Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 06:00

La santé en guerre, 1914-1918

Une politique pionnière en univers incertain

Vincent Viet

Une très grande étude à la jonction entre le politique, le militaire et l'histoire de la santé publique. Une publication qui s'en aucun doute fera date.

Une phrase de l'introduction donne l'orientation de l'ouvrage, centré sur l'action déterminée du sous-secrétariat d'Etat : "Dirigé de juillet 1915 à février 1918 par le radical-socialiste Justin Godart (1871-1956), le sous-secrétariat d'Etat du Service de santé militaire fut le maître d'oeuvre de ce jacobinisme sanitaire. Sous son impulsion, des opérations furent menées à une échelle encore jamais égalée". Il s'agit donc bien de l'action de Justin Godart dans le domaine de la santé publique, plus que du Service de santé militaire en tant que tel. Après les déboires du début de campagne et les premières réorganisations mises en oeuvre à partir de l'hiver 1914-1915, il fallait littéralement mobiliser toutes les ressources sanitaires du pays et surtout les développer et les employer de manière rationnelle. Justin Godart se lance donc dans une vaste entreprise de réorganisation d'ensemble, qui présente l'originalité de ne pas exclure la population civile et d'assurer "le maillage sanitaire de la zone intérieure". La spécialisation des médecins, l'affectation selon les compétences, un quasi-bras de fer avec le GQG pendant près de deux ans, sont autant de thèmes abordés. La crise politico-sanitaire qui fait suite à l'offensive du Chemin des Dames en 1917 (engorgement de l'hôpital de Prouilly, situation détaillée avec une grande précision par l'auteur) fait vaciller Justin Godart, qui parvient devant les députés à en reporter la responsabilité sur un commandement déjà mis à mal et à conserver son poste pour quelques mois. Vincent Viet place une grande partie de son étude sous l'angle des rapports entre le sous-secrétariat d'Etat ("premier ministère de la Santé") et l'autorité militaire et traite longuement de la question de la subordination ou non des médecins aux états-majors. Mais il aborde tout aussi longuement les mesures prises à l'Intérieur dans tous les domaines de l'action médicale et sanitaire publique, qu'il s'agisse des mutilés et de leur réinsertion, de la question des morts (dont celle connexe de la crémation des corps, un temps envisagée par le parlement), de la surveillance sanitaire de la population, de l'hygiène et des vaccinations, etc. Au bilan, l'auteur regrette que la riche expérience acquise durant la Grande Guerre ait été aussi rapidement oubliée et que les politiques lancées n'aient pas, pour l'essentiel, étaient poursuivies la paix revenue. Dans les dernières pages, il revient rapidement sur le rôle de Justin Godart à la tête de la Ligue contre le cancer et sur deux de ses créations ultérieures (sans réel succès) originales : l'Office national d'hygiène sociale, et un étonnant Parti social de la santé publique (PSSP), né en 1929. 

On peut reprocher au livre un fréquent parti pris de principe contre l'autorité militaire généralement présentée comme incapable de s'adapter (mais que se passe-t-il alors entre l'automne 1914 et juin 1915 ?) et une mise en valeur parallèle systématique du rôle du sous-secrétaire d'Etat Justin Godart, qui semble parfois avoir été à l'origine de toutes les réalisations efficaces et de tous les progrès, ce qui est nécessairement réducteur même s'il joue bien sûr un rôle absolument essentiel durant cette période. Mais en dehors de cette réserve, l'ensemble est particulièrement solide, dense, complet, documenté. Bref, un ouvrage indispensable pour quiconque s'intéresse peu ou prou au sujet.

Presses de Sciences Po., Paris, 2015, 660 pages, 35 euros.

ISBN : 978-2-7246-1725-2.

Santé militaire et santé publique
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 05:50

Le Redoutable

Premier sous-marin nucléaire français

Navires & Histoire - hors-série n° 24

Quelques 80 pages consacrées à l'histoire de l'un des symboles de l'indépendance nationale et de la dissuasion gaullienne. Sur un projet qui date des années 1950, la décision de construction est prise en 1963 et le bâtiment est en service actif de 1971 à 1991. A lui seul, il illustre donc plus de vingt ans d'une partie de l'histoire de la dissuasion française. Le hors-série multiplie (peut-être trop ?) les profils, coupes, etc. et présente toutes les facettes du dossier (les équipages, les missions, mais aussi les autres bâtiments de la même classe et la "retraite" méritée comme musée flottant à Cherbourg. Une remarque paradoxale pour un magazine : avec un hors-série sur un tel thème, quelques coupes et photos de moins (plusieurs sont assez redondantes) auraient permis d'ajouter davantage de texte... Ah ! Ces curieux qui veulent toujours en savoir plus !

Sous-marin nucléaire
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 06:00

Les poches de l'Atlantique

Les batailles oubliées de la Libération

Janvier 1944 - mai 1945

Stéphane Simonnet

Déjà bien connu pour plusieurs ouvrages antérieurs remarqués (Commandant Kieffer, ici ; 177 Français du jour J), Stéphane Simonnet revient aujourd'hui très utilement sur ces combats peu ou mal connus des poches du littoral à la toute fin de la guerre.

Suivant un plan chronologique et géographique, il entre immédiatement dans le vif du sujet en présentant la situation des armées en présence à l'été 1944 dans l'Ouest et la stratégie allemande relative aux poches de résistance qui viennent de se former sur la côte, ainsi que la formation d'une nouvelle armée française par intégration des FTP et des FFI dans l'armée régulière. Ce point de situation initial est d'autant plus important que l'on a généralement oublié l'ampleur des effectifs concernés. Puis Stéphane Simonnet aborde les combats secteur par secteur, de "La réduction des forteresses de la Gironde" de Royan à l'île d'Oléron (opération amphibie), à celle de La Rochelle-La Pallice, de Dunkerque, de Lorient et de Saint-Nazaire. Ces combats presque oubliés, sauf localement, ne manquent pas d'intensité car ce sont des dizaines de milliers d'hommes qui s'y sont repliés, unités certes disparates (toutes armées, armes et services du Reich, y compris quelques Italiens et Européens de l'Est) mais bien équipées et disposant de stocks conséquents (2.200 soldats pour le seul point d'appui de l'île de Ré). Par ailleurs, ils ne sont pas totalement isolés du reste des armées allemandes, qu'il s'agisse des liaisons radio bien sûr, mais aussi (beaucoup moins connues) aériennes : "Une liaison aérienne entre Francfort et La Rochelle, à raison de deux rotations d'avion chaque semaine jusqu'à la mi-avril 1945, permet l'acheminement régulier des ordres, du courrier, des médicaments, de l'argent, des renforts en personnels et des munitions". Pour chaque situation locale, il s'intéresse à la fois aux libérateurs et aux occupants, aux opérations militaires et aux conditions de vie de la population -et parfois à son évacuation-, à la place des Alliés, aux ruines causées, aux modalités particulières de la reddition, etc.

Pour chaque zone, une carte claire et lisible permet de situer les unités et les principaux mouvements, et si la bibliographie indicative n'est pas très longue, l'index final est très complet. L'histoire de l'éphémère Armée de l'Atlantique du général de Larminat méritait bien d'être racontée. Et ici bien racontée.

Tallandier, Paris, 2015, 314 pages. 20,90 euros.

ISBN : 979-10-210-0492-4.

Derniers combats dans l'hexagone
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 05:50

Symboles et Traditions

Association d'études historiques

Bulletin n° 231 - Janvier/juin 2015

Cette revue semestrielle spécialisée, qui à notre sens ne dispose pas hélas d'un site internet adapté et surtout à jour, mérite d'être mieux connue des amateurs. En effet, à raison de deux numéros par an, elle propose pour un coût modeste non seulement la présentation dans chaque numéro de dizaines d'insignes rares (voire rarissimes), mais surtout elle les accompagne d'un résumé succint des activités, missions, déplacements, etc. de l'unité concernée, ce qui intéresse directement l'historien. Dans le dernier numéro paru, des articles très variés sur les pionniers nord-africains pendant la guerre d'Algérie, sur le 1er bataillon de mitrailleurs en 1939-1940, sur la longue généalogie des insignes du RICM, mais aussi une présentation de l'original insigne du 3e bataillon du 18e RI, qui montre un "pelotari" basque, en référence à Chiquito de Cambo, champion du monde de pelote basque de 1900 à 1914 et de 1919 à 1923 et qui fit une très belle Grande Guerre. On note également la seconde partie, bien illustrée, d'un long article sur la croix de guerre.

Pour prendre contact avec l'association :

Symboles & Traditions, 5 passage Saint-Ambroise, 75011 Paris

Pour se renseigner sur le Bulletin :

M. B. Thévenet, 1 rue Louis Scocard, 91400 Orsay

Insignes et décorationsInsignes et décorationsInsignes et décorations
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 06:00

Le grand échiquier de Poutine

Olivier d'Auzon

Les éditions Lavauzelle poursuivent leur politique d'édition d'ouvrages originaux traitant de l'actualité la plus immédiate et des questions géopolitiques les plus chaudes. Cet effort, qui permet de faire progresser la compréhension des phénomènes en cours, mérite d'être souligné, sans se laisser emporter par des conclusions nécessairement partielles, du fait du manque de recul et de documents.

Dans ce nouvel opus, Olivier d'Auzon (déjà auteur dans la même collection d'un L'Inde face à son destinici, et de Piraterie maritime : l'Afrique à l'abordageici) nous propose de retrouver une approche réaliste de la politique internationale à l'égard de la Russie, qui (sans illusion) prenne effectivement en compte le poids réel de ce pays dans le jeu diplomatique. Comme pour ses précédents ouvrages, il multiplie les citations de communiqués et articles de presse de ces dernières années, donnant d'ailleurs la parole à des personnalités que l'on entend parfois peu sur ces thèmes dans les grands médias. A partir de là, il aborde tous les grands sujets, de la queston de l'Ukraine à celle des rapports avec la Chine, des relations avec les Etats européens à la concurrence avec les Etats-Unis, de la question de l'islamisme à l'alliance plus ou moins officielle avec certains pays arabes ou musulmans. Au fil des pages, il traite de l'efficacité (avérée mais relative) des sanctions économiques ; des accords de Minsk ; de la question énergétique et de celle connexe des gazoducs trans-continentaux ; du sujet sensible de l'Asie centrale et des conversations sur ce thème avec la Chine et l'Inde (un rapprochement en cours ?) ; de l'analyse faite par le Kremlin de l'évolution de pays arabes aussi différents que la Syrie ou la Libye ; plus original un chapitre est même consacré aux relations entre la Russie et le Vatican.

On le voit, il s'agit bien d'un vaste panorama, qui se termine sur une bibliographie en grande partie anglo-saxonne et une assez longue liste d'articles de presse. Non pas une étude de synthèse au sens propre (on peut regretter quelques aller-retour ératiques dans la chronologie) car l'on perçoit parfois mal la cohérence d'ensemble, mais un point de situation assez complet, une série de coups de projecteur qui, dans le tourbillon de l'actualité, permet au moins de fixer quelques idées et quelques pistes (globalement favorables à un rapprochement réaliste).

Lavauzelle, Panazol, 2015, 117 pages; 19,80 euros.

ISBN : 978-2-7025-1627-0.

Le nouveau tsar
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe orientale et monde russe
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 05:50

Waterloo

La chute de l'aigle

Le Figaro Histoire - n° 20

Un solide dossier d'une soixantaine de pages consacré aux Cent Jours et à la chute de l'empereur, au sommaire de ce numéro de juin-juillet, dont les articles sont signés des meilleures plumes (Jacques-Olivier Boudon, Jean Tulard, Thierry Lentz, etc.). On apprécie en particulier l'article introductif sur "La tragédie des Cent Jours" et celui sur "La comédie des girouettes", ces aller-retour des "fidélités" entre les Bourbons et Napoléon. Les cartes sont pour la plupart extrêmement parlantes et les illustrations de qualité : un dossier à conserver. Parmi les articles en varia, un coup de chapeau particulier pour "Castel del Monte, la couronne des Pouilles", consacré à l'exceptionnel château de Frédéric II de Hohenstauffen en Italie du Sud. Enfin, on apprécie toujours autant le choix éditorial de présenter très largement les livres en lien avec les thèmes des articles. 

Waterloo
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 06:00

La bataille

Du fait d'armes au combat idéologique

XIe - XIXe siècle

Ariane Boltanski, Yann Lagadec et Franck Mercier (Dir.)

Revisiter l'histoire-bataille, ouvrir de nouvelles pistes sans renoncer aux fondamentaux, procéder par aller/retour "du haut" vers "le bas" et réciproquement, prendre en compte les recompositions mémorielles ultérieures, élargir la réflexion aux a priori et aux usages politiques : autant de thèmes abordés dans ce volume par les dix-sept contributeurs qui présentent de façon souvent très renouvelée autant d'engagements guerriers d'Hastings à Leipzig.

En abordant ainsi ces batailles du passé, les auteurs ont "l'avantage du terrain" : ils peuvent présenter de nouvelles réflexions et n'évoquer que marginalement certaines autres plus classiques sans susciter de débats éppidermiques entre tenants de telle thèse ou de telle école. L'ouvrage est donc particulièrement riche, d'autant plus que certains affrontements sont peu présents dans l'historiographie générale ("Ravenne, 11 avril 1512 : la première bataille moderne ?", par Jean-Louis Fournel ; ou "La prise de Cordoba de Calchaqui, décembre 1562. Emergence d'un ennemi intérieur indien", par Christophe Guidicelli par exemple). Qui se souvient aujourd'hui de la bataile du Cap Béveziers, en 1690, alors qu'elle "fut l'une des plus grandes victoires navales jamais remportées par la marine française sur sa grande rivale anglaise" ? Et pourtant, cet événement permet à Alan James de présenter un long développement sur les notions même de défaite et de victoire : "une victoire dépourvue des fruits de la victoire". De même, à partir de l'exemple de "la bataille des Cardinaux", en novembre 1759, Olivier Chaline tente d'identifier, de déterminer, de préciser, comment les acteurs et témoins, dès les derniers moments du combat (dernières phases parfois difficiles à identifier avec précision) s'efforcent d'en écrire l'histoire : quand se termine-t-elle effectivement ? Quels sont les premiers commentaires "à chaud" et comment orientent-ils les politiques du temps et les historiens du futur ? Quels en sont les échos ultérieurs ? etc.

En résumé, un volume passionnant, et pas seulement pour ceux qui s'inéressent aux conflits du XXe siècle. D'ailleurs, la conclusion souligne l'importance du contexte d'une bataille, et en particulier la notion de "campagne", sur laquelle il y aurait sans doute à travailler davantage.

Presses universitaires de Rennes, 2015, 286 pages, 19 euros.
ISBN : 978-2-7555-4029-3.

Autour de la bataille
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Généralités
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 05:50

Marionnettes en cage

Jacques Sieklucki

Témoignage original que celui-ci, d'autant plus que les souvenirs de captivité des prisonniers de guerre sont en proportion peu nombreux depuis la fin des années 1950.

Avec une grande sensibilité et toujours beaucoup d'humanité, Jacques Sieklucki nous raconte les mois de captivité qu'il passe au Stakag VI B, dans le nord de l'Allemagne, après avoir été fait prisonnier lors de la prise de la poche de Dunkerque. Tout au long du livre, l'auteur nous parle de son ami Simon, dont nous ne saurons rien de précis mais qui visiblement compte beaucoup pour lui dans cet environnement particulier où l'ennui domine. Il entretient avec ce Simon, ami précieux, vif et intelligent, de fréquentes conversations à caractère quasi-philosophique, qui scandent le récit. L'humour n'est pas absent ("Le barbélia pousse bien cette année", constate-t-il au pied du mirador) et Jacques Sieklucki, employé aux fonctions administratives du camp, consacre également une grande partie de son temps (comme beaucoup d'autres prisonniers) à éviter le travail et à parasiter le système carcéral. Les gardiens allemands d'ailleurs ne sont pas décrits sous un jour trop négatif, de "braves types", un peu âgés, lourdeaux, qui se satisfont sans trop réfléchir d'une apparente obéissance formelle, de façade. Les heures passent lentement, les journées s'écoulent toujours identiques ("l'ornière de la vie quotidienne"), alors Jacques Sieklucki va s'occuper de la troupe de théâtre du camp et monter une pièce de Molière, mais aussi tenter à deux reprises de s'évader. Il y a aussi l'espoir de rentrer en France, avec les rapatriements sanitaires et surtout ce rêve éveillé de l'élargissement massif des prisonniers. Et toujours l'ennui contre lequel il faut se battre pour ne pas se laisser diminuer ou abrutir : "Les jours passaient, les jours passent, les jours ont passé, les jours passeront. Ah, que de conjugaisons sur cette certitude !".  Il est finalement rapatrié en France à l'automne 1941 après s'être fait passer pour un ingénieur, il se cache en province et parvient finalement à obtenir des papiers et à reprendre des études de droit. La Libération approche, une nouvelle vie commence. Le livre se termine sur une série de chansons et poèmes écrits par Jacques Sieklucki : "Nous qui n'avons plus de nom / Numéros anonymes, uniformes déteints, / Nous voyons entre deux appels / Se dresser la Tour Eiffel / Comme un mirage lointain".

A la qualité du témoignage, posé et parfois ironique, s'ajoute ainsi de réelles qualités d'écriture qui rendent la lecture de ce livre d'autant plus intéressante. Une nouvelle pierre utile à notre connaissance du monde particulier des prisonniers de guerre. 

Anovi, Chinon, 2015, 151 pages, 16,- euros.

ISBN : 978-2-914818-70-4.

Pour commander directement auprès de l'éditeur : ici.

Une vie de prisonnier
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 06:10

L'artillerie dans les guerres de contre-insurrection

Général Benoît Royal (Dir.)

Quand le général commandant l'école d'arme, également ancien communicant du SIRPA-T, prend l'initiative de diriger une telle publication dans une collection dont il a la responsabilité, on ne peut douter qu'il trouve à son arme toutes les qualités.

Pas de critique ou simplement de réserve donc, mais cela étant dit et pris en compte, le volume ne manque pour autant pas d'intérêt, loin de là. En effet, il s'organise autour de neuf chapitres thématiques qui correspondent à des missions, définies par des verbes : "Détruire", "Ratisser", "Dissuader", "Encercler, cloisonner, interdire", Détecter", "Coordonner et conseiller", "Protéger", Simuler" et "Ruser", et son contenu laisse une très large place à de nombreux, précis et souvent longs témoignages d'officiers de différents grades engagés dans des opérations extérieures récentes. Du Liban aux Balkans, d'Afghanistan en Afrique, nous disposons donc d'une large palette d'informations sur les possibilités et les effets de l'artillerie, dans des environnements géographiques et tactiques bien différents. En calquant les exemples sur les différents modes d'action souhaitables ou possibles en contre-insurrection, le livre permet également de "réviser" quelques fondamentaux de guerre asymétrique moderne (même si quelques cas font écho à des situations antérieures).

Alors, bien sûr, les autres armes ont également évolué dans le même temps et le progrès technologique n'est pas la prérogative des artilleurs. Mais de nombreux lecteurs apprendront sans doute beaucoup sur les capacités en matière de renseignement ou de coordination interarmes par exemple. On apprécie d'ailleurs les nombreuses références faites aux documents du Centre de doctrine d'emploi des forces, qui permettent de replacer le(s) rôle(s) particulier(s) de l'artillerie dans le cadre plus large d'une opération. A ces différents titres, l'ouvrage sera très certainement apprécié de tous les amateurs.

Economica, Paris, 2015, 141 pages, 15,- euros.

ISBN : 978-2-7178-6804-3.

Potentiel de l'artillerie
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Contre-guérilla - COIN
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 06:00

Le petit quizz de la Marine

Grégoire Thonnat

Après le succès rencontré par "Le petit quizz de la Grande Guerre", dont nous avions parlé en son temps (ici), voici un nouveau volume tout aussi réussi.

Aussi complet que ludique et pédagogique sous un format réduit, le petit livre nous propose d'abord une série de questions-réponses sur la Marine et son histoire, puis une chronologie de la Marine en une demi-douzaine de pages entre le XIIIe et le XXIe s., enfin quelques chapitres thématiques indispensables (10 personnages, 10 navires, 10 inventions, 10 livres). Le volume se referme sur la rapide présentation du somptueux Musée de la Marine au Trocadéro et de ses quatre sites de province. Chacun peut être certain d'y apprendre quelque chose.

Agréable, amusant, riche d'informations : un excellent moyen pour "entrer" dans l'histoire de la Marine sans en avoir l'air. 

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2015, 149 pages. 6,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-047-9.

Connaissez-vous la Marine ?
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Marine
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile