Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 06:00

Guerre froide et terreur

C'est la guerre ! - n° 3

Le nouveau numéro de ce magazine grand public confirme les appréciations antérieures tout en connaissant quelques progrès (on note l'apparition de références bibliographiques pour chaque article). Le thème central est consacré aux snipers dans l'histoire des guerres des deux derniers siècles, avec quelques chiffres et statistiques assez impressionnants. Si l'article sur Rommel est plutôt marqué par les idées en vogue outre-Manche, celui sur l'actualité ("La crise en Libye") ne manque pas d'intérêt. Enfin, un article sur le Jaguar pour les fanas aviation et un sur les guerres anglo-afghanes pour ceux qui s'intéressent au "grand jeu" en Asie centrale.

En progrès
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 06:00

17 août 1944

Il est grand temps de faire ses paquets

Thérèse H.

Le séjour des derniers ultras de la collaboration en Allemagne à partir de l'été 1944 a fait l'objet de quelques ouvrages, mais jamais encore à notre connaissance d'une publication de ce type : le témoignage d'une adolescente ayant alors suivi ses parents et qui observe les événements, les lieux et les gens avec de grands yeux et sa "presque naïveté".

Fille d'un professeur et écrivain de province très engagé dans la collaboration, membre du RNP de Marcel Déat, à la fois monarchiste et antisémite, elle quitte Paris avec ses parents, dans une caravane de véhicules menée par Déat lui-même, le 17 août 1944 et prend la route de l'est de la France puis de l'Allemagne. Parmi les personnages que l'on croise, Jean Hérold-Paquis, Rebatet, les familles Luchaire et Darnand, Châteaubriant dont elle devient l'éphémère secrétaire, et bien d'autres personnages moins connus. Peu à peu, au fil des haltes et des hébergements successifs, le groupe initial se disloque et il n'en reste que quelques uns ("le groupe intellectuel") autour d'elle, en pension dans une petite commune du Tyrol bavarois, loin de mesquines manoeuvres de Sigmaringen. Dans ce milieu presque clos, où les relations avec les Allemands sont longtemps correctes sur le plan formel mais manquent singulièrement de chaleur sur le fond, la jeune Thérèse observe et note. Cela nous vaut une galerie de portraits sans concession, avec la relative insolence de la jeunesse, mais aussi un naturel, un réalisme parfois étonnant. De même, la vie quotidienne est désormais pour ces exilés rythmée par des considérations progressivement de plus en plus prosaïques (hébergement, couchage, alimentation, habillement, etc.), dont Thérèse rend compte avec sa spontanéïté. Elle raconte tout ce qu'elle vit et voit, et témoigne ainsi de l'accueil très favorable réservé dans les villages du sud de l'Allemagne à la Wehrmacht jusque dans les derniers jours de la guerre. Avec l'approche de la fin du conflit, le rythme des déplacements s'accélère et la jeune Thérèse est séparée (se sépare) de son groupe et de ses parents. Elle se débrouille alors pour survivre, avant d'être rapatriée en France et d'y subir une période d'interrogatoires serrés.

Bref, un témoignage original, atypique, qui mérite amplement d'être connu.

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2015, 191 pages. 16,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-041-7.

L'exil vu par une adolescente
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 06:00

Carnet de campagne d'un poilu d'Orient

Dardanelles, 1915-1916

Ernest Roux

Le livre est assez original, car il voit se succéder le récit de la vie d'un poilu d'Orient (artilleur) sur le front de Gallipoli et une présentation générale de la campagne et de sa mémoire par son fils, or les textes sur ce front éloigné sont bien moins nombreux dans la production générale que pour les différents secteurs du front de France.

L'expérience combattante d'Ernest Roux, originaire d'un petit village de la Drôme, pour être bien réelle, est celle d'un artilleur qui, dans un premier temps est plutôt en charge des approvisionnements en obus. Il a donc un rapport différent aux opérations que le fantassin ou le servant d'une pièce de 75. Le récit s'étend sur un peu plus de six mois de l'année 1915, entrecoupé par un séjour en hôpital militaire dans le sud de la France. On apprend finalement peu de choses sur les combats eux-mêmes, vus "de loin" (tout est relatif) et à l'aune de sa perception du champ de bataille, mais le récit n'en est pas moins très intéressant (même s'il confirme surtout ce que l'on sait par ailleurs) quant à la vie quotidienne sur la presqu'île. Ernest Roux aborde ainsi au fil de son carnet ou de ses lettres ce qu'il observe des opérations, des relations avec les Britanniques, de la présence de la marine, mais aussi la correspondance et les colis, l'eau, les camarades et les chefs de contact, les conditions de vie, la fatigue et l'épuisement, etc. Le récit du séjour dans un hôpital de la Côte d'azur est également éclairant des conditions de vie, somme toute très agréables pour l'époque, pour ceux qui ne sont pas gravement blessés. La seconde partie de l'ouvrage revient donc sur les conditions générales de déroulement et de fin de l'opération alliée, mais surtout sur le voyage effectué avec les anciens poilus d'Orient (dont le colonel Roux est devenu président national) en Turquie en 1965. Les considérations qui suivent sur le pangermanisme "mort à Verdun et à Stalingrad", ou sur le traité de Versailles et ses suites, sont bien rapides, et témoigne peut-être surtout de la perception qu'un fils d'ancien combattant issu d'une lointaine province a pu, et peut, ressentir.

Un témoignage complémentaire, sur un front peu évoqué, par un poilu qui a su, avec des mots simples mais dans un français quasiment parfait, rendre compte de sa vie sur ce théâtre d'opérations. 

Editions Pascal, 2015, 223 pages, 20,- euros.
ISBN : 978-2-35019-112-6.

Front d'Orient
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 06:00

Malheureux le pays qui a besoin d'un héros

La fabrication d'Adolf Hitler

Lionel Richard

Retrouver la personnalité et la vie "réelle" du Führer derrière la construction d'un mythe par vingt ans de propagande nationale-socialiste, tel est le but que l'auteur se fixe. Mais il ne limite pas son travail à la marche vers le pouvoir d'Hitler et s'intéresse à tout ce qui a pu contribuer à "déformer" notre perception de sa personnalité réelle.

De fait, l'image du Führer auprès des masses allemandes ne concerne qu'une partie du livre, qui se centre plus généralement sur le personnage Hitler, même bien longtemps après sa prise du pouvoir, après le début de la guerre et jusqu'à son suicide final et même au-delà puisque l'ultime chapitre est consacré aux ouvrages et films réalisés postérieurement à la fin de la Seconde guerre  mondiale. Dans cet ensemble, on apprécie particulièrement les parties qui correspondent effectivement au sous-titre, "La fabrication d'Adolf Hitler" et comprises comme pouvant expliquer son arrivée à la Chancellerie du Reich. Lionel Richard revient ainsi sur la jeunesse du futur Führer, sa période viennoise, son installation à Munich en 1913 et sa participation à la Grande Guerre, éléments sur lesquels la propagande recontruira ultérieurement une vie totalement "romancée". Les pages consacrées au début des années 1920 ne manquent également pas d'intérêt, dans l'atmosphère enfiévrée d'une ville et d'un Etat de Bavière où les groupes (souvent armés) nationalistes prennent rapidement le dessus. L'analyse est peut être un peu courte pour expliquer les succès électoraux du NSDAP dans les années 1925-1933, et l'on aurait sans doute aimé davantage de précisions sur son séjour à la prison de Landsberg après le putsch manqué de 1923, prison où il semble avoir finalement effectué un séjour bien peu contraignant.

Au final, un livre intéressant, qui présente de très nombreuses informations, mais qui, au-delà des constats, manque peut-être de recul et d'analyse d'ensemble et dans le temps long. Un ouvrage à utiliser également pour ses nombreuses références aux témoignages et à la presse de l'époque (dont les premières évocations d'Hitler dans les journaux français, ou les premières caricatures le concernant dans la presse allemande). On apprécie enfin l'index et la bibliographie finale. 

Autrement, Paris, 2015, 307 pages, 21,- euros.

ISBN : 978-2-7467-3448-7.

Construction d'un personnage
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 06:00

L'Arménie au coeur de la mémoire

Hélène Kosséian

Des massacres du XIXe siècle à la guerre du Haut-Karabagh à la fin du XXe, Hélène Kosséian raconte l'histoire du peuple arménien, tel qu'elle a été vécue et tel qu'elle a été perçue.

Nouvel ouvrage sur le sujet donc, en ce centenaire du génocide arménien de 1915, avec la particularité par rapport aux autres titres déjà publiés de s'intéresser plus longuement à la fois à l'histoire ancienne de l'Arménie, à son éphémère première république à la fin de la Grande Guerre (mai 1918), et jusqu'à son histoire récente, dans un contexte très particulier puisqu'à la fin de la Grande Guerre "les territoires arméniens de Turquie ne sont plus qu'un immense tombeau à ciel ouvert". Les exilés se dispersent à travers le monde, et en particulier en France, où ils s'intègrent parfaitement tout en conservant leur culture, ce qui leur vaut sur le sujet un chapitre complet. Nous suivons ensuite par exemple leurs contributions à la lutte contre les Nazis mais aussi les efforts parfois violents des plus radicaux pour faire reconnaître internationalement le génocide. Vient enfin avec le dégel de l'espace soviétique l'heure du retour (difficile) à une indépendance en partie contestée, mais le pays est pauvre, démuni de tout et peine à soutenir les luttes qui se succèdent (en particulier conflit du Haut Karabagh). Le livre se termine sur un ultime chapitre qui évoque la personnalité et l'assassinat de Hrant Dink en Turquie et sur les difficultés aujourd'hui encore d'être Arménien et de vivre en Turquie.

Un ouvrage qui adopte donc une approche différente, d'un style enlevé, facile à lire et riche de nombreuses informations. A ne pas oublier si le sujet vous intéresse.

Editions du Rocher, Monaco, 2015, 209 pages. 17,90 euros.

ISBN : 978-2-268-07743-7.

L'auteure invitée sur France 2 en avril dernier : ici.

Le Grand Mal
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 06:00

Hitler face à Churchill

Le front de l'Ouest, 1939-1945

Philippe Richardot

Après son Hitler face à Staline paru en 2013 (ici), Philippe Richardot nous propose le pendant occidental de son étude avec ce volume centré sur la lutte entre le Führer et le Prime minister, dont l'opposition symbolise en quelque sorte sinon la Seconde guerre mondiale dans son ensemble, du moins ses deux premières années.

Selon un plan chronologique en près de trente chapitres, nous commençons par la mise en contexte, de l'ambigüité des relations germano-britanniques d'avant-guerre à la dégradation de la situation du printemps et de l'été 1939, à la campagne de Pologne puis aux opérations à l'Ouest. Quelques constats au fur et à mesure : "Le Führer ne croit pas que l'Angleterre interviendra (selon Goebbels). La Seconde guerre mondiale commence sur des calculs erronés". La campagne de France (le bilan des combats est bien présenté) se termine sur l'armistice, faisant dire à Chuchill : "Je m'attends à ce que la bataille d'Angleterre commence". Alternant considérations militaires, descriptions des organisations nationales respectives, prise en compte des différents acteurs présentés à tout de rôle, etc., Philippe Richardot suit alors le déroulement des événements : la détermination anglaise et son incompréhension foncière par Hitler, la bataille d'Angleterre et celle de Méditerranée, le théâtre des Balkans et l'attaque contre l'URSS pendant que les opérations entre Britanniques (et Alliés) et Germano-Italiens se poursuivent avec d'immenses aller-retour en Tripolitaine et Cyrénaïque. L'entrée en guerre des Etats-Unis (il faut apprendre à travailler avec les Américains) est suivi par le débarquement en Afrique du Nord, la reddition des forces de l'Axe en Tunisie, les manoeuvres de déception et la campagne de Sicile, les combats entre Allemands et Britanniques sur les terres italiennes (échec allié dans le Dodécanèse, opération peu connue). Au fil des pages, les coups de projecteur se succèdent, ici sur la flotte sous-marine, là sur le réseau radar, plus loin sur les bombardements massifs au-dessus de l'Europe. A chaque fois, des chiffres précis, des détails. Le débarquement de Normandie enfin (le titre du chapitre est un peu facile : "La revanche sur Guillaume le Conquérant" !), les terribles combats du bocage normand et toujours ces aller-retour entre le côté anglais et le côté allemand, l'attentat du 20 juillet contre le Führer et la gestion de l'opposition entre Monty et Ike pour Churchill. La dernière poussée, la marche au Rhin, la victoire. Mais, dans la victoire, l'Angleterre épuisée cède la première place aux deux "super-grands" et ne sait pas encore qu'elle va perdre à brève échéance son empire. Dans sa conclusion, Philippe Richardot rend un hommage mérité au maréchal Alan Brooke, "héros méconnu de la Seconde guerre mondiale, sans doute le véritable maître de la stratégie britannique et même américaine jusqu'au débarquement de Normandie", puis dresse effectivement une comparaison directe entre les deux chefs, Hitler et Churchill (pendant la quasi-totalité du livre, elle est induite mais rarement formellement présentée) : "Le stratège en robe de chambre, l'alcoolique qui mange gras a vaincu le stratège botté, abstinent et végétarien. Le bon vivant qui aimait les chat a battu l'ascète qui aimait son chien"... Bon, la formule est amusante, mais finalement qu'apporte-t-elle ?

En fait, il s'agit davantage pour l'essentiel du livre d'une solide présentation chronologique des opérations (essentiellement militaires) et des rapports politiques entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne sur les différents fronts que d'une réelle analyse des rapports et de la lutte entre deux hommes. On apprécie l'écriture facile et précise, les très nombreuses données chiffrées (pertes humaines et matérielles, tonnages divers et consommations, etc.), et les multiples références. La bibliographie est assez importante et couvre un large spectre entre les années 1950 et 2013, même si tous les ouvrages ne sont pas de la même pointure. Agréable à lire, il permet surtout à notre avis une approche globale, complète, de la Seconde guerre mondiale en Europe vue de Londres. Un volume intéressant et utile.

Belin, Paris, 2015, 527 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-7011-9089-1.

Face à face
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 06:00

Quand le monde a basculé

Nouvelle histoire de la Révolution française, 1789-1799

Olivier Coquard

L'importance de l'événement à l'échelle continentale est incontestable. Tout comme les débats très fortement idéologique qui se poursuivent à son sujet. Voici donc une bonne occasion de "relire" l'ensemble de la période révolutionnaire.

Les premières lignes de l'avant-propos fixe bien le cadre général de l'ouvrage : "La Révolution française ne fut pas seulement une épopée, un mythe, une tragédie ; elle fut d'abord une réalité plurielle, contradictoire, vécue, sensible, concrète et très clairement formalisée pour les contemporains". Pourtant, cette réalité vécue peut se présenter de façon paradoxale : elle "n'existe pas ailleurs que dans l'interprétation des nombreuses sources dont nous disposons. Ainsi, cette réalité historique n'est évidemment pas la réalité. Elle est un shéma possible parmi d'autres réalités historiques possibles". Il revendique donc sa liberté d'analyse et n'hésite pas à proposer (et justifier) ses choix entre les thèses en présence pour tel ou tel événement. Organisé selon un plan chronologique entre mai 1788 et novembre 1799, le livre s'ouvre donc sur la situation du royaume lors de la décision de convoquer les Etats généraux et se termine sur le 18 Brumaire avec le bilan du Directoire. Alternant présentation détaillée des événements et analyses plus globales sur les évolutions politiques et les tendances ou ruptures sociales, il nous offre ainsi un tableau qui, s'en être absolument ou systématiquement renouvelé, n'en semble pas moins porté par une passion, par un talent, par une maîtrise du sujet qui rendent l'ensemble très agréable à lire. Les chapitres consacrés aux années 1789 et 1792 semblent de ce point de vue les plus aboutis.

Concluant sur l'extraordinaire densité des événements au cours de ces dix années et sur leur écho planétaire (que l'on se rappelle les émencipations des colonies espagnoles d'Amérique), Olivier Coquard dresse le bilan d'une période d'ébullition(s) née du Siècle des Lumières et qui en même temps le termine. Une révolution qui fait des dizaines de milliers de victimes tout en posant les bases intellectuelles, juridiques, politiques et à certains égards sociales d'un monde qui désormais revendique la liberté et l'égalité.

Tallandier, Paris, 2015, 303 pages. 20,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0145-9.

Relire la période révolutionnaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 06:00

Les secrets du Jour J

Opération Fortitude : Churchill mystifie Hitler

Bob Maloubier

Récemment décédé, Bob Maloubier avait publié en 2014 ce récit de la formidable opération britannique d'intoxication des Allemands, qui vient d'être réédité en format poche.

Lui-même agent du SOE pendant la guerre avant de rejoindre le Laos au sein de la Force 136 puis de créer les premiers groupes de nageurs de combat français, Bob Maloubier nous propose un texte qui a le style et la forme du roman tout en reposant sur de très nombreux faits réels dont il a parfois été l'acteur ou le témoin plus ou moins direct, avec la verve, voire la gouaille, qu'on lui connaît. C'est dire si ce volume est agréable à lire, éclaire le lecteur sur de très nombreux points plus ou moins connus, mais demande aussi à être abordé avec précautions. L'ouvrage ne raconte pas à proprement parler l'ensemble de l'opération Fortitude dans sa cohérence, mais s'organise en deux parties couvrant 1943 et 1944 : "Cockade : un coup pour rire", et "Fortitude : un coup de maître". Il procède par coups de projecteur ponctuels sur quelques aspects en insistant sur les hommes (et les femmes) et les situations de danger vécues. Le tout est très largement agrémenté de dialogues reconstitués, et souvent plausibles, et le lecteur fait en permanence l'aller-retour entre Londres, les territoires britanniques, la France occupée. Il croise les agents (doubles) et écoute les chefs des services anglais, jusqu'à Churchill qui lance lui-même "l'intox" d'un débarquement dans le Pas de Calais ou au commando largué pour tuer Rommel dans son château état-major et qui arrive trop tard. Les portraits semblent plus vrais que nature et pour tout dire la personnalité de chaque personnage est si bien précisée qu'on les sent tous réels. Ce qui est incontestablement beaucoup dire pour un historien.

Comment qualifier le livre ? Un "témoignage enjolivé" ? Il bénéficie en tout cas d'une réelle bibliographie finale avec des titres majeurs. Un livre agréable qui, en format poche, se glissera facilement cet été dans un sac ou dans une valise et qui vous accompagnera sur vos lieux de vacances.

Coll. 'Texto', Tallandier, Paris, 2015, 346 pages, 10,- euros.

ISBN : 979-10-210-1071-0.

Fortitude
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 06:15

Abécédaire de la Grande Guerre

Historiens & Géographes

En trois parties dans des numéros successifs (n° 427 : ici ; n° 428 : ici ; n° 429 : ici), la revue de l'Association des professeurs d'histoire et de géographie (APHG) vient de publier son Abécédaire de la Grande Guerre, par ailleurs disponible au siège de l'association sous la forme d'un numéro spécial 'tiré à part'. Une belle réalisation qui aborde toutes les thématiques en de brefs articles sur plus de 200 pages. Une longue série d'ouvertures sur des thématiques très variées. D'une évidente utilité pour tous ceux qui doivent parler de la Première Guerre mondiale dans ses différentes facettes sans en être des spécialistes.

Le site de l'association : ici.

AbécédaireAbécédaireAbécédaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 06:00

La France s'est faite à coups d'épée

L'épopée des grandes batailles, d'Hastings à la Libération

Dominique Lormier

Nouvel ouvrage de Dominique Lormier, dans le droit fil de ses publications antérieures, avec les mêmes qualités et défauts. Un phrase de l'introduction donne le ton : "Le courage des soldats français -de la chevalerie du Moyen-Âge, en passant par les mousquetaires du roi, les grognards de Napoléon, les poilus de la Grande Guerre, les combattants de la France Libre et de l'armée d'Afrique- est entré dans la légende". Soit Et ensuite ? S'agit-il d'une particularité française et les soldats des autres pays ne font-ils pas preuve de qualités souvent égales ? Qui nie les victoires remportées au long des siècles ? Mais en faire l'exclusif et permanent éloge est-il d'une utilité quelconque ? Surtout quand le récit s'éloigne parfois de la réalité historique...

Quelques titres et sous-titres donnent bien le ton général : "La victoire éclair de Guillaume le Conquérant" à Hastings (comme victoire française, c'est approximatif), "Le triomphe de Philippe Auguste", suivi du "Retour triomphal de la chevalerie française", qualificatif que l'on retrouve avec "Le triomphe de l'armée française face à l'hégémonie des Habsbourg", suivi par "L'invincible armée française" du roi-soleil (les défaites de Louis XIV ont-elles existé ?), puis par "La suprématie des armées de Louis XV" (qui permet sans doute de conserver les "quelques arpents de neige" ?), "La victoire en chantant" en 1792, "L'incroyable succès" en 1794, "L'épopée" en 1796, de "Nouvelles victoires" en 1800, etc. On en vient à se demander pourquoi et comment certaines guerres ont pu être perdues ? Pour 1870-1871, l'explication tiendrait au "Triomphe de la puissance allemande", même s'il faut bien reconnaître que l'armée française était "mal préparée à un conflit moderne, très inférieure en nombre et très mal commandée" (affirmation d'ailleurs tout aussi rapide, à confronter aux récentes travaux sur la période...). De même pour mai-juin 1940, qui ne semble être qu'une série de victoires locales hélas entrecoupées de replis dont on discerne mal la cohérence et dont on finit par douter. La dernière phrase de la conclusion résonne en écho : "On ne peut comprendre l'histoire militaire de la France sans une vision panoramique des événements. Il est donc important de connaître ses batailles pour avoir une vision générale de l'histoire de notre pays". Certes. Mais comme toute monnaie (ou médaille !) a un avers et un revers, une "vision panoramique" avec un seul oeil ou sur une seule face n'apporte finalement que la moitié de la réponse. Personne de sérieux ne nie que le soldat français se soit bien battu et aujourd'hui encore se batte bien. La question n'est pas là. Mais ne présenter que des triomphes systématiquement glorieux procède d'une "vision panoramique" étrangement réductrice que démentent la chronologie dans le temps long et la réalité des aléas de l'histoire.

Le "roman -ou le récit- national" a son utilité, sa réelle utilité. Mais un roman -ou un récit- se doit aussi d'être crédible, au risque d'être lassant, voire contre-productif. Et il y a, là, plus qu'un hiatus.

Armand Colin, Paris, 2015, 316 pages. 19,90 euros.

ISBN : 978-2-200-60060-0.

Apologie systématique
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile