Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2019 1 16 /09 /septembre /2019 06:00

S'adapter pour vaincre

Comment les armées évoluent

Michel Goya

Bien connu pour ses publications antérieures (ici et ici par exemple) et la tenue de son blog La voie de l'épée (ici), Michel Goya nous offre une large analyse, dans le temps et dans l'espace, du processus d'adaptation des armées aux conditions nouvelles (et toujours changeantes) de la guerre : "Vaincre ne signifie plus seulement faire évoluer des forces sur le terrain et gagner des batailles, c'est aussi désormais transformer ces mêmes armées, avant et pendant les guerres, selon des processus qui tendent à devenir de plus en plus amples et qui impliquent de plus en plus les ressources profondes des nations".

De l'armée prussienne se transformant totalement à l'occasion des défaites subies contre Napoléon Ier à l'analyse par l'armée américaine de ses difficultés en Irak au début du XXIe siècle, nous traversons avec l'auteur deux siècles de conflits avec les forces armées de quelques unes des grandes nations belligérantes : la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis. Nous retrouvons les profondes évolutions de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale, la guerre navale et le rapide déclin de la Royal Navy entre les années 1890 et 1940, la guerre aérienne et les problématiques soulevées par les bombardements massifs de la Seconde guerre mondiale, leurs rapides évolutions, la doctrine et l'emploi du Bomber Command ainsi que son échec relatif, la naissance de l'arme atomique et ultérieurement celui du principe de dissuasion ainsi que l'apparition de nouveaux Etats nucléaires pendant comme après la mal nommée guerre "froide" ("La guerre froide est bien une troisième guerre mondiale dont les victimes se comptent par millions. De 1945 à 1990, les armées des cinq grandes puissances nucléaires ont perdu plus de 350.000 hommes en opération. A l'ombre de la peur de la guerre nucléaire et soumis à des forces nouvelles, les affrontements y ont pris des tours souvent inattendus"). Nous retrouvons enfin l'armée française pour une analyse de ses évolutions pendant la guerre d'Algérie (guerre révolutionnaire, insurrectionnelle, terrorisme, etc.), de la bataille d'Alger aux barrages frontaliers et au plan Challe. Dans sa conclusion, Michel Goya synthétise quelques réflexions (pertinentes) dans le domaine de l'organisation, de la prise en compte de l'ennemi, des relations entre le haut commandement et la direction politique, de la prise en compte de l'expérience acquise mais aussi des évolutions de la société, bref un phénomène extrêmement complexe qui tient du "chaos organisé" et constitue un défi permanent.

On apprécie l'aptitude à passer du cas concret aux réflexions générales dans un style parfaitement abordable et les amateurs trouveront de nouvelles pistes dans l'importante bibliographie finale, judicieusement classée par thèmes. Un livre passionnant, indispensable aux étudiants, aux chercheurs, aux amateurs de la chose militaire, et plus largement à tous les citoyens qui souhaitent mieux comprendre des questions de Défense et budgétaires très actuelles.

Perrin, Paris, 2019, 429 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-262-08111-9

INDISPENSABLE

Partager cet article

Repost0
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 06:00

Commerce & Guerre

Les deux faces de Janus

André Yché

Le développement du commerce et la maîtrise des espaces maritimes, constituent un ensemble essentiel à  la naissance des guerres. Dans ce nouveau volume, André Yché, auteur de plusieurs ouvrages sur la notion de puissance et la stratégie (ici et ici par exemple), pointe du doigt et de la plume l'importance de la puissance maritime (commerciale) et navale (guerrière).

Le livre est organisé en quatre grandes parties qui présentent, développent mais aussi tempèrent la thèse de l'auteur. La première, "De la conquête à l'échange", s'intéresse plutôt aux temps anciens, aux guerres entre les Etats grecs et Rome, puis de Rome contre les Perses et contre Carthage, à la rapide expansion musulmane et à la résistance de l'empire d'Orient, enfin à deux cas particuliers de puissance commerciale pure : les cités italiennes et la Ligue hanséatique. La seconde partie, "La puissance maritime", accorde une place essentielle à la Grande-Bretagne, des guerres navales contre la Hollande au XVIIe s. à celles contre la France à la fin de l'Ancien Régime et sous la Révolution et l'Empire. Au bilan, "Britannia rule the waves"... jusqu'à l'émergence des Etats-Unis (comme champion du libre-échange et donc de la liberté des mers). La troisième partie s'attache à étudier les politiques coloniale, portugaise et espagnole d'abord, puis britannique et française, les Anglais privilégiant d'abord les productions matérielles, puis à partir du début du XXe s. les plus-values financières. Le dernier chapitre, consacré à la politique anglaise en direction de l'Asie est tout particulièrement intéressant et s'ouvre sur un rappel de cette phrase de Napoléon Ier : "le commerce unit les hommes ; tout ce qui les unit les coalise ; le commerce est donc nuisible à l'autorité"... La dernière partie enfin, élargit la réflexion au temps les plus modernes et relativise en partie la thèse de l'auteur. Il insiste en particulier sur l'importance de la puissance financière pour garantir la souveraineté. Le cas de la Chine, dont l'influence internationale ne cesse de croître pourrait-il remettre en question ce constat : "hégémonie commerciale + financière + maritime = puissance ?"... Rien n'est moins sûr, au regard des faiblesses intrinsèques de l'empire du milieu.

Un livre presque "pétillant", tant il soulève de questions à partir d'un très grand nombre d'exemples puisés à toutes les époques. Un vrai ouvrage de réflexion, par celles qu'il présente comme par celles qu'il inspire.  

Economica, Paris, 2019, 167 pages, 19,- euros.

ISBN :  978-2-7178-7063-3.

Sources de la puissance

Partager cet article

Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 06:00

Les opérations guerrières en essaims

Combattre autrement

Mathieu Peter et Julien Terrier

Ouvrage atypique et intéressant qui propose de réfléchir à des nouvelles formes d'action militaire et donc de procéder à une évolution doctrinale majeure.

Les auteurs constatent qu'il n'est plus possible aujourd'hui de "gagner la paix" après avoir gagné la guerre (la partie strictement liée aux opérations militaires), alors que le "champ de bataille" s'étend à l'extrême tout en devenant "transparent" et que l'ennemi "s'adapte, se fragmente jusqu'à devenir insaisissable". Pour dépasser ce blocage, ils prônent l'emploi d'opérations en essaims : "une succession cyclique planifiée d'attaques pulsées concentriques", menées par "de multiples petits Détachements d'Attaque et de Renseignement Dispersés (DARDs)", agissant dans les quatre milieux : terre, air, aquatique, cyber. Pour démontrer la pertinence de leurs propositions, ils listent les difficultés actuelles et plongent dans le passé à la recherche d'exemples. Ils étudient ainsi huit exemples qui s'échelonnent du tactique au stratégique, entre -53 av. J.-C. et la bataille de Grozny à la fin des années 1990 (dont les batailles d'Hattin et d'Arsouf, au XIIe s., la campagne d'Allemagne de 1805, celle de Suomussalmi pendant la Guerre d'Hiver russo-finlandaise ou l'emploi des U-Boot contre les convois alliés pendant la Seconde guerre mondiale). Ils détaillent chaque combat en s'intéressant particulièrement aux principes mis en œuvre par les belligérants (concentration des efforts, liberté d'action, surprise, etc.) et aux réactions en cours de bataille en fonction des renseignements obtenus ou non. Une ou deux cartes (parfois un peu simpliste) viennent appuyer la démonstration. Ils tentent enfin d'évaluer leur raisonnement à 'aune du programme "Scorpion", qui va considérablement révolutionner l'armée de Terre dans les prochaines années : "Scorpion peut pratiquer ou combattre des opérations en essaims. Capable d'évoluer dans le temps en intégrant progressivement des drones afin de composer de véritables essaims hybrides, la force Scorpion peut s'adapter aux évolutions du combat à moyen terme".

Un livre très intéressant qui témoigne de la vitalité de la réflexion dans l'armée de Terre. Que l'on soit d'accord ou non avec l'analyse de chaque bataille, il est difficile de remettre en cause l'architecture générale du raisonnement (conséquences de la numérisation croissante en particulier).

Economica, Paris, 2019, 159 pages, 18,- euros.

ISBN : 978-2-7178-7067-1.

DARDs

Partager cet article

Repost0
2 mai 2019 4 02 /05 /mai /2019 06:00

Atlas militaire et stratégique

Bruno Tertrais (Dir.)

L'excellente collection des Atlas d'Autrement vient de s'enrichir d'un nouveau volume consacré aux questions stratégiques.

Nous retrouvons au fil des pages quelques 80 cartes et graphiques, dont les thématiques sont organisées en quatre grandes parties ("La stratégie, principes et moyens", "Les grands acteurs", "Crises et tensions", "L'avenir de la guerre"). Tous les thèmes importants ou nécessaires sont abordés, de l'étude des milieux aux questions énergétiques et industrielles en passant par les moyens et objectifs des principales puissances et par un état des lieux des crises en cours, avec bien sûr une attention particulière à la question djihadiste et au monde musulman, aussi bien au Moyen Orient qu'en Afrique. Le nucléaire nord-coréen n'est pas oublié et la question désormais presque classique de l'Arctique fait également l'objet d'une présentation.

Outre la grande qualité de la cartographie, indiscutable point fort de ces volumes, on apprécie également le glossaire et la bibliographie finale. Un outil de travail particulièrement utile, à conserver à portée de la main.

Autrement, Paris, 2019, 96 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-7467-5084-5.

Très utile

Partager cet article

Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 06:00

La France et l'arme nucléaire

Nicolas Haupais (Dir.)

Discrètes, non employées par nature, les forces nucléaires représentent pourtant un coût non négligeable. Elles sont, depuis le début de la Ve République, la clef de voute de la Défense nationale et contribuent à la crédibilité de la parole de la France. Ce volume format "poche" permet de faire un point précis et sérieux de l'arme nucléaire nationale.

La dizaine de contributeurs rassemblés dans ce livre s'intéresse successivement au passé, au présent et à l'avenir de ces armements, tout en les replaçant dans leur contexte, en particulier juridique. Louis-Marie Baille traite par exemple de "L'épisode nucléaire tactique français, 1957-1996", qui se termine avec la dissolution de la brigade Hadès mais qui laisse en suspens la question de "l'ultime avertissement" : "Serions-nous revenus à l'ère du tout ou rien ?". Outre les questions de la non-prolifération et du désarmement, les auteurs s'attachent également à identifier des pistes pour demain, comme Jean-Baptiste Jeangène Vilmer ("Interdire les armes nucléaires : une fausse bonne idée"), ou Chloé Berger et Guillaume Lasconjarias ("La modernisation des arsenaux nucléaires dans le monde").

Un bon bilan, utile, à petit prix.

'Biblis', CNRS Editions, 2019, 262 pages, 10,- euros.

ISBN : 978-2-271-12486-9.

Dissuasion

Partager cet article

Repost0
21 février 2019 4 21 /02 /février /2019 06:00

Tactique cyber

Le combat numérique

Arnaud Le Dez

Spécialiste de ces questions sur lesquelles il travaille à temps plein depuis une dizaine d'années, Arnaud Le Dez se propose à travers ce volume de combler un vide entre stratégie générale et questions techniques : celui de l'échelon tactique.

Avec ce douzième volume, la collection "Cyberstratégie" d'Economica s'impose comme incontournable sur un sujet qui n'est plus émergent mais d'une brûlante actualité. Il y a quelques jours seulement, la ministre des Armées présentait la doctrine française en la matière. L'auteur apporte ici, à son niveau et avec toute sa compétence, une information complémentaire utile aux acteurs de terrain. En cinq denses parties (d'une dizaine à une trentaine de pages chacune), et en conservant une proximité intellectuelle avec les opérations militaires traditionnelles, Arnaud Le Dez prend le risque d'énoncer un certain nombre de principes, de règles, de recommandations : "En essayant de définir une certaine idée du combat numérique à un niveau tactique et opératif, alors que cette histoire ne vient que de commencer, nous avons toutes les raisons de ne pas réussir, mais il faut avancer. L'échec serait de ne pas essayer".  Il présente ainsi successivement les caractéristiques du combat dans le cyberspace, puis détaille les trois principaux modes tactiques (sécurisation, défensif, offensif) et envisage les modalités de la manœuvre cyber, intégrée au combat interarmes avec ses propres caractéristiques. Il présente ensuite les formes d'un "plan d'opération du combat numérique" (en notant "qu'un lien particulier et fort unit le combat numérique à la guerre électronique") avec des règles d'engagement spécifiques, avant de conclure sur la très importante phase d'évaluation (renseignement).

On note en fin d'ouvrage l'importante bibliographie, qui sera appréciée de tous les amateurs. Apprécions enfin la pertinence des propos de l'amiral Coustillière, "patron" de la cyberdéfense française, cité en conclusion : "On ne gagne pas une guerre dans le cyberspace, tout comme on ne gagne pas une guerre en mer ou en l'air. Par contre, on perd une guerre en mer ou en l'air, tout comme on peut perdre une guerre dans le cyberspace. On gagne la guerre à terre". Une excellente première approche, en particulier pour les "lettreux" un peu réticents aux notions scientifiques.

Economica, Paris, 2019, 148 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-7178-7060-2.

Tactique pratique

Partager cet article

Repost0
4 février 2019 1 04 /02 /février /2019 06:00

Responsabilité absolue

La méthode des Navy Seals pour réussir

Jocko Willink et Leif Babin

Deux éminents officiers des célèbres Navy Seals, après leurs engagements en Irak et une reconversion dans la formation au "management", théorisent leurs principes de commandement.

Le livre est ainsi constitué par une série d'aller-retour thématiques, du cas concret vécu en Irak à sa théorisation puis à son illustration par un exemple du monde de l'entreprise : "Le leadership est la chose la plus importante sur le champ de bataille et les principes de bon leadership ne changent pas, quels que soit la mission, l'environnement ou la personnalité des personnes impliquées. Mener, c'est mener". Si le discours est assez radical (on nous excusera de ne pas tomber en pamoison devant la retranscription "à l'américaine" de principes bien connus sous nos latitudes), les solutions proposées sont en fait généralement assez classiques : la responsabilité du chef tout d'abord (y compris dans l'échec…), la notion de collectif et d'équipe ensuite, la compréhension et l'adhésion à la mission, la qualité de la formation en amont, la clarté et la simplicité dans l'expression des ordres, la conviction des subordonnés qu'ils seront "couverts" par leur chef, etc. Au-delà de ces relatives évidences, l'intérêt du livre réside en fait dans les premières et troisièmes parties de chaque chapitre : l'exemple tiré de l'expérience vécue en Irak, qui nous permet de mieux cerner ce conflit, et son adaptation au monde de l'entreprise, qui montre bien des similitudes.

Il reste également une part d'incertitude (le fameux "brouillard de la guerre"), car "un chef militaire n'a jamais une compréhension claire et certaine des actions ou des réactions de l'ennemi, ni même une idée nette des conséquences immédiates de ses décisions … Ce point est l'une des plus grandes leçons apprises par notre génération de chefs au combat : il n'y a pas de solution juste à 100 %. Le tableau n'est jamais complet". Ce qui ne doit surtout pas empêcher la prise de décision. Tout le dilemme du chef, seul à choisir, seul à assumer. Grandeur et servitude.

Un rappel utile et des illustrations convaincantes.

Ring, Paris, 2019, 430 pages. 19,95 euros.

ISBN : 979-10-91447-92-8

Très américain... mais pas que !

Partager cet article

Repost0
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 06:00

Entrer en stratégie

Général Vincent Desportes

Auteur, et parfois presque pamphlétaire, reconnu, le général Desportes se propose de nous permettre de définir en cohérence nos objectifs et les moyens d'y parvenir.

Il s'appuie pour cela sur les principes de la stratégie, née dans le domaine militaire mais désormais utile (parfois enseignée mais souvent ignorée) dans bien d'autres domaines et en particulier dans le secteur économique et industriel. Pas de recette miracle toutefois, mais un grand pragmatisme : "La boite de vitesse stratégique ne dispose pas de marche arrière et le billet d'envol ne peut qu'être un aller simple et définitif pour un temps qui n'a pas de limite : en stratégie jamais de victoire définitive … Le temps ne s'arrête jamais dans l'espace stratégique en reconfiguration permanente". La première chose est de se mettre à la place de l'Autre, de penser comme lui, d'adopter ses grilles de lecture, ses préjugés et ses a priori. Savoir s'adapter, prendre en compte une réalité évolutive et faire preuve de la plus grande capacité imaginative. Au fil des huit chapitres, le général Desportes conserve indiscutablement en fil rouge les grands principes de la stratégie militaire et utilise fréquemment les exemples historiques à l'appui de sa démonstration, mais il présente son propos sous un angle très "civil" et grand public, de telle sorte que son raisonnement peut être repris et fait sien par tout un chacun. Il rappelle aussi que "le stratège ne peut prendre que des décisions imparfaites" et que "toute décision stratégique est un pari". Merci pour ce réalisme.

Une belle leçon de réflexion, sans intellectualisme inutile, qui pourra être profitable à chaque lecteur. 

Robert Laffont, Paris, 2019, 249 pages. 20,50 euros.

ISBN : 978-2-221-21792-4.

B. A. BA de la STRATEGIE

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 06:00

Sous l'empire de la désinformation

La parole masquée

François Géré

Bien connu pour ses travaux géopolitiques et ses réflexions dans le domaine stratégique, François Géré nous propose aujourd'hui une étude sur la désinformation, aussi vieille que l'histoire et sœur de la propagande.

Après avoir brossé le tableau de l'utilisation de la désinformation depuis l'Antiquité, en soulignant une accélération parallèle au développement des moyens de communication (médias de masse, télégraphe, etc.), qui atteint aujourd'hui avec les réseaux sociaux un niveau inimaginable, l'auteur précise les différences avec la propagande. En analysant les acteurs de la désinformation, il distingue bien sûr les régimes totalitaires (qui font "du mensonge un système de gouvernement") et les démocraties (qui "n'y recourent que comme un outil tactique, d'opportunité"), mais "cette distinction tend à s'atténuer dangereusement", ce qui n'est pas nécessairement rassurant pour le citoyen… Au-delà des Etats, il faut bien sûr prendre en compte les lobbys, les sectes, les organisation non étatiques. François Géré s'intéresse ensuite aux vecteurs, aux cibles et aux thèmes de la désinformation. Le chapitre 5 est consacré à une longue galerie de portraits d'intellectuels et journalistes s'opposant à la désinformation, depuis les dissidents d'Europe de l'Est de la guerre froide aux journalistes d'investigation et aux "lanceurs d'alerte". Enfin, la dernière partie s'attache aux modalités et mécanismes de la contre-désinformation, avec les problématiques de la transparence et la délicate question des "contrôleurs" (le terme et ce qu'il sous-entend restent ambigus), sans oublier (pp. 151-154) les réponses strictement militaires.

Bref, un livre assez complet qui, même si l'on n'est pas toujours d'accord, ouvre sur bien des réflexions et des pistes d'analyse sur un sujet d'une actualité quotidienne et dont chaque jour nous donne de nouveaux exemples.

Economica, Paris, 2018, 176 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-7178-7028-2.

Manipulation

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 06:00

Guibert, Jomini, Clausewitz

Les trois colonnes de la stratégie occidentale

Bernard Pénisson

Préfacé par le chef d'état-major des armées qui appelle à "arpenter à nouveau le sentier stratégique ouvert par les maîtres occidentaux de la discipline", ce volume présente une bonne synthèse des réflexions de trois des plus grands théoriciens (et acteurs) de la guerre au XVIIIe - XIXe s.

Le livre est organisé en trois grandes parties (une pour chaque penseur) parallèles, qui comportent à la fois un rapide survol de la biographie (carrière) de Guibert, Jomini et Clausewitz, puis trois ou quatre chapitres qui s'attardent sur les aspects principaux de leurs travaux. Ponctuellement, des ponts sont lancés entre eux et des comparaisons utiles peuvent être facilement faites sur des sujets particuliers (la violence, l'offensive, etc.). Enfin, pour chacun, une mise en perspective permet d'esquisser leur influence ultérieure, dans son importance relative et ses évolutions.

A la fois première approche pédagogique et ouverture pour un approfondissement de la réflexion, un livre qui mérite toute sa place dans votre bibliothèque.

Economica, Paris, 2018, 431 pages, 39,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6960-6.

Classiques de la pensée stratégique

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile