Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 06:00

Considérations sur Hitler

Sebastian Haffner

La liste des ouvrages sur Hitler (sa personnalité, sa vie, ses idées, ses actions, etc.) ne cesse de s'allonger avec des publications de qualité variable. La réédition de ce volume original (paru pour la première fois en français en 2014) est cependant une bonne chose car l'approche de Sebastian Haffner (de son vrai nom Raimund Pretzel), dont le parcours est présenté dans la préface de Jean Lopez, ne manque pas d'intérêt.

Ecrit dans un style dynamique, avec des phrases courtes, parfois des formules-chocs, le livre est divisé en sept parties thématiques : "Vie", "Réalisations", "Succès", "Erreurs", "Fautes", "Crimes" et "Trahison". Parmi les innombrables thèmes évoqués, on lira avec surprise et intérêt les lignes consacrées aux évolutions sociales entre 1933 et 1938 (pour les Allemands "qui n'étaient pas exclus ni persécutés pour des raisons raciales et politiques"), mais qu'il convient de mettre en rapport avec la préparation voulue de la guerre et leur caractère éphémère. De même, Sebastian Haffner s'interroge sur la longue liste de succès intérieurs et extérieurs entre le début des années 1930 et 1941, mais pour ajouter aussitôt que "toutes ces victoires furent remportées contre des adversaires dépourvus de la force ou de la volonté nécessaires à une véritable résistance" et en démonter le mécanisme. La montée en puissance des critiques ("Les erreurs", "Les fautes", "Les crimes") est également judicieusement observée, même si ici ou là on pourra contester tel classement ou telle présentation (la volonté d'exterminer la population juive n'aurait finlement été prise qu'après la prise de conscience "qu'il ne gagnerait plus la guerre"). Et puis cette conclusion, c'est finalement à l'Allemagne qu'Hitler a fait le plus de mal : "Les Allemands aussi ont subi sous Hitler un terrible sacrifice humain ; plus de 7 millions de morts, plus que les Juifs ou que les Polonais ; seuls les Russes ont versé plus de sang encre ... Et tandis que l'Union soviétique et la Pologne sont sorties renforcées de cet effrayant sacrifice du sang, le Reich allemand quant à lui a été rayé de la carte".

Un discours, on le voit, qui n'est pas dans le flot habituel des publications sur le sujet, mais qui est tenu par un opposant de la première heure au régime nazi. Un petit livre original qui mérite d'être connu.

Coll. 'Tempus', Perrin, Paris, 2016, 219 pages. 7,50 euros.

ISBN : 978-2-262-06525-6.

Hitler
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 06:00

Dictionnaire historique de Sainte-Hélène

Jacques Macé

Vous croyez connaître la fin de l'épopée ? Vous pensez tout savoir de l'exil de l'empereur sur une île désolée de l'Atlantique sud à l'écart des grandes voies maritimes ? Ce dictionnaire (première parution en 2004) ne manquera pourtant pas de vous surprendre.

Après avoir rappelé "les étapes de calvaire" et fait le récit en une centaine de pages des dernières années de vie de l'empereur déchu, Jacques Macé nous offre donc quelques 170 pages de dictionnaire spécialisé, de A comme le médecin Abel Clarke, qui publia le récit de son escale dans l'île en 1817 et de sa rencontre avec l'empereur déchu, à Y comme Younghusband, du nom de ce capitaine en garnison à Sainte-Hélène et surtout de son épouse dont les fresques apportent un peu de piment à un quotidien bien morne. Comme dans tous les ouvrages de ce type, le plaisir de la découverte vient de la grande diversité des sujets abordés, du nom de tel navire à celui de tel officier, mais aussi des entrées plus substantielles comme celle présentant les "Dépenses de Longwood" ou celle sur les "Historiens de Sainte-Hélène". Las Cases et Lowe bénéficient bien sûr de plusieurs pages, et après , vous saurez tout de "l'Empoisonnement de Napoléon" (réfuté), de ses "Cercueils" ou de ses "Masques mortuaires". Au fil des pages, vous découvrirez sans doute les nombreux agents de renseignements que les Britanniques entretiennent autour de Napoléon, ou les "Projets d'évasion" envisagés par ses partisans réfugiés en Amérique.

Un bel et bon ouvrage, à la fois dense et anecdotique, précis et amusant. Un vrai "plus" pour terminer toute bibliothèque napoléonienne.  

Coll. 'Texto', Tallandier, Paris, 2016, 540 pages, 12,- euros.

ISBN : 979-10-210-1895-2.

La page de présentation de l'éditeur : ici.

Longwood House
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Révolution et Empire
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 06:00

La grande histoire de la Belgique

Patrick Weber

La Belgique en tant qu'Etat est née en 1830, mais au risque de l'anachronisme l'auteur commence son récit... au paléolithique ! Comme il l'indique dans un avertissement liminaire : le terme Belgique "désigne une aire géographique spécifique". En privilégiant un espace superposable à la Belgique d'aujourd'hui, il s'affranchit en fait de l'absence de continuité historique "nationale".

Le volume est chronologiquement divisé en quatorze parties, qui correspondent à autant de périodes présentant une certaine cohérence : "La Belgique pré-féodale", "La Belgique féodale et les revendications des villes", "La Belgique bourguignonne et la transition vers l'âge espagnol", "La Belgique espagnole", "La Belgique autrichienne", "La Belgique dans le sillage de la révolution française", "La Belgique néerlandaise", "La Belgique révolutionnaire". A partir de la reconnaissance internationale du royaume, le rythme des chapitres est scandé (selon l'usage monarchique) par les règnes des souverains : "La Belgique de Léopold Ier, les années de fondation", "La Belgique de Léopold II, les années des ambitions", "La Belgique d'Albert Ier, les années de gloire et de doute", "La Belgique de Léopold III et la régence du prince Charles, les années troubles", "La Belgique de Baudoin, les années de rupture", et enfin "La Belgique d'Albert II, les années de refondation". Dans ce cadre général, chaque chapitre est divisé en paragraphes relativement brefs, essentiellement descriptifs. On a ainsi une bonne perception dans le temps long de l'histoire des "territoires d'outre-Quiévrain", de la principauté de Liège, du sud des Pays-Bas autrichiens, etc. Mais le récit est finalement peu problématisé et l'on n'a qu'une approche aseptisée de la question linguistique par exemple. Au total, un usuel, un livre de base à conserver à portée de la main pour s'assurer d'une information générale immédiatement disponible.

Chacun se souvient de la phrase de César, selon lequel "de tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves", et l'on sait qu'Albert Ier fut "le roi-chevalier" auquel s'identifie la Belgique violée de 1914. Mais au-delà ? La devise du pays ("L'union fait la force") s'applique-t-elle à une nation, à un Etat, à une "euro-région" ? Et si la Belgique de 1830 peut remonter au paléolithique, comment datera-t-on éventuellement son éclatement ?  

Coll. 'Tempus', Perrin, Paris, 2016, 426 pages, 10,- euros.

ISBN : 978-2-262-06526-3.

De tous les peuples de la Gaule...
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Europe
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 06:00

La fraternité de nos ruines

Ecrire sur la violence concentrationnaire, 1945-1970

David Rousset

Livre étonnant, curieusement construit, mais extrêmement riche et dense. En effet, au-delà de la préface, il est uniquement constitué par une succession de nombreux textes (lettres et articles essentiellement) de l'époque. Presque un "livre-source", afin de plonger soi-même dans le débat.

Tout part de la dénonciation par David Rousset, ancien déporté, du système concentrationnaire soviétique. Dans la France de la fin des années 1940, le PCF, la CGT et les associations qui leur sont proches lancent alors une violente campagne de diffamation. C'est ce débat que le livre veut retracer, à travers plus de vingt textes écrits entre 1945 et 1970. Les discussions portent essentiellement sur la nature profonde du système concentrationnaire, mais aussi sur les formes et fondamentaux de la société moderne. Au passage, le développement du "goulag" chinois dans la Chine de Mao est dénoncé de la même façon dès 1956 : "Là encore, et d'ailleurs jusqu'à un certain point comme en Allemagne nazie et en Russie stalinienne, nous avons une très grande variété de structures". Le livre se termine sur Soljenitsyne, "le porte-voix des cancéreux", et ce constat : "Le monde d'Ivan Denissovitch est, pour un ancien déporté des camps nazis, d'une saisissante familiarité".

Un volume atypique, tant par son sujet que par sa constitution, mais qui passionnera très probablement par exemple tous ceux qui s'intéressent aux débats idéologiques des débuts de la guerre froide.

Fayard Histoire, Paris, 2016, 394 pages, 22,- euros.

ISBN : 978-2-213-68752-0.

Protester contre les camps
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire politique
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 05:00

Les fusillés pour l'exemple, la Résistance, les Snipers

C'est la guerre ! - n° 8

Le dernier numéro de C'est la guerre ! est disponible en kiosque. J'y signe un article aussi mesuré que possible sur la délicate question des fusillés pour l'exemple de la Grande Guerre, en essayant de recontextualiser le sujet. On relève, outre le dossier sur la (les) Résistance(s), un article sur les fusils d'assaut et un autre sur les snipers les plus efficaces ! Pour la période la plus récente, découvrez "l'Armée de résistance du Seigneur", dans l'Afrique des Grands Lacs et au-delà, mais aussi une présentation de la bataille d'Hattin qui, en 1187, annonce la fin des royaumes francs d'Orient. Enfin, pour la bonne bouche, un portofolio de photos d'époque de la guerre de Sécession.

Dominante guerre moderne
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 06:00

L'ultime champ de bataille

Frédéric Chamaud et Pierre Santoni

Pendant des siècles, les armées sont "entrées en campagne", généralement à la belle saison et souvent en évitant les massifs forestiers ou montagneux. Dans cet ouvrage didactique et facile à lire, les deux auteurs ("anciens" -2011/2014- du Centre d'entraînement aux actions en zone urbaine), nous livrent leurs réflexions et nous font partager leurs analyses (à partir d'une succession de cas concrets historiques) sur cette forme (faussement ?, car les fondamentaux de la manoeuvre ne disparaissent pas, loin de là) nouvelle de conflit : le combat en zone urbaine.

Après avoir clairement fixé la différence avec la guerre de siège, ils définissent la bataille de Madrid, pendant la guerre d'Espagne, comme celle qui voit "s'affronter au sein de la même ville, et pour la première fois à une grande échelle, les unités d'infanterie, de chars, du génie, appuyées au plus près par l'artillerie et l'aviation. Elle est de ce point de vue la première des batailles modernes en zone urbaine et confinée".  Ils affirment d'ailleurs : "La zone urbaine est le dernier endroit où l'on manoeuvre encore au XXIe siècle du fait de son pouvoir égalisateur de technologie". Au fil des chapitres ("Attaques en zone urbaine et confinée", "Défendre en zone urbaine", "Former les combattants", "La guerre des civils", "Technologies et perspectives"), ils détaillent une quinzaine d'exemples du XXe et du début du XXIe siècle, y compris Grozny et Fallouja bien sûr, mais aussi Hué, Beyrouth ou Sarajevo. Il modulent d'ailleurs l'approche de la bataille de Stalingrad, dont ils rappellent qu'il s'agit aussi "davantage d'une opération en zone ouverte dans le plus pur style classique qui a donné la victoire à l'Armée rouge ... C'est le déclenchement de l'opération Uranus le 19 novembre 1942 qui a permis de prendre la 6e Armée à front renversé et de la couper du gros des forces allemandes". Il n'oublie pas des exemples pour nous un peu atypique, mais riches d'enseignements, comme l'Irlande du Nord (un modèle du genre") qui exige un très important effort d'adaptation matérielle et doctrinale de l'armée britannique, ou le Kosovo avec "Un cas particulier d'émeuts urbaines maintenues à un faible niveau de violence sur la durée : Mitrovica (1999-2009)", même "s'il ne s'agit pas d'une guerre à proprement parler", avec la notion de "caporal stratégique" et les problématique du quadrillage du terrain et du contrôle de foule.

On apprécie les cartes très lisibles (voire simplifiées à l'extrême), et la bibliographie indicative finale permet de poursuivre la réflexion avec de nombreuses et utiles références. Un volume qui ne prétend pas apporter "une vérité", mais qui est absolumet indispensable pour quiconque s'intéresse aux conflits récents (et aux principes de la guerre). A lire et à méditer.

Editions Pierre de Taillac, Paris, 2016, 226 pages. 24,90 euros.

ISBN : 978-2-36445-074-5.

Entrer "en campagne"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tactiques - Techniques
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 06:00

Influentia

La référence des stratégies d'influence

Ludovic François et Romain Zerbib (Dir.)

Deuxième édition revue et augmentée du livre paru il y a à peine un an (ici), ce qui semble témoigner de son succès.

Peu de choses à changer à notre présentation précédente, si ce n'est de souligner la rigueur d'un plan qui procède de façon très méthodique, ce qui permet à chacun de suivre facilement les démonstrations, et d'insister sur la globalité du phénomène (et donc l'ampleur des thèmes abordés), des questions économiques et financières aux aspects politiques, diplomatiques ou militaires. Sans oublier d'intéressants développement sur les interactions entre renseignement et influence, qui à la fois se succèdent dans le temps et se complètent au fur et à mesure. Même lorsqu'il s'agit de sujets purement industriels par exemple, la méthodologie d'identification de "l'adversaire", le processus de planification des actions puis la conduite des opérations peuvent utiliement inspirer les responsables militaires.

Le sujet est sans doute à la mode, et il faut prendre soin de se garder de tout "complotisme", mais force est de reconnaître qu'il faut une solide culture générale, une réelle aptitude à l'analyse et la capacité à prendre du recul pour résister à ces pressions indirectes.

Lavauzelle, Panazol, 2016, 433 pages

ISBN : 978-2-7025-1625-6.

Le site dédiée d'Influentia : ici.

Guerre silencieuse
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Stratégie
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 06:00

Justinien

Le rêve d'un empire chrétien universel

Pierre Maraval

Spécialiste d'histoire religieuse et auteur de plusieurs ouvrages sur l'Antiquité chrétienne (récemment ici), Pierre Maraval nous propose aujourd'hui une histoire du règne de Justinien (et de son oncle Justin auquel il est associé entre 518 et 527 avant de régner seul), marquée par les questions militaires et au moins autant religieuses.

Après une belle introduction qui présente utilement un large panel de sources, puis nous précise ce qu'il en est de l'empire et de Constantinople au début du VIe siècle, l'auteur décrit les deux règnes en trois grandes parties : "Le règne de Justin, 518-527", "Justinien seul empereur. Nos temps heureux, 527-540", et "Un temps d'épreuves et de désillusions, 540/541-565". Dans chaque partie, il explique le fonctionnement de l'empire et les évolutions de son administration, revient longuement sur les débats religieux ("byzantins" au sens propre, avec les innombrables schismes et "sectes") qui déchirent les églises chrétiennes, évoque les évolutions sociales (ou "sociétales") et insiste sur les questions militaires (réorganisations) et diplomatiques (négociations), puis les campagnes elles-mêmes en Europe et en particulier dans les Balkans (on découvre qu'il existe toujours à l'époque un "poste de garde des Thermopyles, dont les enceintes avaient été doublées" : cf. l'importance de la géographie et du terrain dans l'histoire militaire), la péninsule italienne et une partie de l'Espagne, en Afrique du Nord et de façon récurrente contre la Perse, puissance montante à l'est. Nous y voyons à l'oeuvre les généraux de Justinien, dont le célèbre Bélisaire bien sûr (et cette déclaration au début de la première campagne africaine, lorsqu'il recommande "de payer la nourriture et d'éviter toute violence envers les autochtones, en affirmant que 'les Libyens, qui depuis tout temps sont des Romains', étaient prêts à les (les soldats de Justinien) accueillir comme des libérateurs de l'oppression vandale"). Qu'il s'agisse de la politique architecturale (dont la construction de la nouvelle Saint-Sophie qui devait dépasser "par sa grandeur, sa magnificence, son originlité architecturale, tout autre édifice élevé à la gloire de Dieu"), l'influence des différentes communautés, du rôle des évêques, des réformes sociales, des conciles, de l'Afrique byzantine ou des efforts pour réinstaller l'empire en Italie du Nord, des nombreuses révoltes qui marquent la seconde partie du règne, des relations avec les peuples "barbares", ou de la répression intérieure, nul doute que chacun en apprendra beaucoup sur cette ultime apogée de l'empire romain d'Orient.

A la marge, dommage que l'on ne compte que trois cartes dans le livres, mais un index très complet figure heureusement en fin d'ouvrage. Un ouvrage tout particulièrement intéressant.

Tallandier, Paris, 2016, 428 pages. 22,90 euros.

ISBN : 970-10-210-1642-2.

L'empereur "qui ne dort jamais"
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Antiquité
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 06:00

Les furies de Hitler

Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah

Wendy Lower

Le titre un peu accrocheur ne traduit pas tout-à-fait la solidité de fond de l'étude présentée, qui s'intéresse directement aux Allemandes qui accompagnèrent les troupes d'occupation en Europe de l'Est en en URSS et participèrent au génocide des populations juives.

L'idée ne vient sans doute pas immédiatement à l'esprit, mais à la suite des troupes du Reich des centaines de milliers de femmes, sous différents statuts et pour divers types de fonctions, ont été installées en Europe orientale et en Russie occupée. Institutrices, infirmières, secrétaires, familles de militaires ou d'agents de l'Etat, agricultrices, etc., elles sont présentes pendant toutes les années de guerre dans la zone des armées, dans les villes occupées, à proximité des zones d'action des partisans : "La Croix-Rouge allemande forma 640.000 femmes sous le régime nazi, dont 400.00 furent affectés au service de guerre, pour la plupart envoyées à l'Est ... De son côté, l'arme allemande forma plus de 500.000 femmes auxiliaires militaires -opératrices radio, archivistes, contrôleurs aériens, télégraphistes- dont 200.000 servirent à l'Est". Par les conversations quotidiennes au moins, par les documents administratifs qu'elles traitent ou dont elles ont connaissance, directement et personnellement parfois, elles assistent voire participent à la politique génocidaire. De Pologne en Ukraine et Ostland, de Rovno à Varsovie et à Kiev, Wendy Lower nous emmène ici sur les traces de ces acteurs et témoins oubliés par la mémoire collective (comment une femme pourrait-elle accepter, soutenir, contribuer à de telles horreurs ?). Or, "dans la masse des femmes mobilisées, certaines figures se détachent. Des secrétaires polyvalentes, à la fois meurtrières de bureau et sadiques de terrain, qui ne se contentaient pas de dactylographier les ordres de liquidation". A partir d'un important travail dans les archives les plus diverses, puis de multiples entretiens conduits à travers toute l'Europe et au-delà, l'auteure reconstitue le rôle de ces femmes qui, si elles ne furent pas la totalité n'en furent pas moins nombreuses, par ambition personnelle, par bêtise ou par vice. Le corps du livre (chapitres 3 à 5) est organisé autour des témoins, des complices, enfin des exécutantes. Certaines descriptions sont glaçantes, et l'action des associations caritatives allemandes (pour la population civile du Reich ou des soldats), qui "s'approvisionnement" massivement grâce au pillage et au meurtre, est sérieusement ébranlée. Les deux derniers chapitres ("Pourquoi ont-elles tué ?" et "Que sont-elles devenues ?") sont par moment un peu moins convaincants, mais contiennent des pages particulièrement fortes.

Un livre qu'il faut avoir lu, à la fois pour comprendre la prégnancede l'idéologie national-socialiste dans l'ensemble de la population, mais aussi le déni de responsabilité ultérieur de centaines de centaines de milliers d'Allemand(e)s ordinaires.  

'Texto', Tallandier, Paris, 2016, 354 pages. 10,50 euros.

ISBN : 979-10-210-1914-0.

Femmes, femmes, femmes !
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 05:50

Combats aériens sur le nord de la France

Batailles aériennes - n° 76

Ce numéro est entièrement consacré, sous la signature de Jean-Louis Roba, aux combats qui se déroulent entre juin et octobre 1941 (la "Non-stop offensive") dans le ciel de France, alors que les unités aériennes allemandes sont massivement stationnées à l'Est (opération Barbarossa) et que la RAF est donc désormais en situation de supériorité. Pour soutenir l'Union soviétique, dans la mesure de leurs moyens et en fonction de leurs impératifs stratégiques, les Britanniques font le choix d'engager une offensive aérienne aussi massive que possible au-dessus de l'Europe occidentale, avec cette difficulté de devoir bombarder les installations essentielles des Allemands au risque de toucher la population civile des pays occupés. A partir des JMO, des rapports de combat, de nombreux témoignages, tout le détail des opérations nous est précisé, pratiquement jour par jour.

La mise en page est un peu dense, mais les photos, reproductions de documents et profils sont nombreux, toutes les unités sont indiquées, les pilotes listés, victoires et échecs relevés. Un volume d'une grande précision qui passionnera les spécialistes et que l'on conservera pour compléter des études plus larges.

Seconde guerre mondiale
Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile