Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 06:00

Le 7e bataillon de chasseurs alpins

(Collectif)

Dans la veine des récents albums régimentaires publiés par les éditions de Taillac, voici un nouveau volume qui présente les qualités et les limites de ses prédécesseurs, en hommage à une fort belle unité.

L'album s'ouvre sur un avant-propos de Marie d'Orléans, marraine du bataillon (eh oui ! Pas de chasseur sans un Orléans. Il faudra que je revienne un jour sur cette manie de faire parrainer les unités par telle ou telle princesse, duchesse ou comtesse dont un des ancêtres a probablement fait quelque chose...). Il est ensuite divisé en trois grandes parties qui présentent 175 ans d'histoire. Le première couvre la période 1840-1945, de la création des premiers bataillons de chasseurs à pied à la réinstallation à Bourg-Saint-Maurice après une période d'occupation en Autriche. La seconde traite de la seconde moitié du XXe siècle (1954-2001), avec la guerre d'Algérie puis les OPEX à partir de 1984 avec le Liban et les Balkans. La troisième enfin évoque les "nouveaux théâtres" de ces quinze dernières années, d'Afghanistan au Sahel, mais aussi son action sur le territoire national (Vigipirate) et outre-mer (Guyane), enfin sa réinstallation récente en Isère.

Un regret personnel ? Que la première partie, qui couvre plus d'un siècle, ne soit pas davantage développée. A contrario, il apporte bien sûr d'indéniables précisions sur l'histoire récente du bataillon. Le volume, très joliment et abondamment illustré, ne peut que séduire les amateurs et constituera pour les historiens un document de plus dans leur bibliographie.

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2015, 272 pages. 29,90 euros.

ISBN : 978-2-3644-5054-7.

Chasseur un jour, ...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Armes unités services
commenter cet article
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 06:00

La France en guerre froide

Nouvelles questions

Sylvie Le Clech et Michel Hastings (Dir.)

Actes d'un colloque organisé avec le soutien et la participation active des Archives nationales, ce volume regroupe vingt-deux communications très différentes qui, sans faire complètement le tour du sujet, ce qui serait impossible, permettent de donner autant de coups de projecteur sur des aspects particuliers de la vie politique et sociale de la France de la IVe République essentiellement.

Le volume est organisé en trois parties, dont les deux premières occupent l'essentiel de la pagination. La première, "Machineries politiques, machineries militantes en guerre froide", après une communication d'ouverture de Jenny Raflik sur "L'OTAN et la France, 1949-1966', traite essentiellement des mouvements politiques, du Parti communiste (qui recueille alors entre le quart et le cinquième des suffrages et contrôle entre 1000 et 2000 municipalités) aux droites nationalistes (dominées par la question de Vichy et par les guerres d'Indochine et d'Algérie), sans oublier les "Associations d'anciens résistants et déportés" (divisées et finalement peu influentes). La deuxième s'intéresse plutôt aux questions de société avec des présentations tout à fait intéressantes sur la naissance et le développement des jumelages sur fond de guerre froide, sur la politique de défense civile entre 1950 et 1960 ou sur "Mémoire scolaire et mémoire académique de la guerre froide", par exemple. On note aussi une communication sur l'association France-URSS et la diffusion du cinéma soviétique. La troisième, enfin, ne regroupe que trois communications et ouvre sur l'international avec une présentation sur la société ouest-allemande, une en miroir sur la société est-allemande et une sur la société italienne.

Les questions militaires et de défense ne sont abordées qu'à la marge, mais ce volume permet de mieux comprendre le contexte, les positionnements des uns et des autres et apporte une réelle plus-value à notre perception de cette période, paradoxalement si proche et déjà si lointaine.

Editions universitaires de Dijon, 2015, 247 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-36441-109-8.

Guerre "froide"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 06:00

Réédition en format poche de deux ouvrages intéressants

Les Plantagenêts

Origines et destin d'un empire

Jean Favier

Paru pour la première fois en en 2004, cet ouvrage de l'un des plus grands spécialistes de la période nous présente toute l'histoire d'une dynastie exceptionnelle qui connaît son âge d'or entre Aliénor d'Aquitaine et Richard Coeur de Lion, et dont les possessions s'étendent finalement des Pyrénées à l'Irlande. Une analyse à la fois chronologique et thématique qui n'oublie jamais le contexte, cette société du Moyen-Âge avec ses liens de féodalité et sa diplomatie familiale. Un plaisir de lecture et une grande richesse sur le fond.

'Texto', Tallandier, Paris, 2015, 960 pages. 12,90 euros

ISBN : 979-10-210-0881-6.

L'ordre des Templiers

John Charpentier

A propos de la même époque, une histoire (régulièrement rééditée en France depuis 1977) de l'ordre le plus célèbre de moines-soldats pendant les croisades. Plutôt spécialiste des biographies des grands hommes du XVIIIe et du XIXe siècles, John Charpentier nous propose une histoire somme toute classique des deux siècles d'existence de l'ordre du Temple et de son organisation, en Orient comme en Occident. Plusieurs annexes ("Pièces justificatives") complètent le livre, qui s'intéresse à la fois à la vie quotidienne des chevaliers et aux questions géopolitiques de l'époque. 

'Texto', Tallandier, 2015, 364 pages, 10,- euros.

ISBN : 979-10-210-0878-6.

Moyen-ÂgeMoyen-Âge
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Moyen-Âge
commenter cet article
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 07:00

Josué

Premier conquérant de la terre sainte

Stéphane Encel

En ce dimanche, retour sur les textes saints du monde occidental. Pari osé pour ce professeur d'histoire des religions que de tenter d'écrire la biographie d'un personnage sur lequel il n'existe aucune source directe et dont on n'est même pas certain qu'il ait effectivement existé, les scientifiques étant depuis longtemps très divisés : "Si l'on me pardonne ce raccourci, Josué ne peut exister pour l'historien, mais sur-existe pour les croyants ... En l'absence de preuves, de traces, d'indices extrabibliques, Josué est immatériel, impalpable pour l'oeil des scientifiques cherchant la réalité de ce qui s'est réellement passé".

Et pourtant, pari réussi, car cette histoire nous est contée de telle façon qu'elle prend forme malgré les doutes sur sa stricte véracité. Josué , chef de guerre dans le sillage de Moïse qu'il accompagne sur la Montagne, apparaît dans le Sinaï après la fuite du peuple juif d'Egypte. Il assure la première reconnaissance de la terre de Canaan où les Hébreux espèrent s'installer et s'illustre à la tête des Juifs qui vont progressivement détruire "les sept peuples de Canaan", dans des batailles toujours présentées comme purement défensives (ce qui intellectuellement n'est pas neutre). L'environnement culturel est particulièrement sanglant, entre le massacre systématique des populations conquises et le sacrifice régulier de fils d'Israël pour satisfaire un Dieu qui exige encore et encore des morts, qui exige le châtiment suprême pour ceux qui ne suivent pas sa loi. Successeur de Moïse sans être son égal, Josué dirige la conquête effective de la "terre d'Israël" en trois grandes phases successives, et c'est au début de ces campagnes que se situe l'épisode des fameuses trompettes de Jéricho, dont les sonneries interminablement répétées autour de la ville pendant plusieurs jours finirent par faire chuter les murs de la ville : "Hommes et femmes, jeunes et vieux, jusqu'aux taureaux, aux moutons et aux ânes, les passant au fil de l'épée", à l'exception d'une prostituée. Au fil des combats et de l'accroissement vers le nord des territoires soumis aux Hébreux, chaque événement marquant est l'occasion d'une leçon divine, d'un "dialogue" parfois difficile entre le peuple élu et Dieu. Lorsque la zone conquise est finalement partagée entre les tribus d'Israël par un Josué devenu trop âgé pour guerroyer, elle s'etend du fleuve Litani au sud de la mer Morte. Cette séquence, dont le récit est émaillé d'anecdotes (voulues édifiantes pour les générations ultérieures), est également une opportunité pour l'auteur de nous présenter en détail ces tribus, leurs origines et leurs différences, mais aussi les oppositions qui surgissent entre elles. Elle éclaire cette période mal connue de ce qui deviendra la Palestine et la Transjordanie, de part et d'autre du Jourdain, "terre pure et terre impure", tout en nous entraînant dans une exégèse savante de la loi talmudique.Les cinquante dernières pages enfin suivent l'héritage, la filiation, la trace de l'histoire de Josué dans celle du judaïsme, jusqu'aux débats les plus récents sur le sionisme.

Au fil des pages, Stéphane Encel critique et commente les textes antiques et leurs analyses ultérieures, nous donnant également une leçon de lecture et de compréhension de textes souvent obscurs, elliptiques, voire contradictoires pour le "lecteur moyen". Il en ressort un tryptique (Dieu, la terre, le peuple) qui reste l'un des fondements d'Israël. Nous avons ainsi beaucoup plus que la simple biographie d'un personnage qui n'a peut-être pas existé : nous avons une présentation large des fondements culturels et cultuels d'une population dans son ensemble.

Tallandier, Paris, 2015, 304 pages. 20,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0631-7.

La biographie imposible
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire sociale et culturelle
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 06:30

Le testament du Kosovo

Journal de guerre

Daniel Salvatore Schiffer

Un ouvrage coup de poing, un témoignage engagé, un parti pris initial systématiquement défendu et illustré au long des quelques 500 pages.

Seul intellectuel occidental présent sur le terrain tout au long du conflit, Daniel Salvatore Schiffer, professeur de philosophie en Belgique et spécialiste du dandysme, affirme s'être engagé au nom des notions de liberté et de vérité. Il décrit les bombardements occidentaux, "les maisons en flammes" et "les enfants traumatisés, prostrés" à Belgrade même, mais sillonne aussi le pays, croise d'interminables colonnes de Kosovars prenant la route de l'exil, décrit les subterfuges des soldats serbes pour interdire aux appareils occidentaux de pouvoir tirer ("D'énormes piles de pneus, entassés les uns sur les autres, que les soldats de l'armée yougoslave, tous revêtus de treillis, faisaient brûler comme des torches afin d'offusquer la vision et de brouiller les radars des avions ennemis, créant ainsi un vaste écran brumeux"), reconnaît la réalité des "abominables effets de l'épuration ethnique" mais en impute la responsabilité foncière aux frappes occidentales qui poussent les Serbes à réagir, se pose la question de son instrumentalisation par les autorités de Belgrade ("ce qui, bien sûr, ne fit qu'accentuer davantage encore mon malaise"), décrit les blessés à l'hôpital abandonnés par les médecins albanophones ou la maternité de Belgrade touchée par les bombes, rencontre de nombreux dirigeants politiques locaux des différentes communautés dont il trace le portrait (en insistant lorsqu'ils ne sont pas ultra-nationalistes serbes), s'indigne des bombes qui tombent à trois reprises sur le cimetière serbe de Pristina ou sur un pont indispensable à la population, affirme avoir directement participé à la libération de journalistes français emprisonnés et raconte sa participation à des manifestations publiques, etc. Il pousse parfois la comparaison négative bien trop loin (les Americains comme les Nazis, voire pire que les Nazis, détruisant Novi Sad), et multiplie les commentaires sur Mitrovica, son pont et l'exode de ses Serbes.

Honnêtement, les 500 pages pouvaient, sans rien changer au témoignage, être limitées à 300. Par ailleurs, tout ce qui est excessif lasse et finalement l'argumentation devient alors contre-productive. Un cahier photos central montre les dégats et les victimes des bombardements. La dernière phrase de l'avant-dernier chapitre, qui donne son titre au livre, illuste le tout : "Mourir, oui, mais mourir debout, les yeux grand ouverts, si possible sans regrets ni remords, face à sa propre et seule conscience : tel est le testament -le testament du Kosovo- que j'aimerais léguer à mon fils Alexandre". L'ouvrage n'est finalement pas totalement convaincant à proprement parler, parfois excessif, prêtant alors le flanc à une critique mesurée : les responsabilités serbes antérieures ne sont pratiquement pas évoquées. Il n'en est pas moins important car il décrit une réalité de cette guerre, une face que nos médias ont "oublié" de nous présenter. Il prend la position contraire à l'immense majorité de la littérature. A ce titre, il mérite d'être lu et connu.

Editions du Rocher, Monaco, 2015, 512 pages, 21,- euros.
ISBN : 978-2-268-07916-5.

Pour la Serbie
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Balkans
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 06:00

Histoire de la Première Armée française

Jean de Lattre de Tassigny

Nouvelle réédition d'un classique : l'histoire de la Première Armée française par son ancien chef, le général de Lattre de Tassigny.

Présenté par André Martel, qui retrace en particulier l'ensemble de la carrière du "vainqueur de Colmar", ce live de souvenirs s'ouvre sur 1943 et se termine en 1945. Avec une "froideur" revendiquée, le général de Lattre raconte l'ensemble des opérations militaires avec un souci du détail parfois poussé à l'extrême, mais il sait aussi aborder les relations avec Juinn et de Gaulle et s'élever au niveau des considérations interalliées, avec lesquelles les négociations sont parfois difficiles. Les pages les plus enthousiasmantes sont liées au débarquement de Provence et à la rapide et victorieuse poursuite des armées allemandes jusqu'aux Vosges (comme cet assaut surprise, dans la neige, le 14 novembre) en dépit des innombrables difficultés, en particulier logistiques, et de l'âtre résistance allemande. Il revient également à plusieurs reprises sur la question de la création d'une armée nouvelle avec "l'amalgame" entre les unités régulières, venues d'Afrique du Nord, et les maquis et groupes de partisans qui représentent l'armée intérieure. La libération de Belfort, de Mulhouse et Colmar constitue également un morceau de choix, à lire aussi une nouvelle fois au prisme non seulement de son déroulement tactique mais aussi des contraintes politiques et interalliées (préparation et mise en oeuvre du "plan de Noël"). C'est ensuite l'audacieux franchissement du Rhin le 31 mars, la marche au Danube et à l'Autriche, les marques de l'estime conservée à Weygand et la participation comme représentant de la France libérée à l'acte officiel de capitulation de l'Allemagne. L'ouvrage se termine enfin sur un ultime chapitre consacré à "l'esprit Rhin et Danube"

Le témoignage essentiel de l'un des (très) grands acteurs français de cette période. A lire impérativement par tous ceux qui s'intéressent à la Seconde guerre mondiale.

Nouveau Monde éditions, Paris, 2015, 671 pages, 26,- euros.

ISBN : 978-2-36942-038-5.

1ère Armée
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 06:00

Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde

Christophe Dickès

Le livre est un peu un pari, puisqu'il s'agit pratiquement pour l'auteur de retracer, à travers la vie de douze papes qui en leur temps jouèrent un rôle exceptionnel, quelques grandes phases de l'histoire de l'Eglise.

Christophe Dickès, qui a dirigé en 2013 un très complet Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège (ici), commence par expliquer dans son introduction le caractère particulier, douloureux presque, de cette fonction de Souverain Pontife, puis comment il a "sélectionné" les douze papes choisis parmi plus de deux cent soixante. Il s'intéresse finalement, après Saint Pierre bien sûr, premier de tous, à deux papes du Ve et VIe siècles (Léon le Grand et Grégoire le Grand), à quatre souverains temporels du Moyen-âge lorsque les successeurs de Pierre prétendent régenter le monde occidental et se heurtent à quelques uns des plus grands monarques (Grégoire VII, Innocent III, Boniface VIII et Jules II), à deux papes grands rénovateurs du rite et de la doctrine (Pie V et Pie X), et enfin à trois "modernes" (Pie XI, Jean XXIII et Jean-Paul II). Chaque chapitre biographique remet dans son contexte du moment l'action des papes choisis et met en relief à la fois leurs personnalités et leurs qualités propres ainsi que leur rôle particulier durant leur "règne". Bien écrites, agréables à lire, ces biographies nous en apprennent ainsi beaucoup non seulement sur le pape concerné mais aussi sur son époque. Personnellement, j'ai tendance à préférer les papes du Moyen-âge, vieux souvenirs de la lutte des Guelfes et des Gibelins, lorsque les papes n'hésitaient pas à partir en campagne et faisaient trembler rois et empereur ("Aller à Canossa"). Et puisque nous en sommes à cette période, j'ai regretté qu'aucun des neuf papes d'Avignon et du grand schisme d'Occident ne figure dans la liste. Sans doute est-ce le Méridional en moi qui parle... 

Un regard pointilliste sur l'histoire du Saint-Siège, qui met en valeur certaines personnalités et certaines évolutions. Une lecture complémentaire à de récents ouvrages plus complets.

Tallandier, Paris, 2015, 380 pages. 21,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0328-6.

Quelques papes exceptionnels
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire sociale et culturelle
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 06:00

La révolte dans le désert

Lawrence d'Arabie

Le titre est universellement connu et la parution de la première édition en 1927 fut un succès d'autant important que la personnalité de Thomas Edward Lawrence a été dès 1919 mise en scène, instrumentalisée, objet d'une véritable promotion dans le monde anglo-saxon grâce au journaliste américain Thommas Lowell. Il devient aussitôt, dans un étonnant mélange des genres, le témoignage d'un parcours hors norme et le récit d'une guérilla particulièrement habile.

Il est donc intéressant qu'une nouvelle édition voit le jour, dans une collection abordable. Le lecteur y trouvera les réelles et très élevées qualités littéraires de l'auteur, dont les descriptions colorées des différents épisodes de son séjour au Moyen-Orient valent indiscutablement le détour. Par contre, si vous voulez connaître l'histoire de cette révolte hachémite de 1916 et sa contribution à la Grande Guerre de l'Arabie occidentale à la Syrie, il est indispensable de croiser La révolte dans le désert avec Le Hedjaz dans la Grande Guerre, du général Brémond, paru chez Payot en 1931, rédigé en réponse à la publication de Lawrence et beaucoup plus proche des archives. Le récit de Lawrence n'est pas faux stricto sensu, mais tous les épisodes sont tournés, tordus, dans le but de mettre en valeur le rôle de l'auteur. De Djedda à Damas, de 1916 à 1918, en passant par Akaba (ne surtout pas se fier au film 1962), Maan (un grave échec) et la Transjordanie (où l'on oublie le rôle des artilleurs, mitrailleurs et tirailleurs du capitaine Pisani), Lawrence se met en scène, toujours sous son meilleur jour, toujours à l'avant et à l'origine des meilleures initiatives : "Ma visite à Djedda avait surtout pour but de découvrir l'animateur -encore inconu- de l'affaire, et de me rendre compte jusqu'à quel point il était capable de mener la révolte aux fins que je concevais pour elle". En réalité, Lawrence arrive sur la côte arabique comme officier politique détaché au port de Yambo, en charge de distribuer aux tribus arabes riz, fusils et pièces d'or. Son influence va croître au fil des mois, mais il n'exercera que très rarement un commandement effectif. Pour ceux qui s'intéresse aux principes tactiques de la guérilla dans le désert, c'est l'article publié dans le premier numéro d'après-guerre de la revue militaire britannique par Lawrence qu'il faut d'abord lire. Au bilan, on peut sans doute considérer qu'au-delà de la notoriété de l'officier britannique, c'est après la Grande Guerre que sa réflexion prend toute son ampleur. Pendant le conflit lui-même, il reste à bien des égards, même si la légende doit en pâtir, un acteur parmi d'autres de cette aventure.

On lira donc avec beaucoup d'intérêt cette Révolte dans le désert, pour son style et son rythme d'abord. Pour la description des événements ensuite, mais alors en ayant soin de ne pas prendre pour argent comptant toutes les affirmations pro domo du "roi secret d'Arabie". 

Coll. 'Tempus', Perrin, Paris, 2015, 542 pages, 11,- euros.

ISBN : 978-2-262-05091-7.

De La Mecque à Damas
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 06:00

Le IIIe Reich et le monde

Charles Bloch

Le livre s'ouvre sur une préface de Maurice Vaïsse qui présente la vie et l'oeuvre de Charles Bloch, disparu en 1987, car il s'agit ici de la réédition de son ouvrage pionnier paru en 1986. Son premier intérêt réside dans son angle d'approche : rares sont les études de cette ampleur qui détaillent avec autant de précisions l'ensemble des relations internationales du IIIe Reich.

Organisé en quatre grandes parties chronologiques, le livre s'intéresse successivement à "L'héritage du passé allemands et les lignes générales de la politique hitlérienne", "Les années de la consolidation, 1933-1936", "Vers la conflagration, 1936-1939", et "La guerre et la défaite, 1939-1945". La première partie est sans doute celle pour laquelle l'historiographie a le plus évolué depuis trente ans et la présentation qui est faite des structures dirigeantes du Reich est à certains égards un peu datée. Les parties suivantes par contre sont tout à fait passionnantes et présentent de façon complète et méthodique les évolutions, les projets, les objectifs, les moyens de la diplomatie allemande. Tous les grands dossiers sont bien sûr traités, des projets pour revenir sur les amputations territoriales du traité de Versailles, au retrait de la SDN et à l'apparente normalisation initiale avec la Pologne au Pacte germano-soviétique et aux dernières conversations avec la Grande-Bretagne avant le début de la guerre, après la longue phase de conversations navales en particulier. La constitution de l'axe Rome-Berlin, puis du pacte tripartite avec le Japon et du pacte anti-komintern fait l'objet de longs et précis développements, ainsi que la prise en compte des questions économiques (approvisionnements en matières premières) et, bien sûr, toutes les questions de propagande notamment en direction des populations et minorités germaniques. L'union avec l'Autriche, les accords de Munich, l'émergence de l'URSS dans le dispositif diplomatique (sans doute sous évaluée en amont), avec les positions de la France et celles (parfois ambigues) de la Pologne font chacune l'objet de longues pages, où l'auteur souligne la façon dont Hitler tient à l'écart les militaires dont il se méfie. La confiance dont Hitler fait preuve à l'égard de l'Italie est alors des plus limitée et en août 1939 le Fûhrer hésite : "Il est vraisemblable que, pendant les derniers jours d'août, Hitler ait souvent changé d'avis et n'ai pas obéi à un strict raisonnement logique". L'auteur, on le voit, sait prudemment manier la litote... La dernière partie est naturellement étroitement liée aux opérations militaires du temps de guerre, dans l'étude des relations avec l'Espagne, avec Vichy, avec les Etats-Unis, etc. L'affaire du vol de Hess en Angleterre est rapidement évoquée et la lutte sur le front oriental contre l'URSS devient en juin 1941 le critère déterminant de orientations diplomatiques. Une trentaine de pages sont consacrées aux relations avec le monde moyen-oriental et asiatique, éléments certes importants mais qui restent très nettement secondaires. Les questions des conversations officieuses de paix sur initiatives individuelles et de la légitimité (donc l'éventuelle reconnaissance internationale) du gouvernement Dönitz terminent cette étude.

En dépit de la taille du volume, l'ampleur du sujet conduit parfois à traiter rapidement telle ou telle partie (la préparation du pacte germano-soviétique par exemple a fait l'objet d'études plus avancées), mais par sa globalité même ce IIIe Reich et le monde offre aux amateurs et curieux une vraie et dense référence qui s'appuie sur de très nombreuses sources diplomatiques. Un ouvrage à retenir.

Perrin, Paris, 2015, 591 pages, 26,- euros.
ISBN : 978-2-262-05123-5.

Relations internationales du Reich
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 06:00

La bataille des Hautes-Vosges

Février-octobre 1915

Général d'Armau de Pouydraguin

Réédition de l'ouvrage publié en 1937 chez Payot par l'association du mémorial du Linge, cet ouvrage présente les qualités et les défauts des publications de l'époque.

Organisé en trois grandes parties chronologiques, il détaille les combats en Alsace et dans les Hautes-Vosges à partir du début de la guerre. La première partie s'intéresse aux "Opérations en Alsace du 2 août 1914 au 30 mars 1915", de la marche sur Mulhouse aux engagements dans la vallée de la Fecht et au Reichackerkopf. La seconde, "Metzeral", est centrée sur les 47e et 66e divisions au printemps 1915 et surtout en juin, dont le détail des combats est donné jour par jour. La troisième enfin, "Le Linge" nous entraîne avec les 129e et 47e DI essentiellement en juillet et août 1915, jusqu'aux grandes contre-attaques allemandes de la fin de l'été et du début de l'automne. Ne cherchez pas dans ce volume une analyse problématisée de la conception et de la conduite des opérations, par contre dans le droit fil de "l'histoire bataille" la plus traditionnelle vous connaîtrez tout de la composition des échelons d'attaque, du moindre déplacement d'une compagnie, de tous les appuis d'artillerie, des horaires d'assaut, des ordres donnés et des pertes subies. Une dizaine de cartes détaillées émaillent les chapitres et une série d'annexes reproduisent les principaux ordres d'opérations donnés.

Un volume à prendre pour ce qu'il est et à utiliser pour ce qu'il peut donner et, avec cette réserve indispensable, utile pour pouvoir connaître les faits avant de se lancer ensuite dans les analyses plus élaborées, d'autant que son prix est modique (9,- euros) 

Pour aider l'association du mémorial du Linge, vous pouvez commander directement : ici.

Vosges 1915
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile