Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 00:05

Un homme en guerres

Voyage avec Bernard Fall

Hervé Gaymard

Voici un livre original dans sa construction, biographie sans l'être, non linéaire, mais suscitant à chaque paragraphe l'intérêt et l'envie de poursuivre.

Hervé Gaymard retrace en effet le parcours du grand reporter Bernard Fall à travers quelques périodes majeures de sa vie et en intégrant à son récit des digressions (parfois assez longues) sur ses rencontres et quelques personnages majeurs (dont Malraux). Il en résulte un livre atypique, qui soutient en permanence notre intérêt et notre curiosité. La vie de Fall se prête particulièrement bien à cet exercice, né dans une famille juive autrichienne réfugiée en France, résistant à seize ans, traducteur au procès de Nuremberg et surtout connu pour son amour pour le Sud-est asiatique, où il va couvrir la guerre française d'Indochine puis la guerre américaine du Vietnam. Son œuvre sans doute la plus connue, Rue sans joie (livre réédité récemment et sur lequel nous reviendrons bientôt), témoigne de cette passion, ici expliquée et mise en valeur. Avec, au final, ce commentaire presque désabusé : "Ils [les soldats d'Indochine] seront métamorphosés par l'Asie et la guerre, forçant l'admiration par leur incroyable endurance et leur désintéressement … On est armé mais on redoute de tuer. On est finalement rassuré d'obéir à des injonctions composites, l'honneur, le drapeau, l'amour des copains, l'anticommunisme, et peut-être la hantise du retour au pays que l'on sert pourtant avec une abnégation d'autant plus grande qu'il vous ignore et parfois vous méprise"... Indochine où Bernard Fall va mourir en février 1967, victime d'une mine lors d'une patrouille avec des soldats américains.

Une très bonne lecture de vacances, qui offre par ailleurs l'intérêt de nous parler de trois conflits majeurs du XXe s.

Editions Equateurs, Paris, 2019, 248 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-84990-666-8. 

Une vie d'aventures

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 00:05

Charles De Gaulle

Un rebelle habité par l'histoire

Michel Winock

Retour, à travers la vie du fondateur de la France Libre, sur deux moments essentiels de notre histoire récente : 1940-1945 et le refus de la défaite, 1958 et la remise en état de marche du pays.

Partant du constat que le futur président de la République est d'abord un militaire, de formation très traditionnelle et "républicain de raison", Michel Winock s'attache à retrouver sa figure, sa personnalité, les marques de son action en trois grands chapitres chrono-thématiques : "Faire la France Libre", "Exil" et "Retour". Dans la première partie, il revient sur le combat qu'il fallut mener pour faire reconnaitre la France Libre comme allié par les Anglo-Saxons alors qu'il n'est encore qu'un général à titre temporaire et que "sa carrière politique s'est bornée à onze jours de sous-secrétariat d'Etat dans un gouvernement en perdition". En 1945, c'est avec le Parti communiste qu'il lui faudra manœuvrer. La seconde partie s'intéresse bien sûr au général pendant la IVe République, de l'appel de Bayeux à l'échec du RPF. La troisième enfin avec la guerre d'Algérie et ses conséquences intérieures voit De Gaulle revenir au pouvoir : "Ces quatre premières années de la République gaullienne [1958-1962], marquées par la question algérienne, sont capitales. Elles marquent une double rupture dans l'histoire française : l'instauration d'un régime républicain enfin gouvernable et la clôture du cycle colonial".  Et dans les deux domaines, c'est bien De Gaulle qui impose sa marque (cf. la constitution de la Ve République). Le livre se termine sur les conditions du départ du pouvoir en 1969 et sur une esquisse de la légende gaulliste, dans ce qu'elle représente aujourd'hui dans l'imaginaire collectif français.

Un petit livre de synthèse tout-à-fait intéressant, qui se lit avec aisance et dans lequel chacun trouvera références, arguments et sans doute motifs à discussions !

Gallimard, Paris, 2019, 124 pages. 14,50 euros.

ISBN : 978-2-07-269349-6.

Statue du Commandeur

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 06:00

Itinéraire d'un officier de la Coloniale

François Vernant, 1915-1989

Jean-Paul Faivre

Voici un ouvrage particulièrement utile, car il détaille la carrière d'un officier des troupes de Marine (la vieille Coloniale) ayant occupé à peu près toutes les fonctions possibles en corps de troupe, de chef de section à chef de corps, durant la période critique des années 1935-1965.

Effectuant son service militaire entre 1935 et 1937 dans la cavalerie, François Vernant sert comme officier appelé au 6e Cuir. de Verdun, où il découvre les escadrons d'automitrailleuses. En 1938, il décide de réintégrer l'armée et est affecté au 3e régiment d'infanterie coloniale, où il prend rapidement la tête d'un peloton motocycliste. Après la campagne de France et un stage d'observateur aérien, il prend le commandement d'une compagnie de transit à Rivesaltes avant de rejoindre le Sénégal en février 1941 pour servir à la 1ère compagnie portée du régiment mixte d'infanterie coloniale de l'AOF. Il s'y spécialise dans l'emploi des véhicules motorisés et est incorporé en 1943 dans "l'armée Giraud" équipée par les Américains. Après les réorganisations et l'instruction en Afrique du Nord, il participe à la libération de la Corse, puis débarque en Provence (en 2e échelon), remonte vers le Nord, participe aux combats de Colmar et d'Alsace avant d'entrer en Allemagne avec le régiment colonial de chasseurs de chars. Dès l'automne 1945, il est en Indochine avec la 9e DIC, en Cochinchine d'abord, puis en Annam dans la région disputée de Dalat. Il rejoint brièvement le Tonkin en mai 1947, comme chef du service auto, avant de rentrer en métropole. Il sert ensuite successivement en Allemagne, en Afrique occidentale, puis à nouveau en Extrême-Orient, où il retrouve le RICM et qu'il ne quitte qu'en juin 1955. Après un nouveau séjour en Allemagne, c'est l'Algérie, de juin 1956 à août 1958, puis en Afrique noire après les indépendance de 1960 après un bref séjour en métropole. A la fin des années 60, au terme d'une carrière extrêmement dense, il commande un régiment de réserve.

Le livre est rédigé en phrases brèves, comme un rapport. Pas de littérature inutile, mais des faits, des lieux, des dates, et surtout des portraits car l'auteur a mené de très importantes recherches pour reconstituer les carrières des officiers croisés par Vernant dans ses différentes affectations. Il y a là une véritable plus-value pour tous ceux qui s'intéressent à des travaux de prosopographie sur des officiers de la Coloniale. Un ouvrage intéressant et utile que l'on peut parfois presque considérer comme un outil de travail.

Memoring éditions, Bordeaux, 2019, 281 pages, 25,- euros.

ISBN : 979-10-93661-14-8.

Une carrière emblématique

Partager cet article

Repost0
16 mai 2019 4 16 /05 /mai /2019 06:00

Louis Pergaud

De l'école buissonnière au champ d'honneur

Gérard Chappez

Louis Pergaud est bien sûr connu pour La guerre des boutons, et sa participation à la Grande Guerre fait également partie des classiques de la thématique "Les écrivains et la guerre". Cette agréable biographie nous emmène bien au-delà.

Mort à à peine plus de trente ans, en pleine ascension et gloire littéraire, Louis Pergaud est né en 1882 dans la région de Montbéliard. Dans son enfance dans les villages, les champs et les forêts de sa région natale, il puisera la matière de ses premiers écrits animaliers. Il accompagne en effet son père, grand chasseur devant l'Eternel, et les spécialistes sont unanimes à confirmer que l'on retrouve nombre d'anecdotes familiales dans son œuvre ultérieure. Par ailleurs grand lecteur, il est reçu parmi les premiers au concours de l'école normale et s'oriente alors vers la poésie. Il est alors ainsi décrit : "Enfant d'un pays de montagne, chargé de bois, encombré de rocs, il était taillé en montagnard, grand et maigre, avec un soupçon de moustache, des yeux noirs mobiles et malicieux, un long nez, de grands cheveux tombant en mèches, secoué tout entier d'un grand rire bon enfant et farceur lorsqu'il était joyeux, brusquement silencieux devant une injustice, serrant la mâchoire". Instituteur dans le Doubs à partir de 1901, tout en écrivant et en publiant ses poèmes et en 1902 commence son service militaire d'un an au 35e RI de Belfort, puis au 42e RI, que l'instituteur socialisant termine comme caporal avec un certificat de bonne conduite. Son mariage n'est pas une réussite et les relations entre les époux se détériorent assez rapidement. De même, son caractère entier et sans concession lui vaut l'hostilité du curé du village qui monte en chaire pour prêcher contre lui. Durant toute cette période, il continue à chasser assidûment et à publier ses poèmes. Quittant brièvement l'enseignement (qu'il retrouvera en 1909), il s'installe à Paris en 1907 et, tout en travaillant comme rédacteur administratif dans une entreprise, il commence à écrire des ouvrages en prose. Il est ainsi prix Goncourt en 1910 pour son recueil de contes De Goupil à Margot. Sa notoriété d'auteur naturaliste est faite. Une relative aisance financière étant désormais acquise, il peut écrire et donc publier davantage. C'est ainsi qu'après d'autres écrits animaliers paraît à l'automne 1912 La guerre des boutons, œuvre également inspirée par des souvenirs d'enfance.

En août 1914, le pacifiste rejoint comme sergent le 166e RI sans hésitation et part pour la région de Verdun. Après le peloton d'élèves-officiers, il est déclaré apte aux fonctions de chef de section et connaît son baptême du feu le 7 octobre dans le secteur de Fresnes-en-Woëvre. Le 7 avril 1915, il appartient aux troupes désignées pour attaquer les positions allemandes, fortement défendues, sans préparation d'artillerie. Il disparait au petit matin après avoir dépassé la troisième ligne de barbelés, sans doute victime d'un tir fratricide.

Un petit livre passionnant , bien écrit, riche d'informations. Un plaisir de lecture.

Cabédita, Divonne-les-Bains, 2019, 171 pages.

ISBN : 978-2-88295-844-0.

Ecrivain-soldat

Partager cet article

Repost0
15 mai 2019 3 15 /05 /mai /2019 06:00

Lafayette

Héraut de la liberté

Laurent Zecchini

Surnommé le "héros des deux mondes", le marquis de Lafayette occupe pourtant une place ambigüe dans la mémoire française, alors qu'il reste une quasi-immuable statue du Commandeur aux Etats-Unis.

Pour rédiger cette biographie, Laurent Zecchini a travaillé à partir d'archives privées connues mais rarement exploitées aussi bien que d'archives publiques des deux côtés de l'Atlantique. Les quatorze chapitres du livre permettent de retracer l'ensemble de la vie, publique et privée, toujours complexe, de celui qui a su s'engager sans réserve, mais aussi prendre soin de sa notoriété. Adhérent très jeune à la Franc-Maçonnerie, alors "à la mode" dans la noblesse, il s'engage rapidement en faveur de la cause des Insurgents américains. L'auteur détaille l'importance et l'originalité de son rôle à leurs côtés. A son retour en France, il multiplie les activités publiques et les passages à la Cour de Louis XVI, il est tout à la fois "républicain pour les Américains et toujours grand seigneur à Versailles", tout en restant très lié à Washington. Laurent Zecchini précise ensuite son rôle (et tente d'expliquer les ambiguïtés) au début de la Révolution française, A l'été 1792, il est fait prisonnier par les Autrichiens (l'auteur conteste l'affirmation classique d'une trahison). Prisonnier d'Etat transféré en Prusse, indirectement mais activement soutenu par les ambassadeurs américains en Europe, libéré à l'automne 1797 après cinq années d'une détention sévère, il n'est pas autorisé à rentrer en France et séjourne en Allemagne du nord puis en Hollande. Rentré en France au début du Consulat, il s'installe dans la propriété de sa femme. Ses relations avec Napoléon sont mitigées, et se détériorent après la proclamation du consulat à vie : "la suite ne sera qu'une succession d'incompréhension, de tentatives avortées de rapprochement, que l'on aurait tort de résumer à la confrontation de deux orgueils". Sa situation reste difficile, aussi bien avec la Restauration que lors des Cent jours. Devenu "de facto le chef des libéraux à l'Assemblée", il est maintenu aux marges du pouvoir, même s'il est réélu député de la Sarthe à l'automne 1818. La politique réactionnaire des Ultras le conduit à être impliqué (dans des proportions mal définies) dans les projets et tentatives de la société secrète de la Charbonnerie, alors qu'il est âgé de plus de soixante ans. Un ultime voyage, triomphal, aux Etats-Unis en 1824-1825, puis une réélection à la Chambre en 1826 et une implication toujours aussi active (et en partie secrète) en 1830 marquent les dernières années de sa vie, mais il refuse de s'engager personnellement et (éventuellement)  de proclamer la république, pour faire accepter Louis-Philippe comme roi des Français. Ses derniers combats restent pour la liberté, celle des Polonais ou contre l'esclavage.

Une biographie passionnante sur une époque, fin XVIIIe / début XIXe s., de grands bouleversements et riche en conflits. A lire absolument.

Fayard, Paris, 2019, 570 pages, 26,- euros.

ISBN : 978-2-213-70148-6.

Héraut de la liberté

Partager cet article

Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 06:00

L'homme qui parlait avec les étoiles

Milan Rastislav Stefanik,

héros franco-slovaque de la Grande Guerre

Michal Ksinan

Comme le précise Antoine Marès dans sa préface, le général Stefanik, "personnage clef des rapports franco-slovaques, reste cependant un héros ignoré". Effectivement, bien rares sont les Français qui, même s'ils connaissent parfois son nom, sont capables d'évoquer sa vie et son parcours.

Après une rapide première partie qui retrace l'histoire des territoires slovaques et replace la Slovaquie du début du XXe siècle dans son environnement, l'auteur aborde la vie de Stefanik à proprement parler et insiste en particulier sur les difficultés financières récurrentes de ce jeune homme issu d'une famille nombreuse et pauvre. A la suite de son arrivée à Paris au début du XXe s., il se lie progressivement avec plusieurs personnalités des milieux artistique ou scientifique (dont le célèbre Flammarion). Il oriente alors sa carrière naissante vers l'astronomie et à ce titre commence à voyager dans le monde, de l'Afrique du Nord à la Polynésie et à l'Amérique latine, au prix de la recherche permanente de mécénat. Cela le rapproche en particulier d'hommes politiques influents comme Chautemps. Homme de science, proche du milieu artistique, en lien avec le monde politique et des journalistes : Stefanik constitue ainsi un réseau de relations qui lui sont bien utiles lorsqu'il s'engage avec Benes et Masaryk pour l'indépendance tchécoslovaque. A partir de 1916, il consacre l'essentiel de son activité à la cause nationale et au recrutement d'une armée parmi les prisonniers tchèques et slovaques (de l'empire austro-hongrois) en Russie, en Italie mais aussi dans la diaspora (Etats-Unis). L'auteur explique aussi la fulgurante progression de Stefanik dans la hiérarchie militaire, de simple soldat à général en trois ans : "Cet avancement n'est pas dû à ses actions militaires. En dehors de son engagement sur le front occidental et serbe pendant l'année 1915 et quelques vols de reconnaissance en Italie en 1916 … Ses promotions résultent de ses activités diplomatiques, de son habileté à associer intérêts français et tchécoslovaques … Ces promotions sont souvent à titre temporaire et répondent à la règle qui veut que les soldats français servant à l'extérieur du pays bénéficient d'un grade plus élevé pendant le temps de leur mission". Il suscite alors des opinions très contrastées. Organisateur de l'armée tchécoslovaque, il agit en France, certes, mais aussi on le sait moins en Russie et surtout en Italie (mise sur pied de deux divisions). Dans un premier temps d'ailleurs, après l'indépendance, l'influence italienne (et de la mission militaire italienne) dans le nouvel Etat des Tchèques et des Slovaques est la plus importante. L'année 1919 se déroule ainsi sur fond de crise entre Prague, Paris et Rome, et Stefanik est au cœur des débats. La dernière partie du livre est consacrée à "Stefanik et l'identité slovaque" (entre Tchéquie et Slovaquie), aux circonstances de sa mort (et aux différentes enquêtes menées), enfin aux représentations et utilisations ultérieures de la mémoire du héros.

Terminé par une dense bibliographie et un utile index, ce riche ouvrage doit absolument être connu de tous ceux qui s'intéressent aux années 1917-1919 comme à l'Europe centrale. 

Eur'Orbem éditions, Paris, 2019, 344 pages, 24,- euros.

ISBN : 979-10-96982-08-0.

Franco-Slovaque

Partager cet article

Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 06:00

Weygand

L'intransigeant

Max Schiavon

A deux reprises au moins, en 1918-1919 et en 1940-1941, le général Weygand a été placé par les circonstances au cœur de l'histoire de France. Cette nouvelle biographie apporte un éclairage complet sur un personnage complexe.

On sent bien toute l'estime que l'auteur a pour son sujet, mais au-delà Max Schiavon utilise une telle masse de documents (archives, témoignages, ouvrages) que sa biographie est extrêmement complète. Il ne problématise pas son sujet (peu d'interrogations sur les journées critiques de juin 1940 par exemple), mais offre un récit détaillé du déroulement de sa carrière, des évènements, de ses décisions. Personnalité intransigeante, Weygand ne plaisait pas au personnel politique de son temps, en particulier à gauche où on lui reproche sa foi catholique et son rôle en Pologne contre l'Armée Rouge naissante. Son rôle durant l'entre-deux-guerres, souvent moins connu, est bien précisé. Auteur relativement prolifique à partir de 1945, il laisse une œuvre non négligeable, même si elle est souvent auto-justificatrice ou hagiographique.

Une belle biographie qui doit figurer dans toute bibliothèque sur l'histoire militaire de la France.

Tallandier, Paris, 2018, 591 pages. 26,50 euros.

ISBN : 979-10-210-1448-0.

Le fils spirituel de Foch

Partager cet article

Repost0
8 février 2019 5 08 /02 /février /2019 06:00

André Tardieu

L'incompris

Maxime Tandonnet

Homme politique incontournable de la première moitié du XXe siècle, André Tardieu a profondément marqué notre histoire politique. Fidèle de Clemenceau, trois fois président du Conseil, il est pourtant aujourd'hui assez largement oublié.

L'homme n'a pas publié de mémoires, ce qui est dommage au regard de ses responsabilités et de ses rencontres, et Maxime Tandonnet s'attache avec une évidente sympathie à reconstituer sa carrière et sa vie. Issu d'une vieille famille de la bourgeoisie parisienne, il commence comme journaliste au très respectable quotidien Le Temps, entre en guerre comme officier de réserve aux côtés de Foch en 1914, devient haut-commissaire à Washington et un acteur essentiel de l'approvisionnement de la France par l'économie américaine, rejoint Clemenceau dont il devient très proche et défend la politique avec vigueur. Durant l'entre-deux-guerres, il occupe une position atypique au sommet de la politique française, alternant l'occupation des plus hautes fonctions (avec à son crédit une série de réformes sociales) et des phases de retrait. Dès l'arrivée d'Hitler au pouvoir, il identifie les dangers que le nazisme fait peser sur la paix et sur la France, et il prône un renforcement des pouvoirs de l'Etat (une sorte de précurseur de la Ve République). Il semble alors se rapprocher de l'extrême-droite (contributions à l'hebdomadaire Gringoire) mais conserve sa liberté de pensée, ne cesse pas ses critiques contre la faiblesse à l'égard de l'Allemagne et s'oppose par exemple aux accords de Munich. Solitaire, il se refuse à devenir un "recours" et à partir de 1940, de plus en plus fatigué, disparaît de fait de la vie publique.

Une biographie réussie sur un personnage très intéressant. Un bel ouvrage, recommandé. 

Perrin, Paris, 2019, 352 pages. 23,50 euros.

ISBN : 978-2-262-07258-2.

"Le Mirobolant"

Partager cet article

Repost0
2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 06:00

Le dernier des Condé

La vie romanesque d'un prince de France

Emmanuel Maury

Héritier de l'une des plus grandes familles de France, le dernier duc de Bourbon a une vie à la fois extraordinaire et mal connue qu'Emmanuel Maury restitue avec finesse et sympathie.

L'histoire commence avec l'époque des Lumières et se termine sous les feux du romantisme, elle se déroule de la cour de France aux longues années d'exil, de Belgique en Suisse, d'Allemagne en Angleterre et même en Espagne, puis au retour sur ses terres avec la Restauration. Elle couvre l'Ancien régime, la Révolution et l'Empire, le retour des Bourbons et la victoire des Orléans. En 22 brefs chapitres, d'une écriture enlevée, l'auteur  nous présente un prince engagé, qui mène la guerre contre la Révolution sur les frontières de la République comme en Vendée, qui connaît la douleur de l'exécution de son fils, le duc d'Enghien, dans les fossés de Vincennes et qui va s'enfoncer dans le jeu, la chasse et les femmes pour oublier… Rentré en France avec le comte d'Artois, il retrouve son hôtel de Lassay et le palais-Bourbon, mais aussi ses importantes propriétés et ses nombreux châteaux au nord de Paris, qui font de lui l'une des plus grandes fortunes du pays. Après la seconde restauration, il se consacre à ses domaines de Chantilly et de Saint-Leu tout en entretenant une relation compliquée avec sa maîtresse Sophie de Feuchères. Avant d'étudier les différentes hypothèses sur une mort suspecte, l'auteur s'attache aux relations difficiles avec Louis-Philippe Ier après les journées révolutionnaires de 1830, qui réveillent de bien mauvais souvenirs.

Une vie attachante, sur fond de malheurs et de souffrances pour un prince que rien, à sa naissance, ne prédisposait à connaître de telles situations. Mais aussi une approche indirecte, de l'intérieur, de l'armée des Princes et de la Restauration. 

Tallandier, Paris, 2019, 381 pages. 22,50 euros.

ISBN : 979-10-210-2761-9.

Prince de France

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 06:00

Le général Lardant

Soldat des troupes de montagne

Jacques Gasqui

Un ouvrage original qui allie les qualités d'une recherche biographique et l'intérêt d'un album de photos.

Ce livre nous présente par le texte et par l'image la carrière d'un grand alpin, le général Lardant, né en Isère en 1872 et qui fait le choix de rejoindre le 28e bataillon de chasseurs alpins de Grenoble à sa sortie de Saint-Cyr en 1894. Ce montagnard de cœur et d'esprit sert ensuite presque exclusivement dans des unités alpines, jusqu'à exercer pendant sept ans (1920-1927) le commandement du 15/9, le régiment d'infanterie alpine de Briançon. Il commande également avant la Grande Guerre l'école militaire de ski de Briançon et participe à la Première Guerre mondiale avec le 319e RI et le 7e BCA et prend le commandement du 7e Groupe de chasseurs (6e, 27e et 67e BCA) en décembre 1917. Après un séjour à l'armée d'Orient en 1919-1920, il sert également au Maroc pendant la guerre du Rif. Le volume vaut aussi pour son exceptionnelle iconographie, en partie issue des archives familiales et donc inédites. On apprécie particulièrement celles qui illustrent les marches et l'instruction en montagne, ainsi que celles de la Grande Guerre.

Un très beau et bon livre, vivement recommandé.

Bernard Giovanangeli éditeur, Paris, 2018, 143 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-7587-0216-0.

Carrière d'un alpin

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile