Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 06:30

Guerres et Révolutions, 1914-1924

8 écrivains racontent

Henry Dougier, Corinne François-Denève et Camille Saint-Jacques

Idée originale d'Henry Dougier aux éditions Autrement. Sous la forme d'un coffret de 8 petits volumes (premier d'une série de six à paraître), il nous propose les morceaux choisis de grands auteurs sur les événements de cette dizaine d'années de turbulences : 1914-1924. Chaque extrait est présenté par un historien ou un spécialiste de la période, non pas sous la forme d'une préface classique, mais sous celle d'un entretien, ce qui la rend plus dynamique.

Dans ce premier ensemble, nous retrouvons ainsi Charles de Gaulle avec deux extraits de ses ouvrages ultérieurs sur le thème de "L'armée française en 1914" (présenté par mes soins) ; Jaroslav Hasek avec "Le brave soldat Cheïk" (présenté par Jean-Michel Ribes) ; T.E. Lawrence avec "Les sept piliers de la sagess" (présenté par Gérard Challiand) ; huit textes reprenant des "Manifestes artistiques", du futurisme au Dada (présentés par Philippe Dagen) ; John Reed et "La guerre dans les Balkans" (présenté par François Maspero) ; Romain Rolland et "Au-dessus de la mêlée" (présenté par Marc Blondel) ; Léon Trotsky et "Ma vie" (présenté par Alain Krivine) et enfin Frantz Werfel avec son roman "Les Quarante jours de Masa Dagh" (présenté par Yves Ternon. Il s'agit donc bien d'une approche plus littéraire que strictement historique de la période, mais la diversité des thèmes retenus, des auteurs et l'eclectisme des extraits donne une bonne idée de l'extraordinaire bouillonnement intellectuel de cette période dans tous les domaines. De 1914 (et même avant avec le manifeste futuriste par exemple) à 1924 (et même après avec l'Allemagne et la Russie bolchevique) une véritable transformation du monde s'opère, dont cet ensemble déjà rend bien compte. Il s'agit encore d'une vision un peu "kaléïdoscopique", mais lorsque les 48 petits volumes auront été publiés en six coffrets, il y aura là une très belle base de références et de lectures.

Une série à commencer dès à présent pour être sûr de ne rien rater !

Editions Autrement, Paris, 2013, 29,90 euros.

ISBN : 978-2-7467-3602-3.

 

Les classiques de la Grande Guerre
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 06:40

Les Dardanelles 1915

Une stratégie en échec

Pierre Rigoux

En 1915, l'opération des Dardanelles / Gallipoli est sans doute à la fois celle qui marque le plus nettement les divergences entre Français et Britanniques, et celle dont le dramatique échec est le plus lourd de conséquences. Or, dans l'historographie française récente, peu de place lui est finalement accordée.

Dans cet ouvrage, Pierre Rigoux nous propose une étude militaire et diplomatique de l'ensemble de la campagne, de sa conception comme opération navale à l'origine, dans le cadre de l'entrée en guerre de la Turquie et des impératifs stratégiques de Londres, à ses conséquences (dans les Balkans mais aussi au Royaume-Uni et en terme de stratégie navale). Le livre est divisé en 10 chapitres chronologiques, qui racontent par le menu son déroulement, en pârticulier dans le domaine tactique. Outre Churchill, on croise Fischer et Kitchener, les ANZAC de Birwood, les Français de d'Amade et de Gouraud, les navires d'appui et de soutien, les sous-marins, etc. Factuellement, le récit des événements est de bonne qualité, les mouvements, débarquements, engagements sont bien décrits et le blocage de la situation sur le terrain se comprend parfaitement. On regrette (même si ce n'est pas exactement l'objet du livre) qu'une part plus importante n'ait pas été donnée aux conditions de (sur)vie des troupes à terre qui, sur la péninsule, vécurent généralement dans des conditions encore pires que celles du front ouest.

L'ouvrage pourra sembler parfois un peu trop descriptif, mais la précision est une qualité essentielle en histoire militaire. Les journées, les heures, les minutes parfois sont essentielles dans la chronologie des événements et, à cet égard, ce volume constitue donc une excellent approche de cette campagne oubliée.

Economica, Paris, 2013, 175 oages, 23 euros.
ISBN : 978-2-7178-6623-0.

Exit Churchill
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 07:05

Bêtes des tranchées

Des vécus oubliés

Eric Baratay

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lyon 3, Eric Baratay titre son introduction « Retrouver les soldats à quatre pattes », ce qui donne immédiatement le ton de l’ouvrage.

Il « limite » son sujet au front occidental (côté français comme côté allemand), et nous n’évoquerons donc pas les chameaux ou éléphants d’autres théâtres plus exotiques. Par contre, dans le cadre qui est le sien, il va bien au-delà des traditionnelles histoires ou anecdotes bien connues du pigeon décoré ou du « cheval de guerre ». Eric Baratay, en cohérence avec les effectifs effectivement présents, traite essentiellement des chevaux (ânes et mules), des chiens et des pigeons (11 millions d’équidés mobilisés durant la guerre, 200 à 250.000 pigeons, 100.000 chiens !) En quatre parties très denses, il s’intéresse successivement aux modalités de réquisition, d’achat, de transport et de dressage (« Enrôlés malgré eux ») ; aux missions qui leur furent confiées, avec les succès et les échecs plus ou moins nets enregistrés du fait des conditions d’emploi et aux conditions de leur entretien (« Compagnons de combat ») ; à la question spécifiques des troupeaux restés dans la zone du front et des bêtes abandonnées par leurs propriétaires, aux mascottes des unités et aux « profiteurs de guerre », ces insectes, rats et autres poux (« Des spectateurs au front ») ; la quatrième enfin aux maladies, aux blessures et donc aux soins (éventuels), aux services vétérinaires et aux évacuations, mais aussi à la mort voire au « sacrifice » (« Vie des martyrs »). Les chiffres sont nombreux, les statistiques aussi précises que possible, l’environnement de l’animal et éventuellement son rapport au maître ou aux soldats avec lesquels il cohabite toujours pris en compte.

Bref, un livre à la fois attachant et riche qui passionnera aussi bien les amateurs de la « cause animale » que tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la Grande Guerre dans son immense diversité.

CNRS Editions, Paris, 2013, 258 pages, 22 euros.

 ISBN : 978-2-271-07436-2. 

Bêtes des tranchées

Des vécus oubliés

Eric Baratay

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lyon 3, Eric Baratay titre son introduction « Retrouver les soldats à quatre pattes », ce qui donne immédiatement le ton de l’ouvrage.

Il « limite » son sujet au front occidental (côté français comme côté allemand), et nous n’évoquerons donc pas les chameaux ou éléphants d’autres théâtres plus exotiques. Par contre, dans le cadre qui est le sien, il va bien au-delà des traditionnelles histoires ou anecdotes bien connues du pigeon décoré ou du « cheval de guerre ». Eric Baratay, en cohérence avec les effectifs effectivement présents, traite essentiellement des chevaux (ânes et mules), des chiens et des pigeons (11 millions d’équidés mobilisés durant la guerre, 200 à 250.000 pigeons, 100.000 chiens !) En quatre parties très denses, il s’intéresse successivement aux modalités de réquisition, d’achat, de transport et de dressage (« Enrôlés malgré eux ») ; aux missions qui leur furent confiées, avec les succès et les échecs plus ou moins nets enregistrés du fait des conditions d’emploi et aux conditions de leur entretien (« Compagnons de combat ») ; à la question spécifiques des troupeaux restés dans la zone du front et des bêtes abandonnées abandonnés par leurs propriétaires, aux mascottes des unités et aux « profiteurs de guerre », insectes, rats et autres poux (« Des spectateurs au front ») ; la quatrième enfin aux maladies, aux blessures et donc aux soins (éventuels), aux services vétérinaires et aux évacuations, mais aussi à la mort voire au « sacrifice » (« Vie des martyrs »). Les chiffres sont nombreux, les statistiques aussi précises que possible, l’environnement de l’animal et éventuellement son rapport au maître ou aux soldats avec lesquels il cohabite toujours pris en compte.

Bref, un livre à la fois attachant et riche qui passionnera aussi bien les amateurs de la « cause animale » que tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la Grande Guerre dans son immense diversité.

CNRS Editions, Paris, 2013, 258 pages, 22 euros.

ISBN : 978-2-271-07436-2.

Mes ami(e)s les bêtes
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 06:39

Ce que j'ai vu de la Grande Guerre

Frantz Adam

Photographies présentées par André Loez

Quel beau livre ! De superbes (et émouvantes) photographies datant des années 1915 à 1918 et prises par le médecin du 23e RI.

Dans une introduction qui rappelle l’origine du fonds iconographique et la personnalité de l’auteur, André Loez explique qui fut Frantz Adam et dans quel(s) contexte(s) furent pris ces clichés. Puis la parole est à l’image (parfois un grand format qui donne un magnifique résultat), selon un classement chronologique et géographique : « 1915, la guerre en forêt. Vosges », « 1916, vers la guerre totale. Vosges, Somme, Argonne », « 1917, l’incertitude. Chemin des Dames, mutineries et Verdun », « 1918, deuil et victoire. Flandres, Soissonnais, Belgique libérée, Strasbourg, Allemagne occupée ». Au sein de chaque partie, une répartition par thèmes a été effectuée (« Neige et froid », « Prisonniers allemands », « Préparatifs d’offensive », etc.), ce qui renforce la cohérence de l’ensemble. Chaque partie enfin commence par un texte introductif qui précise la situation locale (mais aussi celle de Frantz Adam et de son régiment), puis chaque photo est rapidement analysée et commentée.

En résumé, un très (très) beau volume qui fait honneur aux publications actuelles sur la Grande Guerre et mérite de figurer en bonne place dans votre bibliothèque.

La Découverte, Paris, 2013, 191 pages. 29,90 euros.

ISBN : 978-2-7071-7681-3.

Magnifique !
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 06:30

Ecrits de guerre, 1914-1918

Nicolas Beaupré

Réédition au format poche d'un volume paru en 2006, plusieurs fois primé, dans lequel Nicolas Beaupré tente une histoire culturelle de la Grande Guerre entre littérature, poésie et histoire.

Il précise dans son introduction, après avoir défini  les termes utilisés, avoir travaillé sur plus de 1.200 noms d'écrivains, le plus souvent combattants eux-mêmes dans les principales sociétés en guerre. Ce volume, qui regorge littéralement de citations et de réferences, aborde thématiquement les principaux sujets. Il est divisé en trois grandes parties ("Pratique : les écrivains combattants dans les sociétés en guerre" ; "Représentations : violences et souffrances dans les littératures combattantes" ; "Justifications et interprétations"). Au fil de celles-ci, vous retrouverez des questions aussi différentes que l'entrée en guerre des écrivains, le rôle du livre de témoignage et celui du recueil de poésie, les rapports entre l'arrière et le front, la censure, les tirages de la littérature combattante, les violences vécues, observées ou partagées, le nombre de volumes publiés chaque années, la liste des membres fondateurs de l'Association des écrivains combattants, la contribution des écrivains à l'effort de guerre, leurs réactions à la fin de la guerre et le souvenir des camarades, etc.  C'est extrêmement riche et très précieux pour de nombreuses autres études, d'autant qu'il est complété par de nombreuses notes infrapaginales, une belle bibliographie et un index bien utile.

Vous savez que nous ne considérons pas "l'histoire culturelle - tarte-à-la-crème" comme l'alpha et l'oméga de la recherche historique, mais sans hégémonie elle a bien toute sa place et un livre aussi dense que celui-ci le prouve largement.

Coll. Biblis, CNRS Editions, Paris, 2013, 475 pages, 10 euros.

ISBN : 978-2-271-07919-0.

Enseignements des "écrivains-combattants"
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:35

Compagnie K

William March

Une première attendue. Publié pour la première fois aux Etats-Unis en 1933, le livre a connu un écho considérable lors de sa sortie, mais n'avait à notre connaissance jamais été publié en frrançais. Il raconte sous la forme d'un roman, à travers des "tranches de vie" et le point de vue des soldats, l'engagement d'une des premières compagnies américaines sur le front de France en 1918.

Parfois qualifié de "fresque pointilliste", le livre fait parler de manière très réaliste, à tour de rôle, parfois dans des textes très courts d'une demi-page, quelques 115 officiers, sous-officiers et soldats de la compagnie, autour d'une réflexion individuelle ou d'une anecdote, du bref entraînement en Virginie à la traversée de l'Atlantique, l'arrivée en France, les permissions et les défauts de l'instruction trop rapide, la vue des premières tranchées, "calmes" dans le secteur de Verdun. Des réflexions de tous les jours, des conversations entre les hommes, les rapports entre niveaux hiérarchiques différents, le quotidien du soldat, en première ligne ou dans l'arrière front. Certaines histoires sont absurdement dramatiques (la mort de Jakie tué par un jeune prisonnier allemand mort de peur, pp. 74-75), d'autres saisissantes (l'attente sous un bombardement, pp. 111-112), ou encore attendrissantes (le chien Tommy qui donne l'alerte aux gaz, pp. 130-131), etc.

Une histoire romancée, certes, mais qui a sans doute sous bien des aspects plus de réalité que nombre de témoignages "reconstruits"... Un ouvrage tout particulièrement conseillé, d'autant qu'à de nombreuses reprises sont évoquées les relations avec les Français, civils et militaires. 

Editions Gallmeister, Paris, 2013, 230 pages. 23,10 euros.

ISBN : 978-2-35178-068-8.

Expériences américaines
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 06:35

Le Baron Rouge

Manfred von Richthofen

Mémoires

L'As des As de l'aviation allemande durant la Grande Guerre a laissé un "journal de guerre", qui est ici publié en traduction française (jusqu'à la page 133, soit à peu près la moitié du livre) et complété par différents autres textes (des lettres, un récit de son frère également pilote et la description -et les questions posées- de son dernier combat, de ses funérailles et de leur écho international, à partir d'articles de presse et de divers témoignages.

Entré en campagne comme cavalier, il note au premier semestre 1915 que "On s'ennuie devant Verdun" et passe dans l'aéronautique en mai de la même année. Les phrases sont brèves, pas de développements, de rares considérations autres que la description sommaire des activités militaires. Il décrit bien sûr de nombreux combats, les siens et ceux de plusieurs de ses camarades, mais raconte aussi un vol dans un orage, le baptème de l'air de son chien, ses visites à l'arrière ou dans les états-majors et ses réceptions à la cour, sa blessure et quelques scènes de chasse (dont une sur le front oriental dans une propriété du tsar occupée par les Allemands). Un vrai document qui semble tout-à-fait authentique et dont les textes complémentaires (d'origine privée ou extraits de la presse de l'époque) renforcent l'intérêt.

Un livre qui offre un autre type de témoignage, celui d'un pilote auquel tout semble réussir et qui ne connait pas les misères du "vulgaire" fantassin. On en comprend mieux leur psychologie si particulière et l'aura si spécifique qui les a entourés. La guerre, la "sale guerre", mais c'est pourtant la même, prend ici, à la hauteur des nuages, un tout autre aspect.

Editions Jourdan, Paris, 2013, 239 pages. 16,90 euros.

ISBN  : 978-2-87466-297-3.

L'As allemand
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 06:35

Foch, chef de guerre

Elisabeth Greenhalgh

Bravo ! C'est à une enseignante de l'université des Nouvelles-Galles du Sud et de l'académie militaire australienne que l'on doit cette excellente étude, parue en 2011 aux Presses universitaires de Cambridge et aujourd'hui disponibles en français.

De facture classique, le livre est construit chronologiquement, en deux parties principales : "De la théorie à la pratique" nous permet de suivre Foch de l'Ecole supérieure de guerre à l'année 1917 qui le voit réduit à des tâches accessoires après avoir été relevé du commandement du GAN, et "Le commandement suprême", qui traite essentiellement de l'année 1918, des offensives allemandes de printemps à l'armistice, sans oublier un ultime chapitre judicieusement titré "Perdre la paix". Bien sûr, l'auteure a une certaine proximité avec son héros et se montre plutôt favorable à ses choix et décisions qu'elle explique (bon, pour Morhange, ...), mais le grand intérêt du livre est de faire fréquemment l'aller-retour entre la théorie, telle que Foch a pu la concevoir au tournant du XXe siècle, et sa pratique du commandement sur le terrain, dans le cadre de l'armée française puis en tant que commandant en chef interallié. Les relations avec tous les autres grands généraux (français et étrangers) et hommes politiques de la période (membres des gouvernements, ministres, etc.) sont évoquées, elle traite de la question italienne et s'intéresse bien sûr aux relations avec l'armée américaine. Elisabeth Greenhalgh fait souvent référence à des correspondances privées peu (ou pas) connues, ce qui accroît encore l'intérêt pour l'ouvrage, et l'on a confirmation que ses relations avec Pétain (et Haig) ont souvent été orageuses.

Toutes les citations sont parfaitement sourcées, les références sont nombreuses et la bibliographie plus que conséquente. Sur tel ou tel point particulier, une divergence d'analyse peut survenir, mais l'ensemble est d'une qualité absolue. Un livre de totale référence qui s'intéresse à un commandant en chef placé au coeur des crises, de la Marne à l'armistice et que chacun doit avoir lu avant les commémorations du centenaire.

Tallandier, Paris, 2013, 682 pages. 23,90 euros.

ISBN  : 979-10-210-0272-2.

Magistral !
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 06:30

Le musée de la Grande Guerre

Un nouveau regard sur 14-18

On sait que le magnifique musée de Meaux, créé sur la base de l’exceptionnelle collection de Jean-Pierre Verney, est toujours particulièrement apprécié des jeunes et des scolaires parce qu’ils y trouvent en particulier, outre les supports numériques aujourd’hui indispensables, des objets, des milliers d’objets, qu’ils peuvent approcher et parfois toucher.

Ce très bel album richement illustré, qui présente thématiquement (par exemple les mentalités avant la guerre, l’armement dans les tranchées, le service de santé, la vie quotidienne du poilu, etc.) d’innombrables photos remises dans leur contexte, explique également l’origine du musée, sa genèse, et son aménagement jusqu’à l’inauguration. Normalement disponible à la boutique-librairie ouverte aux visiteurs dans les locaux du musée, il constitue à la fois un exceptionnel souvenir de la visite et éventuellement un très beau cadeau (à offrir, ou à s’offrir…).

Cherche-Midi, Paris, 2011, 158 pages, 29 euros.

ISBN : 978-2-7491-2262-5.

Histoire et fonds d'un musée
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 06:35

Etat de guerre

L'année 1914 à travers les publications officielles

(coll.)

Un grand plaisir et un regret avec ce volume, par ailleurs très intéressant de La Documentation Française.

Commençons immédiatement par le regret, ce sera fait : tous les contributeurs (par ordre d’intervention Jean-Jacques Becker, Damien Baldin, Stéphane Audouin-Rouzeau, Manon Pignot, Nicolas Beaupré) appartiennen à la même « école » et cette exclusivité rédactionnelle jette naturellement le trouble. En effet, s’agissant d’un recueil d’extraits de textes officiels, pourquoi avoir choisi celui-ci, et pas celui-là ?

Un plaisir aussi (et surtout) parce que les publications du Journal Officiel et du Bulletin des armées de la République sont finalement assez peu connues et encore moins exploitées, et qu’il était donc parfaitement légitime et utile, comme l’écrit Xavier Patier dans sa préface, de les mettre à l’honneur, avec les réserves qui s’imposent (on connait le peu de succès du Bulletin confronté à l’accusation avérée de « bourrage de crâne »). Rappelons simplement que « l’approche plus ample, l’histoire totale élargie au social, à l’économie et à la culture de guerre » ne saurait ni remplacer, ni se dispenser de l’approche proprement militaire dont elles ne sont, à l’échelle du conflit, que des composantes particulières. L’ouvrage est divisé en cinq grands chapitres qui permettent de traiter des premiers mois de guerre (« Août 14 : la France en guerre », Jean-Jacques Becker ; « La France envahie : les illusions perdues », Damien Baldin ; « Hommes en guerre », Stéphane Audouin-Rouzeau ; « Pendant ce temps, à l’arrière », Manon Pignot ; et « La guerre, toujours », Nicolas Beaupré). Chacune comporte trois à quatre longs extraits de documents issus du Journal Officiel ou du Bulletin, précédé par une brève présentation, et se termine sur deux doubles pages de questions à l’un des historiens contributeurs sur les thèmes évoqués dans la partie concernée. Ponctuellement, des encarts complètent et précisent certains points particuliers ou éléments biographiques.

Pour les textes issus du Bulletin des armées de la République, en particulier, il faut toujours replacer dans son contexte, à la date de diffusion et en fonction des événements, les extraits proposés. Par ailleurs, la construction même de l’ouvrage interdit de développer longuement chacun des dix-huit thèmes évoqués. Il s’agit simplement d’apporter une information originale, et le pari est ici réussi, mais il est nécessaire si l’on veut aller plus loin pour chaque chapitre de compléter son information avec d’autres ouvrages. Ainsi, « Paris-Bordeaux » ne se limite pas au départ du gouvernement de la capitale « à la demande des autorités militaires » et, si le président de la République n’y est pas personnellement favorable, différents hommes politiques influents le souhaitent. De même, « La bataille défensive : premières tranchées » ne peut se limiter à la présentation qu’en fait le Bulletin. Dans un autre domaine, la rentrée parlementaire le 22 décembre 1914 (« Faire la guerre, jusqu’au bout ») mérite d’être étudiée autrement qu’avec la déclaration officielle de Viviani.

Au bilan, ce livre sera utile à tous ceux qui souhaitent disposer de la plupart des textes officiels importants de la période, dans tous les domaines. Bien présenté, joliment illustré, il a toutes les qualités pour figurer dans votre bibliothèque.

La Documentation Française, Paris, 2013, 207 pages, 27 euros.

ISBN : 978-2-11-009486-5

Kaléidoscope
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile