Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 13:45

Expérience combattante 19e - 21e s.

(EXPECOM 19-21)

Les environnements du combattant

UNIV-LORRAINE.jpg

La troisième session du cycle EXPECOM 19-21 (après "La formation du combattant" en 2010 et "Commander et obéir au feu" en 2011) se tiendra à Metz les 4 et 5 octobre 2012 sur le thème des environnements du combattant. Cette notion d'environnement doit être comprise de façon large et interdisciplinaire : stratégie et tactique, matériels, moyens logistiques et de soutien, intellectuel, médiatique, médical, juridique, etc.)

CRULH

Pour tout renseignement et proposition de communication : professeur François Cochet, cochet.francois2@orange.fr

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 08:20

 

Exposition

L'Outre-mer français dans la guerre 39-45

  OM-39-45.jpg

Le musée du général Leclerc - musée Jean Moulin de la ville de Paris, situé au-dessus de la gare Montparnasse (23 allée de la 2e DB, jardin Atlantique), présente toujours, jusqu'au 24 juin 2012, une exposition sur la France d'outre-mer dans la Seconde guerre mondiale.

Renseignements : http://www.paris.fr/loisirs/musees-expos/memorial-leclerc-et-de-la-liberation-de-paris-musee-jean-moulin/l-outre-mer-francais-dans-la-guerre-1939-45/rub_6923_actu_1038

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 08:10

"Conflict Studies" et nouvelle histoire militaire

Regards croisés sur la période 1914-1945

Paris IV

L'Institut historique allemand (Arndt Weinrich) et l'université de Paris IV Sorbonne (Olivier Forcade) organisent à l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, du 30 juin au 6 juillet 2012, une université d'été européenne pour les étudiants en doctorat et master 2 sur des questions d'histoire militaire (en particulier les deux guerres mondiales).

Les langues de travail seront le français, l'anglais et l'allemand.

Toutes les informations complémentaires peuvent être obtenues auprès de :

Steffen Prauser ( sprauser@dhi-paris.fr ), Arndt Weinrich ( aweinrich@dhi-paris.fr ) ou

Olivier Forcade ( olivier.forcade@paris-sorbonne.fr ).

Les dossiers de candidature seront à adresser à : summerschool2012@dhi-paris.fr

Attention aux délais : les dossiers de candidature doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 avril 2012. Il ne reste guère plus d'un mois.iha paris

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Séminaires universitaires
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 08:00

Canaris

Eric Kerjean

canaris.jpg

Il ne s'agit pas ici d'une biographie du célèbre (et mystérieux) amiral chef des services de renseignement militaires du IIIe Reich au sens classique du terme, de la naissance au décès. L'auteur aborde certes les différents épisodes de la vie de Canaris, mais par des retour en arrière au fil d'un texte qui se concentre sur l'immédiat avant-Deuxième guerre mondiale et sur la période de la guerre elle-même.

En fait, l'auteur centre son étude sur la question de l'éventuelle appartenance, ou non, de Canaris à la "résistance militaire national-conservatrice" à Hitler. Alors que, dans l'historiographie courante, l'amiral est généralement considéré comme un "résistant" (toutes proportions gardées), la réponse d'Eric Kerjean, sans aucune ambigüité, est négative. Il multiplie, à l'appui de sa démonstration, les citations et références et finit par convaincre. Pourtant, des officiers qui lui étaient très proches furent longtemps des adversaires avérés du nazisme, mais Canaris aurait systématiquement joué double-jeu au bénéfice d'Hitler. On peut regretter que l'aspect opérationnel de son rôle à la tête des services militaires de renseignement ne soit pas développé en tant que tel, car le retour permanent sur la question politique peut paraître lassant. Au-delà de cet aspect, on retiendra de nombreuses anecdotes, dont la mystérieuse tentative d'assassinat sur la personne du général Giraud après son évasion.

Un livre original donc, atypique, qui prend position et qui apporte semble-t-il beaucoup pour la connaissance des sphères dirigeantes nazies et sur les interactions entre les principaux dignitaires du régime ; mais qui ne répondra peut-être pas à l'attente des lecteurs intéressés par les questions plus opérationnelles. Une étude qui, en tout cas, mérite indiscutablement de figurer dans une bibliothèque "Deuxième guerre mondiale".

canaris-2.jpg

Pour en savoir plus, nous avons posé quelques questions à l'auteur.

Question : Pourquoi avoir choisi ce personnage et pourquoi l'avoir abordé sous l'angle que vous avez choisi ?

Réponse : Avant d'en arriver à Canaris, j'ai emprunté beaucoup de détours et, en particulier, celui de l'antiquité romaine. J'ai consacré plusieurs années de recherche aux questions liées à la conversion et à la traduction de deux textes latins importants qui concernent la conversion forcée des Juifs à la fin de l'antiquité (à paraître). La vie invite parfois avec force à changer de voie, alors, comme le dit Shakespeare, "ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser". J'ai décidé d'accélérer cette métamorphose. Celle-ci passait notamment par l'histoire contemporaine et l'histoire de l'Allemagne nazie. Confronté aux techniques de renseignement mises en place par la DCRI lors de mon parcours universitaire, je voulais m'intéresser aux renseignements au sein du IIIe Reich. C'est là où la figure de Wilhelm Franz Canaris a surgi. Par chance, ce haut dignitaire nazi a été délaissé par les historiens, surtout en France. En dehors du travail d'André Brissaud, par trop élogieux, rien n'avait été fait depuis les années 1970.

Comme tout travail historique, sans a priori, j'ai commencé par lire l'historiographie qui touche de près ou de loins à Canaris. Parallèlement, j'ai consulté les archives disponibles, notamment celles de Munich, à l'Institut für Zeitgeschichte. Rapidement, la question de son engagement au sein de la résistance militaire à Hitler est devenue centrale, car elle constituait le point d'achoppement sur lequel chaque journaliste ou chaque historien intéressé par le cas Canaris échouait. Pour comprendre la vie du chef des services secrets militaires, il fallait apporter une réponse aux raisons de son appartenance à l'opposition conservatrice à Hitler. Cette problématique à permis de faire de ce livre une véritable biographie.

Question : Les auteurs ont souvent, après plusieurs années de recherche sur leur sujet, une certaine empathie avec lui. Votre perception de Canaris a-t-elle évolué avec le temps ?

Réponse : Sans empathie, je vois mal comment il est possible de faire de l'histoire. Si l'historien est ancré dans un présent, il doit aussi se transporter dans une époque et au sein d'un groupe d'individus. Toutefois, l'empathie s'arrête là. J'ai beau avoir côtoyé l'amiral Canaris pendant deux ans, ce n'est pas pour autant qu'une proximité se crée. Lorsque j'ai commencé d'étudier notre personnage, c'est le résistant à Hitler, pendu le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg auprès de ses compagnons d'armes qui m'intéressait. Cette figure changeait de celles, plus connues, qu'étaient Heydrich, Himmler ou Goering. Au fur et à mesure de mes recherches, j'ai dû revoir totalement ma perception. Le déclic principal a eu lieu au moment où j'ai appris qu'à plusieurs reprises, après la mort de Heydrich, Himmler avait protégé l'action de Canaris. Pour comprendre Canaris, j'ai tenté de définir son cadre de pensée et de vision du monde. Il n'a jamais été question de se mettre à la place du chef de l'Abwehr, mais bien de déterminer, grâce aux archives et surtout aux témoignages de ses collègues, sa manière de penser. Et Canaris pensait avant tout comme le chef d'un service de renseignements. Aussi étrange que cela puisse paraître, aucune des personnes qui s'étaient penchées sur ce "drôle d'oiseau" n'avait pris en compte cette dimension essentielle. Or, de 1916 à 1944, Canaris fut un espion et se comporta comme tel.

canaris-3.jpg

Question : Dans le cadre des opérations militaires conduites par les Allemands à partir de 1939, quelle part diriez-vous que l'amiral Canaris a pu prendre ? Son rôle opérationnel a-t-il été important ?

Réponse : Son rôle semble avoir été primordial. Il n'est pas exagéré de dire que les succès initiaux du IIIe Reich dans la Seconde guerre mondiale doivent beaucoup à Canaris et à l'Abwehr. Wolfgang Krieger, spécialiste des renseignements, dit de Canaris qu'il "servit le régime nazi en faisant de l'Abwehr un service de renseignements parfaitement approprié à la guerre et à la domination, dont les quelques 400 officiers et nombreux autres employés faisaient fonctionner un réseau eficace comptant environ 30.000 agents et intermédiaires". Que ce soit lors de l'Anschluss, l'invasion des Sudètes, la campagne contre la Pologne, celle contre l'Ouest, l'opération Barbarossa, la préservation du secret de la solution finale, Canaris était présent et a su chaque fois mobiliser ses agents pour que son organisation serve au mieux les intérêts de l'Allemagne hitlérienne. Là où il ne fut jamais aussi près du théâtre des opérations, c'est dans sa lutte contre les opposants intérieurs à Hitler. Il vivait avec eux au quotidien.

Question : Il est surnommé le "maître-espion". Quelles qualités et quels défauts lui reconnaissez-vous comme chef d'un puissant service de renseignement ?

Réponse : Sa qualité et son défaut sont d'avoir tenté d'être à la fois maître espion et chef de l'Abwehr. La direction d'une telle structure est un poste politique qui, de facto, rendait impossible toute mission d'espionnage. Or, il a été un espion de 1938 à 1944, la période de son infiltration dans la résistance.Quand je présente Canaris comme le maître espion de Hitler, c'est précisément pour évoquer ces six années, où il a excellé dans l'art de l'espionnage tout en dirigeant brillament son service de renseignement. Toutefois, comme le notaient déjà ses supérieurs dans les années 1920, le principal défaut de l'amiral fut son fanatisme politique. Ses opinions politiques l'ont probablement amené à commettre des erreurs stratégiques, dont la plus importante reste sa décision d'accepter la création d'un service unique de renseignement au profit de la SS et de son chef, Heinrich Himmler.

Avant de terminer, je voudrais souligner un point crucial. Il s'agit de la place qu'avait le chef des renseignements militaires au sein du IIIe Reich : Canaris appartenait à la sphère des hauts dignitaires nazis, au même titre qu'un Heydrich, un Goering, un Goebbels ou un Himmler.

 

Merci Eric Kerjean pour ces longues réponses. Bon courage et bonne chance pour vos futurs travaux.

Amis visiteurs, bonne lecture.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 08:56

A propos de la Panzermania

et autres études militaires

cliophage.jpg 

On lira ici le billet d'humeur de l'animateur du blog Le Cliophage, visiblement fatigué de constater la place que prennent dans l'édition (presse périodique et livres) les sujets relatifs à la Seconde guerre mondiale, en particulier sous l'angle de la "supériorité" matérielle ou tactique supposée de l'armée allemande (dont les mêmes, d'ailleurs, oublient souvent d'ajouter qu'elle a généralement été d'une incapacité noire -sans jeu de mot- aux plans opératif et stratégique)...

Il y aurait bien d'autres points à évoquer sur ce sujet, mais un peu d'air frais... Voilà qui fait du bien. Bien sûr, la Seconde guerre mondiale est importante, essentielle, dans notre histoire récente, et doit être totalement intégrée dans les études, travaux et publications. Mais, au-delà de cette attirance monomaniaque pour le Panzer de Koursk ou celui de Bastogne, l'histoire militaire (et je ne vais même pas jusqu'à "l'histoire des conflits", aux problématiques bien plus amples) ne saurait être limitée à cette caricature.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Humeur
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 08:30

The Egyptian Expeditionary Force in World War I

Michael J. Mortlock

linkEEF-WW1.jpg

Publié il y a un peu plus d'un an (réédition d'un ouvrage paru dans l'entre-deux-guerres),  ce livre est essentiellement basé sur des sources secondaires pour tout ce qui a trait à l'environnement général et aux grandes évolutions à l'échelle du théâtre d'opérations, et sur des archives familiales pour ce qui concerne le quotidien des soldats et le détail des opérations militaires.

L'auteur consacre l'essentiel de son étude à la période 1916-1918 durant laquelle un membre de sa famille dont il a pu retrouver les archives, correspondances et photographies, a servi sur ce théâtre au sein du 5e bataillon du régiment du Suffolk. Il apporte, grâce à ces documents, de nombreux éléments sur la vie des hommes, la progression des unités dans le désert, les premiers échecs devant Gaza, puis la prise de commandement d'Allenby, la remontée vers Jérusalem et la Transjordanie. L'auteur insiste en particulier sur le rôle de la cavalerie dans la rupture du front turc et la poursuite des unités germano-ottomanes.

L'ensemble est agrémenté de quelques cartes particulièrement claires et lisibles, et complété par plusieurs annexes utiles présentant l'organisation de l'armée britannique, l'ordre de bataille de l'EEF, les pertes au cours de la campagne, etc. Ce théâtre d'opérations étant généralement peu connu en France, les lecteurs anglophones apprécieront.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:12

Conférences au Musée de l'Armée

  INVALIDES.jpg

02 avril : Le général de Beylié et la redécouverte d'Angkor, par Jean-François Klein

04 avril : L'orient de Lyautey : à la conquête du Maroc, par Pierre Vermeren

Ces conférences se tiennent dans l'auditorium Austerlitz, de 13h45 à 15h00.

Réservation : histoire-ma@invalides.org ou 01 44 42 51 73

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Mondes coloniaux
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:11

L'histoire de Madagascar par les Malgaches

Première moitié du XXe s

Faranirina Rajaonah (Université Paris-Diderot)

INALCO.jpg

Dans le cadre du cycle "Historiographies d'ici, Historiographies d'ailleurs" (organisé en particulier par l'INALCO, le musée du Quai Branly et l'université de Paris-Diderot) cette conférence sera prononcée le jeudi 22 mars 2012 dans les locaux de l'INALCO, rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Tables rondes et colloques
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:10

Perspectives tactiques

général Guy Hubin

Couverture-de-l-ouvrage--Perspectives-tactiques-.jpg

Il est peu courant qu'un ouvrage de tactique générale fasse rapidement l'objet de plusieurs rééditions. Tel est pourtant le cas de celui-ci, ce qui incite à revenir sur les analyses de son auteur.

Issu de l'arme blindée et ayant longuement servi dans les troupes aéroportées, le général Guy Hubin est passionné de tactique et il tente d'esquisser dans ce livre les fondamentaux de la manoeuvre tactique future. D'un niveau de technicité certain, sans pour autant tomber dans l'inaccessible au commun des mortels, Perspectives tactiques prend toute la mesure des bouleversements en cours dans l'art du combat. Mieux, il propose un certain nombre de réflexions, de concepts et d'instruments qui enrichissent la théorie tactique et participent à son aggiornamento.

A travers dix-sept chapitres courts et cadencés, l'auteur analyse les processus d'évolution technique, jette un coup d'oeil à l'histoire et imagine les modalités de la manoeuvre future susceptibles d'ouvrir les brèches de la victoire. Ce livre tombe à pic car "nous arrivons à un moment où la nature de la manoeuvre va devoir changer, ainsi que la structure propre des forces", selon Hervé Couteau-Bégarie qui signe la préface.

Les rôles sont en train de s'inverser : "Désormais, les forces de mêlée devront localiser, préparer, concentrer l'objectif pour l'offrir aux coups d'une artillerie dont l'intervention, associée à celle des feux air/sol, décidera du sort du combat, car c'est elle qui détruira avec le meilleur rendement". L'auteur nous l'affirme : "Dans moins de cinq ans, l'artillerie possèdera des munitions capables de tirer au but sur des objectifs éloignés de plus de 30 km. Dans la mesure où ces objectifs auront été détectés, ils seront susceptibles d'être détruits. Sur un champ de bataille de plus en plus transparent, la réalisation d'une telle performance interdira la concentration des efforts". Par conséquent, la taille des pions tactiques devra nécessairement diminuer pour éviter la destruction. La responsabilité de l'exécution de l'action descendra très bas, à l'échelon du peloton ou de la patrouille, tandis que les échelons supérieurs exerceront surtout une fonction de contrôle.

Le tacticien de demain devra savoir que la dissimulation de ses forces, principal ressort de la surprise d'hier, va devenir beaucoup plus complexe et qu'il lui faudra trouver d'autres leviers que celui-ci. La maîtrise du rythme, le bon dosage des moyens et la combinaison judicieuse des armes seront déterminants pour vaincre.

En somme, comme le suggère le titre de son ouvrage, Guy Hubin nous offre des perspectives tactiques pour demain et après-demain. Exercice réussi.

B.B.P.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Stratégie et principes de la guerre
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:00

 

 

Soldats de la loi

La gendarmerie au XXe siècle

sous la direction de Jean-Noël Luc

linkCouverture-de-l-ouvrage--Soldats-de-la-loi---La-gendarmerie.jpg 

Après Gendarmerie, Etat et société au XIXe siècle, le professeur jean-Noël LUC et son équipe de chercheurs effectuent l'exploration chronologique de la gendarmerie nationale à travers le siècle dernier. Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle est un véritable état des lieux de la recherche sur cette institution. Cet ouvrage dense, très fourni en sources, exemples et pistes de réflexion, permet au lecteur d'appréhender pleinement l'évolution de la gendarmerie et son rôle.

Le découpage en six parties rend compte des changements et événements majeurs : "Du pandore au prévôt" revient sur la transition organisationnelle des forces ; "Les mutations de l'entre-deux-guerres" s'interroge sur les transformations de l'arme, telle la création de la gendarmerie mobile. Traditionnellement "police des armées", ancrée au sein des terres rurales, la gendarmerie apparaît désormais sous un angle nouveau. S'enchaînent ensuite d'autres chapitres ("La gendarmerie des années noires", "De l'expérience coloniale à la décolonisation", "Une force publique polyvalente", "Les défis de la modernisation") multipliant les thématiques liées à la "gendarmologie" et rappelant au lecteur la pluralité des actions, terrains et missions de l'arme. S'ajoutent des organigrammes et statistiques, véritables outils méthodologiques qui appuient scientifiquement la teneur des propos. Sans oublier une bibliographie riche et commentée, qui clôture un instrument de recherche et de travail abouti.

Epilogue ? Quid de la gendarmerie au XXIe siècle ? Les auteurs arrêtent leurs réflexions aux récentes et importantes évolutions législatives et réglementaires. Cela nous promet sans doute, dans quelques années, le plaisir de voir paraître un nouveau volume !

Océane Paul

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Sécurité et ordre public
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile