Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2019 3 15 /05 /mai /2019 06:00

Lafayette

Héraut de la liberté

Laurent Zecchini

Surnommé le "héros des deux mondes", le marquis de Lafayette occupe pourtant une place ambigüe dans la mémoire française, alors qu'il reste une quasi-immuable statue du Commandeur aux Etats-Unis.

Pour rédiger cette biographie, Laurent Zecchini a travaillé à partir d'archives privées connues mais rarement exploitées aussi bien que d'archives publiques des deux côtés de l'Atlantique. Les quatorze chapitres du livre permettent de retracer l'ensemble de la vie, publique et privée, toujours complexe, de celui qui a su s'engager sans réserve, mais aussi prendre soin de sa notoriété. Adhérent très jeune à la Franc-Maçonnerie, alors "à la mode" dans la noblesse, il s'engage rapidement en faveur de la cause des Insurgents américains. L'auteur détaille l'importance et l'originalité de son rôle à leurs côtés. A son retour en France, il multiplie les activités publiques et les passages à la Cour de Louis XVI, il est tout à la fois "républicain pour les Américains et toujours grand seigneur à Versailles", tout en restant très lié à Washington. Laurent Zecchini précise ensuite son rôle (et tente d'expliquer les ambiguïtés) au début de la Révolution française, A l'été 1792, il est fait prisonnier par les Autrichiens (l'auteur conteste l'affirmation classique d'une trahison). Prisonnier d'Etat transféré en Prusse, indirectement mais activement soutenu par les ambassadeurs américains en Europe, libéré à l'automne 1797 après cinq années d'une détention sévère, il n'est pas autorisé à rentrer en France et séjourne en Allemagne du nord puis en Hollande. Rentré en France au début du Consulat, il s'installe dans la propriété de sa femme. Ses relations avec Napoléon sont mitigées, et se détériorent après la proclamation du consulat à vie : "la suite ne sera qu'une succession d'incompréhension, de tentatives avortées de rapprochement, que l'on aurait tort de résumer à la confrontation de deux orgueils". Sa situation reste difficile, aussi bien avec la Restauration que lors des Cent jours. Devenu "de facto le chef des libéraux à l'Assemblée", il est maintenu aux marges du pouvoir, même s'il est réélu député de la Sarthe à l'automne 1818. La politique réactionnaire des Ultras le conduit à être impliqué (dans des proportions mal définies) dans les projets et tentatives de la société secrète de la Charbonnerie, alors qu'il est âgé de plus de soixante ans. Un ultime voyage, triomphal, aux Etats-Unis en 1824-1825, puis une réélection à la Chambre en 1826 et une implication toujours aussi active (et en partie secrète) en 1830 marquent les dernières années de sa vie, mais il refuse de s'engager personnellement et (éventuellement)  de proclamer la république, pour faire accepter Louis-Philippe comme roi des Français. Ses derniers combats restent pour la liberté, celle des Polonais ou contre l'esclavage.

Une biographie passionnante sur une époque, fin XVIIIe / début XIXe s., de grands bouleversements et riche en conflits. A lire absolument.

Fayard, Paris, 2019, 570 pages, 26,- euros.

ISBN : 978-2-213-70148-6.

Héraut de la liberté
Partager cet article
Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 06:00

L'homme qui parlait avec les étoiles

Milan Rastislav Stefanik,

héros franco-slovaque de la Grande Guerre

Michal Ksinan

Comme le précise Antoine Marès dans sa préface, le général Stefanik, "personnage clef des rapports franco-slovaques, reste cependant un héros ignoré". Effectivement, bien rares sont les Français qui, même s'ils connaissent parfois son nom, sont capables d'évoquer sa vie et son parcours.

Après une rapide première partie qui retrace l'histoire des territoires slovaques et replace la Slovaquie du début du XXe siècle dans son environnement, l'auteur aborde la vie de Stefanik à proprement parler et insiste en particulier sur les difficultés financières récurrentes de ce jeune homme issu d'une famille nombreuse et pauvre. A la suite de son arrivée à Paris au début du XXe s., il se lie progressivement avec plusieurs personnalités des milieux artistique ou scientifique (dont le célèbre Flammarion). Il oriente alors sa carrière naissante vers l'astronomie et à ce titre commence à voyager dans le monde, de l'Afrique du Nord à la Polynésie et à l'Amérique latine, au prix de la recherche permanente de mécénat. Cela le rapproche en particulier d'hommes politiques influents comme Chautemps. Homme de science, proche du milieu artistique, en lien avec le monde politique et des journalistes : Stefanik constitue ainsi un réseau de relations qui lui sont bien utiles lorsqu'il s'engage avec Benes et Masaryk pour l'indépendance tchécoslovaque. A partir de 1916, il consacre l'essentiel de son activité à la cause nationale et au recrutement d'une armée parmi les prisonniers tchèques et slovaques (de l'empire austro-hongrois) en Russie, en Italie mais aussi dans la diaspora (Etats-Unis). L'auteur explique aussi la fulgurante progression de Stefanik dans la hiérarchie militaire, de simple soldat à général en trois ans : "Cet avancement n'est pas dû à ses actions militaires. En dehors de son engagement sur le front occidental et serbe pendant l'année 1915 et quelques vols de reconnaissance en Italie en 1916 … Ses promotions résultent de ses activités diplomatiques, de son habileté à associer intérêts français et tchécoslovaques … Ces promotions sont souvent à titre temporaire et répondent à la règle qui veut que les soldats français servant à l'extérieur du pays bénéficient d'un grade plus élevé pendant le temps de leur mission". Il suscite alors des opinions très contrastées. Organisateur de l'armée tchécoslovaque, il agit en France, certes, mais aussi on le sait moins en Russie et surtout en Italie (mise sur pied de deux divisions). Dans un premier temps d'ailleurs, après l'indépendance, l'influence italienne (et de la mission militaire italienne) dans le nouvel Etat des Tchèques et des Slovaques est la plus importante. L'année 1919 se déroule ainsi sur fond de crise entre Prague, Paris et Rome, et Stefanik est au cœur des débats. La dernière partie du livre est consacrée à "Stefanik et l'identité slovaque" (entre Tchéquie et Slovaquie), aux circonstances de sa mort (et aux différentes enquêtes menées), enfin aux représentations et utilisations ultérieures de la mémoire du héros.

Terminé par une dense bibliographie et un utile index, ce riche ouvrage doit absolument être connu de tous ceux qui s'intéressent aux années 1917-1919 comme à l'Europe centrale. 

Eur'Orbem éditions, Paris, 2019, 344 pages, 24,- euros.

ISBN : 979-10-96982-08-0.

Franco-Slovaque
Partager cet article
Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 06:00

Weygand

L'intransigeant

Max Schiavon

A deux reprises au moins, en 1918-1919 et en 1940-1941, le général Weygand a été placé par les circonstances au cœur de l'histoire de France. Cette nouvelle biographie apporte un éclairage complet sur un personnage complexe.

On sent bien toute l'estime que l'auteur a pour son sujet, mais au-delà Max Schiavon utilise une telle masse de documents (archives, témoignages, ouvrages) que sa biographie est extrêmement complète. Il ne problématise pas son sujet (peu d'interrogations sur les journées critiques de juin 1940 par exemple), mais offre un récit détaillé du déroulement de sa carrière, des évènements, de ses décisions. Personnalité intransigeante, Weygand ne plaisait pas au personnel politique de son temps, en particulier à gauche où on lui reproche sa foi catholique et son rôle en Pologne contre l'Armée Rouge naissante. Son rôle durant l'entre-deux-guerres, souvent moins connu, est bien précisé. Auteur relativement prolifique à partir de 1945, il laisse une œuvre non négligeable, même si elle est souvent auto-justificatrice ou hagiographique.

Une belle biographie qui doit figurer dans toute bibliothèque sur l'histoire militaire de la France.

Tallandier, Paris, 2018, 591 pages. 26,50 euros.

ISBN : 979-10-210-1448-0.

Le fils spirituel de Foch
Partager cet article
Repost0
8 février 2019 5 08 /02 /février /2019 06:00

André Tardieu

L'incompris

Maxime Tandonnet

Homme politique incontournable de la première moitié du XXe siècle, André Tardieu a profondément marqué notre histoire politique. Fidèle de Clemenceau, trois fois président du Conseil, il est pourtant aujourd'hui assez largement oublié.

L'homme n'a pas publié de mémoires, ce qui est dommage au regard de ses responsabilités et de ses rencontres, et Maxime Tandonnet s'attache avec une évidente sympathie à reconstituer sa carrière et sa vie. Issu d'une vieille famille de la bourgeoisie parisienne, il commence comme journaliste au très respectable quotidien Le Temps, entre en guerre comme officier de réserve aux côtés de Foch en 1914, devient haut-commissaire à Washington et un acteur essentiel de l'approvisionnement de la France par l'économie américaine, rejoint Clemenceau dont il devient très proche et défend la politique avec vigueur. Durant l'entre-deux-guerres, il occupe une position atypique au sommet de la politique française, alternant l'occupation des plus hautes fonctions (avec à son crédit une série de réformes sociales) et des phases de retrait. Dès l'arrivée d'Hitler au pouvoir, il identifie les dangers que le nazisme fait peser sur la paix et sur la France, et il prône un renforcement des pouvoirs de l'Etat (une sorte de précurseur de la Ve République). Il semble alors se rapprocher de l'extrême-droite (contributions à l'hebdomadaire Gringoire) mais conserve sa liberté de pensée, ne cesse pas ses critiques contre la faiblesse à l'égard de l'Allemagne et s'oppose par exemple aux accords de Munich. Solitaire, il se refuse à devenir un "recours" et à partir de 1940, de plus en plus fatigué, disparaît de fait de la vie publique.

Une biographie réussie sur un personnage très intéressant. Un bel ouvrage, recommandé. 

Perrin, Paris, 2019, 352 pages. 23,50 euros.

ISBN : 978-2-262-07258-2.

"Le Mirobolant"
Partager cet article
Repost0
2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 06:00

Le dernier des Condé

La vie romanesque d'un prince de France

Emmanuel Maury

Héritier de l'une des plus grandes familles de France, le dernier duc de Bourbon a une vie à la fois extraordinaire et mal connue qu'Emmanuel Maury restitue avec finesse et sympathie.

L'histoire commence avec l'époque des Lumières et se termine sous les feux du romantisme, elle se déroule de la cour de France aux longues années d'exil, de Belgique en Suisse, d'Allemagne en Angleterre et même en Espagne, puis au retour sur ses terres avec la Restauration. Elle couvre l'Ancien régime, la Révolution et l'Empire, le retour des Bourbons et la victoire des Orléans. En 22 brefs chapitres, d'une écriture enlevée, l'auteur  nous présente un prince engagé, qui mène la guerre contre la Révolution sur les frontières de la République comme en Vendée, qui connaît la douleur de l'exécution de son fils, le duc d'Enghien, dans les fossés de Vincennes et qui va s'enfoncer dans le jeu, la chasse et les femmes pour oublier… Rentré en France avec le comte d'Artois, il retrouve son hôtel de Lassay et le palais-Bourbon, mais aussi ses importantes propriétés et ses nombreux châteaux au nord de Paris, qui font de lui l'une des plus grandes fortunes du pays. Après la seconde restauration, il se consacre à ses domaines de Chantilly et de Saint-Leu tout en entretenant une relation compliquée avec sa maîtresse Sophie de Feuchères. Avant d'étudier les différentes hypothèses sur une mort suspecte, l'auteur s'attache aux relations difficiles avec Louis-Philippe Ier après les journées révolutionnaires de 1830, qui réveillent de bien mauvais souvenirs.

Une vie attachante, sur fond de malheurs et de souffrances pour un prince que rien, à sa naissance, ne prédisposait à connaître de telles situations. Mais aussi une approche indirecte, de l'intérieur, de l'armée des Princes et de la Restauration. 

Tallandier, Paris, 2019, 381 pages. 22,50 euros.

ISBN : 979-10-210-2761-9.

Prince de France
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 06:00

Le général Lardant

Soldat des troupes de montagne

Jacques Gasqui

Un ouvrage original qui allie les qualités d'une recherche biographique et l'intérêt d'un album de photos.

Ce livre nous présente par le texte et par l'image la carrière d'un grand alpin, le général Lardant, né en Isère en 1872 et qui fait le choix de rejoindre le 28e bataillon de chasseurs alpins de Grenoble à sa sortie de Saint-Cyr en 1894. Ce montagnard de cœur et d'esprit sert ensuite presque exclusivement dans des unités alpines, jusqu'à exercer pendant sept ans (1920-1927) le commandement du 15/9, le régiment d'infanterie alpine de Briançon. Il commande également avant la Grande Guerre l'école militaire de ski de Briançon et participe à la Première Guerre mondiale avec le 319e RI et le 7e BCA et prend le commandement du 7e Groupe de chasseurs (6e, 27e et 67e BCA) en décembre 1917. Après un séjour à l'armée d'Orient en 1919-1920, il sert également au Maroc pendant la guerre du Rif. Le volume vaut aussi pour son exceptionnelle iconographie, en partie issue des archives familiales et donc inédites. On apprécie particulièrement celles qui illustrent les marches et l'instruction en montagne, ainsi que celles de la Grande Guerre.

Un très beau et bon livre, vivement recommandé.

Bernard Giovanangeli éditeur, Paris, 2018, 143 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-7587-0216-0.

Carrière d'un alpin
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 06:00

Des tranchées à la guerre de l'ombre

Le général Sauzey, un espion français

Philippe Sauzey

Il est rare d'en apprendre autant en un seul livre sur une période que l'on croyait modestement connaître. Ce livre, indiscutablement, est une sorte de "perle".

De l'Afrique à la Laponie, de Haute-Silésie en Chine, le futur général Sauzey connaît toutes les zones de crises de l'entre-deux-guerres, dans les situations les plus variées et sous des statuts parfois étonnants,, comme agent de renseignement du 2e bureau de l'état-major général. Engagé en 1914 à l'âge de 18 ans "pour la durée de la guerre", il quitte l'uniforme à l'automne 1951 après avoir participé à la mise en forme des premiers principes de guerre psychologique en Indochine. Mais il n'est pas qu'un homme de l'ombre : officier de plein exercice, il reprend le combat avec le 2e Dragons (dont il devient chef de corps à la fin de l'année 1943) en Afrique du Nord pendant la Seconde guerre mondiale.

Un livre passionnant, qui se lit comme un roman d'aventures alors qu'il retrace méticuleusement une carrière militaire tout à fait exceptionnelle. Les références sont nombreuses, et les écrits et principaux rapports du général Sauzey sont listés en fin de volume. Une iconographie originale ponctue ce volume en tous points excellent.

Ginko éditeur, Paris, 2018, 413 pages, 23,- euros.

ISBN : 978284679407-7.

Une carrière exceptionnelle
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2018 4 20 /12 /décembre /2018 06:00

Pierre Héring

Un général anticonformiste

François de Lannoy

Nouvelle biographie d'un officier général de la première moitié du XXe siècle, biographie qui complète notre connaissance du haut commandement durant cette période.

Officier issu de Polytechnique à la belle carrière, le général Héring est pourtant aujourd'hui très largement méconnu, et seuls quelques initiés se souviennent de son rôle à Paris à 1940. Le livre reprend donc l'ensemble de sa carrière, et l'on apprécie les pages consacrées aux années qui précèdent la Grande Guerre et au conflit lui-même, durant lesquelles il croise longuement le parcours des principaux chefs militaires de l'époque (Castelnau, Foch, Pétain) et se distingue comme un excellent officier d'état-major. Les trois chapitres centraux (3, 4 et 5) traitent de la période de l'entre-deux-guerres, que Héring commence à l'armée du Rhin avant de rejoindre le cabinet du maréchal Pétain, et qu'il termine comme gouverneur de Strasbourg et membre du Conseil supérieur de la Guerre après avoir commandé l'Ecole supérieure de Guerre, une division, puis un corps d'armée. Au moment de l'offensive allemande en mai 1940, il est gouverneur militaire de Paris et commandant l'armée de la capitale, qu'il s'efforce de mettre en état de défense avant de conduire la retraite des éléments organisés qu'il lui reste à partir du 12 juin dans une atmosphère de totale improvisation. Tout au long de sa carrière, il a rédigé de nombreuses notes de synthèse de plusieurs dizaines de pages, souvent de sa propre initiative, sur des sujets majeurs de tactique ou de stratégie, documents qui ne semblent pas avoir retenu fréquemment l'attention de ses chefs du moment. Retourné à la vie civile à l'été 1940, il se consacre à l'écriture et tente de tirer les enseignements de la défaite. Il est appelé comme témoin au procès de Riom en 1942 où il intervient en faveur de Gamelin, comme il témoignera après la guerre en faveur de Pétain, avant de s'engager très activement dans la défense du condamné de l'île d'Yeu. On a là en particulier quelques pages intéressantes sur le rapport de De Gaulle à la mémoire de Pétain.

Plusieurs annexes complètent cette biographie qui mérite absolument d'être connue de tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'armée française durant la première moitié du XXe siècle. 

Editions Sutton, Tours, 2018, 398 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-8138-1132-5.

Entre Pétain et De Gaulle
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 06:00

Pierre Cambronne

Général d'Empire

Jean-Paul Huet

Auteur bien connu pour ses petites biographies de grands chefs militaires et plus récemment pour le récit de sa propre carrière (ici, ici et ici par exemple), Jean-Paul Huet nous offre aujourd'hui un portrait substantiel du toujours si mal connu général Cambronne (après une biographie par Stéphane Calvet en 2016, ici).

Passé à la postérité pour sa célèbre injure en réponse aux Britanniques à Waterloo, popularisée par Victor Hugo et qu'il n'a probablement pas prononcée (du moins le nie-t-il lui-même), le général Cambronne a été un grand soldat, un de ceux qui ont pu atteindre les plus hauts sommets de la hiérarchie militaire grâce à ses seules qualités guerrières, sous la République et l'Empire. Simple grenadier en 1792, rapidement remarqué aussi bien pour son courage en campagne que pour son tempérament emporté et ses frasques (voire son ivrognerie) en garnison, il gravit tous les échelons par son engagement au feu et son audace, et gagne sa place au sein de la Garde impériale. Il est baron d'empire en 1810 et général à l'automne 1813. A partir de 1814, son rôle devient plus important, en particulier lors de la campagne de France. Fidèle à l'empereur, il le suit à l'île d'Elbe et participe aux Cent jours. Brièvement prisonnier en Angleterre près Waterloo, il fait le choix de rentrer à Paris où il est jugé en avril 1816 pour avoir trahi le roi. Acquitté, retiré sur la région nantaise, il y épouse finalement une Ecossaise et termine sa vie discrètement.

Une biographie attachante, facile et agréable à lire. A recommander.

Editions Sutton, Tours, 2018, 188 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-8138-1131-8.

M....
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 06:00

Pierre Laval

Un mystère français

Renault Meltz

Le seul nom de Laval soulève aujourd'hui l'indignation et la réprobation. Mais pendant la Seconde guerre mondiale l'homme politique a plus de 60 ans, une longue carrière politique au plus haut niveau derrière lui et l'ensemble de sa vie ressemble parfois à un roman. L'auteur en retrace le détail et rappelle toute la complexité d'un parcours qui pose question(s).

Dans ce parcours, et jusqu'aux derniers jours, les racines auvergnates de Laval sont présentes et celui-ci fait régulièrement référence à ses origines modestes et provinciales. Comme de nombreux contemporains, selon un processus personnel mais pour un résultat final proche, il bascule progressivement de l'extrême-gauche (il est en début de carrière l'avocat des militants anarcho-syndicalistes, devient proche du socialisme puis du radicalisme) à la droite pour finir par défendre et promouvoir la collaboration, même si à l'été 1944 il tente sans succès d'expliquer que les combats en cours ne sont pas ceux de la France qui n'est plus en guerre ! Les modalités et les fondements de ses tentatives d'alliance avec Mussolini puis avec Staline lorsqu'il est président du Conseil en 1935 sont soigneusement décrits et expliqués. En 1939, il est opposé à la guerre, espère que l'Italie pourra jouer un rôle apaisant, rassemble progressivement autour de lui les pacifistes influents et se rapproche de Pétain grâce aux réseaux de sa fille. La suite, le "pouvoir" à Vichy et sa traversée du désert pendant la période Darlan, ses rapports conflictuels avec les radicaux parisiens de la collaboration, ses décisions à partir de l'occupation de la zone Sud à l'automne 1942, tout est décrit avec précision jusqu'à sa mort devant le peloton d'exécution.

Le livre s'appuie sur cent pages de sources, références et notes, ce qui témoigne du sérieux et du caractère très complet de l'étude. Indiscutablement, une biographie de référence.

Perrin, Paris, 2018, 1226 pages, 35,- euros.

ISBN : 978-2-262-04018-5.

L'Auvergnat
Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile