Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 07:00

Le renseignement russe après la guerre froide

METIS  -  Sciences Po.

METIS

La prochaine, et sans doute dernière, conférence du cycle 2011-2012 du séminaire METIS

sur "Les services russes et leur histoire" se tiendra :

Lundi 25 juin 2012 à 18h00

Salle de réunion  -  1er étage

Centre d'histoire de Sciences Po., 56 rue Jacob, 75006 Paris

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Séminaires universitaires
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:16

Guerres & Conflits 19e - 21e s.

Au rythme de l'actualité de la recherche, de la presse et de l'édition

CHOUETTE

Notre choix éditorial initial nous conduit à calquer notre rythme sur sur l'activité du monde universitaire et des maisons d'édition. Nous allons donc probablement amorcer très prochainement une baisse progressive du rythme des articles et "billets" mis en ligne (nous en sommes actuellement à 3, voire 4, par jour !), car les annonces d'organisation de colloques et journées d'études tout comme les informations relatives à la parution de nouveaux ouvrages tendent à se faire moins nombreuses.

Assez logiquement, le secteur va progressivement entrer en semi-sommeil à partir de la mi-juillet et jusqu'à la fin du mois d'aoüt. Nous restons bien sûr "en veille" et nous continuerons à effectuer chaque jour notre "tour d'horizon électronique" de l'actualité, mais il est probable que le rythme d'activité va peu à peu décroître. Pour le mois à venir, toutefois, aucun souci ! Nous avons encore plusieurs dizaines d'articles prêts à être mis en ligne ou en cours de rédaction. Ensuite, continuez à consulter très régulièrement  et soyez sans crainte : dès les premiers frémissements d'août prochain, nous serons au contact ! Par ailleurs, nous profiterons de cette période plus calme pour publier quelques articles relatifs à des ouvrages plus (parfois très) anciens et que l'actualité nous avait contraint de repousser.

Nous n'en sommes pas encore là. A demain en fréquence !

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:10

Cyberstratégie et varia

Revue Défense Nationale  -  juin 2012

  Revue-Defense-Nationale.jpg

Le sujet est dans l'air du temps et quasiment toutes les revues plus ou moins spécialisées sur les questions de sécurité et de défense consacrent un dossier à ce thème :six articles reviennent sur les définitions et les problématiques de la "cyberdéfense" dans le numéro de juin de la Revue Défense Nationale. Parmi ceux-ci, Olivier Kempf, qui revient régulièrement sur ces questions dans son blog Etudes Géopolitique, Européennes et Atlantiques, trace avec brio les contours du "Cadre de recherche de la cyberstratégie".

Parmi les articles en "varia", nous avons plus particulièrement noté "Mali : vive la Coloniale !" (Claude Le Borgne), "Le dilemne syrien du Hezbollah" (Jean-Loup Samaan) et "A propos d' Afghanistan, guerre lointaine ?" (René Cagnat), qui ouvrent d'utiles pistes de réflexion.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Défense"
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:01

Officiers et soldats de l'armée française

d'après le TTA 148 (1943-1956)

Paul Gaujac

couv-PG-tta-148-001.jpg

Les historiens de la chose militaire s'intéressent généralement peu à l'évolution des uniformes : ils laissent souvent cela aux collectionneurs, avec parfois une certaine condescendance pour le sujet. Pourtant, les collections d'uniformes dans les musées sont très appréciées du grand public lorsqu'elles sont hautes en couleurs, comme les tenues de l'Empire. Pour les périodes plus récentes, historiens et conservateurs sont parfois plus frileux.

Et pourtant, l'uniforme est la marque d'un corps social et de son époque. Il indique la façon dont le militaire veut être perçu, l'image qu'il se fait de lui-même et que la société de son temps se fait de lui et de la guerre. Au musée de l'Artillerie, à Draguignan, ou à celui des Troupes de Marine, à Fréjus, on a pu voir ces dernières années des expositions où l'uniforme entrait dans le domaine de l'histoire culturelle ou sociale. Les expositions temporaires "Chapeau des artilleurs" en 2006, ou encore "Camouflage, m'as-tu vu ? Mode et uniformes" en 2007, s'appropriaient ainsi cette autre approche de l'histoire militaire à travers l'histoire du costume.

Un ouvrage qui vient de paraître s'est attelé au même parti pris pour les uniformes de l'armée française de la deuxième moitié du XXe siècle : Officiers et soldats de l'armée française, d'après le TTA 148 (1943-1956), par le colonel (H) Paul Gaujac, préfacé par Gilles Aubagnac. En 1956, est publié ce règlement -portant le numéro 148- qui fixe l'ensemble des tenues pour l'armée de terre. A partir des planches de ce texte réglementaire, l'auteur explique l'évolution des tenues françaises de 1943 à quasiment aujourd'hui. Toutefois, ce n'est pas une simple réédition du TTA 148 faite pour contenter les amateurs de militaria. Ce livre est un instantané du temps, qui montre comment le militaire voulait donner une image de lui-même dans les années 1950-1960. Le texte, les photos, l'iconographie donnent envie de revisiter l'histoire militaire pour aller vers une véritable histoire culturelle.

L'histoire du costume militaire de cette époque méritait un nouvel angle d'étude. Voilà qui est fait et qui apporte un éclairage neuf sur cette période de la fin de la Seconde guerre mondiale et des conflits de la décolonisation, dans lesquels la France fut engagée, ainsi que son héritage dans les tenues et les mentalités des militaires d'aujourd'hui.

G.A.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Armes, unités, services
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 07:15

Le Richelieu, un cuirassé à la française

Los !  -  n° 2

  Couverture-du-magazine--LOSI-.jpg

Nous avions omis, dans la masse des publications, de rendre compte du lancement de cette nouvelle revue, entièrement consacrée à la guerre navale et aéronavale. Voilà cet oubli rattrapé, et c'était nécessaire car elle est superbe.

Outre le dossier "à la Une", dont la deuxième partie sera proposée au sommaire du numéro 3 (juillet-août), on relève en particulier un très intéressant article sur "Un sous-marin australien dans les Dardanelles" en 1915 (par Gautier Lamy) et un long article sur "Graf Spee, l'insaisissable. Le corsaire de l'Atlantique-sud" (Xavier Tracol), sujet plus connu mais bien présenté et parfaitement illustré.

La mise en page est aérée, les illustrations (dont des cartes et de très belles infographies) de qualité : un magazine qui ne peut que séduire tous les adeptes de la guerre navale au sens large, mais aussi ceux qui, ponctuellement, au hasard de leurs travaux, sont amenés à s'intéresser à la dimension maritime des conflits.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 07:10

Diplomate en Lettonie, 1938-1940

Carnets de Jean de Beausse, premier secrétaire de l'ambassade de France à Riga

Edition établie et commentée par Matthieu Boisdron

Diplomate-en-Lettonie-1938-1940.jpg

Les carnets privés ultérieurement publiés par les familles ne sont pas toujours d'égale valeur et celui-ci n'échappe pas à la règle. Mais il possède un atout absolument exceptionnel : il est quasiment unique au sujet de cette région et à cette époque. Premier secrétaire de l'ambassade de France à Riga de décembre 1938 à septembre 1940, Jean de Beausse vit donc aux premières loges les derniers mois d'indépendance (jusqu'à la désintégration de l'URSS un demi-siècle plus tard) des Etats baltes, alors que les Occidentaux se montrent longtemps hésitants et que se noue, puis se réalise, le Pacte Hitler-Staline. Le texte courant est fréquemment entrecoupé d'encarts et accompagné de notes de Matthieu Boisdron, qui précisent les éléments biographiques des personnages cités, apportent des précisions complémentaires sur Riga et la Lettonie de ce temps, complètent les données sociologiques ou culturelles sur le pays.

Ce n'est à proprement parler qu'à partir du milieu du mois d'août 1939 que Jean de Beausse tient presque quotidiennement à jour son journal personnel : il note ledimanche 20 (date par ailleurs sujette à caution), à l'occasion du passage du capitaine Beaufre en route vers Moscou (mission Doumenc) : "Je crois comprendre que tout ne va pas pour le mieux et que les pourparlers anglo-franco-russes sont à la veille d'être rompus". Dès lors, ces souvenirs prennent tout leur intérêt.

Tandis que le Lettonie tente de faire prévaloir une impossible neutralité, la difficulté des communications diplomatiques avec l'hexagone ne cesse de croître sous la double pression du Reich allemand et de l'URSS de Staline ("L'Allemagne reste muette. Nous avons l'impression qu'elle a vendu ce pays à la Russie"). Jean de Beausse reçoit et s'efforce de faire rapatrier vers la France les réfugiés de Pologne rapidement occupée, les archives de l'ambassade sont en partie brûlées, l'ambassadeur tente de faire preuve de fermeté (il "suggère à Paris de retenir en cas de guerre avec l'URSS 72 ressortissants soviétiques, tant que les Français des Pays baltes n'auront pas été évacués"), mais le 6 octobre l'information est officielle : "L'accord est signé entre l'URSS et la Lettonie. Les Russes obtiennent des bases ..., le droit de fortifier la côte nord de la Courlande ... et des aérodromes à désigner plus tard ... Ce n'est qu'un commencement. D'autres exigences suivront sans doute". La suite du récit, désormais précis et développé au jour le jour, raconte la lente descente de la Lettonie vers l'occupation et l'annexion, dans un contexte économique, financier et social assez trouble, alors que les Allemands d'origine balte sont fermement incités par Berlin à rejoindre massivement le Reich. Au-delà, la guerre d'hiver oppose Finlandais et Russes, puis les Allemands occupent la Norvège, ce qui complique encore la situation locale, et l'on peut parfois être surpris par certaines notes, comme le 23 janvier 1940 : "A dire vrai, je suis plus préoccupé de ski que d'évacuation. La neige est excellente" ! La "Drôle de guerre" ne se serait donc pas déroulée que sur le front de France ? Le 2 mai : "L'abandon précipité de la Norvège par les Alliés cause le plus déplorable effet dans le pays. Les Anglais sont très sévèrement jugés par l'opinion publique". Puis le 30 : "Incident lithuano-russe. Les Soviets accusent les Lithuaniens d'avoir massacré des soldats russes ... L'accusation ne tient pas debout, mais laisse présager une nouvelle intervention russe ... Nos revers ne sont peut-être pas étrangers à ce changement de politique".

Le 17 juin : "La France demande l'armistice ... On m'annonce l'entrée des Russes ... Deux tanks sont en batterie devant la poste, deux autres devant la gare". Les événements dès lors se précipitent. Les autorités lettonnes tentent de sauvegarder les apparences, mais le soir la population manifeste et se heurte aux forces de l'ordre: "nous arrivons au moment d'une charge de police montée. Les gens s'enfuient dans toutes les directions", devant les Russes "impassibles". L'état de siège est proclamé, des manifestants tués, des armureries pillées et le 20 juin 1940 au soir le nouveau gouvernement est formé "sous la direction" du vice-président du Conseil des commissaires du peuple tandis que les drapeaux rouges et les portraits de Staline sont installés dans les grandes avenues et sur certains bâtiments publics. C'est la fin : dissolutions, réquisitions, épuration. Le processus des élections truquées du 15 juillet (une seule liste autorisée) est décrit avec soin et, à la suite de la proclamation des résultats le 17, "l'annexion ne fait plus de doute pour personne": Le 20 au soir, les journaux titrent "Vive la 14e république soviétique. Vive le Komintern". Le 26 juillet, "on colporte sous le manteau des histoires de Gépéou" et, nommé à l'ambassade d'Helsinki, Jean de Beausse en vient à se demander : "Aurais-je le temps d'y arriver avant les Russes ?". Ce n'est finalement que le 13 septembre, après avoir décrit la rapide soviétisation du pays et les tracasseries de plus en plus nombreuses que les nouvelles autorités imposent aux services diplomatiques, qu'il peut noter : "C'est fini. Nous avons quitté le paradis soviétique, nous volons vers la liberté".

Au-delà de ce récit passionnant et détaillé, une question lancinante perce également : on a l'étrange sentiment que les diplomates français en poste n'ont pas de directives réellement précises, n'anticipent pas sur l'évolution prévisible de la situation, se bercent d'illusions sur la réalité du processus. Un doute qui serait à étudier avec la mise en parallèle des archives des Affaires étrangères (au moins le "courrier départ" de Paris, puisque les archives de la Légation ont été brûlées). Un témoignage de première main, à lire ... et qui ouvre d'autres pistes de recherche et de réflexion.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 07:00

Honneur, où es-tu ?

André Dupuy

  Lettre698.jpg

Rares, très rares sont les témoignages de sous-officiers, et ce seul titre justifiait que nous nous intéressions au livre d'André Dupuy. Sa lecture est pleine de surprise, sa recension plus difficile encore : ajouter "Honneur", ou mieux "HONNEUR", à chaque détour de paragraphe ou de chapitre pose le débat à un niveau qui ne correspond pas toujours à de simples heurts de caractères.

Président de la section de Nouvelle-Calédonie de la Société d'entraide de la Légion d'honneur, grand mutilé de guerre, André Dupuy est né en 1929 en Ardèche et embarque en 1951 comme jeune sous-officier des troupes coloniales pour l'Indochine, où il reçoit bientôt sa première citation et la Croix de guerre des TOE.

La première partie du livre est donc consacrée à sa carrière militaire. Chef de poste isolé, actif et entreprenant, il s'efforce de déstabiliser le Vietminh en patrouillant de nuit et obtient rapidement quelques succès, mais dès la page 24 pointe l'expression d'un regret : "J'ai eu la désagréable impression que nos actions répétées ne furent jamais très appréciées par notre commandant de secteur. Impression vite confirmée : aucune citation pour mes gars ou pour moi-même, alors que 'nos services' font état de plusieurs dizaines de morts chez l'ennemi". Le même thème revient page 26, puis page 34, page 36 encore et ainsi de suite. Là réside toute l'ambiguité de cet ouvrage. Le récit est vif, passionné et passionnant ; le témoignage direct, avec des mots simples, des formules d'expression orale qui touchent le lecteur. Grièvement blessé, mutilé de guerre (amputation de la jambe), il connaît après son départ d'Indochine plusieurs affectations africaines (bref passage à Tunis, Dakar, Sahara, Bangui très brièvement), puis effectue un séjour d'un peu plus d'un an à Paris  dont il ne garde pas un souvenir ému ("Mis à part pour les carriéristes, Paris n'est pas une affectation de premier choix ... Pas d'initiative, pas de camaraderie. Quelques très grands patrons entourés de besogneux qui essayent de faire illusion" !), avant de séjourner trois ans à Madagascar. Muté au sein de l'état-major des Forces Françaises en Allemagne à la fin de l'année 1968, il est "happé" par Massu. Désormais, derrière "l'habillage" d'une affectation, il devient de plus en plus pour les différents généraux sous les ordres desquels il sert l'organisateur des parties de chasse... jusqu'à son installation définitive à Nouméa en 1973.

Adjudant-chef, il devient en "seconde carrière" personnel civil de la Défense en Nouvelle-Calédonie, se heurte bientôt à ses supérieurs ("Le Seigneur a rendu sa JUSTICE. Le Général en question est décédé, le persécuteur est à la retraite, il ne peut plus nuire"), puis entame une longue série de procédures judiciaires, dont trois passages en Cour de cassation, pour faire reconaître ses droits de grand mutilé de guerre. Parallèlement, il se lance dans le tir de compétition et la vie associative, se consacre à la Société d'entraide de la L.H. et vient en aide aux blessés et mutilés. Cette longue seconde partie représente pratiquement la moitié du livre et, sans doute poussé à bout par des "lourdeurs" administratives probablement règlementairement justifiées mais humainement insupportables, prend un ton presque systématiquement hostile à la plupart des "élites", qui jamais ne le comprendraient. Plus les pages défilent et plus la question de son élévation comme commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur semble devenir importante pour lui. Confronté semble-t-il à des maladresses inacceptables et à quelques manques de considération grossiers (des anciens combattants et mutilés de guerre qui attendent sous la pluie par exemple), André Dupuy mutiplient les exemples, se perd dans des considérations diverses sur Madoff ou Obama, traite longuement du fonctionnement interne de la Société d'entraide, évoque à plusieurs reprises la figure de Jacques Lafleur, devenu son ami, "apprécié, voire aimé, par l'ensemble des ethnies de ce Territoire"...

Au hasard du récit, s'il condamne fermement les passe-droits des uns et des autres, il ne se plaint pas des quelques facilités qui lui furent offertes par la fréquentation de différents généraux : lorsqu'il est affecté à Madagascar, son épouse ne peut pas être mutée parallèlement car "le poste est paraît-il retenu". Affaire solutionnée en quelques minutes" ? Une "intervention" similaire règle en 1968 son affectation rapide à Baden-Baden. Enfin, la plupart des annexes placées en fin d'ouvrage sont constituées par les pièces de son dossier pour la cravate de commandeur... Dossier personnel et sensible s'il en est, dont la présentation vise à nous faire admettre qu'il serait victime d'une sorte de machination "administrativo-parisiano-élitiste". La plus simple absence d'intelligence de situation des fonctionnaires de Feydeau peut aussi bien être une explication plausible.

Un ouvrage difficile à recenser, disions-nous en introduction. Il éclaire en tout cas, avec toutes les imperfections d'un témoignage personnel marqué par de fortes réactions affectives, le différentiel qui existe entre la réalité vécue et une gestion administrative parfois besogneuse, entre le souvenir d'un engagement ancien et sa perception par la société d'aujourd'hui, entre la volonté d'un homme qui a littéralement "construit et reconstruit" sa vie et ce que ressentent les autres. Il peut, en fait, se lire à trois niveaux : la guerre d'Indochine du sous-officier André Dupuy d'abord, l'investissement d'un homme au bénéfice de ses camarades et des malheureux ensuite, et au-delà de son cas personnel le besoin de reconnaissance de certains anciens combattants dans un monde qui ne "se souvient" plus d'eux. Un sentiment mêlé d'admiration et d'aigreur. Une impression confuse d'un parcours individuel superbe et d'un entêtement incompréhensible. Un livre, peut-être, à lire au deuxième degré, pour se détacher malgré tout des situations individuelles et particulières relatées par l'auteur.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Récits et témoignages
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:15

ANOVI

Catalogues spécialisés

Anovi---La-Grande-Guerre-1914-1918.jpg

La société ANOVI, que nous présentions le 30 mai dernier, a eu l'heureuse idée de réaliser et de diffuser de petits "catalogues spécialisés" de l'ensemble de ses titres, par thème ou par période historique :

- Le XIXe siècle, 1815-1870

- La grande Guerre, 1914-1918

- L'Europe orientale, 1918-1940

- L'année 1940

- 1940-1945. La France de Vichy et l'occupation

- La Résistance, 1940-1944

- L'armée d'Afrique, 1940-1944

Anovi---L-armee-d-Afrique-1940-1944.jpg

Toutes les demandes peuvent être adressées à : ANOVI, la Maison Rouge, 37220 Avon-les-Roches, ou par courriel via http://www.anovi.fr/new/index.php

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Débats et actualité
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:14

Indochine, Algérie : l'armée s'en va ...

Combats et 0pérations  -  n°  3

Combats-et-Operations.jpg

Pour ce troisième numéro, la revue s'efforce de "coller" par l'histoire à une certaine actualité. Dans un article introductif, Michel Goya expose les caractéristiques délicates d'une sortie d'un théâtre d'opérations, puis les articles alternent d'Indochine ("Indochine, la France s'en va", par Ivan Cadeau ; "1954, l'opération Auvergne", par Michel David) en Algérie ("Ils ont fait leur devoir", par Jean-Charles Jauffret ; "L'armée quitte l'Algérie", par Thierry Noulens). Jacques Frémeaux signe un beau portrait de "Marchand, de Fachoda à la Grande Guerre" et Alain Petitjean présente l'histoire des "Ecoles du génie" depuis l'Ecole royale de Mézières en 1748.

Un numéro varié, disponible depuis ce week-end chez votre marchand de journaux.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:11

Le souvenir de 1870

Histoire d'une mémoire

Jean-François Lecaillon

Le-souvenir-de-1870.jpg

La guerre de 1870-1871, avec le changement de régime en France, la proclamation de l’empire en Allemagne, la perte de l’Alsace-Lorraine et la Commune, constitue un événement essentiel de l’histoire de France. Dès août 1914, toutes les autorités politiques et morales de la IIIe République en utiliseront le souvenir dans les campagnes de propagande contre « les Boches », que l’on nommait encore souvent « les Pruscos ».

Tout l’intérêt de l’ouvrage de Jean-François Lecaillon est de nous présenter chronologiquement les manifestations et les formes successives de ce souvenir d’une des plus cuisantes défaites de l’histoire de France. S’appuyant sur une connaissance probablement presque encyclopédique de son sujet, l’auteur articule son livre en trois grandes parties. Il recense dans un premier temps les chroniques d’une défaite militaire suivie d’une guerre civile (juillet 1870 - mai 1871) ; aborde ensuite la période essentielle de la première partie de la IIIe République, entre le début des années 1870 et 1914 ; termine par les évolutions plus marquées encore du XXe siècle, de 1915 à nos jours.

La partie la plus dense est bien sûr la seconde, mais la plus surprenante est sans doute la troisième. Au cœur du livre, entre 1871 et 1914, l’auteur distingue quatre périodes nettement identifiées : 1871-1879, « Se souvenir pour rendre compte » ; 1880-1892, « Se souvenir pour rendre hommage » ; 1892-1901, « Se souvenir pour rendre vie » et 1902-1914, « Se souvenir pour se préparer », qu’il analyse à travers l’évolution du discours politique national, la presse et la littérature. Certaines observations sur les conséquences de la disparition des « anciens combattants », par exemple, pourraient sans difficulté être transposées (« toutes choses étant égales par ailleurs », comme disent les économistes) à l’après-Grande Guerre ou à l’après-Seconde guerre mondiale. La dernière partie comporte une analyse critique des principaux ouvrages publiés depuis 1945 sur le sujet, critique parfois très nette (dont La revanche d’Henry Contamine, pp. 213-214) ; et une première étude chiffrée des résultats obtenus en interrogeant Internet (Google, Wikipédia): en dépit des progrès de l’historiographie, « les légendes persistent ». Dans un domaine proche, et presque sur le même ton, une comparaison, dans la même partie, des principaux manuels scolaires parus entre 2003 et 2007 est "éclairante".

Bref, un livre original, riche, stimulant. Un simple réserve : sans doute aurait-il été intéressant de "jeter un oeil" un peu plus appuyé du côté des publications militaires pour se demander en quoi et dans quelle proportion au fil du temps l'analyse a postériori de la guerre de 1870 avait pu influencer la préparation de celle de 1914. Un livre, cependant, que liront avec plaisir tous les amateurs d’histoire militaire, politique et sociale des deux derniers siècles.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Histoire sociale et culturelle
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile