Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 06:00

Les Héraultais dans la Grande Guerre

Louis, Jean-Luc et Guilhem Secondy

Une étude sur un département très éloigné du front, qui tout en confirmant beaucoup de points déjà connus sur la vie de la population à l'Intérieur pendant la Grande Guerre apporte avec beaucoup de précisons une vraie plus-value régionale.

Le livre est organisé en grands chapitres thématiques. Après une présentation du départ des jeunes hommes lors de la mobilisation, les auteurs présentent longuement "La vie des soldats sous les armes", à partir de nombreux témoignages de soldats de la région, dont des manuscrits inédits. De la réputation de lâcheté des combattants méridionaux (effet secondaire de "l'affaire du XVe corps") aux relations ambigües avec les Alsaciens (dont certains n'attendent pas nécessairement leur "libération" par l'armée française), un large tableau du quotidien des poilus est brossé. Les auteurs semblent plutôt avoir choisi de mettre en exergue ce qui constitue des différences par rapport aux innombrables autres témoignages, et l'on a parfois le sentiment d'une succession d'exemples isolés plus que d'une synthèse, mais l'intérêt est toujours présent. Les neuf chapitres qui suivent traitent sujet par sujet des aspects économiques, sociaux et culturels des conséquences de la guerre : les prisonniers, la pénurie de main d'oeuvre, la financement de la guerre, le rationnement, la place de la religion, la censure de la presse, la solidarité ou les établissements hospitaliers. Dans une dernière partie en cinq chapitres, ils abordent l'immédiat après-guerre, des fêtes populaires à l'annonce de l'armistice à la démobilisation et au retour des soldats dans leurs familles, puis la création des associations locales d'anciens combattants et l'érection des monuments aux morts.

Dans leur brève conclusion, ils soulignent la grande diversité des situations personnelles pendant et après la guerre ("le policier qui redouble d'intelligence pour démasquer les espions, le commerçant qui tient une chance de vendre plus de vin, la femme enfin libérée d'un conjoint jugé odieux ou pénible ... Le soldat musicien sera sollicité et accroîtra ses compétences et son expérience du jeu, le téléphoniste assistera à des stages et progressera dans son art, la femme travaillera à l'usine peut-être pour la seule fois de sa vie. Le jeune conducteur d'ambulance de condition modeste deviendra chauffeur d'un préfet puis d'un grand industriel"). Une présentation "pointilliste" de la vie d'un département de la république, qui s'appuie sur une solide bibliographie et de nombreuses sources référencées en fin de volume.

Le papillon rouge éditeur, Villeveyrac, 2014, 286 pages. 20,50 euros.

ISBN : 978-2-917875-51-3.

Front intérieur
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 06:00

La duchesse de Berry

L'oiseau rebelle des Bourbons

Laure Hillerin

Quelle vie ! Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, digne héroïne d'un roman romantique. Cette nouvelle édition d'une belle biographie est bienvenue : elle constitue un vrai plaisir de lecture.

Belle-fille de Charles X et mère d'Henri V, elle ne laisse le plus souvent (et au mieux) que le souvenir de sa brève aventure vendéenne : la duchesse de Berry a traversé notre histoire d'un pied léger". Morte en 1870, elle est aussi acteur et témoin de l'essentiel du XIXe siècle. Chronologiquement découpé en cinq grandes parties, le livre nous présente d'abord la jeune princesse, petite enfant lors de la fuite de ses parents de Naples à Palerme en 1798. Entre deux exils, une enfance et une adolescence relativement libres ("elle vagabonde en liberté, sous la vague surveillance de sa gouvernante"), jusqu'à son mariage en 1816 avec le duc de Berry, de vingt ans son aîné. Un mariage arrangé au début de la Restauration dans l'espoir de conforter la dynastie qui vient d'être rétablie. Aussitôt mariée, elle es considérée, de tous les membres de la famille royale, comme celle qui est "de loin la plus apte à susciter l'adoration des Français". Au fil des pages, Laure Hillerin dresse quelques portraits assez "croquignolesques" de ces Bourbons, "dans ce nid de guêpes", pris en otage entre un cérémonial dépassé et la peur des mouvements populaires. Sa troisième grossesse, en 1819, permet de donner au couple une fille, mais son époux est assassiné au début de l'année 1820 alors qu'elle est à nouveau enceinte et donne enfin naissance, à 22 ans, à un fils, qui se trouve aussitôt placé dans l'ordre de succession au trône, au grand déplaisir des Orléans. Alors que les débats politiques font rage et que les attentats (plus ou moins sérieux) se succèdent, la jeune veuve s'installe au château de Rosny, où elle peut mener une vie beaucoup plus libre qu'à Paris : "Bref, la duchesse défie la chronique, et s'en moque éperdument". Outre qu'elle contribue par sa générosité en enrichir toute la région, son fils, devenu duc de Bordeaux, approche du trône lorsqu'en 1824 Charles X succède à Louis XVIII. Elle devient même la plus populaire des derniers Bourbons et effectue en 1828 un voyage triomphal en Vendée, où elle est accueillie par les "anciens" des guerres de l'armée de Charette : "La vérité c'est que cette princesse raffinée, parfumée et vêtue de soie, est la soeur de ces paysans crasseux, incultes et superstitieux. Comme eux, elle est fille de la terre et des sortilèges". Fin juillet 1830, éclatent les Trois glorieuses, qui entrainent l'exil de Charles X et portent sur le trône Louis-Philippe d'Orléans. Tandis que se dessine à nouveau l'exil, pour l'Angleterre via Cherbourg, elle pense à son fils auquel la couronne de France doit revenir : "Une chose est certaine, elle ne restera pas prisonnière de ce tombeau ... Caroline ne supporte plus d'être enchaînée à cette famille de fossiles". Cela nous donne quelques pages bien senties sur l'exil de la famille royale et sur l'opposition entre légitimistes et orléanistes, sur fond de difficultés financières. Devenue "le point de fixation de tous les fantasmes légitimistes", et alors que "l'Europe a les yeux sur la duchesse de Berry, entourée de jeunes gens à l'âme ardente tous un peu amoureux de leur princesse", elle se décide à tenter un retour en France en 1832. Mais "le mouvement a été organisé par des rêveurs" et le débarquement en Provence est un échec mais, plutôt que de reprendre la mer, elle fait se choix de rejoindre les provinces de l'Ouest. Pendant que la police de Louis-Philippe la cherche, elle parvient à rejoindre la région de Saintes où elle trouve ses partisans divisés. Mais la Vendée militaire "n'est plus qu'un mythe", la population a changé et le pays évolué depuis trente ans. Le 15 mai, Marie-Caroline signe l'ordre du soulèvement général : "un beau rêve, un pari absurde", car déjà la plupart de ses partisans importants reculent. Mauvaise chronologie, mauvaise organisation ordres et contre-ordres, dissensions internes, trahisons : "aucune illusion n'est possible, les conjurés vont droit à l'abattoir". La "troisième guerre de Vendée" n'a pas lieu et les quelques brefs affrontements ne traduisent que la désorganisation des légitimistes : "une guerre minuscule". La mère d'Henri V tente pendant plusieurs semaines, tout en se cachant, de nouer des liens étroits avec différents souverains européens, de trouver des subsisdes, recevoir des émissaires. Trahie à l'automne, arrêtée dans des circonstances tout aussi rocambolesques que son épopée vendéenne, mais pour elle "rien n'est perdu tant qu'on a du coeur et des amis fidèles". Enfermée à la citadelle de Blaye, elle n'est finalement pas jugée pour éviter tout trouble intérieur et Chateaubriand devient son dernier défenseur : "Illustre captive de Blaye, Madame que votre héroïque présence sur une terre qui se connaît en héroïsme, amène la France à vous répéter ce que mon indépendance politique m'a acquis le droit de vous dire : Votre fils est mon roi !". Renvoyée en exil, repoussée par Charles X et les siens, privée de ses enfants, elle refait sa vie avec un noble italien, s'installe à Venise et bientôt abandonne toute activité politique. Henri  V ne sera jamais roi de France, mais ceci est une autre histoire.

Une belle biographie, qui se lit facilement et avec plaisir, et nous replonge tout à la fois dans un premier XIXe siècle politiquement très troublé et dans la vie d'une jeune femme assez exceptionnelle.

Flammarion, Paris, 2016, 541 pages, 24,- euros.
ISBN : 978-2-0813-9511-4.

Une femme hors du commun
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans XIXe siècle
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 06:00

1940

La 1ère division cuirassée au combat

L'inutile sacrifice

Jean-Robert Gorce

Rédigé par un passionné (certains se souviennent peut-être qu'il fut le très sympathique "patron" du magazine Histoire de Guerre au début des années 2000), cet ouvrage est tout à la fois un livre d'histoire et un hommage aux hommes de la 1ère DCr, agréable à lire.

Fruit de longues années de recherche, il est divisé en cinq grands chapitres chronologiques ("La création et la drôle de guerre", "De la Ière à la IXe Armée", "La bataille de Flavion", "Le repli", et "Les combats de juin"). Jean-Robert Gorce retrace scrupuleusement l'histoire de cette grande unité, dans un texte précis qui s'appuie fréquemment sur des citations des acteurs de l'époque. Plusieurs tableaux récapitulatifs (avec marquages et insignes des unités) permettent de visualiser les organigrammes et des encarts complètent et détaillent le texte courant. De très nombreuses photos souvent issues de collections privées, des profils soignés des différents engins et de fréquentes cartes en couleurs illustrent l'histoire de cette division  mise sur pied à partir d'éléments épars le 16 janvier 1940 et dont le parcours des derniers éléments se termine le 25 juin dans la région de Limoges. Au fil des pages, outre la bataille de Flavion le 15 mai, l'auteur explique le sens du "r" de DCr, présente les plans détaillé du B1bis et du char léger Renault R40, la répartition des forces en présence dans le secteur nord de la IXe Armée le 12 mai, précise l'organigramme des unités allemandes qui font face aux Français, la fin d'un certain nombre d'engins, donne les biographies des généraux et colonels qui commandent la division et les demi-brigades, évoque le sort de quelques officiers, présente les combats peu connus du mois de juin.

Bref, tout à la fois un vrai livre d'histoire référencé et aux propos mesurés, et un bel album dans lequel chacun trouvera matière à satisfaire sa curiosité et son goût pour de belles (et authentiques) histoires.

Editions Arès, Toul, 2016, 273 pages. 39,90 euros.

ISBN : 978-2-9558385-0-1.

La présentation du livre par l'auteur sur le site de L'Est Républicain : ici.

1ère DCr
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 06:00

Paris et ses sapeurs-pompiers

Didier Sapaut

Préfacé par le général commandant la brigade, le livre-album se compose de quatre parties de formats très différents. Le premier, en une vingtaine de pages, reprend l'histoire des pompiers à Paris depuis 1716, avec leurs évolutions statutaires, d'équipement et les spécialisations. La seconde, sur une quinzaine de pages, présente l'évolution des casernes et des engins sur les deux derniers siècles. La troisième constitue le coeur du livre. En cent trente pages, elle détaille arrondissement par arrondissement l'histoire et le souvenir des pompiers de Paris : anciens lieux d'installation, casernes actuelles, incendies célèbres, etc. Le récit est ponctué d'anecdotes historiques,du récit d'interventions particulières (incendie de l'ambassade d'Israël en 2002) et très richement illustré par de nombreuses photos (souvent venant des fonds de la brigade), anciennes et récentes. Ponctuellement des encarts mettent en valeur un personnage particulier (le caporal Thibault), des ruines historiques (l'enceinte de Philippe Auguste dont il reste des éléments dans trois casernes), des situations de crise (les attentats de 1995 à 2015), d'incendie ayant joué un rôle dans l'évolution de la brigade (bal de l'ambassade d'Autriche en 1810), les combats de la libération, les hommages aux morts au feu, le musée des sapeurs-pompiers, etc. Enfin, la dernière partie, en moins de vingt pages, revient sur quelques oeuvres d'art particulières : tableaux de maître, statuaire, fresque.

L'ouvrage n'a pas de vocation exhaustive, mais il se lit facilement et avec plaisir. La "militarité" des pompiers de Paris n'y est pas particulièrement mise en exergue, mais l'on a, en refermant le livre, une bonne approche de ce corps particulier. Il se termine par une bibliographie indicative fournie et permet tout à la fois de mieux connaître l'histoire de ce corps particulier et plus largement de retrouver celle de la capitale.

Editions Massin, Issy-les-Moulineaux, 2016, 192 pages. 25,90 euros.

ISBN : 978-2-7072-1003-6.

BSPP
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Armes, unités, services
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 06:00

Churchill

Stratège passionné

François Kersaudy

Déjà auteur de nombreux ouvrages sur la période de la Seconde guerre mondiale et sur Churchill lui-même (ici, ici , ici et ici par exemple), François Kersaudy nous propose aujourd'hui dans la collection 'Maîtres de guerre' une nouvelle biographie de Churchill.

Encore une ? Ces dernières années, au moins une dizaine d'ouvrages ont été consacrés au Premier ministre anglais de la Seconde guerre mondiale, dont plusieurs biographies. Il n'y a donc vraisemblablement plus grand chose d'original et de nouveau à découvrir. Par contre, et c'est là l'un des charmes de l'histoire, les mêmes sources (en partie complétées) peuvent être analysées sous des angles nouveaux pour proposer aux lecteurs des approches originales. C'est en partie ce que réussi ce livre (exercice difficile), qui bénéficie par ailleurs (comme c'est d'usage dans cette collection) d'une mise en page soignée, accompagnée d'une importante iconographie, d'encarts précis et de quelques cartes. Qualifié de véritable Carnot du Royaume-Uni pour la Grande Guerre, Churchill est ici présenté comme un homme-orchestre, touche-à-tout de génie qui pourtant à les graves défauts de ses brillantes qualités.

Le livre fourmille littéralement d'anecdotes savoureuses. En 1918, alors que les ouvriers des usines d'armement anglaises "pourtant grassement payés" se mettent en grève, Churchill annonce tout simplement que "tous les ouvriers qui ne retourneront pas au travail dans les plus brefs délais auront le privilège de servir la patrie sur le front de France moyennant une solde modique"... Le travail reprend aussitôt ! Ceci n'interdit pas à François Kersaudy (même si l'on sent bien qu'il est très favorable à son sujet) de souligner les fautes et erreurs, de Gallipoli à son analyse des questions balkaniques en 1943-1944 (avec le choix de privilégier Tito). Une idée par jour, souvent excessive, des certitudes mal étayées, des emballements inconsidérés, des analyses stratégiques douteuses, mais aussi une foi chevillée au corps de la grandeur du Royaume-Uni, une aptitude à choisir des collaborateurs particulièrement performants, et une volonté, une volonté !...

Les grands personnages restent d'inépuisables sources d'inspiration. Qui fait le plus vendre ? De Gaulle, Churchill ou Hitler ? Les paris sont lancés, mais Churchill doit indiscutablement figurer en bonne position. Un livre complémentaire à tout ce qui existe déjà (mais objectivement le rayon "Churchill" de la bibliothèque commence à être assez largement fourni).

Perrin, Paris, 2016, 446 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-262-05047-4.

Le vieux lion
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Biographies
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 06:00

Histoire des services secrets pakistanais

l'ISI de 1948 à nos jours

Hein Kiessling

Depuis de longues années, l'Inter-Services Intelligence (ISI), puissant service de renseignement pakistanais, fait l'objet d'accusation de double jeu entre les terroristes islamistes et l'Occident. Ce livre, à notre connaissance une première en français, se propose d'en faire l'histoire depuis l'indépendance du pays.

L'auteur fait le choix d'une approche très "officielle" de son sujet, en organisant son étude chronologiquement en fonction des chefs d'Etat et des directeurs de l'ISI qui se succèdent depuis bientôt 70 ans dans le pays, au fil des coups d'Etat et des assassinats. En ce sens, le livre est aussi une présentation de l'évolution politique générale du Pakistan, de ses intérêts vitaux ou jugés tels, et des groupes de forces qui s'opposent dans le pays. S'appuyant sur de nombreuses sources en anglais, il confirme que de nombreux hauts responsables de l'ISI sont également des musulmans "traditionnels", pour ne pas dire rigoristes, il s'intéresse aux rapports entre les services de renseignement et l'armée régulière, il s'interroge sur les implications du services dans de nombreux crimes et assassinats jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. Hein Kiessling apporte également de nombreuses informations sur les confusions entre "action extérieure" (en particulier les deux régions essentielles pour le Pakistan du Cachemire et de l'Afghanistan) et "surveillance intérieure" (jusqu'à la manipulation électorale) d'un service à la fois lié à toutes sortes de trafics et régulièrement accusé de corruption. Enfin, les relations souvent ambigües avec les Etats-Unis servent presque de fil rouge, depuis le rapprochement avec la CIA dans les années 1960.

Un livre qui n'oublie pas d'évoquer les grandes réorganisations "administratives" de l'ISI et que son auteur place résolument sous l'angle des rapports du service avec le pouvoir politique et l'armée, dans un contexte d'opposition aussi rude que discrète avec le voisin indien. Un livre rare dans la production francophone et qui mérite donc toute notre attention.

Nouveau Monde éditions, Paris, 2016, 381 pages, 24,- euros.

ISBN : 978-2-36942-139-9.

Un Etat dans l'Etat pakistanais
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Renseignement - Espionnage
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 06:00

Combattre et mourir en Normandie

Les GI's et l'expérience du feu

Antonin Dehays

Dans ce volumineux ouvrage issu de sa thèse, l'auteur s'intéresse tout à la fois aux combats et à la mort sur le champ de bataille des soldats américains en 1944, dans un cadre espace-temps limité (un été en Normandie) et à la prise en charge de ces morts par les Etats-Unis, avec tous les aspects liés aux nécropoles.

Le livre est donc divisé en trois grandes parties ("Ante mortem", "Post mortem" et "In memoriam"), qu abordent les différentes facettes de ces sujets sensibles et délicats. Dans la première partie, Antonin Dehays traite du rapport (essentiellement individuel) du soldat à la mort, la sienne comme celle de l'ennemi, avec cette particularité qu'il s'agit pour l'essentiel de jeunes recrues sans réelle expérience du feu et arrivant en droite ligne de la vie civile. Il aborde les questions de la peur, de l'alcool, des tirs fratricides, ou des refus d'obéissance, en s'appuyant sur de nombreux témoignages qui constituent souvent autant de nouveautés dans la littérature francophone (même si, objectivement, les réactions d'un soldat américains ne diffèrent sans doute pas considérablement de celles d'un soldat allemand, anglais ou français). La seconde partie traite dans un premier temps de données statistiques avec plusieurs tableaux récapitulatifs (qui meurt ? quand ? comment ?, par armées, armes et catégories de grade entre début juin et fin août), puis de l'organisation militaire de gestion des morts et des inhumations provisoires. Il dresse un état (sans aucun doute exhaustif) des cimetières militaires provisoires américains en Normandie, sans oublier de consacrer un chapitre aux cimetières allemands, et termine sur les premiers "pèlerinages" et la façon dont le gouvernement américain organise ce "travail de deuil" pour les familles outre-Atlantique. Enfin, la troisième partie s'intéresse à la création des grandes nécropoles, au regroupement des corps, à la sanctuarisation et à la "spectacularisation" du souvenir de ces soldats tombés au feu. Un chapitre original traite ici de la reconstitution historique, "un engouement démesuré et polémique" : "Si elle favorise une approche renouvelée de l'histoire, elle (la reconstitution) permet aussi d'en faire partager le goût au plus grand nombre", tandis que plusieurs pages sont consacrées à la question des victimes civiles lors du débarquement et des premiers combats.

La violence de guerre et la mémoire (et finalement énormément de points communs avec les études similaires sur la Grande Guerre). Un livre très intéressant, aussi bien pour ceux qui s'intéressent à la "guerre par le bas" et aux souffrances des combattants et des familles, qu'à ceux qui privilégient les monuments et mémoriaux.

OREP Editions, Bayeux, 2016, 503 pages. 24,50 euros.

ISBN : 978-2-8151-0323-7.

Mourir en Normandie
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 06:05

Pearl Harbour

Une victoire sans lendemain

Los !  -  hors-série n° 13

Plus d'une centaine de pages consacrées à l'opération Z, l'attaque de l'aéronavale japonaise contre la grande base américaine du Pacifique, "un plan conçu par un stratège qui était opposé à la guerre contre les Etats-Unis et exécuté par un chef qui ne croyait pas à sa réussite".

Organisé en une dizaine de parties chronologique, ce numéro hors-série reprend tous les éléments des causes et préparatifs (4 parties qui abordent les aspects diplomatiques, militaires et géostratégiques), au déroulement minute par minute de l'opération (4 parties également) et aux conséquences du raid. Quelques très beaux profils en grand format, de nombreuses illustrations, deux tableaux récapitulatifs et des cartes très lisibles complètent le texte. Une bonne synthèse qui se termine sur les falsifications, mythes et légendes qui naissent après l'attaque japonaise. Une victoire tactique porteuse de risques majeurs, avec la phrase bien connue (mais apocryphe) de Yamamoto : "Je crains que tout ce que nous ayons fait soit de réveiller un géant endormi".

7 décembre 1941
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 06:00

De 1917 sur le front de France à 1944 dans le Pacifique

Avions  -  n° 215

Comme les grandes aventures humaines au coeur des guerres, l'histoire aérienne recèle d'étonnants parcours, comme celui du commandant (de réserve) Quandt, héros de l'aéronautique allemande de la Grande Guerre, et mort en juin 1940 après avoir repris du service. On lira également la 3e et dernière partie de l'article de René Francillon consacré à l'histoire du 1er Air Commando Group et de ses hélicoptères Sikorsky dans la jungle birmane, ainsi celle des unités de Me. Bf 109 pendant la brève campagne de Yougoslavie en 1941. Plus proche de nous, et tout aussi peu connu, le témoignage d'Attila Kositzky, pilote de la chasse hongroise à la grande époque du rideau de fer.

Guerre aérienne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 06:00

Flotte cuirassée, aéronavale, stations polaires en guerre

Los !  -  n° 30

On a beau être "Terrien" jusqu'aux tripes, "treillis-rangers" sans hésitation, on ne peut qu'être admiratif (et passionné par) de la régulière grande qualité des numéros successifs du magazine de la guerre navale (et aéronavale, et sous-marine).

Ce riche numéro d'hiver nous propose une grande étude sur l'histoire de la flotte cuirassée japonaise, "de Tsushima à Pearl Harbour", à la fois fer de lance de l'impérialisme japonais au début du XXe siècle et déjà insuffisants lorsque la Deuxième guerre mondiale commence. Pour la partie "Actualité" et histoire récente, un point de situation sur les porte-avions aujourd'hui et un texte sur un succès technique et militaire français, les missiles Exocet. Deux articles totalement originaux retiennent notre attention. Tout d'abord, l'histoire du sous-marin hollandais 0-21 qui, à l'hiver 1941, coule... un sous-marin allemand au large de Gibraltar. Ensuite l'extraordinaire aventure militaire et humaine des petits détachements allemands (mais aussi norvégiens, danois, soviétiques, américains ou britanniques) des stations météo polaires, indispensables pour aider au déploiement et à l'emploi des armées navales et aériennes et installées souvent dans des conditions aussi périlleuses que sommaires sur des îlots inhabités de l'extrême Nord. Saviez-vous que le dernière unité de la Wehrmacht à se rendre fut le petit détachement de la station Haudegen, au Svalbard, le... 4 septembre 1945. Excellent !

Vive l'histoire navale !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile