Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 07:00

Des missionnaires plongés dans la Grande Guerre

Lettres des Missions étrangères de Paris

Paul Christophe

CERF.jpg

Voilà un livre original et dépaysant mais qui, en dépit de ses réelles qualités, n'a pas totalement réussi à nous convaincre. Sans doute, tout simplement, en attendions-nous ce que nous ne pouvions pas y trouver...

Paul Christophe se plonge, à travers cette étude, dans les archives des Missions étrangères de Paris (et en particulier les correspondances reçues au séminaire de Paris) en charge depuis plus de 350 ans de l'évangélisation en Extrême-Orient. Nous pensions y découvrir essentiellement la place, le rôle, la perception que ces hommes, vivant à l'autre bout de la planète et rappelés au service à partir d'août 1914, avaient de leurs engagements variés dans les armées et le service de santé entre 1914 et 1918. C'est en partie cela (pour la moitié de l'étude environ), et de ce point de vue l'ouvrage intéressera ceux qui travaillent sur la Grande Guerre. On a d'ailleurs le sentiment que leurs points de vue (extrêmement divers toutefois) ne semblent pas tout-à-fait correspondre à la perception que les curés qui exerçaient leur sacerdoce dans l'hexagone pouvaient avoir de la guerre (l'auteur cite en épilogue une lettre : "Vive la France, mais vive encore plus le Laos"). Mais cette "histoire des missionnaires en guerre" s'intéresse également longuement (ce qui est par ailleurs naturel) aux conséquences pour ces paroisses et évêchés d'Extrême-Orient du départ pour l'Europe de ces hommes (quatrième et cinquième parties). C'est donc un autre sujet, mêlé au premier, celui de la pénurie de missionnaires en Asie orientale, avec un focus particulier sur le cas presque dramatique du Laos, et de la difficile reconstruction d'un "réseau" après 1918. Nous découvrons là, au Japon, en Birmanie, au Tibet, en Chine, etc., les conditions très particulières et pour le moins rustiques d'exercice de ce sacerdoce et l'attachement profond de ces hommes aux populations au sein desquelles ils servent.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 07:15

Militärgeschichte

MGFA-1.jpg 

Le trimestriel du Centre interarmées de recherches historiques de l'armée allemande (MGFa) propose régulièrement des articles originaux sur des sujets peu connus ou peu traités en France. Au fil des dernières parutions, nous avons en particulier relevé :

n° 3 / 2011

Un article de Björn Opfer-Klinger sur l'étonnant "internement" du 4e CA grec à Görlitz pendant la Première Guerre mondiale et un article de Christopher Sterrenbach sur les relations entre l'empire allemand et les indépendantistes irlandais à partir de 1914.

n° 4 / 2011

Un article d'Andreas Berding sur la guerre frontalière entre l'Inde et la Chine en 1962

n° 1 / 2012

Un article de Magnus Pahl sur les troupes blindées de la Légion Condor pendant la guerre civile espagnole et un article sur l'opération "Hagen" de Hindenburg et Ludendorff au printemps 1918 (on apprécie particulièrement la superbe cartographie).

n° 2 / 2012

Un article original de Martin Meier sur les rapports entre la chimie et la guerre aux 18e et 19e siècles.

 

Ces numéros sont accessibles au format pdf à l'adresse :

http://www.mgfa.de/html/publikationen/zeitschriften/militaergeschichte

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 07:10

Franklin D. Roosevelt

André Kaspi

KASPI.GIF

La collection Tempus accueille une nouvelle édition de cet ouvrage de référence paru pour la première fois en 1988 chez Arthème Fayard. Grand spécialiste de la vie politique américaine et de l'histoire des Etats-Unis, auxquelles il a consacré l'essentiel de ses travaux, André Kaspi livre ici en format poche (12 euros) une nouvelle version de cette grande étude.

L'ouvrage est absolument indispensable pour quiconque (amateur, curieux ou étudiant) souhaite s'intéresser à l'histoire américaine depuis la grande crise de 1929. Triomphalement élu à l'automne 1932, Roosevelt prend ses fonctions au printemps 1933. Il sera réélu quatre fois (cas unique) et seule la mort lui fait quitter ses responsabilités présidentielles en avril 1945. Après avoir rappelé dans les premiers chapitres le parcours qui conduit cet avocat du sénat de New York au poste de chef de l'exécutif fédéral, André Kaspi développe longuement (chap. VII à IX) toute la période du New Deal et la mise en place d'un "Etat providence" à l'américaine. Un chapitre de transition ("Le monde de l'avant-guerre vu de la Maison Blanche") permet de passer aux années 1939-1941, au choc que constitue la défaite de la France en juin 1940, aux relations ambigües avec Pétain et à l'appui de plus en plus ferme donné à l'Angleterre, de la "loi prêt-bail" à la Charte de l'Atlantique. La question de Pearl Harbour ("Roosevelt est-il coupable ?" : "Le scénario machiavélique manque de solidité") fait l'objet du chapitre XII, puis l'auteur s'intéresse au "Chef d'une nation en guerre". Il aborde, dans le cadre de la conduite générale de la guerre, des thèmes aussi variés que la question des nouvelles formes de la guerre (déjà !), de l'espionnage, de la bombe atomique, du génocide des Juifs, etc. Le chapitre XIV, "Roosevelt, la France et les Français", peut-être un peu trop compréhensif pour les prises de position du président américain, traite très largement des difficiles relations entre Washington, Vichy, Londres et Alger, jusqu'à la reconnaissance (du bout des lèvres) du GRPF et à la question de l'Indochine. Il s'agit désormais de "Préparer l'après-guerre", et nous suivons Rossevelt, de plus en plus malade, dans sa volonté de briser le militarisme japonais, en faveur de la création de l'ONU (conférence de San Francisco), dans ses relations avec la Chine et avec Staline jusqu'aux lendemains de Yalta. Soulignons également que les aspects personnels et privés de la vie du président Roosevelt ne sont pas oubliés.

Un ultime chapitre ("Tel qu'en lui-mêrme, enfin") s'intéresse aux héritages, immédiats et ultérieurs, de l'ère Roosevelt, jusqu'à sa présence ou son influence dans l'Amérique de la fin du XXe siècle, où le poids des partis traditionnels ne cesse de diminuer : "Malgré ses lacunes, ses ambiguïtés, ses défauts et ses échecs, Frankjin Roosevelt a sans aucun doute été le plus grand président des Etats-Unis du XXe siècle". Un récit dense de 665 pages, complété par plus de 60 pages de notes, une volumineuse bibliographie et un index très complet. Une référence à utiliser régulièrement comme outil de travail.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Amériques
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 07:00

S.S. en France

Jean Mabire

MABIRE.gif

Présenté en 4e de couverture comme « romancier et historien normand », ce qui est certes sympathique mais pour le moins partiel, Jean Mabire s’était fait une spécialité de l’histoire de la Waffen S.S. à travers de nombreux ouvrages, de La division Nordland à Mourir à Berlin, qui tiennent souvent plus de "l'histoire romanesque" que de l'histoire tout simplement. Le thème est parfois usé jusqu’à la corde, mais cette réédition (nouvelle couverture) change un peu la donne. Il s’agit en effet pour l’auteur de raconter les premiers engagements opérationnels des trois premières grandes unités combattantes de la S.S..

Après avoir sommairement résumé en avant-propos l’histoire de cette structure durant l’entre-deux-guerres, l’ouvrage se divise en deux grandes parties : « La bataille de Flandre, mai 1940 » et « La bataille de France, juin 1940 ». Les limites chronologiques sont donc à la fois claires et étroites, puisque les premiers combats commencent avec les brèves campagnes de Hollande et de Belgique et que la guerre se termine sur une ligne Saint-Etienne / Libourne lorsque la France signe l’armistice. En dépit des efforts de l’auteur pour mettre en relief l'action de ces trois seules divisions (Leibstandarte, Verfügungsdivision, Totenkopf) et exprimer tout le bien qu'il en pense, il faut commencer par dire que celles-ci sont en réalité relativement noyées dans la masse de l’armée régulière allemande. Il est donc parfois aventureux de vouloir absolument distinguer leur rôle de celui de leur corps d’armée ou de leur armée d’appartenance. Il en ressort d’abord que, si cette campagne du printemps 1940 a pu constituer une ultime phase "d’apprentissage" et d’aguerrissement pour des unités plus habituées à assurer le service d'honneur des personnalités du Reich ou la surveillance des premiers camps de concentration, si leur rôle n’a pas été négligeable, il n’aurait pas pu être en lui-même significatif, sans l’appui de la Luftwaffe à plusieurs reprises, en particulier dès que les Britanniques ou les Français parviennent à organiser une résistance solide ou à contre-attaquer. Le niveau de formation militaire des officiers supérieurs et généraux de ces divisions S.S. ne semble pas exceptionnel (délicat euphémisme), et l’on comprend les réticences des chefs de la Wehrmacht : on se reportera par exemple à la pauvre « manœuvre » (si ce terme peut être employé) du général S.S. Heicke (division Totenkopf) en direction de Béthune les 22-23 mai. On peut certes louer les qualités individuelles de courage, de témérité ou d’obstination des uns ou des autres, mais de réelles carences méritaient d’être davantage soulignées.

Paradoxalement, une lecture « en creux » du livre est au moins aussi instructive. Les soldats alliés ne se sont pas débandés devant la progression allemande (le 23 juin, « certaines unités ont conservé un ordre impeccable, notamment parmi les troupes coloniales, tenues encore fermement en mains par leurs cadres ») et les détails fournis sur certains combats sont complémentaires de ceux donnés par d’autres études, et à mettre en parallèle avec eux.

Selon son habitude, l'auteur "fait parler" les acteurs des événements, mais ne présente pas la moindre référence pour appuyer ses dialogues. De même, l'essentiel de la bibliographie finale date de la période 1940-1985, avec une dominante autour des années 1970-1980, alors que l'historiographie a fortement progressé depuis trente ou quarante ans. En résumé, un livre entre le "roman historique" et "l'histoire racontée", avec un très net a priori favorable pour le sujet principal, ce qui n'est pas la première qualité d'un livre d'histoire. A lire pour l'éclairage original qu'il donne sur certains aspects de la campagne de France, mais à croiser absolument avec d'autres sources plus sérieuses.

 

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Seconde guerre mondiale
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 07:15

Les chemins de fer

Napoléon III  -  n° 19

NAPOLEON-III.jpg

Dans ce numéro juin-août 2012, le trimestriel du Second empire nous propose un intéressant dossier sur l'évolution des réseaux, le rôle et la place du chemin de fer dans le développement économique de la France jusqu'en 1870, mais aussi un article de Paul Malmassari sur "L'émergence de l'idée de char en France : les trains blindés" : "Il revient à Napoléon III et à son esprit scientifique d'avoir provoqué la construction du premier train blindé français".

On apprécie également l'articlesur les régiments d'infanterie de ligne (Louis Delpérier) et celui de Béatrice Vivien sur un thème tout-à-fait original : "L'asile impérial du Vésinet", voulu personnellement par Napoléon III pour "mettre en pratique ses idées sociale et sa politique en faveur des pauvres, des ouvriers, des femmes et des orphelins".

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Histoire"
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 07:10

Le père Antonin Jaussen, o.p.

1871-1962

Jean-Jacques Pérennès

JAUSSEN.jpg

Une véritable pépite ! Rédigée par l'actuel directeur de l'Institut dominicain d'études orientales au Caire, cette biographie de l'un des plus éminents représentants au XXe siècle de la "tradition musulmane" de l'ordre est d'une exceptionnelle richesse. Au fil des pages, une grande partie de l'action culturelle, ethnologique, linguistique, archéologique des orientalistes français depuis juillet 1890 (Antonin Jaussen appartient à la première promotion de l'école biblique de Jérusalem et ne quitte ensuite pratiquement plus le vaste espace compris entre la Syrie et l'Egypte) est reconstituée et mise en lumière, cette "oeuvre apostolique et scientifique" à laquelle l'influence française au Moyen-Orient doit tant. De ce seul point de vue, l'ouvrage est déjà indispensable.

Mais nous avons référencé ce livre dans la catégorie "Première Guerre mondiale" car c'est à cette époque à notre sens que le père Jaussen prend toute sa place dans la "grande" histoire. Dès décembre 1914 ("Moine-soldat dans la Première Guerre mondiale"), il rencontre le commandant en chef britannique au Caire, lui communique les informations dont il dispose sur les préparatifs turcs d'offensive contre le canal de Suez et devient officier de renseignement pour les Alliés dans toute la région. Excellent pratiquant des langues locales, parfait connaisseur des tribus qui nomadisent entre l'Arabie, la Jordanie actuelle et la Palestine, il devient rapidement l'une des sources les plus fiables. Ceux qui se sont intéressés à la Grande Guerre au Moyen-Orient ont d'ailleurs croisé à de nombreuses reprises son nom, dans les papiers et rapports du consul Defrance au Caire, du colonel Brémond au Hedjaz, de l'amiral commandant la division navale ou du chef du Détachement français de Palestine-Syrie. A cet égard, cette biographie, où l'on retrouve T.E. Lawrence, les généraux britanniques, Georges-Picot, Fayçal, et tous les intervenants français, anglais, turcs et bédouins aux affaires moyen-orientales apporte une véritable plus-value.

Un petit volume de 130 pages, préfacé par Henry Laurens, parfaitement rédigé d'une plume aussi alerte qu'agréable et dont le texte courant est toujours référencé. Absolument indispensable pour quiconque souhaite s'intéresser à cet "Orient compliqué", enjeux de tant de convoitises et d'ambitions contradictoires.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Première Guerre mondiale
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 07:00

Louis II de Bavière

Le roi bâtisseur de rêves

Janine Decant

Louis-II-de-Baviere.jpg

Toujours dans l'esprit de nos recensions estivales, tournons aujourd'hui nos regards vers l'Allemagne du Sud. Le grand public a généralement de Louis II de Bavière une image totalement déformée, d’où émerge l’amitié avec Wagner et la construction de châteaux extravagants (Neuschwanstein, Linderhof et Herrenchiemsee), mais derrière cette présentation excentrique, voir fantasque ou fantasmée, que sait-on effectivement de lui ?

Né en 1845, il monte sur le trône en 1864, à l’âge de 19 ans, et est déposé en 1886 à la suite d’un véritable « coup d’Etat officiel », après avoir été déclaré malade mental sur la base de rapports médicaux de commande. Son règne correspond ainsi à la période de l’unité allemande autour de la Prusse (guerre de 1866, guerre de 1870-1871, proclamation de l’empire), période essentielle du XIXe siècle européen.

Il faut donc remercier Janine Decant pour cette « quasi-biographie » (en effet, le livre commence en 1864, couvre la période du règne et s’articule autour de nombreux retour en arrière à partir de l’enfermement de Louis II dans son château de Berg et sa mort mystérieuse dans le Stanberg See) qui trace une image renouvelée, à la fois plus complexe et plus réaliste de ce « roi fou » dont Verlaine a pu écrire qu’il était « le seul vrai roi de ce siècle ». Les arts, la musique et l’opéra tiennent bien sûr une place importante dans le récit, ses relations avec sa cousine l’impératrice d’Autriche (Sissi) et son amitié (parfois ambigüe) pour quelques uns de ses proches ne sont pas oubliées, mais le texte est également émaillé de régulières analyses de la situation politique du temps, sa perception de la Prusse, de Bismarck, de la France, etc., à travers en particulier des extraits de ses lettres à sa famille.

Le personnage est particulièrement attachant et l’auteur sait nous faire partager ses espoirs, ses craintes, ses succès (rares) et ses échecs (beaucoup plus nombreux). On apprécie l’analyse finale sur les conditions de sa déposition, de sa quasi-incarcération puis de sa mort, extrêmement suspecte, et l’on se prend à rêver (Louis II aurait-il donc finalement gagné ?), avec le petit peuple des Alpes bavaroises, à ce roi qui aimait tant son pays et fut contraint de concéder les amputations à son indépendance. On en vient également à mépriser (ou détester) ces bourgeois et banquiers munichois, ces « libéraux » si « modernes » qui n’hésitèrent devant aucun mensonge ni aucune conspiration pour abattre un monarque exceptionnel puis salir sa mémoire. Si Louis II était bien un bâtisseur de rêves, son œuvre n’est pas prête de s’éteindre.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Allemagne - Monde germanique
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 07:10

Pensez les Ailes Françaises

Tribune de réflexion de l'air et de l'espace

img098.jpg

Le numéro 27, printemps 2012, de la revue du Centre d'études stratégiques et aérospatiales vient de paraître.

Près de la moitié de la pagination de ce numéro est consacrée aux actes des Ateliers du CESA du 31 janvier 2011 sur le thème « Le développement durable, un enjeu pour l’armée de l’air ». Nous retiendrons pour notre part deux articles publiés sous la rubrique « Libre pensée » : celui du lieutenant-colonel Pierre Wencker sur « Ciel afghan : une gestion particulière de la troisième dimension » (question de la gestion de l’espace aérien dans un pays officiellement en paix au plan international d’une part et du fait de la multiplicité des ‘utilisateurs’ de tous types de l’espace aérien) ; et celui de Patrick Facon sur « L’armée de l’air et les enseignements de la crise de Suez ».

Dans ce dernier article, l’auteur présente le rôle de l’aviation française dans la campagne de Suez elle-même, mais s’interroge surtout sur les priorités parfois divergentes du haut-commandement et du pouvoir politique (Algérie-Suez, théâtre européen avec l’OTAN ou perspective de l’arme atomique nationale), les contraintes logistiques et, à partir des rapports et témoignages des principaux responsables, les enseignements et conséquences de cette opération pour l’armée de l’air. Un article remarquablement synthétique, clair et référencé.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Défense"
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 07:00

Echelon et le renseignement électronique américain

Claude Delesse

ECHELON.jpg

Voilà un petit volume d'un peu plus de 160 pages de texte courant qui constitue une bonne synthèse des connaissances sur ce réseau mondial d'interceptions électroniques. Depuis de nombreuses années, Echelon fait fantasmer. N'importe quel message, oral ou écrit, transmis sur support électronique en un point quelconque de la planète, serait-il susceptible d'être intercepté ?

Sans tomber dans les excès hallucinatoires de la presse à sensation, Claude Debesse dresse un tableau relativement complet de l'histoire (de la fin de la Seconde guerre mondiale à nos jours), de l'évolution, de l'implantation internationale, du budget et des effectifs (autant que l'on puisse le savoir), des missions et actions, des résultats de ce formidable ensemble. Elle sait également souligner les contributions internationales des autres puissances anglo-saxonnes (Grande-Bretagne, Australie, Canada, Nouvelle-Zélande) à la naissance et au déploiement du réseau Echelon, sous l'autorité des Etats-Unis, et présente la mystérieuse National Security Agency dans le cadre plus large des dizaines d'agences fédérales américaines peu ou prou en charge de ces questions. Elle aborde, bien sûr, les questions liées depuis quelques années aux "nouvelles missions" de cette "gigantesque toile d'araignée", qu'il s'agisse de l'espionnage économique des "alliés" ou de la surveillance intérieure des ressortissants américains eux-mêmes. La domination quasi-absolue des Etats-Unis en matière d'information électronique et de contrôle "cyber" est bien plus qu'impressionnante.

L'auteur s'interroge en conclusion sur les limites éventuelles à cette évolution : "les mails, les chats, les blogs, les tweets ou le cloudcomputing sont des portes entrouvertes. Quelles sont les limites qu'une agence SIGINT ne devrait pas transgresser en ce qui concerne le renseignement sur les personnes ? ... La découverte d'Echelon interpelle également sur les relations de pouvoir entre le politique et la communauté du renseignement. Qui instrumentalise l'autre ?".

Voici donc un très utile petit ouvrage de synthèse, sobre et référencé, appelé à devenir une première référence pour approcher un sujet sur lequel les productions approximatives fleurissent.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Renseignement - Espionnage
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 07:10

Les Cahiers du CESAT

n° 27  -  mars 2012

img092.jpg

La dernière livraison des Cahiers du CESAT se distingue toujours par la diversité des thèmes abordés dans des articles de quelques pages, faciles à lire. Ils abordent, généralement sous la signature d'officiers du Cours supérieur d'état-major, de grandes problématiques actuelles. Parmi ceux-ci : "Les équipements : équilibre à trouver entre rusticité et technologie", "Corruption : grande faucheuse de la contre-insurrection", "Les temps changent ! Insurrections au XXIe siècle, une révolution ?", ou "Du mentoring au XIXe siècle : officiers français au Penjab".

Rappelons que tous les numéros, même les plus anciens, sont téléchargeables sur le site du Collège de l'enseignement supérieur de l'armée de terre.

Repost 0
Published by guerres-et-conflits - dans Presse "Défense"
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Guerres-et-conflits
  • : Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
  • Contact

  • guerres-et-conflits
  • L'actualité de la presse, de l'édition et de la recherche en histoire

Partenariat

CHOUETTE

Communauté TB (1)

Recherche

Pour nous joindre

guerres-et-conflits@orange.fr

Cafés historiques de La Chouette

Prochaine séance : pour la rentrée de septembre. Le programme complet sera très prochainement mis en ligne.

Publications personnelles

Livres

 

doumenc-copie-1.jpgLa Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc

Lavauzelle, Panazol, 2004.

A partir de ma thèse de doctorat, la première étude d’ensemble sur la motorisation des armées pendant la Première Guerre mondiale, sous l’angle du service automobile du GQG, dans les domaines de l’organisation, de la gestion et de l’emploi, des ‘Taxis de la Marne’ aux offensives de l’automne 1918, en passant par la ‘Voie sacrée’ et la Somme.

 

La mobilisation industrielle, ‘premier front’ de la Grande Guerre ? mobil indus

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2005 (préface du professeur Jean-Jacques Becker).

En 302 pages (+ 42 pages d’annexes et de bibliographie), toute l’évolution industrielle de l’intérieur pendant la Première Guerre mondiale. Afin de produire toujours davantage pour les armées en campagne, l’organisation complète de la nation, dans tous les secteurs économiques et industriels. Accompagné de nombreux tableaux de synthèse.

 

colonies-allemandes.jpgLa conquête des colonies allemandes. Naissance et mort d’un rêve impérial

14/18 Editions, Saint-Cloud, 2006 (préface du professeur Jacques Frémeaux).

Au début de la Grande Guerre, l’empire colonial allemand est de création récente. Sans continuité territoriale, les différents territoires ultramarins du Reich sont difficilement défendables. De sa constitution à la fin du XIXe siècle à sa dévolution après le traité de Versailles, toutes les étapes de sa conquête entre 1914 et 1918 (388 pages, + 11 pages d’annexes, 15 pages de bibliographie, index et cartes).

 

 caire damasDu Caire à Damas. Français et Anglais au Proche-Orient (1914-1919)

 14/18 Editions, Saint-Cloud, 2008 (préface du professeur Jean-Charles Jauffret).

Du premier au dernier jour de la Grande Guerre, bien que la priorité soit accordée au front de France, Paris entretient en Orient plusieurs missions qui participent, avec les nombreux contingents britanniques, aux opérations du Sinaï, d’Arabie, de Palestine et de Syrie. Mais, dans ce cadre géographique, les oppositions diplomatiques entre ‘alliés’ sont au moins aussi importantes que les campagnes militaires elles-mêmes.

 

hte silesieHaute-Silésie (1920-1922). Laboratoire des ‘leçons oubliées’ de l’armée française et perceptions nationales

‘Etudes académiques », Riveneuve Editions, Paris, 2009.

Première étude d’ensemble en français sur la question, à partir du volume de mon habilitation à diriger des recherches. Le récit détaillé de la première opération civilo-militaire moderne d’interposition entre des factions en lutte (Allemands et Polonais) conduite par une coalition internationale (France, Grande-Bretagne, Italie), à partir des archives françaises et étrangères et de la presse de l’époque (381 pages + 53 pages d’annexes, index et bibliographie).

 

cdt armee allde Le commandement suprême de l’armée allemande 1914-1916, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général von Falkenhayn 

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Le texte original de l’édition française de 1921 des mémoires de l’ancien chef d’état-major général allemand, accompagné d’un dispositif complet de notes infrapaginales permettant de situer les lieux, de rappeler la carrière des personnages cités et surtout de comparer ses affirmations avec les documents d’archives et les témoignages des autres acteurs (339 pages + 34 pages d’annexes, cartes et index).

 

chrono commChronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Perrin, Paris, 2011.

La Grande Guerre au jour le jour entre juin 1914 et juin 1919, dans tous les domaines (militaire, mais aussi politique, diplomatique, économique, financier, social, culturel) et sur tous les fronts. Environ 15.000 événements sur 607 pages (+ 36 pages de bibliographie et d’index).

 

 Les secrets de la Grande Guerrecouverture secrets

Librairie Vuibert, Paris, 2012.

Un volume grand public permettant, à partir d’une vingtaine de situations personnelles ou d’exemples concrets, de remettre en lumière quelques épisodes peu connus de la Première Guerre mondiale, de la question du « pantalon rouge » en août 1914 à l’acceptation de l’armistice par von Lettow-Vorbeck en Afrique orientale, après la fin des hostilités sur le théâtre ouest-européen.

 

Couverture de l'ouvrage 'Mon commandement en Orient'Mon commandement en Orient, édition annotée et commentée des souvenirs de guerre du général Sarrail

14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2012

Le texte intégral de l'édition originale, passé au crible des archives publiques, des fonds privés et des témoignages des acteurs. Le récit fait par Sarrail de son temps de commandement à Salonique (1915-1917) apparaît véritablement comme un exemple presque caricatural de mémoires d'autojustification a posteriori

 

 

Coordination et direction d’ouvrages

 

Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

SHAT, Vincennes, 2002.

Présentation (très largement illustrée, 139 pages) des 58 parrains qui ont donné leur nom à des promotions de Saint-Cyr, entre la promotion « du Prince Impérial » (1857-1858) et la promotion « chef d’escadrons Raffalli » (1998-2001).

 

fflLa France Libre. L’épopée des Français Libres au combat, 1940-1945

SHAT, Vincennes et LBM, Paris, 2004.

Album illustré présentant en 191 pages l’histoire et les parcours (individuels et collectifs) des volontaires de la France Libre pendant la Seconde guerre mondiale.

 

marque courageLa marque du courage

SHD, Vincennes et LBM, Paris, 2005.

Album illustré présentant en 189 pages l’histoire des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire, à travers une succession de portraits, de la Première Guerre mondiale à la Bosnie en 1995. L’album comporte en annexe une étude sur la symbolique, les fourragères et la liste des unités d’active décorées.

 

  90e anniversaire de la Croix de guerre90-ANS-CROIX-DE-GUERRE.jpg

SHD, Vincennes, 2006.

Actes de la journée d’études tenue au Musée de l’Armée le 16 novembre 2005. Douze contributions d’officiers historiens et d’universitaires, français et étrangers, de la naissance de la Croix de guerre à sa perception dans la société française, en passant les décorations alliées similaires et ses évolutions ultérieures.

 

france grèceLes relations militaires franco-grecques. De la Restauration à la Seconde guerre mondiale 

SHD,Vincennes, 2007.

Durant cette période, les relations militaires franco-grecques ont été particulièrement intenses, portées à la fois par les sentiments philhellènes qui se développent dans l’hexagone (la France est l’une des ‘Puissances protectrices’ dès la renaissance du pays) et par la volonté de ne pas céder d’influence aux Anglais, aux Allemands ou aux Italiens. La campagne de Morée en 1828, l’intervention en Crète en 1897, les opérations en Russie du Sud  en 1919 constituent quelques uns des onze chapitres de ce volume, complété par un inventaire exhaustif des fonds conservés à Vincennes.

 

verdunLes 300 jours de Verdun

Editions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006 (Jean-Pierre Turbergue, Dir.).

Exceptionnel album de 550 pages, très richement illustré, réalisé en partenariat entre les éditions Italiques et le Service historique de la Défense. Toutes les opérations sur le front de Verdun en 1916 au jour le jour.

 

DICO-14-18.jpgDictionnaire de la Grande Guerre

(avec François Cochet), 'Bouquins', R. Laffont, 2008.

Une cinquantaine de contributeurs parmi les meilleurs spécialistes de la Grande Guerre, 1.100 pages, 2.500 entrées : toute la Première Guerre mondiale de A à Z, les hommes, les lieux, les matériels, les opérations, les règlements, les doctrines, etc.

 

fochFerdinand Foch (1851-1929). Apprenez à penser

(avec François Cochet), 14/18 Editions - SOTECA, Saint-Cloud, 2010.

Actes du colloque international tenu à l’Ecole militaire les 6 et 7 novembre 2008. Vingt-quatre communications balayant tous les aspects de la carrière du maréchal Foch, de sa formation à son héritage dans les armées alliées par des historiens, civils et militaires, de neuf nations (461 pages + 16 pages de bibliographie).

Sur la toile