Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 05:50

Aneho en janvier-février 1884

selon les rapports du capitaine W. Stubenrauch

commandant de la SMS Sophie

Woulamatou Gbadamassi et Adjaï P. Oloukpona-Yinnon

La littérature historique française est relativement pauvre en études détaillées sur les premiers temps de la colonisation allemande à la fin du XIXe siècle, et ce livre construit à partir de sources primaires des archives militaires fédérales de Fribourg est donc d’autant plus intéressant.

Les auteurs nous présentent en effet le détail du premier débarquement de troupes allemandes à Aneho (Petit Popo) au début de l’année 1884, avant que le territoire de ce qui deviendra la bande côtière du Togo ne soit officiellement placé sous protectorat du IIe Reich par Gustav Nachtigal l’été suivant. Les événements sont décrits dans le détail, y compris le séjour contraint et peu connu) en Allemagne métropolitaine de deux notables locaux appartenant à une famille plus favorable aux Britanniques qu’aux Allemands, pris en otage et qui devront accepter de reconnaître le traité de protectorat. La « tactique » du jeune officier de marine allemand, qui outrepasse dans un premier temps les ordres reçus, n’est fondamentalement pas différente de celles que les autres puissances européennes mettent en oeuvre à la même époque sur différents points de la côte africaine et l’on voit bien comment les premiers coloniaux allemands savent jouer des rivalités entre tribus et communautés locales pour installer leur autorité et s’assurer la fidélité, plus ou moins "spontanée" de certains représentants des hiérarchies traditionnelles. L’un des intérêts de ce volume est de présenter aux lecteurs français le texte intégral, en allemand et en français, des comptes rendus rédigés à l’époque par le commandant de la Sophie ainsi que le point de vue des notables togolais (en anglais), une solide chronologie, l’identification des sources et une bibliographie.

Un épisode qui peut paraître anecdotique dans l’histoire générale de la colonisation, mais qui représente presque un cas d’école dans l’établissement des colonies européennes à la fin du XIXe siècle.

Presses de l’université de Lomé (Togo), 2012, 266 pages.

ISBN : 978-2-9167-8916-3.

Togo allemand
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 06:00

La flamme de la Résistance

Les 5 communes compagnon de la Libération

Vladimir Trouplin (Dir.)

Le livre s'ouvre sur une citation d'André Malraux, selon lequel "la plus belle sépulture des morts, c'est la mémoire des vivants", et se fixe pour objectif de retracer "les hauts faits qui leur (à ces villes) ont valu d'être les seules collectivités territoriales nommées compagnon de la Libération".

Il se divise ainsi en sept grandes parties, les cinq centrales étant consacrées chacune à l'un de ces lieux honorés : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l'île de Sein (dont la place et le rôle dans les combats de la résistance et de la libération sont détaillés) ; tandis que la première permet une solide présentation de l'ordre, de sa création, ses compagnons, jusqu'à sa clôture au lendemain de la guerre ; et que la dernière est centrée sur le "Conseil national des communes compagnon de la Libération", officiellement créé par la loi en 1999 afin de maintenir les valeurs de la Résistance alors que les titulaires individuels décèdent peu-à-peu. On apprécie également les nombreuses et riches annexes, dont la liste alphabétique des compagnons, et une riche bibliographie.

Un volume "de circonstance" et à caractère commémoratif, mais qui apporte beaucoup d'informations et plaira sans nul doute à tous les amateurs de la période.

Le Cherche-Midi éditeur, Paris, 2012, 319 pages. 14,50 euros.
ISBN : 978-2-7491-2324-0.

Villes décorées
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 06:40

Russie - Occident

Une guerre de mille ans

Guy Mettan

Un ouvrage sur un thème historique analysé dans le temps long, par un journaliste suisse. A partir de quelques expériences professionnelles et personnelles, Guy Mettan se demande en effet pourquoi (et comment) une hostilité telle que celle qui se manifeste à l'égard de la Russie aux Etats-Unis et en Europe occidentale peut être possible.

Son propos est direct, le texte est vif, le style sans fioriture. S'il affirme vouloir écrire un ouvrage qui ne soit ni "pour", ni "contre", mais aussi objectif que possible, force est de reconnaître qu'il prend plus facilement position en faveur de la Russie que de ses interlocuteurs internationaux, et que ses arguments tiennent parfois du sophisme (si l'on a fait ceci ou pas fait cela à telle ou telle époque, pourquoi l'a-t-on fait récemment ?). Et de rappeler en exergue du premier chapitre cette plaisenterie russe : Savez-vous ce qui, en Occident, distingue les kremlinologues des sinologues ? Les sinologues aiment la Chine, tandis que les kremlinologues détestent la Russie". Mais ceci étant dit, la lecture est presque "rafraîchissante" dans le discours général actuel des médias, et nombre d'exemples donnés laissent pensifs. La première partie ("La force d'un préjugé") s'intéresse à certaines manifestations récentes de la russophobie dénoncée par l'auteur à l'occasion des événements de Tchétchénie, d'Ossétie, des JO de Sotchi, ou de l'Ukraine en 2014, puis la seconde ("Petite généalogie de la russophobie") tente d'en établir l'arbre généalogique depuis le Moyen-Âge. Elle en aborde surtout les différentes facettes nationales (en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Etats-Unis), en référence avec les tropismes (réels ou supposés) de chaque nation concernée, et l'on n'adhère pas toujours aux exemples historiques donnés, surtout parmi les plus anciens. Enfin, la troisième partie ("La russophobie, mode d'emploi"), assez originale et bien vue sous la plume d'un journaliste, s'efforce de démontrer que le choix du vocabulaire n'est jamais innocent : "Dans la couverture du conflit ukrainien, citer des 'rebelles séparatistes du Donbass' n'a pas du tout la même signification que de faire parler des 'résistants anti-ukrainiens'. De même que 'l'annexion de la Crimée par la Russie' n'a pas la même connotation que 'le retour de la Crimée au sein de la mère-patrie russe'. Il s'agit pourtant des mêmes hommes et d'une même réalité". On notera également l'argument cité à plusieurs reprises selon lequel l'Occident s'est tout-à-fait satisfait de la partition entre Tchéquie et Slovaquie, puis de l'implosion yougoslave, enfin de la création de l'Etat du Kosovo : alors, pourquoi un traitement différent pour l'Ukraine orientale ? Autre thème évoqué à plusieurs reprises : pourquoi la Russie devrait-elle accepter sans rien dire que l'OTAN s'installe directement sur ses frontières, contrairement aux accords pris à la fin du XXe siècle ? Enfin, la partie consacrée aux "Mots et à la grammaire de la novlangue antirusse" est d'autant plus intéressante qu'elle rappelle nombre de discours et reportages...

Outre la thèse défendue par l'auteur, l'ouvrage finalement nous invite (paradoxalement) à mettre un bémol sur la confiance que nous pouvons accorder aux médias, et l'on pourrait prendre en conclusion cette citation de Soljenitsyne, évoquée dès la première page : "La société occidentale éclairée d'aujourd'hui (c'est elle qui fait la loi) n'est au vrai que bien peu tolérante, surtout quand on la met en cause ; elle est toute entière coulée dans un moule rigide d'idées conventionnelles. Certes, pour combattre les contradicteurs, elle ne joue pas du gourdin, mais elle use de la calomnie, et, pour les étouffer, de son pouvoir financier. Essayez donc de vous frayer un chemin à travers les entrelacs des préjugés et des affirmations tendancieuses dans quelque brillant journal d'audience nationale !". Tiens, j'en parlais justement à Athènes... Un discours différent de celui généralement promu et en vogue : on aime bien.

Editions des Syrtes, Genève, 2015, 482 pages, 20,- euros.
ISBN : 978-2-9405-2318-4.

Haine de la Russie ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 06:00

Berezina

Sylvain Tesson

Sur les traces de l'empereur, le lecteur est entraîné dans un récit assez exceptionnel. Le dialogue qui ouvre le livre donne le ton : "Pourquoi ne pas revenir à Paris en side-car ? A bord d'une belle Oural de fabrication russe ... Pourquoi ne pas faire offrande de ces quatre mille kilomètres aux soldats de Napoléon ? A leurs fantômes. A leur sacrifice ... C'est à nous de saluer la Grande Armée. Il y a deux siècles, des mecs rêvaient d'autre chose que du haut débit ... Ce sera un voyage de mémoire ... Pourquoi répéter la retraite exactement ? Pour le panache, chérie, pour le panache".

Le 3 décembre 2012, la petite équipe démarre, après un dernier tour en moto dans Moscou, pour suivre le même itinéraire que la Grande Armée deux siècles plus tôt : "Les livres seraient nos guides sur la route. Ils nous diraient par où passer et où sonner la halte. Le soir, en les ouvrant, un autre voyage commancerait, non plus sur le goudron des nationales slaves, mais dans le souvenir des survivants de 1812 qui avaient pris la plume pour conjurer le cauchemar". Au fil des chapitres et des kilomètres, des étapes et des paragraphes, le passé et le présent alternent, se croisent et parfois se mélangent, à Borodino, Wiazma, Smolensk, et jusqu'à la Bérézina et au-delà Vilnius et Varsovie. L'auteur tente de décrypter les choix tactiques de l'empereur (paradoxalement l'armée française multiplie les succès locaux sur fond de défaite stratégique) et ceux de Koutouzov, le général russe qui fait le choix de harceler les Français sans engager de bataille majeure. Sylvain Tesson s'interroge sur la guerre des partisans mais également détaille le voyage aujourd'hui par -12 ou -15° ; il raconte ses visites sur les lieux qui virent passer et souffrir les soldats de la Grande Armée, mais aussi son affectation pour les gens qu'il rencontre : "Ce voyage était certes une façon de rendre les honneurs aux mânes du sergent Bourgogne et du prince Eugène, mais aussi une occasion de se jeter de nids-de-poule en bistrots avec deux de nos frères de l'Est pour sceller l'amour de la Russie, des routes défoncées et des matins glacés lavant les nuits d'ivresse". Le ton, on le voit, n'est pas celui d'un livre d'histoire, mais c'est une véritable ode à l'histoire, un excellent hommage aux chefs et aux soldats, un journal de route à la fois passionnant et écrit avec verve, que l'on ne quitte qu'à regret en se disant "Déjà terminé ?..." Nous vous laissons découvrir toutes les formules enlevées et profondes qui scandent les pages. Vous ne risquez pas d'être déçu.

Un très bon livre de vacances, qui vient de recevoir le 29 juin le prix E. Bergot 2015, tout-à-fait mérité, pour rire et pleurer (après quelques vodkas) en mémoire des soldats de l'empereur et à l'amitié avec ceux du tsar. Allez, encore un toast ! Et vive la Berezina !

Editions Guérin, Chamonix, 2015, 199 pages. 19,50 euros

ISBN : 978-2-35221-089-4.

Road Story
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 05:50

Idées reçues sur la Grande Armée

Guerres & Histoire - n° 25

Selon les principes qui font le succès du magazine depuis sa création, le dossier central d'une vingtaine de pages est organisé en une série d'articles "impertinents", qui remettent (partiellement) en question les idées reçues sur la Grande Armée. Au-delà, on remarque l'entretien avec un survivant des unités kamikaze, et on apprécie tout particulièrement l'article sur la terrible guerre du Paraguay contre ses voisins entre 1864 et 1870, et celui consacré aux machines de guerre dans l'Antiquité. En résumé, avec toutes ses rubriques et chroniques régulières, un numéro aussi varié qu'intéressant.

Armée impériale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 06:00

Capitaine de zouaves

L'extraordinaire destin d'un officier pendant la Grande Guerre

Louis Buscail

Ouvrage mixte en quelque sorte, à la fois témoignage et reconstitution du parcours d'un officier pendant la Grande Guerre.

Louis Buscail décrit en effet la guerre d'Auguste Drouet qui, alors qu'il a presque 39 ans fait le choix de s'engager, en janvier 1915, au 9e régiment de zouaves. A partir des écrits, des photos et des lettres de Drouet, complétés par les JMO, les archives officielles et les témoignages ultérieurement publiés d'autres soldats ayant servi dans les mêmes secteurs, l'auteur nous raconte donc presque deux ans de guerre, jusqu'à la mort de son héros (d'abord déclaré "disparu") à la fin de la bataille de la Somme. Le 9e zouaves appartient indiscutablement aux meilleurs régiments de l'armée française et il est à plusieurs reprises très sévèrement étrillé au cours de combats (près de 80 % de pertes en Champagne à l'automne 1915), et en son sein le lieutenant, puis capitaine Drouet donne résolument l'exemple. Les lettres qu'il adresse à sa famille sont longuement citées, souvent suivies d'extraits d'autres témoignages. Au long des pages, les problèmes du quotidien, les difficultés "habituelles", éclairées par d'autres sources qui permettent de compléter le tableau de la situation tactique. Repos, permissions, travaux d'aménagement du front, ravitaillement, questions de finances familiales, Verdun aussi dans le secteur du bois du Chauffour et les tranchées de Malancourt.

En résumé un récit centré sur le parcours d'un homme mais qui alterne aussi les passages explicatifs sur la situation locale ou régionale. Un récit à la fois intime et historiquement détaillé.

Editions Grancher, Escalquens, 2014, 183 pages, 18,- euros.

ISBN : 978-2-7339-1336-9.

Journal d'un officier
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 05:50

Les derniers mystères de Waterloo

Napoléon Ier - n° 76

Le thème central de ce numéro de mai-juillet 2015 ne pouvait pas échapper au bicentenaire de la célèbre bataille. Quatre articles en traitent directement (dont un rédigé à partir du témoignage du général Foy), mais les amateurs trouveront également dans ce n° 76 un texte sur la cérémonie du Champ de mai et les Actes additionnels à la constitution de l'empire, un article sur le général Bonaparte en Italie et sa "cour" de Mombello, un autre enfin sur "La nouvelle guerre de Vendée", provoquée par le retour de Napoléon Ier.

Waterloo
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 06:00

Journal politique

Galeazzo Ciano

Vol 1 : août 1937 - septembre 1939 / Vol. 2 : septembre 1939 - février 1943

Cette première édition française intégrale des mémoires du comte Ciano, gendre du Duce et ministre de l'Etat fasciste avant d'être condamné à mort et exécuté, constitue une indiscutable plus-value pour tous les amateurs. De la vie quotidienne des hauts diigeants fascistes aux luttes d'influence qui les opposent, des considérations sur la politique intérieure à l'évolution diplomatique et internationale, ces deux volumes au format poche et au prix modique doivent être lus.

Vol. 1

Après une solide préface d'une cinquantaine de pages, le tome 1 débute le 22 août 1937, par une sorte "d'avertissement au lecteur" du comte Ciano. Dès le lendemain 23 août commencent les "confidences" à son journal : Mussolini expliquant que les régimes totalitaires sont indispensables ou le chargé d'affaire de Grande-Bretagne à Rome présentant des doléances. Au fil des pages, on croise tout les hiérarques du régime fasciste, dans tous les domaines (portraits parfois sans concession), les principaux responsables politiques, diplomatiques, économiques ou représentants du monde culturel. On y découvre aussi les dessous de la politique internationale de l'Italie, en particulier à l'égard des Balkans, des indépendantistes croates et les conditions dans lesquelles, par exemple, le roi Zog Ier est contraint d'accepter le protectorat italien sur l'Albanie. Les préparatifs pour la visite d'Hitler en Italie ou les rencontres entre le Duce et le Führer, les relations avec le Japon et les conditions de l'adhésion de l'empire du Soleil levant à l'Axe (avec des demandes particulières précises de Tokyo) sont autant de thèmes régulièrement abordés. De même, la guerre d'Espagne et la contribution italienne aux côtés des nationalistes fait l'objet de notes parfois quotidiennes qui montrent bien l'intérêt que l'on porte à Rome à l'évolution de la situation militaire dans la péninsule ibérique. On note même à plusieurs reprises un certain "jusqu'au boutisme" italien, comme cette menace à peine voilée à Franco de ne plus le soutenir s'il "s'obstine dans une guerre d'attente énervante". On suit, en 1938, avec la crise tchèque, la montée de la menace d'une guerre européenne, durant laquelle l'Italie s'affirme officiellemnt neutre ; on observe la montée d'une francophobie, entretenue par le régime en particulier du fait de la question de "l'italianité" de la Corse, sans que le sujet ne soit toutefois autre chose qu'un prétexte et un moyen de pression. Les discussions (y compris avec le Vatican) autour de l'adoption des lois racistes de 1938 et les lignes consacrées aux accords de Munich méritent également d'être lues, ainsi que les dernières pages sur les mensonges allemands au sujet de la Pologne à l'été 1939. De très utiles notes de bas de page précisent rapidement la biographie de tous les personnages croisés au fil du texte.

Vol. 2 

Le volume s'ouvre sur le constat que l'armée italienne de 1939 n'est pas en mesure de combattre plus de trois mois, ce qui explique en grande partie l'attitude expectante de Rome (qui ne veut pourtant pas jouer les "seconds rôles") au début de la Deuxième guerre mondiale. Le sentiment anti-allemand de la famille royale italienne est fréquemment souligné, et l'on peut suivre au début de l'année 1940 la montée progressive vers une participation de Rome au conflit, participation à laquelle Mussolini est très tôt attaché mais qui se complique de rudes négociations tant internes qu'avec le IIIe Reich (avec cette illusion du Duce qui se félicite le 8 juin 1940 de voir les Allemands se heurter à une résistance française opiniâtre : "ils n'arriveront pas à la fin de la guerre trop frais et trop puissants"). Les relations entre Mussolini et les commandants italiens dans les Balkans ou en Afrique du Nord sont régulièrement évoquées, et témoignent aussi de fréquentes divergences. La difficile désignation d'un "roi-potiche" pour le Monténégro tient presque de l'opéra-comique, tandis que lorsque commence l'opération Barbarossa le Duce se précipite pour envoyer en Russie un contingent dont Hitler "se passerait volontiers". Tandis que la situation générale de l'Italie se détériore, que sa position par rapport à l'Allemagne devient visiblement celle d'un allié de second ordre, Ciano s'inquiète du "manque de ravitaillement et (de) l'état pitoyable" des forces armées, et la mobilisation civile du pays à partir de février 1942 ne contribue pas à améliorer l'image et les soutiens du régime, mettant par contre en lumière les carences du régime fasciste. Le Journal se termine, peu avant l'arrestation et le procès, sur la nomination de Ciano comme ambassadeur au Vatican... Ultime position officielle, qui ne lui vaut aucune protection.

Un comte Ciano qui témoigne d'une certaine suffisance, qui appartient très nettement à une élite sociale, mais dont les annotations quotidiennes donnent le sentiment d'être aussi "sincères" que possible sur le moment. Deux volumes absolument indispensables pour tous ceux qui s'intéressent soit à l'histoire de l'Italie, soit à celle de l'Europe avant et pendant la Seconde guerre mondiale. Passionnant.

Coll. Tempus, Perrin, 2015, vol. 1 : 671 pages, 12,- euros ; vol. 2 : 709 pages. 12,50 euros.

ISBN : 978-2-262-04102-1 et 978-2-262-05024-5.

Témoin de premier ordreTémoin de premier ordre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 05:50

L'éternel retour de la guerre

NRH - Hors-série n° 10

La paix ne serait-elle qu'un phénomène éminemment provisoire et temporaire entre deux guerres ? Ce hors-série ambitionne de présenter (difficile en une soixantaine de pages) une approche globale de la guerre dans le temps (très) long. Il le fait chronologiquement, de la préhistoire et de l'antiquité aux XXe et XXIe siècle. Les contributions de nombreux spécialistes (Yann Le Bohec sur l'armée romaine, Sandrine Picaud-Monnerat sur la "petite guerre", Mériadec Raffray sur la contre-insurrection, Michel Goya sur la guerre aujourd'hui, etc.) permettent heureusement d'établir de solides synthèses en quelques pages. Deux articles abordent les aspects culturels : "La Grande Guerre des écrivains" et "Comment le cinéma voit la guerre".

De la préhistoire aux drones
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 06:15

L'Alsace à tout prix !

Frédéric Garcia - Jean Paillot

Une bande dessinée, et un peu plus qu'une simple BD, en ce week-end. Du 30 juillet 1914 à Munster dans une famille alsacienne dont les deux fils vont rejoindre chacun l'une des armées belligérante, au 18 octobre 1936 pour l'inauguration du monument aux morts de Strasbourg, le volume nous entraîne de façon individuelle et collective dans la Grande Guerre telle qu'elle a pu être vécue en Alsace et par les Alsaciens. Une grande partie du volume est bien sûr consacrée à l'année 1915 et aux combats de la crête des Vosges, avec à l'honneur les chasseurs et le 15/2. Régulièrement les auteurs font l'aller-retour entre la ligne de feu et l'arrière, tandis que les pertes terribles ne sont pas tues. A la fin du livre, quelques pages reviennent sur l'histoire telle qu'elle s'est déroulée dans les différents secteurs alsaciens du front, sur une rapide histoire du 15/2 depuis 1919 et sur la présentation de quelques sites et musées.

Une belle réalisation des éditions du Signe, labellisée "centenaire".

L'Alsace et la Grande Guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile