Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 06:10

Hélie de Saint-Marc

Jean-Pierre Vivier et Pierre-Emmanuel Dequest

Après un premier album consacré à Tom Morel (ici), les éditions Artège proposent une « biographie dessinée » d’Hélie de Saint-Marc (biographie-hommage). Le parcours personnel de l’intéressé est scénarisé sous la forme d’un entretien avec l’auteur.

Engagé tout jeune homme dans la résistance dès 1941, arrêté par la Gestapo, déporté à Buchenwald, sauvé in extremis lors de la libération du camp par les Américains, entré à Saint-Cyr, volontaire pour l’Indochine où il effectue plusieurs séjours, puis engagé en Algérie, toujours légionnaire et parachutiste, avec un détour par Suez en 1956, rendu célèbre enfin pour sa participation au putsch. Il assume devant la justice non seulement ses propres choix mais prend pour lui les actes de ses subordonnés : « J’ai entraîné derrière moi un régiment. Je rendrai des comptes également ». Condamné à 10 ans de détention après avoir tenté de s’expliquer devant des « juges » personnellement choisis par le pouvoir pour le condamner, il est libéré après 5 ans de prison et rejoins le secteur privé : « Quand la CGT a su que j’étais un ancien putschiste, elle voulu faire pression pour que je ne puisse venir travailler. Ce sont mes anciennes amitiés communistes de Buchenwald qui me sauvèrent ». Un parcours individuel aussi riche que complexe et qui pourtant tient en quelques mots, la fidélité à une certaine conception de la parole donnée : « Je rends hommage aux camarades tombés à mes côtés et j’explicite les idéaux qui nous ont animés ».

Artège, Paris, 2014, 61 pages. 14,90 euros.

ISBN : 978-2-36-040257-1.

B.D.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 06:15

La preuve par deux

Jérôme et Jean Tharaud

Michel Leymarie

Un exercice de style difficile, et un très beau résultat ! Voici, en un seul livre, non pas une, mais deux biographies, celles de deux frères longtemps très proches et aux carrières parallèles, aujourd'hui assez largement oubliés, et qui figurèrent pourtant durant de longues années dans le cercle très étroits des personnages influents de la République.

Dans ce beau volume, Michel Leymarie remet à l'honneur deux personnages qui jouèrent, dans le monde intellectuel et au-delà, un rôle essentiel au tournant des XIXe et XXe siècles et même jusqu'à la fin de la Seconde guerre mondiale. En neuf grands chapitres, il nous entraîne dans le monde des auteurs, des journalistes, des hommes politiques, ... et des officiers généraux durant cette période, d'abord "dans le compagnonnage de Péguy", puis "sous le patronage de Barrès". Michel Leymarie observe ce curieux phénomène selon lequel "chez ces Dupond et Dupont de la littérature à quatre mains, il n'y a pas prédominance de l'un sur l'autre ... C'est indifféremmment l'un ou l'autre qui tient la plume, qui rature, corrige, complète ce que l'autre a écrit". Une telle complémentarité est extrêmement rare et mérite d'être souligné. Ces deux frères, non pas "inconnus de l'histoire, mais exclus de la mémoire", rédige une oeuvre journalistique et littéraire qui fait essentiellement appel au passé, qu'il soit provincial ou colonial et arabo-musulman. Un passé idéalisé, presque mythifié. Cette "arabophilie tempérée" est à rapprocher de leur proximité avec Lyautey et leur vaut, durant l'entre-deux-guerres, une solide notoriété, marquée par "un antisémitisme obsessionnel" : "Dans la mesure où il rencontre l'adhésion d'un large lectorat -les chiffres de vente en témoignent-, ce racisme ordinaire d'inodore devient toxique". Les années 30 les voient néanmoins en reportage en Ethiopie et en Espagne par exemple, mais aussi circuler du Moyen-Orient aux Balkans, d'où ils ramènent articles et brochures;Pendant la Seconde guerre mondiale, ils appartiennent à ces cercles informels qui conservent au maréchal Pétain leur fidélité d'anciens combattants de la Grande Guerre mais qui prennent leurs distances avec le régime à partir de 1941 parce qu'ils sont également nationalistes et anti-allemands et qu'ils refusent "de considérer la défaite comme un juste châtiment". Progressivement ombés dans les "oubliettes de l'histoire" après la Libération, après avoir développés le thème du "pardon" et du "droit à l'erreur" (on croise en particulier durant cette période Mauriac et Camus), même si Jean entre à l'Académie française en 1946, les deux frères soutiennent Maurras et Pétain lors de leurs procès. Fidélité retrouvées ou "serrez-les-rangs" spontané des exclus du nouveau régime ? Ils ont successivement soutenu Mussolini, Franco et "lEstado Novo" portugais, ils se sont enbgagés contre le communisme, puis de fil en auguile contre le socialisme et contre la démocratie : ils sont à bien des égards représentatifs d'une France de la première moitié du XXe siècle que l'on hésite aujourd'hui à présenter dans sa complexité et dans ses différentes dimentsions, mais dès 1944-1945 leur carrière littéraire est de fait à bout de souffle.

Un excellent livre, une superbe (double) biographie, qui restitue avec finesse les engagements (et leurs ambiguités) d'une partie d'une génération

CNRS Editions, Paris, 2014, 399 pages, 27 euros.
ISBN : 978-2-271-07024-1.

Vies parallèles

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 06:15

Charles Péguy

Géraldi Leroy

Peut-on approcher sans polémique un tel géant de la littérature et de la vie publique en France ? Le sous-titre du livre, en page intérieure, en donne une clef : "L'inclassable".

Excellent connaisseur de cette époque et du personnage, auquel il a déjà consacré deux ouvrages, Géraldi Leroy entend restituer la complexité de son héros dans le temps long de sa vie et de son oeuvre, en soulignant les innombrables tentatives de "récupération" au long du XXe siècle, venues de la droite et de l'extrême-droite comme de la gauche : "certains auteurs ont pu rapprocher de la pensée de Péguy l'esprit des événements de 1968". C'est donc un "Péguy total" qu'il nous présente, de sa naissance en Val de Loire, au coeur de la "France profonde", à ses années rue d'Ulm puis à son engagement en faveur de Dreyfus, suivi, au début du XXe siècle, par une déception des moeurs politiques des radicaux et un retour à la foi. Gros travailleur, auteur, journaliste, poète, il se rapproche après le "coup de Tanger" des mouvements patriotiques, "se colore d'un nationalisme extrême", au point de traduire "une fascination à l'égard de la guerre""Le temporel est essentiellement militaire". Un engagement qui s'inscrit "dans le nationalisme républicain le plus traditionnel" et le conduit à une critique du socialisme, devenu "une excitation des instincts bourgeois", abandonnant les notions de vertu et d'honneur. Autour des pages 270, quelques paragraphes passionnants sur les divergences entre Péguy et Jaurès et la critique par le premier des choix tactiques du second. On connait la fin : l'engagement dès le début de la guerre, les premières opérations ("Je pars, soldat de la République, pour le désarmement général, pour la dernière des guerres"), la retraite fin août, la mort, alors qu'il est resté le dernier officier de sa compagnie, près de Meaux aux prémisses de la bataille de la Marne. Le dernier chapitre est consacré, enfin, à la réception de "Péguy après Péguy", jusqu'en 1945.

Riche d'un très grand nombre de citations puisées aux textes originaux, accompagné d'une belle biibliographie et d'un intéressant index thématique, ce livre saura passionner tous ceux qui s'intéressent à l'évolution des idées dans la France de l'avant-Première Guerre mondiale. Particulièrement recommandé.

Armand Colin, Paris, 2014, 366 pages. 24,50 euros.

ISBN : 978-2-200-28749-8.

Une vraie synthèse

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 06:30

Le général de Galliffet

Un sabreur dans les coulisses du pouvoir, 1830-1909

Georges Gugliotta

Si son nom reste associé à la répression de la Commune ("C'est parce que Paris a fait mourir soixante-quatre otages / Qu'ils ont déchaîné Galliffet, ceux-là c'était des personnages"), épisode auquel l'auteur consacre une quinzaine de pages, le général de Galliffet a été un grand soldat mais aussi un fin politique, dont la carrière mérite mieux que cette réputation sulfureuse. Le premier mérite de cette biographie est ici.

D'une enfance au château du Tholonet, près d'Aix-en-Provence, engagé à 18 ans, accédant à l'épaulette six années plus tard, le futur général de Galliffet, est un officier sorti du rang en dépit de sa noble ascendance : "On ne peut comprendre sa rigueur, sa rudesse, sa brutalité même dans l'exercice de ses commandements ultérieurs sans se souvenir de ces six années à subir, puis à imposer un règlement de fer". Devenu marquis et prince de Martigues à la mort de son père, il vit fastueusement, multiplie les excès et les frasques, mais se distingue aussi sur tous les champs de bataille du Second empire, de Crimée en Italie, d'Algérie au Mexique. Et pourtant, ce "soldat de la France" qui sera à plusieurs reprises protégé par Napoléon III, dans la deuxième partie de sa vie, veille Gambetta dans ses dernières heures, participe au gouvernement Waldeck-Rousseau en 1899-1900 et termine l'affaire Dreyfus : "L'incident est clos" ! Georges Gugliotta organise son ouvrage en 19 chapitres, des origines familiales provençales de son héros aux "Derniers feux", et à sa proclamation de fidélité, devant le parlement, au gouvernement légal : "Il y a eu une époque, je ne la préciserai pas, où, à force de vouloir imposer la religion à l'armée, on l'avait peu être rendue peu croyante. Il est à craindre qu'en voulant lui défendre de croire, vous la rendiez croyante au-delà de ce qui convient pour la tranquillité du pays ... Qu'elles (les erreurs et défaillances) me soient connues et j'y mettrai bon ordre ; mais dormez en paix, messieurs, il n'y a pas de péril de ce côté". Nous suivons ainsi au fil des pages une véritable épopée militaire, jusqu'à la contre-guérilla au Mexique ou à la dernière charge de la cavalerie à Sedan. Celui qui écrit à Gambetta "Je suis le seul général de cavalerie qui ne soit pas clérical" n'en hésite pas moins à défendre ses camarades plus engagés en faveur de l'Eglise ; "maître de la cavalerie", il en modernise l'équipement et réforme l'instruction au tournant des années 1880 : "Du gambettisme à l'anti-boulangisme", il n'a qu'une préoccupation qui est de rendre à la France l'Alsace-Lorraine.

Une très belle biographie qui dépasse les idées reçues et qui, au-delà de la vie d'un homme bien injustement oublié, nous brosse le tableau de lapolitique et de la société de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe. 

Bernard Giovanangeli Editeur, Paris, 2014, 347 pages, 23 euros.

ISBN : 978-2-7587-0117-0.

En poste au mauvais moment ?

Partager cet article

Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 06:15

Montgomery

L'artiste des batailles

Antoine Capet

Excellent spécialiste de Churchill et du monde britannique, Antoine Capet nous propose aujourd'hui une biographie du général anglais le plus célèbre de la Seconde guerre mondiale. Professeur de civilisation britannique, il croise régulièrement dans ses travaux les problématiques militaires et ne se lance donc pas dans l'inconnu.

Naturellement centré sur la période du deuxième conflit mondial, le livre aborde rapidement dans ses premiers chapitres (1 à 4) la vie et la carrière du futur vicomte d'El Alamein, en particulier sa très grave blessure au début de la Grande Guerre. La description qui est aite du BEF de 1939, au début du chapitre 5, n'est pas exactement à la gloire du corps expéditionnaire britannique sur le continent. C'est une rencontre avec Churchill en juillet 1940 qui décide finalement de son destin, puisqu'il est nommé quelques jours plus tard au commandement du 5e CA. Après avoir profondément réorganisé dans les faits comme dans sa doctrine la défense des îles britanniques, il prend le commandement de la 8e Armée en Egypte, où les Anglais viennent de subir de lourds échecs. Les chapitres scandent dès lors la marche des Alliés vers l'Europe et la libération : Afrique du Nord, Sicile, Italie, Normandie, etc. Les relations difficiles avec l'Amiricain Eisenhower (entre autres) sont bien sûr étudiées au fur et à mesure, "Monty" s'efforçant toujours de préserver son autonomie de commandement pour faire valoir ses conceptions. Un subordonné bien difficile : "Montgomery conclut de ces épuisantes négociations qu'il est plus facile de se battre contre les Allemands que contre sa hiérarchie". Ses relations sont également conflictuelles avec Alexander, avec Patton et les autres fortes personnalités du haut commandement allié, mais il appuie ses demandes (ses revendications) sur une très solide maîtrise des principes de  la guerre : "Telle est la dualité de ce qui caractérisera la carrière de Monty pour le reste de la guerre : d'une part son intelligence du terrain, qui lui permet de prévoir les difficultés logistiques susceptibles de paralyser l'action proprement militaire ; de l'autre sa propension à s'attirer des ennuis auprès de ses collègues ou supérieurs desautres armées". Celui qui baptisa son épagneul "Rommel" connaît quelques difficultés pendant la bataille de Normandie et autour de Caen et se heurte alors régulièrement à Eisenhower. Ce sont bien deux conceptions différentes de la conduite de la guerre qui s'opposent : "Il m'a toujours paru évident qu'Ike et moi étions d'un avis opposé quant à la façon de faire la guerre. Ma doctrine militaire visait à déséquilibrer l'ennemi pendant que je conservais moi-même mon éqquilibre. Je cherchais toujours à forcer l'ennemi à engager ses réserves sur un front très large pour combler les lacunes de sa défense, et ensuite, une fois que j'y étais parvenu, j'engageais mes propres réserves sur un front étroit pour porter un coup massif". A l'automne, l'échec de l'opération Market Garden, qui lui est en grande partie attribué, il reçoit néanmoins la capitulation des dernières armées allemandes du Nord à son quartier général de Lüneburg le 4 mai 1945 et gère la mise en place de la zone d'occupation britannique et des relations parfois difficiles avec les Soviétiques, ... qui occupent Berlin et les capitales d'Europe orientale.

Une très bonne biographie grand public, la première semble-t-il, qui sera à comparer avec celles consacrées à Eisenhower et aux autres grands chefs militaires de la période. Comme pour les autres volumes de la collection, on apprécie les nombreux encarts latéraux, les illustrations les cartes. Un volume qui mérite sans hésitation de figurer dans votre bibliothèque.

Perrin, Paris, 2014, 398 pages, 23 euros.

ISBN : 978-2-262-04084-0.

Monty

Partager cet article

Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 06:20

Albert Lebrun

Le dernier président de la IIIe République

Eric Freysselinard

Aussi étonnant que cela puisse paraître, voici la première biographie complète du président Lebrun. Rédigée par un descendant du dernier président de la IIIe République, elle est à l'honneur d'Albert Lebrun plus que critique, mais elle est en grande partie basée sur des sources familiales inédites (en particulier journal tenu par son épouse), ce qui intéressera tous les chercheurs et amateurs.

Organisé en 13 chapitres chronologiques, de la "Jeunesse lorraine" à "Simple citoyen", l'ouvrage décrit par le détail une carrière très largement oubliée : qui se souvient qu'Albert Lebrun, polytechnicien, ingénieur des mines, homme de son temps emblématique de la IIIe République, est élu député dès 1898 ? Benjamin de l'Assemblée nationale, il en devient très vite l'un des membres les plus actifs, ce qui lui vaut une rapide notoriété, et d'être pressenti pour être nommé gouverneur général de l'Indochine, puis de devenir ministre des colonies dans le gouvernement Caillaux en 1911. Il retrouve les bancs de l'Assemblée à la veille de la guerre et participe aux travaux de quatre commissions : Affaires extérieures, Protectorat et colonies, Crédits et Marine. Les chapitres 8 et 9 ("La Grande Guerre" et "Ministre du Blocus et des régions libérées") couvrent la période de la Première Guerre mondiale jusqu'à l'élection du président Deschanel. Elu républicain de gauche au Sénat, il développe dans la Haute assemblée la même activité, en particulier dans le domaine de l'économie. Sa carrière politique est extrêmement dense au cours des années 1920 et quelques uns des postes les plus prestigieux de la République lui sont proposés. Il est en particulier le représentant de la France à la SDN lors de l'élaboration du traité de garantie mutuelle, et suit avec attention les velléités de réarmement (d'abord camouflé) de l'Allemagne.Dans l'atmosphère trouble du début des années 1930 (crise financière et budgétaire, scandales divers), président du Sénat, il est choisi par ses pairs comme chef de l'Etat à la suite de l'assassinat du président Doumer. Qualifié de "réactionnaire" par la gauche qui a le vent en poupe, il s'astreint à un exercice scrupuleux de sa fonction, tel que l'exige la pratique constitutionnelle du temps. On sait qu'il sera appelé à une deuxième présidence à la veille de la Seconde guerre mondiale, interrompue par la défaite de juin 1940, l'accession à la présidence du Conseil de Pétain et les votes des 9 et 10 juillet des parlementaires rassemblés à Vichy. Il se retire alors à Vizille, avant d'être, peu avant la fin de la guerre, interpellé par les Allemands et transféré au Tyrol avec d'autres "prisonniers politiques" de haut rang. Après être intervenu comme témoin au procès Pétain, il reste un retraité relativement influent et publie un volume de mémoires et s'éteint en 1950. La IVe République lui fait des funérailles nationales.

Au fil des pages, on rencontre toutes les grandes figures des époques traversées, de Combes à Briand et de Gaulle, parmi bien d'autres. L'ensemble est extrêmement riche et dense, et devrait intéresser tous les amateurs d'histoire de France du XXe siècle. Les problématiques et questions qui entourent la carrière de Lebrun sont bien sûr généralement évoquées à son avantage, comme pour tout se qui concerne son rôle en 1939-1940, ses choix de 1942 ou après la Libération en 1944-1945. Mais après tout, cela donne un autre angle d'approche que celui généralement présenté dans le discours commun et les arguments développés par Eric Freysselinard méritent souvent d'être pris en compte. Une biographie très utile.

Belin, Paris, 2013, 587 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-7011-8244-5.

Un président trop discret ?

Partager cet article

Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:20

Il était une France

Conseils à mes petits-enfants et petits-neveux

1870-1970

René Cagnat

Ancien officier, diplomate, chercheur associé à l'IRIS, René Cagnat livre ici une partie de ses souvenirs de famille et de carrière, pour la période couvrant presque l'ensemble du XXe siècle. Son propos est très clair dès l'introduction, dans laquelle il s'adresse à ses petits enfants et appelle à "un retour vers la seule communauté qui pourra vous protéger quand tout s'effondrera et vers laquelle vousvous tournerez d'instinct, votre patrie française, et, peut-être, l'Europe des Nations".

Se définissant comme "tantôt de droite, tantôt de gauche, parfois libre penseur mais souvent catholique, royaliste à mes heures mais républicain dans l'âme, universaliste tout en étant profondément français", il raconte ainsi l'histoire de trois, voire quatre, générations d'une famille originaire d'Alsace, en grande partie installée dans l'empire (il raconte par exemple en détail la résistance des troupes fidèles à Pétain au débarquement britannique à Madagascar en 1942), son engagement moral et intellectuel très "gaulliste" (mais aussi ses sentiments de jeune favorable à l'Algérie française) et sa propre carrière d'officier d'infanterie, parachutiste, alpin, puis passé au SDECE, affecté à la mission militaire à Moscou enfin... A la fin du livre plus exactement, car sa carrière n'est pas terminée et la suite pourrait faire l'objet d'un tome 2.

L'ensemble du récit est ponctué de références à sa famille et de conseils à ses petits-enfants, sur la dignité morale de tel ou tel comportement à adopter dans des situations difficiles, ou sur l'importance d'un ancrage local. Un engagement clair, un discours qui vante un modèle traditionnel. Un style simple, presque oral, rend la lecture extrêmement aisée. Une apologie de l'attachement patriotique à travers l'histoire personnelle d'une vie bien remplie.

Editions du Rocher, Monaco, 2014, 165 pages, 17 euros.

ISBN : 978-2-268-07595-2.

Fierté d'appartenance

Partager cet article

Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 06:20

Alain-Fournier

Ariane Charton

Après un récent Petit éloge de l'héroïsme remarqué et apprécié (ici), Ariane Charton nous propose une biographie attachante de l'auteur du Grand Maulnes.

Dans une dense succession d'une vingtaine de brefs chapitres, elle retrace l'enfance en Sologne, une jeunesse heureuse bien que parfois torturée, l'adolscence, les amitiés fidèles, les amours impossibles ou déçus, la longue scolarité pour l'époque. Sur ce sujet, au-delà de la personnalité d'Alain-Fournier, l'ouvrage donne aussi à mieux comprendre le système de méritocratie républicaine par l'enseignement. L'auteur traite bien sûr des premières écrits publiés dès 1907. Le séjour à Paris, dans l'espoir d'intégrer l'ENS d'Ulm, lui ouvre aussi de nombreuses portes d'artistes, avant son incorporation au 23e dragons de Vincennes, puis dans l'infanterie à Latour-Maubourg, pour le service militaire, une période qui ne lui laisse pas que des bons souvenirs ... Il n'en réussit pas moins le peloton d'élèves officiers de réserve, tout en continuant à écrire et devient sous-lieutenant au 88e RI de Mirande.Son séjour de six mois dans le Gers est, comme sa perception de l'armée, tout d'ambiguïtés entre attrait et répulsion. A partir de l'automne 1909, dégagé des obligations militaires, il se lance dans l'écriture et le journalisme dans le domaine des arts et de la littérature, mais il reste torturé, atteint de mélancolie et de mal de vivre. Il croise alors, et souvent entretient ensuite avec eux une correspondance plus ou moins régulière, la plupart des grands auteurs du début du XXe siècle, tout en travaillant à la rédaction du Grand Meaulnes dont la parution fait de lui un auteur désormais célèbre. Mais, dans le même temps, sa vie sentimentale reste compliquée et insatisfaite... A l'été 1914, c'est la guerre ("Belle et grande et juste guerre. Je ne sais pourquoi je sens profondément que nous serons vainqueurs"). Au milieu du mois d'août, la mobilisation terminée, le 288e RI quitte le Gers pour Troyes. La suite est mieux connue et le 22 septembre la mort le fauche dans le bois de Saint-Rémy-la-Calonne, patrouillant en tête de ses hommes, comme tous les officiers subalternes. L'auteure n'insiste d'ailleurs pas (quelques mots) sur l'attaque d'un poste de secours allemand, situation peu glorieuse.

Un livre solide, qui s'appuie sur de très nombreuses citations extraites des oeuvres d'Alain-Fournier ou de ses proches aussi bien que des correspondances privées échangées avec les siens. Le portrait rédigé avec finesse d'un jeune et talentueux auteur, "mal dans sa peau".

Folio biographies, Paris, 404 pages. 8,90 euros.

ISBN : 978-2-07-044934-7.

Un jeune écrivain en guerre

Partager cet article

Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 06:30

Jean Jaurès

Gilles Candar et Vincent Duclert

Une biographie (presque) monumentale !

Spécialiste de la première partie de la IIIe République et de l'affaire Dreyfus, déja auteur d'un Jean Jaurès, la politique et la légende que nous chroniquions il y a quelques mois (ici), Vincent Duclert, avec Gilles Candar (président de la Société d'études jaurésiennes), se proposent de décrypter pour nous le parcours d'une "énigme", puis Jean Jaurès "n'a occupé aucune des fonctions supérieures qui accompagnent le mouvement historique et forgent les mémoires collectives. Ni homme d'Etat, ni général victorieux, ni artiste majeur, ni savant d'exception, ni pape d'une Eglise, ni tout-à-fait martyr d'une foi, Jaurès n'a rien été de tel. Pourtant, il a marqué de l'empreinte de sa pensée et de ses combats toute la fin du long XIXe siècle français et européen". Le premier chapitre est consacré aux dernières semaines et aux derniers jours de la vie de Jaurès en 1914, ces jours, ces discours, ces articles qui marqueront la postérité et que l'on évoque si souvent. Puis, à partir du chapitre 2, la biographie reprend une progression classique, de la naissance à Castres à l'action en faveur de la paix (pour ne pas utiliser le mot "pacifisme") dans les années 1908-1914. Au fil de cette chronologie, quelques chapitres sont à dominante thématique (chap. 11, "Le bloc des gauches, 1902-1904", ou chap. 18, "L'Armée nouvelle et la république socialiste selon Jean Jaurès"). La délicate question des (nombreux) débats internes au sein du mouvement socialiste ou celle, bien moins connue et bien moins polémique, de la participation de Jaurès aux travaux de nombreuses sociétés savantes, sont traitées avec profondeur et finesse. Certaines pages sont passionnantes, d'autres font déjà figure de référence, toutes témoignent d'une grande rigeur dans la recherche et l'analyse. Le luxe de détails, pour toutes les périodes parisiennes ou provinciales de la vie de Jaurès (80 pages de notes en fin de volume !), la précision de la chronologie, l'ampleur de la bibliographie font indiscutablement de ce volume un ouvrage de référence, quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir sur "le grand homme"  et certaines de ses prises de position (L'armée nouvelle nous semble toujours très idéaliste, pour ne pas dire irréaliste).

Un point particulier enfin : on apprécie cette phrase, à la fin de l'introduction : "Il ne s'agit pas d'une oeuvre définitive, parce que le mouvement de la recherche suppose d'aller toujours plus avant dans la connaissance". Voici qui fait du bien.

Fayard, Paris, 2014, 686 pages, 27 euros.
ISBN : 978-2-213-63336-7.

Un homme devenu un symbole

Partager cet article

Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 06:20

Clemenceau

ou la tentation du Japon

Matthieu Séguéla

A partir de sa thèse, Matthieu Séguéla, par ailleurs enseignant au lycée international de Tokyo, nous propose un autre Clemenceau. Plus en finesse, sous un angle plus culturel que le tribun de l'Homme Enchaîné ou des débats parlementaires.

Le sujet est d'autant plus paradoxal que l'auteur souligne en introduction : "Le fait que Clemenceau ne se soit jamais rendu au Japon aurait pu rendre inutile ou décevante une biographie à dimension géographique". Or, qu'il s'agisse de ses articles de presse ou de son amour pour l'art, "le Japon est un sujet récurrent". Le livre est globalement organisé en deux grandes parties, la première (chap. 1 et 2) traitant plutôt de sujets culturels et artistiques, la seconde (chap. 3 à 7) abordant les questions politiques et militaires. Dans la première partie, on reste impressionné par la diversité et la qualité des recherches de l'auteur pour, élément par élément, indice par indice, reconstituer une "passion japonaise" de Clemenceau, dont on apprend par exemple qu'il favorise à la fin du XIXe siècle l'achat d'oeuvres d'art par le musée du Louvre et milite pour une mise en valeur des collections dispersées entre plusieurs musées français. Les chapitres consacrés à la vie politique et aux questions militaires sont peut-être moins novateurs, mais ils mettent en cohérence des informations jusqu'à présent éparses, qu'il s'agisse de la compréhension et de l'analyse par Clemenceau de la guerre russo-japonaise, ou de son idée d'une intervention de Tokyo sur le front européen pendant la Grande Guerre. Sur ce point, on apprend que son premier article en ce sens peut être daté du 16 août 1914, ou que les débats internes au Japon à l'automne suivant ont été particulièrement vifs. Le projet n'en est pas moins très justement qualifié de "mirage militaire" par Matthieu Séguéla. Enfin, le dialogue quadrangulaire souvent tendu entre Paris, Tokyo, Londres et Washington à la fin de la guerre, qu'il s'agisse des relations avec la Russie en révolution ou de la conférence de paix, sont bien rendus et très largement documentés. Peut-être aurait-on pu insister davantage sur la mission aéronautique française dans le pays à partir de 1919 ?

En résumé, un sujet original, une synthèse passionnante, qui se lit facilement avec une attention soutenue.    

CNRS Editions, Paris, 2014, 470 pages, 25 euros.
ISBN : 978-2-271-07884-1.

Le Tigre et l'Orient

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile