un beau cahier-photos.

Un ensemble très intéressant qui passionnera les amateurs et augure bien de la suite de la collection.

Riveneuve Editions, Paris, 2014, 143 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-36013-224-9.

Pour information, le site de la Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie, qui développe un programme complet de création d'un centre de documentation : ici.

 

Afrique du Nord
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 06:20

L'Algérie de Pétain

Les populations algériennes ont la parole

septembre 1939 - novembre 1942

Pierre Darmon

On se souvient de la publication il y a un peu plus d'un an de L'Indochine sous Vichy (ici). Voici, avec une approche différente, un livre du même ordre. Comment les populations algériennes ont-elle vécu les années 1940-1942 ? Pour aller au-delà des idées reçues et des discours convenus, Pierre Darmon s'est plongé dans des archives encore inexploitées et a collationné de très nombreux témoignages.

Son ouvrage s'articule en quinze grandes parties chronothématiques, qui abordent chacune une facette particulière de la vie publique et privée dans les départements algériens pour les différentes catégories de la population. Après avoir rappelé dans les deux premiers chapitres comment la guerre et la défaite sont vues d'Algérie ("Chronique d'une guerre introuvable, septembre 1939-mai 1940" et "La débâcle vue d'Algérie, mai-juin 1940"), l'auteur s'intéresse à l'étonnant écho (par leur ampleur) qu'Hitler et Pétain reçoivent outre-Méditerranée : "Des lettres anonymes parviennent à l'administration. Hitler y fait figure de sauveur qui va laver les peuples opprimés de la honte coloniale ... Hitler est l'envoyé du Tout-Puissant" et évoque toutes les rumeurs qui enflent durant l'été 1940 en Afrique du Nord. Mais dès l'automne, la personnalité de Pétain s'impose : "Le patriarche de la cité thermale impose son charisme dans les milieux populaires musulmans. Son âge vénérable, son air martial, son uniforme et son képi semé d'étoiles en imposent. D'un certain point de vue, il rappelle Napoléon III dont le prestige dut immense auprès des musulmans. En revanche, la République abstraite, symbolisée par un buste de femme, n'avait pas bonne réputation". Pour les populations, deux domaines prennent une importance particulières : au quotidien, le ravitaillement, le chauffage, la possibilité de travailler et les moyens de vivre ; plus largement l'évolution de la nouvelle adminnistration, l'attitude des préfets, le rôle et la place de Weygand. Comme en métropole (et parfois davantage), l'armée, l'Eglise et la jeunesse sont considérés comme les piliers du nouveau régime et la propagande se développe rapidement. Localement le système policier est sans faiblesse contre les francs-maçons (nombreux), les messalistes, les communistes et "prisons, bagnes, camps de travail pour étrangers, centres de séjour surveillé, camps d'internement administratif prolifèrent". Pierre Darmon traite ensuite de la Légion française des combattants (chap. 9), puis de la collaboration économique, qui revêt une importance particulière à partir du moment où l'Afrika korps est engagée en Cyrénaïque et Tripolitaine (chap. 10) et enfin des relations compromettantes entre musulmans et nazis, "Croissant vert et croix gammée" (chap. 11) et "Fermentation nationaliste et persistance des mentalités coloniales" (chap. 12). Ces dérives ne concernent toutefois pas que les musulmans, loin de là, et l'antisémitisme d'Etat de Vichy trouve un écho favorable dans de larges franges de la population, sur un territoire qui a élu dès la fin du XIXe siècle des "députés anti-juifs". Pourtant, rien n'est tout-à-fait blanc ni tout-à-fait noir : de nombreux Français d'Algérie et musulmans s'opposent aux lois raciales, sont de sentiments plutôt gaullistes et pour certains n'hésitent pas à rejoindre la France libre. Il existe même, en dépit de Dakar et de Mers el-Kébir, une "Algérie anglophile" : "Ce patriotisme concerne surtout les petites gens, les ouvriers et les artisans, les juifs, les anciens du Front populaire ... S'y ajoutent les patriotes de toutes tendances. Au total, c'est près de 50 % de la population européenne d'Algérie qui a probablement les yeux tournés vers l'Angleterre. Avec un peu d'imagination, on peut même être pétainiste et anglophile". Au passage, l'auteur s'intéresse également à l'écho que peuvent avoir sur le sol algérien les événements d'URSS, du Japon ou d'Espagne ; puis tente d'identifier "une certaine forme de résistance" : "Son objectif : neutraliser l'armée de Vichy lors de l'inévitable débarquement allié" et revient sur les visites d'officiels américains qui tentent d'entraîner Weygand dans le camp allié.

En résumé, un livre sans concession, qui ne fera sans doute plaisir à personne, mais qui pointe, à partir de nombreux rapports et témoignages, toute la complexité de situations qu'aucun de grands intervenants institutionnels ne maîtrisent vraiment. Une opinion publique dont les sentiments évoluent parfois rapidement, de l'adhésion au rejet et vice-versa, en fonction des appartenances communautaires, de la situation ponctuelle de chacun et des succès ou des échecs des principaux belligérants sur d'autres théâtres. Un livre-kaléïdoscope, pointilliste, dense. 

Perrin, Paris, 2014, 522 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-262-03337-8.

Derrière la façade
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 06:25

L'Europe coloniale

et le grand tournant de la Conférence de Berlin

Christine de Gemeaux et Amaury Lorin (Dir.)

Cet ouvrage collectif (13 contributeurs) traite à la fois dans son ensemble et dans le détail grâce à une série de "coups de projecteur" d'une période peu étudiée dans sa globalité et de façon comparative, celle qui s'étend au cours des 15 à 20 dernières années du XIXe siècle.

L'ouvrage est divisé en trois grandes parties : "Prémices et enjeux de la Conférence", "Motivations et positions des acteurs" et "Echos et répercussions mondiales", dernière partie dans laquelle j'ai le plaisir de signer un (rare) article de synthèse comparant les troupes coloniales des différentes puissances européennes avant la Première Guerre mondiale. La question coloniale allemande est bien sûr abordée, à travers la perception qu'en a Bismarck mais aussi l'organisation du pouvoir et des contre-pouvoirs au Togo au tournant des XIXe et XXe siècle. On note également la présence de deux articles traitant du Portugal et de son empire (peu courant), d'un texte intéressant sur l'opportunité pour la Belgique et son roi de participer à la Conférence, ainsi qu'un article sur "L'instrumentalisation de la géographie : la figure de Brazza et la question du Congo".

Un volume qui complète très utilement les publications existantes.

Editions Le Manuscrit, Paris, 2013, 376 pages. 29,90 euros.

EAN : 9782304042207

Conférence de Berlin
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 06:20

Mirages à la carte

L'invention de l'Algérie coloniale

Hélène Blais

De la carte militaire à la construction politique coloniale (ou impériale), cet ouvrage savant nous offre un autre regard sur l'approche française en matière de colonisation.

Elle précise dans son introduction que le livre "repose sur deux chronologies croisées, celle de l'histoire de la colonisation et celle de l'histoire des savoirs". Elle divise ainsi son propos en six chapitres principaux clairement identifiés : "L'invention géographique d'une colonie" (voyage à travers le temps, de l'Antiquité au XIXe siècle), "Les politiques de la carte" (rôle du Dépot de la Guerre et du Service géographique de l'armée et cartes évolutives au fur et à mesure des progrès de la colonisation comme des grands changements politiques), "La découverte du terrain algérien" (difficultés matérielles pour effectuer les relevés, création de normes et de méthodes spécifiques, délimitations artificielles ou approximatives des territoires des tribus), "Du bon usage des savoirs vernaculaires" (avec en particulier la question de la toponymie et la question de limites territoriales intérieures), "Les frontières de l'Algérie coloniale" (plus compliquées à tracer du côté marocain que tunisien et qui pose toute la question du Sud profond), et "La question saharienne" (jusque dans ses dernières évolutions à la fin des années 1950). Indispensables aux administrateurs métropolitains, qui "plaquent" sur ces territoires un modèle normé d'administration, l'analyse de la naissance et des évolutions de la cartographie de l'Algérie constitue indiscutablement un angle d'approche original et riche de la colonisation.

Par ailleurs, en rappelant en conclusion les tentatives actuelles pour redessiner les frontières au Sahel, Hélène Blais indique bien toute l'importance pour les gouvernants, les sociétés et les peuples, des cartes et des évolutions de la cartographie. La notion de "frontière" (administrative ou politique) recouvre aussi d'autres réalités et d'autres présupposés.

Fayard, Paris, 2014, 347 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-231-67762-2.

Cartographie et politique
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 06:30

Coloniser, pacifier, administrer

XIXe - XXIe siècles

Samia el Mechat (Dir.)

Ces actes d'un colloque interdisciplinaire offrent de très intéressantes pistes de réflexion, la volonté des organisateurs ayant été de prolonger jusqu'aux opérations de pacification du XXIe leurs travaux.

La vingtaine de contributions est organisée en quatre grandes parties chrono-thématiques : "Acteurs et définitions des stratégies de pacification", "Administrer, pacifier, soumettre", "Du bon usage de la pacification et ses limites", et "D'hier à aujourd'hui, les résonances de la pacification". Parmi tous ces textes, on remarque dans la première partie pour leur originalité l'étude de Timothy Collier sur l'action britannique en Afrique australe, au Zoulouland et au Transvaal ("Administrations coloniales et pacification : l'exemple de Sir Granet Wolseley en Afrique du Sud, 1879-1880") ; celle de Jean-François Klein sur l'antériorité de général Pennequin dans la définition d'une politique de pacification "à la française" ("Le 'sorcier de la pacification' : Théophile Pennequin, 1949-1916") ; celle d'Anne-Claire Gayffier-Bonneville sur "Les Britanniques et les confréries : le cas du Soudan après la Première Guerre mondiale". Dans la seconde, Guillemette Crouzet nous propose un aspect très peu connu, sur mer : "Les Britanniques, les pirates Qawasims et la pacification du golfe arabo-persique, 1809-1892", qui se termine par l'hégémonie de Londres (via les Indes) sur la région ; et on remarque l'article de William Gueraiche sur "Les Philippines, un laboratoire colonial américain ?", sujet de débat qui mérite encore d'être étudié. La troisième partie aborde des aspects politiques, économiques et sociaux sous différents cieux, entre l'Indochine et l'Afrique du Nord. La quatrième enfin tente une percée jusqu'à l'époque la plus récente avec Stéphane Taillat ("Résonance des discours et des pratiques de la 'pacification' en Irak") et Philippe Droz-Vincent ("Echos contemporains de la 'pacification' dans le cadre d'interventions post-impériales. Réflexions à partir des cas irakien et afghan"). Sur ce point, les différences nous paraissent plus importantes que les ressemblances, et le lien entre les opérations ou les politiques du XIXe siècles et celles d'aujourd'hui nous semble parfois bien tenu.

L'intérêt de ce volume réside en particulier dans la diversité des territoires, des époques et des sujets traités. On peut discuter les conclusions de l'un ou les approches de l'autre, mais de nombreuses problématiques sont posées et autant de pistes ouvertes. Un ouvrage qui sera apprécié de tous ceux qui s'intéressent aux questions coloniales (passées) comme à celles de contre-insurrection et de stabilisation (aujourd'hui). 

CNRS Editions, Paris, 2013, 377 pages, 25 euros.

ISBBN : 978-2-271-07976-3.

Scénarios internationaux
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 06:25

Démontage d'empire

Jean Fremigacci, Daniel Lefeuvre et Marc Michel (Dir.)

Avec chaque nouveau volume d'actes de colloque, les éditions Riveneuve s'affirment comme l'un des grands éditeurs (par la qualité des textes) de la place parisienne. Ce volume ne fait pas exception à la règle, bien au contraire.

Vingt-quatre intervenants présentent de très riches contributions qui, fort heureusement, ne se limitent ni aux seules expériences françaises, ni à la seule seconde moitié du XXe siècle. Le volume est divisé en quatre grandes parties regroupant chacune six interventions : "Discours et pratiques des décolonisations", "Démontages administratifs et juridiques", "Réalités des démontages" et "Les démontages économiques". Dans la grande diversité des études proposées, on relève par exemple parmi les sujets plus originaux le texte d'Armelle Enders sur "La Grande-Bretagne, le Portugal et les enjeux politiques de la reconnaissance de l'indépendance du Brésil (1822-1825)", ceux de Florence Gillet sur "Les anciens coloniaux belges face à l'indépendance du Congo. Entre discours et réalité", de Daniel Hick sur "Le transfert des archives d'Algérie", de Francis Simonis sur "Vers une africanisation de l'administration en Afrique noire : les nouvelles formes de recrutement de l'ENFOM, 1950-1960", d'Arnaud Nanta sur "La décolonisation japonaise (1945-1949) : le démontage de l'empire colonial, les occupations et replis, les politiques d'assistance aux rapatriés", de Tony Chafer "Décoloniser pour mieux rester : le cas du Sénégal", de Caroline Piquet "Le démontage des structures économiques coloniales en Egypte, de l'instauration du régime parlementaire à la crise de Suez (1923-1956) ou de Dominique Barjot "Démontage d'empire : l'exemple des entreprises françaises de travaux publics en Indochine (1945-1956)". On le voit bien à travers ces quelques exemples, les sujets sont extrêmement variés, sur les territoires les plus divers et abordent différentes périodes, même si (bien sûr) les années 1950-1960 restent dominantes. Un regret : la formation des nouvelles armées nationales n'est absolument pas abordée. C'est dommage, car il existe de grandes différences entre les différentes puissances coloniales sur ce point et les conséquences s'en font sentir jusqu'à aujourd'hui. Il faudra donc travailler ici par homothétie et comparaisons.

La richesse et la diversité de ces textes passionnera néanmoins tous ceux qui s'intéressent aux questions coloniales et l'on ne peut que souhaiter plein et grand succès à la belle collection "Actes académiques".

Coll. 'Actes académiques', Riveneuve éditions, Paris, 2013, 507 pages, 24 euros.

ISBN : 978-2-36013-149-5.

Théories et pratiques des décolonisations
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 06:30

De quoi fut fait l'empire

Les guerres coloniales au XIXe siècle

Jacques Frémeaux

Ouvrage de référence dès sa parution en 2010, prix du livre d'histoire de l'Europe en 2011, ce volume de synthèse méritait d'être réédité en format poche.

L'ouvrage est organisé en cinq grandes parties qui permettent de balayer l'ensemble du spectre, de l'organisation des armées, des opérations militaires et deleurs effets sur les territoires et les populations : "Aux origines des conflits : la colonisation", "Les armées coloniales", "Organisation" (subdivisions d'armes, logistique), "La guerre" (parties en conflit, tactiques, pacification, guerre coloniale et grande guerre), et "Le poids de la guerre" (effort humain et financier, violence, opinions). On apprécie tout particulièrement les données chiffrées présentées, ainsi que le rappel des règles d'organisation, parfois fort différentes d'un pays à l'autre (armée royale des Indes néerlandaises, armée des Indes, troupes coloniales françaises, unités espagnoles, troupes de protection allemandes, etc.). Ponctuellemnt, telle ou telle analyse sur un point très précis ou très technique peut être discutée, certes, mais le livre dans son ensemble est absolument indispensable à quiconque souhaite s'intéresser à ces armées. Une très brillante synthèse, un formidable tour du monde des empires au XIXe siècle, par un très grand spécialiste et sur des thèmes rarement abordés avec aussi peu d'oeillères dans la littérature courante. 

On peut éventuellement regretter la police d'écriture choisie, trop petite (idem pour les cartes regroupées à la fin de l'ouvrage), mais ce léger manque de confort de lecture (expliqué par le format poche et le densité du texte) ne compte pas au regard de la masse de documentation fournie, des références présentées, des citations précisées. Une très abondante bibliographie internationale, un index des noms de lieux et un autre des noms de personnes complètent ce volume qui doit devenir un instrument de travail toujours à portée de la main, ... à petit prix !

Coll. 'Biblis', CNRS Editions, Paris, 2014? 588 pages, 12 euros.

ISBN : 978-2-271-08004-2.

Réédition bienvenue
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 05:30

L'Etat indépendant du Congo

1885-1908

D'autres vérités

André-Bernard Ergo

Dans ce petit livre au titre anodin, l'auteur, ingénieur en agronomie dont c'est le cinquième livre sur le Congo belge, répond à un conférencier venu en Belgique condamner l'action coloniale de Bruxelles en Afrique. Ce seul argument, rarissime en notre temps, mérite que l'on s'y intéresse.

On sait que la colonisation belge au Congo  fut particulièrement critiquée pour ses violences à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, en particulier dans les pays anglo-saxons et en Allemagne. Mais l'on sait aussi que toutes ces critiques n'étaient pas innocentes, certains à Londres ou à Berlin "louchant" sur les ressources congolaises. Partant de cette époque, dossier par dossier, région par région, incident par incident, l'auteur conteste systématiquement toutes les accusations portées contre son pays, présente des photos, cite des textes, multiplie les références. Il revient bien sûr longuement sur la Force publique (force armée congolaise), sur le travail forcé pour la récolte du caoutchouc, sur le rôle des missions, etc. Il confronte en fait témoignages hostiles et témoignages favorables, démontre que tel auteur n'a jamais été en visite sur place et n'écrit qu'à partir de témoignages de deuxième main, explique qu'il faut laisser du temps pour que l'ordre et la prospérité s'installent, défend l'idée que, tout compte fait, la colonisation belge n'a pas seulement été "correcte", elle aurait probablement même été exemplaire...

On ne peut pas suivre l'auteur dans tous ses arguments et dans la totalité de sa démonstration, tant elle est univoque. Toutefois, il résume en conclusion certains constats que nombre d'historiens "auto-proclamés" feraient bien de méditer : "La vérité historique oscille d'un côté ou de l'autre selon les textes choisis, fussent-ils tous véridiques. C'est pourquoi l'histoire n'est pas une science. Mais le choix des textes nous apprend, par contre, énormément de choses sur celui qui la commente; il peut être jugé". C'est souvent vrai. Pour tous. Et pour lui aussi. Ou alors, il faut tendre obstinément à faire de l'histoire une science, en particulier en croisant et en comparant systématiquement des sources d'origine totalement différentes. Mais alors, la "vérité" (ou présentée comme telle) ne se situe ni dans le blanc, ni dans le noir, mais souvent dans des nuances de gris.

Un petit livre à conserver parce qu'il offre un contrepoint et des citations référencées par rapport aux idées dominantes. Mais à considérer aussi comme une (autre) prise de position partisane.

L'Harmattan, Paris, 2013, 163 pages. 16,50 euros.

ISBN : 978-2-343-01622-1.

Défense du Congo belge
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile