Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 06:00

Le monde selon Napoléon

Jean Tulard

Les propos et écrits du général, Premier consul, empereur, exilé, ont souvent été soigneusement recueillis par les contemporains, et Napoléon lui-même ne s'est jamais privé d'écrire : la ressource est donc immense, et il est même possible (fréquemment ?) de mettre l'auteur en contradiction avec ses propres déclarations antérieures (ce qui prouve néanmoins une vraie capacité d'adaptation à l'évolution des évènements).

Dans ce volume, sous la forme d'un dictionnaire alphabétique, Jean Tulard nous présente ce qu'a pu penser Napoléon de tel ou tel sujet à un moment de son existence. De "A" comme Aboukir à "W" comme Wellington, voici donc une succession de réflexions impériales sur les thèmes les plus variés. Que pensait donc Napoléon de sujets aussi différents que le rôle dess ambassadeurs, l'art de la guerre, la Bourse, le souci des détails, ses propres frères, ses généraux et maréchaux, la Légion d'honneur : "Elle est une des grandes conceptions du temps et aussi bien appropriée aux besoins du trône qu'aux besoins des peuples. Elle établit une honorable fraternité entre le civil et le militaire, entre le maréchal et le soldat, entre le paysan et le duc". A propos du Coran : "Le Coran ordonne d'exterminer les idôlatres ou de les soumettre aux tributs ; il n'admet pas l'obéissance et la soumission à une puissance infidèle En cela, il est contraire à l'esprit de notre religion : Rendez à César ce qui appartient à César, a dit Jésus-Christ". A propos de ses propres proclamations à la veille des batailles : "Ce ne sont pas des harangues, au moment du feu, qui rendent les troupes braves ; les vieux soldats les écoutent à peine, les jeunes les oublient au premier coup de canon. Il n'est pas une seule qui ait le trait de l'impromptu"... A propos de la vente de la Louisiane aux Etas-Unis : "Je viens de donner à l'Angleterre une rivale maritime qui tôt ou tard abaissera son orgueil". Etc., etc. Dans tous les domaines, des déclarations généralement marquée du sceau de l'action, de la détermination, de la volonté de réaliser et de faire durer. A la fois intéressant (les citations sont le plus souvent présentées, dans leur origine et leur contexte) et parfois amusant.

Une lecture agréable, des références utiles.

Tallandier, Paris, 2015, 347 pages. 20,90 euros.
ISBN : 979-10-210-0281-4.

Pensées impériales
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 06:00

Bertrucat d'Albret

ou le destin d'un capitaine gascon du roi d'Angleterre

pendant la guerre de Cent Ans

Nicolas Savy

Nous écrivons souvent qu'il ne faut jamais oublier la richesse des productions régionales et l'importance de ces historiens quis se disent trop modestement "locaux". En voici une nouvelle preuve avec cette excellente biographie d'un personnage haut en couleurs, grand capitaine et acteur essentiel de la guerre de Cent Ans dans le grand Sud-ouest. Nous chroniquions il y a quelques mois le très intéressant Robert de Sarrebrück, ou l'honneur d'un écorcheur, de Valérie Toureille (ici), dont les évènements se déroulent sur les marches de l'Est entre le royaume de France et l'empire germanique, voici une véritable avancée dans notre connaissance des évènements et des opérations militaires entre le Quercy et l'Espagne.

Fin connaisseur du Moyen-âge et de la guerre de Cent Ans dans sa région, Nicolas Savy nous offre en effet plus qu'une biographie. Si Bertrucat d'Albret est bien sûr au coeur du livre, dont il constitue le personnage principal et le fil rouge, l'auteur sait en effet s'intéresser plus largement à la société du temps, à la question des lignages et des fidélités entre suzerain et vassal, et surtout aux aspects proprement militaires et tactiques de cette "petite guerre" dans la grande. Issu "par la cuisse gauche" de l'une des plus grande famille d'Aquitaine, il appartient à la branche fidèle au roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, au service duquel il met ses châteaux et son épée. C'est dans la deuxième partie des années 1350 que se développe son épopée régionale, à partir d'une chevauchée dans la région de Figeac. Dès lors, sa carrière se développe jusqu'en Castille avec Du Guesclin puis le prince Edouard, pillant et rançonnant au fil de ses déplacements presque constants,mais se constituant aussi au fil du temps un patrimoine important. Entre Franco-Castillans et Anglo-Gascons, les accrochages, embuscades, prises de villages et de châteaux se succèdent : Bertrucat d'Albret est devenu "une figure marquante du milieu militaire anglo-gascon", célèbre pour son courage et pour son audace, dont les alliances locales et les traités plus ou moins familiaux font régionalement un acteur incontournable de la lutte entre les deux royaumes : "Il installait en quelque sorte un système féodo-vassalique parallèle et, s'il ne tirait pas forcément parti financièrement de toutes les actions réalisées par les chefs routiers, il n'étendait pas moins son pouvoir sur un large territoire en s'appuyant sur la clientèle qu'ils constituaient ... On pouvait considérer qu'il rassemblait sous sa bannière les capitaines qui le reconnaissait comme supérieur tout comme un suzerain aurait rassemblé ses vassaux". Après une campagne en Navarre puis de nouvelles opérations dans le Périgord, il se lance aussi dans les affaires commerciales, et en particulier le commerce du vin avec Londres, où il séjourne longuement. Parvenu au faîte de sa puissance au début des années 1380, il est l'un des principaux représentant du roi d'Angleterre dans le Sud-ouest et se bat désormais autant sinon plus sur le terrain juridique pour faire reconnaître ses droits (ou ceux qu'il estime devoir lui revenir) sur telle ou telle propriété ou pour telle ou telle charge officielle, que sur le champ de bataille.

Fidélité à son lignage, fidélité au roi d'Angleterre, fidélité à l'organisation hiérarchique de la société féodale : "Si Bertrucat se distingue des autres membres de la noblesse, ce n'est pas tant par ses activités guerrières -ce n'était finalement qu'une façon de faire la guerre- que par la durée, l'intensité et la diversité de sa carrière. Il fut en effet de tous les combats pendant plus de trente ans, ... en cela sa vie fut une véritable chanson de geste où l'esprit d'aventure fut omniprésent". Une belle et riche biographie, toujours référencée, illustrée de cartes, qui mérite d'être largement connue. Sans compter que ces randonnées du Quercy à l'Ardèche et en Castille vous ont un goût d'aventures...

Editions Archeodrom, Pradines, 2015, 476 pages, 30,- euros.
ISBN : 978-2-9534952-3-2.

Routier et capitaine
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Moyen-Âge
commenter cet article
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 06:00

Les mythes de la Seconde guerre mondiale

Jean Lopez et Olivier Wieviorka

Un ouvrage réussi à partir d'une association improbable : celle du professeur d'université et du journaliste qui se retrouvent sur le terrain de l'histoire.

Avec 21 contributeurs différents, parmi lesquels aussi bien d'éminents universitaires et que des journalistes spécialisés et un officier, ce volume veut aller au-delà es idées reçues sur de nombreux points de la Seconde guerre mondiale. La plupart des belligérants sont traités, selon des angles politiques ou militaires essentiellement. De "Les Britanniques étaient unanimement derrière Churchill", dans lequel François Kersaudy revient sur la fausse unanimité qui n'ose s'exprimer qu'après la victoire, à "Yalta, ou le partage du monde", dans lequel Georges-Henri Soutou explique ce que fut effectivement sur le moment la conférence entre les trois Grands, nous abordons successivement la défaite de 1940 avec Maurice Vaïsse, Pearl Harbor avec Pierre Grumberg, Rommel avec Vincent Arbaretier, la Waffen SS avec Jean-Luc Leleu, l'armée italienne avec Hubert Heyriès, le corps expéditionnaire d'Italie avec Julie Le Gac et le débarquement de Provence avvec Claire Miot, les kamikazes avec Pierre-François Souyri ou la contribution de la France à la victoire des alliés avec Jean-François Muracciole, par exemple. Le schéma général, qui s'inspire de la ligne éditoriale de l'excellent revue Guerres & Histoire, consiste à remettre les évènements décrits dans leur contexte du moment et à en analyser les causes et conséquences après en avoir décrit le déroulement. Chaque contribution est solidement référencée et peut se lire indépendamment des autres. C'est ainsi que le "mythe SS" est ramené à sa juste mesure (parfois bien faible tactiquement), que l'économie allemande redevient l'économie moyenne et sous tension qu'elle était, l'image d'Epinal de Bir-Hakeim rapidement reconstruite après les combats est décortiquée, l'absurdité des investissements colossaux au profit des "armes miracles" du Reich mais au détriment des armements conventionnels démontrée, etc.

Alors, bien sûr, telle ou telle affirmation pourra déclencher un débat, voire une polémique. Mais il faudra alors argumenter aussi solidement que les auteurs. Et alors, tant mieux pour la connaissance que nous pouvons avoir de la période. En attendant, un volume très intéressant, qui se lit par extraits et qui se savoure petit à petit. Un "must" qui ne dépareillera pas dans votre bibliothèque.

Perrin, Paris, 2015, 441 pages, 21,- euros.
ISBN : 978-2-262-04846-4.

Eclaircissements bienvenus
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 06:00

Missionnaires de la République

Michel Biard

Réédition d'un ouvrage publié en 2002 mais devenu introuvable, ce livre de Michel Biard (auteur récemment en particulier de La Révolution française, une histoire toujours vivante, ici) nous offre la première étude complète (au moins d'une telle ampleur) sur les Représentants du peuple nommés par la Convention à partir du début de l'année 1793 en mission dans les départements.

Si l'on connait un peu ceux dont le nom est entré dans l'histoire pour une série d'actes sanguinaires  voire de massacres (Carrier à Nantes, Fouché, Albitte, Laporte et Collot d'Herbois à Lyon, etc.) à l'époque du soulèvement fédéraliste, on ignore souvent qu'ils furent présents dans tous les départements métropolitains, aussi bien auprès des armées que des services publics et des administrations. Parfois, plusieurs dizaines de missions se succédèrent en trois ans dans les mêmes secteurs, comme dans le Nord, en Normandie, en Île de France, dans la vallée du Rhône ou sur la côte de Méditerranée. Michel Biard analyse au fil des chapitres la création de cette fonction nouvelle, le choix des représentants de l'assemblée, la réalité de leurs pouvoirs en province, leur rôle effectif dans les différentes régions, leurs contribution à la défense de la république envahie et assiégée, leur condamnation finale globale et leur noire réputation en dépit de réalisations souvent très concètes et utiles, en particulier dans les régions qui ne s'étaient pas soulevées contre la capitale. On y apprend l'effort de "récupération nationale" des matières premières pour soutenir l'effort de guerre, le nombre de délégués issus des rangs de la Gironde et leurs efforts pour "sortir de la Terreur", la création d'ateliers de production, le développement de l'éducation, les initiatives en faveur de la justice fiscale ou du droit du travail, etc. S'ils ont aussi été, bien sûr, "les pourvoyeurs principaux de la guillotine et des pelotons d'exécution", il faut replacer les évènements dans le contexte d'une quasi-guerre civile couplée à l'invasion étrangère qui ne pardonne guère "à ceux qui ont été pris les armes à la main" : "Les représentants ont pour la plupart été convaincus que, dans l'affrontement inexpiable entre la Révolution et ses adversaires, du sang pourrait surgir de la régénération, de la mort de l'ennemi pourrait naître la vie dans une cité de frères enfin apaisée".

En résumé, un livre important qui propose une autre vision d'une période de l'histoire généralement considérée uniquement sous le seul angle des massacres et des crimes. Et un portrait pointilliste de ces représentants en mission qui, finalement, valent souvent beaucoup mieux que leur noire réputation.

Editions Vendémiaire, Paris, 2015, 474 pages, 25,- euros.

ISBN : 978-2-36358-185-3.

Représentants du peuple en mission
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 06:00

La Grande Guerre

Une histoire culturelle

Philippe Poirrier (Dir.)

Cet ouvrage collectif ne manque ni d'intérêt, ni de charme. A travers seize contributions très différentes, une "histoire culturelle au sens large" nous est présentée après deux solides communications d'ouverture qui font le point des évolutions historiographiques et reviennent sur la définition de l'histoire culturelle, en particulier au sujet de la Grande Guerre (on appréciera le texte accompagné de tableaux récapitulatifs éclairants de Nicolas Mariot).

La première partie est conacrée aux individus. Successivement, quelques uns des meilleurs connaisseurs de ces questions synthétisent leurs travaux et leurs réflexions sur des catégories particulières de la population (les journalistes, par Laurent Martin ; les écrivains, par Nicolas Beaupré ; les scientifiques, par Marie-Eve Chagnon ; les sportifs, par Paul Diestchy ; les artistes, par Philippe Vatin ; les musiciens, par Esteban Buch ; les urbanistes, par Vincent Chambarlhac ; les couples, par Clémentine Vidal-Naquet). La plupart procèdent par aller-retour fréquents entre l'avant et l'arrière et suivent les évolutions de la population étudiée au fil du temps. On y trouve donc énormément d'informations, de références, sur des sujets parfois plutôt connus (censure, écrivains, etc.) mais aussi sur des thèmes moins traités (sport, musique, urbanisme). La seconde partie s'intéresse davantage à des thématiques et aux objets : le langage, par Odile Roynette ; la chanson par Anne Simon-Carrère ; "l'art des poilus", par Bertrand Tillier ; les images, par Benjamin Gilles ; etc.

Au total extrêmement riche et dense, ce volume apportera beaucoup à tous ceux qui s'intéressent à la Grande Guerre par la diversité de ses contributions. Par les compléments qu'il apporte à de nombreux autres travaux et par les pistes qu'il ouvre, un livre qui mérite de figurer dans toute bibliothèque bien tenue.

Editions universitaires de Dijon, 2015, 300 pages, 20,- euros.
ISBN : 978-2-36441-139-5.

Artistes dans la Grande Guerre
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 05:50

Histoire du Sahara

Bernard Nantet

Réédition d'un ouvrage de Bernard Nantet, spécialiste de l'Afrique, paru pour la première fois en 2013 (ici). De l'antique mythe de l'or aux guerres du XXIe siècle, l'auteur nous fait revivre toute l'histoire de cette vaste région. Chaque partie, chronothématique ou "chrono-géographique" présente son intérêt et tous ceux qui s'intéressent à cette région crisogène trouveront un intérêt à le lire.

Terre des Touareg, Maures et Toubous
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Afrique
commenter cet article
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 06:15

Divisions blindées soviétiques

Bataille & Blindés - n° 69

Outre les différents articles sur les opérations et les blindés allemands de la Seconde guerre mondiale, ce numéro nous propose un article de synthèse sur les divisions soviétiques de la Guerre froide, leurs matériels et leurs équipements, en insistant sur la proportion d'artillerie et son rôle. On note aussi deux articles tout à fait originaux  sur les unités blindées du Mandchoukouo entre 1932 et 1945, et sur les engins totalement artisanaux (dont beaucoup ne connaissent pas le feu et dont certains sont presque risibles) du Brésil des coups d'Etat durant l'entre-deux-guerres. On retiendra aussi l'article consacré à "La bataille de Prokhorovka" (et sa cartographie), dans le cadre plus général de la bataille de Koursk.

Blindés soviétiques
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 06:00

Armand Pinsard, la chute du faucon noir

Aéro Journal - n° 49

Au sommaire de ce numéro d'octobre-novembre, un article (rare) sur Armand Pinsard, qui termine la Grande Guerre avec 27 victoires homologuées et 17 citations, puis deviendra l'un des grands noms de la chasse française de l'entre-deux-guerres, peu heureux dans ses ordres en 1940 et sera finalement jugé et condamné en novembre 1944 pour "intelligence avec une puissance étrangère". Un article très intéressant. On remarque également un article assez complet sur Hans-Ulrich Rudel, "le pilote de tous les records", qui "n'en est pas moins une personnalité très controversée  qui n'a jamais renié ses sympathies pour l'ordre nazi". On apprécie enfin la seconde partie de l'article sur la 1. Wüstennotstaffel de Rommel en Afrique et le récit des exploits de David McCampbell, qui fut crédté de neuf victoires sur les Japonais en une seule sortie le même jour.

As et collaborateur
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 06:00

Souvenirs de Paris

Edmondo de Amicis

Un témoignage exceptionnel sur le Paris de l'exposition universelle de 1878, par un écrivain et journaliste italien.

Le volume se divise globalement en deux grandes parties, d'une part les textes d'Edmondo de Amicis à proprement parler, d'autre part unesérie d'analyses sur l'auteur et son oeuvre. De Amicis nous décrit avec verve et humour une ville qu'il aime, on le sent à chaque page : "On est à peine sorti du boulevard Beaumarchais, on n'est pas encore parvenu au fond du boulevard des Filles-du-Calvaire que déjà on devine, on sent, on respire, allais-je dire, l'immensité de Paris. Et l'on pense avec stupeur à ces petites villes solitaires et silencieuses d'où l'on est parti, qui s'appellent Turin, Milan, Florence". C'est parti ! Les descriptions de la foule parisienne, toujours sous un angle favorable, se succèdent avec une permanente note d'humour et de deuxième degré : "Sur le pont de Constantinople, on voit défiler tout l'Orient ; ici, tout l'Occident". Des étonnements peut-être pour nos contemporains ("Le boulevard de Strasbourg-Sébastopol, verdoyant et splendide"), la foule aux théâtres, les jolies femmes (bien sûr !) et enfin l'exposition elle-même : "En arrivant sur pont d'Iéna, on ressent le besoin de fermer les yeux un moment, tout comme, en arrivant sur cette place on éprouverait le besoin de se boucher les oreilles". Le Trocadéro devient une "énorme fanfaronnade architecturale", et à ses pieds "un labyrinthe indescriptible de potagers et de jardins, de rochers et de lacs, de chemins qui montent et qui descendent, de grottes, d'aquariums, de fontaines, d'escaliers, d'allées flanquées de statues : un monde en miniature, une plaine et une colline sur lesquelles chaque peuple de la terre a déposé son joujou, une crèche internationale peuplée de boutiques et de cafés africains et asiatiques, de villas, de musées et d'ateliers". La description du palais du Champ-de-Mars est éblouissante ("Certes, c'est un peu un décor de carton-pâte, mais c'est beau ; un joli caprice"), et l'on se surprend à circuler soi-même entre les allées et les stands : "On circule un moment au milieu des cristaux les plus purs, des céramiques, des ors, des meubles, des objets d'art qui portent la trâce des inspirations de tous les temps et de tous les peuples ; fruits du travail et de la patience, ils joignent le beau à l'utile". Une société triomphe. A propos du stand du Japon : il "expose des vases colosssaux peints sur fond d'or, ses salons meublés de porcelaine, ses tableaux de soie brodés d'oiseaux et de fleurs, ses marquetteries d'ivoir, de laque et de bronze, et milles petites merveilles son nom ; et en toute chose on retrouve cette netteté cristalline, cette perfection désespérée des plus infime détails, cette finesse aristocratique des couleurs". Mais on trouve aussi plus loin les grandes réalisations et les réussites technologiques de l'époque, les miroirs géants, les marteaux-pilons monstrueux, "une armée de cyclopes métalliques, menaçants et splendides", et les achats à prix d'or des grandes familles européennes, car "il n'y a pas moyen de meubler une maison à son goût, par l'imagination, sans dépenser un petit million en un quart d'heure". Les derniers chapitres nous proposent une analyse par divers spécialistes de l'oeuvre d'Edmondo de Amicis, souvent intéressants par les aspects que l'on avait pas remarqué et qui sont mis en relief. Mais, indiscutablement, l'ouvrage vaut par le vouyage dans le temps qu'il nous propose. En un temps où l'avenir semblait encore radieux et où Paris en était le phare.  

Editions de la rue d'Ulm, Paris, 2015, 195 pages, 16,- euros.

ISBN : 978-2-7288-0534-1.

Paris, Paris !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans XIXe siècle
commenter cet article
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 06:00

Ukraine

Pourquoi la France s'est trompée

Xavier Moreau

Défini par Thierry Mariani (député) dans sa préface comme "un acte de réinformation" et plus pragmatiquement par son auteur comme un effort pour "comprendre comment les spécialistes et les diplomates français ont pu à la fois méconnaître à ce point la réalité historique et humaine de l'Ukraine et comment ils ont pu tromper à ce point les décideurs français", le livre est très engagé en faveur de la thèse russe, ou plus exactement contre les défenseurs occidentaux du gouvernement ukrainien. Pour être complet, il faut préciser que l'auteur est installé depuis quinze ans à Moscou "comme conseiller de différents groupes internationaux dans les pays de l'ancienne URSS".

Le livre est divisé en six chapitres chrono-thématiques qui retracent l'évolution de la situation dans le pays. "Aux origines du conflit", qu'il  fait remonter au haut Moyen-âge et au XVIIIe s. avec la "création" théorique d'un peuple ukrainien différent du peuple russe, arguments repris ensuite par tous ceux qui auront intérêt à abaisser la Russie. "La marche au conflit" revient sur la période qui s'étend de l'indépendance en 1991 à la "révolution orange" et aux soubresauts qui agitent le pays durant les premières années 2000, y compris dans le projet d'accord-association avec l'Union européenne. "Le désastre" (politique, militaire, économique), qui caractériserait les derniers mois, avec la "rupture de l'ordre constitutionnel" et l'émergence d'une extrême droite radicale (Svoboda), finalement balayée lors des législatives de 2014. Les Etats-Unis sont purement et simplement accusés d'avoir fomenté le coup d'Etat, suivis par les Européens : "Il est bien évident que Washington, bien qu'à l'origine du coup d'Etat et de la guerre civile, l'entend de cette manière. Les Etats-Unis apportent la démocratie et l'Union européenne paie les surcoûts liés au projet". "La guerre civile" fait la part belle au processus de rattachement de la Crimée à la Russie en remontant jusqu'à 1992, puis, bien sûr, à la question des régions orientales avec les accusations de corruption et d'abus de biens publics par l'oligarchie au pouvoir. "La France, la Russie et l'Ukraine" ("La France n'a pas plus d'intérêt en Ukraine en 2014 qu'elle n'en avait en Crimée en 1853") reproche à Paris une approche idéologique, "avant tout romantique et inconsistante du problème ukrainien", et met en cause "une certaine frange de la gauche radicale, s'appuyant sur les réseaux maçonniques" (sic !). Le verdict est sans concession : "En juin 2014, il est devenu clair pour nos partenaires américains que le gouvernement socialiste préfèrera sacrifier n'importe quel intérêt français que de s'opposer, même indirectement, à l'administration américaine". La dernière partie, "Les conséquences politiques de la paix de Minsk", veut démontrer que les sanctions économiques coûtent plus cher à l'Europe qu'elles ne nuisent à la Russie et explique que, de toute façon, l'Ukraine est désormais un Etat en décomposition au sein duquel chaque nationalité se préoccupe de ses propres intérêts. Les élites françaises se seraient soumise à "la tutelle de Washington et à la fin de l'Histoire"... "La Russie a, en outre, l'immense défaut de rappeler aux Français qu'ils sont les héritiers d'une grande Nation", ou d'une ancienne grande nation.

On le voit, un ouvrage militant, qui parfois mélange les périodes, les exemples et les arguments. Un ouvrage à considérer pour ce qu'il est, mais à ne pas négliger car il exprime une voix différente dans la grande mièvrerie des médias nationaux. 

Editions du Rocher, Monaco, 2015, 185 pages. 18,90 euros.

ISBN : 978-2-26807-638-6.

Pour la Russie
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile