Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 06:00

Maurice Barrès

et le nationalisme français

Zeev Sternhell

Nouvelle réédition de cette première grande étude (première parution en 1972), qui constitue non seulement une forme de "biographie thématique" du fondateur d'un nationalisme français rénové au tournant du XXe siècle, mais surtout une analyse domaine par domaine de sa pensée et de son influence.

Mettant en parallèle les idées de Barrès et celles des principaux auteurs européens qui le précèdent ("Il est arbitraire de séparer la pensée de Barrès de l'ensemble du mouvement que le monde occidental connaît alors"), avec cette particularité d'émaner d'un pays vaincu (défaite de 1870) et de plonger ces racines dans des sources variées, ce qui explique sa complexité ("une révolte contre la démocratie libérale et les excès du capitalisme"), Zeev Sternhell divise méthodiquement son travail en deux grandes parties : "La révolte" et "L'acceptation". Il peut ainsi traiter de tous les thèmes successivement, de la crise boulangiste et de son échec à la formulation d'un nationalisme plus conservateur. L'historiographie a bien sûr évolué depuis plus de quarante ans (les travaux n'ont pas cessé sur la pensée de Barrès et se poursuivent encore activement) et, à certains égards, le livre peut paraître daté. Mais par l'ampleur du champ intellectuel analysé, il reste une référence incontournable.

Au risque d'une certaine provocation, on trouve avec le recul une grande modernité dans certaines analyses de l'auteur de Scènes et doctrines du nationalisme qui n'oublie jamais les fondements socialistes (ou socialisants) de son engagement politique, et son souci de définir ce que peut être la France comme entité donne d'intéressantes pistes de réflexion pour aujourd'hui. Un "classique" de l'histoire culturelle et politique que chacun doit avoir lu.

'Pluriel', Fayard, 2016, 432 pages, 12,- euros.

ISBN : 978-2-818-50503-8.

Une vie et une époque

Partager cet article

Repost0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 06:00

Noirs dans les camps nazis

Serge Bilé

Encore peu connu (même si plusieurs études ont été récemment publiées), le sujet mérite une approche plus sérieuse que journalistique.

En fait le livre (réédition, la première parution en 2005 ayant suscité diverses polémiques) commence mal et les premières pages donnent le ton : il s'ouvre sur un parallèle pour le moins hasardeux avec la campagne menée en 1904 par l'empire allemand contre les Herero du Sud-Ouest Africain (coup de chance, le gouverneur de la colonie est effectivement le père du futur maréchal Goering. Une preuve !). Rappelons que les "camps de concentration" naissent chez les Britanniques pendant les guerres d'Afrique australe (avec un sens différent de celui qui sera le leur à partir des années 1940), que parallèlement à son ordre du jour "d'extermination" le général von Trotha adresse un "ordre secret" à ses officiers pour leur demander de se comporter en soldat civilisés, ce qui fait aussi de l'ordre du 2 octobre 1904 une arme psychologique, que le témoignage toujours cité (toujours le même) d'Hendrick Fraser a été présenté par les Britanniques après la Première Guerre mondiale lorsqu'ils intègrent la colonie allemande conquise dans l'empire britannique sous gestion sud-africaine, qu'il faudrait aussi comparer avec certaines répressions dans d'autres empires coloniaux, etc. Bref, la situation en Afrique du Sud-ouest allemande en 1904-1905 n'est sans doute pas aussi simple que la doxa officielle nous l'enseigne. 

Constitué de plus d'une vingtaine de brefs chapitres, le livre s'oouvre sur "La honte noire" et les lois raciales promulguées dès 1933. Toutefois, comme il ne s'agit pas d'un travail de recherche mais davantage d'une compilation d'écrits antérieurs, on n'y trouve pas une analyse générale ni une statistique globale, ce qui manque totalement à ce volume. Ensuite, se succèdent les cas particuliers et les exemples individuels, souvent effectivement poignants mais sans que l'on puisse réellement les inclure dans une réflexion d'ensemble. Certains semblent incluent pour la notoriété de la victime, comme Senghor qui, bien que fait prisonnier, ne semble pas avoir été victime de mauvais traitements particuliers du seul fait de sa couleur de peau. Un certain nombre d'exemples cités ne peuvent pas être identifiés et leur fin n'est pas connue, comme ce "Norvégien noir" ou "Blanchette", ce qui pose quelques questions de méthodologie de la recherche.

En bref, quelques tranches de vie qui trahissent indiscutablement une réalité mais sans donner une étude d'ensemble. Un vrai sujet, qui mérite mieux que cette brève liste "à la Prévert" de quelques situations personnelles.

Le Rocher Poche, Monaco, 2016, 168 pages. 6,50 euros.

ISBN : 978-2-26808-408-4.

Racisme

Partager cet article

Repost0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 05:50

Charles de Foucauld

Sa vie, sa voie

Jean-François Six

Spécialiste d'histoire religieuse en général et de Charles de Foucauld en particulier, Jean-François Six nous offre ici une biographie de Charles de Foucauld sous un angle presque exclusivement religieux.

Nous attendions que la première partie (militaire) de sa vie soit développée, et que les années passées dans le désert soient l'occasion d'évoquer plus longuement que ce n'est fait ses rapports avec les méharistes et soldats qui patrouillent dans la région. Mais le choix rédactionnel est presque exclusivement orienté sur les idées et priorités religieuses du père de Foucauld. On trouve toutefois au fil des pages des phrases intéressantes sur la colonisation, l'Algérie, le Hoggar, mais aussi si le monde moderne (avec son accord militant pour la construction du Transsaharien). Les lecteurs intéressés en apprendront également beaucoup sur la confrérie l'Union, que de Foucauld fonde en 1909 pour soutenir son oeuvre missionnaire et qui se poursuit encore aujourd'hui et que dirigera longtemps Louis Massignon.

Artège poche, Paris, 2016, 630 pages. 9,50 euros.

ISBN : 978-2-3604-0874-0.

Le saint du désert

Partager cet article

Repost0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 06:00

Héroïnes de Dieu

Agnès Brot et Guillemette de la Borie

Tout au long du XIXe siècle et au début du XXe, des femmes missionnaires ont quitté par milliers l'Europe pour évangéliser le monde et venir en aide aux populations. Jusqu'à dix fois plus nombreuses que les "pères" en soutane blanche des débuts de la photographie. Et pourtant, elles ont pratiquement disparu de nos mémoires.

C'est donc leur histoire que les deux auteures décident d'écrire dans ce livre édité pour la première fois en 2011, tout en reconnaissant dès le prologue qu'il ne s'agit pas d'un travail de chercheur, mais de "l'envie de comprendre pourquoi et comment ... comprendre ce qu'a été ce moment d'histoire, de chrétienté, dont nous sommes aussi les héritiers, les héritières". Après un premier chapitre d'une quinzaine de pages qui nous présente qui étaient ces femmes et le contexte de leur engagement religieux puis de leur départ pour l'aventure, le livre nous présente huit soeurs sur sept destinations et parcours individuels sur tous les continents. La première débarque à La Nouvelle-Orléans en 1821 avant de s'enfoncer vers l'intérieur en territoire indien, la seconde quitte la France en 1847 pour l'Afrique occidentale où elle fonde une école et un hôpital avant de créer d'autres communautés. La troisième et la quatrième choisissent en 1845 et en 1858 la lointaine Océanie, sur Wallis et Futuna et jusqu'aux Samoa. La cinquième arrive en Nouvelle-Zélande en 1860 alors que le territoire n'est pas encore pacifié et fait le choix de s'installer avec les Maoris. La sixième fait en 1869 le choix de s'installer à Jérusalem et oeuvre pendant l'essentiel de sa vie en Palestine. La septième se rend en 1889 jusqu'au coeur de la Chine où l'on sait que les révoltes sont récurrentes. La huitième enfin choisit en 1906 le sud-est du Brésil et y séjourne pendant vingt-sept ans. 

On imagine non seulement le choc culturel vécu par chacune, mais aussi les capacités de rusticité et de résistance dont il a fallu souvent faire preuve : "Comme toujours, la vie matérielle prend beaucoup de place", car les conditions d'existence, sur ces territoires et à ces époques, sont particulièrement difficiles. Mais l'on constate aussi que dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'hygiène, elles apportent beaucoup aux populations avoisinantes,... sans jamais oublier toutefois qu'elles vivent à une époque où l'Europe colonise le monde et donc qu'elles sont nécessairement en relations plus ou moins régulières ou directes avec des explorateurs, des missionnaires masculins, des militaires français : "Sans le vouloir peut-être, et sans l'avouer, elles ont beaucoup fondé, beaucoup bâti, drainé des fonds considérables au service de leurs causes. Enfin, elles ont été heureuses dans cette vie qu'elles avaient librement choisie, assumée avec volonté". Quelques pages d'histoire religieuse et du monde chargées d'exotisme, certes, mais aussi de foi et de convictions.

Artège poche, Paris, 2016, 316 pages. 9,50 euros.
ISBN : 978-2-360-40873-3.

Femmes de foi

Partager cet article

Repost0
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 05:55

Héroïnes de Dieu

Agnès Brot et Guillemette de la Borie

Tout au long du XIXe siècle et au début du XXe, des femmes missionnaires ont quitté par milliers l'Europe pour évangéliser le monde et venir en aide aux populations. Jusqu'à dix fois plus nombreuses que les "pères" en soutane blanche des débuts de la photographie. Et pourtant, elles ont pratiquement disparu de nos mémoires.

C'est donc leur histoire que les deux auteures décident d'écrire dans ce livre édité pour la première fois en 2011, tout en reconnaissant dès le prologue qu'il ne s'agit pas d'un travail de chercheur, mais de "l'envie de comprendre pourquoi et comment ... comprendre ce qu'a été ce moment d'histoire, de chrétienté, dont nous sommes aussi les héritiers, les héritières". Après un premier chapitre d'une quinzaine de pages qui nous présente qui étaient ces femmes et le contexte de leur engagement religieux puis de leur départ pour l'aventure, le livre nous présente huit soeurs sur sept destinations et parcours individuels sur tous les continents. La première débarque à La Nouvelle-Orléans en 1821 avant de s'enfoncer vers l'intérieur en territoire indien, la seconde quitte la France en 1847 pour l'Afrique occidentale où elle fonde une école et un hôpital avant de créer d'autres communautés. La troisième et la quatrième choisissent en 1845 et en 1858 la lointaine Océanie, sur Wallis et Futuna et jusqu'aux Samoa. La cinquième arrive en Nouvelle-Zélande en 1860 alors que le territoire n'est pas encore pacifié et fait le choix de s'installer avec les Maoris. La sixième fait en 1869 le choix de s'installer à Jérusalem et oeuvre pendant l'essentiel de sa vie en Palestine. La septième se rend en 1889 jusqu'au coeur de la Chine où l'on sait que les révoltes sont récurrentes. La huitième enfin choisit en 1906 le sud-est du Brésil et y séjourne pendant vingt-sept ans. 

On imagine non seulement le choc culturel vécu par chacune, mais aussi les capacités de rusticité et de résistance dont il a fallu souvent faire preuve : "Comme toujours, la vie matérielle prend beaucoup de place", car les conditions d'existence, sur ces territoires et à ces époques, sont particulièrement difficiles. Mais l'on constate aussi que dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'hygiène, elles apportent beaucoup aux populations avoisinantes,... sans jamais oublier toutefois qu'elles vivent à une époque où l'Europe colonise le monde et donc qu'elles sont nécessairement en relations plus ou moins régulières ou directes avec des explorateurs, des missionnaires masculins, des militaires français : "Sans le vouloir peut-être, et sans l'avouer, elles ont beaucoup fondé, beaucoup bâti, drainé des fonds considérables au service de leurs causes. Enfin, elles ont été heureuses dans cette vie qu'elles avaient librement choisie, assumée avec volonté". Quelques pages d'histoire religieuse et du monde chargées d'exotisme, certes, mais aussi de foi et de convictions.

Artège poche, Paris, 2016, 316 pages. 9,50 euros.
ISBN : 978-2-360-40873-3.

Femmes de foi

Partager cet article

Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 06:00

Martin Heidegger

Catholicisme, révolution, nazisme

Guillaume Payen

La place de Heidegger pendant de longues années dans le débat intellectuel et philosophique, puis la condamnation de son antisémitisme sur la base des derniers Carnets publiés, ont fait l'objet d'interminables polémiques entre spécialistes. Cette monumentale biographie apporte de solides éléments de réponse.

Par rapport aux ouvrages antérieurs consacrés à Heidegger, l'avantage et l'attrait de celui de Guillaume Payen est de nous présenter son personnage à partir d'une démarche non pas de philosophe mais d'historien, qui multiplie et croise les sources en respectant la chronologie ("Toujours, tel un Spinoza, l'historien doit comprendre les actions des hommes, et non en rire, les déplorer ou les blâmer"). Nous suivons donc pas à pas un Heidegger replacé dans son environnement et son contexte, dans ses emplois et positions officielles, avant, pendant et après le IIIe Reich. Né et élevé dans un milieu profondément catholique, un temps séduit par une hypothétique entrée en religion, Heidegger est tenté par une expérience politique radicale ("révolutionnaire") sous la république de Weimar, puis en vient à rêver en quelque sorte de devenir le philosophe officiel du nazisme, celui qui pourrait définir et orienter l'idéologie du régime, avant de se replier sur son université puis de s'imposer après guerre (non sans quelques "reconstitutions" de parcours) comme le philosophe d'influence mondiale que l'on connaît. Le livre est donc structuré en quatre grandes parties chronologiques : "Un destin catholique, 1889-1918", "Un philosophe révolutionnaire, 1919-1933", "Le nazisme, destin de l'Allemagne ? (1933-1945)", et "Un nazi promis au silence ? (1945-?)". Guillaume Payen suit avec précision les évolutions, les engagements publics, les écrits et propos privés de Heidegger et dresse finalement le portrait d'un homme (et de l'influence de sa femme) relativement malheureux nous semble-t-il, qui méprise ce qu'il ne connaît pas ou connaît mal, qui trouve dans le travail universitaire un épanouissement autant qu'une protection. Il en ressort plus qu'une proximité intellectuelle avec le nazisme et si les fonctions publiques du philosophe durent finalement peu de temps, ses fondamentaux sont clairs : "Radicalement nazi, Heidegger restait original ... Heidegger fut donc un philosophe aux marges du nazisme". Mais le fait d'être à la marge ne l'exempte pas : "La marge définit, sépare l'intérieur de l'extérieur : elle est le contour même, sans lequel un phénomène ne peut se comprendre".

Le livre, toujours solidement référencé, se termine sur l'évocation des débats intellectuels récents sur Heidegger depuis la deuxième moitié des années 1970. Une somme indispensable pour quiconque s'intéresse à l'histoire des idées au XXe siècle.

Perrin, Paris, 2016, 681 pages, 27,- euros.
ISBN : 978-2-262-03655-3.

Philosophe engagé

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 06:00

Les avant-gardes artistiques

1848-1918

Béatrice Joyeux-Prunel

Volumineuse étude inédite dans la collection Folio Histoire, qui nous permet à travers le long XIXe siècle et les pays et continents de retrouver l'itinéraire des grands courants picturaux.

Béatrice Joyeux-Prunel commence par une longue et précise introduction d'une quarantaine de pages, qui pose la différence entre "Avant-garde" et "Modernes" et s'interroge sur le rôle de la place de Paris. Après avoir rappelé ce que fut les querelles des Anciens et des Modernes, elle s'intéresse à la montée en puissance de l'impressionisme et ouvre bien des réflexions sur l'internationalisation du marché de l'art dans les années 1880. Du parcours de Monet à Cézanne et bien d'autres, le récit est fluide et la lecture agréable. La deuxième partie change de focale et adopte un regard plus européen avec la place prise par Bruxelles et Londres, puis par le monde allemand et germanique, avec la question des sociétés artistiques nationales et des grands salons. Gauguin et Van Gogh en particulier traversent cet espace, qui voit émerger le symbolisme et l'Art nouveau. Avec le fauvisme et l'expressionisme au tout début du XXe siècle, s'amorce un renouvellement assez ample du paysage artistique et pictural, au sein duquel le monde des marchands (et des "petits" marchands) joue un rôle non négligeable. Les deux dernières parties enfin traitent des années qui précèdent immédiatement la Grande Guerre et de la Première Guerre mondiale elle-même, dans une perspective résolument européenne (Roumanie, Autriche-Hongrie, Russie) et en tenant compte des différentes sensibilités nationales. Les idées nationalistes exercent leurs influences et l'Allemagne impériale tient une place éminente (mais plutôt inattendue) dans ces évolutions. Les différents "positionnements" par rapport à la guerre sont bien soulignés, ainsi que l'émergence de nouvelles générations. En conclusion, le dadaïsme bien sûr (avec ses limites et ambiguités) et le développement de la place de New York : dans ce domaine aussi les vieux Etats européens perdent une grande partie de leur hégémonie antérieure.

Une biobliographie impressionnante et un imposant appareil de notes complètent le texte courant. Une contribution importante à l'histoire culturelle du continent avant la Grande Guerre. Un volume qui va sans doute très vite devenir de référence sur le sujet.

Folio Histoire, Paris, 2015, 964 pages. 9,50 euros.

ISBN : 978-2-07-034274-7.

Avant-gardes

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 06:00

Une alliance improbable

L'armée française et la Russie soviétique

1917-1939

Georges Vidal

Figurant indiscutablement parmi les plus dynamiques, les Presses universitaires de Rennes nous proposent, dans leur collection 'Histoire', un nouveau volume de grande qualité, consacré à l'approche, la compréhension, les hésitations et doutes mais aussi les inquiétudes voire les espoirs et toujours les interrogations qu'exprime l'armée française de l'entre-deux-guerres à l'égard de l'Armée rouge et de l'Union soviétique.

Une phrase de l'introduction résume ce constat : "Il serait faux de considérer qu'avant octobre 1917, l'armée française est russophile, et qu'à la suite de la révolution bolchevique, elle devient immédiatement et irrémédiablement soviétophobe. En effet, si le passage du tsarisme au communisme marque bien une rupture dans la perception de la question russe par les militaires français, cette césure est moins brutale et complète qu'il n'y paraît et ses causes sont trop complexes ou diverses pour les réduire au seul jeu des facteurs idéologiques et politiques". On ne saurait mieux dire. Organisé en trois grandes parties thématiques ("La perception du monde soviétique", "L'Armée rouge, un outil militaire problématique", "Le dilemme soviétique et la question du front oriental"), ce livre présente avec finesse et de façon très complète les difficultés de l'état-major français pour comprendre et analyser à l'aune de ses propres impératifs les évolutions de la jeune Union soviétique et de son armée. Pour avoir travaillé sur certains aspects (période du colonel Mendras comme attaché militaire, évolution de 1935, mission Doumenc à l'été 1939), on ne peut qu'apprécier la qualité de la recherche et la justesse du propos, qu'il s'agisse des efforts pour avoir une vue la plus juste possible de la situation réelle dans le pays, ou des obstacles politiques et idéologiques qui surgissent régulièrement. Obstacles dont il faut noter que l'URSS elle-même, du fait de son régime de plus en plus policier et de sa politique internationale, n'y est pas étrangère. Les pages relatives aux rôles respectifs des autres pays d'Europe orientale (dont la Pologne) remettent à leur juste place bien des idées reçues, et l'ambivalence des effets contradictoires de facteurs aussi différents que la perception politique d'une part, l'impératif d'alliance de revers contre l'Allemagne, des doutes sur la solidité réelle de cette Armée rouge, est particulièrement bien mise en relief.

Un ouvrage indispensable pour quiconque s'intéresse à la question des relations franco-soviétiques.

Presses universitaires de Rennes, 2015, 307 pages. 20,- euros.

ISBN : 978-2-7535-4260-0.

Mystérieuse Armée Rouge

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 06:00

Articles de l'Encyclopédie

Diderot

Retour sur les quelques textes originaux parmi les grands classiques du siècle des Lumières, avec cette sélection d'articles de la célèbre Encyclopédie.

Une centaine d'articles sur 5.800 attribués à Diderot sont repris, à partir du texte de l'édition originale. Les thèmes choisis sont extrêmement variés, de A comme "Abaremo-Temo" ("Arbre qui croît, dit-on, dans les montagnes du Brésil") à V comme "Voluptueux" (prétexte à une charge contre les "atrabilaires" qui refusent le plaisir), du mythque royaume africain d'Ansico dont les habitants se nourriraient de chair humaine ("Il faut soupçonner en général tout voyageur et tout historien ordinaire d'enfler un peu les choses, à moins qu'on ne veuille s'exposer à croire les fables les plus absurdes") à un long développement sur la Cité ("Quelles que soient les loies de la cité où l'on s'est retiré, il faut les connaître, s'y soumettre et les défendre"), jusqu'à Frédéric II à propos de l'article sur la Prusse ("J'ose assurer que si le monarque qui les écrivait à plus de trois cents lieues de la France s'était promené un an ou deux dans le faubourg Saint-Honoré ou le faubourg Saint-Germain, il serait un des premiers poètes de notre nation"), vous allez puiser dans ce petit volume très dense une foultitude d'informations et d'analyses, au sujet des thèmes les plus variés, dans le plus pur esprit des Lumières.

De quelques lignes à plusieurs pages (en particulier les entrées sur la philosophie), ces définitions extraites de l'Encyclopédie permettent à la fois de mieux comprendre l'époque de son auteur... et sans doute la nôtre.

Folio Classique, Paris, 2015, 453 pages. 6,40 euros.

ISBN : 978-2-07-044693-3.

Lumières

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 05:00

Les femmes militaires

Claude Weber (Dir.)

Actes d'un colloque tenu au musée de l'armée en novembre 2013, organisé par Claude Weber pour le Centre de recherche des écoles de Coëtquidan, ce volume propose 21 contributions, dont 6 témoignages.

Trois textes ouvrent le volume (dont un de ma part pour la mise en perspective historique, avec une définition volontairement assez restrictive), puis se succèdent quatre grandes parties : "Le recrutement et l'entrée dans le métier", "L'exercice du métier", "La carrière militaire" et "Le cas des armées étrangères". On apprécie tout particulièrement les témoignages, qui illustrent parfaitement la réalité de l'exercice du métier (de l'engagement à l'accession aux responsabilités et aux promotions). Parmi les riches communications, nous retiendrons, entre autres, celle de Jeanne Teboul sur "Un choix professionnel atypique ? Etude du parcours biographique de quelques jeunes femmes candidates à l'engagement", celle de Jean-Philippe Pierre sur "Jeunes recrues féminines en CFIM : intégration exemplaire et complémentarité nécessaire", celle d'Adélaïde Fouchard sur "Le soldat a-t-il un sexe ?". Les cas étrangers étudiés concernent la Belgique, le Portugal, la Suisse et les Etats-Unis. On le voit, l'ensemble est très complet, riche et diversifié. La conclusion mesurée de Claude Weber fait justement référence au temps nécessaire pour que les évolutions se concrétisent d'une part, et au caractère somme toute exemplaire de la situation des femmes dans les armées par rapport à d'autres organismes et entreprises (ne serait-ce que sur le plan de l'égalité des soldes).

Un volume que doivent connaître tous ceux qui s'intéressent aux questions de sociologie militaire.

Presses universitaires de Rennes, 2015, 273 pages, 18,- euros.

ISBN : 978-2-7535-4269-3.

Femmes et soldats

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile