Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 09:36

Le lycée militaire de Saint-Cyr

Cinquante ans d’histoire

Ce bel album très largement illustré s’ouvre sur une citation de madame de Maintenon, fondatrice de la maison d’éducation originelle, qui donne le ton : « Puisse cet établissement durer autant que Lq France et le France autant que le monde », suivi d’une préface du chef d’état-major de l’armée de Terre qui donne bien à comprendre pourquoi quelques lycées relèvent encore des Armées : « Alors que nos soldats sont engagés sur tous les fronts, … la France leur doit bien, en retour, d’offrir à leurs enfants la possibilité de grandir à l’abri des contraintes de leur métier ».

Après une nécessaire et rapide évocation historique, jusqu’à la destruction de l’école en 1944 et sa réouverture en 1966 (d’où les étonnants 50 ans du sous-titre), l’essentiel du livre est consacré à l’originalité du projet pédagogique de l’établissement, présenté avec soin, aussi bien à travers la vie quotidienne des internes (et d’abord pourquoi l’internat et qu’apporte-t-il ?) qu’à travers l’organisation de la scolarité, par les enseignants et l’encadrement, dans toutes ses composantes y compris sportives. Les particularités et traditions de l’établissement sont présentées, avec la part des élèves eux-mêmes. Toute cette partie est très ancrée dans les réalités actuelles d’un établissement qui n’a rien de figé puisqu’il ouvre désormais un parcours BTS en cyber. Le livre se termine sur les témoignages de nombreux anciens élèves aujourd’hui en pleine activité professionnelle dans les domaines les plus variés, militaires pour certains mais aussi dans le monde de l’industrie ou des arts et de la culture. Tous insistent sur la qualité de la formation reçue dans cet établissement atypique, à la fois profondément ancré dans un passé original et largement ouvert sur le monde d’aujourd’hui et ses techniques.

Un volume qui plaira non seulement aux anciens du « coldo » mais qui devrait intéresser tous ceux qui s’interrogent sur la mise en œuvre des sciences de l’éducation. Après tout, un lycée qui permet aux enfants de réussir mérite que l’on s’y arrête ?

Lavauzelle, Panazol, 2017, 165 pages

ISBN : 978-2-7025-165-15.

Education

Partager cet article

Repost0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 06:00

BD

La guerre des loups

L’enfer du Lingekopf

Victor Lepointe

L’histoire en BD d’un jeune chasseur alpin du 14e BCA commence en février 1915 dans le secteur du Linge, se poursuit pour l’essentiel du volume pendant les combats de juillet-août de la même année, et se termine à l’automne suivant dans la même zone, à nouveau dans la brume et la neige. Ce parcours d’un simple soldat insiste sur la violence des opérations, les camarades tués, le sentiment douloureux d’être soi-même devenu un tueur, un loup… La guerre vue en gros plans et représentations serrées, jusqu’aux dernières vignettes qui rappellent la femme aimée, enceinte. Si l’histoire individuelle ne prête pas à discussions, on peut regretter que tous les poncifs de la période soient accumulés dès les premières lignes (d’autant que les chasseurs n’étaient pas en pantalon rouge). Une BD qui marque indiscutablement, mais qui résume au cadre d'un parcours individuel douloureux des situations autrement plus complexes.

BD

Partager cet article

Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 09:43

Guerre du Palatinat, cavalerie rouge, Dunkerque 1940

Guerres & Histoire  -  n° 37

Comme d’habitude, le sommaire varie les périodes et les territoires. Nous passons ainsi du siège de Jérusalem par le roi assyrien Sennachérib en - 701 au mythique SR-71 Blackbird de la guerre froide, via Du Guesclin, le Palatinat ravagé par Louis XIV, Austerlitz et… les finances du Ier Empire, la cavalerie rouge en 1920 (on remarque en particulier cet excellent article de Laurent Henninger) et bien sûr le dossier du numéro consacré à l’évacuation de la poche de Dunkerque fin mai-début juin 1940.

Victoire défensive et dévastation

Partager cet article

Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 09:40

Histoire de l’armée française, 1914-1918

François Cochet et Rémy Porte

Depuis que j’ai commencé à écrire des livres d’histoire, il y a bientôt une quinzaine d’années, j’ai accumulé plusieurs centaines de présentations, chroniques et recensions sur toutes sortes de supports, radio, internet, magazines divers. Si elles sont généralement plutôt favorables, ce n’est bien sûr pas une règle absolue et chaque chroniqueur peut très légitimement regretter tel oubli ou contester telle conclusion. Il est bien facile de vérifier que jamais, pas une seule fois, je ne me suis laisser aller à polémiquer. Mais la présentation qui est faite de notre Histoire de l’armée française, 1914-1918 dans le dernier numéro de Guerres & Histoire, sous la signature J.-C. D., ne peut pas laisser indifférent. Pour « flinguer » un livre en une colonne, encore faut-il l’avoir lu avec soin.

Cinq arguments négatifs principaux sont donnés : absence des opérations militaires, sous-titre non pertinent, abus du témoignage, sujets à la mode, lacunes et erreurs factuelles. Reprenons-les rapidement. Pour ce qui concerne l’absence du récit des opérations militaires et des questions de stratégie, il suffisait de lire l’introduction. Ecrire une Nième histoire des opérations présentait à notre sens bien moins d’intérêt que de s’attacher à évaluer les transformations de fond, dans tous les domaines, de l’outil militaire français en quatre ans. Pour ce qui concerne le sous-titre, il est le choix de l’éditeur et non des auteurs (comme souvent dans l’édition), et par ailleurs le chroniqueur aura du mal à convaincre quiconque qu’à l’automne 1918 une autre armée (allemande, austro-hongroise, belge, britannique, américaine, russe ?) serait dans sa globalité mieux équipée et mieux à même de conduire de grandes offensives. Le reproche d’abus du témoignage « pour écrire une micro-histoire sociologique » est pour le moins surprenant de la part d’un journaliste, sachant l’importance de ces témoignages pour les historiens et que nous précisons bien l’impérieuse nécessité de les critiquer et croiser. L’auteur préfère-t-il se limiter à ceux qui confortent son idée préconçue ? La question des sujets « à la mode » serait à mourir de rire si ces sujets n’étaient pas depuis vingt ans au moins au cœur des débats historiographiques et si, justement, nous n’établissions pas un tableau « pointilliste » de la réalité, toujours changeante selon les individus, les lieux et les périodes. Il aurait d’ailleurs pu observer que nous utilisons des témoignages à tous les niveaux de grade, sur les différents secteurs du front et à des moments différents. Enfin, donner en exemple de l’accusation de lacunes et erreurs de « l’indécrottable myopie de l’historiographie française » le fait que nous aurions défendu l’idée de l’offensive à outrance est à la fois bien mal connaître nos travaux respectifs et le contenu exact du livre (p. 40 : « Grandmaison n’ignore pourtant pas les effets des armements de l’époque. Considérablement caricaturé par la suite, il tient simplement à exprimer combien la volonté peut permettre de l’emporter sur le terrain », un point de vue très largement partagé par tous les règlements dans les différentes armées européennes.

Quand, pour des raisons qui lui appartiennent, monsieur Delhez n’aime pas un livre, qu’il prenne la peine d’en rendre compte complètement et qu’il ne se limite pas à une exécution au titre de son bon plaisir. Avoir la possibilité d’exprimer des points de vue très personnels dans une revue à grand tirage oblige au moins, moralement, à la rectitude dans le compte rendu.

R. Porte

Recensions et chroniques

Partager cet article

Repost0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 00:00

Les clochards de la gloire

Alexis Le Gall

Voici les souvenirs d'un (très) jeune volontaire de la France Libre qui dès juin 1940 veut poursuivre la guerre : "Jeunes, sans obligations familiales, patriotes, nous fûmes plusieurs en Bretagne et notamment dans le Finistère, non pas à tenter l'aventure comme on le dit volontiers, mais à considérer que notre devoir était de partir là où l'on pouvait poursuivre cette lutte pour la survie de la France et pour nous Bretons, ce pays était l'Angleterre".

Le ton est simple, sans emphase ; le propos sobre, presque un récit "ordinaire" si l'on oublie que l'environnement est littéralement extraordinaire. Après une première phase de formation militaire au Royaume-Uni, voici l'Afrique (Cameroun) avec le BM5, le Levant, l'Afrique du Nord (dès El Alamein), puis la marche vers la Tunisie avec la 1ère DFL, l'Italie, le débarquement de Provence et la remontée jusqu'à l'Alsace. Présentation des conditions de vie, d'engagement, de préparation, des portraits de camarades, hommes décidés mais souvent sous-équipés, l'espoir enfin lorsque le sort des armes change de camp et la joie après le retour sur le sol national.

Un témoignage simple, ce qui fait sa force.

Editions Charles Hérissey, 2017, 389 pages, 22,- euros.

ISBN : 2-914417-51-9.

 

Volontaire

Partager cet article

Repost0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 11:11

Mémoire des crimes de masse

Le génocide des Arméniens

Pascal Plas (Dir)

Un nouveau volume dans un ensemble qui, depuis le début du centenaire de la Grande Guerre, a vu la publication de plusieurs ouvrages (ici, ici et ici par exemple).

Cet ouvrage collectif propose les communications présentées en mars 2015 à Limoges à l’occasion des Rencontres organisées par l’Institut international de recherche sur la conflictualité sur le thème du génocide arménien. Considérant, comme cela est très généralement admis aujourd’hui, que ces évènements constituent en 1915 « une forme d’extermination nouvelle », éradication d’une communauté humaine par « une autorité étatique agissant au nom d’un projet idéologique global stigmatisant un groupe défini de façon religieuse et ethnique et détruit comme tel ». Les cinq communications proposées présentent l’intérêt d’aborder la question non pas sous l’angle désormais bien connu du récit historique et chronologique, mais d’abord à partir d’un point de vue juridique : « Le crime de masse et le droit », « La nécessité de juger les crimes de masse », « La question du génocide des Arméniens à l’épreuve des droits fondamentaux », « La place du génocide des Arméniens dans la controverse sur les lois mémorielles », et enfin dans la reconstruction du récit avec « L’héritage traumatique. Exemple de sa transmission chez une Française d’origine arménienne » et « De l’utilisation des témoignages sur le génocide des Arméniens. L’exemple de la Revue des Deux Mondes ». Accompagné de nombreuses citations soigneusement référencées, chaque texte apporte ainsi une plus-value à notre connaissance de l’environnement du génocide arménien, mais surtout à notre sens va bien au-delà, puisqu’ils poussent tous à réfléchir non seulement à d’autres massacres de masse, mais aussi à la mémoire, à l’histoire et à leur instrumentalisation.

A ces différents titres, ce petit volume présente un réel intérêt et intéressera au-delà de la seule question arménienne, qui en constitue à la fois le cœur et le point de départ.

Lavauzelle,  Panazol, 2017, 104 pages,

ISBN : 978-2-7025-1653-9.

Génocide arménien

Partager cet article

Repost0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 06:00

Entre Stalag et Kommando

Juin 1940 - juin 1945

Témoignage du peintre André Vergnes

Wladislaw Panarin

Lorsqu'un jeune artiste doué est retenu prisonnier pendant cinq ans, il "croque" son quotidien. C'est ce que fit André Vergnes en Allemagne de 1940 à 1945, mais ce n'est que bien plus tard, après sa mort, que ces carnets ont été retrouvés. Il nous sont heureusement présentés par son gendre.

Fait prisonnier sur la ligne Maginot à la fin du mois de juin 1940, André Vergnes a en effet connu les stalag en Allemagne entre 22 et 27 ans. Etudiant aux Beaux-Arts, il ne cesse de dessiner et ce beau petit livre reproduit plusieurs centaines de croquis, dessins, esquisses, en noir et blanc ou (plus rarement) en couleurs, parfois des soldats aux silhouettes très épurées, parfois des paysages enveloppés d'une sorte de brume, des traits nets soulignés par quelques zones plus sombres, les jeux de lumière avec les nuances de gris. Des soldats, des prisonniers, mais aussi des scènes de la vie quotidienne, des paysages, des profils et des visages criants de vérité, le souvenir d'une femme ou la séance chez le coiffeur, quelques caricatures aussi, etc...

Un ensemble tout à fait bien construit et mis en page, qui donne sans aucun doute une perception réaliste de ce que les prisonniers pouvaient ressentir, entre espoirs et ennui. Vivement conseillé à tous ceux qui apprécient les belles, esthétiques (et intéressantes !) publications.

Editions Sutton, Tours, 2017, 175 pages, 20,- euros.

ISBN : 978-2-8138-1006-9.

Prisonniers

Partager cet article

Repost0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 06:00

Guerre, armées et communication

Eric Letonturier (Dir.)

La dense collection "Les essentiels d'Hermès" nous offre dans sa dernière livraison un numéro entièrement consacré à ces questions récurrentes que sont, dans le monde hyper médiatisé qui est le nôtre, l'information et la désinformation, la censure et la protection du secret, le devoir de réserve et l'entretien du lien armée-nation.

Dix contributions constituent ce volume, avec quelques signatures bien connues comme André Thiéblemont ("Phénomènes de communication en zone de combat") ou Bénédicte Chéron ("Les soldats de l'image au coeur de la communication de Défense française"). Tour à tour, sont présentées "L'opinion des Français sur leur armée", la problématique récente ds "Militaires dans l'espace public numérique", les questions des drones et des robots comme de la cyberguerre et "L'arme de l'information à l'ère du jihad numérique". Au bilan, un numéro extrêmement dense et riche qui, à la fois, fait un point sur la situation actuelle et dans le même temps soulève bien des interrogations pour les temps prochains.

A inclure sans réserve dans vos ouvrages de référence si le sujet vous intéresse.

CNRS Editions, Paris, 2017, 217 pages, 8,- euros.

ISBN : 978-2-271-09355-4.

Information et communication

Partager cet article

Repost0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 06:00

Les Français en guerres

de 1870 à nos jours

François Cochet

Il faut indiscutablement des années d'étroite fréquentation avec son sujet pour rédiger une aussi large synthèse, et François Cochet, qui travaille depuis de longues années sur l'histoire des conflits et l'expérience combattante (récemment ici, ici, ici et ici par exemple), organisateur et animateur de nombreux colloques, a cette capacité rare d'associer une grande puissance de travail et une connaissance profonde des dossiers.

Tous ceux qui s'intéressent à l'histoire militaire de la France trouveront dans ce volume de quoi satisfaire leurs attentes. En trois grandes parties ("Qui combat ?", "Pourquoi les Français se battent-ils ?", et "Les visages du combat"), avec un vocabulaire clair mais sans jamais céder à la facilité, l'auteur retrace non seulement plus d'un siècle et demi d'histoire militaire, mais s'intéresse aussi à tout l'environnement (humain, technique, matériel, politique, etc.) qui explique et/ou conditionne ces engagements. Il aborde des questions aussi différentes que les discours officiels sur les guerres de la France (de la conquête coloniale aux OPEX en passant par les guerres mondiales), rappelle l'incessant effort de modernisation et les grandes adaptations doctrinales, détaille qui sont au fil du temps ces soldats professionnels ou conscrits, se souvient de batailles souvent oubliées aujourd'hui (Koh Chang contre la Thaïlande en janvier 1941), mais ne néglige ni l'Indochine, ni l'Algérie, qu'il s'agisse des grandes opérations, du vécu des combattants ou des évolutions de l'opinion publique métropolitaine. Les OPEX sont traitées de Daguet au Mali, avec la double problématique des "soldats de la paix" (missions d'interposition parfois déstabilisantes) et des engagements en coalition. Enfin, un ultime chapitre s'intéresse à la question de la mort au feu aujourd'hui et à l'interrogation (demande ?) récurrente sur les manifestations de la reconnaissance de la nation.

Au bilan, un solide volume qui doit impérativement figurer dans toute bibliothèque de base sur les questions militaires et l'histoire militaire récente de la France. Un livre qui doit même rester à l'angle de votre bureau, à portée de la main, pour pouvoir être rapidement consulté.

Perrin, Paris, 2017, 541 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-262-05036-8.

Des hommes, des techniques, des idées

Partager cet article

Repost0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 06:00

Les poilus de Harlem

L'épopée des Hellfighters dans la Grande Guerre

Thomas Saintourens

Le propos est intéressant et le récit agréable, mais nous sommes ici à la limite de la définition du livre d'histoire : un discours qui ne comporte aucune référence et qui ne soutient qu'une thèse, celle du "double combat" des soldats noirs du 369e RIUS, héroïque et oublié contre les Allemands avec l'armée française, mais aussi plus sournois, plus dur et plus long contre la ségrégation dans leur propre pays.

Cela nous donne quelques approximations cocasses (un régiment de soldats marocains qui "avait déjà combattu sous les ordres du maréchal Joffre à Nancy, dès 1915" ?), qui malheureusement sèment plus largement le doute sur de nombreuses affirmations non référencées (c'est utile la méthodologie de l'historien...). Au fil des chapitres, l'auteur décrit l'incorporation et la formation sur le sol américain, le transfert, le complément d'instruction puis l'engagement au sein de la IVe Armée française, la vie quotidienne au front ou à l'arrière, le jazz avec le fameux orchestre de James Europe, le retour vers l'Amérique et les désillusions enfin. De nombreuses situations sont présentées, des portraits de soldats et d'officiers sont bien décrits, des incidents (parfois dramatiques) sont racontés, mais toujours sous l'angle du racisme dont étaient victimes les soldats noirs, véritable leitmotiv et fil rouge du livre, plus de dénonciation sociale que d'histoire militaire.

Un livre indispensable parce que les études régimentaires en français sur les unités de l'armée américaine de la Grande Guerre sont très rares, mais à considérer avec précaution dans ses affirmations qu'il conviendra de vérifier par un retour aux archives.

Tallandier, Paris, 2017, 284 pages. 19,90 euros.

ISBN : 979-10-210-1390-2.

Soldats noirs américains

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile