Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 07:05

Franklin D. Roosevelt

Yves-Marie Péréon

Roosevelt609.jpg

Evoquer la vie et la carrière du président Roosevelt (le second) revient à étudier près d'un demi siècle d'histoire américaine avec, en point d'orgue, le New Deal et la Seconde guerre mondiale. C'est dire toute l'importance de ce livre.

Dans cette très belle biographie, Yves-Marie Péréon embrasse l'ensemble de la vie et de la carrière de celui qui a été le plus longtemps en fonction comme président des Etats-Unis, pour en saisir l'importance et la subtilité : "Sur la scène intérieure, artisan de réformes durables, [il] modifie radicalement l'exercice du pouvoir exécutif  ... Son rayonnement dépasse les frontières de l'espace et du temps : la crise économique que nous vivons depuis 2008 nous laisse dans un désarroi comparable à celui de la génération de l'entre-deux-guerres". Patricien, homme de communication (qui innove avec ses interventions directes à la radio), pourtant surnommé "le Sphinx de la Maison Blanche", le personnage, complexe, méritait bien ce livre.

Il est difficile de rendre compte dans le détail de la richesse et de la diversité d'un ouvrage de plus de 500 pages, mais nous avons en particulier apprécié les chapitres centraux, consacrés aux mandats présidentiels successifs -chap 8, "Redressement ou réforme ? (1934-1936)" au chap. 12, "L'effondrement de bien des illusions et le troisième mandat, mars 1939-novembre 1940"-, qu'il s'agisse de l'action publique et officielle, ou de l'homme privé, de ses pensées et de ses rencontres. Avec quelques précisions utiles : la loi Cash & Carry ne marque pas à proprement parler une volonté de soutenir les démocraties occidentales (même si "elle avantage les puissances maritimes"), mais "doit permettre à l'industrie américaine de participer aux profits générés par les besoins des pays belligérants, sans exposer les Etats-Unis au risque d'être entrainés dans un conflit". On y trouve aussi le détail des relations faites par son ambassadeur, resté à Paris, et par le chargé d'affaires américain, qui rejoint Bordeaux, pendant la campagne de France. Il y est également, bien sûr, question des relations avec Vichy, Pétain et Darlan, alors que Rossevelt est critiqué à la fois par les isolationnistes et par les interventionnistes. Le récit de "La guerre américaine" (pp. 423-467), puis de la marche "Vers la victoire" (pp. 469-510) est intéressant -en particulier par les nombreuses références données et les citations reproduites-, mais on quitte ces parties avec le sentiment que l'auteur est parfois trop favorable à son sujet, ou à son "héros". C'est bientôt la fin et, le 12 avril 1945 à 15h35, le docteur Bruenn constate le décès.

Le livre est accompagné d'un riche apareil de notes (pp. 517-551), de 13 pages de "Sources et bibliographie" et d'un index complet des noms de personnes.

Tallandier, Paris, 2012, 575 pages, 27 euros.

ISBN : 978-2-84734-734-0.

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 07:10

Comment Kennedy évita la troisième guerre mondiale

Octobre 1962 : journal de la crise des missiles

Vincent Touze

  img341.jpg

 

Nous voici entrainés au coeur du pouvoir, dans les coulisses de la guerre froide.

Le titre de cet ouvrage interpelle le lecteur potentiel et l'attire. En effet, Comment Kennedy évita la troisième guerre mondiale suscite le questionnement et attise la curiosité. Le monde a-t-il réellement failli plonger dans une guerre nucléaire mondiale ? Mais surtout comment Kennedy est-il parvenu à résoudre cette crise, après un bras de fer d'une semaine avec Krouchtchev ? Tout l'intérêt de cet ouvrage réside dans la mise en lumière d'un processus décisionnel complexe, à un moment de tension extrême. Vincent Touze se concentre uniquement sur la crise de Cuba du point de vue américain. Dès lors, il utilise les archives personnelles de Kennedy, lesquelles contiennent des enregistrements de conversations secrètes, dans le Bureau de la Maison Blanche, entre le président et ses conseillers. Cette source extraordinaire offre au lecteur l'étrange impression de pénétrer dans les coulisses du pouvoir et de percevoir la complexité engendrée par la nécessité d'une prise de décision à la fois prompte mais néanmoins réfléchie. Tout au long de la retranscription brute des archives orales, l'auteur insère des commentaires efficaces qui contextualisent le propos, l'éclaire, le précise et le synthétise.

Cet ouvrage soulève plusieurs questions essentielles. En effet, comment une décision est-elle prise ? Quelles sont les influences, les « forces profondes » qui s'exercent sur Kennedy ? Les avis contraires sont-ils pris en compte ou au contraire ignorés? Les discussions souvent tendues, l'évolution des réflexions et des stratégies imaginables pour résoudre cette crise livrent quelques réponses. De plus, un autre enjeu fondamental est posé par la question de l'information et sa (re)transmission. Enfin, le chemin parcouru par Kennedy durant cette semaine mouvementée qui aurait pu conduire à la troisième Guerre mondiale constitue une leçon de leadership. Conscient de la gravité du moment et de sa responsabilité devant son peuple et devant l'histoire, Kennedy tranche avec constance et pondération.

Ainsi, ce texte unique, aux sources inédites, éclaire une facette du pouvoir rarement étudiée, celle du processus de prise de décision au plus haut niveau du pouvoir. À cela s'ajoute, et pour notre plus grand plaisir, des photographies qui plongent le lecteur dans cette atmosphère pesante, dans l'intimité de ces moments historiques décisifs durant lesquels les acteurs ont les nerfs à vif.

Kathleen Simon

André Versailles éditeur, Paris, 2012, 223 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-87495-157-2

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 07:00

Kennedy  -  Nixon

Les meilleurs ennemis

Georges Ayache

KENNEDY.jpg

John Fitzgerald Kennedy et Richard Milhouse Nixon sont généralement assimilés à des personnalités profondément antagonistes, emblématiques de "deux Amériques". Georges Ayache, qui connaît bien la politique pour avoir lui-même été diplomate, dénonce la réduction trop systématique des deux hommes à une série de clichés. D’un côté le charmeur au grand cœur, « JFK » – et, au-delà du seul John Kennedy, c’est l’ensemble des Kennedy qui « ont cessé d’être une famille ou un clan pour devenir une légende ». De l’autre le tricheur invétéré, « Tricky Dick ». Si le manichéisme de ces deux images plaît au cinéma hollywoodien et au grand public, avides de mythes et de formules simples, il ne sied guère à l’historien pour qui les fictions trahissent la réalité et la masquent. Spécialiste des relations internationales, Georges Ayache bat en brèche les idées reçues et s’attache à dévoiler qui ont vraiment été Kennedy et Nixon.

En suivant le fil du temps, l’auteur se propose de décrire l’histoire de ces deux personnalités, une histoire qui se joue en six actes et dont l’action principale est la conquête du pouvoir, à tout prix. Dans un va-et-vient incessant entre ces deux figures politiques, Georges Ayache peint deux portraits sans concession, ni pour l’un, ni pour l’autre. Il montre bien comment la légende de John Kennedy a progressivement été construite à des fins politiques. Poussé par le clan, la presse a fait de lui un héros de guerre et a passé sous silence ses frasques répétées. On découvre ainsi ce que cette légende arrangée cache : l’état de santé déplorable de Kennedy, ses aventures charnelles, ses relations avec la Mafia, les fraudes électorales dont il a pu bénéficier mais aussi le rôle de marionnettiste que jouait son père. L’auteur montre que Nixon n’est pas que le « sale type », que la presse et ses adversaires se sont acharnés à présenter. Si ses manœuvres sont exposées clairement (le livre s’achève sur le scandale du Watergate), l’historien lui reconnaît aussi des qualités de travailleur acharné et de debater.

Le livre ne fait pas que comparer ces deux hommes politiques, dont finalement les similitudes frappent parfois plus que les différences qui les séparent. L’objet de l’ouvrage n’est pas seulement de nous aider à comprendre Nixon et Kennedy, il s’agit aussi d’éclairer ce que chacun doit véritablement à l’autre. L’auteur peint avec brio les instants où leurs destins se croisent. On découvre par exemple, non sans amusement, que les Kennedy ont soutenu financièrement la campagne sénatoriale de Nixon en 1950. Georges Ayache entre dans le détail et dévoile les dessous de ces campagnes électorales sans pitié, faites de phrases assassines et de coups tordus, dont ni l’un ni l’autre n’étaient avares. On comprend aussi comment Nixon a pu se sentir « persécuté » par les Kennedy au point d’en arriver à « se battre contre des fantômes ».  Enfin, cette biographie croisée offre non seulement un regard nouveau sur Kennedy et Nixon mais elle permet aussi de (re)découvrir les États-Unis de la Guerre froide.

Pierre Garzon

Editions Perrin, Paris, 2012, 562 pages, 25 euros.

ISBN : 978-2-262-03622-5

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 07:10

Franklin D. Roosevelt

André Kaspi

KASPI.GIF

La collection Tempus accueille une nouvelle édition de cet ouvrage de référence paru pour la première fois en 1988 chez Arthème Fayard. Grand spécialiste de la vie politique américaine et de l'histoire des Etats-Unis, auxquelles il a consacré l'essentiel de ses travaux, André Kaspi livre ici en format poche (12 euros) une nouvelle version de cette grande étude.

L'ouvrage est absolument indispensable pour quiconque (amateur, curieux ou étudiant) souhaite s'intéresser à l'histoire américaine depuis la grande crise de 1929. Triomphalement élu à l'automne 1932, Roosevelt prend ses fonctions au printemps 1933. Il sera réélu quatre fois (cas unique) et seule la mort lui fait quitter ses responsabilités présidentielles en avril 1945. Après avoir rappelé dans les premiers chapitres le parcours qui conduit cet avocat du sénat de New York au poste de chef de l'exécutif fédéral, André Kaspi développe longuement (chap. VII à IX) toute la période du New Deal et la mise en place d'un "Etat providence" à l'américaine. Un chapitre de transition ("Le monde de l'avant-guerre vu de la Maison Blanche") permet de passer aux années 1939-1941, au choc que constitue la défaite de la France en juin 1940, aux relations ambigües avec Pétain et à l'appui de plus en plus ferme donné à l'Angleterre, de la "loi prêt-bail" à la Charte de l'Atlantique. La question de Pearl Harbour ("Roosevelt est-il coupable ?" : "Le scénario machiavélique manque de solidité") fait l'objet du chapitre XII, puis l'auteur s'intéresse au "Chef d'une nation en guerre". Il aborde, dans le cadre de la conduite générale de la guerre, des thèmes aussi variés que la question des nouvelles formes de la guerre (déjà !), de l'espionnage, de la bombe atomique, du génocide des Juifs, etc. Le chapitre XIV, "Roosevelt, la France et les Français", peut-être un peu trop compréhensif pour les prises de position du président américain, traite très largement des difficiles relations entre Washington, Vichy, Londres et Alger, jusqu'à la reconnaissance (du bout des lèvres) du GRPF et à la question de l'Indochine. Il s'agit désormais de "Préparer l'après-guerre", et nous suivons Rossevelt, de plus en plus malade, dans sa volonté de briser le militarisme japonais, en faveur de la création de l'ONU (conférence de San Francisco), dans ses relations avec la Chine et avec Staline jusqu'aux lendemains de Yalta. Soulignons également que les aspects personnels et privés de la vie du président Roosevelt ne sont pas oubliés.

Un ultime chapitre ("Tel qu'en lui-mêrme, enfin") s'intéresse aux héritages, immédiats et ultérieurs, de l'ère Roosevelt, jusqu'à sa présence ou son influence dans l'Amérique de la fin du XXe siècle, où le poids des partis traditionnels ne cesse de diminuer : "Malgré ses lacunes, ses ambiguïtés, ses défauts et ses échecs, Frankjin Roosevelt a sans aucun doute été le plus grand président des Etats-Unis du XXe siècle". Un récit dense de 665 pages, complété par plus de 60 pages de notes, une volumineuse bibliographie et un index très complet. Une référence à utiliser régulièrement comme outil de travail.

Partager cet article

Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 08:00

  Freedom by the Sword

  The US Colored Troops

  1862-1867

William A. Dobak

Freedom-by-the-sword501.jpg

Ce gros volume d'environ 550 pages retrace, à partir des modalités de recrutement, de formation et d'emploi, la place et le rôle des régiments noirs de l'armée fédérale pendant la guerre de Sécession américaine. Attention : il ne s'agit pas d'une réflexion générale sur l'émencipation des esclaves ou l'égalité des races, mais bien d'une étude opérationnelle sur les régiments eux-mêmes et leurs campagnes, le long de la côte Atlantique, en direction de la Louisiane et du golfe du Mexique, le long du Mississippi, vers le Kansas et les territoires indiens, en Alabama, Géorgie, Caroline, Virginie et Texas : "Ce livre parle de soldats américains combattant sous le drapeau de l'Union pour préserver l'Union". L'ouvrage est extrêmement détaillé, particulièrement riche (sans doute le seul, ou l'un des très rares à notre connaissance, à s'intéresser aux question de formation, d'instruction de commandement et d'organisation de ces régiments), et le texte accompagné de nombreuses notes infrapaginales. Fort heureusement, cette densité est "aérée" grâce à quelques cartes, organigrammes et une centaine de photos d'époque.

Ce livre est certes une publication officielle de l'administration militaire américaine (cliquer ici), mais le discours général n'est pas trop "lénifiant" et le caractère "tactico-tactique" de l'étude permet d'éviter la plupart des pièges du politiquement correct. On apprécie également l'index, très complet, ainsi que les 25 pages de références d'archives et de bibliographie.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 08:06

Anatomie d'un désastre.

Baie des Cochons, Cuba, avril 1961

Jacobo Machover

linkCouverture-de-l-ouvrage--Anatomie-d-un-desastre-.jpg

Voilà un ouvrage qui présente le débarquement anticastriste de 1961 sous un angle peu étudié en France, où l'essentiel de la bibliographie s'intéresse aux attendus et aux conséquences politiques, voire au rôle de la CIA. Sans négliger ces aspects, Jacobo Machover (lui-même cubain et exilé en France en 1963) s'attache surtout aux exilés armés qui menèrent l'aventure et aux caractéristiques militaires de l'opération.

En préface, Stéphane Courtois rappelle le contexte de l'arrivée au pouvoir et de l'établissement d'un régime personnel par Fidel Castro, après la chute du dictateur corrompu Batista. L'auteur nous propose alors un récit détaillé de la situation dans la grande île voisine des Etats-Unis en 1959-1960. Le rapprochement avec l'URSS et la dérive socialisante, puis communiste, de Castro s'accompagnent de livraisons d'armes venues des pays du bloc socialiste, de l'embargo commercial prononcé par les Etats-Unis et de la radicalisation d'une communauté cubaine exilée en Floride de plus en plus nombreuse.

Jacobo Machover raconte ensuite par le menu la préparation de l'expédition, la constitution et l'entraînement de la "Brigade 2506", la proximité qui se noue entre quelques instructeurs américains et les Cubains anticastristes (pp. 33-63) : "Ils s'apprêtaient à affronter des forces régulières près de vingt fois supérieures, ainsi que des milices dont le seul nombre aurait été dissuasif pour une quelconque force 'd'invasion" sans la volonté, la témérité, l'inconscience presque de ces hommes-là". Les chapitres suivants ("Ultimes préparatifs de débarquement", "L'enfer sur les plages", "La gloire des vaincus") semblent n'être que l'inexorable récit d'un tragique échec annoncé, par manque de matériels, d'hommes et d'encadrement ("Quelques centaines de recrues, tout au plus, ils n'atteindraient le chiffre de 1.500 que quelques semaines avant l'attaque") ; d'une quasi-trahison des officiels américains qui hésitent jusqu'au dernier moment et refusent d'engager des moyens importants ("L'intérêt politique avait prévalu sur la logique militaire, ce que Kennedy semblait regretter à la lumière des évènements postérieurs") ; et d'un discours convenu de castro qui met en scène leur interrogatoire public par ses propres soins. Tirant profit de l'échec de l'entreprise au plan politique et diplomatique aussi bien qu'économique et financier, le régime de Castro touchera au cours des années suivantes plusieurs dizaines de millions de dollars, souvent collectés dans les familles des prisonniers : une vraie rançon.

"La défaite des Cubains anticastristes apparaissait aux yeux de l'opinion publique comme une défaite américaine. Le mythe de la baie des Cochons traversait le temps et les frontières". La crise des missiles, qui suivra, relève davantage du "poker menteur" diplomatique et, à ce jeu-là, Kennedy sera gagnant.

Un livre atypique donc, qui présente ce "dossier chaud de la guerre froide" sous un angle original. Les opinions (négatives) de l'auteur à l'égard de Castro et des siens sont bien connues : son approche par l'angle des Cubains exilés n'en est que plus intéressante.

Partager cet article

Repost0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 13:04

Les guerres d'Obama

Bob Woodward

guerres-obama.gif

Journaliste célèbre pour avoir en particulier enquêté sur l'affaire du Watergate ayant entrainé la démission du président Nixon, Bob Woodward s'intéresse ici aux guerres (Irak et Afghanistan) du prix Nobel de la paix 2009. L'homme est donc engagé et connu pour ses positions aux Etats-Unis, mais il est aussi un journaliste d'investigation hors pair et précise d'ailleurs dans un"Avertissement" en début d'ouvrage : "Les informations contenues dans ce livre ont été fournies par plus de cent personnes impliquées dans la guerre en Afghanistan et travaillant dans le domaine de la sécurité nationale ... Pour plusieurs sources, la transcription intégrale de nos entretiens dépassait les trois cents pages". Parmi ces très nombreux témoins, d'ailleurs, le président Obama lui-même avec un interview d'une heure et quart. La liste complète des responsables cités qui figure également au début de l'ouvrage, de la Maison-Blanche au Conseil national de Sécurité, du Département d'Etat au Département de la Défense, dela Direction nationale du renseignement au thêatre afghan, est impressionnante. Ces guerres sont vues au niveau "politico-médiatico-stratégique" et l'on se trouve plus souvent dans les bureaux ou les salons de Washington et des grandes agences gouvernementales que sur le terrain.

C'est assez dire la l'originalité et la qualité de la recherche effectuée, et donc l'intérêt de ce livre. Il s'ouvre sur le premier entretien que le (encore) sénateur Barack Obama a avec le directeur national du renseignement, deux jours après son élection, le 6 novembre 2008. Il se termine sur un entretien avec le président et le bilan plus ou moins mitigé efffectué après dix ans d'opérations et la décision de retirer les troupes... On lira avec parfois étonnement le compte-rendu de certaines réunions au plus au sommet, américano-américaines ou avec les alliés, les réactions aux propos du général MacChrystal, les débats entre "militaires" et "diplomates", les doutes et les hésitations de certains chefs du renseignement, les idées et le rôle de Petraeus, etc.

Absolument indispensable pour une compréhension (aussi claire que possible) d'une situation politique et stratégique particulièrement complexe.

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile