Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 06:00

Vrai ou faux ?

Napoléon Ier  -  n° 91

Changement complet dans la forme (et pour une part sur le fond) avec ce n° 91, qui fusionne le magazine traditionnel avec la revue du Souvenir napoléonien (désormais en sous-titre). Le dossier central cherche à percer la personnalité de l'empereur et à rétablir la vérité sur huit points particuliers (donc huit articles) : "Génie ou tyran ?", "5 secrets sur la jeunesse", "La première lettre", etc. Sur le plan militaire, Jacques Jourquin nous propose un bel article sur le siège de Gênes, au printemps 1800 ; tandis que Jean Tulard revient sur la grâce du prince de Hatzfeld (convaincu d'espionnage), après l'entrée dans Berlin en 1806. 

Changement complet

Partager cet article

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 06:00

Le poids des infrastructures militaires

1871-1914

Philippe Diest

La IIIe République naissante procède à une fondamentale réorganisation militaire qui se traduit par la construction de très nombreuses casernes sur tout le territoire. Pourtant, les départements du Nord et du Pas-de-Calais, devenus 1ère région militaire, présentent des caractéristiques différentes.

L'ouvrage est organisé en trois grandes parties : "La nécessité du bâti : répondre aux réformes de l'armée, ou le primat des intérêts militaires sur la société civile (1871 - milieu des années 1890)" ; "Les édifices militaires au quotidien : représentations et pratiques des populations", "Du sentiment de délivrance à la déclaration de guerre : les opinions publiques face aux évolutions politiques et militaires (milieu des années 1880 - 1914)". La première partie présente le paradoxe régional d'une zone frontière défendue depuis le Grand Siècle et donc déjà dotée de multiples équipements, parfois vétustes et qu'il faut moderniser. La seconde s'intéresse aux points de friction entre civils et militaires, qu'il s'agisse des risques propres à certains établissements (poudreries) ou des questions sanitaires, et aux conflits de priorité entre les infrastructures militaires d'un part et les besoins de l'industrie et du logement des populations d'autre part. Par ailleurs, les infrastructures militaires et la présence d'une garnison peuvent aussi constituer localement une source de revenus. La troisième partie enfin aborde le revirement de l'opinion publique et des édiles à la fin du XIXe s., passant du rejet au soutien actif, et dresse un point de situation à la veille de la Grande Guerre. Les plus anciennes infrastructures sont abandonnées, démantelées, tandis que de nouvelles constructions maillent la zone frontière.

Un volume qui fourmille d'informations et qui aborde, chose rare dans la littérature, la question pourtant essentielle des emprises militaires dans la cité. Recommandé.

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2019, 346 pages, 27,- euros.

ISBN : 978-2-7574-2453-7.

Présence et influence de l'armée

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 06:00

Renseignement et espionnage dans la Rome antique

Rose Mary Sheldon

Dans ce volumineux ouvrage, l'auteure (par ailleurs professeur à l'Institut militaire de Virginie), brosse un tableau extrêmement riche des fonctions "renseignement" (militaire, politique, diplomatique), espionnage et contre-espionnage, des débuts de la République romaine jusqu'à Dioclétien (fin du 3e siècle).

De l'affaire des Fourches Caudines contre les Samnites, en Italie centrale, à la surveillance intérieure pour tenter d'anticiper les révoltes et les attentats si fréquents contre l'empereur à partir du 3e siècle, le livre se lirait comme un roman si la traduction était plus fluide. A part ce problème de style (à notre goût), Rose Mary Sheldon nous entraine d'un côté à l'autre des conquêtes de Rome, de César (en particulier en Bretagne) au mur Hadrien, au limes germanique et aux défenses de la Pannonie. La préoccupation essentielle pendant près de trois siècles est la défense des frontières :le renseignement et l'espionnage sont donc en grande partie tournés vers l'extérieur et les Etats voisins. Le système ne se formalise, ne se structure que très progressivement, et conserve de nombreux points de faiblesse (qui peuvent expliquer quelques échecs cinglants comme les défaites devant Hannibal ou le massacre des troupes de Varus en Germanie). Mais le besoin de renseignement étant avéré des moyens (en particulier humains) sont mis en place et entretenus tout au long de la période, avec un effort (parfois tardif) d'adaptation aux nouvelles configurations stratégiques ou politiques. Avec quelle efficacité ? La question reste posée, car on ne parle généralement pas d'une opération de renseignement ou de contre-espionnage réussie. Mais les succès "tactiques" furent sans doute nombreux, expliquant la pérennité d'un tel empire. La création et l'entretien d'un réseau de routes et de relais de poste officiels permettent aussi de comprendre cette organisation, car tout remonte à l'empereur, à Rome.

Une évolution lente sur plusieurs siècles, mais "les Romains apprirent comment se procurer les informations dont ils avaient besoin, et créèrent des fonctions et des postes spécialement pour la collecte et la transmission de ces renseignements". Si, bien sûr, les techniques n'ont aujourd'hui rien à voir, l'auteure n'en termine pas moins son ouvrage par ces mots de conclusion : "Si les circonstances immédiates de leurs échecs en matière de renseignement sont particulières, les causes qui les sous-tendent sont les mêmes que celles qui tourmentent les gouvernements actuels … Deux millénaires de progrès technologiques n'ont pu invalidé les leçons qui peuvent être tirées des échecs du renseignement romain".

'Texto', Tallandier, Paris, 2019, 700 pages. 12,50 euros.

ISBN : 979-10-210-3683-3.

Exemple romain ?

Partager cet article

Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 06:00

Raider, avions, sous-marins...

Los !  -  n° 43

Les numéros se succèdent avec brio (bravo à l'équipe de rédaction) et proposent des sommaires toujours aussi originaux. Nous retenons en particulier dans ce n° 43, l'article sur la lutte à mort contre le raider allemand Kormoran au large des eaux australiennes, celui sur l'emploi des bombardiers-torpilleurs Bristol contre la Kriegsmarine, et celui sur l'évolution de la flotte sous-marine allemande pendant la Grande Guerre. Un exemple de magazine thématique.

Guerre navale

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 06:00

Un officier en première ligne

Lettres et cours d'un officier instructeur

Louis Carette

Nième témoignage sur la Grande Guerre dira-t-on, oui, mais témoignage de grande qualité et particulièrement complet.

Couturier de la haute société parisienne, Louis Carette entre en guerre dès 1914 comme officier de complément et participe au conflit jusqu'à son dernier jour. Lettré, bon dessinateur, il écrit beaucoup et longuement, tout en illustrant souvent ses courriers de croquis pris sur le vif. Ses lettres fourmillent de détails intéressants, certains assez classiques, d'autres nettement plus originaux pour l'époque. Sur Verdun : "Songe que dans notre séjour ici, j'ai 15 de mes bons camarades officiers hors de combat, dont huit tués. Que nos tranchées sont des charniers affreux dont pauvres civils vous n'avez aucune idée! … Pour savoir ce qu'est la guerre, il faut être là, au premier rang, dans ces 2 ou 3 kilomètres où se bat l'infanterie. Alors on peut parler !". A propos des conseils de guerres pour lesquels il est désigné : "Je trouve que l'on est bien trop indulgent surtout qu'il y avait à juger de nombreuses crapules dont les casiers judiciaires étaient loin d'être vierges et que l'on jugeait pour désertion ou insultes envers des supérieurs. J'aurais donné le maximum, mais non 5 ans était un maximum et encore avec la loi du sursis. L'on prend bien trop de gants. Surtout que les hommes sont renvoyés souvent au bout de quelques mois de peine dans des régiments et que l'on en fait jamais rien". Cette sévérité ne l'empêche pas de comprendre un abandon de poste sous les bombardements et il commente favorablement la plaidoirie de l'avocat (lieutenant de réserve) désigné pour la défense. Parmi les annotations relatives à la vie courante, ces quelques lignes qui rappellent qu'ils sont les soldats d'une république laïque : "Pour le 1er janvier, c'est l'Etat qui leur donne un bon dîner ; à Noël ce n'est pas réglementaire, il faut payer cela avec le boni de la compagnie". Blessé, il est en 1918 instructeur, d'abord pour des pelotons d'élèves officiers français, puis à la formation des unités américaines, avec un discours aussi libre et toujours aussi pertinent.

Un excellent témoignage qui doit être connu.

Ysec éditions, Louviers, 2018, 179 pages, 24,- euros.

Témoignage de qualité

Partager cet article

Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 06:00

Les armées dans la guerre froide

en centre-Europe (1945-1990)

Maurice Faivre (Dir.)

Sujet rarement traité dans la littérature francophone, d'autant plus lorsqu'il s'agit de traiter non pas de politico-militaire mais de la réalité de l'organisation et de l'emploi des armés françaises.

Les 24 contributeurs rassemblés par Maurice Faivre (parmi lesquels des "pointures"  les professeurs Georges-Henri Soutou et François Cochet, et des généraux comme Michel Forget, Maurice Schmitt et Gilbert Forray) présentent un tableau très complet et très précis du dispositif français face au Pacte de Varsovie. Les sujets relatifs aux forces aériennes sont traités avec soin et de façon large, mais une part importante revient bien sûr à l'armée de Terre. La fonction renseignement est bien représentée, qu'il s'agisse de l'armée de l'Air, du 2e bureau de Berlin (on aurait aimé l'équivalent sur le 2e bureau de Baden), d'un texte général sur le renseignement électronique, de la mission de Potsdam, du rôle d'un attaché militaire, de la création des unités de recherche de corps d'armée ou du renseignement d'artillerie. Dans cette rubrique, je présente mon témoignage, celui d'un lieutenant chef de centre isolé d'interception de l'avant sur la frontière interallemande. La majorité de ces contributions sont rédigées par des acteurs des évènements, il en résulte que le style tient parfois davantage du rapport d'état-major que de la dissertation littéraire : point positif, les données sont précises.

On peut regretter que les tableaux et les cartes soient si pauvrement reproduits, parfois à la limite de la lisibilité, ce qui enlève dans certains cas bien des détails au texte courant. Ceci étant, la densité des contributions fait de ce volume (qui se termine sur la victoire : le retrait des forces soviétiques) une publication importante, à connaître et à conserver soigneusement. 

L'Harmattan, Paris, 2019, 362 pages, 32,- euros.

ISBN : 978-2-343-16699-5.

Armées de la guerre froide

Partager cet article

Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 06:00

Bonaparte s'empare de la Toscane

Traditions  -  n° 24

Un copieux numéro de 116 pages avec une fort beau dossier (plus de 60 pages) sur les évolutions de l'artillerie dans la deuxième moitié du XIXe s., et leurs conséquences (en particulier à l'occasion de la guerre civile américaine, des guerres de l'unité allemande et de la guerre de 1870-1871). On apprécie également une très complète et originale étude sur la première occupation de la Toscane par Bonaparte lors de la campagne d'Italie de 1796.

Artillerie

Partager cet article

Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 06:00

Pacifique, Afrique orientale, Vénétie

Avions  -  n° 228

Dans ce numéro, grande diversité des théâtres d'opérations et des appareils, de l'emploi des Marauder sur le front Ouest à la fin de l'année 1944 à la chasse impériale japonaise à la même époque, en passant par la suite de l'étude sur l'armée de l'air italienne en Afrique orientale en 1940-1941 et celle sur les escadrilles françaises en Vénétie en février 1918.

Guerre Aérienne

Partager cet article

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 06:00

La Légion arabe de 1917

Julien Monange

Jeune historien prometteur, Julien Monange nous livre ici l'histoire d'une formation militaire éphémère, mise sur pied au Moyen-Orient par les Alliés pendant la Grande Guerre.

Avec détermination, Julien Monange est allé rechercher dans les fonds d'archives comme dans les témoignages des acteurs les traces éparses de cette unité de circonstance, créée par les Français et les Britanniques en 1917 dans l'espoir de mettre sur pied une armée arabe détachée non seulement de Constantinople mais plus largement du Chérif de La Mecque et de la stricte observance islamique. Cette unité de circonstance, qui n'atteindra jamais le stade de l'aptitude opérationnelle et de l'engagement au feu, peu connue, a vu dans son encadrement quelques officiers (de réserve) prestigieux, comme le (futur) grand islamologue Louis Massignon.

Au fil des pages, l'auteur nous raconte l'étonnante histoire de la genèse de cette formation. Il relève les nombreuses tentatives en ce sens faites par les Alliés pendant le conflit, rappelle l'importance de Lawrence (et son influence sur Fayçal) et souligne le rôle (parfois ambigu) du binôme Sykes / Picot, sévèrement critiqué par l'état-major. Le récit de la montée en puissance très progressive de cette Légion (arme diplomatico-militaire aux mains de civils) est ensuite présenté dans le détail, avec les caractéristiques tout à fait particulières des recrues : essentiellement des prisonniers et des déserteurs de l'armée ottomane. L'instruction est relativement chaotique et les objectifs sont assez rapidement revus à la baisse. Les pages suivantes nous permettent de mieux connaitre Louis Massignon et son investissement personnel dans ce projet, mais aussi de toucher du doigt la prééminence des Britanniques sur les Français, toujours à la remorque.

La Légion arabe disparait finalement au début de l'année 1918, sans avoir connu d'existence opérationnelle. Mais ce livre, tout en lui redonnant vie pour nous, apporte aussi bien des éclairages sur les rapports entre Paris et Londres dans cette région et sur les relations pour le moins fluctuantes entre factions arabes et musulmanes, dont nous percevons encore les échos aujourd'hui. Un sujet aussi rare que le livre est intéressant.

CNRS Editions, Paris, 2019, 270 pages, 23,- euros.

ISBN : 978-2-271-09512-1.

Légion éphémère

Partager cet article

Repost0
7 mars 2019 4 07 /03 /mars /2019 06:00

Les carnets de guerre de Nikolaï Nikouline

Soldat de l'Armée Rouge

1941-1945

Rédigés plusieurs dizaines d'années après la guerre, ces carnets n'en sont pas moins un très rare et précieux témoignage sur la Grande guerre patriotique "vue d'en bas".

L'auteur, qui termine sa carrière professionnelle comme conservateur au musée de l'Hermitage, est éduqué et sait observer. Il nous livre donc un tableau sans fard d'une réalité en général peu reluisante. Il en ressort à de très nombreuses reprises le mépris absolu du commandement politico-militaire pour la vie des hommes et une forme de fatalisme : "Si j'ai échappé à la mort, ce n'est pas seulement par chance, c'est surtout parce que j'ai été blessé plusieurs fois. Ca m'a permis de sortir du guêpier au moment critique". On notera d'ailleurs sa description d'un dépôt de convalescents (pp. 230 et suivantes), qui n'est pas sans rappeler d'autres dépôts dans d'autres guerres. Le mépris de l'individu est sans doute ce qui caractérise l'Armée Rouge de l'époque, la rusticité du soldat russe et leur nombre compensant progressivement les déficits "intellectuels" de l'encadrement de contact. La crasse ignorance de la troupe a en effet un écho immédiat dans la bêtise du commandement intermédiaire. Au-delà de l'ennui et des situations absurdes, il explique que Staline a parfaitement compris la nature du conflit en faisant appel à l'histoire de la grande Russie et en revalorisant les héros militaires du passé pour rassembler le peuple.

Son bilan de cette campagne est sans appel : "Nous avons bien fini par exterminer les Allemands, mais en exterminant, hélas, une quantité bien plus importante de nos propres hommes". Le livre n'a été publié pour la première fois qu'en 2009 en Russie, et cette édition en français (qui bouscule quelques certitudes établies) a absolument sa place dans toute bonne bibliothèque sur la Seconde guerre mondiale. Il ne présente pas "LA" vérité, mais un aspect indéniablement sous-estimé de la vérité.

Les Arènes, Paris, 2019, 389 pages. 24,80 euros.

ISBN : 978-2-7112-0017-7.

Grande guerre patriotique

Partager cet article

Repost0

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile