Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 06:00

Carentan

Linking Omaha Beach - Utah Beach (vol. 1)

Michel de Trez, Emmanuel Allain & Mark Bando

Edité à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement, ce livre-album est assez atypique car il ne se contente pas d'associer trois grands spécialistes et collectionneurs qui présentent à travers des centaines et des centaines d'illustrations les préparatifs et le déroulement des opérations aéroportées de la nuit du 5 au 6 juin 1944 (par régiments). L'historien traditionnel regrettera l'absence de récit sous forme d'un fil conducteur suffisamment dense, mais l'amateur sera indiscutablement ébloui par la densité, l'originalité, la qualité des objets, photos, matériels, mannequins, documents, cartes, etc., présentés. On apprécie en particulier les très nombreuses et inédits photos issues de collections privées qui présentent des soldats "en mouvement" si ce n'est en action, des visages, des groupes, etc., en clair des photos qui donnent de la chair à des propos souvent théoriques. Certaines, en couleurs, sont absolument exceptionnelles. Tous les textes sont systématiquement traduits en français et en anglais, mais il s'agit généralement de longues légendes qui présentent dans le détail les illustrations, souvent en recontextualisant les situations.

A ces différents titres, ce premier volume constitue indiscutablement un "must" pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire des troupes parachutistes, aussi bien que pour les amateurs d'histoire de la Seconde guerre mondiale. Si vous passez par Saint-Côme-du-Mont, près de Carentan, n'hésitez surtout pas à vous arrêter au musée du Dead Man's Corner, qui présente sur ce thème les collections les plus importantes.

Centre historique des parachutistes du jour J, Saint-Côme du Mont, 2014, 232 pages, 49,- euros

ISBN : 978-2-9540297-2-6.

Pour commander directement sur le site du musée : ici.

Revivre "l'expérience" du Débarquement dans un C47 transformé en simulateur de vol : ici.

Parachutistes
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 06:00

Les bus de la honte

Jean-Marie Dubois et Malka Marcovich

A la fois étude d'histoire générale et retour difficile sur une histoire familiale, ce livre nous propose de retrouver une figure absolument inconnue mais dont le rôle est assez symptomatique de l'attitude d'une grande partie des cadres dirigeants de la France occupée, puisqu'il s'agit, pendant la Seconde guerre mondiale, de l'aïeul des auteurs, responsable de la société de transport des autobus parisiens. Un sentiment trouble au final, une sorte d'auto-exorcisme qui laisse parfois l'impression d'un malaise : "Les activités de mon grand-père pendant la guerre sont demeurées enfouies durant des décennies. Ce lourd secret a fait irruption dans notre vie par un singulier concours de circonstances".

Tout commence par le récit de funérailles en 2014, à partir desquelles les auteurs, proches des milieux israélites, se lancent dans des recherches sur leur grand-père qu'ils n'ont pas connu, avec cette question lancinante : Que faisait un directeur de la RATP pendant l'Occupation ? Progessivement, d'archive en archive, les auteurs découvrent la réalité de l'implication personnelle de leur aïeul dans le "transport" des juifs et résistants, au profit de l'occupant. A partir de là, le livre fait en fait le récit du rôle de la RATP pendant les années noires. Les témoignages sont parfois accablants, y compris dans le "retournement de veste" de l'été 1944 et les différents chapitres alternent le récit des découvertes successives et la description des sentiments personnels des deux auteurs, bouleversés par leurs trouvailles. On y trouve également une approche de ce non-dit qui a sans doute marqué bien des familles à l'époque et l'on y comprend peut-être mieux les modalités de silence et dans le même temps de reconstruction des mémoires familiales ("ces secrets qui suintent de toutes parts"). On s'intéresse au fil des pages aux biens juifs spoliés (meubles et immeubles) et à la possibilité d'enrichissements personnels au fil des événements. Et toujours ces bus qui exécutent méthodiquement les directives allemandes (nombreux témoignages des conditions dans lesquelles ces déplacements sont exécutés). Alternant ainsi souvenirs familiaux, témoignages ultérieurs, esquisse des gaullistes de la dernière heure et références aux archives ou aux citations des acteurs et témoins, les deux auteurs poursuivent leurs investigations sur le rôle des transports parisiens dans la collaboration, mais sans adopter la méthodologie d'un historien, ce qui donne lieu à des aller-retour temporels, à des va-et-vient dans les thèmes qui rendent la lecture parfois moins convancante et donnent une impression de répétition. Le grand-père devient gaulliste, un serviteur zélé des autorités républicaines restaurées et les auteurs posent alors la question (centrale) de la responsabilité individuelle de ceux qui affirmèrent ensuite avoir simplement exécuté les ordres reçus. Ils en arrivent ainsi à la reconstruction mémorielle et au "devoir de mémoire", toujours rédigé à une certaine date et dans une certain contexte. Mais, à nouveau, tout se mélange, souvenirs et environnement familial, problèmes beaucoups plus large de la résistance et de la déportation, etc.

Un livre étonnant et assez inclassable, parfois un peu confus par ces aller-retour permanents entre les événements passés et les sentiments d'aujourd'hui, qui évoque un vrai sujet (la collaboration du haut encadement administratif et industriel français) au travers d'une recherche familiale, avec les risques et les limites de l'exercice, mais aussi sa profondeur sentimentale.

Tallandier, Paris, 206 pages, 18,- euros.

ISBN : 979-10-210-1883-9.

Un homme, une entreprise
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 06:00

Les furies de Hitler

Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah

Wendy Lower

Le titre un peu accrocheur ne traduit pas tout-à-fait la solidité de fond de l'étude présentée, qui s'intéresse directement aux Allemandes qui accompagnèrent les troupes d'occupation en Europe de l'Est en en URSS et participèrent au génocide des populations juives.

L'idée ne vient sans doute pas immédiatement à l'esprit, mais à la suite des troupes du Reich des centaines de milliers de femmes, sous différents statuts et pour divers types de fonctions, ont été installées en Europe orientale et en Russie occupée. Institutrices, infirmières, secrétaires, familles de militaires ou d'agents de l'Etat, agricultrices, etc., elles sont présentes pendant toutes les années de guerre dans la zone des armées, dans les villes occupées, à proximité des zones d'action des partisans : "La Croix-Rouge allemande forma 640.000 femmes sous le régime nazi, dont 400.00 furent affectés au service de guerre, pour la plupart envoyées à l'Est ... De son côté, l'arme allemande forma plus de 500.000 femmes auxiliaires militaires -opératrices radio, archivistes, contrôleurs aériens, télégraphistes- dont 200.000 servirent à l'Est". Par les conversations quotidiennes au moins, par les documents administratifs qu'elles traitent ou dont elles ont connaissance, directement et personnellement parfois, elles assistent voire participent à la politique génocidaire. De Pologne en Ukraine et Ostland, de Rovno à Varsovie et à Kiev, Wendy Lower nous emmène ici sur les traces de ces acteurs et témoins oubliés par la mémoire collective (comment une femme pourrait-elle accepter, soutenir, contribuer à de telles horreurs ?). Or, "dans la masse des femmes mobilisées, certaines figures se détachent. Des secrétaires polyvalentes, à la fois meurtrières de bureau et sadiques de terrain, qui ne se contentaient pas de dactylographier les ordres de liquidation". A partir d'un important travail dans les archives les plus diverses, puis de multiples entretiens conduits à travers toute l'Europe et au-delà, l'auteure reconstitue le rôle de ces femmes qui, si elles ne furent pas la totalité n'en furent pas moins nombreuses, par ambition personnelle, par bêtise ou par vice. Le corps du livre (chapitres 3 à 5) est organisé autour des témoins, des complices, enfin des exécutantes. Certaines descriptions sont glaçantes, et l'action des associations caritatives allemandes (pour la population civile du Reich ou des soldats), qui "s'approvisionnement" massivement grâce au pillage et au meurtre, est sérieusement ébranlée. Les deux derniers chapitres ("Pourquoi ont-elles tué ?" et "Que sont-elles devenues ?") sont par moment un peu moins convaincants, mais contiennent des pages particulièrement fortes.

Un livre qu'il faut avoir lu, à la fois pour comprendre la prégnancede l'idéologie national-socialiste dans l'ensemble de la population, mais aussi le déni de responsabilité ultérieur de centaines de centaines de milliers d'Allemand(e)s ordinaires.  

'Texto', Tallandier, Paris, 2016, 354 pages. 10,50 euros.

ISBN : 979-10-210-1914-0.

Femmes, femmes, femmes !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 06:00

Arnhem 1944

Un pont trop loin

Pierre Streit

L'historien suisse revient dans ce volume sur l'opération de l'automne 1944 qui sera ultérieurement à la base du célèbre film Un pont trop loin.

La plus grande opération aéroportée de l'histoire (34.876 hommes dont 20.190 largués) a été lancée pour offrir aux Alliés occidentaux une victoire décisive sur le IIIe Reich. Les exemples héroïques (et héroïsés) de la 1ère brigade parachutiste autour du célèbre pont sont bien connus, mais l'auteur fait un autre choix : le fil rouge de son livre est constitué par l'étude du renseignement allié, de son analyse et de sa prise en compte : "Market Garden reste une opération qui mérite d'être étudiée dans les académies et écoles militaires, en raison des liens qu'elle soulève entre opérations et renseignement". Après avoir présenté la situation générale sur le front Ouest et l'état des forces des principaux belligérants (y compris la résistance hollandaise), Pierre Streit raconte les opérations jour par jour entre le 17 et le 25 septembre et dresse le bilan humain et surtout tactique de la bataille. A partir de la page 47, il commence à étudier le déroulement tactique et opératif des combats sous l'angle du renseignement, des liaisons de commandement, des flux logistiques, bref du commandement, rétablissant au passage quelques "erreurs" généralement admises à la suite de la publication des témoignages des chefs de l'époque ; puis il en tire quelques enseignements (on aurait aimé là des développements plus longs). La dernière partie de l'ouvrage est consacrée à la mémoire de Market Garden, en particulier au cinéma. Il observe en conclusion que la question finalement posée est celle de la crédibilité des renseignements fournis aux yeux du chef militaire, en particulier dans le cadre d'une coalition.

Au final, un petit livre précis, dense, détaillé, qui passionnera tous ceux qui s'intéressent à la libération de l'Europe, à la préparation des grandes opérations de la guerre de coalition ou plus largement aux rapports entre "faits" et "reconstruction de l'histoire" à partir d'un cas concret. 

Economica, Paris, 2016, 100 pages, 29,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6735-0.

Market Garden
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 06:00

Les archives de la collaboration militaire française

dans la Seconde guerre mondiale

Krisztian Bene

Livre pour le moins original puisque, paradoxalement, l'auteur n'a rédigé que les quelques premières pages d'introduction. Mais livre important parce qu'il donne au plus grand nombre, qui n'a pas la possibilité de faire le tour des centres d'archives, la disponibilité immédiate de nombreux documents importants.

Krisztian Bene, déjà auteur en 2012 d'un remarqué La collaboration militaire française dans la Seconde guerre mondiale (ici), nous propose en complément de cette grosse première étude la reproduction d'une centaine de documents issus de diverses sources. Ils sont globalement classés par type d'unité ou de formation (LVF, Légion tricolore, SOL et Milice, Phalange africaine, Waffen SS) et concernent aussi bien les status, les règlements intérieurs, les soldes et salaires, les relations avec (ou les perceptions par) les Allemands, les effectifs et les engagements, les centres de formation et l'emploi opérationnel, les dissolutions, des correspondances privées, etc. On le voit les champs proposés sont nombreux et si l'ensemble n'a bien sûr pas de prétention à l'exhaustivité, de nombreux documents proposés sont particulièrement intéressants.

Un "livre-source" en quelque sorte, à partir duquel les uns compléteront leurs informations, et les autres pourront aller plus loin.

Editions Codex, Talmont-Saint-Hilaire, 2015, 344 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-918783-10-7.

Documentation
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 06:00

L'odyssée du Komet

Corsaire du IIIe Reich

Olivier Pigoreau

Au début de la Seconde guerre mondiale, comme de la Première, l'Allemagne arme en croiseurs corsaires un certain nombre de bâtiments civils réquisitionnés, pour qu'ils puissent opérer contre le commerce allié. Le Komet est l'un des plus célèbres et ce livre nous raconte son histoire.

Les Hilfskreuzer de la marine de guerre allemande sont actifs entre 1940 et 1943, et tout l'intérêt de ce livre est de nous proposer une approche large de leurs missions, de leurs équipages, de leurs croisières grâce à un fonds iconographique exceptionnel de plusieurs centaines de photos à travers un exemple. Au fil des pages, et après une présentation des hommes du Komet, nous participons presque au voyage de quelques 516 jours qui emmène le navire vers les îles du Pacifique mais aussi jusqu'en Antarctique. Il agit en particulier, avec l'Orion et le ravitailleur Kulmerland, entre Nauru (qu'il va oser attaquer) et le canal de Panama, et cela nous vaut à l'occasion d'une escale sur un petite île quelques photos exceptionnelles de marins allemands sous les cocotiers. Mais il patrouille également dans les mers australes et jette l'ancre aux Kerguelen, avant de longer la limite des mers glacées pour remonter ensuite vers la Polynésie. A nouveau, images étonnantes de ces matins avec des manchots. Il se dirige ensuite vers les Galapagos, avant de reprendre la route de Hambourg en passant par le cap Horn. A bord du navire, qui change régulièrement d'apparence en prenant les caractéristiques de bâtiments de commerce japonais en particulier, la vie s'organise au quotidien, entre l'entretien du bâtiment, les fêtes d'anniversaire, les moments de détente sur le pont ou les cérémonies traditionnelles de franchissement de l'équateur. Pour le premier anniversaire de son départ d'Allemagne, "les hommes du Komet sont réunis 'en bleu' pour une cérémonie marquée par une allocution de Robert Eyssen (le commandant). La veille, un message radio a informé le commandant du Komet que tous ses hommes avaient reçu la Croix de fer de seconde classe". Aidé tout au long de son aventure par des ravitailleurs camouflés comme lui, puis en approche de l'Europe par des U-Boot puis des appareils de l'aéronavale, le Komet touche enfin à l'Allemagne.

Un livre essentiellement constitué de photos classées de façon chrono-thématique. Chaque chapitre commence par un bref texte de présentation générale, puis chaque photos bénéficie d'une solide légende. Un sujet original et agréablement traité.

Histoire & Collections, Paris, 2016, 175 pages. 29,95 euros.

ISBN : 978-2-35250-433-7.

Croiseur corsaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 06:00

Résister au nazisme

Le Jewish Labor Committee, New York, 1934-1945

Catherine Collomp

Dans ce livre original, l'auteure nous présente une organisation mal connue en France, le Jewish Labor Committee (JLC), engagé dès 1934 dans la lutte contre le nazisme.

Elle souligne dans un premier temps les origines syndicales et politiques du JLC, issu du mouvement ouvrier juif et pour l'essentiel du Bund (ancien emoire russe). Mais elle souligne également que le mouvement n'est ni communiste, ni sioniste; ce qui n'est pas sans poser des difficultés au sein de la communauté. Tout en étant sensible aux questions intérieures américaines (où l'antisémitisme n'est pas absent et dont le Congrès refuse de modifier les lois sur l'immigration au bénéfice des juifs allemands), il se préoccupe très tôt de nouer de solides contacts à l'étranger (en particulier via la Fédération socialiste internationale) et vient ainsi très tôt en aide à des victimes des gouvernements italien, allemand, autrichien. Il s'engage également aux côtés des républicains espagnols dans la seconde moitié des années 1930. Dans les domaines économique, financier, sportif, culturel, le JLC est particulièrement actif, sur le territoire américain comme en Europe. Dès 1939-1940, l'organisation se préoccupe d'obtenir des visas, afin de permettre aux juifs et à des centaines de réfugiés politiques (anti-fascistes italiens et anti-nazis allemands ou autrichiens) de rejoindre les Etats-Unis à partir de la France ou de la Lituanie. En France occupée, le mouvement peut élargir son action (après l'entrée en guerre officielle des USA) avec la résistance socialiste, ou socialisante, en particulier par le biais de subventions et dons. A partir de 1942, le JLC travaille également avec les jeunes services américains de l'OSS : "En somme, un véritable réseau international de solidarité ouvrière fonctionna efficacement pendant la guerre". Le dernier chapitre est consacré aux problèmes rencontrés au fur et à mesure de la libération de l'Europe, qu'il s'agisse d'aide alimentaire et humanitaire ou de fonds permettant de reconstituer des organisations sociales et politiques. Le livre se termine en réalité en 1947, avec l'installation de la guerre froide d'une part et l'émergence de la question palestinienne au Moyen-Orient d'autre part.

Un ouvrage sur un aspect certes minoritaire de la résistance au nazisme, mais dont l'importance et la réalité n'en méritaient pas moins une étude dédiée. Un livre qui se termine en particulier sur une solide biographie et dont les nombreuses références ouvrent tout autant sur les questions de résistance européenne que de politique, de la politique intérieure et de la vie sociale américaine que de l'organisation des différents mouvements juifs américains. Une approche originale pour tous ceux qui s'intéressent à la période. 

CNRS Editions, Paris, 2016, 310 pages, 25,-euros.
ISBN : 978-2-271-09002-7.

Résistance juive
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 06:00

Lyon dans la Seconde guerre mondiale

Villes et métropoles à l'épreuve du conflit

Isabelle von Bueltzingsloewen, Laurent Douzou,

Jean-Dominique Durand, Hervé Joly et Jean Sochany (Dir.)

On connaît, au moins de réputation, la place que tiennent la ville de Lyon et sa région dans l'histoire de l'occupation et de la résistance. Mais cette étude va plus loin, beaucoup plus loin, en abordant tous les domaines de la vie collective et en comparant avec les situations d'autres communes françaises (Marseille, Le Havre, etc.) et parfois étrangères.

La vingtaine de contributeurs rassemblés pour cette publication s'intéressent en effet aux questions économiques, sociales, culturelles, aussi bien que politiques et répressives. Organisé en quatre grandes parties ("Administrer, réprimer, éliminer", "Economie, travail, formation", "Religion, savoir, culture", et "Résister, survivre, souffrir"), le livre aborde par exemple l'organisation et les activités des services policiers allemands, l'évolution de l'industrie du bâtiment, la question du traitement des déchets urbains, la vie des cinémas entre 1939 et 1945, la place des religions, les politiques culturelles, la situation des juifs et une étude sur "Les victimes du bombardement de Lyon du 26 mai 1944. Approche micro-historique". On le voit, les angles d'approche sont extrêmement variés et les nombreuses références bibliographiques et d'archives témoignent de la qualité des recherches. Pour les lecteurs, toutes les contributions ne présenteront pas le même intérêt immédiat, mais on apprend beaucoup à lire l'ensemble et certains textes constituent une véritable découverte lorsqu'ils sont totalement différents de nos études habituelles. Ponctuellement, tableaux et graphiques viennent appuyer le propos des auteurs qui apportent une considérable plus-value à notre connaissance du vécu des Lyonnais et de leurs difficultés, de l'histoire sociale de la ville et de ses habitants et des fractures qui la traversent.

Presses universitaires de Rennes, 2015, 361 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-7535-4359-1.

Occupation
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 06:00

La bataille de Stonne

Jean-Paul Autant

Voici sans doute l'étude la plus précise et la plus complète sur cet affrontement franco-allemand des premiers jours de la campagne de France. Une réédition, puisque le livre est annoncé comme ayant été primé en 2011 par l'Association des écrivains combattants.

Les dix chapitres du livre proposent en effet un récit particulièrement détaillé de cette bataille d'une dizaine de jours, du 14 au 25 mai 1940 dans les Ardennes, au sud de Sedan. Il est le produit du témoignage très précis d'un artilleur acteur des événements et des recherches d'un passionné de la période. Face aux unités de la 3e DIM, pas moins de deux divisions blindées allemandes (1ère et 10e), qui connaissent des pertes extrêmement importantes, des contre-offensives françaises qui échouent mais des soldats qui s'accrochent avec la plus grande détermination au terrain, les questions de renseignement de contact et la problématique des blessés, la relève des Panzerdivisions par des unités d'infanterie pour contraindre les Français au repli, etc. La journée du 17 mai, autour des monts Dieu et Damion, est comparée à "un enfer" et au "Verdun de 1940", ce qui témoigne bien de la dureté des combats et du "sacrifice des soldats". Après une journée relativement "calme" le 20 mai, alors que Laon et Saint-Quentin sont atteints par les Allemands, les Français reçoivent l'ordre de se battre "sans esprit de recul", et la journée du 23 s'ouvre sur un très dense duel d'artillerie avant que blindés et fantassins ne tentent de s'opposer à une nouvelle attaque ennemie, renforcé par une nouvelle division d'infanterie. Le récit des combats des Cendrières, du mont-Damon ou de Tannay sont très (trop ?, car parfois l'on a tendance à se perdre un peu dans les détails des unités élémentaires) précis, et souvent impressionnants. Avant de replier pour échapper à l'encerclement complet, la 3e DIM oblige ainsi l'envahisseur à des efforts renouvelés et parvient à le ralentir considérablement

Le livre se termine sur le destin de la 3e DIM dans la suite de la campagne de France. Il témoigne du caractère acharné de certains combats et de la résistance que certaines unités opposèrent à l'armée allemande. Quelques photos et cartes postales viennent illustrer le volume au fil des pages et permettent de se faire une idée des lieux, et l'on trouve en fin d'ouvrage pas moins de 27 cartes et croquis qui permettent de suivre les mouvements des unités au fil des jours avec une grande précision. Un récit de "micro" (?) histoire militaire, ou au moins le récit d'une bataille dans l'ensemble d'une campagne, mais qui éclaire utilement notre connaissance des opérations dans leur globalité.

Lavauzelle, Panazol, 2015, 387 pages. 34,80 euros.

ISBN : 978-2-7025-1637-9.

 

Campagne de France, 1940
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 08:07

La déroute française de 1940 :

la faute aux Belges ?
Jean-Claude Delhez

Un (tout) petit volume consacré selon son titre à une question unique : la part de responsabilité belge dans la défaite de 1940.

En fait, comme Jean-Claude Delhez (qui passe ici de la Première à la Seconde guerre mondiale) le précise dans son introduction, il s'intéresse aux quatre années qui précèdent les opérations actives (1936-1940) pour y rechercher les causes profondes des déboires du printemps 1940, à partir de la réaffirmation de la neutralité absolue du royaume par le roi Léopold. Un thème limité donc, mais aux conséquences infiniment plus larges. Dans les dernières pages d'orientations bibliographiques, des pistes précieuses, d'autant que les publications citées sont sommairement analysées, dont les travaux importants de Jean Van Welkenhuyzen, mais un bémol pour Raoul Van Overstraeten pris à plusieurs reprises en flagrant délit de mensonges (au moins par omission). L'auteur analyse d'abord méthodiquement quelques combats de mai 1940 dans le massif ardennais (Etalle, Bodange, Chabrehez) pour montrer l'importance de la volonté de se défendre et de contre-attaquer dans un environnement géographique favorable ; puis rappelle le cadre politico-militaire : "La Belgique ne fait pas partie des Alliés". Et oui, de ce seul fait et des conséquences qu'il entraîne, "ce petit royaume joue donc, même à son corps défendant, un rôle capital dans la défaite des Alliés". De même pour le grand-duché du Luxembourg, rarement évoqué dans la littérature et auquel un chapitre est consacré. Dès lors, la proclamation de neutralité de 1936 déroule ses conséquences politiques et diplomatiques inévitables, contraignant Paris à perdre l'initiative stratégique. La capitulation belge au terme de "la campagne des 18 jours" n'en est finalement que la conséquence ultime, ... et prévisible.

Une étude ponctuelle documentée qui passionnera tous les amateurs d'une approche de la Seconde guerre mondiale dans le temps long, entre questions politico-diplomatique, prise en compte du théâtre d'opérations et analyse tactique.

Economica, Paris, 2015, 96 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6848-7.

La faute aux Belges ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile