Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 06:00

La guerre sous-marine allemande

1914-1945

François-Emmanuel Brézet

Déjà auteur de plusieurs ouvrages sur la marine allemande au XXe siècle (ici et ici par exemple), François-Emmanuel Brézet nous propose aujourd'hui une étude de synthèse sur l'emploi des sous-marins par l'Allemagne à l'occasion des deux guerres mondiales, montrant que malgré un objectif stratégique identique (guerre au commerce maritime allié) les opérations de 1914-1918 et de 1939-1945 n'ont finalement que "peu de points communs".

En 24 brefs chapitres chronologiques (parfois très brefs : le chapitre 6 fait moins de deux pages), l'auteur décortique littéralement l'élaboration et les évolutions de la doctrine d'emploi, la montée en puissance des matériels et bien sûr la réalité de l'engagement des bâtiments. Les deux guerres mondiales sont présentées phase par phase et parfois par zones géographiques (Méditerranée en 1915). La Seconde guerre mondiale est ainsi présentée en huit phases successives, dont certaines ne durent que quelques mois (6e phase = mai-août 1943). De l'engagement de bâtiments isolés aux opérations en meutes de chasse, des divergences d'analyses avec les commandements terrestres, des progrès technologiques exceptionnels parfois trop tardifs, tous les aspects sont chronologiquement abordés.

Le livre se termine sur une série de denses annexes qui donnent des chiffres très précis sur les tonnages coulés, les mises en chantier, les équipages à la mer, les pertes, etc. Un livre aussi intéressant qu'important.

Perrin, Paris, 2017, 416 pages. 23,50 euros.

ISBN : 978-2-06397-9.

U-Boot !

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 06:00

Richelieu

Sylvie Taussig

Excellente idée que de sortir directement en format poche la biographie d'un personnage aussi important que le cardinal de Richelieu.

L'auteure précise dès l'introduction qu'elle fait le choix "de s'éloigner du décryptage psychologique de l'homme pour se concentrer sur sa contribution inestimable à l'histoire du pays". En suivant chronologiquement le parcours du futur principal ministre de Louis XIII dès sa prime jeunesse, elle redresse un certain nombre d'idées reçues quand à la relative misère qu'il aurait connu enfant, à sa perception des "réalités" des guerres de religion ou aux conditions de sa désignation par Rome comme évêque de Luçon. Sylvie Taussig traite de toutes les facettes de la vie du personnage, dans ses relations privées et féminines : selon elle il ne fut qu'un "prétendu homme à femmes" et il "saura faire de la famille le premier cercle de sa clientèle d'homme politique". Elle souligne le sens du devoir chevillé au corps de cet homme qui "se couche à 11h00 ..., se réveille trois ou quatre heures après pour travailler et se rendort à 6 heures pour se réveiller deux heures plus tard. Homme d'Eglise, homme d'Etat, Richelieu travaille jour et nuit à son double sacerdoce". Sylvie Taussig nous en apprend beaucoup sur le long séjour à Luçon du cardinal, avant qu'il ne revienne à la cour, sa préparation intellectuelle, son approche (souvent ignorée) des rapport entre religion et politique, fidélité à l'Eglise de Rome et fidélité au monarque. Elle éclaire également avec précision la période de la régence pendant la minorité du futur Louis XIII, entre Condé et Concini, grands personnages entre lesquels Richelieu sait habilement louvoyer. Dès lors, une voie est ouverte et "Mr. de Luçon" entame sa marche vers le pouvoir, avec ce souci de consolider la monarchie sans rompre avec Rome, de privilégier le gouvernement du Prince, renforcé, soutenu par la présence à ses côtés d'un homme d'Eglise, et cela nous vaut quelques belles pages sur la définition du "ministariat", sur la raison d'Etat (à relativiser par rapport aux idées communément admises) et sur le rôle et la place de sa fabuleuse bibliothèque, véritable outil de travail. Les années de pouvoir sont également marquées par les guerres, avec leurs incalculables conséquences financières et fiscales qui entretiennent une hostilité croissante, la politique en Lorraine et sur le Rhin, les réorganisations militaires, et la "fragilité" du cardinal qui parfois "s'effondre" littéralement devant les épreuves avant de se redresser. Notons au passage, pour faire un clin d'oeil à l'actualité, l'élection de Louis XIII comme comte de Barcelone le 23 janvier 1641... Sur fond de querelles religieuses (émergence des jansénistes), les dernières années sont difficiles pour le grand ministre, malade et toujours confronté à de multiples oppositions : "Chaque année fait  naître un nouveau complot contre le cardinal". Le livre se termine sur l'intégration de son successeur, Mazarin, et la dernière phrase est pour rappeler qu'en décembre 1793 les révolutionnaires violeront sa sépulture pour décapiter son cadavre !

Un livre riche, dense, passionnant.

Folio Biographies, Paris, 2017, 345 pages. 9,30 euros.

ISBN : 978-2-07-046968-0.

Armand-Jean du Plessis de Richelieu

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 06:00

Entre mes chefs et mes hommes

Journal d’un lieutenant au Mali

Sébastien Tencheni

Ce petit livre est à la fois important, touchant et énervant. Avec le retour des opérations extérieures dans la durée est également revenu le temps des témoignages de soldats et des publications de « journaux de campagne ». C’est non seulement une bonne chose, car cela permet de compléter utilement le récit généraliste sur une opération, mais c’est aussi important afin de renseigner de la manière la plus précise possible « l’expérience combattante » de l’armée d’aujourd’hui.

Le livre est donc intéressant puisqu’il apporte de très nombreux détails précis sur les opérations conduites, vécues en BSS entre mai et septembre 2014 par l’EEI du 12e Cuir (2e brigade blindée). Le point d’observation est celui du chef de peloton, un lieutenant issu de l’EMIA, qui note au jour le jour ses activités et ses réactions, parfois épidermiques. Il est touchant parce que l’on y retrouve tous les enthousiasmes du jeune officier, en particulier à l’égard de ses subordonnés, et ponctuellement ses exigences à l’égard de ses chefs, comme ces généraux de passage qui ne trouvent pas deux minutes pour venir parler aux soldats. Il est également énervant parce que bien des critiques ponctuelles ou des affirmations nettement assénées ici et là relèvent des a priori, pour ne pas dire du lieu commun (ne pas les prendre au premier degré donc). Et pourtant, c’est bien ce mélange qui fait la réalité de la vie. Lorsque vous êtes en opération, vous n’avez que rarement le temps de philosopher sur les tenants et les aboutissants de la grande géopolitique et au retour les propos « de popote » sont rarement nuancés. Le lieutenant a aussi l’honnêteté de reconnaître ses erreurs et lorsqu’il évoque ses relations parfois rugueuses avec son capitaine, il semble pouvoir faire la part des responsabilités réciproques. Les envolées presque lyriques sur « l’Afrique des grands coloniaux » ou sur l’appartenance à la communauté du Prytanée peuvent faire sourire, mais elles montrent aussi la permanence d’une certaine conception de l’engagement et du devoir.

En résumé, un livre qu’il convient de ranger soigneusement avec les témoignages qui se multiplient désormais sur les opérations les plus récentes ou en cours, de façon à documenter avec la plus grande précision possible l’écriture de leur histoire. A cet égard, il n’est pas inutile de mettre en parallèle un témoignage de lieutenant de la Grande Guerre, un de la campagne de mai-juin 1940, un de la guerre d’Indochine, un enfin comme celui-ci relatif aux OPEX actuelles :  finalement, les fondamentaux des relations humaines et de commandement en opérations changent peu…

Lavauzelle, Panazol, 2017, 139 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-7025-1654-6.

Expériences

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 06:00

Les hommes et la mer

Cyrille P. Coutansais

Déjà auteur de plusieurs ouvrages remarqués sur le thème des océans et de la puissance maritime (ici et ici par exemple), Cyrille Coutansais nous propose aujourd'hui un très beau livre, entre passion et poésie, entre histoire, perspectives et esthétique.

"C'est à une autre histoire des hommes que ce livre vous convie", et il le fait de superbe manière. Divisé en trois grandes parties ("Le temps des peuples de la mer", "Entre terre et mer", et "Le temps des peuples de la terre"), il nous raconte l'importance et l'ampleur des mouvements de populations transocéaniques depuis que l'homme est présent "sur terre" (désolé !), la naissance de l'art de la navigation, des Polynésiens aux Vikings. Il raconte aussi la naissance de la cartographie, la place de la recherche scientifique, le rapport des Européens aux espaces maritimes (les grandes découvertes, Gênes et Venise, etc.) et finalement la "prise en mains" des mondes marins à partir de normes et règles "terriennes", jusqu'à l'exploitation des ressources ("jusqu'à l'épuisement") et à "l'ultime frontière" que constituent les abysses ("L'homme n'a pu défricher que quelques dizaines de km2 sur les 300 millions que comptent les fonds océaniques").

Mais au-delà de ce vaste panorama et des innombrables informations données au fil des pages, c'est aussi par sa magnifique iconographie que ce volume se distingue. Qu'il s'agisse de photos de sites exceptionnels ou de reproductions de documents anciens, les images sont toutes de grandes qualité, judicieusement choisies, adaptées : elles ouvrent autant à la réflexion qu'au rêve. Un volume que l'on regarde autant qu'on le lit. Avec plaisir.

CNRS Editions, Paris, 2017, 274 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-271-11643-7

Espaces maritimes, passé et avenir

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 06:00

L'année 1917

RHA  -  n° 288

Un sommaire extrêmement varié et des articles souvent originaux (même avec un Nième article sur Guynemer) pour ce numéro de la Revue Historique des Armées consacré à l'année 1917. Jean Bourcart revient sur le "démontage" des unités de cavalerie, Olivier Lahaie sur l'affaire Mata-Hari, Nathan Leinot et Tiémoko Diallo sur l'armée américaine, son entrainement et son équipement, Emmanuelle Mauret sur la création des Pupilles de la Nation, etc. En varia, Emile Kern s'intéresse à l'enseignement des guerres de la France dans les manuels scolaires depuis la IIIe République (un peu sommaire, surtout en conclusion, à notre sens) et Jean-Marc Degoulange nous rappelle le rôle de la Tour Eiffel dans le premier système de guerre électronique.

Pour commander directement auprès du SHD : ici.

1917, doutes et incertitudes

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 06:00

Vercingétorix, chef de guerre

Alain Deyber

Son nom est à la fois connu de tous et la réalité de son action bien ignorée : Vercingétorix, jeune chef militaire arverne qui s'opposa à la conquête de la Gaule par Jules César méritait bien ce livre.

Tout en reconnaissant que les sources sont extrêmement limitées, en fait peu de choses au-delà du De Bello Gallico de César lui-même,Alain Deyber en tire le maximum, en particulier par une critique sur la forme et le fond et une remise en contexte. Après avoir posé le cadre général de l'action (et notamment précisé la constitution des "armées gauloises", leur équipement aussi bien que les motivations de ses chefs), il revient sur les débuts de la guerre des Gaules et constate les graves difficultés auxquelles est acculé César. Dans une dernière grande partie, il s'interroge sur la conduite de la guerre par Vercingétorix, ce qui conduit à d'intéressants développements sur la nature de la coalition gauloise opposée aux Romains, sur la guerre de position et la "petite guerre". Quelle était l'autorité effective du chef gaulois sur ses troupes et ses alliés ? Pourquoi le choix d'Alésia, et celui-ci pouvait-il sembler pertinent ? Quels étaient les effectifs réels disponibles, y compris pour "l'armée de secours" ? Voici quelques unes des questions, parmi bien d'autres, auxquelles l'auteur tente de répondre en utilisant sa connaissance des opérations militaires et des principes de la guerre. On peut être surpris par exemple de voir évoqué un "état-major arrière", mais le parallèle est intéressant. La brève épopée de Vercingétorix, tardivement devenue un "mythe fondateur de l'histoire de France", ne doit pas faire oublier que son armée "fut une armée moderne par rapport au tumultus gallicus des siècles précédents" et que le jeune chef gaulois "fut notre premier grand stratège et tacticien de l'histoire".

Le livre se termine sur une chronologie détaillée et surtout sur un glossaire assez complet qui permet de préciser le sens du vocabulaire militaire. Une étude agréable à lire qui mérite toute sa place dans notre bibliothèque.

Lemme édit., Chamalières, 2017, 223 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-917575-66-6.

De Gergovie à Alésia

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 06:00

Krüger

Un bourreau ordinaire

Nicolas Patin

Le nom de Friedrich-Wilhelm Krüger n'était sans doute connu que de quelques spécialistes du système répressif nazi en Pologne pendant la Seconde guerre mondiale et cette étude, aussi imposante que pointilleuse, sera sans aucun doute rapidement reconnue comme une contribution importante à  notre connaissance du monde de ces "dirigeants intermédiaires", en charge de l'extermination à l'Est et de la germanisation de l'Europe orientale.

Nicolas Patin (à partir d'une impressionnante recherche) s'interroge essentiellement sur les conditions et modalités qui peuvent expliquer l'évolution d'un homme, officier subalterne assez exemplaire de la Grande Guerre et qui en 1944, "général de la police" sous les ordres d'Himmler, demande à repartir pour le front après avoir "perdu son honneur". Comment passe-t-on de chef de section apprécié à organisateur rigoureux et efficace du génocide ? De nombreuses chroniques reviendront sur cet aspect essentiel du livre, mais si la recherche est parfaitement légitime, et semble-t-il tout-à-fait réussie (on apprécie en particulier le ton posé et les affirmations mesurées), d'autres aspects ont également retenu notre attention. Au-delà en effet d'un souci de définition du "bourreau" et de la question récurrente du poids d'une "génération du front", le lecteur apprend beaucoup sur des sujets rarement traités dans la littérature francophone, surtout avec autant de soin. Toutes les premières parties du livre, consacrées à la Grande Guerre de Krüger comme officier de troupe (un "cochon de tranchées"), à sa perception de l'armistice, à son engagement dans les corps francs, le putsch de Kapp en 1923 puis son adhésion au parti national-socialiste en 1929, à ses difficultés matérielles pendant la grave crise économique du début des années 1930. Cette période extrêmement tumultueuse et difficile à appréhender dans sa complexité est à notre sens fort bien rendue, même si ici ou là au détour d'une phrase on n'adhère pas totalement aux affirmations de l'auteur. En tout état de cause, l'accélération de l'évolution de Krüger entre 1929 et 1933 donne à réfléchir sur l'adhésion (si souvent niée) d'une grande partie des élites et du peuple allemand au nouveau régime. "Bon père de famille, mari aimant, collègue attentionné", il n'avait finalement qu'un idéal et qu'une certitude, "sa race".

Un livre important pour mieux comprendre l'histoire du l'Allemagne de la première moitié du XXe siècle.

Fayard, Paris, 2017, 300 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-213-70054-0.

(Survivre à) une guerre de 30 ans

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 06:00

L'aube sanglante

Un artilleur visionnaire dans les tranchées

Samuel Bourguet

Depuis le début des commémorations du centenaire, les éditions Ampelos ont apporté une réelle contribution à notre connaissance de la Grande Guerre par la publication (réédition) d'ouvrages et témoignages importants (ici, ici, ici ou ici par exemple). Celui-ci n'échappe pas à la règle.

Personnage atypique, Dreyfusard et proche du général Percin (républicain militant qui fut chef de cabinet du général André -Affaire des fiches-), polytechnicien et artilleur, Samuel Bourguet est également avant guerre passionné par les questions tactiques et l'on a oublié qu'il est en 1913 directeur de fait de l'école supérieure de guerre péruvienne et qu'il met en place à Lima l'équivalent du CHEM. On peut d'ailleurs regretter que cette partie "avant 1914" de sa carrière ne soit qu'évoqué en introduction. La riche introduction toutefois, il faut le souligner, précise avec soin les conditions d'édition initiale et de réédition du texte original. Cette correspondance est divisée en deux grandes parties, "L'artilleur" (jusqu'au 25 février 1915), puis "Le fantassin" (jusqu'à sa mort au premier jour de l'offensive d'automne de Champagne). Elle fait apparaître son grand souci de ses subordonnés et son attachement au poilu "de base", qui la caractérise parmi bien d'autres, mais on y retrouve aussi de nombreuses préoccupations très matérielles sur les revenus du couple, sur les conditions de l'avancement, etc. Les indications à caractère plus tactique ne sont pas absentes, comme celles relatives aux bombardements par des canons et des obus français récupérés par les Allemands, ou cette définition dans un courrier du 21 juillet 1915 : "Notre guerre est une guerre d'usure -une mort ou une blessure qui ne répond à rien d'utile diminue sans raison la force du pays. Le même acte est audacieux, et dès lors très bien, ou imprudent, et dès lors absurde, suivant qu'il est ou non nécessaire pour remplir la mission". Exigeant dans le travail, y compris de terrassier pour l'aménagement défensif du terrain, il prône également la "coopération des armes", l'intégration d'officiers d'artillerie à l'avant, la mise en commun des ressources et des compétences pour parvenir à la victoire.

Le livre se termine par une série d'annexes utiles et par la liste des textes publiés par le lieutenant-colonel Bourguet. Un officier de contact de la Grande Guerre dont le témoignage doit être connu.

Editions Ampelos, 2017, 177 pages, 19,- euros.

ISBN : 978-2-35618-105-3.

Un artilleur atypique

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 06:00

De Koutiepov à Miller

Le combat des Russes blancs, 1930-1940

Nicolas Ross

Spécialiste de l'histoire russe et en particulier de la période de la guerre civile à laquelle il a déjà consacré plusieurs ouvrages (ici et ici par exemple), Nicolas Ross nous propose aujourd'hui une forme de suite de sa dernière étude, en consacrant un livre à l'organisation, aux évolutions et aux actions fort mal connues de l'organisation en exil des officiers russes blancs dans les années 1930.

Le livre commence ainsi par l'enlèvement à Paris, par des agents soviétiques, en janvier 1930, du général Koutiepov, président de l'Union générale des combattants russes (ROVS) et par l'arrivée à la tête de cette puissante organisation de l'exil blanc du général Miller, dont les étonnantes pérégrinations russes et européennes à partir de 1917 sont décrites en détail. L'ouvrage se révèle à notre avis absolument indispensable pour comprendre le fonctionnement de cette organisation de plusieurs dizaines de milliers de membres, de France en Bulgarie et de Belgique en Pologne. Il s'intéresse en particulier au développement des opérations secrètes en direction de l'URSS elle-même et à la question de l'infiltration d'agents "blancs" dans l'Union soviétique des années 1930. Au fil des pages, le lecteur pourra démêler l'écheveau complexe des associations et structures concurrentes et plus ou moins éphémères, retrouver le parcours de nombreux généraux russes de la Grande Guerre et de la guerre civile en exil, suivre les infiltrations et manoeuvres des agents soviétiques au sein des organisations blanches, les retournements et les trahisons, les tentatives jusqu'à la fin des années 1930 pour faire entrer en URSS des agents dévoués et y installer des "cellules dormantes", observer les évolutions de la fin des années d'entre-deux-guerres lorsqu'une partie de la jeunesse russe en exil, tout en revendiquant l'héritage de ses pères, décide de se lancer dans l'action politique pour "bâtir la Russie future", y compris par "des méthodes de lutte révolutionnaire", avec l'affirmation de refuser aussi bien Staline qu'Hitler. L'état de l'Europe de 1938-1939 pouvait-il laisser espérer de façon réaliste un soulèvement de la population russe ? Certains alors pouvaient l'espérer...

Un ouvrage étonnant, qui se lit d'une traite, presque comme un roman d'espionnage tant ces histoires sont parfois, au sens propre, extraordinaires, alors qu'il repose sur de très nombreuses sources, archives, publications et témoignages. On peut penser (espérer...) qu'un prochain livre traitera du rôle et de la place des exilés russes blancs dans l'Europe de la Seconde guerre mondiale : le dossier serait ainsi totalement traité. Passionnant.

Editions des Syrtes, Paris, 2017, 431 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-940523-57-3.

 

Fin de partie pour les Russes blancs

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 06:00

Les généraux de la Grande Guerre

Tome 1 (A à K)

Gérard Géhin

Ce volume édité par un passionné de la Grande Guerre est la réédition adaptée et remise en forme d'un ouvrage paru il y a une dizaine d'années. L'introduction affirme une réalité que nous ne cessons de répéter : "Glorifier, avec raison, les simples poilus, ceux qui ont souffert, ceux qui, trop nombreux, sont morts, souvent inutilement, ou se sont révoltés quand ils n'en pouvaient plus, ne doit pas amener à déconsidérer systématiquement les chefs. Cela doit conduire, au contraire, à les mieux connaître pour comprendre la complexité de leurs tâches et la lourdeur de leurs responsabilités".

L'ouvrage se veut purement informatif et ne porte aucun jugement sur l'action de tel ou tel à un moment ou un autre. Les généraux (la plupart des généraux du cadre de réserve en sont exclus) sont présentés sur une  page, dans l'ordre alphabétique, à partir d'une fiche normalisée (accompagnée d'une photo) qui récapitule rapidement leur parcours militaire avant la guerre, leurs principaux commandements pendant le conflit, leurs décorations et citations. De A comme "Adrian" (le fameux intendant général) à K comme "Krien" (commandant de la 30e brigade d'infanterie), vous retrouverez au fil des pages tous les chefs connus ou (beaucoup) moins connus de l'armée de Terre de la Grande Guerre. Pas de développement donc pour chacun, mais des informations type "état des services" qui permettront en particulier de réaliser (dès la parution du volume 2 !) d'intéressantes études statistiques sur ce corps des officiers généraux si souvent décrié et finalement si mal connu. On y découvrira également ce que deviennent nombre de "limogés" de la Grande Guerre après avoir quitté la zone des armées et l'on pourra identifier ces commandants d'organismes mal identifiés : centres d'instruction, artillerie de corps d'armée, troupes d'Indochine, missions militaires à l'étranger, brigades territoriales, etc.

Un outil de travail donc, dont on n'attendra pas ce qu'il ne prétend offrir, mais qui considéré comme tel nous semble absolument indispensable pour favoriser les études ultérieures. On attend avec impatience le tome 2, grâce auquel nous aurons une vision complète du commandement français de la Grande Guerre, et un livre qui doit figurer à portée immédiate pour consultation rapide dans la bibliothèque de tout amateur de la Première Guerre mondiale.

Editions Gérard Géhin, La Crau, 2017, 428 pages, 30,- euros

ISBN : 978-2-9525772-4-3

Pour commander directement auprès de l'auteur : ici.

Outil de travail

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile