Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:35

500 témoins de la Grande Guerre

Rémy Cazals (Dir.)

Trente-trois contributeurs et auteurs pour cet exceptionnel volume qui, en plus de 400 notices, présente environ 500 témoins de la Grande Guerre. Version en quelque sorte moderne du célébrissime ouvrage de Norton Cru paru à la fin des années 1920, qui bénéficie des techniques désormais disponibles et bien sûr de l’extraordinaire floraison des publications de Carnets, correspondances et autres Souvenirs depuis l’entre-deux-guerres, mais nous indique aussi des tirages confidentiels, des documents conservés dans un centre de recherche ou d’archives, etc. La méthodologie et l’importance de la contextualisation sont bien précisées et, comme le précise l’introduction, « cette richesse est une chance pour l’historien qui doit continuer à faire son métier : chercher des documents, exercer son esprit critique sur les témoignages comme sur tous les autres documents ; les placer dans leur contexte ; les confronter entre eux et aux autres sources ».

Il est impossible de résumer en quelques lignes la diversité des origines régionales ou sociales, des parcours et des expériences des auteurs présentés au fil des pages, ainsi que le résumé du contenu de leurs témoignages. Quelques noms célèbres, bien sûr (Dorgelès), mais surtout des centaines d’inconnus, venus de tous les départements, ayant servi dans des unités très différentes, qui apportent chacun une pierre à l’édifice collectif et nous aident à mieux comprendre. Plusieurs index complémentaires (noms de personnes, nom de lieux, unités citées, thématique) facilitent la recherche.

On reste impressionné devant la masse de connaissances et de compétences qu’il a fallu réunir pour « aller chercher » certains témoignages, mettre en forme l’ensemble et présenter un recueil aussi soigné. Ce volume est tout simplement indispensable pour quiconque veut s’intéresser de près à la Grande Guerre et travailler sur le conflit.

Editions Midi-Pyrénéennes / Edhisto, 2013, 495 pages, 29 euros.

ISBN : 978-2-9537602-7-9.

Le "Norton Cru" des années 2000 ?
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:25

The Origins of the First World War

Diplomatic and Military Documents

Annika Mombauer

Voici un ouvrage un peu atypique dans le paysage éditorial actuel, mais particulièrement utile. En effet, l’auteure renouvelle ici un genre assez largement tombé en désuétude depuis l’entre-deux-guerres : celui de la publication de documents originaux émis par les principaux futurs belligérants.

Annika Mombauer précise en introduction ce que furent, dès les premiers jours de guerre les « livres » de couleurs diverses présentant dans les différents pays les « documents » (bien sûr irréfutables et à l’appui de la thèse nationale) sur les origines de la guerre, et développe longuement l’historiographie du sujet jusqu’à la période récente. Tirant les enseignements de cette recherche, elle ajoute très justement que si les documents ne nous révèlent pas une vérité absolue, ils permettent seuls de comprendre le déroulement de la crise. Et nous ajouterons : en suivant scrupuleusement la chronologie. Le livre en lui-même est divisé en deux grandes parties : « La période des guerres évitées (1911-1914) », et la traditionnelle « Crise de juillet ». Dans la première, elle présente 102 documents différents ; dans la seconde plus de 300. On voit donc qu’il s’agit-là d’une excellente base documentaire, puisque parmi les textes publiés figurent aussi bien des correspondances diplomatiques que des discours publics, des comptes rendus des réunions des différents conseils de guerre nationaux que des articles de presse, des extraits de mémoires et des lettres privées des leaders politiques et des chefs militaires. C’est ainsi qu’elle nous propose le texte du télégramme de Tschirschky à Bethmann-Hollweg le 30 juin, accompagné de la retranscription des annotations manuscrites portées en marge par Guillaume II en personne. Si chaque document est précédé de deux à trois lignes de résumé qui en donnent le sens général, on peut regretter (mais le travail aurait été titanesque) que les plus importants ne soient pas commentés. Cependant, les informations fournies grâce aux notes de bas de page permettent souvent de resituer l’émetteur du document ou le contexte particulier de sa rédaction. D'autres documents auraient pu être sélectionnés, mais l'ensemble est déjà extrêmement complet. Enfin, un index particulier des principaux noms cités précise les fonctions de chacun, ce qui est parfois bien utile lorsqu’il ne s’agit pas de ministres ou de généraux parmi les plus importants.

Pour les historiens et amateurs français, voici donc la possibilité d’accéder à une véritable mine d’informations, dont les différentes pépites sont souvent éparses, dans des centres d’archives étrangers ou dans des livres épuisés depuis longtemps et dans toutes les langues (français, allemand, anglais, italien, russe, serbe). On peut ne pas partager certains choix de documents ou penser que d'autres auraient pu être ajoutés sur les responsabilités dans le déclenchement de la Grande Guerre, mais ce volume est absolument indispensable pour quiconque souhaite s’intéresser au sujet aujourd’hui. Un « ouvrage-source » qui doit impérativement figurer dans toute bibliothèque spécialisée.

Manchester University Press, 2013, 660 pages.

ISBN : 978-0-7190-7421-9.

Documents de travail
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:30

Edouard de Castelnau

(1851 - 1944)

L'artisan de la victoire

Jean-Paul Huet

Dernier opus de la collection paru à ce jour, cette biographie sommaire du général de Castelnau. Jean-Paul Huet organise son propos en grandes périodes chronologiques ("1851-1914", "1914-1918", "L'entre-deux-guerres", "La Seconde guerre mondiale") et se demande en conclusion pourquoi la vie du général de Castelnau (dont une promotion de l'ESM a pris récemment le nom) "a inspiré si peu d'auteurs". Il insiste bien sûr sur la carrière militaire du général, mais revient également longuement sur son rôle politique et sur ses convictions religieuses. Voilà qui explique peut-être cela : nous n'irons pas jusqu'à affirmer que son engagement à la tête de la Fédération nationale catholique est la seule explication de sa non-élévation au maréchalat, mais elle y contribue vraisemblablement.

Un parti pris favorable au "héros" du livre, certes, mais une bonne synthèse de ce personnage aux idées arrêtées mais aussi complexe, une petite biographie qui résume parfaitement une carrière marquée à la fois par trois conflits franco-allemands et une vie meurtrie par la perte de trois de ses fils durant la Grande Guerre.

Editions ANOVI, 2013, 120 pages. 7,50 euros.

ISBN : 978-2-914818-63-6.

Pour commander : http://www.anovi.fr/commander.htm 

Le capucin botté
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 06:10

Les 100 mots de la Grande Guerre

André Loez

Un petit volume de poche comme il en parait plusieurs sur différents sujets en ce moment. Un petit volume pour lequel on doit regretter une nouvelle fois que les références bibliographiques manquent singulièrement de "largueur de vue"...

Parmi les 100 mots retenus, de "Alcool" à "Zeppelin", une très grande diversité de thèmes, jusqu'aux musées aujourd'hui, mais un traitement pour le moins rapide ou approximatif des entrées. Seul personnage faisant l'objet d'un article, Guillaume II : pourquoi l'empereur d'Allemagne et pas un autre, ou d'autres ? De même, l'explication du désastre italien de Caporetto est un peu courte (les nouvelles techniques d'assaut allemandes, les Austro-Hongrois qui tiennent les hauteurs et les soldats italiens brisés par les assauts d'infanterie qu'exige Cadorna). Ou bien cette affirmation selon laquelle les Allemands se désintéressent du char d'assaut du fait des échecs initiaux des Alliés... Quid ici des choix stratégiques en fonction du blocus ? Sans compter que les officiers sont "quelquefois des professionnels de la guerre (officiers d'active), surtout au grade de colonel et au-dessus", mais d'évidence surtout des réservistes (un peu comme dans les autres guerres nationales, merci...). Enfin, cerise sur le gâteau, après l'attentat de Sarajevo "la suite était prévisible" (bravo à madame Irma), etc. On sent bien que l'auteur est parfaitement à l'aise sur certaines questions, mais beaucoup (beaucoup) moins sur d'autres. A moins, disent certains esprits chagrins, qu'il ne s'agisse d'une présentation volontairement partiale ?

Bref, si voulez retrouver le sens des mots (de tous les mots) de la Grande Guerre, vous pouvez faire sans aucun problème le choix d'un autre volume.

Que sais-je ? PUF, 2013, 127 pages, 9 euros.

ISBN : 978-2-13-060752-6.

Question de vocabulaire
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 06:35

La Grande Guerre

Carnet du centenaire

André Loez et Nicolas Offenstadt

Un double sentiment à la lecture de ce livre : une vraie richesse et une vraie diversité, mais aussi un manque cruel : les auteurs font le choix de parler de la Grande Guerre sans traiter des questions militaires ... C'est pour le moins paradoxal : tout est abordé, ... sauf la guerre ou quasiment. Autre position de principe : "La Première Guerre mondiale sera ici éclatée, pour au final retrouver plus d'épaisseur, non celle d'un récit aggloméré, mais celle produite par le feuilletage de multiples voix" ... Mais à force "d'éclater" le sujet ? ...

Beaucoup d'informations et de pistes sont rappelées dans ce volume, au fil des neuf chapitres, dont le premier ("Récit") est supposé fixer le cadre des événements (une à deux pages -avec photos- pour raconter de façon très succinte chaque année de guerre). L'intérêt essentiel est de donner vraiment une image mondiale et transdisciplinaire du conflit à travers les "Lieux", "Acteurs", "Mots", "Objets", "Documents", "Travaux", "Mémoires" et "Oeuvres". Mais cette présentation de la guerre mondiale repose parfois sur des a priori ou des méconnaissances (En août 14, "les troupes françaises refluent dans une atmosphère de panique" ? En 1916, "Lawrence contribue à susciter la révolte arabe" ? ou sur la "dictature du GQG" en 1914-1915, etc.) qui entretiennent des idées reçues. On observe également que les travaux des historiens militaires sont soit passés sous silence, soit systématiquement dénigrés et que le bilan historiographique des études repose (semble-t-il) essentiellement sur les travaux  antérieurs des deux auteurs... Dans l'opposition devenue quasiment existentielle des deux écoles françaises pour la première place sur les plateaux télé, on n'est jamais si bien servi que par soi-même ...

Pour faire un point à peu près complet de la thématique Grande Guerre en dehors de son aspect militaire, ce volume sera indiscutablement très utile. Il lui manque, hélas, ce qui fait quand même (quoique certains puissent affirmer) le coeur du sujet.

Albin Michel, Paris, 2013, 255 pages, 19,90 euros.

ISBN : 978 2 2262 25149 7

Synthèse et coups de projecteur "choisis"
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 06:30

Les fantassins du Chemin des Dames

R.-G. Nobécourt

Réédition d'un ouvrage paru pour la première fois en 1965, ce livre est en partie dépassé par l'historiographie, mais il est néanmoins resté un classique.

L'auteur précise en introduction qu'il a essentiellement utilisé comme base de sa documentation les monumentales AFGG (Armées Françaises dans la Grande Guerre) et les JMO (Journaux de marche et d'opérations), complétés par des carnets et correspondances personnelles "d'une centaine de fantassins du Chemin des Dames", ce qui donne au travail une ampleur considérable. Après avoir dans les premiers chapitres rappelé l'historique des guerres dans ce secteur, et de cette guerre en particulier depuis 1914, il décrit les lieux (château de Soupir, caverne du Dragon, etc.) et les hommes. Le grand quatrième chapitre est consacré à la seule journée du 16 avril sur l'ensemble du Chemin des Dames et pour tous les types d'unités, les fantassins certes, mais aussi les artilleurs, les cavaliers, les Sénégalais, les chasseurs et les cuirassiers, etc, à Vauclerc, Cerny, Heurtebise ou Craonne, au moulin de Laffaux comme au mont des Singes. Il insiste également sur le fait que les combats dureront plusieurs semaines, traite (un peu rapidement) de la relève de Nivelle par Pétain et aborde (encore plus rapidement) la question des "mutineries". Dans une grande seconde partie de l'ouvrage, il revient sur les événement d'avril à début mai à partir des témoignages de combattants, dans des lieux très précis (telle ferme, tel ravin, tel éperon rocheux, etc.), où il suit les hommes au raz du terrain, d'heure en heure et parfois de minute en minute. Après cet hommage, il termine par les combats de l'automne 1918 et la victoire.

Un livre qui n'est plus suffisant à lui seul pour aborder la question mais qui, par le détail avec lequel le sujet est traité et par les aller-retour entre le commandement et la troupe, reste une lecture indispensable sur le sujet.

Albin Michel, Paris, 2013, 447 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-226-25150-3

Réédition...
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 06:25

Les Bretons dans la Grande Guerre

Images et histoire

Didier Guyvarc'h et Yann Lagadec

Si les presses universitaires commencent à faire des albums aussi beaux que ceux des meilleurs éditeurs spécialisés, ceux-ci ont du souci à se faire !

En un peu plus de 200 pages et 200 photos, avec des illustrations souvent très peu connues voire inédites, les deux auteurs nous proposent en huit chapitres ("Défendre la grande et la petite patrie", "Combattre", "Tenir", "Accueillir le monde en Bretagne", Faire face loin du front", "Sortir de guerre et retrouver la Bretagne", "Commémorer", "Construire et utiliser une image", "La Grande Guerre, une forme bretonne") une histoire illustrée de la mobilisation de la Bretagne pendant la Grande Guerre et de ses suites mémorielles. Des aquarelles, des photos, des dessins au crayon, des tableaux, des sous-verres, des affiches, des journaux, des cartes postales, des prospectus, des ..., des ..., etc., extraits des archives publiques ou privées : l'ensemble est parfaitement construit, cohérent et pour tout dire presque exhaustif. Les prisonniers, les femmes, la religion, le camouflage des soldats, l'arrivée des Américains, l'école, les avions, les gaz de combat : le nombre de thématiques abordées à travers le prisme d'une "approche bretonne" de la guerre est impresionnant. Et l'album lui-même est beau.
Sur le fond comme pour la forme, un livre qui doit doit connu de tous les amateurs, ... et qui à l'approche de l'hiver peut donner une judicieuse idée de cadeau ! 

Presses universitaires de Rennes, 2013, 208 pages, 45,00 euros.

ISBN : 978-2-7535-2726-3.

 

Superbe album
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 06:25

Les Pieds-Nickelés s'en vont en guerre

L. Forton

Saviez-vous que les célèbres Pieds-Nickelés ont également été enrôlés en 1915 dans la guerre totale contre l'Allemagne ? La bande dessinée, dont les personnages sont avant la Grande Guerre très populaires parmi les jeunes garçons, commence à paraître en feuilleton en janvier 1915 et participe ainsi à sa façon à la mobilisation intellectuelle et morale de "l'arrière". 

On apprécie dans cette réédition la colorisation des planches, avec un vrai souci du réalisme, tout en conservant leur fraicheur aux dessins d'époque. Préfacée par Jean Tulard, que l'on n'attendait pas dans cet exercice, elle nous montre Croquignol, Ribouldingue et Filochard contractant un engagement pour la durée de la guerre, "hurlant à plein gosier : 'Vive la France ! Mort aux Boches !". La guerre de mouvement, l'artillerie, la guerre de position, les tranchées, les mines, la capture du général Choukroutmann et de sa "machine à nettoyage par le vide", les attaques de nuit, l'aérostation, le camouflage, les troupes coloniales, les prisonniers, et même une citation à l'ordre du jour, etc. Autant de thèmes traités sur le mode de la dérision, avec forces farces et ruses de potaches, pour ridiculiser les Allemands. La dernière image les montre conservant le même esprit : "Vive la France ! Vice l'armée ! A bas les Turcs ! Aux Dardanelles !"

Un petit volume sympa, pour les amateurs comme pour leurs enfants...

Librairie Vuibert, Paris, 2013, 85 pages. 14,90 euros

ISBN : 978-2-311-10014-3.

CLASSIQUE DE LA BD
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 06:35

Carnet de poilu

Leur vie racontée aux enfants par Renefer

Présenté par Gabrielle Thierry

C'est simple : on adore ! 

Reproduction à l'identique du carnet (vraiment le format d'un carnet qui tient dans la poche) d'un soldat-artiste, Renefer. Celui-ci le réalise pour sa petite-fille, "Belle Petite Monde", à laquelle il est dédié.

Sur chaque double page en vis-à-vis, un texte manuscript de quelques lignes à la fois réalistes, poétiques et rassurantes ("Oh le vilain temps. Ce pauvre troupier enfoncé jusqu'au genou dans la boue. Ca ne fait rien. D'ailleurs, Tante Marie te le dira, les bains de boue sont très bons pour les douleurs !") sur la gauche, et un dessin aquarellé (couleurs authentiques), généralement un poilu, sur la droite, jusqu'à la conclusion : "Et dans l'âme éternelle de tous ces héros, retentira ta pensée de bonne et belle petite Française". Les dernières pages sont consacrées à nous présenter l'artiste, le contexte de la réalisation de ce carnet si touchant et sa carrière après la Grande Guerre.

Un "Carnet" auquel on s'attache par la seule tendresse et l'humanité qu'il dégage.

Albin Michel, Paris, 2013, 97 pages, 14 euros.

ISBN : 978 2 2262 5056 

Petit et mignon
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 06:30

Verdun

Paul Jankowski

Une étude d'ensemble de la bataille de Verdun, une de plus. Tant mieux. Car l'auteur va au-delà des idées très généralement véhiculées et propose une véritable nouvelle lecture de l'affrontement.

L'ouvrage peut être divisé en quatre grandes parties. Dans un premier temps, Paul Jankowski décrit les événements (chap. 1, "Un jour sans fin"). Puis il les analyse du point de vue de chacun des belligérants en s'intéressant à la fois au chef (Falkenhayn et Joffre) et à la construction dans chaque pays d'une légende autour du seul nom de Verdun (chap. 2 et 3, "Verdun vu d'Allemagne", "Verdun vu de France"). Il traite ensuite des blocages de la situation aux plans tactique, politique, matériel et culturel (chap. 4 à 6, "Le piège de l'offensive", "Le piège du prestige", "Le piège de l'usure"). Il aborde ensuite les conséquences pour les soldats et pour les armées engagées (chap. 7 à 9, "Le cauchemar", "Rancoeurs", "Sédition"), avant de conclure par deux réflexions (chap. 10 et 11 sur les "Ennemis" et "De la loyauté". Au passage quelques remarques argumentées : Verdun n'est pas la bataille la plus meurtrière, d'autres concentrations d'artillerie ont été plus importantes, remise à une plus juste place de Joffre et relativité du rôle de Pétain, remplacement de Falkenhayn et réalité du "mémoire de Noël", inutilité du débat "consentement-contrainte" dans un tel contexte, etc.

Beaucoup de bon sens et de modestie, de nombreux chiffres et de multiples références : un travail de synthèse qui change aussi bien des perpétuelles lamentations que de l'hagiographie inutile. Vivement conseillé. Pourquoi faut-il que ce volume nous soit proposé par un enseignant d'une université américaine ?... A méditer par les "spécialistes" français.

Gallimard, Paris, 2013, 410 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-07-077030-4.

Toujours Verdun
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile